EN FRANCE L’URANIUM « APPAUVRI » RESTE UN TABOU !

En France l’uranium « appauvri »

reste un sujet tabou

EN FRANCE L'URANIUM

(Guy POUSSY / 15 janvier 2001)

La France a mis au point des obus-flèches à uranium « appauvri » (UA) qui équipent ses chars de combat « Leclerc » depuis leur mise en service en 1991 ainsi que des munitions pour certains aéronefs. Le Ministre des Armées, nie l’utilisation des munitions U.A. par l’armée française. Il nie aussi la contamination de soldats français ayant participé à la guerre du golfe et du Kosovo. En 1995, trois journalistes Jean BERNARD, Clément SARRASIN et François WEILL menèrent une enquête. Leur article: « la tempête du désert était radioactive » fut proposé à différents journaux, la publication fut refusée. L’article fut soumis à Pierre Zarka, directeur de « l’Humanité », il ne l’a jamais publié. 

LE LOURD SECRET

DE LA GUERRE DU GOLFE:

La « Tempête du désert » était radioactive!

Révélations sur un crime de guerre…

et d’autres à venir

Une enquête de Jean BERNARD, Clément SARRASIN et François WEILL

Il existe depuis la guerre d’Irak un « mystère du syndrome du Golfe ». Depuis plus de quatre ans un « mal non identifié » continue à faire des victimes dans les rangs des combattants, voire de leur descendance. Émanation d’incendies ? Gaz de combat ? Maladie inconnue ? Nombre d’hypothèses ont été avancées sans que l’armée des USA (dont plusieurs dizaines de soldats sont atteints) ne rompe un silence étrange et inquiétant… Mais les apprentis sorciers se vantent-il de leurs erreurs mortelles ? Car il est aujourd’hui avéré que furent pour la première fois utilisées massivement lors de ce conflit des munitions radioactives ! Inconscience ou action délibérée, les USA comme la France continuent à fabriquer ce type d’armes… Fin d’un mystère ou début d’un scandale ?

La Guerre du Golfe, qui fut certainement la plus médiatisée à ce jour, fut qualifiée de « guerre propre », privilégiant les « opérations chirurgicales » aux affrontements conventionnels. La rapidité avec laquelle les forces de l’alliance américano-européenne anéantirent la résistance de l’armée irakienne n’étonna aucun spectateur, la supériorité technologique et celle du nombre étant évidente… Les plus surpris furent les militaires irakiens, lorsqu’ils constatèrent que les chars américains bénéficiaient d’une portée de tir de près de mille mètres supérieure aux leurs accompagnée d’un pouvoir de destruction stupéfiant… Ils ne pouvaient à l’époque savoir qu’ils servaient de cobayes à la première utilisation « in vivo » d’une nouvelle génération de munitions à base d’uranium « appauvri » !
Le fait serait sans doute resté confidentiel (défense ?) sans ce fameux « syndrome du Golfe » dont nombre de soldats américains furent affectés: troubles cardiaques et pulmonaires, perte de mémoire, chute des cheveux… Un an après le conflit naissaient aux USA des enfants anormalement conformés, pour certains hydrocéphales, pour d’autres avec une oreille ou un oeil en moins…

En 1993, le « Veterans Affairs Departement » avoua l’existence d’une « maladie inconnue » chez les anciens de la Guerre du Golfe.

En 1994, l’observation médicale de certains sujets mit en lumière une troublante similitude entre les symptômes constatés et des cas connus d’irradiation par ingestion. Impossible dès lors pour l’armée américaine de continuer à dissimuler les effets secondaires de quelques « bavures fratricides » ayant entraîné la mort et l’irradiation de nombreux soldats américains. Immédiatement prise à partie par une commission du Congrès, la « grande muette » américaine dut alors reconnaître l’utilisation sur le terrain de munitions à composantes d’isotope U 238 dont les effets secondaires avaient été largement sous-évalués, sinon délibérément ignorés…
En effet, le développement de ce type -de munition remonte au début des années 70. Celles-ci étaient à l’époque motivées par la recherche d’une plus grande portée de tir et d’une meilleure capacité à percer les blindages. L’uranium « appauvri », disponible en grande quantité et d’un faible coût, offrait toutes les caractéristiques requises pour la conception de l’alliage idéal: extrême densité (trois fois plus que l’acier) et très faible résistance à l’air, permettant à un obus-flèche de 120 mm d’atteindre la vitesse de Mach 5 pour une portée supérieure de mille mètres à celle d’un projectile conventionnel. En outre, l’exceptionnelle concentration d’énergie provoquée par l’impact démontrait des capacités inégalées à percer les blindages jusqu’alors réputés invulnérables…
La radioactivité de l’U.A. étant faible sous forme de métal inerte (voir encadré), fut-il fait fi délibérément des risques de contamination chimique du nuage de micro particules engendré par l’explosion de ces munitions ? Un incident significatif pourrait le laisser penser: en 1979, une usine d’Albany qui fabriquait des munitions de 30 mm en U.A. pour l’U.S. Air Force fit l’objet d’une enquête pour dépassement du taux de radiation autorisé qui amena à sa fermeture définitive en 1983 ! La radioactivité constatée n’excédait pourtant que de peu les 150 micro Curie, soit l’équivalent du rayonnement provoqué par environ 400 g d’isotope U 238… Comment est-il possible d’imaginer que le risque engendré par l’utilisation intensive de ce type de munition lors d’un conflit n’ait pu être dès lors pris en compte ?
On sait aujourd’hui que durant la guerre éclair de 100 heures dans le Golfe, 940.000 cartouches de 30 mm et 4.000 obus de 120 mm en U.A. ont été tirés par l’aviation et les chars américains. Le poids des éclats ainsi répandus sur le champ de bataille est évalué à 300 t ! Ces munitions ont entraîné la destruction de plus de 3.000 chars et 1.856 véhicules blindés irakiens (1). En Novembre 1991, un rapport de l’Atomic Energy Authority de Grande Bretagne a révélé que les déchets d’U.A, pourraient être la cause de 500.000 morts potentiels et précise « qu’il y a certains endroits où suffisamment de cartouches ont été tirées pour que la contamination localisée sur les véhicules et au sol excède les limites autorisées pour les équipes de nettoyage… » (2). Cette étude se basait à l’époque sur l’hypothèse selon laquelle 25t de munition d’U.A. avaient été utilisées… En fait le douzième de la réalité !
A la suite de ce rapport, Ramsey Clark, ancien chef du « Département of Justice » des Etats Unis a ouvertement dénoncé l’utilisation de ce type d’armes comme « crime de guerre »(3)…
Quatre ans se sont écoulés depuis la fin de la Guerre du Golfe. Les conséquences de l’embargo maintenu contre l’Irak sont aujourd’hui difficiles à estimer… quinze mille morts par mois, peut-être plus?… Combien de générations d’Irakiens sont-elles par contre condamnées à une effroyable mort lente et qui en portera la responsabilité devant l’Histoire ? Est-il imaginable que de telles armes soient encore produites et puissent être utilisées dans un conflit à venir ?
La France produit-elle de telles armes ? Hélas oui, et il semble paradoxalement que la Guerre du Golfe en ait stimulé la fabrication.

