SYRIE: AUCUN CONSENSUS N’A ETE TROUVE AU SUJET DE L’AIDE HUMANITAIRE(icrc.org)

SYRIE:

Aucun consensus n’a été trouvé

au sujet de l’aide humanitaire

-Interview-

syria-homs-rtx17f9h

Alors que la conférence de Genève II vient de se terminer, quelle est la situation humanitaire en Syrie ?

Rober MARDINI, chef des opérations du CICR pour le Proche et Moyen-Orient, apporte quelques réponses.

SYRIE: AUCUN CONSENSUS N'A ETE TROUVE AU SUJET DE L'AIDE HUMANITAIRE(icrc.org) dans REFLEXIONS PERSONNELLES syria-homs-rtx17f9h
(Homs, janvier 2014 © Reuters / Thaer Al Khalidiya)

Vous avez récemment accompagné le président du CICR en Syrie pour y négocier des questions d’accès. La conférence de Genève II, où de nombreuses déclarations ont été faites au sujet de l’évacuation des civils de la vieille ville de Homs et de la fourniture d’aide humanitaire, a pris fin il y a quelques jours. Quels changements concrets se sont produits sur le terrain ?

Malheureusement, aucun à ce jour. Le CICR et le Croissant-Rouge arabe syrien n’ont toujours pas accès à la vieille ville de Homs, ni à aucune autre zone assiégée en Syrie. Nous nous sommes bien sûr réjouis des déclarations et des promesses faites ici à Genève, tout comme de celles faites lors de notre récente visite à Damas, mais il faut maintenant que les paroles se traduisent en actes. Les garanties fournies à Genève ne suffisent pas – nous avons besoin de garanties des parties sur le terrain, dans la vieille ville de Homs et ailleurs. Pour que des activités humanitaires puissent produire un impact, elles doivent être cohérentes et bénéficier du soutien sans faille, non seulement des personnalités politiques qui étaient à Genève, mais aussi des dirigeants sur le terrain en Syrie. Elles doivent jouir de l’appui indéfectible de toutes les parties concernées.

Quelle est la situation humanitaire dans la vieille ville de Homs aujourd’hui ? Si les propositions faites à Genève étaient suivies, suffiraient-elles à sauver les habitants ?

Nous ne sommes pas retournés dans la vieille ville de Homs depuis novembre 2012. Alors déjà, la situation était catastrophique, vous pouvez donc imaginer ce que ce doit être aujourd’hui, après plus d’une année de siège. Depuis, malgré tous les efforts que nous avons déployés avec le Croissant-Rouge arabe syrien, nous n’avons jamais réussi à obtenir des parties concernées les autorisations et les garanties nécessaires pour pouvoir retourner à Homs et y apporter l’assistance dont la population à besoin de toute urgence. Nous avons reçu des rapports évoquant de graves pénuries touchant les vivres, mais aussi, et surtout, les médicaments et le matériel chirurgical nécessaires pour soigner les blessés graves. Cependant, nous sommes dans l’incapacité de confirmer ces rapports, car nous ne pouvons pas aller nous rendre compte nous-mêmes de la situation.

Homs est l’une des nombreuses zones assiégées, soit par les forces gouvernementales, soit par les groupes d’opposition armés, où les besoins des civils sont aigus. Ces besoins, dans la vieille ville de Homs comme ailleurs dans le pays, ne peuvent donc pas être satisfaits par quelques mesures simples et une distribution de secours isolée. Nous devrions être conscients que le problème n’aura pas de solution rapide et simple. Nous devons trouver un moyen beaucoup plus durable d’aider tous les Syriens et de faire le lien entre les besoins immenses et les activités humanitaires actuellement menées pour y répondre. Nous demandons d’avoir accès à toutes les zones assiégées et à tous les lieux de détention du pays, et d’être autorisés à distribuer des secours de façon impartiale.

Est-il vrai que vos convois n’ont pas été autorisés à pénétrer dans la vieille ville de Homs la semaine dernière ? Pouvez-vous encore travailler en Syrie malgré toutes les restrictions ?

Ni le CICR, ni le Croissant-Rouge arabe syrien n’avaient de convois attendant d’entrer dans la vieille ville de Homs la semaine dernière. Nous disposons de 200 collaborateurs permanents en Syrie et nous pourrons facilement apporter l’assistance nécessaire dans la vieille ville, par le biais de nos antennes à Damas ou Tartous, ou de l’entrepôt du Croissant-Rouge arabe syrien à Homs, dès que les conditions seront adéquates et que nous aurons reçu toutes les garanties dont nous avons besoin pour nos activités. Les stocks d’articles de secours sont prêts.

Malgré toutes les difficultés, notre personnel continue de travailler d’arrache-pied pour aider les civils en Syrie. Des ingénieurs hydrauliciens du CICR ont passé la semaine dernière dans le gouvernorat de Homs pour assurer un suivi de nos projets. Certains de nos ingénieurs étaient à Al-Rastan pour y installer une pompe à eau, tandis que d’autres travaillent à Alep, où de nombreux projets publics d’assainissement et d’approvisionnement en eau sont en cours. Simultanément, dans cette ville, les volontaires du Croissant-Rouge arabe syrien apportent une assistance aux personnes détenues à la prison centrale en leur fournissant des vivres et une aide pour l’hiver. Dans l’ensemble, ces activités vont bon train, permettant d’acheminer de l’eau par-delà les lignes de front, pour des millions de personnes. En termes d’assistance, alimentaire ou autre, nous voulons faire plus mais il nous faut pour cela un meilleur accès au terrain. Notre réponse aux besoins médicaux reste modeste car il est difficile de persuader toutes les personnes concernées que le matériel et les services médicaux doivent être fournis de façon impartiale. Enfin, nous continuons de tenter d’obtenir accès à tous les lieux de détention afin de pouvoir observer de près le traitement réservé aux détenus et leurs conditions de détention. Nous avons encore une fois soulevé toutes ces questions avec les autorités syriennes lors de notre récente visite et notre personnel sur le terrain assure le suivi nécessaire. Nous espérons que nos efforts porteront bientôt leurs fruits.

Si l’évacuation des civils vivant dans la vieille ville de Homs se concrétisait, y participeriez-vous ? Que dit le droit international humanitaire à ce sujet ? Si des civils restent à l’intérieur de la ville, cela signifie-t-il qu’ils sont ou qu’ils seront utilisés comme boucliers humains ?

Si les civils étaient évacués, nous ne pouvons pas dire à ce stade si nous y contribuerions ou non. Notre participation dépendrait du contexte de l’opération. Bien sûr, nous sommes prêts, non seulement à fournir une aide à tous les civils qui réussissent à fuir, mais aussi et surtout à prêter assistance aux habitants de la vieille ville. Selon le droit international humanitaire, les parties au conflit doivent autoriser les civils vivant dans les zones encerclées par les combats à partir pour des zones plus sûres s’ils le désirent. Elles doivent en outre veiller à ce que toutes les mesures et les précautions nécessaires soient prises pour protéger les civils. En vertu du droit international humanitaire, ceux qui choisissent de rester sur place sont protégés contre les attaques. De plus, les parties au conflit doivent autoriser et faciliter le passage sans encombre des secours humanitaires destinés aux civils. Par ailleurs, tous les malades et les blessés ont le droit d’être traités et soignés, sans discrimination aucune. L’utilisation de boucliers humains est interdite par le droit international humanitaire.

http://www.icrc.org/fre/resources/documents/interview/2014/02-05-syria-homs-mardini.htm

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 6 février, 2014 |Pas de commentaires »

LE PENTAGONE PRÊT A VENDRE 24 HELICOPTERES D’ATTAQUE A L’IRAK: LE COMBLE DE L’HORREUR MACHIAVELIQUE ! (AFP et Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr)

Le Pentagone prêt à vendre

24 hélicoptères d’attaque

à l’Irak:

Hélicoptère APACHE

[Le comble de l’horreur machiavélique]

(Titre changé par Thierry LAMIREAU)

WASHINGTON – Le Pentagone a notifié, lundi 27 janvier 2014, le Congrès américain d’un projet de vente à l’Irak de 24 hélicoptères d’attaque APACHE pour 4,8 milliards de dollars, a annoncé l’agence chargée des ventes d’armes à l’étranger.

Bagdad réclamait depuis des mois que Washington lui fournisse ces équipements mais de nombreux élus américains s’y opposaient, craignant que le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki ne s’en serve contre des groupes autres que ceux liés à Al-Qaïda. Le Congrès dispose de 30 jours pour soulever d’éventuelles objections, faute de quoi le contrat sera conclu.

Le projet de contrat porte sur 24 hélicoptères avec leurs équipements et pièces détachées. Il comporte également la vente de 480 missiles Hellfire, une arme antichar qui peut être tirée depuis des hélicoptères ou des avions.

Cette proposition de vente soutient les intérêts stratégiques des Etats-Unis en fournissant à l’Irak des moyens essentiels pour se protéger contre les menaces terroristes et conventionnelles et améliorer la protection des infrastructures pétrolières clés, justifie dans un communiqué l’Agence de Coopération de Défense et de Sécurité (DSCA), chargée des ventes d’armes à l’étranger.

Ces hélicoptères seront dédiés à des missions de soutien aérien pour les troupes au sol, de reconnaissance armée et de missions antichars, selon la DSCA.

Nouri al-Maliki, un chiite critiqué pour son manque d’ouverture envers les autres composantes de la société irakienne, est confronté à la perte de contrôle d’une partie de la province à majorité sunnite d’Al-Anbar, frontalière de la Syrie. Des combattants de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL, lié à Al-Qaïda) se sont notamment emparés de la ville de Fallouja, à 60 km à l’ouest de Bagdad.

Dans un projet de contrat séparé, la DSCA a également notifié lundi le Congrès du projet de location de six autres hélicoptères APACHE à Bagdad pour un montant de 1,37 milliard de dollars.

Cette location doit permettre à l’armée irakienne de débuter l’entraînement opérationnel et de maintenance dans l’attente de la livraison des 24 appareils achetés, un processus qui prend des mois sinon des années.

Les six appareils en location ne sont donc pas destinées à être utilisés pour des opérations, a fortiori pour faire face à la situation actuelle dans la province d’Al-Anbar.

Le Pentagone a en outre notifié vendredi le Congrès d’un autre projet de contrat portant sur l’achat par Bagdad de 500 missiles Hellfire pour un montant de 82 millions de dollars.

Face aux événements qui secouent la province d’Al-Anbar, Washington s’est par ailleurs engagé ces dernières semaines à accélérer les livraisons de missiles Hellfire et de drones de surveillance. Ces livraisons correspondent à des contrats déjà passés avec Bagdad.

Quelque 75 missiles Hellfire ont ainsi été livrés à Bagdad à la mi-décembre. Cent missiles Hellfire supplémentaires et 10 drones ScanEagle doivent être livrés au printemps, selon le Pentagone.

Face à la résurgence d’Al-Qaïda en Irak, Washington envisage enfin de former dans un pays tiers des forces irakiennes pour des missions antiterroristes, selon un haut responsable américain de la Défense.

La Jordanie s’est dit prête à accéder à la requête de Washington pour que l’entraînement de forces irakiennes se déroule sur son sol.

Malgré le retrait de ses troupes d’Irak fin 2011, Washington s’est imposé comme le principal partenaire de l’Irak en matière de sécurité et de défense. Les Etats-Unis ont fourni pour plus de 14 milliards de dollars d’armements à Bagdad entre 2005 et 2013.

La formation de troupes irakiennes serait en revanche une première depuis 2011, la centaine de militaires américains stationnée à l’ambassade américaine à Bagdad étant cantonnée à des missions de conseil au niveau ministériel.

(©AFP / 27 janvier 2014 22h57)

 LE PENTAGONE PRÊT A VENDRE 24 HELICOPTERES D'ATTAQUE A L'IRAK: LE COMBLE DE L'HORREUR MACHIAVELIQUE ! (AFP et Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr) dans REFLEXIONS PERSONNELLES 01-99-091-02-08

COMMENTAIRE:

(Le Souffle c’est ma Vie / Thierry LAMIREAU)

Liens et photos WIKIPEDIA: 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Boeing_AH-64_Apache

http://fr.wikipedia.org/wiki/AGM-114_Hellfire

File:Balad AH1 Cobra 1.jpg

File:Lockheed Martin Longbow Hellfire.jpg

http://fr.wikipedia.org/wiki/Calibre_30_mm

File:30 mm.jpg

Désigné au départ Hughes Model 77, l’AH-64A APACHE a été développé par la firme McDonnell Douglas pour répondre aux exigences de l’US Army, qui réclamait un hélicoptère capable d’effectuer des missions d’appui au sol et de lutte antichar, de jour comme de nuit, et bénéficiant d’une survivabilité élevée.

Le prototype YAH-64 effectua son vol initial en 1975, tandis que les premières machines de série étaient livrées en janvier 1984 (675 exemplaires doivent être livrés à l’US Army). L’équipement de l’APACHE comprend des missiles antichars Hellfire, un système d’acquisition de cibles et de visualisation de nuit Martin, un télémètre à laser International, un écran de visée Honeywell, un système de navigation Doppler, un récepteur de veille radar passif et des brouilleurs radar ou à infrarouges. Une version améliorée, le Longbow, a été développée.

Le comble de l’horreur machiavélique

est atteint par ces chers ETATS-UNIS !

Après avoir pollué et contaminé pour l’éternité (cf. durée de vie des éléments radioactifs déposés in situ) l’Irak en attaquant le pays avec des armes à l’URANIUM « APPAUVRI », les Etats-Unis vendent des hélicoptères APACHE qui utilisent des armes à l’URANIUM APPAUVRI !

La raison:

Sous couvert de protéger l’Irak contre « des menaces terroristes » (les USA ne reculent devant aucune contradiction), les Etats-Unis veulent uniquement protéger les intérêts économiques en jeux et notamment les réserves de pétrole.

« Cette proposition de vente soutient les intérêts stratégiques des Etats-Unis en fournissant à l’Irak des moyens essentiels pour se protéger contre les menaces terroristes et conventionnelles et améliorer la protection des infrastructures pétrolières clés, justifie dans un communiqué l’Agence de Coopération de Défense et de Sécurité (DSCA), chargée des ventes d’armes à l’étranger. »

C’est donc très clair !

L’Irak, après avoir été contaminé par les armes à l’uranium « appauvri » des Etats-Unis, va utiliser elle-même des armes fournies par les Etats-Unis qui vont polluer et contaminer le pays !

