ARMES A L’URANIUM APPAUVRI:LE SYNDROME DES BALKANS, ELEMENTS POUR UNE APPROCHE JURIDIQUE (Michèle POULAIN / Ingénieur d’études au CNRS)

LE SYNDROME DES BALKANS

ÉLÉMENTS

POUR UNE

APPROCHE JURIDIQUE

Explosion avec des armes à l'uranium appauvri

par
Michèle Poulain
-Ingénieur d’études au CNRS-

Résumé : De nombreux militaires ayant servi dans le Golfe ou les Balkans souffrent de problèmes de santé. Principal accusé : l’uranium appauvri. Aucun lien n’est à ce jour établi entre son utilisation et les pathologies rencontrées aux yeux des organismes internationaux. De nombreuses instances, tant nationales qu’internationales, se penchent toutefois sur la question et certaines implications juridiques se font déjà sentir tant dans le domaine de la responsabilité internationale que dans celui des normes applicables aux situations de conflit armé.

Impression et citations : Seule la version au format PDF fait référence.

Annexe : Quelques données relatives à l’uranium appauvri

Aux Etats-Unis, 132.700 vétérans de la guerre du Golfe, sur 700.000 engagés, sont suivis depuis la fin du conflit pour des pathologies diverses, dont 26.500 non diagnostiquées et regroupées sous le terme générique de « syndrome du Golfe ». Quatre vingt pour cent des malades ont présenté  - ou présentent encore – onze symptômes récurrents, parmi lesquels : fatigue chronique, douleurs musculaires, migraines, vertiges, perte de mémoire, problèmes intestinaux, grippes à répétition, cancers des poumons ou des reins, leucémies. Ces pathologies touchent également les contingents anglais et français.

D’abord confrontées à un épais silence, les personnes ou associations cherchant à éclaircir la question mettent progressivement à jour d’inquiétantes informations : prise de médicaments contre les effets d’une éventuelle guerre chimique[1], vaccins divers, exposition à des nuages toxiques après bombardement d’usines, enfin test en vraie grandeur de munitions à base d’uranium appauvri[2]. Les réactions des différents services publics concernés consistent au début à minimiser le problème, voire à le nier, attribuant les différents maux dont souffrent les « vétérans » au stress du retour à la vie civile[3].

Réactualisée ponctuellement par les médias, l’affaire est définitivement réveillée par la soudaine émergence en pleine lumière du syndrome dit « des Balkans » au dernier trimestre 2000. Elle explose avec la révélation en janvier 2001 de la mort par leucémie, en novembre 2000, d’un sixième militaire italien ayant servi en Bosnie et l’interpellation consécutive de l’OTAN par le chef du gouvernement italien, M. Giuliano Amato, sommant celle-ci de s’expliquer, cependant que M. Flahaut, ministre belge de la Défense, écrit à son homologue suédois afin qu’une démarche soit entreprise au niveau communautaire[4]. Les événements montent ensuite très rapidement en intensité : sous l’impulsion des associations[5] tous les Etats ayant envoyé des contingents dans les Balkans se découvrent, à des degrés divers, concernés et ouvrent successivement des enquêtes épidémiologiques, à la suite – pour certains d’entre eux – de celle qu’ils avaient initiée pour le syndrome du Golfe[6].

Parmi les organisations internationales, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) avait envoyé au Kosovo, dès novembre 2000, une équipe d’experts d’origines nationales diverses ou des représentants d’organisations internationales (AIEA, HCR, PNUE, MINUK notamment),  « pour évaluer l’impact du matériel militaire contenant de l’uranium appauvri … lors de la guerre dans les Balkans »[7]. L’OMS a également réagi en dépêchant au Kosovo une mission de quatre personnes (un spécialiste en toxicologie chimique, un épidémiologiste environnemental, un spécialiste de salubrité environnementale et un épidémiologiste spécialisé dans le domaine des rayonnements) « pour aider la MINUK à répondre aux allégations concernant les éventuels risques pour la santé des populations associées à une exposition aux rayonnements d’uranium appauvri et à d’autres contaminants environnementaux »[8]. L’OTAN, pour sa part, assume volontairement un rôle de « lieu d’échange » pour les informations recueillies par ailleurs, estimant qu’en tant qu’Alliance militaire, elle n’a pas à réaliser elle-même des enquêtes auxquelles elle entend néanmoins offrir sa collaboration[9].  Ces différentes actions requièrent calme et patience[10].

La position actuelle de tous les organismes publics, internes ou internationaux, concernés par cette question est très claire et constamment réitérée : « Il n’existe actuellement aucune preuve que l’exposition aux effets de l’utilisation de munitions à uranium appauvri représente un risque significatif pour la santé du personnel des forces dirigées par l’OTAN ou de la population civile dans les Balkans »[11]. Pas de preuve, pas de problème. Tout est là. D’un côté il y a utilisation avérée – d’ailleurs non contestée – d’un produit (de produits) dont on ne connaît pas vraiment les diverses implications à court ou à long terme. De l’autre, des pathologies récurrentes, quelquefois très lourdes, voire létales. Aussi longtemps que la toxicité potentielle de l’uranium appauvri ne sera pas établie de manière rigoureuse et scientifique, en dehors des quelques cercles qui l’admettent aujourd’hui, il manquera bien évidemment le lien de causalité entre l’exposition à ce matériau et les pathologies déclarées. La mise en évidence de ce lien est d’autant plus importante qu’elle conduirait à l’engagement et à la mise en œuvre de la responsabilité (I), ainsi qu’à la modification des normes applicables aux situations de conflits armés (II).

I. – VERS UN ENGAGEMENT ET UNE MISE EN ŒUVRE

DE LA RESPONSABILITÉ

La toxicité potentielle de l’uranium appauvri peut s’exercer à l’égard de plusieurs groupes de personnes, les risques encourus par chacun d’entre eux étant différents, aussi bien quantitativement que qualitativement. Schématiquement, il s’agit des personnes qui étaient présentes sur place au moment de l’utilisation des munitions ou autres substances incriminées et de celles qui, venues après la fin des opérations militaires, ont pu être confrontées à une contamination résiduelle de l’environnement. On peut y voir : les populations civiles des régions bombardées, les militaires appartenant aux forces participant à l’action mise en œuvre par l’OTAN, les personnels des Nations Unies (MINUK…), ceux des organisations humanitaires, les journalistes enfin, venus couvrir les événements.

A cette hétérogénéité catégorielle correspondrait une hétérogénéité des régimes de responsabilité applicables, en droit interne comme en droit international, ce qui soulèverait sans aucun doute des contentieux d’une extraordinaire complexité[12]. On se limitera à deux problèmes relevant de la responsabilité internationale. En droit international, le principe reste, on le sait, celui de l’association entre un fait illicite et la mise en œuvre de la responsabilité[13]. La violation d’une obligation internationale doit donc être démontrée afin que naisse l’obligation d’en réparer les conséquences dommageables[14].

A. – Violation d’une obligation internationale:

Le problème de la licéité de l’utilisation de l’uranium appauvri

Intervenant de manière péremptoire dans le débat, le porte-parole de l’OTAN affirme : « L’uranium appauvri n’est pas illégal. C’est une arme de guerre légale. Fin de l’histoire. Nous l’avons utilisée, c’est légal »[15]. De fait, il n’existe à l’heure actuelle aucune convention internationale interdisant de manière expresse l’usage d’uranium appauvri, ni même aucun consensus en ce sens, comme le montre aisément la pratique des Etats. Ceci ne saurait être mieux exprimé que par le comité ad hoc dans son rapport au Procureur général du TPIY, rapport qui ne concernait, il faut le préciser, que la situation ayant prévalu au Kosovo en 1999 et non les raids sur la Bosnie en 1994-1995 : « Il n’y a aucun traité spécifique interdisant l’usage de projectiles à uranium appauvri. Des inquiétudes et un débat scientifique se développent actuellement au sujet des conséquences de l’utilisation de tels projectiles et il est possible que, dans le futur, il y ait, dans les cercles juridiques internationaux, un consensus estimant que l’utilisation de tels projectiles est contraire aux principes généraux du droit applicables à l’utilisation des armes dans les conflits armés. Aucun consensus de ce genre n’existe à présent »[16].

Quelques voix s’élèvent cependant pour considérer, qu’à défaut d’une interdiction expresse, il pourrait néanmoins être fait référence aux dispositions du Protocole I (1977) aux conventions de Genève de 1949. Ainsi le Conseil de l’Europe, après avoir noté que « les effets [des conséquences écologiques des opérations militaires du 24 mars au 5 juin 1999] sur la santé et la qualité de vie seront durables ; les générations futures seront elles aussi touchées, en particulier du fait de la destruction de sites industriels et de stockage où étaient entreposées des substances dangereuses pour la santé, ainsi que de l’utilisation par l’OTAN de munitions contenant de l’uranium appauvri », affirme dans sa recommandation 1495 (2001) : « Comme dans le cas des opérations conduites en Bosnie et en Tchétchénie, les Etats qui ont participé à ces opérations ont méconnu les normes juridiques internationales contenues dans les articles 55 et 56 du protocole I (1977) aux conventions de Genève de 1949 visant à limiter les dommages causés à l’environnement en cas de conflit armé »[17]. La question est actuellement pendante devant la Cour Internationale de Justice. En effet, dans les différentes requêtes que la RFY a déposées en 1999 contre les pays occidentaux ayant participé aux opérations militaires menées par l’OTAN, la Yougoslavie prie la Cour de dire et juger … « qu’en recourant à l’utilisation d’armes contenant de l’uranium appauvri, [l’Etat visé] a agi contre la République fédérale de Yougoslavie en violation de son obligation de ne pas utiliser des armes interdites et de ne pas causer de dommages de grande ampleur à la santé et à l’environnement » ; … et indique comme « Fondements juridiques de la requête » : « les dispositions de la Convention de Genève et du protocole additionnel n° 1 de 1977 relatives à la protection des civils et des biens de caractère civil en temps de guerre ont été violées »[18].