A la poursuite de l’U.A.

Nous avons mené une enquête discrète dans le monde des apprentis-sorciers et fait de stupéfiantes découvertes en France, en suivant la piste de 75 tonnes de ce fameux uranium « appauvri » du Massachusetts au canon du char Leclerc…
Point de départ de toute enquête: la documentation. Début Mai 1995, nous prenons connaissance grâce au CDRPC (Centre de Documentation et de Recherche sur la Paix et les Conflits) à Lyon d’un surprenant document daté du 1er Février 1991, soit un mois jour pour jour avant la fin de la Guerre du Golfe et émis par le N.R.C. (Nuclear Regulatory Commission) des USA. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une autorisation d’exportation aux fins de fabrication de munitions de 75 tonnes d’U.A. au bénéfice d’une société française, la CERCA à Bonneuil, dans le Val de Marne. La prise d’effet de cette licence est le 1 er Mars 1991, soit trois jours exactement après la fin des hostilités !… Nous savions déjà que des recherches visant au « durcissement » à l’U.A. des obus-flèches avaient été menées en France durant la décennie 70 à 80 pour avoir recueilli de précieux témoignages d’un certain nombre d’ingénieurs de l’armement ayant travaillé à l’époque sur ces programmes… Rien d’étonnant à cela, notre industrie de l’armement n’ayant pas la réputation d’être la moins performante.

Curieuses constatations:

 - La société désignée comme fournisseur dans ce document est la Nuclear Metal inc. (Mass. USA) qui n’est autre que l’un des principaux fabricants de munitions auxquels l’U.S. Army et l’U.S. Air Force avaient commandé dans les années 70 à 80 plusieurs centaines de milliers de munitions en U.A. pour mener des essais sur quatre sites dont la décontamination est aujourd’hui estimée à plus d’un milliard de dollars !… C’est aussi, avec Aerojet Heavy Metals l’une des sociétés autorisées par la NRC à conserver un rythme de production de temps de guerre pour recomplèter les stocks d’armes en U.A. après la guerre du Golfe…
– L’activité de la CERCA S.A. ne concerne nullement la fabrication d’armement, son objet déclaré étant « Recherche, études et mise au point de combustibles nucléaires, études et mise au point des procédés de leur fabrication, traitement et exploitation de ces procédés… » En outre « l’usine de Bonneuil », spécifiée comme destinataire final du produit, ne figure nulle part comme établissement secondaire de cette société au capital de 20 millions de francs dont deux des actionnaires les plus représentatifs ne sont autres que FRAMATOME et COGEMA… Son siège social se trouve dans la tour Fait à la Défense où elle voisine avec d’autres sociétés « très spécialisées ». Plus étrange encore, le site de Bonneuil semble aujourd’hui « mis en sommeil ».
L’enquête sur place nous révélera l’éphémère existence d’une petite SARL au capital de 50.000 F: La CERCA-NUKEM (CECCN), dissoute le 29 Août 1994 et dont la durée de vie peut sembler avoir été étrangement liée à la validité du document de la N.R.C. . Cette société aurait-elle donc été constituée dans le seul but de servir de couverture à un transfert devant être le plus discret possible ? Il n’y aurait rien d’étonnant à cela, ce type de montage étant monnaie courante dans ce genre d’opérations… Mais comme il existe toujours une faille, même dans les secrets les mieux gardés, nous apprendrons que si l’U.A. en question a bien transité par Bonneuil, il fut en réalité transféré à l’usine S,I.C.N. d’Annecy, filiale à 100% de la COGEMA qui ne fait aucun mystère dans ses plaquettes commerciales de sa participation à des applications militaires de l’uranium métal, naturel ou « appauvri »…
Etrange coïncidence, nous avions localisé à peine à une quarantaine de kilomètres d’Annecy (donc de la SICN), une des entreprises françaises les plus performantes dans le domaine très particulier des obus-flèches… Entreprise discrète s’il en est, la société CIME BOCUSE ne figure pudiquement dans les pages jaunes de l’annuaire qu’à la rubrique « Métallurgie »… Point d’entreprise d’armement dans le département de Haute Savoie à plus forte raison à St. Pierre en Faucigny, charmant petit bourg de 5000 âmes niché au creux d’une vallée…
Même le bulletin municipal reste très discret sur la nature des activités de l’entreprise et la décrit ainsi: « …Cette entreprise très importante et forte de 200 salariés il y a quelques vingt ans est réduite à 80 emplois après plusieurs « plans sociaux » successifs. Rachetée par un groupement d’intérêt national, elle est en passe de trouver un régime de croisière avec de réelles et intéressantes possibilités… »
En fait le « groupement d’intérêt national » dont il est fait mention n’est ni plus ni moins que le GIAT (Groupement Industriel de l’Armement Terrestre) mais le bulletin n’en souffle mot. Il se montre en revanche plus disert sur la part du budget communal que représente la contribution de l’entreprise: 25%!…
Pour trouver CIME – BOCUSE il faut savoir et vouloir. Vue de l’extérieur, l’usine elle-même ne paye pas de mine et la sécurité visible se limite à l’entrée à une guérite et une barrière des plus communes dans toute entreprise industrielle d’importance moyenne. Autour du site court une clôture bien anodine. Ses secrets semblent protégés surtout par la discrétion plus que par d’ostensibles dispositifs. En revanche on ne badine pas sur la sécurité à l’intérieur de l’usine. Tout manquement aux règles de sécurité en matière de protection individuelle y serait particulièrement sanctionné comme par exemple l’oubli du masque de protection des voies respiratoires…
Règles de sécurité aussi en matière de filtrage des entrées et des sorties par le service de garde, notamment pour les transporteurs locaux qui assurent avec leurs camions l’essentiel des livraisons de matières premières mais qui, curieusement, selon un des responsables, ne s’étend pas à la nature de la cargaison. Tandis que les produits finis sont évacués par les mêmes moyens.
Bien que le haut savoyard n’ait pas une réputation de bavard, une discrète et patiente enquête auprès des habitants nous confirmera l’existence de deux modèles de munitions flèches d’aspect rigoureusement identique mais dont l’une, nettement plus lourde que l’autre, ne peut correspondre qu’à l’APF -.SDS – FI, décrite dans notre encadré…
Dans un rapport de synthèse en date du 3 Décembre 1987 intitulé « La munition-flèche: L’apport industriel et commercial de CIME – BOCUSE dans le développement et la vie d’un nouveau produit », l’entreprise ne laisse planer aucun doute sur l’exceptionnelle bienveillance de la D.G.A. à son égard, elle qui est détentrice du brevet des « pénétrateurs DENAL » pour munitions de gros calibre à énergie cinétique. Exceptionnelle bienveillance qui se manifeste, le rapport dixit, par une « coopération technique CIME-BOCUSE – DGA – EFAB  » comportant la mise à disposition des moyens d’essais statiques et dynamiques de la DGA et un « programme de fournitures d’essai pour la sélection des matériaux ».
Est-il envisageable que tout ou partie des 75 tonnes d’U.A. d’origine américaine dont nous avons pu suivre l’étrange parcours jusqu’à Annecy aient pu faire une quarantaine de kilomètres supplémentaires pour bénéficier du savoir-faire de CIME-BOCUSE, devenue GIAT
Reste une question et non des moindres: pourquoi la France qui dispose du parc de centrales électronucléaires le plus puissant d’Europe et par conséquent d’un stock plus que considérable d’U 238, aurait-elle eu besoin d’en importer des USA ? La subtilité de cette intéressante question n’échappera à personne, chacun étant libre d’échafauder sa propre théorie en la matière…
La France continue donc de fabriquer aujourd’hui, et sans trop s’en cacher, des munitions identiques à celles que les américains utilisèrent massivement avec les effets désastreux que l’on sait dans le Golfe. Inconscience criminelle dictée par une « sorte d’obligation » aussi tactique que commerciale ou mépris délibéré des règles de la guerre ?
Questionné sur ce point précis, le Général Pierre Marie GALLOIS ne fait pas dans la dentelle:
-  »Les Américains se sont conduits en apprentis-sorciers. L’utilisation de ce type de munitions relève du mépris le plus absolu de toutes les règles qu’un militaire se doit de respecter… L’obstination à vouloir percer les blindages est d’une imbécillité totale, le fait étant parfaitement connu, et ce depuis de très longues années, que le seul effet de choc produit par l’impact d’un obus contre la tourelle d’un char suffit à faire exploser la tête de ses occupants! …Qui plus est, les effets induits par la propagation des particules d’uranium à la suite des explosions sont qu’on le veuille ou non – même indirectement – du domaine de la guerre chimique. Admettre la généralisation de ce type d’armes revient à légaliser la contamination par radioactivité et ce pour une durée sans comparaison avec les conséquences des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki. Ce ne peut être considéré que comme un crime contre l’humanité!… Quant au fait que les Français persistent en la matière, il n’y a à cela rien d’étonnant car, depuis 1945, il y a chez nous une tradition bien établie de suivre les Américains en toutes choses et surtout dans leurs pires conneries… Reste peut être la seule chose réellement importante dont le monde entier n’a cure: le peuple d’Irak, déjà soumis à un embargo criminel qui, comme tous les embargos, n’atteint que les innocents est en prime affligé par nos soins d’un inguérissable fléau dont les peuples « civilisés » que nous prétendons être détiennent la responsabilité!… ».

Qu’est-ce que l’Uranium 238?

L’uranium 238 est un isotope (même corps dont le noyau comporte un nombre différent de neutrons) de l’uranium.
La plus grande partie de cet isotope provient aujourd’hui des déchets. des centrales électronucléaires qui utilisent pour la fission l’isotope U 235, lequel ne représente que 0, 7% de la masse initiale de minerai.
Un stock représentant aujourd’hui plus d’un million de tonnes dans le monde « à recycler » dans l’armement par exemple…
L’uranium 238, dit uranium « appauvri », est à l’état neutre peu radioactif (1 Curie par tonne) le danger d’irradiation directe peut être considéré comme quasiment nul. Néanmoins, l’aérosolisation provoquée au moment de l’impact et de l’inflammation d’un projectile à base d’uranium « appauvri » rend à l’isotope U 238 toutes .ses facultés radioactives par la production d’un nuage de micro particules (en général inférieures à 5 microns) qui, ingérées, sort directement par les voies respiratoires, soit indirectement par les voies digestives via l’eau ou les aliments contaminés, et se fixent sur les muqueuses. Dès lors, sa radioactivité commence à produire sur l’organisme des effets destructeurs qui s’étendent à des mutations génétiques affectant la descendance des êtres vivants contaminés.

Très lourd, il pénètre profondément dans le sol, polluant les récoltes en surface et les nappes phréatiques, rendant toute décontamination quasi-impossible. Le fait le plus terrifiant réside dans la durée de vie de cet isotope qui est de l’ordre de 4,5 milliards d’années…
A-t-on alors, par l’utilisation consciente ou inconsciente de munitions en U.A, condamné une grande partie de l’Irak à une insidieuse mort lente et inventé la « guerre éternelle « ?

Code APF – SDS – FI

Les trois chars les plus performants de l’OTAN (Leclerc français, Leopard II allemand et MIA2 Abrams U.S) sont tous équipés d’un canon de 120 mm à âme lisse et tous trois sont susceptibles de tirer des obus flèches (en tungstène ou en U.A.)…
Ce type de munitions figure au « Catalogue des matériels français de défense terrestre » sous la référence OTAN APF – SILS – 1″1 model. Les caractéristiques de performances annoncées ne laissent aucun doute sur la nature de l’alliage employé pour leur fabrication.

Le char Leclerc tire de l’uranium!

Concurrent à l’exportation du MI A2 Abrams américain, le char Leclerc, fer de lance de la technologie française de l’armement, ne pouvait pas ne pas suivre l’exemple de son «oncle d’Amérique » tant il est vrai que depuis le débarquement, les GI’s et la Jeep, il n’est pour le français de bon modèle que le modèle américain. Le Leclerc tirera donc des obus flèches en UA. qui font d’ailleurs déjà partie de l’argumentaire des commis-voyageurs du complexe militaro-industriel fiançais. La D.G.A. (Délégation Générale à l’Armement) ne dissimule d’ailleurs même pas les capacités spécifiques du canon principal de ce char …
Le fameux secret du blindage du Leclerc ne serait-il pas par hasard également dû à l’emploi d’UA. dans sa composition ?
N’attendez pas de nous une réponse, il paraît que c’est un secret !

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 14 février, 2013 |Pas de commentaires »

FUKUSHIMA: DES DECHARGES SECRETES POUR FAIRE FACE A DES TAS DE DECHETS RADIOACTIFS (ajw.asahi.com)

Fukushima:

FUKUSHIMA: DES DECHARGES SECRETES POUR FAIRE FACE A DES TAS DE DECHETS RADIOACTIFS (ajw.asahi.com) dans REFLEXIONS PERSONNELLES fuku2

Des décharges secrètes pour faire face à des tas

de déchets radioactifs

Toujours d’actualité bientôt deux ans après la catastrophe selon nos informations … il nous a été signalé que le lien n’était plus actif voici donc le lien vers l’article original de l’époque Août 2011 de l’ Ashahi

AJ201108055292

Une main-d’oeuvre liée aux yakuzas

Le fait n’est pas nouveau : le recours aux yakuzas pour travailler dans les centrales remonterait aux années 1990. Ces derniers mois, ceux-ci se seraient distingués en ayant effectué la tâche quasi suicidaire de nettoyer le noyau dur de la centrale endommagée, s’exposant ainsi à des taux de radiation très élevés.

Non pas qu’ils aient eu le choix : la plupart des « travailleurs » déployés sur le site et affiliés aux yakuzas seraient criblés de dettes et forcés pour les rembourser d’effectuer tout travail qui leur est imposé. Une main-d’oeuvre docile, qui permet aux clans de s’imposer comme sous-traitants de choix auprès de TEPCO.

Mais les « services » ne se limiteraient pas à la sous-traitance du personnel : la corruption des clans et de politiciens aurait favorisé l’obtention de permis de construire, et certains clans, notamment le Matsuba-Kai – l’une des dix organisations criminelles les plus influentes au Japon, auraient été en charge de la gestion des déchets pour TEPCO.

Shimbun  http://ajw.asahi.com/article/0311disaster/fukushima/AJ201108055290

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 26 janvier, 2013 |Pas de commentaires »

JAPON: LA PLUS GRANDE CENTRALE NUCLEAIRE SOUS LA MENACE DE FAILLES

Japon:

JAPON: LA PLUS GRANDE CENTRALE NUCLEAIRE SOUS LA MENACE DE FAILLES dans REFLEXIONS PERSONNELLES centrale

La plus grande centrale nucléaire sous la

menace de failles

TOKYO – La plus grande centrale nucléaire du Japon pourrait être en tout ou partie condamnée à la fermeture à cause de la présence de failles à proximité qui risquent d’être considérées comme actives en application de nouvelles normes de sûreté, a-t-on appris vendredi.

Le complexe atomique de Kashiwazaki-Kariwa, qui compte sept réacteurs, est actuellement à l’arrêt à la suite du séisme de Niigata en 2007 et du fait des nouvelles mesures de précaution prises après l’accident de Fukushima provoqué par un séisme et un tsunami le 11 mars 2011.

Toutes les centrales du Japon sont en ce moment stoppées, à l’exception de celle d’Ohi (ou Oi, ouest) dont deux unités sur quatre sont en marche.

Mais Kashiwazaki-Kariwa, exploitée par Tokyo Electric Power (TEPCO) à l’instar du site de Fukushima, est partiellement construite au-dessus de failles géologiques.

L’opérateur les considère comme inactives, cependant la nouvelle Autorité de Sûreté Nucléaire, établie en septembre 2012, pourrait requalifier du fait d’un durcissement des normes actuellement à l’étude.

L’autorité envisage en effet de définir comme active une faille qui a bougé dans les 400.000 dernières années, au lieu des 120.000 à 130.000 ans en vertu des règles actuelles, a expliqué un responsable à l’AFP.

Les nouvelles lignes directrices seront mises en vigueur en juillet 2013, puis nous allons réévaluer sur cette base la sûreté de chacune des installations nucléaires du Japon, a-t-il indiqué, précisant qu’aucune décision ne serait prise tant que les nouvelles règles ne seront pas appliquées.

Au moins deux failles aujourd’hui considérées comme inactives sont susceptibles de basculer dans la catégorie active, ce qui pourrait rendre inexploitables les réacteurs situés au-dessus, selon les enquêtes du quotidien Yomiuri Shimbun et d’autres médias.

Un porte-parole de TEPCO a confié que la compagnie allait effectuer de nouvelles études géologiques dans le sous-sol de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa pour en préciser la nature.

Kashiwazaki-Kariwa n’est pas, tant s’en faut, la seule installation nucléaire nippone soupçonnée d’être construite sur un terrain à hauts risques à cause de failles géologiques.

Cinq autres centrales font actuellement l’objet d’enquêtes de terrain poussées qui pourraient déboucher sur des interdictions de redémarrage, de même que le surrégénérateur expérimental de Monju.

Le gouvernement plaide pour la remise en services des centrales, par souci d’approvisionnement en électricité, mais uniquement dans le cas de réacteurs jugés sûrs par l’autorité statutairement indépendante.

(©AFP / 25 janvier 2013 13h41)

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 26 janvier, 2013 |Pas de commentaires »

CENTRALE DE BELLEVILLE SUR LOIRE: ARRÊT DU REFROIDISSEMENT DE LA PISCINE D’ENTREPOSAGE DU COMBUSTIBLE DU REACTEUR N°2 (Lucien PETIT / Comité Stop Belleville Stop Dampierre / Yonne Lautre)

COMITE STOP BELLEVILLE STOP DAMPIERRE

CENTRALE DE BELLEVILLE SUR LOIRE: ARRÊT DU REFROIDISSEMENT DE LA PISCINE D'ENTREPOSAGE DU COMBUSTIBLE DU REACTEUR N°2 (Lucien PETIT / Comité Stop Belleville Stop Dampierre / Yonne Lautre) dans REFLEXIONS PERSONNELLES

Communiqué :

23 janvier 2013 : France : Belleville sur Loire :

Arrêt du refroidissement de la piscine

d’entreposage du combustible du réacteur n° 2,

Indisponibilité des pompes.

Le 23 janvier 2012, alors que le réacteur n° 2 était en fonctionnement, un départ de feu a été détecté vers minuit dans le local contenant une des pompes assurant le refroidissement de la piscine d’entreposage du combustible du réacteur n° 2. La deuxième pompe était en arrêt pour maintenance depuis le 10 janvier.

Un tel problème n’a rien d’anodin : si les combustibles ne sont plus refroidis, une réaction en chaîne pourrait se produire. La catastrophe de Fukushima a bien montré à quel point l’absence de refroidissement des piscines pouvait constituer un problème majeur. L’Autorité de Sûreté Nucléaire a sommé EDF de prendre des mesures urgentes sur ce point, faisant apparaître des dysfonctionnements sur certains sites.
Tout en maintenant un vernis de rigueur technique, EDF laisse cependant la maintenance partir à la dérive. En effet, à Belleville, la seule pompe du système de refroidissement en service a été affectée par un incendie alors que la deuxième était en arrêt pour maintenance suite à un problème. Les choses ont finalement bien tourné… mais jusqu’à quand ?

La piscine d’entreposage du combustible a deux fonctions. D’une part, elle reçoit l’ensemble des assemblages du coeur du réacteur pendant les arrêts pour rechargement, d’autre part, elle sert à l’entreposage des assemblages usés dans l’attente de leur envoi vers une usine de traitement.

Durant cette période, qui peut atteindre plusieurs années, les assemblages usés perdent une grande partie de leur radioactivité et de leur puissance résiduelle. Le refroidissement de la piscine est nécessaire pour évacuer la puissance résiduelle dégagée par les éléments combustibles présents. Ce refroidissement est assuré par un circuit appelé PTR qui comporte deux voies redondantes : chacune d’elle peut assurer, à elle seule, le refroidissement de la piscine.
Les équipes d’EDF et les secours extérieurs sont intervenus rapidement à la suite de la détection d’un départ de feu dans le local de la pompe d’une des deux voies du circuit PTR. Les équipes se sont assurées de l’extinction complète du départ de feu. L’exploitant a arrêté la pompe endommagée.

Lors de cet évènement, la pompe de la deuxième voie se trouvait à l’arrêt pour maintenance depuis le 10 janvier, à la suite de problèmes de vibrations.
En cas d’indisponibilité simultanée des deux voies du circuit PTR, l’exploitant dispose de 8 heures pour retrouver une voie de refroidissement, conformément aux spécifications techniques d’exploitation (STE).
Après analyse technique durant la nuit, l’exploitant a remis en service la pompe en arrêt pour maintenance, afin de retrouver la disponibilité partielle du système de refroidissement de la piscine combustible dans le délai imposé par les STE.

Pendant la durée où le refroidissement de la piscine n’a pas été assuré, la température a augmenté d’un peu moins d’un degré par heure, pour atteindre 26°C environ. La valeur maximale autorisée par les STE est de 50 °C. Au-delà, l’exploitant doit mettre en service des moyens alternatifs de refroidissement de la piscine.
La pompe remise en service connaissant à nouveau des vibrations anormales, EDF l’a arrêtée. L’ASN a demandé à l’exploitant de retrouver rapidement un fonctionnement fiabilisé sur au moins une des deux files du circuit de refroidissement PTR.

Suite à l’intervention des équipes de maintenance de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire, le refroidissement de la piscine combustible de l’unité de production n° 2 a été rétabli le 24 janvier 2013 à 3h34. Une des deux pompes en dysfonctionnement a été remise en service après réparation.

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 24 janvier, 2013 |Pas de commentaires »

RISQUES DE CANCERS SOUS ESTIMES POUR LES ENFANTS EXPOSES AUX REJETS ET AUX CONTAMINATIONS DE FUKUSHIMA: LES EFFETS DES « FAIBLES DOSES » RADIOACTIVES SUR L’HUMAIN (independentwho.org):UNE VIDEO TRES EXPLICITE

Risques de cancer sous estimés pour les enfants

exposés aux rejets de Fukushima

RISQUES DE CANCERS SOUS ESTIMES POUR LES ENFANTS EXPOSES AUX REJETS ET AUX CONTAMINATIONS DE FUKUSHIMA: LES EFFETS DES

Dans cette video Arnie Gundersen évoque le rapport BEIR (Effets Biologiques des Radiations Ionisantes) de l’Académie Nationale des Sciences des Etats Unis.

Ce rapport indique les risques pour la santé lors de l’exposition à de faibles doses de radioactivité. Arnie Gundersen a choisi d’évoquer ce rapport suite à 2 nouveaux faits inquiétants en provenance du Japon. Il explique pourquoi à leurs sujets, on peut considérer que les chiffres donnés sont sous estimés. Dans cette même video Ian Goddard parle, en se basant sur les études les plus récentes, des dernières découvertes concernant les faibles doses. Il prévoit un accroissement important du nombre des cancers chez les enfants exposés aux rejets de Fukushima, chez les jeunes filles particulièrement.

Cette vidéo est mise en ligne sur la chaîne d’IndependentWHO, un collectif créé en 2007 qui lutte pour que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) remplisse sa mission de protection des populations touchées par la contamination radioactive.
Pour plus d’informations :
http://www.independentwho.org

Merci à Fairewinds pour la video et à kna pour le sous-titrage
http://fairewinds.com/
http://www.dailymotion.com/user/kna60/1

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 23 janvier, 2013 |Pas de commentaires »

URANIUM: EST-CE UN PAYS ? LES ORIGINES DU MAL (Vidéo / creativecommons.org)

URANIUM:

URANIUM: EST-CE UN PAYS ? LES ORIGINES DU MAL (Vidéo / creativecommons.org) dans REFLEXIONS PERSONNELLES cyclecombustiblemineg_zoom

EST-CE UN PAYS ?

LES ORIGINES DU MAL

(Creativecommons.org / sous-titrage français: Kna60) 

Actuellement, le combustible le plus utilisé pour la production d’énergie nucléaire est l’uranium, ce qui cause beaucoup de problèmes par les risques multiples qui en découlent au niveau mondial.

En Europe, l’énergie nucléaire est de plus en plus souvent célébrée comme pouvant sauver le climat….ce qui est une contre-vérité. Et de toute évidence, les centrales nucléaires ont besoin d’uranium.

L’Australie possède les plus importants gisements mondiaux de cette ressource.
A travers ce documentaire, nous voyagerons entre la France avec la CRIIRAD, l’Allemagne, et cette « Land Down Under » (Terre des Antipodes)[*] pour illustrer d’où vient l’uranium, où il va et ce qu’il en est des impacts et des déchets de cette exploitation minière.

[*] Référence au tube mondial des années 80 « Down Under » par le goupe de rock Australien Men at Work.
Extrait : http//en.wikipedia.org/wiki/File:Down_Under_by_Men_at_Work.ogg
D’après le sous-titrage Anglais par Trio Stubenrauch

http://www.dailymotion.com/video/xvfumc

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 23 janvier, 2013 |Pas de commentaires »

LE MALI ET L’URANIUM: QUI SONT LES VRAIS « TERRORISTES »…UNE VIDEO A VISIONNER DANS LE MONDE ENTIER

LE MALI ET L’URANIUM:

LE MALI ET L'URANIUM: QUI SONT LES VRAIS QUI SONT LES VRAIS « TERRORISTES »…

UNE VIDEO A VISIONNER

DANS LE MONDE ENTIER

http://www.dailymotion.com/video/xww2x4

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 21 janvier, 2013 |Pas de commentaires »

FUKUSHIMA: UN POISSON PRESENTE UN NIVEAU IMPRESSIONNANT DE RADIOACTIVITE…PAS ETONNANT

FUKUSHIMA:

FUKUSHIMA: UN POISSON PRESENTE UN NIVEAU IMPRESSIONNANT DE RADIOACTIVITE...PAS ETONNANT dans REFLEXIONS PERSONNELLES fukushima Un poisson présente un niveau impressionnant

de radioactivité…pas étonnant

TOKYO – Un poisson pêché à des fins de contrôle près de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima présente un niveau impressionnant de contamination radioactive, plus de 2.500 fois supérieur à la limite légale fixée par le Japon, a annoncé, vendredi 18 janvier 2013, l’opérateur du site.

La compagnie Tokyo Electric Power (TEPCO) a déclaré avoir mesuré dans un poisson appelé murasoi une quantité de césium radioactif égale à 254.000 becquerels par kilogramme, soit 2.540 fois la limite de 100 becquerels/kg définie pour les produits de la mer par le gouvernement.

Le poisson, proche des sébastes, a été capturé dans la baie à proximité de la centrale Fukukshima Daiichi située sur la côte nord-est du Japon, au bord du Pacifique.

Ce complexe nucléaire a été victime le 11 mars 2011 d’un gigantesque tsunami qui a saccagé quatre des six réacteurs, dispersant dans la nature d’importantes quantités de substances radioactives.

Pour éviter que les poissons hautement contaminés ne partent trop loin au risque d’être consommés par d’autres espèces ou pêchés, TEPCO va installer de nouveaux filets alentour.

Plusieurs restrictions ont frappé ou concernent encore des aliments de la préfecture de Fukushima et de province voisines, le gouvernement ayant durci l’an passé les normes légales.

(©AFP / 18 janvier 2013 15h17)

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 19 janvier, 2013 |1 Commentaire »

NUCLEAIRE: COMMENT AREVA LAISSE MOURIR SES TRAVAILLEURS AU NIGER (Emmanuel HADDAD / bastamag.net)

NUCLÉAIRE

NUCLEAIRE: COMMENT AREVA LAISSE MOURIR SES TRAVAILLEURS AU NIGER (Emmanuel HADDAD / bastamag.net) dans REFLEXIONS PERSONNELLES uranium

Comment AREVA laisse mourir ses travailleurs

au Niger

(Emmanuel HADDAD)

Les Français s’éclairent et se chauffent grâce à leur travail : ces centaines de mineurs nigériens qui ont passé 20 ou 30 années de leur vie à extraire de l’uranium pour AREVA. De l’uranium qui, importé en France, alimente ensuite nos 58 réacteurs nucléaires. Souvent victimes des effets des radiations, ils souffrent et meurent aujourd’hui dans l’indifférence. Pas question de reconnaître leurs maladies professionnelles. Combien de temps le leader français du nucléaire continuera-t-il à les mépriser ? 

arton2858-9ad55 AREVA dans REFLEXIONS PERSONNELLES

L’extraction minière d’uranium au Niger serait-elle l’une des activités les plus sûres au monde ? Le leader français du nucléaire y exploite deux mines depuis le début des années 1970 et emploie aujourd’hui 2 600 personnes. Or, en un demi-siècle, seuls sept dossiers de maladies professionnelles d’employés travaillant dans les mines d’uranium d’Arlit et Akokan, dans le Nord-Niger [1], ont été validés par la Sécurité Sociale Nigérienne.

Et sur les sept travailleurs victimes de pathologies professionnelles, cinq sont des expatriés français, indique Ousmane Zakary, du Centre de Sécurité Sociale de Niamey. Seuls deux mineurs nigériens sont concernés, alors que le personnel nigérien constitue 98% des employés d’AREVA sur place. Une performance sanitaire !

L’extraction d’uranium ne serait-elle pas plus dangereuses pour la santé des travailleurs que la culture d’oignon ou de mil ? Les Français, dont une large part de l’électricité est produite grâce au minerai nigérien – qui alimente un tiers des 58 réacteurs nucléaires – doivent-ils se réjouir de l’attention portée par AREVA à la santé de ses salariés ?

« Les mineurs d’uranium sont exposés à des radiations ionisantes tant par irradiation externe qu’interne. Ils sont exposés dans les carrières d’uranium, les mines souterraines, les usines d’extraction de l’uranium, mais aussi à leur domicile et en ville », décrit pourtant Bruno Chareyron, directeur du laboratoire de la Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (Criirad). L’organisme a réalisé de nombreuses analyses sur la présence de gaz radioactifs dans l’air, l’eau et l’alimentation à Arlit. Dans cette zone, 35 millions de tonnes de déchets radioactifs sont empilés à l’air libre depuis le début de l’exploitation. Au gré du vent, du gaz radon et ses dérivés s’en échappent. Des substances « classées cancérigènes pour l’homme par l’IARC [Centre International de Recherche sur le Cancer] dès 1988 », précise l’ingénieur en physique nucléaire.

Pas de suivi médical pour les anciens mineurs

Pourquoi n’y a-t-il pas plus de maladies professionnelles déclarées ? Soit AREVA est effectivement exemplaire, soit ces maladies professionnelles sont dissimulées, écartées des études et des statistiques. Au Centre de Sécurité Sociale de Niamey, la capitale nigérienne, Ousmane Zakary esquisse une réponse. C’est le médecin des filiales d’AREVA en charge de l’extracion (la Somaïr et la Cominak) qui doit alerter la Sécurité Sociale de l’existence d’une maladie professionnelle au sein de son personnel. Puis un médecin du travail mène une contre-expertise. Or « de nombreux ouvriers se plaignent que le médecin de la Cominak leur pose des problèmes pour déclarer leur maladie professionnelle. On essaye de leur cacher leur situation de santé », témoigne Ousmane.

Pire : seuls les mineurs en activité peuvent recevoir une prise en charge sanitaire de l’État nigérien. « Il n’y a pas de suivi médical pour les anciens mineurs. Pourtant les maladies liées aux irradiations se déclarent souvent des années plus tard, décrit Ousmane. « Il y a quatre ans, le directeur adjoint d’AREVA au Niger et son DRH sont venus pour en savoir plus sur la situation des anciens mineurs ». Cette visite n’a rien changé : les anciens travailleurs des mines d’uranium du Niger ne sont toujours pas couverts par leur ancienne entreprise ou par l’État.

« Ils sont tous morts ! »

Pourtant, les témoignages de malades ou de familles d’anciens mineurs décédés affluent.« Mon mari faisait partie des premiers agents de la Somaïr. Tous ses collègues sont morts, de cancers, de problèmes de reins, de foie… Parmi ceux qui sont restés, beaucoup sont malades ou paralysés. Mais on ne peut pas dire que c’est lié directement à l’irradiation, il aurait fallu faire des études ! », se désole Hamsatou Adamou, sage-femme, responsable de la maternité du Centre Médical d’Arlit, puis de la Cominak.

Elle participe chaque semaine à la réunion de l’Association des Anciens Travailleurs du Secteur Minier et leur Famille (ATMSF), créée en 2009 par Boureima Hamidou. Cet ancien échantillonneur de la Cominak, victime de ce qu’il considère comme un licenciement abusif, cinq ans avant sa retraite, a décidé de se mobiliser pour les mineurs. Dans le local exiguë de l’association, des sexagénaires patientent, tous atteints de paralysie, souffrant d’insuffisance rénale ou de troubles pulmonaires. Des survivants. La plupart des mineurs d’Arlit et Akokan qui ont travaillé entre les années 1970 et 1990 pour le compte d’AREVA ne sont plus là pour témoigner. « Ceux qui ont pris leur retraite début 1990 n’ont pas tenu deux ans. Ils sont tous morts ! C’était comme une épidémie ! », décrit Cissé Amadou, qui a travaillé vingt ans comme cadre pour la Somaïr à Arlit.

De l’uranium à pleines mains

Ancien ouvrier de la Cominak, Mamane Sani fait partie de ces chanceux qui ont survécu. Mais à quel prix… C’est l’heure de la prière. Le frêle homme vêtu de son boubou ne parvient pas à laver son pied gauche, selon le rituel musulman des ablutions. Depuis 1992, il est paralysé du côté gauche. Une maladie qui s’est déclarée « trop tard » pour être reconnue. La Cominak n’a pris en charge aucun frais de santé, malgré 25 ans passés à travailler pour la société minière. Dans son travail, Mamane était au contact direct avec le « yellowcake », un concentré d’uranium qui, une fois enrichi, permet de produire de l’énergie nucléaire.

Plusieurs anciens mineurs pointent l’absence de protection : « Je maniais directement l’uranium. Au début, les gants, on ne savait même pas ce que c’était. Il n’y avait pas non plus de masques. Tout ça est venu après », raconte Islam Mounkaïla, président de l’ATMSF, et opérateur de fabrication dans l’usine de transformation de la Cominak pendant 20 ans. Des témoignages assez éloignés des déclarations d’AREVA, premier employeur privé du pays, qui affirme avoir« intégré la sécurité comme une composante de son métier et mis en place une politique de prévention depuis le début de son implantation au Niger. »

AREVA condamnée pour « faute inexcusable »

AREVA a bien créé un Comité de Santé et Sécurité au Travail… En 1999, 45 ans après l’ouverture de sa première mine. Le port de gants et de masques de protection est aujourd’hui obligatoire pour tous les travailleurs miniers, souligne Boureima Hamidou, qui dénonce cependant le manque de formation chez les employés.

Un progrès bien tardif. « Pour une maladie professionnelle reconnue chez un salarié français ayant travaillé au Niger, combien de morts et de malades dus à la radioactivité – rendus invisibles par les choix d’organisation du travail – chez les travailleurs du Niger et dans la population riveraine des mines et des usines d’uranium dans ce pays ? » s’interroge Philippe Billard, de l’association Santé Sous-Traitance du Nucléaire-Chimie. L’ancien « nomade du nucléaire » réagissait à la mise en accusation d’AREVA, devant le Tribunal des Affaires Sociales de Melun, concernant le décès de Serge Venel, cadre de la Cominak de 1978 à 1985, mort d’un cancer. AREVA a été jugée coupable de « faute inexcusable » par la justice française. L’entreprise s’est empressée de faire appel.

Vers une action juridique d’envergure ?

Islam Mounkaïla, le président de l’ATSMF, se souvient bien de Serge Venel :« C’était mon chef opérateur. Nous étions beaucoup plus exposés que lui : en tant que mécanicien, il n’intervenait qu’en cas de panne ou d’incident, tandis que nous étions en permanence en contact avec le minerai », explique-t-il, entre deux crises de toux. Si les anciens mineurs nigériens ont souffert des mêmes pathologies que celle qui a emporté Serge Venel, une action juridique d’envergure serait envisageable pour obtenir réparation. « S’ils dédommagent la veuve de Serge Venel, nous sommes des milliers de personnes au Niger à partager son sort, en pire », avertit Boureima, qui attend avec impatience le résultat du procès en appel, qui aura lieu le 4 Juillet 2013 à la Cour d’Appel de Paris.

Ce procès servira-t-il la cause des travailleurs nigériens ? « La jurisprudence du Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale de Melun pourrait parfaitement être transposée (…). Dans ce cas, la juridiction compétente serait le Conseil de Prud’hommes, en considérant, comme l’a fait le Tribunal de Melun, que la société AREVA était leur co-employeur. Cette demande pourrait être présentée par les travailleurs eux-mêmes ou par leur famille en cas de décès », explique l’avocat Jean-Paul Teissonnière, spécialisé sur ces questions.

Toujours aucune trace de maladie liée à l’uranium

Une véritable bombe à retardement qu’AREVA s’est empressé de désamorcer en créant en décembre 2010 l’Observatoire de Santé de la Région d’Agadez (OSRA), en réponse aux revendications croissantes de la société civile d’Arlit, de Médecins du Monde et de l’association Sherpa. Ces ONG dénoncent depuis 2003 les atteintes à l’environnement et à la santé des travailleurs des mines d’AREVA au Gabon et au Niger.

L’objectif : offrir « un suivi post-professionnel des anciens collaborateurs exposés à l’uranium », décrit AREVA sur son site internet. Avec une consultation médicale – examen clinique, radiographie pulmonaire pour ceux exposés au minerai, analyse sanguine – tous les 2 ans. L’OSRA doit également assurer un suivi sanitaire des populations de la zone minière, avec une analyse des données indépendantes et scientifiques (registres médicaux des maladies constatées, rapports des hôpitaux, études de cas…) disponibles. Et doit conduire « une étude sur la mortalité des mineurs de 1968 à 2005 afin d’assurer une totale transparence sur l’impact sanitaire de l’activité minière actuelle et passée ».

Transparence, donc. Mais après un an de consultations médicales, toujours aucune trace de maladie liée à l’uranium ! « Nous avons relevé quatre dossiers problématiques, dont deux révélant des anomalies. Après analyse, le comité médical de l’OSRA a indiqué qu’il n’y avait pas de lien avec l’exposition à l’uranium, mais nous avons souhaité les prendre en charge tout de même. Et là, on entre dans l’action de santé publique, car on leur un offre un suivi médical, même s’il s’avère qu’ils n’ont pas de maladie professionnelle », se félicite Alain Acker, directeur médical d’AREVA.

Le sable, plus dangereux que l’uranium…

Dans un rapport [2], Greenpeace met pourtant en évidence une pollution radioactive dans l’air, dans l’eau et dans les nappes phréatiques, et un manque de sensibilisation de la population à Arlit, où « le taux de mortalité des maladies respiratoires (16%) est deux fois plus élevé que la moyenne nationale (8,5%) ». AREVA réagit en publiant son propre rapport, Areva et le Niger, un partenariat durable. On y apprend que « la communication de Greenpeace repose essentiellement sur les peurs du public et la désinformation », tandis que les affections allergiques sont dues « aux actions agressives du sable pour les yeux et les poumons et non à l’activité minière comme le laisse supposer Greenpeace » !

Quand le journaliste Dominique Hennequin revient du Niger et du Gabon avec un reportage à charge, Uranium, l’héritage empoisonné, diffusé sur la chaîne Public Sénat, il est rappelé à l’ordre par le porte-parole d’AREVA pour avoir osé affirmer que l’accueil organisé par la société minière lui rappelait la Corée du Nord… Mais comment parler de transparence, quand l’OSRA est financé à 100 % par AREVA? « Moins d’un tiers des anciens travailleurs des mines a été recensé : 472 à Arlit et 39 à Agadez. Sur ce tiers, seule une centaine a reçu une visite médicale, décrit Cissé Amadou, l’ancien cadre de la Somaïr.

Opération de communication

« Le pire, c’est que les visites ont été supervisées par le docteur Barazé, médecin de la Cominak pendant des années. Comment un docteur qui n’a jamais relevé de pathologie liée à l’irradiation chez des ouvriers, qui ont tous trépassé deux ans après leur départ de la mine, pourrait revenir sur son diagnostic aujourd’hui ? », poursuit Cissé Amadou. Après trois ans de partenariat avec l’OSRA, l’association Sherpa a annoncé le 18 décembre 2012 son retrait. Pour l’ONG, la nouvelle direction d’AREVA a « réduit pour l’essentiel l’exécution des accords à une opération de communication, sinon d’affichage. ».

L’avenir ce « dialogue exemplaire et sans précédent entre des Autorités nationales, les organisations non gouvernementales (ONG) et un partenaire industriel responsable », selon les mots d’Alain Acker, directeur médical d’AREVA, semble bien compromis.

Pour Bruno Chareyron, de la CRIIRAD, le suivi post-professionnel de l’Observatoire de Santé est de toute manière biaisé, AREVA ne prenant en compte qu’une « liste périmée et incomplète » de maladies professionnelles induites par la radioactivité, estime l’ingénieur. « Les connaissances actuelles sur les effets des expositions chroniques à de faibles doses de rayonnement montrent que les atteintes à la santé concernent de nombreux types de cancers et l’ensemble des fonctions vitales. Il peut s’agir d’atteintes cardiovasculaires, de maladies rénales ou d’affections neurologiques, et pas seulement de cancer broncho-pulmonaire, de sarcome osseux ou de leucémie. » Autant de mots posés sur les maux d’Islam, qui souffre de « lourdeur dans la joue, la main et le genou droit », de Mamane, à moitié paralysé, d’Aboubacar Ilitimine, foreur à la Somaïr depuis 1976, qui souffre d’insuffisance rénale… Comme de nombreux anciens travailleurs miniers nigériens.

Ces anciens travailleurs pourraient aussi faire jouer leur « préjudice d’anxiété », pour obtenir des dommages et intérêts, comme ceux reconnus [3] pour les salariés non malades exposés à l’inhalation de poussières d’amiante. « Dans l’hypothèse où le lien de causalité serait trop difficile à établir, nous pourrions envisager devant le Conseil de Prud’hommes des demandes au titre du préjudice d’anxiété lié à une exposition fautive à la radioactivité, dans des conditions de danger que l’employeur, en l’occurrence AREVA, ne pouvait ignorer », expose Jean-Paul Teissonnière. L’avocat, spécialisé sur les questions sanitaires vient d’obtenir entre 5.000 et 30.000 euros de dommages et intérêts pour les salariés de la société Eternit non malades exposés à l’amiante. Qu’elle soit juridique ou politique, la solution qui permettra aux anciens travailleurs miniers nigériens d’obtenir une prise en charge médicale doit être trouvée au plus vite.

Emmanuel HADDAD

Lire aussi : L’industrie nucléaire française procède à un véritable pillage au Niger

Notes:

[1] Gérées par les sociétés Somaïr et Cominak, dont AREVA est l’actionnaire principal respectivement à 63,4% et 34%.

[2Abandonnés dans la poussière

[3] Par la Chambre Sociale de la Cour de Cassation du 11 mai 2010

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 14 janvier, 2013 |Pas de commentaires »

PROJET CIGEO A BURE (MEUSE): APRES BONNET, MANDRES-EN-BARROIS RESISTE A L’ANDRA ! (Michel GUERITTE)

Projet CIGéo à BURE (Meuse) :

PROJET CIGEO A BURE (MEUSE): APRES BONNET, MANDRES-EN-BARROIS RESISTE A L'ANDRA ! (Michel GUERITTE)  dans REFLEXIONS PERSONNELLES bure-2

Après BONNET,

MANDRES-EN BARROIS

résiste à l’ANDRA !

Dans le plus grand secret s’est déroulé, ce dimanche matin 13 janvier 2013 à Mandres-en-Barrois, une consultation de la population à propos d’un échange de 220 hectares de forêt communale sis sur le territoire de la commune, contre 370 hectares situés dans différentes communes entre 5 et 11 km de distance.

Le résultat est sans appel; sur 86 suffrages exprimés :
NON : 50
OUI   : 35
NUL  : 01

Le conseil municipal s’engage donc à suivre ce vote consultatif lors de sa délibération de mardi 15 janvier 2013, à 19 h.

Et pourtant l’ANDRA ne manquait pas de générosité dans son offre. (Voir en pièce jointe un document qui ne devait pas être divulgué à l’extérieur). Nous y avons relevé:

- la surface (370 hectares contre 220),
– le maintien des affouages pendant toute la durée de vie du bois,
– le produit de la vente du bois abattu sera versé à la commune,
– la création de chemins pour faciliter l’exploitation des forêts,
– les facilités pour l’exercice de la chasse,
– pendant 100 à 150 ans l’ANDRA s’engage à embaucher tout habitant de Mandres-en Barrois, candidat,
– les facilités financières sur l’aménagement foncier,
– la garantie d’une recette fiscale de 500 000 euros à 1 million d’euros par an, et pendant 100 ans ( ce qui pourrait faire baisser les charges de chaque habitant, telles que les ordures ménagères, impôts, taxe d’habitation, cantine, etc…)
– la prise en charge par l’ANDRA des charges de fonctionnement comme la voirie,
– des aides administratives et juridiques,
– l’accélération des dossiers téléphonie mobile, internet haut débit, fibre optique…
– création d’un contournement routier.

L’ensemble de ces propositions n’a pas convaincu les habitants de cette commune.
Alors :
– Prise de conscience ?
– Enjeux éthiques ?
– Ou simple protection de son territoire de chasse ?

Un meusien, proche du dossier nous a déclaré : “Attention, ce sondage ne signifie nullement que les habitants soient en majorité opposés au projet CIGéo. Mais ce refus risque d’empêcher l’implantation telle qu’elle est prévue aujourd’hui, notamment le périmètre de la ZIRA. L’ANDRA va devoir revoir sa copie, et dans l’immédiat le Débat Pulic sur Cigéo semble compromis.”

Michel GUERITTE
Association La Q.V.
8 route de Soulaines
10200 VILLE-SUR-TERRE

fichier pdf BURE-130113-Mandres-ne-pas-divulguer

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 13 janvier, 2013 |Pas de commentaires »
1...45678...10

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007