Les Etats-Unis sont très rusés:

En donnant de telles armes, ils ont l’assurance que la santé de la population irakienne va encore plus être détruite…La domination n’en sera que plus complète !

Les décideurs américains (politiques et militaires) sont vraiment des « ordures » et surtout des CRIMINELS puisqu’ils commettent des CRIMES CONTRE L’HUMANITE en attaquant, entre autres problèmes, l’ADN des populations.

MACHIAVEL serait fier de constater que les Etats-Unis sont de valeureux héritiers…

Thierry LAMIREAU

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 29 janvier, 2014 |Pas de commentaires »

UN RAPPORT SUR LES « CRIMES DE GUERRE COMMIS CONTRE LE PEUPLE SYRIEN » REMIS A L’ONU (Solidarité Internationale PCF / legrandsoir.info)

Les pacifistes turcs accusent

Un rapport sur les « crimes de guerre

commis contre le peuple syrien » remis à l’ONU

AAAAAAAAAA

UN RAPPORT SUR LES
Solidarité Internationale PCF

Ils accusent. 45 avocats, journalistes, députés, syndicalistes, artistes turcs viennent de publier un rapport accablant sur les « crimes commis contre le peuple de Syrie » transmis à l’ONU. Visés : les agissements des groupes djihadistes, la guerre d’agression contre la Syrie.

L’ « Association turque pour la paix » et les « Avocats pour la justice » préparent depuis plusieurs mois un rapport préliminaire à des poursuites contre les criminels de guerre en Syrie, et leurs commanditaires.

Poursuite devant les tribunaux turcs, et surtout devant les cours internationales. Le rapport vient d’être remis à la Commission d’Enquête Indépendante de l’ONU sur les crimes commis en Syrie.

L’idée est de mettre sur pied l’équivalent du Tribunal Russell pour les crimes de guerre au Vietnam dans les années 1960, expérience répétée pour les guerres en Irak et en Palestine, pour juger des crimes perpétrés par l’impérialisme.

À leur crédit, les avocats et journalistes turcs connaissent très bien le terrain, que ce soient du côté des régions frontalières turques, ou en tant que cas que participant à des équipes d’enquêteurs en visite ponctuelle en Syrie, ou même comme reporter de guerre en Syrie.

Les avocats turcs se basent sur le « Statut de Rome » prévu par la Cour Pénale Internationale (CPI) et classent les crimes commis en Syrie en trois types : crimes d’agression, crimes de guerre et crimes contre l’Humanité.

Le premier fonde la poursuite judiciaire, les deux autres sont étroitement liés dans l’action des bandes criminelles en Syrie.

Une guerre d’agression :

Un crime contre le peuple syrien

Le cœur de l’accusation repose sur le concept de « guerre d’agression » reconnue par un amendement du statut de Rome datant de 2005, concernant normalement un État agresseur.

Toutefois, « l’envoi au nom d’un État de bandes, groupes armées, troupes irrégulières ou mercenaires pour mener une lutte armée contre un État » est aussi inclus dans la définition.

Donc, pour l’Association pour la Paix, il s’agit d’abord de dénoncer les instigateurs, les soi-disant « Amis de la Syrie », réunis à Tunis en février 2012, à Doha en juin 2013, qui ont dès le début reconnu le Conseil National Syrien, donc apporté leur soutien à la rébellion armée.

Sur la liste des accusés, cinq noms ressortent : États-Unis, Arabie Saoudite, Qatar, Israël, Turquie.

Pour les États-Unis, rien de nouveau sous le soleil, l’Association rappelle les plans pour éliminer tout obstacle à son plan de « Grand moyen-orient », Irak, puis Syrie, enfin Iran. Ils dialoguent avec les groupes armés, les coordonnent, leur apportent un soutien financier et logistique avéré.

L’Arabie Saoudite cherche, elle, à isoler l’Iran et à créer une Syrie sunnite sous patronage saoudien. La Syrie investit des milliards pour armer les combattants, les entraîner, et les commander directement en vue de ses objectifs de puissance régionale.

Quant au Qatar, il a soutenu dès le début la rébellion armé, accueilli la rencontre de Doha en juin 2013, son premier ministre déclarant alors que le « soutien armé était la seule façon d’obtenir la paix ». Il a depuis ménagé sa position, cherchant une conciliation via l’Autorité palestinienne.

Enfin, l’intervention d’Israël ne s’est pas limitée au soutien aux groupes armées : livraison de véhicules aux rebelles, recours à des frappes à l’uranium appauvri, accueil de combattants dans des hôpitaux israéliens, enfin projet d’intervention internationale coordonnée par Israël.

La Turquie, base arrière de la rébellion armée,

premier au banc des accusés

C’est sur la Turquie toutefois que le dossier est le plus fourni, sa politique impérialiste néo-ottomane rentrant de plus en plus en contradiction avec la dite « politique de zéro problème avec ses voisins », qui avait conduit d’abord à des relations pacifiques avec la Syrie.

La Turquie a abrité l’acte de naissance du Conseil National Syrien en août 2011, en mai 2012 les relations diplomatiques avec la Syrie étaient suspendues, les diplomates syriens exclus.

Enfin, en septembre 2012, Erdogan confiait même au Washington Post que la Turquie apportait un soutien logistique aux rebelles avant de rajouter, en analogie à l’intervention américaine en Irak : « Nous devons faire ce qui est nécessaire, et nous allons le faire ».

Les actes de collaboration concrète entre Turquie et rebelles se comptent par centaines, les rebelles utilisant la Turquie comme base arrière de repli, circuit de ravitaillement privilégié,

Il suffit de rappeler que des bases d’entraînement de la dite Armée syrienne libre se trouvent dans la province frontalière turque d’Hatay, que les camps de réfugiés se révèlent être des bases de repli pour les djihadistes, enfin que la Turquie est le pays de transit pour les armes venant du Golfe.

Il est de plus en plus probable que c’est par la Turquie que les rebelles ont pu se doter d’un équipement chimique, ce qui est pointé par une lettre soumise par 12 anciens haut responsables des service de renseignement américains au président Obama.

Dernier scandale en date, le 15 décembre 2013, où il fut révélé que depuis juin 2013 ce sont pas moins de 47 tonnes d’armes et de munitions qui ont circulé entre la Turquie et la Syrie, selon une enquête réalisée par l’ONU !

L’État turc a volontairement fait de la frontière une zone de non-droit, où prospèrent trafics en tout genre (armes, voitures de luxe). Les contrôles frontaliers deviennent impossibles, la frontière la chasse gardée des milices islamistes, des bandes de voyous, trafiquants en tout genre.

Toutefois, le gouvernement turc contrôle in fine les informations vitales. Les avocats donnent l’exemple de ce djihadiste turc (Burak Yazici) mort en Syrie, que les autorités turques avaient bien repéré mais laissé passer pour aller combattre le régime d’Assad.

Les djihadistes membres d’Al Qaeda patrouillent dans les rues des villes du sud de la Turquie. Human Rights Watch s’indigne de l’hypocrisie turque qui « accorde un refuge sûr à des criminels de guerre, des personnes qui ont violé les Droits de l’Homme ».

On a même trouvé le 7 novembre dernier un camion rempli de lances-roquettes, de bombes et d’armes fabriquées dans la manufacture turque de Konya, destiné à la Syrie, conduit par Heysem Topalca, combattant en Syrie mais jamais inquiété… car proche des services secrets turcs.

war_crimes_against_people_of_syria-4a2ae ARMES CHIMIQUES dans REFLEXIONS PERSONNELLES

L’ « armée du crime » :

Six groupes terroristes,

une seule vague de terreur sous couvert de religion

Al-Qaeda, Armée syrienne libre (ASL), djihadistes et opposants en tout poil, qui sont les rebelles syriens ? Qui sont ces criminels de guerre en acte, agissant sur ordre des responsables de cette guerre d’agression contre le peuple syrien ?

L’association divise ces groupes en six, une distinction complexe et mouvante. Elle souligne que l’ASL et Al Qaeda dirigent ces groupes, bien qu’il faille les concevoir comme des organisations faiblement structurées, à l’emprise sur les noyaux combattants assez lâches.

Seules les livraisons d’armes saoudiennes, coordonnées par la CIA, ont pu unir un temps ces groupes, tout en conduisant à des rivalités régulières pour le partage du butin.

Par ailleurs, distinguer les groupes proches de l’ASL ou d’Al Qaeda est souvent impossible, les deux fonctionnant souvent ensemble. Un exemple, Osman Karahan, un turc travaillant comme avocat pour Al Qaeda, mort à Alep en juin 2012 alors qu’il combattait pour l’ASL.

Donc, premier groupe djihadiste en Syrie : le Front islamique syrien , de 13 à 20 000 hommes, reposant sur la Brigade Ahrar Al-Sham. Ce groupe a des liens importants avec la Turquie, l’Irak, est lié avec l’ASL et vise surtout les régions Kurdes.

Deuxième groupe, le Front islamique de libération, avec cinq brigades. Celle de Tawhid à Alep est liée à l’ASL, celle de Farouk à Alep et Homs est plutôt proche de la Turquie, les brigades Islam (Damas) et Al Haq (à Homs) rattachés à l’Arabie Saoudite. Enfin la cinquième, Suquour al-Sham, proche d’Al Qaeda, est financée par le Qatar.

Cette dernière compte 3 000 combattants, la Brigade de l’Islam 10 000.

Troisième groupe, Ghuraba al-Sham composé d’un grand nombre de citoyens turcs et spécialisée, cela va de soi, dans les attaques contre les zones kurdes.

Quatrième groupe, la Brigade des martyrs d’Idlib , de plus en plus chapeautée par l’organisation islamiste radicale Suquour al-Sham, financée par les Qataris, liée à Al-Qaeda. La brigade Al-Resul, une autre organisation islamiste radicale, instaurée et soutenue par le Qatar.

À noter que des organisations basées non pas en Syrie mais au Liban, en Irak participent désormais aux combats en Syrie, comme la brigade Abdullah Azzam, une organisation salafiste basée au Liban, proche d’Al Qaeda ou encore Jund al-Sham composée de djihadistes palestiniens.

On peut penser aussi à l’Armée Libre Irakienne, mise sur pied récemment par des gens proches de l’ancien président irakien Tarik Al Hashimi. La plupart de ces groupes fonctionnent directement avec Al-Qaeda.

Cinquième groupe et pas le moindre, le Front Al Nosra , organisation islamiste fondamentaliste, qui a juré allégeance à Al Qaeda en avril 2013. On estime à 70 le nombre d’attentats à la bombe commis par cette organisation terroriste d’ici à juin 2013. Elle tend à prendre le dessus dans la rébellion.

On pourrait ajouter finalement l’État islamique en Irak et Sham (ISIS) , fort à Homs, Ar-Raqqah et Azez, dont les troupes mènent régulièrement des attaques contre les Kurdes et vont et viennent à travers la frontière turco-syrienne, mais aussi jordanienne.

Crimes de guerre, crimes contre l’Humanité:

Une longue liste du martyr du peuple syrien

Les avocats turcs dénotent au moins 19 cas de crimes de guerre recensés par les Statuts de Rome et 10 de crimes contre l’Humanité reconnus par l’article 7 des Statuts, les deux définitions se confondant souvent dans le cas de la dite Guerre civile de Syrie.

Meurtres et massacres 

L’Association donne comme preuve le cas de 22 attaques meurtrières, essentiellement des attentats à la bombe, ayant été directement imputées aux groupes rebelles, revendiqués par eux.

Parmi les plus marquants, on peut penser aux véhicules bourrés d’explosifs qui ont explosé le 28 novembre 2012 dans un quartier multi-ethnique, peuplé de Chrétiens et de Druzes, à Jaramana. Bilan : 34 morts et 83 blessés.

Le 29 janvier 2013, 80 cadavres ont été retrouvés, la plupart d’enfants, exécutés les mains attachés ans le dos le long de la rivière Quiq à Alep, une région contrôlée par l’ASL.

Enfin, le 21 février 2013, une série d’explosions revendiquées par Al Qaeda a fait, à Damas, 161 morts et 500 blessés.

Extermination de groupes raciaux et religieux 

Les attaques visant les minorités religieuses (Chrétiens, Chiites) ou ethniques (Kurdes, Druzes, Alaouites) se multiplient. On peut penser aux attaques dans les villages alaouites et kurdes à Latakia.

Les militants d’Al-Nosra ont attaqué le 4 août huit villages de Latakia. Après les avoir bombardé, les djihadistes les ont massacré à l’aide de haches, de couteaux et de machettes. Plusieurs centaines de morts : tous les habitants du village de Hrrata sont morts, seuls 12 ont survécu à Nabata.

À Balluta, les djihadistes ont d’abord pris soin de massacrer les enfants rassemblés sur la place du village puis les adultes. Selon le rapport d’Human Rights Watch, 190 personnes auraient été massacrées, 200 enlevées, les chiffres pouvant être beaucoup plus élevés.

Le recours à des armes chimiques 

Leur utilisation est avérée, tout du moins pour l’attaque dans la région orientale de Guta, à Damas, le 21 août. Si la Syrie d’Assad a été rapidement pointée du doigt par les agresseurs, les faits montrent une autre direction.

La Russie avait déjà souligné que les missiles avaient été lancés depuis une zone contrôle par Liwa al-Islam, milice islamiste. En mai 2013, l’Armée syrienne avait déjà capturé sur des soldats d’Al-Nosra des échantillons de gaz sarin, ou d’armes de destruction massive plus raffinées.

Plus tard, en octobre 2013, une explosion à la bombe à la frontière turque, sur un poste contrôlé par les Kurdes à Ras al Ayn, pourrait bien avoir été accompagnée d’armes chimiques, au vu des symptômes d’empoisonnement chez certains combattants, et de la fumée jaune due à l’explosion.

N’oublions pas que Carla del Ponte, membre de la Commission d’Enquête de l’ONU, a elle-même confirmé qu’il n’y avait aucune indication que le gouvernement syrien avait utilisé ces armes, mais que cela pouvait bien être le cas des rebelles syriens.

Attaques contre des bâtiments éducatifs, religieux, culturels 

Ils sont fréquents, plus de 2 000 établissements scolaires ont été détruits dans les combats. En janvier 2013, l’hôpital français d’Alep a été victime d’une voiture piégée signée Al-Nosra.

Le 28 mars 2013, l’Université de Damas a été victime d’une attaque au mortier qui a fait 15 morts et 20 blessés. Le 21 mars, c’était la mosquée Eman qui était visée lors de la prière du vendredi, l’imam pro-Assad Sheikh Mohammed Said Ramadan al-Buti tué, ainsi que 42 autres personnes.

Les plus grands monuments de la riche histoire syrienne, classés à l’UNESCO, ont déjà été lourdement endommagés, pillés : on peut penser au Krak des Chevaliers, Palmyre, la vieille ville de Damas, les édifices moyen-âgeux d’Alep, le bazar d’Al-Madinah ou la Grande mosquée d’Alep.

Harcèlement sexuel et viols 

Il est avéré qu’Al Qaeda et les organisations liées à l’ASL ont violé des milliers de femmes et d’enfants. Selon l’ONG « Femmes en état de siège », en 2012, 100 cas de viols avérés ont eu lieu, 80 % contre des femmes ou jeunes filles. Les chiffres seraient largement sous-estimés.

Toutes les plaintes déposées par les « Avocats pour la Justice » en Turquie n’ont abouti à aucune poursuite concrète contre les criminels de guerre et leurs complices.

Pourtant, l’attentat islamiste à Reyhanli, à la frontière turco-syrienne en mai dernier, qui a fait 46 morts a éveillé la conscience du peuple turc. Ce fut le point de départ de la « rébellion de juin » qui a ébranlé le régime autoritaire d’Erdogan, aujourd’hui en train de vaciller sous le poids des scandales.

Désormais, les avocats épris de justice, les journalistes amis de la paix, les députés soucieux de vérité s’en tournent à l’opinion publique internationale : il faut que s’exprime un grand mouvement de solidarité avec le peuple syrien, victime d’une guerre d’agression, que la vérité soit dite et justice soit faite face aux criminels de guerre qui sévissent en Syrie !

Solidarité Internationale PCF, mardi 14 janvier 2014.

Pour trouver le rapport de son intégralité (en anglais), allez sur le lien.

URL de cet article 24057
http://www.legrandsoir.info/un-rapport-sur-les-crimes-de-guerre-commis-contre-le-peuple-syrien-remis-a-l-onu.html
Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 22 janvier, 2014 |Pas de commentaires »

DAMAS ACCUSE DE MASSACRE A ECHELLE INDUSTRIELLE DANS UN RAPPORT PUBLIE SUR « THE GUARDIAN » ET « CNN » (AFP)

Damas accusé de massacre

à échelle industrielle

dans un rapport

publié sur les sites

de

« The Guardian »

et de

« CNN »

AAAAAAAA

LONDRES – Trois anciens procureurs internationaux accusent la Syrie de massacres à grande échelle et de tortures dans un rapport basé sur le témoignage d’un déserteur et commandé par le Qatar, pays qui soutient les rebelles syriens.

Le rapport, publié sur les sites du quotidien britannique The Guardian et de la chaîne d’information américaine CNN, est basé sur le témoignage et sur des photos fournies par cette source, restée anonyme pour des raisons de sécurité.

Il fait état de 11.000 détenus morts dans les geôles du régime syrien. Ce chiffre provient d’un seul endroit, que je ne peux pas citer pour des raisons de sécurité, a déclaré l’un des trois rédacteurs du rapport, Desmond de Silva, à la BBC.

Sur l’ensemble de la Syrie, il y en a beaucoup plus, a ajouté l’ancien procureur en chef du Tribunal Spécial pour la Sierra Leone qui a rédigé ce rapport avec Geoffrey Nice, ancien procureur en chef lors du procès de l’ex-président yougoslave Slobodan Milosevic, et David Crane, qui a inculpé le président libérien Charles Taylor.

Commandité et financé par le Qatar, le rapport de 31 pages a été publié à la veille du début de la conférence de Genève II destinée à sortir la Syrie de la guerre civile.

L’ONU ainsi que des organisations comme Human Rights Watch avaient déjà fait état d’abus et de tortures de la part du régime syrien ainsi que des rebelles, mais à une échelle moindre.

Le document publié s’appuie sur le témoignage d’un photographe qui affirme avoir déserté la police militaire syrienne avec, en sa possession, une carte mémoire contenant environ 55.000 photos de 11.000 prisonniers morts en prison entre mars 2011 et août 2013.

Il a remis les photos aux experts médico-légaux mandatés par le cabinet juridique représentant le Qatar, à majorité sunnite, qui avait immédiatement apporté son soutien aux rebelles lors de leur soulèvement en 2011 contre Bachar al-Assad, soutenu par l’Iran chiite.

Les images témoignent du meurtre systématique de détenus par la faim et la torture. On voit des yeux arrachés, des gens battus de manière ignoble, des corps mutilés, ce sont des images terribles, s’est ému Desmond de Silva.

Les photos de corps émaciés rappellent ceux des camps de concentration nazis, a-t-il ajouté. Nous estimons que les éléments qu’il a fournis peuvent contribuer à trouver des crimes contre l’humanité.

L’ancien procureur estime qu’il est très peu probable que les photos puissent avoir été falsifiées.

Les auteurs du rapport ont mis le résultat de leur travail à la disposition de l’ONU, des gouvernements et des organisations de défense des droits de l’Homme.

Nous sommes convaincus qu’il s’agit d’un témoin (…) sincère, a souligné Desmond de Silva, expliquant l’avoir rencontré pendant trois jours avec ses deux collègues dont il a vanté la qualité et l’expérience en la matière.

L’intérêt que possède le Qatar dans cette affaire ne veut pas dire que les preuves sont fausses. Nous avons pris ce fait en compte et avons été très méticuleux dans notre façon de travailler, a-t-il ajouté.

La publication du rapport a fait réagir le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague qui a évoqué de nouvelles preuves de l’utilisation systématique de violence et de brutalité envers le peuple syrien par le régime d’Assad.

Nous allons continuer à faire pression pour agir contre toute violation des Droits de l’Homme en Syrie et faire en sorte que les auteurs en rendent des comptes, a ajouté le ministre.

Au département d’Etat américain, une porte-parole, Marie Harf, a dénoncé des images (…) extrêmement dérangeantes, horribles à regarder et qui représentent des actes qui seraient apparemment de graves crimes internationaux. Le ministère américain a une nouvelle fois accusé le régime syrien d’être responsable de crimes de guerre et de crimes contre l’Humanité.

(©AFP / 21 janvier 2014 21h17)

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 22 janvier, 2014 |Pas de commentaires »

ASSEMBLEE NATIONALE. REPONSE DU MINISTRE DE LA DEFENSE SUR L’EQUIPEMENT DU RAFALE: CONFIRMATION DE L’UTILISATION DES ARMES CONTENANT DE L’URANIUM « APPAUVRI » !…SANS EN ECRIRE LES TERMES. (Thierry LAMIREAU / lesoufflecestma vie.unblog.fr)

Assemblée Nationale.

depleted-uranium1

Réponse du Ministère de la Défense sur l’équipement du RAFALE:

Confirmation de l’utilisation des armes contenant de l’URANIUM « APPAUVRI » !

sans en écrire les termes.

(Thierry LAMIREAU)

Pour rappel, chers journalistes COMPLICES, se reporter aux liens suivants:

http://lesoufflecestmavie.unblog.fr/2013/11/24/exclusif-ce-que-hollande-et-letat-francais-veulent-cacher-photos-des-armes-a-luranium-appauvri-utilisees-au-mali-thierry-lamireau-lesoufflecestmavie-unblog-fr/ 

http://lesoufflecestmavie.unblog.fr/2013/01/24/exclusif-mali-et-utilisation-des-armes-a-luranium-appauvri-lettre-ouverte-au-president-de-la-republique-francaise-thierry-lamireau/

14ème législature

Question N° : 83 de M. Jean-Jacques Candelier ( Gauche démocrate et républicaine – Nord ) Question écrite
Ministère interrogé > Défense Ministère attributaire > Défense
Rubrique > défense Tête d’analyse > armement Analyse > Rafale Marine. bilan
Question publiée au JO le : 03/07/2012 page : 4247
Réponse publiée au JO le : 16/10/2012 page : 5734

Texte de la question:

M. Jean-Jacques Candelier interroge M. le ministre de la Défense sur le retour précis sur expérience de l’efficacité du Rafale Marine. Il lui demande, d’une part, comment il entend communiquer le retour précis sur expérience de l’efficacité du Rafale Marine, notamment des munitions engagées air-sol, et, d’autre part, si les missiles et munitions ont été achetés à l’étranger pour pallier un manque de fournisseurs français de qualité similaire.

Texte de la réponse:

La délégation à l’information et à la communication du ministère de la défense et la cellule communication de l’état-major des armées ont rendu public, sur le site internet www. defense. gouv. fr, les caractéristiques et capacités opérationnelles du Rafale Marine, ainsi que les résultats obtenus dans les opérations en Libye. Entré en service en 2002, le Rafale Marine, aujourd’hui au standard F3 comme l’ensemble des unités Rafale de l’armée de l’air, est l’avion de combat le plus moderne en service en France. Seul le train d’atterrissage distingue le Rafale Marine de son équivalent Air. En outre, cet aéronef est multi-missions, ce qui permettra à l’aéronautique navale française d’assurer, à terme, l’ensemble de ses missions avec un seul type d’avion. Son utilisation lors de l’opération Harmattan a confirmé ses grandes qualités et son avance technologique par rapport aux autres avions de sa génération. En termes opérationnels, le Rafale Marine a démontré son efficacité par sa capacité de frappe de précision en embarquant trois types de munitions : la bombe propulsée AASM (Armement Air Sol Modulaire) de 250 kg de la société Sagem dans ses versions de précision décamétrique et métrique ; la bombe guidée laser GBU 12 (société Raytheon), de précision métrique ; et le SCALP-EG de la société MBDA FR, missile de croisière tirable à longue distance sur des objectifs durcis. Ainsi, hormis la GBU 12 américaine, commune à tous les avions de l’OTAN, toutes les munitions air-sol qui équipent le Rafale Marine sont de fabrication française.

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 11 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

LES BOMBES FOURNIES A ISRAËL ET A LA FRANCE PAR LES ETATS-UNIS QUI CONTIENNENT DE L’URANIUM APPAUVRI ! (Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie et acdn)

 Les bombes “GBU-39″ (entre autres armes) fournies à Israël et à…la France (entre autres pays)

contiennent de l’URANIUM « APPAUVRI » !

LES BOMBES FOURNIES A ISRAËL ET A LA FRANCE PAR LES ETATS-UNIS QUI CONTIENNENT DE L'URANIUM APPAUVRI ! (Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie et acdn) dans REFLEXIONS PERSONNELLES aaaaaaaaa3

Les caractéristiques de l’engin

Contrairement à une bombe “gravitationnelle” qui tombe par son propre poids, ce qui exige une estimation précise de l’altitude, la distance et la position de l’avion par rapport à la cible, la “bombe intelligente GBU-39″ est un missile autopropulsé capable d’atteindre par ses propres moyens et avec une incroyable précision une cible située jusqu’à 60 miles nautiques (110 km) en avant et 40 miles (75 km) à droite ou à gauche de l’avion au moment du largage. Apte à voler par tous les temps, le missile peut même décrire un cercle et frapper une cible fixe située derrière l’avion. Il est guidé vers sa cible par un système embarqué de positionnement par GPS et de calcul de trajectoire. Ce système est préprogrammé mais peut être reprogrammé à tout moment et à distance, à partir des installations au sol.

Répondant à un appel d’offres lancé deux ans plus tôt, la firme Boeing a été retenue en août 2003, après une sévère compétition avec Rayteon, pour développer cette “bombe de faible diamètre” (SDB-Small Diameter Bomb).

La SDB-1 ou GBU-39 a reçu sa certification en septembre 2005, sa production en série a débuté en avril 2006, et les premiers exemplaires ont été livrés à l’US Air Force début septembre 2006, en avance sur le calendrier et à un coût moins élevé que prévu (avec un amortissement des recherches sur une commande finale espérée de 24 000 unités). A cette occasion, le Major. Gen. Jeffrey Riemer, responsable de la coordination du programme entre les différents laboratoires et fournisseurs civils et militaires, déclarait :
Nous sommes enthousiasmés (excited) par le déploiement de cette arme, la SDB-1, qui vient s’ajouter aux diverses options léthales du F-15E (Strike Eagle) dans la guerre contre le terrorisme.”
D’après lui, sa marge d’erreur à l’arrivée ne dépassait pas 1,20 m.

La SDB-1 ou GBU-39/B est un tube long de 1,80 m environ et de 19 cm de diamètre. Une fois lancé, il déploie des ailerons arrière et latéraux qui stabilisent sa trajectoire. Il pèse 130 kg, dont 93 kg pour la tête explosive.

Le F-15E peut en emporter 4 sous son fuselage, avec un attelage BRU-61 d’un poids total en charge de 664 kg, au lieu d’un seul missile ordinairement beaucoup plus lourd. Le lancement de chaque missile est pneumatique et non par mise à feu d’une cartouche explosive, ce qui supprime l’entretien courant, facilite la manutention, et accélère le rechargement de l’avion au retour d’une mission. Celui-ci peut donc effectuer des frappes multiples et des rotations accélérées.

La précision, la fiabilité et la charge explosive limitée de la GBU-39, donc aussi sa moindre “léthalité” (ou capacité meurtrière), réduisent fortement les risques de “dommages collatéraux”. Ce qui permet des emplois interdits jusque-là : contre des combattants ennemis situés à proximité immédiate de “troupes amies”… ou au milieu d’une population civile amie, neutre ou ennemie, que l’on est censé épargner d’après les “lois de la guerre” et le droit international. L’idéal, en somme, pour la guerre “anti-guérilla” ou “anti-terroriste”…

Dès le 5 octobre 2006, un mois après leur livraison aux Etats-Unis, deux avions F-15E “Strike Eagles” appartenant à la 494e Escadrille de Combat déployée en Asie du Sud-Est, en utilisaient des exemplaires pour la première fois contre des cibles réelles, en soutien aux troupes terrestres agissant en Irak.

Le général North célébrait l’événement dans les termes suivants :
Grâce à sa taille réduite, nos avions peuvent en emporter sur le champ de bataille un nombre accru, apportant ainsi aux combattants au sol davantage de possibilités de défendre leurs positions, en détruisant avec précision des cibles qui pourraient menacer les vies de soldats américains, de la coalition ou irakiens.”

La SDB est exceptionnellement qualifiée pour des cibles urbaines exigeant une grande précision et des dommages collatéraux réduits, et pour des missions de soutien aérien rapproché auxquelles nos équipages se trouvent confrontés dans le cadre des opérations “Iraqi Freedom” et “Enduring Freedom”. Nous sommes maintenant en mesure d’intervenir en des endroits où les dommages collatéraux pourraient être un souci.”

L’URANIUM « APPAUVRI » dans ces armes

La SDB-1 présente une autre caractéristique que la fiche technique de Boeing et la presse se garde de préciser. En effet, sur les 93 kg attribués par Boeing à la tête (warhead), 23 sont dus à l’explosif proprement dit, de haute performance. Le reste, soit une cinquantaine de kilos, n’est autre que de l’URANIUM « APPAUVRI ».

Celui-ci présente un avantage supplémentaire : sa haute capacité de pénétration. Il permet à la GBU-39 de percer au moins 90 cm de béton armé (ou plusieurs mètres de terre) avant d’exploser.
Une version capable de frapper des cibles mobiles (SDB2) a été commandée à Boeing, associé cette fois à Lockheed. Il était prévu que son développement en cours aboutisse fin 2009.

La FRANCE utilise des armes à l’URANIUM « APPAUVRI »

 mais en nie officiellement l’existence !

En outre, que ce soient les GBU 15,31,24,27,39, 49 elles sont toutes équipées de pénétrateurs BLU 109/B ou équivalent, dont il existe une version en URANIUM APPAUVRI ou « staballoy ». Et puis n’oublions pas non plus le missile SCALP. Ces bombes sont utilisées par la France.

La version Uranium « Appauvri » est:

OFL – APFSDS F2 ( OFL APFSDS = Obus-Flèche  Armour Piercing Fin-Stabilized Discarding Sabot, c’est de la technologie américaine mais c’est bien une arme 100% française ). [Source: Jane’s Information Group] 

La France utilise allègrement des armes à l’uranium « appauvri » (comme au MALI), aussi bien avec ses hélicoptères TIGRE qu’avec ses aéronefs MIRAGE et RAFALE mais…CHUT !…il ne faut rien dire…n’est-ce pas chers élus de la Nation…n’est-ce pas gentils petits journalistes « aux ordres ».

L’OMERTA fonctionne bien en France !

Un beau SCANDALE !

Thierry LAMIREAU

lesoufflecestmavie.unblog.fr

Avec acdn 7 janvier 2009, extraits

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 5 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

ISRAËL A ATTAQUE UN DEPÔT DE MUNITIONS SYRIEN LE 5 JUILLET 2013 AVEC DES ARMES A L’URANIUM APPAUVRI ! (http://info-aviation.com/?p=15497 / acdn.net / + Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr)

La Syrie attaquée par des bombes guidées

contenant de l’uranium « appauvri » !

LattaquiéL’attaque du 5 juillet 2013 sur un dépôt de munitions près de Lattaquié en Syrie était beaucoup plus vaste qu’on ne le pensait selon une imagerie satellite du groupe IHS, ce qui suggère qu’elle n’a pas été lancée depuis un sous-marin comme le prétendaient certaines sources.

ISRAËL A ATTAQUE UN DEPÔT DE MUNITIONS SYRIEN LE 5 JUILLET 2013 AVEC DES ARMES A L'URANIUM APPAUVRI ! (http://info-aviation.com/?p=15497 / acdn.net / + Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr) dans REFLEXIONS PERSONNELLES aaaaaaaa4

L’attaque avait été révélée par des sources de l’opposition syrienne qui ont déclaré qu’un aéronef non identifié et un navire de la marine israélienne avaient attaqué une installation utilisée pour stocker des missiles anti-navires P-800 Yakhont. CNN et le New York Times ont ensuite évoqué une attaque aérienne tandis que le Sunday Times affirmait qu’un sous-marin israélien de la classe Dolphin avait mené l’attaque.

Comme d’habitude, les responsables israéliens n’ont pas confirmé ou nié la responsabilité, mais ont réaffirmé leur volonté de  détruire les armes de pointe que la Syrie essayait de transférer au groupe libanais Hezbollah.

Un missile Harpon UGM-84.

Lancement d’un missile UGM-84.

Cependant, les photos d’archives montrent que le bâtiment a été construit entre juillet 2003 et décembre 2004 et que les trois rampes de lancement de 23 m de diamètre sont encore plus âgés, de sorte que le site n’a pas été construit comme un établissement dédié aux missiles Yakhonts que la Russie a livré à la Syrie à partir de 2010 et 2011. Les routes d’accès aux rampes de lancement sont encombrées indiquant qu’elles n’étaient plus utilisées.

En revanche, deux nouveaux grands dépôts qui ont été construits au nord-est, début 2011, restent intacts. L’imagerie montre beaucoup d’activité sur ces sites à la suite du bombardement.

Elle montre également que 16 bunkers dans une installation de stockage de munitions à l’est du bâtiment détruit n’existent plus, probablement parce qu’ils ont été rasés par les Syriens, après avoir été endommagés pendant l’attaque. Si ces bunkers ont été ciblés, cela indique qu’un grand nombre de munitions à guidage de précision à l’uranium « appauvri » ont été utilisées.

La photo satellite révélée par IHS Jane montre un bâtiment de 80×20 m servant visiblement de Bastion de défense côtière pour le système Yakhont

Une bombe guidée GBU-SDB.

Une bombe guidée GBU-SDB.

Le type de missiles d’attaque au sol qui sont lancés par les sous-marins de la classe Dolphin d’Israël n’a pas été révélé, mais l’option la plus probable est qu’ils sont capables de lancer une version à guidage GPS du Harpoon UGM-84 à partir de leurs six tubes lance-torpilles 553mm.

Le nombre d’armes de précision apparemment utilisées contre l’installation de stockage syrienne le 5 juillet 2013 suggère qu’elles ont été lancées à partir d’avions, plutôt que d’un sous-marin.

Il pourrait s’agir de petites bombes GBU-39 SDB (Small Diameter Bomb) qui sont larguées depuis un F-15E ou un F-16 et utilisées pour détruire les bunkers à une distance d’environ 110 km en limitant les dommages co-latéraux.

Ces bombes sont à  l’URANIUM « APPAUVRI » !

Un truc bien dégueulasse qui pollue pour l’éternité les sols, les eaux, l’air et l’ADN des populations autochtones !

Totalement illégal selon les Lois Internationales…mais que tous les Etats utilisent !…comme la France par exemple !

La SDB-1 présente une autre caractéristique que la fiche technique de Boeing et la presse israélienne se gardent de préciser. En effet, sur les 93 kg attribués par Boeing à la tête (warhead), 23 sont dus à l’explosif proprement dit, de haute performance. Le reste, soit une cinquantaine de kilos, n’est autre que de l’Uranium « Appauvri. » Celui-ci présente un avantage supplémentaire : sa haute capacité de pénétration. Il permet à la GBU-39 de percer au moins 90 cm de béton armé (ou plusieurs mètres de terre) avant d’exploser.

Le dard des bombes GBU-39 est à l’Uranium Appauvri, disions-nous. Mais appauvri en U235 et enrichi en U238, dont la demi-vie radioactive est de 4,5 milliards d’années.

L’UA est un redoutable poison chimique et radiologique qui brûle aisément à l’impact et se transforme en particules radioactives extrêmement petites (particules nanométriques de l’ordre du millionième de millimètre) qui échappent à toute barrière et tout type de masque à gaz. Les produits de ces combustions répétées d’uranium voyagent avec les mouvements d’air, contaminent l’atmosphère et pénètrent dans les organismes via la respiration, l’ingestion ou les moindres blessures. Ainsi, la majeure partie de l’uranium se retrouve sous forme d’oxyde d’uranium radioactif invisible dans l’atmosphère que les populations respirent, tandis qu’une autre partie contamine les sols, les sous-sols et les nappes phréatiques.

Les conséquences de l’utilisation de bombes à l’UA en Afghanistan et en Irak sont parfaitement connues, démontrées et dénoncées par de nombreux scientifiques - sinon tous, excepté ceux dont le salaire émarge aux budgets des armées américaine, française, israélienne… et autres. Elles ont été rendues dramatiquement visibles par les photos insoutenables de nouveaux nés malformés.

On imagine sans peine les conséquences catastrophiques que de tels bombardements auront sur la population de SYRIE : cancers, malformations congénitales, maladies du système immunitaire… et ce d’autant plus qu’elle souffre de malnutrition chronique et de manque de soins, en raison notamment d’une guerre sans fin…

Thierry LAMIREAU

lesoufflecestmavie

Avec info-aviation.com et acdn.net

 

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 30 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

SYRIE: LES DEGÂTS QUE POURRAIENT OCCASIONNER LES FRAPPES DES OCCIDENTAUX. INTERVIEW DE THIERRY LAMIREAU PAR UN MEDIA BELGE (Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr)

Syrie:
SYRIE: LES DEGÂTS QUE POURRAIENT OCCASIONNER LES FRAPPES DES OCCIDENTAUX. INTERVIEW DE THIERRY LAMIREAU PAR UN MEDIA BELGE (Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr) dans REFLEXIONS PERSONNELLES explosion-avec-des-armes-a-luranium-appauvri4
Les dégâts que pourraient occasionner
les frappes

« Interview de Thierry Lamireau sur les éventuelles frappes par la France, les Etats-Unis et leurs alliés arabes contre la Syrie afin de cibler plus tard l’Iran… »

Thierry Lamireau, pouvez-vous vous présenter ?

J’ai vécu pendant 25 ans à 800 mètres de mines d’uranium en LIMOUSIN et ma participation de militant a été jalonnée de nombreuses actions. J’ai risqué ma vie (et détruit ma santé) en réalisant mon documentaire « URANIUM EN LIMOUSIN » et en prenant 1000 diapositives sur ces 25 années pour montrer l’évolution des sites et certains lieux clandestins de sites nucléaires.

J’écris régulièrement des textes pour « La Gazette Nucléaire » du GSIEN (Groupement de Scientifiques pour l’Information sur l’Energie Nucléaire) et j’ai beaucoup travaillé pour apporter des informations à la CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité) quant à l’exploitation de l’uranium et notamment en Limousin.

 Que nomme-t-on frappes ciblées ?

Rien n’est ciblé puisque l’on retrouve des pollutions majeures des eaux, des sols, de la faune, de la flore et des humains près des champs de bataille. En outre, les fines particules chimiques et radioactives parcourent ensuite des milliers de kilomètres selon les situations différentes météorologiques. Si l’on trouve sur nos véhicules du sable du SAHARA vous comprendrez aisément que les pollutions à l’uranium « appauvri » traversent et se déposent dans de nombreux pays !

Quels dégâts, à court, moyen, long terme ?

Les populations sont touchées par leur ADN et transmettent aux descendants toutes les pathologies graves liées à ces contaminations chimiques et radioactives d’autant que certains composés radioactifs ont des durées de vie « pour l’éternité » (4,5 milliards d’années). L’uranium « appauvri » est un déchet nucléaire réutilisé par les pays utilisateurs comme une arme classique.

C’est un déchet radioactif issu de l’enrichissement de l’uranium destiné aux réacteurs nucléaires civils et militaires.

Il contient environ 0,2% d’uranium 235 et 99,75% d’uranium 238 dont la demie vie (période) est de 4,5 milliards d’années (l’âge de la terre !). On l’appelle « appauvri » parce que son activité est de 40% inférieure à celle de l’uranium naturel…ce qui ne signifie nullement qu’il est moins dangereux !

Il faut, en effet, rappeler que l’uranium « appauvri » utilisé dans l’armement est mélangé à de l’uranium issu des usines de retraitement qui contient des produits de fission hautement radioactifs comme l’uranium 236, le plutonium 238 et 239, le technétium 99 ou le ruthénium 106 qui potentialisent de fait sa nocivité.

Une guerre pour les lobbys du nucléaire et entreprises d’armements ?

L’utilisation de l’uranium « appauvri » arrange les industries productrices parce qu’elles se séparent d’un déchet encombrant et arrange les militaires car les armes sont plus destructrices. L’uranium « appauvri » est plus dense que le plomb et moins cher que le tungstène qui pourrait remplacer l’uranium « appauvri ».

L’entrée brutale dans la « cible » entraîne une surpression terrible capable de faire sauter un appareil en métal. De plus, la vitesse et le contact entre les deux matériaux (celui de l’arme et de la cible) dégagent une énorme chaleur de rayonnement dont l’effet destructeur s’ajoute aux précédents. Enfin, l’uranium est un matériau pyrophorique, c’est-à-dire qu’il prend feu dans l’air. L’uranium s’oxyde si vite qu’il prend feu (5000°C) en libérant IN SITU différentes particules radioactives et chimiques (cf. document OTAN en date du 25 août 1992 AC/258-D/425).

Quelles sont les raisons de votre censure par les médias ?

Je suis censuré car ce sont des informations à ne pas libérer sur la place publique !
Imaginez: la SYRIE a (version officielle !) utilisé des armes chimiques…or, les ETATS-UNIS et la FRANCE vont utiliser, pour « punir » la SYRIE, des armes CHIMIQUES ET RADIOACTIVES !..le comble de l’horreur et de l’hypocrisie !

Les journalistes savent et ne disent rien, pourquoi ?

Les journalistes savent mais ne disent rien car il y a trop d’enjeux en place: ceux des médias et ceux des Etats…

Quels seraient vos mots pour François Hollande et Obama ?

OBAMA et HOLLANDE vont donc commettre, aux yeux des Lois Internationales (cf.mon article adressé aux journalistes), des CRIMES CONTRE L’HUMANITE…le comble de l’horreur pour OBAMA…PRIX NOBEL DE LA PAIX !

Contact médias:

Thierry Lamireau
E-mail : t.lamireau@yopmail.com

URL de cet article 22321
http://www.legrandsoir.info/syrie-les-degats-que-pourraient-occasionner-les-frappes.html
Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 27 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

HOLLANDE AIME LA GUERRE !

Une belle leçon de morale !

HOLLANDE AIME LA GUERRE ! dans REFLEXIONS PERSONNELLES bbbbbbbbbbb

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 18 septembre, 2013 |1 Commentaire »

ARMES A L’URANIUM APPAUVRI: EXPLICATIONS EN VIDEOS

Les belles armes des occidentaux…

dont la FRANCE !

ARMES A L'URANIUM APPAUVRI: EXPLICATIONS EN VIDEOS dans REFLEXIONS PERSONNELLES depleted-uranium14http://www.dailymotion.com/video/xx6d79

http://www.dailymotion.com/video/xx6do5

NOTA:

Cliquer gauche sur le titre pour voir les vidéos correctement.

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 18 septembre, 2013 |Pas de commentaires »
12345...8

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007