L’origine de la responsabilité supposée établie, il resterait à clarifier les modalités de la réparation.

B. – Obligation de réparation

          « L’Etat responsable est tenu de réparer intégralement le préjudice causé par le fait internationalement illicite »[19]. La réparation intervient alors pour effacer les conséquences de l’acte illicite. « Elle peut prendre la forme de restitution, d’indemnisation et de satisfaction, de manière unique ou combinée »[20]. De manière concrète, les solutions retenues seraient différentes selon qu’il s’agirait d’un dommage aux personnes (civils ou militaires dont les pathologies auraient trouvé leur cause dans une exposition à l’uranium appauvri) ou d’un dommage aux biens (environnement pollué qui constituerait de ce fait un risque potentiel pour la santé humaine[21] et toucherait alors les personnes de manière médiate).

Considérant qu’« il faut fournir à ces pays [de l’Europe du Sud-Est] une assistance technique et financière spéciale en vue de la mise en oeuvre de mesures d’urgence destinées à remettre en état l’environnement et de la surveillance de la santé et des conditions de vie de leurs populations », l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe recommande au Comité des Ministres de prendre deux séries de mesures : « iii. D’affecter ses ressources au soutien des organisations non gouvernementales oeuvrant dans la région, y compris en République fédérale de Yougoslavie, afin de réparer les dommages causés à l’environnement par les opérations militaires et de réhabiliter le milieu naturel ; … v. d’exiger de l’OTAN et de l’ONU un programme de surveillance médicale des populations civiles dans les Balkans, des soldats qui ont participé aux opérations, des membres des organisations humanitaires aussi bien que des journalistes qui ont travaillé sur le terrain »[22].

Point n’est besoin d’insister sur les difficultés de tous ordres qui se profilent : remise en état des lieux (comment, par qui, est-ce techniquement réalisable ?)[23] ; suivi médical de toute une population à présent répartie dans des pays éloignés les uns des autres, confrontation et traitement des données obtenues ; définition éventuelle d’un seuil critique en-deçà duquel le risque serait considéré comme tolérable, voire normal, en référence à la radioactivité naturelle ; multiplication de contentieux complexes ; conséquences financières enfin auxquelles ont peut aisément imaginer que des échappatoires seraient recherchés[24].

Quoi qu’il en soit, la preuve de l’existence d’un lien de causalité entre utilisation d’uranium appauvri et différentes pathologies aurait une autre implication, cette fois sur le contenu matériel de la norme applicable aux situations de conflits armés.

II. – VERS UNE MODIFICATION DE LA NORME APPLICABLE

AUX SITUATIONS DE CONFLITS ARMÉS           

Si une remise en cause du droit international des conflits armés apparaît comme lointaine, une solution d’attente pourrait être trouvée par un consensus sur un moratoire.

A. – Le contenu matériel de la norme applicable

A l’heure actuelle le Conseil de l’Europe reste l’institution la plus engagée vers des solutions   radicales nécessitant l’adoption de nouvelles conventions internationales. Comme il est affirmé avec force dans les débats, « Le Conseil de l’Europe n’aurait plus de raison d’être s’il ne se prononçait pas contre l’utilisation d’armes dont on ne connaît pas les conséquences à long terme »[25]. Il recommande donc d’ajouter l’uranium appauvri à la liste des armes prohibées et, sur un plan plus général, de prendre des dispositions afin que soient respectées à l’avenir les dispositions des articles 55 et 56 du Protocole I (1977).

1. – Interdiction pure et simple de l’uranium appauvri

La première prise de position en faveur de cette interdiction est restée, dans son retentissement comme dans ses effets, remarquablement discrète. Elle revient à une Sous-Commission de la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies, la Sous-Commission de la lutte contre les mesures discriminatoires et de la protection des minorités. Dans un rapport de 1996, celle-ci « prie instamment tous les Etats de se laisser guider dans le cadre de leur politique nationale par la nécessité de contenir la fabrication et la dissémination des armes de destruction massive ou aveugle, en particulier … les armes contenant de l’uranium appauvri »[26]. On sait ce qu’il en est et les difficultés que soulèverait la négociation de ce nouvel instrument apparaissent comme certaines, notamment du fait de la position que ne manqueraient pas de prendre les ministères de la Défense. En témoignent deux exemples, au cynisme  patent : – Les investigations menées par l’U.S. General Accounting Office en 1992 ont amené cet organisme aux considérations suivantes : « les responsables de l’armée [américaine] estiment que les systèmes de protection contre l’uranium appauvri peuvent être laissés de côté pendant les combats et autres situations extrêmement dangereuses car les risques que présente l’uranium appauvri pour la santé sont largement inférieurs aux risques inhérents aux combats ». Et l’auteur de conclure : « étant donné que les cancers et autres problèmes de santé ne risquent pas de se développer avant la fin d’une bataille ou d’une guerre, les responsables militaires sont peu encouragés à se conformer à des procédures de sécurité qui pourraient affecter la prestation d’un soldat ou d’un « marine » sur le champ de bataille »[27]. Au Parlement européen, le général Morillon (PPE/DE) déclare pour sa part : « Il ne faut pas tomber dans une dérive trop précautionneuse. Ces engins sont les plus efficaces et parfois les seuls utilisables. On ne peut pas sacrifier la défense du seul fait  qu’il existe des doutes quant aux dangers de l’emploi des armes »[28].

La recommandation 1495 (2001) du Conseil de l’Europe, précitée, va néanmoins en ce sens et recommande au Comité des ministres : « iv. De demander la prohibition de la fabrication, des essais, de l’utilisation et de la vente des armes contenant de l’uranium appauvri ou du plutonium ». 

2. – Prévention des dommages environnementaux

Dès 1963, le traité de Moscou s’était préoccupé de la protection de l’environnement en se référant à la cessation « de la contamination du milieu ambiant de l’homme par des substances radioactives ». Plus récemment, après la guerre du Golfe, plusieurs Etats s’étaient prononcés pour la conclusion d’une nouvelle convention sur la protection de l’environnement en période de conflit armé[29]. C’est dans cette même perspective et dans le prolongement de la mise en œuvre du Pacte de stabilité pour l’Europe du Sud-Est, que la recommandation 1495 du Conseil de l’Europe s’inscrit. Elle préconise en effet, afin d’éviter que ne se reproduisent de telles conséquences dommageables, d’entreprendre des discussions conjointes avec l’OSCE sur la rédaction d’une convention sur la prévention des dommages environnementaux consécutifs à l’usage de la force militaire et à la mise en œuvre de mesures visant à désamorcer les situations de crise, destinée notamment à garantir le respect des articles 55 et 56 du Protocole I (1977) aux conventions de Genève de 1949. Ceux-ci dépassent la question de l’utilisation de l’uranium appauvri  et concernent, d’une manière plus générale, la prévention des dommages environnementaux qui compromettent « la santé ou la survie de la population », quels que soient les méthodes ou moyens employés, notamment les attaques contre des ouvrages d’art, usines ou installations « contenant des forces dangereuses … lorsque de telles attaques peuvent provoquer la libération de ces forces ».

B. – Une solution d’attente : le moratoire

Proposée par l’Italie au début du mois de janvier 2001 dans l’attente que soient connus les résultats de l’évaluation des risques dus à leur utilisation, l’idée d’un moratoire en application du principe de précaution sur les munitions à uranium appauvri a fait naître des réactions contrastées. L’Allemagne et la Grèce sont en sa faveur[30]. Sont contre : le Royaume-Uni, la France et l’OTAN, cette dernière estimant : « nous ne sommes pas dans une situation de conflit, donc la question d’un moratoire ne se pose pas »[31].

Le refus d’un moratoire est cependant contestable : les dispositions du Protocole I (1977) aux conventions de Genève semblent au contraire venir en étayer la nécessité : l’article 57 du Protocole I « Mesures de précaution », prévoit de « …ii) prendre toutes les précautions pratiquement possibles quant au choix des moyens et méthodes d’attaque en vue d’éviter et, en tout cas, de réduire au minimum les pertes en vies humaines dans la population civile, les blessures aux personnes civiles … ; iii) s’abstenir de lancer une attaque dont on peut attendre qu’elle cause incidemment des pertes en vies humaines dans la population civile, des blessures aux personnes civiles, des dommages aux biens de caractère civil ou une combinaison de ces pertes et dommages qui seraient excessifs par rapport à l’avantage militaire concret et direct attendu ».  Ainsi le principe de précaution est étendu par le Protocole I lui-même aux situations de conflits armés : le choix des armes et méthodes y est subordonné à une simple potentialité de risques jugés excessifs par rapport à l’avantage militaire attendu.

On sait que l’« on pénètre dans le champ d’application du principe … dès lors qu’il y a risques de conséquences d’un degré élevé de gravité et que subsiste le moindre doute scientifique »[32]. Or, la toxicité potentielle de l’uranium appauvri (voir annexe) ne semble pas être une vue de l’esprit – encore moins si l’uranium employé provient d’une opération de retraitement et contient du plutonium – de même qu’elle est susceptible de dépasser largement, par ses effets à long terme, le strict cadre du conflit en cause. Et quand bien même la valeur juridique du principe ne serait à l’heure actuelle que celle d’un principe directeur, dépourvu de force contraignante[33], elle peut servir d’incitation. Ainsi le Parlement européen s’est également référé au principe dans une résolution du 17 janvier 2001 : « en application du principe de précaution, la résolution commune déposée au nom du PPE/DE, PSE, ELDR, Vers/ALE et UEN demande aux Etats membres faisant partie de l’OTAN de proposer un moratoire sur l’utilisation d’armes à uranium appauvri ». Cette résolution a été adoptée par 394 voix contre 60 et 106 abstentions[34].

Enfin, il faut signaler la fragilité juridique de la position adoptée par l’OTAN  - inutilité d’un moratoire puisqu’il n’y a pas de conflit en cours – car en l’absence d’un moratoire et si un conflit éclatait, l’utilisation d’armes à uranium appauvri resterait possible alors qu’elle ne le serait plus dans le cas contraire. Il convient donc bien d’aborder la question dès à présent tant il apparaît que ce qui ne serait pas décidé dans une situation de paix n’aurait aucune chance de l’être dans une situation de guerre.

________________________________________________________________________________________________________________________

Bien des questions restent en suspens, notamment du fait du caractère partiel ou insuffisant des informations disponibles et des extraordinaires contradictions qui apparaissent jour après jour dans les déclarations de responsables scientifiques, politiques ou militaires.  Non des moindres : un rapport de l’armée américaine de 1990 dénonçait les effets de l’uranium appauvri, faisant état de cancers et de problèmes rénaux et allait jusqu’à envisager les réactions hostiles à son utilisation qui ne manqueraient pas de se produire dans l’opinion et dans les médias[35]. Ensuite, plus rien n’a filtré et le Pentagone a pris une position tout à fait opposée. Pour ne pas être en reste, l’OTAN a fait circuler une note parmi les états-majors concernés par les opérations en Serbie évoquant « la menace toxique possible » et suggérant de prendre « les mesures préventives » nécessaires[36]. Seulement cette note a été émise le 16 juillet 1999, soit près de cinq semaines après la fin des opérations ; cinq semaines après avoir tiré 31.000 obus sur la région[37]. Peut-on alors raisonnablement évoquer des mesures « préventives » ? Et que penser du paradoxe consistant à en recommander l’usage si par la suite aucune toxicité ne doit être officiellement reconnue ? Il reste que les incidences sanitaires, économiques et juridiques de cette affaire seront sans doute beaucoup plus importantes qu’on ne peut à l’heure actuelle le supposer[38]. Il reste également – et avant toute chose – qu’« il est inacceptable que se prolonge l’incertitude actuelle sur les conséquences sanitaires éventuelles de l’exposition à l’uranium appauvri »[39].

Avril 2001

Télécharger l’article en format PDF.

© 2001 Michèle POULAIN

POULAIN M. – « Le syndrome des Balkans – Eléments pour une approche juridique ». – Actualité et Droit International, avril 2001 (www.ridi.org/adi).

 NOTES:

[1] Ainsi de la pyridostigmine, considérée comme antidote aux produits chimiques mais dont les effets dangereux pour le cerveau ont été reconnus depuis (Le Monde, 2, 9 et 16 novembre 2000).

[2] L’uranium appauvri demeure le principal accusé. On y limitera le champ de cette approche, les développements qui suivent restant valables mutatis mutandis pour les autres chefs de toxicité dont les effets synergiques demeurent d’ailleurs inconnus. Comme le souligne dans une interview, Christine Abdelkrim-Delanne, auteur de « La sale guerre propre » : « il serait regrettable de réduire les recherches à un seul facteur, l’uranium et une seule guerre, les Balkans » (Libération, 8 janvier 2001).

[3] D’une estimation de 300 soldats ayant pu être exposés à un risque toxique en juin 1996, le Pentagone passa à 98.900, fin 1997 (Le Monde, 5 décembre 2000). Sur les effets du retour à la vie civile, cf. Journal of Epidemiology and Community Health, rapporté par Le Monde, 19 octobre 2000.

[4] Le Monde, 5 janvier 2001. La Commission européenne avait indiqué dès le 4 janvier qu’une enquête informelle était en cours. Une réunion en présence des responsables de la politique étrangère et de sécurité commune s’est ensuite tenue et la Suède, qui assume la présidence  de l’Union, s’est proposée pour « collecter les faits »  (Le Monde,  6 et 9 janvier 2001).

[5] En France, Avigolfe, regroupant les anciens combattants de la guerre du Golfe étend ses recherches aux Balkans, recherches qui sont loin d’être sans effet puisque c’est grâce à l’action de cette association que le ministère de la Défense a reconnu que l’ordre de prendre des cachets contre les armes chimiques avait bien été donné. Elle a également œuvré en faveur de la création d’une commission d’enquête parlementaire (Le Monde, 10-11 et 14 septembre 2000 ; Libération, 31 janvier 2001). C’est finalement une commission d’information parlementaire, aux pouvoirs moins importants, qui a été créée. Ses pouvoirs ont été étendus du Golfe aux Balkans. Au Royaume-Uni, l’Association nationale des anciens combattants de la guerre du Golfe réclame « une enquête publique parce que le ministère de la Défense n’a pas dit la vérité » (Reuters, 8 février 2001), ce qui fut accepté par le gouvernement.

[6] En France, un programme généralisé de surveillance médicale, à la fois prospective et rétrospective, est lancé pour l’ensemble des soldats ayant séjourné dans les Balkans ou y séjournant encore : analyse des dossiers médicaux de tous les militaires ayant dû être hospitalisés, quelle qu’en soit la raison ; contrôle médical associant examen clinique, dosages biologiques et radiographies pour les autres (Le Monde, 5 janvier 2001). Pour un état des différentes enquêtes par pays, v. Le Monde, 6 janvier 2001.

[7] Cette équipe est restée sur place deux semaines, mesurant les niveaux de radioactivité sur 11 des 112 sites visés par des projectiles contenant de l’uranium appauvri et prélevant 355 échantillons de sol et d’eau pour vérifier la présence de métaux lourds lors de la décomposition de l’uranium appauvri, le but de l’évaluation étant de « déterminer si l’uranium appauvri utilisé pendant les hostilités représente un risque pour la santé publique ou pour l’environnement, à l’heure actuelle ou dans l’avenir ». Les prélèvements ont été analysés par cinq laboratoires. Après des conclusions intermédiaires, relatives notamment à la présence d’uranium 236 et de plutonium (voir annexe) (PNUE, Communiqués, 3 novembre 2000 ; 17 novembre 2000 ; 11 et 16 janvier 2001 ; 16 février 2001), le PNUE vient de rendre son rapport le 13 mars dernier (on en trouvera le texte complet sur le site http://balkans.unep.ch qui contient par ailleurs de très nombreux liens). Ce rapport ne note pas de contamination étendue mais relève les incertitudes scientifiques qui demeurent en ce qui concerne notamment les nappes phréatiques. Certaines situations pouvant présenter un risque sont identifiées – il s’agit d’un risque lié à une toxicité chimique en cas d’ingestion de terre ou d’eau contaminée et de contamination par les mains (op. cit., p. 86) – et il est souligné que les risques à long terme ne sont pas connus. A cet égard, une mission en Bosnie « où des munitions sont restées pendant plus de cinq ans dans le milieu naturel » est recommandée. Enfin la nécessité d’études plus approfondies sur les 101 sites du Kosovo non visités est soulignée. Le rapport conclut à la nécessité de précautions à prendre.

[8] A cette fin, il sera recueilli des informations sur l’exposition de la population à l’uranium appauvri et à d’autres substances toxiques résultant des opérations militaires ; les données disponibles sur l’incidence du cancer et de la leucémie ainsi que d’autres affections, au sein de la population du Kosovo seront analysées ; les risques potentiels pour la santé des populations qui pourraient avoir été exposées à ces agents et qui nécessiteraient une surveillance médicale et un suivi seront définis. Un appel a été lancé afin de constituer un fonds d’urgence de 2 millions de dollars, nécessaire à l’exécution de ce programme d’investigation pour les six premier mois. Un appel ultérieur, plus important, servira à couvrir les travaux pour une durée de quatre ans (OMS, Communiqués de presse, 2001, n°1, 19 janvier 2001, et n°5, 1er février 2001).

[9] Ainsi que le déclare au Parlement européen, Javier Solana, anciennement Secrétaire général de l’OTAN, « L’Alliance est obligée de souligner qu’elle n’est pas une institution médicale mais seulement une institution militaire. Par conséquent, ce n’est pas elle qui est à même de fournir un véritable dossier sur le sujet. C’est à l’O.M.S. et à d’autres institutions scientifiques de le faire » (Parlement européen, Le point de la Session, 15 janvier 2001). Cette coopération se concrétise par une série de mesures : a. engagement de consultations avec les pays fournisseurs de troupes. Des réunions ont été tenues notamment les 12, 18 et 24 janvier et ont fait l’objet de compte-rendus écrits ; b. création d’un comité ad hoc dont les membres comprennent les Etats contributeurs à la KFOR et à la SFOR, qu’ils soient ou non membres de l’Alliance, soit 50 nations ainsi que les représentants de cinq organisations internationales : l’OMS, le PNUE, l’OSCE, l’UE et le Haut-représentant en Bosnie-Herzégovine. Des représentants d’ONG seront en outre invités ponctuellement, selon les questions abordées. Le Comité se réunit toutes les semaines ; c. la question est également suivie par le comité des chefs de santé militaires des différents Etats membres de l’Alliance (COMEDS) qui procède à des échanges de vues sur les données factuelles de base dans les domaines médical et scientifique (OTAN, communiqué de presse 2001-002, 10 janvier 2001. Toutes ces informations peuvent être trouvées sur le site internet de l’OTAN http://www.nato.int/du, où la question de l’uranium appauvri [depleted uranium] fait l’objet de mises à jour constantes. Très nombreux liens).

[10] M. Paul Lannoye, député européen (Verts, Belgique), souligne ainsi « la difficulté d’établir un lien entre l’état de santé des militaires et l’utilisation d’uranium appauvri. Il y a en effet toute une série de paramètres qui interviennent et les effets se font souvent sentir à long terme. Dans ce contexte, il ne comprend pas que des scientifiques puissent se prononcer dès maintenant » (Parlement européen, le point de la Session, 15 janvier 2001, p. 9).

[11] OTAN, Communiqué de presse 2001-002, 10 janvier 2001. Comme le signale au Conseil de l’Europe M. Soendergaard (Danemark) : « certains orateurs ont constaté qu’il n’y avait pas de lien établi entre les munitions à l’uranium appauvri et les problèmes de santé constatés chez les civils et les militaires après les opérations au Kosovo. Mais qui dispose des informations nécessaires sur ces munitions ?… L’OTAN et les fabricants doivent informer les populations et les Nations Unies lancer une enquête de santé publique auprès des civils, des soldats, des membres des ONG et des journalistes qui se sont trouvés sur place au moment du conflit » (Conseil de l’Europe, Compte-rendu des débats, 24 janvier 2001, version provisoire non corrigée, p. 22, disponible sur le site http://stars.coe.fr).

[12] A cet égard, il serait intéressant de se demander, dans un contexte où il y a eu substitution de l’action des Etats membres de l’OTAN à celle des Nations Unies, comment se répartiraient les responsabilités entre l’Alliance et les Etats fournisseurs de troupes. Qui, en définitive, est responsable de l’obligation d’observer les normes pertinentes ? Sur la substitution à l’action onusienne et l’illicéité de l’intervention organisée par l’OTAN, voir notamment les développements de P.-M. Dupuy, Droit international public, Dalloz, 5ème éd., 2000, pp. 555-558 et de S. Sur, « L’affaire du Kosovo et le droit international : points et contrepoints », A.F.D.I., 1999, pp. 280-291, ainsi que les différentes contributions parues en 2000 à la R.G.D.I.P. : N. Valticos, « Les droits de l’hommele droit international et l’intervention militaire en Yougoslavie », n°1, pp. 5-18 ; Ph. Weckel, « L’emploi de la force contre laYougoslavie ou la Charte fissurée », n°1, pp. 19-36 ; O. Corten et F. Dubuisson, « L’hypothèse d’une règle émergente fondant une intervention militaire surune « autorisation implicite » du Conseil de sécurité », n°4, pp. 873-910. Sur la question des responsabilités, s’agissant des opérations de maintien de la paix des Nations Unies, voir C. Emmanuelli, Les actions militaires  de l’ONU et le droit international humanitaire, Ottawa, Editions de l’Université, 1995, 112 p.

[13] Sur cette question voir J. Combacau in J. Combacau, S. Sur, Droit international public, Montchrestien, 4ème éd., 1999, pp. 539 et s. et P.-M. Dupuy,op. cit., p. 444.

[14] En droit interne, au contraire, et plus spécialement en droit administratif français, la théorie des choses et activités dangereuses, utilisée par le Conseil d’Etat dans les hypothèses où l’administration utilise une chose considérée en elle-même comme dangereuse, aurait sans doute quelque chance de pouvoir fonder une responsabilité pour risque, dans la mesure où il serait démontré que le dommage est bien né d’un risque de nature exceptionnelle que l’administration a elle-même contribué à créer. Sur cette question, voir J.-C. Venezia, Y. Gaudemet, Traité élémentaire de droit administratif, LGDJ, 15ème éd., 1999, pp. 998-1000.

[15] « Depleted uranium is not illegal. It is a legal weapon of war. End of story. We used it, it’s legal ». Mark Laity, OTAN, Press Briefing, 24 janvier 2001, p. 10. (Traduction de l’auteur). La retranscription est disponible sur le site de l’OTAN : http://www.nato.int/docu/speech/2001/s010124a.htm.

[16] « There is no specific treaty ban on the use of depleted uranium projectiles. There is a developing scientific debate and concern expressed regarding the impact of the use of such projectiles and it is possible that, in future, there will be a consensus view in international legal circles that use of such projectiles violate general principles of the law applicable to use of weapons in armed conflicts. No such consensus exists at present ». TPIY, Final Report to the Prosecutor by the Committee established to review the NATO Bombing Campaign against the Federal Republic of Yugoslavia, 13 juin 2000, § 26 (Traduction de l’auteur). Le rapport continue : « In view of the uncertain state of development of the legal standards governing the area, it should be emphasised  that the use of depleted uranium or other potentially hazardous substance by any adversary to conflicts, within the former Yugoslavia since 1991 has not formed the basis of any charge laid by the Prosecutor ». En conséquence, le comité recommande que l’Office du Procureur n’entame aucune investigation sur l’utilisation par l’OTAN de projectiles à base d’uranium appauvri (ibid.). Le rapport est disponible sur le site Internet du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie : http://www.un.org/icty/pressreal/nato061300.htm, ainsi que dans International Legal Materials, 39 (2000), n°5, pp. 1257-1283.

[17] Conseil de l’Europe, recommandation 1495 (2001), 24 janvier 2001. Cette recommandation a été adoptée d’après le document 8925 présenté par la Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et des pouvoirs locaux sur les conséquences de la guerre en Yougoslavie pour l’environnement de l’Europe du Sud-Est. On trouvera le texte du protocole additionnel aux Conventions de Genève du 12 août 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux du 8 juin 1977 sur le site du Comité international de la Croix-Rouge : http://www.icrc.org. Les articles 55 et 56 traitent respectivement de la protection de l’environnement naturel et de la protection des ouvrages et installations contenant des forces dangereuses.

[18] CIJ, Requêtes introductive d’instance, Licéité de l’emploi de la force, 29 avril 1999. Après s’être, le 2 juin 1999, reconnue manifestement incompétente dans deux affaires (concernant l’Espagne et les Etats-Unis) et avoir dans les huit autres refusé d’indiquer des mesures conservatoires faute de compétence prima facie, la Cour a indiqué qu’elle restait saisie de ces affaires et a souligné que « les conclusions auxquelles elle était parvenue à ce stade ne préjuge[aie]nt en rien [s]a compétence … pour connaître du fond » (CIJ, Communiqué de presse, n°2001/5 du 23 février 2001. Sur les arrêts de la Cour, voir les développements de L. Boisson de Chazournes, « La Cour internationale de Justice aux prises avec la crise du Kosovo : à propos de la demande en mesures conservatoires de la République fédérale de Yougoslavie », A.F.D.I., 1999, pp. 452-471). La Yougoslavie a donc déposé ses mémoires dans chacune des huit affaires et les Etats défendeurs ont soulevé des exceptions préliminaires d’incompétence et d’irrecevabilité. La Cour venant de reporter d’un an la date d’expiration des délais fixés pour la présentation par la Yougoslavie d’exposés écrits sur ces exceptions préliminaires (Communiqué de presse 2001/5, précité), il faudra attendre quelque temps encore une décision sur le fond.

[19] Commission du  Droit international, Projets d’articles sur la responsabilité des Etats adoptés en seconde lecture par le comité de rédaction le 11 août 2000, article 31 : réparation  (R.G.D.I.P., 2000, n°4, p. 1121).

[20] Article 35 – Formes de la réparation  (ibid., p. 1122).

[21] Cf. C. London : « Il ne convient plus … de contrôler l’environnement pour l’environnement, mais bien d’assurer qu’il ne puisse véhiculer des facteurs de risque pour la santé humaine », in « Santé et environnement : des approches complémentaires ? », Petites affiches, n° 48, 8 mars 2001, p. 4.

[22] Conseil de l’Europe, recommandation 1495 (2001) précitée. Voir également les débats, très riches, relatifs à la séance du 24 janvier 2001, à 15 heures, précités note 11.

[23] Il s’agirait évidemment de beaucoup plus que ce qui est exigé de la RFY et de la Serbie dans l’accord de cessation des hostilités que ces Etats ont signé avec la KFOR le 9 juin 1999, à savoir : retirer « les mines, les gravats, les pièges, les obstacles et les éventuelles charges », R.G.D.I.P., 2000, n° 4, p. 1128. Dans son rapport précité du 13 mars 2001 et le communiqué de presse du même jour, le PNUE inscrit ainsi au nombre des précautions à prendre visant la totalité des sites bombardés : le retrait du sol des obus et parties d’obus radioactifs, la décontamination des secteurs et le retraitement de l’eau de boisson là où cela serait nécessaire.

[24] Des contentieux ont déjà été engagés au plan national. En France, la Cour régionale des Pensions de Bordeaux a accepté le 19 septembre 2000, mais contre l’avis du Ministère public, d’ordonner de nouvelles expertises dans le cas d’un militaire gravement malade depuis son retour du Golfe (Le Monde, 20 février 2000). En Belgique, ce sont cinq  procédures qui ont été engagées devant le ministère des Pensions, lequel a refusé de reconnaître un lien entre les symptômes et le service dans les Balkans. Il faut souligner l’initiative que s’apprêterait à prendre, pour tourner la difficulté, un député, J.-P. Moerman, qui travaille sur une proposition de loi permettant d’indemniser les militaires sur une simple présomption de contamination lors d’une mission à l’étranger. Les sommes nécessaires seraient déposées sur un Fonds spécial (L’Express, 16 février 2001). Aux Etats-Unis, les choses sont plus difficiles puisqu’il existe une loi interdisant aux vétérans de porter plainte contre l’Etat pour blessures reçues au combat. Cette loi a été étendue, depuis la guerre du Golfe, aux familles (T.M. Deffontaines, op. cit.).

[25] Conseil de l’Europe, débats relatifs à la séance du 24 janvier, op. cit., p. 23.

[26] Rapport du 25 novembre 1996, E/CN.4/Sub.2/1996/41, E/CN.4/1997/2. Souligné par nous.

[27] D. Fahey, « Armes à uranium appauvri : Leçons de la Guerre du Golfe », Notes et Analyses du Groupe de Recherche et d’Information sur la Paix et la Sécurité (GRIP), 23 juin 1999 (Traduction de « Depleted uranium : a post-war disaster for environment and health », Laka Foundation, mai 1999).http://www.grip.org/bdg/g1687.html

[28] Parlement européen, Le point de la Session, 15 janvier 2001, p. 10. En admettant que cet aléa militaire  puisse être retenu, quid des populations civiles ? Quid des conséquences à long terme, susceptibles de se révéler bien après l’arrêt des hostilités ?

[29] Sur ces deux points, voir S. Sur, in J. Combacau, S. Sur, op. cit., p. 498.

[30] Reuters, 8 février 2001.

[31]  »We are not in a conflict of any kind, so the question of a moratorium doesn’t arise ». Mark Laity, loc. cit., p. 11. Traduction de l’auteur.

[32] L. Lucchini, in  »Le principe de précaution en droit international de l’environnement », A.F.D.I., 1999, p. 724.

[33] “Le principe de précaution paraît, à la vérité, appartenir à cette catégorie commode, dite des principes directeurs … [qui] sont – au moins provisoirement – dépourvus de force contraignante. Ils ont néanmoins pour fonction d’imprimer des orientations aux politiques des Etats et de canaliser l’ action des acteurs économiques », ibid., p. 730.

[34] Parlement européen, op .cit., p. 7.

[35] T. M. Deffontaines, op. cit. ; Dan Fahey, op. cit.

[36] Information donnée par le ministre allemand de la Défense (Le Monde, 9 janvier 2001).

[37] Le Monde, 24 mars 2000.

[38] Ainsi le Comité médical de l’OTAN, le COMEDS, propose-t-il de réorienter toute la politique médicale de l’Alliance qui, jusqu’ici était du ressort exclusif de chaque Etat membre, dans le sens de l’établissement par un groupe de travail d’une stratégie cohérente et de procédures standardisées (OTAN, Press Briefing, 16 janvier 2001, p. 2).  Ainsi pour M. Francis Wurtz, au Parlement européen,  « le syndrome des Balkans devrait nous amener à réévaluer le concept de sécurité européenne » (Le point de la Session, op. cit., p. 10).

[39] Dr Xavier Leus, Directeur du département Secours d’urgence et action humanitaire à l’O.M.S. (Communiqué de presse, 2001, n° 5, 1er février 2001).


QUELQUES DONNEES

RELATIVES

A L’URANIUM APPAUVRI (U.A.)

 

1. – Caractéristiques physiques

L’U.A. n’existe pas dans la nature. C’est un résidu du processus d’enrichissement du minerai d’uranium, processus qui permet l’utilisation de celui-ci dans des armes et réacteurs nucléaires. Pendant ce processus d’enrichissement, une partie du métal (+ 14 %) est enrichie et l’autre, (+ 86 %) est corrélativement  appauvrie. Il y a donc production simultanée d’uranium enrichi et d’uranium appauvri.

L’U.A. est composé des isotopes 234, 235 et 238. Or, l’U.A. utilisé par les industries d’armement comporte également, comme le montrent les résultats des analyses effectuées par des laboratoires indépendants sur les prélèvements ramenés du Kosovo par une équipe du P.N.U.E. en novembre 2000, de l’uranium 236 – en faible quantité certes (0,0028%) et des traces de plutonium[1a]. Cette particularité est la preuve que l’U.A. en cause est, au moins partiellement, issu du processus d’enrichissement, non d’uranium naturel, mais d’uranium de retraitement. Il est donc « pollué par les isotopes artificiels produits au sein des réacteurs nucléaires »[2a].

Outre sa valeur économique peu importante, l’U.A. possède des propriétés qui rendent son emploi intéressant : il arrête les rayons gamma de façon plus efficace que le plomb – on l’utilise ainsi en radioprotection dans l’industrie civile ; il est pyrophore, c’est à dire capable de s’enflammer spontanément quand certaines conditions sont réunies et donc, une fois dans la cible, il prend feu en dégageant une fumée composée de fines particules d’uranium – pour l’industrie militaire, il perfore ainsi le blindage des tanks beaucoup mieux que le tungstène, traditionnellement utilisé[3a]. Cet aérosol de poussières peut rester en suspension dans l’air pendant plusieurs heures ou bien être transporté par le vent. Quand il se pose, il contamine les eaux de surface, puis les nappes phréatiques et le sol. Par ailleurs, les perforateurs restés intacts finissent par subir une corrosion et se transforment également en poussières, solubles dans l’eau[4a].

2. – Toxicité

L’U.A., qui émet des rayons principalement alpha mais aussi bêta et gamma, est un peu plus faiblement radioactif que l’uranium naturel (40 millions de becquerels par kilo [Mbq/kg] contre 51 millions). On a donc pu dire que sa radioactivité est inférieure à celle que l’on trouve dans les gisements d’uranium ou même dans certaines régions granitiques. Cependant, « cela ne signifie pas qu’il soit devenu inoffensif », bien au contraire puisque la radioactivité produite par le minerai a été concentrée au cours du processus d’obtention du métal. Ainsi, « la radioactivité de l’U.A. est 60.000 fois supérieure à celle que l’on trouve habituellement dans le sol »[5a]. En outre, comme tous les métaux lourds, il présente une toxicité chimique importante.

La question des risques est donc à évaluer différemment selon la « porte d’entrée » de l’U.A. dans l’organisme. Les manipulations sont considérées comme peu dangereuses si elles ne durent pas longtemps. Mais si l’U.A. pénètre dans le corps, que ce soit par inhalation, ingestion, implantation ou blessure, la dose de rayonnement reçue est alors plus importante et se trouve combinée aux effets de la toxicité chimique, laquelle interfère principalement sur la fonction rénale. L’uranium va alors se fixer en plusieurs endroits possibles, entre autres : squelette, ganglions lymphatiques, poumons ou foie. Des chercheurs ont ainsi montré in vitro que l’exposition de cellules osseuses à de l’U.A. pouvait entraîner la formation de tumeurs cancéreuses[6a].


[1a] P.N.U.E., Communiqués de presse des 16 janvier 2001 et 16 février 2001. V. également Le Monde, 26 janvier 2001 où il est révélé qu’une usine du Kentucky a fourni l’armée américaine en U.A. dès 1953.

[2a] Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité, CRIIRAD,  Actualités, 5 janvier 2001.

[3a] « Contre les blindés, les munitions à l’U.A. (balles, obus, missiles) sont d’une efficacité redoutable » T.M. Deffontaines, Le Monde Télévision, 20-21 février 2000.

[4a] Dan Fahey, op. cit.

[5a] CRIIRAD, op. cit. A rapprocher de J.-F. Lacronique, président de l’Office de protection contre les rayonnements ionisants : « Ce matériau est tout sauf anodin », rapporté par Le Monde, 12 janvier 2001.

[6a] A. Miller, Environmental Health Perspectives, août 1998, rapporté par Le Monde, 12 janvier 2001. Voir également le Rapport du commandement de l’armée américaine chargé de l’armement, des munitions et des produits chimiques, juillet 1990, cité par Dan Fahey : L’U.A. est un « émetteur de rayons alpha de faible activité qui peut provoquer le cancer lorsque les expositions sont internes, la toxicité chimique causant pour sa part des lésions rénales » et celui du bureau médical des armées d’août 1993 : « les effets physiologiques estimés suite à l’exposition à des poussières d’uranium appauvri incluent une possibilité de risque accru de cancer (du poumon et ou des os) et de lésions rénales » (Dan Fahey, op. cit.).

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 15 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

ARMEMENT: LES PETITES ERREURS ET MANIPULATIONS DU « CANARD ENCHAÎNE » POUR NE PAS PARLER DES ARMES A L’URANIUM « APPAUVRI » !(Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr)

Armement:

ARMEMENT: LES PETITES ERREURS ET MANIPULATIONS DU

Les petites erreurs et manupulations

du « Canard Enchaîné »

pour ne pas parler

des armes à l’URANIUM « APPAUVRI » !

(Thierry LAMIREAU)

Dans un article intitulé: « Les dix malheurs du RAFALE en INDE » (en date du mercredi 16 octobre 2013) le sieur Jérôme CANARD (un pseudonyme évidemment) a voulu nous impressionner avec ses infos liées à d’éventuelles ventes d’aéronefs RAFALE en INDE.

Il cite « la signature, avant la fin de cette année 2013, d’une série de six contrats entre l’INDE et les ETATS-UNIS. »

Ce cher « volatile » a « du plomb dans l’aile » car il fait plusieurs erreurs:

1 / Il précise la vente, entre autres matériels, « de 22 hélicoptères de combat APACHE et 512 bombes CBU-105 capables de perforer le béton en profondeur. »…matériels de guerre vendus par les ETATS-UNIS à l’INDE.

2 / Plus loin, il indique : « que l’INDE, le PAKISTAN et la CHINE possèdent les belles fusées qui permettent de balancer leurs bombes chez l’adversaire alors que ces pays équipent pourtant toujours leurs armées en matériel classique. »

En outre, un deuxième petit texte est inséré dans le premier pour noter que: « La présence au MALI d’un contingent français va coûter, en 2013, presque 1,9 million d’euros par jour et que le retrait d’AFGHANISTAN va, lui aussi, revenir fort cher: 259 millions. »

ANALYSE:

depleted-uranium12 ARMES A L'URANIUM APPAUVRI dans REFLEXIONS PERSONNELLES

Première erreur, ce ne sont pas des « bombes CBU-105″ mais GBU-105.

« Le Canard Enchaîné » ne parle pas de l’essentiel:

Les hélicoptères de combat APACHE utilisent des munitions à l’URANIUM « APPAUVRI » et ces bombes GBU-105 « capables de perforer le béton en profondeur » sont aussi à l’URANIUM « APPAUVRI » !

Deuxième erreur, ces armes et munitions ne sont pas « du matériel classique » car elles contaminent, polluent les eaux, les sols, l’air et les populations « pour l’éternité » si l’on considère la durée de vie de certains composés radioactifs contenus dans ces armes.

Troisième mensonge, « Le Canard Enchaîné » ne dit pas la vérité sur le MALI et l’AFGHANISTAN puisqu’il n’indique pas que l’armée française a utilisé des armes à l’URANIUM « APPAUVRI » au MALI comme en AFGHANISTAN…alors qu’il ironise sur les « 22 hélicoptères de combat APACHE et les 512 bombes CBU-105 capables de perforer le béton en profondeur. »…vendus à l’INDE par les ETATS-UNIS !

Comme le reste de la presse, j’accuse « Le Canard Enchaîné » de participer à l’OMERTA générale afin de ne pas informer les populations que les occidentaux utilisent systématiquement des armes à l’URANIUM « APPAUVRI » dans TOUS les conflits armés.

Et ce jeudi soir 17 octobre 2013, l’on a pu une nouvelle fois constater, à travers les IMAGES FOURNIES par l’armée française dans un document de propagande scandaleux de l’émission « ENVOYE SPECIAL » de FRANCE 2, que la FRANCE a utilisé des armes à l’URANIUM « APPAUVRI » au MALI.

Journalistes de FRANCE 2, journalistes du « Canard Enchaîné », vous êtes de « valeureux et zélés petits soldats » de l’information !

Pour être clair: vous me dégoûtez car vos actions ne sont pas dignes de journalistes honnêtes !

Mais peut-être qu’un journalisme malhonnête est désormais un pléonasme…

Thierry LAMIREAU

lesoufflecestmavie.unblog.fr

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 17 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

INFORMATIONS TRES IMPORTANTES ET PRECISES SUR L’URANIUM APPAUVRI: UN GENTIL PETIT CADEAU POUR LES GENERATIONS ACTUELLES ET…ETERNELLES !…POLLUER, EMPOISONNER, TUER (Compilation de plusieurs textes rares)

 Uranium « appauvri »:

Polluer

Empoisonner

Tuer

INFORMATIONS TRES IMPORTANTES ET PRECISES SUR L'URANIUM APPAUVRI: UN GENTIL PETIT CADEAU POUR LES GENERATIONS ACTUELLES ET...ETERNELLES !...POLLUER, EMPOISONNER, TUER (Compilation de plusieurs textes rares) dans REFLEXIONS PERSONNELLES aaaaaaaaa5

(21 avril 2005)

La santé mondiale au niveau pulmonaire va aller en s’affaiblissant : telle est l’opinion de plusieurs scientifiques dénonçant la présence de tonnes d’uranium dans les obus, missiles et bombes américaines qui vont exploser, et bientôt pénétrer sous forme de fines poussières radioactives insolubles, dans l’atmosphère mondiale.

On sait que la croûte terrestre contient de l’uranium et que cet uranium qui est radioactif est tenu éloigné des humains par la distance des gisements et aussi par les écrans des sols situés entre les gisements et les humains. Ces dernières décennies de nombreuses industries se sont mises à extraire l’uranium du sous-sol pour différentes raisons, et tant que l’uranium était tenu à distance des hommes, ou stocké derrière des écrans, silos en bétons notamment, ou fûts solides, cette composante radioactive du sol restait inoffensive.

Brusquement les ingénieurs militaires américains ont pensé à exploiter la forte densité de l’uranium quand il est obtenu sous forme métallique, (plus de 2 fois plus lourd que l’acier), pour l’utiliser comme perforateur de bunkers et de chars, dans les projectiles. Et effectivement les dards en uranium mis dans les projectiles, perforaient les chars et les roches, avec une facilité étonnante, dotant ainsi les Américains d’armes redoutables. Il semble cependant que l’armée américaine a, volontairement ou pas, occulté des données qui se sont avérées très nocives pour leurs propres troupes et les populations « à conquérir ».

Effectivement, en passant aux essais grandeur nature, on s’est aperçu que l’uranium contenu dans les projectiles, avait une propriété à laquelle personne ne semblait avoir songé : l’uranium métallique a la propriété de prendre spontanément feu quand il est divisé en très petites particules, et cette particularité se nomme « métal pyrophore ». A première vue, les premiers experts constatèrent le fait, mais n’y prirent pas garde. Ceci ne semblait pas contrarier les projets initiaux.

Mais dans la nature, les choses changèrent. En effet les chocs des impacts divisaient l’uranium des projectiles, et on constata la présence de milliards de particules d’uranium flottant (aérosols) dans l’atmosphère près des explosions et impacts. Les particules brûlées examinées montraient qu’elles étaient malheureusement insolubles à près de 90% du total. Comme elles flottaient aisément dans l’air, il suffisait d’un vent contraire pour que ces particules reviennent vers les canons ‘alliés’ et empoisonnent les tireurs par invasion pulmonaire.

En fait on constata que 90% de la masse d’uranium mise dans les projectiles utilisés se transformait lors des explosions en milliards de milliards de particules radioactives flottantes. Par après on constata que plus les particules flottantes étaient petites, plus elles flottaient longtemps, et qu’en dessous de la taille du micromètre ou millième de mm de diamètre, elles restaient pratiquement en suspension permanente pendant des mois, ce qui les entraînaient à des milliers de km de l’endroit où elles avaient pris naissance.
Par ailleurs, il fut constaté que des militaires engagés dans les opérations devinrent malades après leur retour à domicile, parfois après des années. Ceci alarma plusieurs chercheurs, dont le Professeur américain Durakovitch parmi les médecins militaires qui constatèrent une surcharge d’uranium dans le corps des victimes, et même la présence de métaux radioactifs qui n’étaient pas destinés à être mis dans les projectiles. L’Amérique s’opposa dès lors à Durakovitch.

Le système pulmonaire des victimes montre un affaiblissement comparable à ceux provenant de l’effondrement des défenses immunitaires. Les particules flottantes d’uranium « céramisé » par les explosions ont approché ces victimes et se sont introduites directement dans leurs poumons, les irradiant de l’intérieur par les émissions ALPHA de l’uranium : c’est l’effet interne de proximité avec irradiation directe à très courte distance des cellules pulmonaires. Suite à l’adoption des projectiles américains, il se fait que de l’uranium métallique divisé en très petits fragments sous forme de poussières, est dorénavant apte à approcher les hommes directement par voie interne, au gré des courants aériens de l’hémisphère Nord, et ainsi de nous contaminer tous progressivement, à des moments inattendus, moments pendant lesquels ces poussières uranifères flottantes strictement invisibles à l’œil pénètrent l’organisme via la respiration.

Les globules blancs, et spécialement les lymphocytes B et T, jouent un rôle essentiel dans la défense immunitaire et sont soumis aux radiations lors de leur passage dans la lymphe et les poumons. Ces leucocytes sont extrêmement sensibles aux radiations ionisantes ; des doses de 0,1 gray (10 rad) peuvent déjà bloquer la phagocytose et induire la prolifération de bactéries infectieuses. D’une façon générale, suite à une irradiation, on observe une diminution importante du nombre des globules blancs (leucopénie) et particulièrement des lymphocytes T auxiliaires.

Dès que les explosions des armes américaines à UA (uranium appauvri) parleront, la charge aérienne des poussières radioactives augmentera et il est probable que l’immunité générale du genre humain diminuera encore, laissant la place à de nouvelles maladies pulmonaires. Dans ce communiqué spécial, nous évoquons les déclarations de l’OMS qui nous apprend que nous respirons maintenant tous de l’uranium en provenance de l’air, notamment de l’uranium appauvri dans l’air.

Sur le plan civil l’uranium appauvri, du fait de sa très grande densité, fut largement utilisé pour fabriquer des masselotes d’équilibrage de gouvernes, dans les avions de ligne. Sur un avion, les ailerons sont montés en « porte-à-faux ». Ils sont soumis aux effeorts aérodynamiques, mais aussi à la pesanteur et aux accélérations (par exemple àç la force centrifuge, en virage serré). On doit donc les doter d’une masselote d’équilibrage pour qu’ils soient « au neutre » en reposant sur leur axe. Initialement ces masselotes étaient en plomb. Mais on trouva un ré-emploi de l’uranium appauvri, l’U 238 en dotant les appareils de masselotes faites de ce métal. La masse totale impliquée, dans un avion de ligne (en incluant d’autres dispositifs comme les gyroscopes) peut aller de 800 kilos à une tonne et demie. L’uranium est pyrophore (c’est à dire qu’il brûle !). Les poussières produites sont extrêmement ténues, de dix Angström à un micron. Elles peuvent donc être emportée en altitude par la moindre ascendance et parcourir des milliers de kilomètres. Les médias, totalement inconscients, ou complices, n’apportent pas à ce problème l’attention qui lui serait due, car il en va de la santé de … toute la planète.

masselotes AFGHANISTAN dans REFLEXIONS PERSONNELLES

A la suite de plusieurs crashes d’avions civils on constata des troubles de santé, un excès de cancers du poumon chez des pompiers qui étaient intervenus sur un site juste après l’impact d’un appareil. Il a été prouvé que ces affections étaient consécutives à l’inhalation d’uranium pulvérulent, venant se fixer dans les poumons. Il se passe exactement la même chose dans un impact d’avion ou d’obus. l’air se peuple de particules d’uranium de la taille d’un micron, extrêmement dommageables pour la santé. Actuellement il n’est plus question de doter des appareils nouvellement construits de masselottes en U 238, mais il subsiste le problème de toutes celles qui équipent les appareils en service dont il faut négocier le remplacement. Il faudrait impérativement effectuer le remplacement de toutes ces masselotes qui sont de véritables « bombes volantes » au plan santé.

Dans ce secteur civil comme dans le secteur militaire on agit d’abord, on réfléchit ensuite.

Depuis son apparition sur terre, l’homme était uniquement confronté aux rayons gamma en provenance de l’uranium de la croûte terrestre, et aux rayons cosmiques. Mais que depuis une décennie environ, il se trouve brusquement confronté en plus, aux rayons alpha de l’uranium du fait des contacts directs de l’uranium métallique avec nos poumons, ceci via les aérosols d’uranium métallique brûlés par les explosions des projectiles à uranium appauvri (UA) sur les champs de bataille, aérosols très petits et invisibles à l’œil, qui sont maintenant en suspension permanente dans notre atmosphère dans tout l’hémisphère nord. Nous avons déjà démontré que l’UA brûlé donne des particules radioactives flottantes qui délivrent des doses importantes et ponctuelles à l’intérieur des poumons, et nous avons calculé et publié les doses infligées aux humains qui respirent des aérosols d’UA brûlé. Comme l’OMS déclare que nous respirons maintenant tous de l’uranium y compris de l’UA, il faut trouver dans cet état de fait imposé par les USA, la source principale de la diminution de notre résistance naturelle aux maladies, via la perturbation permanente qu’infligent ces irradiations supplémentaires internes à l’ADN de nos cellules.

L’homme n’avait jamais rencontré auparavant de telles irradiations internes. Nous pensons que cette radioactivité supplémentaire interne, infligée à bout portant à nos cellules, induira l’apparition de nouvelles maladies, y compris de maladies franchissant la barrière des espèces. À notre avis, seul l’abandon immédiat de l’utilisation des armes à uranium (UA), pourrait stabiliser la situation actuelle, car il est impossible de retirer de l’atmosphère terrestre les particules radioactives flottantes qui y ont été introduites en masse. Les armes à UA sont en réalité monstrueuses, car elles frappent l’avenir génétique de toute l’humanité.

Libye:

Impact des missiles de croisière

à l’uranium appauvri

arton5998-de9d1 ARMES A L'URANIUM APPAUVRI                               (mardi 29 mars 2011)

Le soutien militaire aux putschistes de Benghazi contre le dictateur de Tripoli s’effectue au détriment des populations civiles. Environ 1 missile guidé sur 10 échappe au contrôle et s’écrase au hasard de la zone ciblée. Mais tous les missiles, qu’ils aient une tête revêtue d’uranium appauvri ou qu’ils aient uniquement leurs stabilisateurs à l’uranium appauvri polluent la zone. Ainsi, ce bombardement prétendument « humanitaire » tuera dans les années à venir des milliers de civils, indique le professeur Massimo Zucchetti.

Les questions concernant l’uranium appauvri et sa toxicité ont parfois, ces dernières années, débordé du champ de la science. L’auteur s’occupe de radioprotection depuis une vingtaine d’années et d’uranium appauvri depuis 1999. Après une expérience de publication de travaux scientifiques dans des revues, actes de colloques internationaux et conférences en Italie sur l’uranium appauvri, cet article essaie de dresser une estimation de l’impact environnemental et sur la santé de l’emploi d’uranium appauvri dans la guerre de Libye (2011). Des informations concernant son utilisation sont parues dans les organes d’information depuis le début du conflit [1].

Par ses caractéristiques physiques spécifiques, en particulier sa densité qui le rend extrêmement pénétrant, mais aussi son faible coût (l’uranium appauvri coûte à la production environ 2 $ au kilo) et la difficulté de le traiter en tant que déchet radioactif, l’uranium appauvri a trouvé d’excellentes modalités d’utilisation dans le domaine militaire.

S’il est traité de façon adéquate, l’alliage U-Ti (Uranium-Titane) constitue un matériau très efficace pour la construction de pénétrants à énergie cinétique, des barres métalliques denses qui peuvent perforer un blindage quand elles sont tirées sur lui à vitesse élevée.

Le processus de pénétration pulvérise la plus grande partie de l’uranium qui explose en fragments incandescents (combustion violente à presque 5 000° C) quand il atteint l’air de l’autre côté du blindage perforé, en en augmentant l’effet de destruction. Cette propriété est appelée pyrophoricité, c’est par exemple une caractéristique du soufre des allumettes. Donc, outre sa densité élevée, la pyrophoricité augmente l’intérêt de l’uranium appauvri dans diverses applications, en particulier comme arme incendiaire (API : Armour Piercing Incendiary, c’est-à-dire pénétrateur incendiaire de blindage).

Enfin, dans la phase d’impact sur l’objectif, la relative dureté de l’uranium appauvri (en alliage avec le titane) fournit au projectile des capacités auto-affilantes : en d’autres termes, le projectile ne « s’aplatit pas » contre le blindage qu’il doit pénétrer en formant une « tête plate » —comme le fait par exemple un projectile de plomb—, mais garde sa forme fuselée jusqu’à la fragmentation complète, sans donc perdre ses propriétés de pénétration. Sur le champ de bataille, l’uranium appauvri a été employé dans la Guerre du Golfe de 1991, pendant les bombardements OTAN/ONU sur la République Serbe de Bosnie en septembre 1995 ; sur la Yougoslavie au printemps 1999 ; dans notre siècle, pendant l’attaque contre l’Afghanistan puis, encore, en Irak en 2003. L’utilisation de dispositifs à l’uranium appauvri dans les guerres de Somalie et Bosnie centrale et centre-orientale (surtout dans de larges zones autour de Sarajevo) dans les années 1990, en Palestine et dans les polygones de tir de la compétence des forces militaires de l’OTAN, est pour le moment incomplètement documentée [2].

Parmi les armements qui emploient de l’uranium appauvri, citons aussi le missile de croisière Tomahawk dont l’utilisation pendant la guerre des Balkans du printemps 1999 —bien que non reconnue par l’OTAN— a été confirmée par ce qui a été retrouvé sur place et par des sources de l’Union européenne [3]. Par ailleurs, dans le décalogue des officiers, remis à tous les hommes en uniforme expédiés au Kosovo, se trouvaient des recommandations à suivre à la lettre, concernant la présence d’uranium appauvri sur le territoire et en particulier dans les missiles Tomahawk. L’introduction indique ceci : « Les véhicules et matériels de l’armée serbe au Kosovo peuvent constituer une menace contre la santé des militaires et des civils qui pourraient être à leur contact. Les véhicules et les équipements trouvés détruits, endommagés ou abandonnés doivent être inspectés et manipulés seulement par du personnel qualifié. Les dangers peuvent dériver de l’uranium appauvri en conséquence des dommages dus à la campagne de bombardements OTAN, relativement aux engins touchés directement ou indirectement. En outre, les collimateurs contiennent du tritium et les instruments et indicateurs peuvent être traités au vernis radioactif, dangereux pour ceux qui accèderaient à ces engins pour les inspecter ». Suivent des conseils sur comment éviter l’explosion à l’uranium appauvri. Textuellement : « Évitez tout engin ou matériel que vous suspectez avoir été frappé par des munitions contenant de l’uranium appauvri ou des missiles de croisière Tomahawk. Ne pas ramasser ou collecter des munitions à l’uranium appauvri trouvées sur le terrain. Informez immédiatement votre commandement sur l’aire que vous jugez contaminée. Où que vous soyez, délimitez la zone contaminée avec n’importe quel matériel trouvé sur place. Si vous vous trouvez dans une zone contaminée mettez, au minimum, le masque et les gants de protection. Procédez à la meilleure hygiène personnelle. Lavez fréquemment votre corps et vos vêtements ».

Les évaluations sur la quantité d’uranium appauvri utilisée dans les missiles divergent. En particulier, elles varient, selon les diverses sources, entre des valeurs autour de 3 kg jusqu’à environ 400 kg. Voir en note la compilation des diverses sources qu’on peut trouver à ce sujet, assez importante pour faire une estimation de l’impact environnemental [4].

Les démentis prévisibles sur la présence d’uranium dans ces missiles peuvent être comparés à la compilation rapportée en bas de page, ainsi qu’aux sources d’origine militaire [5].

Cette grande variabilité dans les données peut facilement être expliquée. Certains missiles de croisière sont à tête lestée à l’uranium appauvri, d’autres non. Ces autres aussi, cependant, ont de l’uranium appauvri : non pas dans la tête du missile, mais dans ses ailes, comme stabilisateur pendant le vol. Nous pouvons alors définir deux cas :

- Hypothèse haute : missile de croisière à l’uranium dans la tête du missile. Nous retenons 400 kgs d’uranium appauvri ;

- Hypothèse basse : missile de croisère qui n’a PAS d’uranium dans la tête. Nous retenons 3 kg de DU d’uranium appauvri sur les ailes.

Calcul de l’impact environnemental et sur la santé

Dans la vaste littérature consacrée par l’auteur au problème de l’uranium appauvri [6] avait déjà été abordé un calcul de contamination radioactive à l’uranium imputable aux missiles de croisière : en particulier ceux lancés contre la Bosnie en 1995. L’étude est consultable aussi sur Internet, ainsi que dans la revue scientifique Tribuna biologica e Medica [7] [8].

Si l’on reprend les modèles utilisés dans l’article cité, on peut déduire quelle est la situation sur le terrain, sur les lieux d’inhalation, avec un calcul destiné seulement à préciser si, au moins dans un cas réaliste, l’ordre de grandeur des doses en jeu ne permet pas de négliger le problème.

Considérons l’impact d’un missile de croisière Tomahawk qui porte 3 kg (meilleur cas) ou 400 kg (pire cas) d’uranium appauvri.

L’impact produit un nuage de détritus de dimension variable, après combustion violente à environ 5 000° C. Les grains de poussière sont, comme on l’a dit, composés de particules de dimensions de l’ordre du micron [0.5 - 5]. De 500 à 1 000 mètres de l’impact on peut respirer des nuages de densité suffisante pour causer des doses significatives, composées de particules qui ont une masse d’environ 0.6 à environ 5 nanogrammes (6-50 x 10-10gr.). Une estimation a été effectuée selon le code de calcul de doses GEN II [9], en négligeant les effets dus à l’incendie et en considérant seulement l’exposition pour une inhalation d’une heure due à la dispersion simple du matériau, sans considérer certains facteurs qui pourraient faire ultérieurement augmenter l’exposition. En une heure on peut inhaler des grains de poussière radioactifs provenant du nuage en quantité déjà notables.

Il convient de tenir compte du fait que de nombreux fluides-dynamiques du corps atmosphérique (direction et vitesse du vent, gradient vertical de la température, etc.) peuvent causer, dans des angles solides relativement petits, des concentrations de polluant de plusieurs ordres de grandeur supérieurs même à ceux qu’on aurait avec un calcul de dispersion uniforme, qui n’est pas compatible avec ce scénario. Le groupe critique, dans ce cas, se trouve être justement ces personnes « touchées » par le nuage de grains de poussière. Un missile qui atteint l’objectif peut prendre feu et répandre des poussières oxydées dans l’environnement, selon l’estimation des probabilités qui sera faite dans ce travail.

Environ 70 % de l’uranium appauvri contenu dans les missiles dont on suppose, étant « intelligents », qu’ils vont toujours au but, brûle. La moitié environ sont des oxydes solubles.

La granulométrie des particules constituant la poudre d’oxyde d’uranium appauvri appartient totalement aux poussières respirables, et des poussières ultrafines sont aussi créées. En particulier, le diamètre des particules est dans ce cas plus fin par rapport aux poussières d’uranium d’origine industrielle, communes dans le milieu de l’industrie nucléaire. On parle ici de la grande majorité des poussières contenue dans le range [1-10] micron, avec une partie significative de diamètre inférieur au micron.

Pour ce qui concerne le destin des poussières de DU dans le corps humain, la voie d’absorption principale est —on le sait— l’inhalation. Comme on l’a dit, une partie des poussières sont solubles et les autres sont insolubles dans les fluides corporels.

Étant données les caractéristiques des oxydes d’uranium appauvri d’origine militaire, il convient de relever de quelle manière leur comportement diffère par rapport aux poussières industrielles d’uranium. On peut en tous cas encore supposer, selon l’IRCP [10] qu’environ 60 % de ce qui est inhalé se dépose dans l’appareil respiratoire, le reste étant expiré.

On peut retenir que 25 % environ des particules de diamètre aux alentours d’1 micron sont retenues pendant une longue période dans les poumons, tandis que le reste se dépose dans les voies aériennes supérieures, passe dans l’appareil digestif et de là est éliminé pour la plus grande part à travers les voies urinaires, pendant que de petites parties vont s’accumuler dans les os. Des 25 % de microparticules restées dans les poumons, la moitié environ se comporte comme un matériau de classe M selon l’ICRP, c’est-à-dire qu’elle est soluble lentement dans les fluides corporels, alors que le reste est insoluble. Ce type de comportement et d’exposition n’a été étudié dans aucune situation précédente d’exposition à des alfas émetteurs dans les poumons, rencontrées en milieu civil. La modalité d’exposition est ainsi très différente de celles sur la base desquelles on a recueilli les équivalences doses-dommages en radioprotection.

Il n’est donc pas du tout correct —bien que cela constitue un point de référence— d’extrapoler des évaluations de risque par exposition à ce type de micropoussières radioactives depuis des données recueillies pour les mineurs d’uranium, ni même évidemment pour les personnes gravement irradiées de Hiroshima et Nagasaki. Les standards de radioprotection de l’ICRP se fondent sur ces seules expériences, et par conséquent peuvent aboutir à des sous-estimations du risque dans ce cas.

Quand on passe ensuite à d’autres types de toxicité que celle radiologique, il est alors plausible que:

- vue la composante fine et ultrafine des poussières d’uranium appauvri d’origine militaire,

- vue la toxicité chimique de l’uranium, la contamination environnementale par des oxydes d’uranium appauvri d’origine militaire ait une toxicité et chimique et radiologique : il faut évaluer l’effet synergique de ces deux composantes. En d’autres termes, la radioactivité et la toxicité chimique de l’uranium appauvri pourraient agir ensemble en créant un effet « cocktail » qui augmente ultérieurement le danger.

On fera ensuite ressortir le fait que le climat aride de la Libye favorise la dispersion dans l’air des particules d’uranium appauvri, qui pourront être respirées par des civils pendant des années. Le mécanisme principal d’exposition à moyen-long terme concerne la re-suspension de poussières et leur conséquente inhalation.

La méthodologie et les résultats relatifs à ce modèle ont déjà été publiés dans d’autres travaux de l’auteur [11] auxquels on renvoie ici. Ne sont ici mises en évidence que les applications et variations au modèle appliqué et déjà publié, et en particulier :

- le calcul d’engagement (semi vie, NdT) de dose est à 70 ans et non plus à 50 ans, selon ce qui est recommandé par l’ICRP.

- On a utilisé des données actuellement approchées sur la distribution de la population autour des points d’impact, qui tiennent aussi compte de l’utilisation principale des projectiles à l’uranium appauvri dans des zones peuplées.

Les résultats du modèle peuvent être résumées ainsi:

- CEDE (Committed effective dose equivalent) (Dose collective) : 370 mSvp in 70 y, pour 1 kg d’uranium appauvri oxydé et répandu dans l’environnement.
- CEDE annuelle maximale dans la première année (76 mSvp), puis la seconde année (47 mSvp) et la troisième (33mSvp).

- La voie d’exposition est entièrement par inhalation des poussières. Les poumons sont l’organe cible (97,5 % de la contribution à la CEDE).
- Parmi les nucléides responsables, 83 % de la CEDE l’est par U238 et 14 % par U234.

En ce qui concerne la quantité totale d’uranium appauvri oxydé répandu dans l’environnement, on part pour cette évaluation des données rapportées par la presse internationale : au premier jour de guerre, le Pentagone déclare avoir tiré avec les Britanniques 112 missiles de croisière sur le sol libyen [12]. Combien de missiles seront lancés avant la fin de la guerre ? Comme il ne nous est pas possible de le savoir, nous baserons notre hypothèse sur 1 000 missiles lancés, aussi quoi qu’il advienne le lecteur pourra facilement estimer l’impact environnement et sanitaire par une simple règle de trois en fonction du nombre exact de missiles tirés.

Si tous les missiles étaient « dépourvus » d’uranium appauvri sur leurs têtes, on aurait de toute façon une quantité de:

1000 x 3 = 3000 kg = 3 tonnes d’uranium appauvri (meilleur cas). Si tous les missiles avaient un tête à l’uranium appauvri, nous aurions une quantité jusqu’à 400 000 kg, soit 400 tonnes d’uranium appauvri.

On confrontera cette donnée avec les 10-15 tonnes d’uranium appauvri lancées au Kosovo en 1999 pour en évaluer la gravité.

Supposons qu’environ 70 % de l’uranium brûle et soit répandu dans l’environnement, arrivant ainsi à une estimation de la quantité d’oxydes d’uranium appauvri égale à environ 2,1 tonnes (meilleur cas) et 280 tonnes (pire cas).

Ceci permet d’estimer par conséquent une CEDE (dose collective) pour toute la population équivalente à:

- meilleur cas : 370 mSvp/kg x 2 100 kg = 780 Svp environ. – pire cas : 370 mSvp/kg x 280 000 kg = 104 000 Svp environ. Nous rappelons qu’il n’est pas correct —bien que cela constitue un point de référence— d’extrapoler des évaluations par exposition à ce type de micropoussières radioactives à partir des standards de radioprotection de l’ICRP, qui sont ceux adoptés par le code GEN II. Si toutefois nous appliquons aussi ici le coefficient de 6 % Sv-1 pour le risque d’apparition de tumeurs, nous obtenons environ :

- meilleur cas : environ 50 cas de tumeurs de plus, prévues en 70 ans.
- pire cas : environ 6 200 cas de tumeurs de plus, prévues en 70 ans. Conclusions

Les risques d’exposition à l’uranium appauvri de la population libyenne à la suite de l’utilisation de ce matériau dans la guerre de 2011 ont été évalués selon une approche la plus large possible, en essayant de tenir compte de certains résultats récents d’études dans ce secteur.

Ce type d’exposition n’a été étudié en aucune situation précédente d’exposition à des alphas récepteurs dans les poumons, rencontrées en milieu civil. Toutefois, l’évaluation faite des doses et du risque conséquent aux deux situations (missiles « sans uranium » ou « avec uranium ») permet de tirer certaines conclusions.

Dans le premier cas (meilleur cas) le nombre de tumeurs attendues est très exigu et absolument pas significatif du point de vue statistique. Cette difficulté statistique — comme il est presque inutile de remarquer — n’a rien à voir avec une absolution de ce type de pratique, avec son acceptation, ou moins encore avec une assertion d’importance faible, voire d’innocuité. Dans le second cas (pire cas), par contre, nous sommes face à un nombre d’apparition de tumeurs de l’ordre de plusieurs milliers. Celles-ci pourraient clairement être relevables à un niveau épidémiologique et soulèvent, sans aucun doute, une forte préoccupation.

Il convient, de ce fait, que les armées qui bombardent la Libye clarifient par des preuves certaines, et non par des assertions de commodité, la présence ou pas, et en quelles quantités, d’uranium appauvri dans leurs missiles. Dans le passé, il y a eu des « démentis officiels » de la présence d’uranium dans les missiles de croisière, mais ceux-ci provenant de milieux militaires, l’auteur se permet de les considérer, pour le moins, avec une certaine prudence.

Sur la base des données qui sont à notre disposition, les estimations sur l’évolution des cas de tumeurs dans les prochaines années en Libye, à cause de cette pratique totalement injustifiée, sont absolument préoccupantes. La discussion sur l’incidence relative de chacun des agents tératogènes utilisés dans une guerre (chimiques, radioactifs, etc.) nous semble —à un certain niveau— peu significative et même, qu’on nous le permette en conclusion, peu respectueuse d’une donnée de fait : les morts en Libye à cause de cette attaque dépassent et dépasseront de loin n’importe quel chiffre qui puisse un jour être défini comme « le prix à payer ».

Il est important, enfin, de recueillir des données et des études —et il y en a beaucoup— dans le domaine des effets des « nouvelles guerres » sur l’homme et l’environnement ; il faut montrer comment nos armes modernes, nullement chirurgicales, produisent des dommages inacceptables ; il faut étudier ce qu’ont causé, aux hommes et à l’environnement qui les ont subies, les guerres « humanitaires » à partir de 1991.

[1] « Uranio impoverito nei Tomahawk sulla Libia », Contropiano, 20 mars 2011.

[2] Zajic V.S., 1999. Review of radioactivity, « Military use and health effects of DU ; Liolos Th. E.(1999), « Assessing the risk from the Depleted Uranium Weapons used in Operation Allied Forces », Science and Global Security, Volume 8:2, pp.162 (1999) ; Bukowski, G., Lopez, D.A. and McGehee, F.M., (1993) « Uranium Battlefields Home and Abroad : