VERS UN GENERATEUR UNIVERSEL FONCTIONNANT A L’ELECTRICITE STATIQUE ? (AFP)

Vers un générateur universel

fonctionnant à

l’électricité statique ?

AAAAAAAA

PARIS – Produire de l’électricité bon marché à partir d’un simple mouvement du corps, d’un souffle de vent ou d’un robinet ? Cela pourrait devenir une réalité grâce à un prototype de générateur qui exploite l’électricité statique, présenté mardi 4 mars 2014 par des chercheurs chinois.

Le fonctionnement de ce générateur repose sur la triboélectricité, l’électricité produite par le frottement de deux matériaux, qui permet par exemple à un ballon de se charger électriquement pour adhérer à un mur après avoir été frotté contre un pull en laine.

Zhong Lin Wang, de l’Institut pour la Nano-Energie et les Nanosystèmes de Pékin, et son équipe ont conçu un système capable de créer une telle charge électro-statique et de la collecter. Un assemblage de plusieurs petits disques composés de matériaux différents dont l’un, doté de rayons à la manière d’une roue de vélo, entre en rotation par rapport aux autres pour créer un courant électrique recueilli ensuite par des électrodes.

Dans leur laboratoire, les ingénieurs ont réussi à produire ainsi du courant à partir de l’eau coulant d’un robinet, du souffle d’un ventilateur ou du mouvement de va-et-vient de la main, pour alimenter au choix des ampoules électriques, un réveil digital ou recharger un téléphone portable…

Il fonctionne pour les mouvements, réguliers ou pas, comme les mouvements du corps humain. A partir du moment où il y a une action mécanique, il peut générer de l’énergie, explique à l’AFP M. Wang, qui fait aussi partie de l’Institut de Technologie de Géorgie à Atlanta (Etats-Unis).

Ce système a une large gamme d’applications: détecteurs embarqués sur des véhicules, téléphones mobiles, petits équipements électroniques, même la production d’énergie à l’échelle industrielle. Cela ouvre une nouvelle voie, lance le chercheur.

Un système simple particulièrement adapté pour produire de l’énergie à partir de mouvements naturels simples eux aussi, assurent ses concepteurs. Quasiment plats et ultralégers, les disques qui composent le générateur ont un encombrement et un coût très modestes par rapport à une dynamo classique, soulignent-ils.

Selon l’étude publiée mardi dans la revue Nature Communications, ce prototype de générateur triboélectrique affiche en outre un rendement qui rivalise avec les alternateurs (électro-aimant tournant à l’intérieur d’une bobine) utilisés dans les centrales électriques.

Le prototype est encore de taille modeste, employant des disques d’une dizaine de cm de diamètre seulement, mais les chercheurs pensent pouvoir en augmenter considérablement les dimensions.

Nous sommes en train de travailler pour voir comment générer de l’énergie à partir du mouvement des vagues de l’océan. Notre technologie peut être utilisée à grande échelle, de telle manière que l’énergie qui a été gaspillée durant des siècles soit désormais mise à profit, déclare M. Wang.

(©AFP / 04 mars 2014 17h00) 

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 4 mars, 2014 |Pas de commentaires »

LA NOCIVITE DES ONDES WIFI REMISE SUR LE DEVANT DE LA SCENE PAR DES ETUDIANTES DANOISES (Mathieu DOUTRELIGNE)

La nocivité des ondes wifi remise sur le devant

de la scène par des étudiantes danoises

(Mathieu DOUTRELIGNE)

Un groupe de 5 jeunes lycéennes Danoises de l’école de Hjallerup ont mené une expérience sur des graines de cresson. Ces étudiantes avaient pour objectif de déterminer si oui ou non, les ondes wifi influençaient le développement de certains végétaux. Les résultats sont effarants.

Pendant 12 jours, les étudiantes Danoises ont étudié deux semences de cresson.

La première exposée aux ondes wifi, la deuxième isolée de toute radiation.

Résultat:

LA NOCIVITE DES ONDES WIFI REMISE SUR LE DEVANT DE LA SCENE PAR DES ETUDIANTES DANOISES (Mathieu DOUTRELIGNE) dans REFLEXIONS PERSONNELLES bbbbbbbbbbtLes graines exposées n’ont presque pas germé et quelques-unes ont même muté, alors que celles situées dans la chambre sans radiation se sont développées sans problème (comme le montrent les deux photos ci-dessus).

Les jeunes scientifiques avaient sérieusement préparé leur expérience en répartissant leurs graines sur 12 assiettes, pour ensuite les déposer dans deux chambres distinctes, la première a été exposée aux ondes d’un routeur wifi de la norme IEEE 802.11g, la seconde non. Les mêmes conditions d’éclairage et d’arrosage ont été orchestrées sur les différentes semences.

L’idée de cette expérience leur est venue des difficultés rencontrées à se concentrer pendant les cours.

L’une d’elles raconte:

« Nous pensions que les problèmes de concentration à l’école et parfois d’insomnie venaient du fait que nous dormions avec nos téléphones portables à côté de notre tête ». De ce constat, elles ont imaginé une expérience facilement réalisable montrant l’effet des ondes. Elle ajoute : « c’est vraiment effrayant d’observer un effet aussi flagrant et nous avons été vraiment frappées par de tels résultats. »

Cette expérience simple et ingénieuse a tout de suite attiré l’attention des spécialistes en ondes électromagnétiques. De très sérieux chercheurs du Royaume-Uni, de Suède et des Pays-Bas ont montré un intérêt pour le projet. Certains ont décidé de reproduire l’expérience dans leurs laboratoires scientifiques.

Le professeur Olle Johansson de l’Institut Karolinska de Stockholm commente:

« Dans les limites de leurs compétences, les filles ont mis sur pied et documenté un travail d’une grande élégance. La richesse de détails et de précisions est exemplaire, le choix du cresson est très intelligent, et je pourrais continuer mes éloges. »

Au final, les étudiantes ont reçu le prix du concours « Jeunes Chercheurs ».

Fort des conclusions tirées de leur expérience, elles ont décidé de poser leurs téléphones à l’extérieur de leurs chambres et d’éteindre leurs ordinateurs systématiquement avant de se coucher.

Pendant ce temps-là, un peu partout dans le monde le wifi se démocratise en devenant de plus en plus commun, puissant et rapide. Dernièrement, le Coréen Samsung vient de battre un record de vitesse pour un réseau wifi en obtenant une liaison avec un débit de 40 Go/s. Une telle vitesse équivaut à une bande passante capable de transférer 10 films HD en une seconde. De tels débits pourraient arriver dans quelques années avec la norme 5G.

Mathieu DOUTRELIGNE

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 2 juin, 2013 |Pas de commentaires »

EDF AUTORISE A UTILISER DU MOX DANS TOUS LES REACTEURS NUCLEAIRES DU BLAYAIS: UNE CATASTROPHE FUTURE QUI S’ANNONCE (AFP / Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr)

EDF autorisé à utiliser du MOX

dans tous les réacteurs nucléaires du Blayais:

 Une pure FOLIE !

EDF AUTORISE A UTILISER DU MOX DANS TOUS LES REACTEURS NUCLEAIRES DU BLAYAIS: UNE CATASTROPHE FUTURE QUI S'ANNONCE (AFP / Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr) dans REFLEXIONS PERSONNELLES aaaaaaaaaa21

PARIS – EDF a été autorisé par le gouvernement à utiliser du MOX, un combustible nucléaire contenant du plutonium provenant de combustibles usagés, dans deux réacteurs supplémentaires de sa centrale du Blayais (Gironde), selon un arrêté publié jeudi dernier au Journal Officiel.

Cet oxyde mixte d’uranium et de plutonium, spécialité française fabriquée par AREVA et employée dans l’Hexagone depuis 1987, était déjà utilisé dans les réacteurs 1 et 2 de la centrale proche de Bordeaux.

Il pourra désormais être employé dans les autres réacteurs, le 3 et le 4, précise le Ministère de l’Ecologie et de l’Energie dans un communiqué, ce qui porte à 22 sur 58 le nombre de réacteurs français moxés.

Après la demande d’EDF d’utiliser plus de MOX au Blayais en avril 2010, l’Autorité environnementale avait obtenu un an plus tard que le dossier soit complété. Après une enquête publique fin 2011, l’Autorité de Sécurité Nucléaire a finalement émis un avis favorable en octobre 2012.

L’ASN a notamment considéré que l’expérience acquise depuis 1987 sur l’utilisation du MOX dans les réacteurs nucléaires français n’a pas fait apparaître de comportement du combustible différent en exploitation de celui du combustible à l’uranium enrichi, souligne le ministère.

Le MOX est dans le viseur des écologistes et de certains scientifiques, la radioactivité du plutonium étant considérablement plus élevée que celle de l’uranium enrichi, ce qui représente un risque supplémentaire en cas d’accident nucléaire. Il était ainsi employé dans un des réacteurs accidentés (le numéro 3) de la centrale japonaise de Fukushima.

Son « avantage » réside précisément à réutiliser du plutonium obtenu au terme de la combustion d’uranium enrichi, AREVA mettant en avant ce rôle de « recyclage ». Au total, le MOX contient entre 5 à 10% de plutonium.

Les quatre réacteurs du Blayais ont chacun une puissance de 900 mégawatts. Il fond partie de la génération de réacteurs la plus ancienne actuellement en fonctionnement en France.

(©AFP / 30 mai 2013 09h31)

COMMENTAIRE:

(Le Souffle c’est ma Vie / Thierry LAMIREAU)

Le MOX est une « technique » qui ne permet pas vraiment de « recycler » certains composés radioactifs puisque les déchets qui en découlent sont encore plus complexes à gérer notamment à cause de la radioactivité et de la chimio-toxicité.

La centrale nucléaire du BLAYAIS est très exposée à la montée des eaux (l’on est déjà d’ailleurs passé près d’une catastrophe sur ce site). Rajouter du MOX dans les coeurs des réacteurs est d’une INCONSCIENCE FOLLE.

En effet, l’un des réacteurs de FUKUSHIMA contenait du MOX…On a pu en  constater les résultats, une fois la radioactivité libérée dans l’atmosphère !

Insérer du MOX dans les réacteurs français conduit à une fragilisation du parc nucléaire français.

Cela accélère la venue d’une CATASTROPHE NUCLEAIRE !

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 1 juin, 2013 |Pas de commentaires »

POLLUTION IMPORTANTE DUE A DE FINES PARTICULES DE PLASTIQUE DANS LE LAC LEMAN (AFP)

Beaucoup de pollution due à de fines particules

de plastique dans le lac Léman

POLLUTION IMPORTANTE DUE A DE FINES PARTICULES DE PLASTIQUE DANS LE LAC LEMAN (AFP) dans REFLEXIONS PERSONNELLES aaaaaaaa28

GENEVE – Des chercheurs de l’EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) ont mesuré des concentrations de particules microscopiques de plastique en quantité suffisante pour engendrer une certaine inquiétude dans le lac Léman, selon un communiqué de l’institution.

Ces déchets, déjà observés dans les océans, commencent à faire l’objet d’études pour les lacs et les étangs.

Nous avons été très surpris de découvrir des concentrations de microplastiques aussi élevées en Suisse, un pays respectueux de l’environnement, déclare le principal auteur de l’article, Florian Faure, de l’EPFL.

Publiée dans le dernier numéro du journal Archives des Sciences, l’étude s’est focalisée sur le Léman, où de telles particules de plastique atteignant jusqu’à 5 mm de diamètre ont été trouvées.

Selon M. Faure, la situation reflète ce qui se passe au niveau planétaire, même si la Suisse et la France ont fourni de gros efforts pour préserver leurs rives ces dernières décennies.

Ces éléments microscopiques de plastique présentes dans l’eau douce pourraient être la principale source de cette pollution dans les océans, où il y a d’immenses surfaces présentant un taux élevé de ces particules.

Les scientifiques estiment que seulement 20% environ de ces substances sont déversées directement dans la mer. Les 80% restants proviendraient des terres, soit des décharges, des égouts et des ordures urbaines.

Lorsque les oiseaux et les poissons avalent ces tout petits morceaux de plastique, ceux-ci peuvent obstruer leurs voies digestives ou bloquer leurs voies respiratoires.

De plus, les débris ingérés peuvent transporter en surface des additifs toxiques comme le bisphénol A et les phtalates, deux agents cancérigènes utilisés dans les plastiques transparents ou d’autres polluants hydrophobes, tels que les PCB.

Pour mesurer la pollution par les fines particules de plastique, Florian Faure et son équipe ont recouru à plusieurs approches : ratissage des plages du lac Léman, dissection d’animaux, notamment de poissons (brochets, gardons, brèmes) ou encore observation des fientes de volatiles trouvées aux alentours du lac.

Pour prélever ces éléments dans l’eau, les chercheurs ont travaillé en collaboration avec Oceaneye, une association à but non lucratif dont le siège est à Genève, qui a mis au point un système de mesure de la pollution par le plastique en Méditerranée.

Nous avons trouvé du plastique dans chaque prélèvement effectué sur les plages, a expliqué Florent Faure.

Le principal accusé est le polystyrène.

Le volume de débris sortis du lac Léman au cours de cette étude préliminaire s’est révélé comparable à celui observé en Méditerranée.

(©AFP / 29 mai 2013 17h44)

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 1 juin, 2013 |Pas de commentaires »

L’ESCLAVE CRYPTE (http://gaetanpelletier.wordpress.com/2013/05/14/lesclave-crypte/)

L’esclave crypté

L'ESCLAVE CRYPTE (http://gaetanpelletier.wordpress.com/2013/05/14/lesclave-crypte/) dans REFLEXIONS PERSONNELLES bbbbbbbbbbb

arton20590-fe22f AUSTERITE dans REFLEXIONS PERSONNELLES
Gaëtan PELLETIER

Tout progrès est ambigu, à la fois chance et péril. C’est nous qui choisissons. Le progrès technique nous donne actuellement la possibilité de gagner plus, de vivre mieux, de travailler moins. Et comme nous avons libéré la cupidité des hommes, avec la libéralisation du secteur financier, ce sont les effets pervers qui l’emportent. Ce qui devrait être un instrument de libération des hommes devient un moyen d’asservissement. L’homme devient la variable d’ajustement de l’augmentation des dividendes. Tant qu’on n’aura pas tranché le nœud gordien du pouvoir de la finance, rien ne sera possible. Parce que le rapport de force agira toujours dans cette direction, et le côté pervers du progrès technique l’emportera toujours. Sous la pression des événements et des drames qui se multiplieront, serons-nous amenés à le faire à temps ? Sans cela, nous courrons à la catastrophe. Il faut continuer à alerter et à travailler dans ce sens. ( René Passet, Bastamag )

Le grand pouvoir de ce monde repose désormais sur la magie contemporaine. Un mélange d’huile de serpents « humanoïdes » (sic), scandant des slogans à travers une presse quadriplégique, une télévision-mitraillette et une médecine franchement douteuse, qui ne sont pas sans rappeler les expériences étranges des saignées et des incantations autour du corps malade.

Magie contemporaine ?

Étrangement, nous avons rétrogradé, sans le savoir, dans une ère de sorciers « mono-vêtus », nouveaux prêtres de la religion : ils s’habillent pareillement, camouflés en une cravate et veston. Une discrétion équivoque…

Le déclenchement de cette fabulation pernicieuse ? « Science ». Il y a un rapport entre le shaman bariolé et l’armada de politiciens écrasés par la foi en un néolibéralisme « développeur » : puisque tout est « science », l’économie l’est également.

La politique – celle qui se targue de pouvoir et de changement- n’est plus qu’un produit – exempt du « clan science ». Leur pouvoir se résume à calfeutrer à la hâte les nids de poules creusés par la vitesse d’exécution du totalitarisme de l’économie. Et dans sa foi, sa poursuite à appliquer une recette désuète, le résultat est que l’homme d’État n’est désormais qu’un esclave, mains liées, encagées dans un bateau ivre. Pendant que passent, au-dessus de lui ou d’elle, les drones rieurs. Manettes à distance.

Les machines à mutiler 1.0

Shaman 2

Les guerres mutilent.

Voici trois images de la fin de la guerre 39-45

Russie 1

Russie 2

Russie 4

C’était nécessaire, direz-vous, de se débarrasser du nazisme. C’est ce que le citoyen en a retenu… Mais cette guerre fut déclenchée par des « besoins économiques » d’extension afin de faire prospérer l’Allemagne. Les méchants nazis n’étaient que des avares de terres… Hitler s’entoura d’assoiffés de pouvoir qui eurent chacun leur but « personnels ».

Bien avant l’attaque de Pearl Harbor, le président américain avait déjà entrepris des ententes avec l’Angleterre pour « vendre » des armes, pour une dette ultérieure. Hitler, en délaissant la cible « Angleterre », se rua vers l’U.R.S.S. , ses champs de blé et les puits de Stalingrad.

Il a simplement compris que la richesse réelle était ailleurs…

L’interprétation historique vous dira qu’il avait fait erreur. Il avait tout simplement oublié son sens « pratico-pratique ».

La machine à mutiler 2.0

N’ayant plus de « méchants » à combattre, les « méchants javellisés aux idéologies trafiquées » décidèrent alors de crypter les causes des guerres. Et c’est « ici » que cela se passe.

Enigma_1940

Si les Nazis ont utilisé une machine Enigma pour crypter leurs messages, le cryptage « moderne » de transferts d’information a noyé toute compréhension de l’humain, devenu le poisson le plus salé et fumé de la création. Si vous faites un mélange de la « présentation » de la situation terrestre globale, vous ne pouvez pas saisir et analyser réellement ni la somme, ni les composants, ni les changements rapides, ni les mensonges, ni les religions. Ni les réactions humaines, encore plus complexes…

De fait, on a créé enfin cette tour de Babel – et dans un but précis-, pour subjuguer quiconque irait se « mêler » à essayer de voir clair dans l’ignominie mondialiste. L’Histoire, pour ne pas laisser de traces, est passée à la déchiqueteuse de minute en minute, d’heure en heure, de jour en jour. Ajoutez à cela le mouvement perpétuel dans un quasi instantéisme, toute capacité de saisir le mouvement de l’Histoire est du domaine de l’impossibilité.

La machine à crypter, Énigme, version 21e siècle a rendu quadriplégique la masse de politiciens-chiots de poche. Ils sont assis et ils parlent.

La machine à mutiler est camouflée, cryptée, invisible, furtive. On vous montrera des corps – aux fins de propagande -, pouvant servir à attiser vos haines, mais on ne vous montrera pas la mutilation psychologique et économique, de vie quotidienne du citoyen d’un pays qui n’existe que sur papier.

On se penchera sur « l’Énigme » des plans d’austérité, de la pauvreté, sans trop de finesse, et le plus étrange est qu’on fera appel à l’entreprise privée pour délivrer les pays riches appauvris.

Pour être à jour, il faut se lever hier…

Une société qui n’a pas de questionnement sur son avenir ignore son passé.

Il n’y a que le camouflage qui change.

La réussite de demain est dans le décryptage de l’Histoire.

C’est la raison pour laquelle on l’a toujours trafiquée, et que dans les écoles on refuse d’y donner l’importance qu’elle a.

La Terre est une boule de cristal sur laquelle nous vivons tous. Le secret de l’avenir réside sans doute dans ses millions d’années pendant lesquelles elle a permis le développement et la réussite de la race humaine. C’est un grand livre rond que nous nous refusons de lire.

P.S.: Il reste cette merveille électronique sur laquelle j’écris en ce moment. Aux mains de tous, il n’est ni meilleur ni pire. C’est un outil magique, mais il peut également servir à nous berner sur notre liberté d’expression. Une pancarte électronique, c’est également un miroir dangereux pour les petits « sauvages » qui peuvent hurler pendant qu’ils se font mutiler sans cadavres.

C’est le progrès. Il faudra l’arrêter un jour.

Gaëtan PELLETIER

14 mai 2013

Mutilation « moderne »:

BANGLADESH, 2013. L’usine effondrée….

Bangladesh

http://gaetanpelletier.wordpress.com/2013/05/14/lesclave-crypte/

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 19 mai, 2013 |Pas de commentaires »

ONDES: ROBIN DES TOITS EN APPELLE AUX PARLEMENTAIRES (AFP)

Ondes:

ONDES: ROBIN DES TOITS EN APPELLE AUX PARLEMENTAIRES (AFP) dans REFLEXIONS PERSONNELLES aaaaaaaaa21

Une antenne relais à Sizun, en Bretagne (Photo AFP. Fred TANNEAU)
« Robin des Toits » en appelle aux parlementaires

PARIS – L’association « Robin des Toits » a dénoncé, mercredi 15 mai 2013, dans un courrier adressé à une vingtaine de parlementaires, la façon dont sont conduits les travaux du Comité issu du Grenelle des Ondes chargé d’évaluer la possibilité d’une réduction de la puissance des antennes-relais de téléphonie mobile.

Il nous apparaît que l’objectif est de disqualifier le seuil d’expérimentation de 0,6 volt/mètre, considéré comme un seuil de précaution sanitaire par l’association, écrit « Robin des Toits » à des députés et sénateurs parmi lesquels figurent les ex-Ministre et Secrétaire d’Etat à l’Ecologie Nathalie Kosciuscko-Morizet et Chantal Jouanno.

Né en 2009 du Grenelle des Ondes, le COPIL, comité réunissant l’Etat, les opérateurs de téléphonie, les élus locaux et les associations, est chargé d’étudier la faisabilité d’une réduction de l’exposition du public aux ondes et d’évaluer l’impact de cet éventuel abaissement sur la qualité du service, rappelle l’agence.

Les conclusions de ces expérimentations, lancées il y a trois ans, sont attendues d’ici fin juin 2013, a-t-on dit à l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR), pilote des opérations.

Les travaux consistent à simuler par ordinateur, pour sept villes de tailles différentes (dont Paris 14e, Grenoble ou Courbevoie), un abaissement de la puissance des antennes-relais existantes pour garantir une exposition maximale de 0,6 v/m puis à calculer le nombre d’antennes qu’il faudrait rajouter pour retrouver la qualité de couverture initiale.

A Paris 14e, un tel seuil limite de 0,6 V/m nécessiterait au moins trois fois plus d’antennes, et à Grand-Champ (Morbihan), au moins quatre fois plus, affirme-t-on à l’ANFR. Celle-ci rappelle qu’il y a déjà 50.000 à 60.000 antennes-relais de téléphonie mobile en France.

Pour « Robin des Toits », cependant, l’ANFR a récemment introduit de nouveaux critères et souhaite modifier les résultats d’une expérimentation pourtant déjà menée à Grenoble avec l’assentiment général.

L’association en appelle à un arbitrage des parlementaires. On souhaite qu’ils remettent au clair les règles du jeu, a dit à l’AFP le porte-parole de l’association, Etienne Cendrier.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a classé en 2011 les ondes comme potentiellement cancérigènes, mais les opérateurs s’appuient sur le dernier avis de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (Anses), datant de 2009, pour écarter tout danger. L’ANSES doit actualiser cet avis d’ici l’été 2013.

(©AFP / 15 mai 2013 19h11)

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 16 mai, 2013 |Pas de commentaires »

DIOXYDE DE TITANE: UNE BOMBE A RETARDEMENT ? (Florence HUMBERT / http://www.quechoisir.org)

Dioxyde de titane

DIOXYDE DE TITANE: UNE BOMBE A RETARDEMENT ? (Florence HUMBERT / http://www.quechoisir.org) dans REFLEXIONS PERSONNELLES aaaaaaa5

Une bombe à retardement ?

(Florence HUMBERT / http://www.quechoisir.org)

Le dioxyde de titane, un pigment entrant dans la composition de nombreux produits d’usage courant, comme les crèmes solaires ou les dentifrices, aurait les mêmes effets toxiques que l’amiante.

« Avec le dioxyde de titane, on se retrouve dans la même situation qu’avec l’amiante il y a 40 ans », affirme le professeur Jürg Tschopp, prix Louis-Jeantet de médecine 2008, qui a piloté une étude franco-suisse sur les effets toxiques de ce nanomatériau. Le potentiel inflammatoire du dioxyde de titane était déjà connu, mais ses mécanismes d’action n’avaient pas été clairement élucidés jusqu’ici. C’est aujourd’hui chose faite grâce aux travaux effectués conjointement par les chercheurs du Département de Biochimie de l’Université de Lausanne (UNIL) et de l’Université d’Orléans. Les tests in vivo et in vitro sur des souris, et in vitro sur des cellules humaines, montrent que le dioxyde de titane, sous forme nanométrique (particules de dimensions un million de fois plus petites qu’un cheveu), a une activité pro-inflammatoire sur les poumons et le péritoine. D’où un possible effet cancérigène. Tout comme l’amiante et la silice, deux irritants environnementaux bien connus.

Un constat d’autant plus alarmant que le dioxyde de titane entre dans la composition de nombreux produits de la vie quotidienne. Utilisé principalement comme pigment et comme opacifiant, il se retrouve aussi bien dans les crèmes solaires, les dentifrices ou les confiseries que dans les peintures et les médicaments.

L’organisme ne parvient pas à s’en débarrasser

Le nanomatériau peut être absorbé par voie digestive, cutanée ou respiratoire. Aujourd’hui, on manque encore de données sur l’absorption de dioxyde de titane via l’alimentation ou la peau. Si le risque de pénétration n’est pas exclu à la surface d’une peau lésée (brûlures ou peau atopique), l’ingestion par voie respiratoire est bien plus préoccupante, en particulier pour le personnel des industries nanotechnologiques.

Le problème, c’est que l’évaluation réelle des risques se fera sur le long terme:

« Aujourd’hui, on constate que les particules s’accumulent dans l’organisme qui ne parvient pas à s’en débarrasser. En l’état actuel des recherches, on peut seulement prédire qu’il y a là un potentiel pour produire une inflammatoire chronique », précise le Pr Tschopp.

En attendant, plus de deux millions de tonnes de dioxyde de titane nanométriques sont produites chaque année dans le monde, un chiffre qui a doublé en moins de 10 ans. Pour de nombreux produits, la valeur ajoutée du dioxyde de titane est des plus discutables. Ainsi, le nano-TiO2 incorporé aux pâtes dentifrices leur confère une blancheur sans effet sur leur pouvoir nettoyant, mais synonyme d’efficacité dans l’esprit des consommateurs.

« Nos données suggèrent que le nano-TiO2 devrait être utilisé avec une plus grande prudence qu’il ne l’est actuellement », soulignent les auteurs de l’étude.

« De meilleures précautions devraient être prises », pour limiter son ingestion, dans l’industrie comme dans la vie quotidienne. « Il a fallu presque 100 ans et d’innombrables décès avant que l’amiante soit bannie », rappellent les chercheurs.

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 16 mai, 2013 |1 Commentaire »

RETOUR SUR INFO: LE NUCLEAIRE ET SON INDUSTRIE DANS LA DESINFORMATION AU QUOTIDIEN.

Le nucléaire et son industrie dans la

désinformation au quotidien

RETOUR SUR INFO: LE NUCLEAIRE ET SON INDUSTRIE DANS LA DESINFORMATION AU QUOTIDIEN. dans REFLEXIONS PERSONNELLES aaaaaaaaa2

(Centrale nucléaire de GOLFECH)

L’industrie nucléaire ment.

Elle ment par tous les moyens possibles.

« Nucléaire: un si long silence »

 (Un film de Colombe SCHNECK)

(« Arrêt sur Images » de Daniel SCHNEIDERMANN / La Cinquième 1999)

Elle ment par omission, par des tours et détours de langage, par le temps qui passe… Mais l’industrie nucléaire triche aussi. Triche et minimise les accidents, minimise les dangers et cache ses déchets sous les parkings, à l’étranger, à droite et à gauche.

Des transports de trains clandestins remplis de déchets nucléaires passent en plein PARIS sur des voies ferrées publiques, stationnent dans des gares.

Le nucléaire se répand insidieusement et va jusque dans les aliments, l’eau, les matériaux de construction mais surtout, le nucléaire est ingérable en cas de situations non prévues…et des imprévus il y en a toujours.

Le nucléaire et les sociétés qui l’exploitent induisent de fait un réel crime contre l’humanité.

L’industrie du nucléaire est une industrie mortifère.

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 11 mai, 2013 |Pas de commentaires »

QU’EST-CE QUE L’ENERGIE NUCLEAIRE? (Vidéo de Brian RICH / Traduction: Stéphane PALAY))

Qu’est-ce que l’énergie nucléaire ?

(Une vidéo de Brian RICH)

Traduction: Stéphane PALAYQU'EST-CE QUE L'ENERGIE NUCLEAIRE? (Vidéo de Brian RICH / Traduction: Stéphane PALAY)) dans REFLEXIONS PERSONNELLES aaaaaaaaa

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 11 mai, 2013 |Pas de commentaires »

EXPOSITION AUX PESTICIDES: DES NIVEAUX ELEVES EN FRANCE (AFP)

Exposition aux pesticides:

EXPOSITION AUX PESTICIDES: DES NIVEAUX ELEVES EN FRANCE (AFP) dans REFLEXIONS PERSONNELLES pesticides_865_w460

Des niveaux élevés en France

PARIS – L’Institut National de Veille Sanitaire (INVS) a publié lundi 29 avril 2013 une étude reflétant l’exposition de la population française aux pesticides qui, pour la famille d’insecticides la plus utilisée, se révèle être plus élevée qu’en Allemagne ou en Amérique du Nord.

Sur la base de l’étude de concentrations urinaires mesurées en 2007, l’INVS indique que les métabolites des pesticides pyréthrinoïdes (famille d’insecticides la plus utilisée aujourd’hui pour le traitement des cultures et les applications domestiques) étaient plus élevées que celles observées en Allemagne, au Canada et aux Etats-Unis.

La consommation de certains aliments et l’utilisation domestique de pesticides (traitements antipuces ou dans un potager) influençaient de façon notable les concentrations, ajoute l’INVS.

L’étude rendue publique lundi est un des volets d’une grande enquête sur la nutrition et la santé des Français réalisée en 2006-2007.

La présence de 42 biomarqueurs a été mesurée chez 400 personnes pour évaluer l’exposition des Français à trois familles de pesticides (pyréthrinoïdes, organophosphorés et organochlorés) et aux PCB-NDL (polychlorobiphéniles), ces derniers étant interdits depuis 1987.

Pour les pesticides organophosphorés, efficaces sur les insectes et les acariens mais dont les usages ont été fortement restreints, la France présente des concentrations urinaires similaires à la population israélienne mais supérieures à celles des Américains et des Canadiens. Elle affiche en revanche des niveaux inférieurs à l’Allemagne, dont les chiffres datent de 1998.

Pour cette catégorie de pesticides, plusieurs facteurs semblent influencer les marqueurs urinaires (âge, corpulence, alimentation) et également le lieu de résidence et notamment la surface agricole dédiée à la culture de la vigne et l’usage d’insecticides dans le logement.

L’INVS estime qu’une attention particulière doit être portée aux pesticides organophosphorés et pyréthrinoïdes pour lesquels les niveaux français semblent être parmi les plus élevés en référence à des pays comparables.

Pour la dernière famille de pesticides étudiés, les organochlorés, les mesures et restrictions d’usage semblent montrer leur efficacité, note l’INVS, tout en appelant à vérifier leur efficacité pour certains chlorophénols.

Par exemple, les concentrations de l’insecticide DDT (interdit depuis 1971 en France) étaient voisines, voire plus faibles que dans d’autres pays, notamment en Europe et en Amérique du nord, et encore nettement inférieures à celles observées en Asie.

Mais, si pour la plupart des chlorophénols, les concentrations moyennes françaises sont similaires à celles mesurées dans les études allemandes et américaines, elles étaient bien supérieures pour deux marqueurs, rapporte l’INVS.

Le premier (2,5-DCP), présent dans des désodorisants et des antimites, est interdit depuis 2009.

Enfin, si la concentration moyenne de PCB a été divisée par trois en 20 ans (1986-2007) dans les analyses de sang, il y a encore 13% des femmes en âge de procréer (18-45 ans) et moins de 1% des adultes, qui avaient en 2007 des niveaux supérieurs à ceux recommandés par les autorités sanitaires.

Ceci est imputé à l’héritage historique de la pollution aux PCB qui reste marquée en Europe et en France.

Les PCB, autrefois utilisés dans du matériel électrique, sont des substances qui s’accumulent dans l’organisme de certains poissons.

Plus de 90% des pesticides sont utilisés dans l’agriculture, le reste par des jardiniers amateurs et pour usages collectifs, comme les voies ferrées.

(©AFP / 29 avril 2013 16h53)

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 3 mai, 2013 |Pas de commentaires »
12345...15

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007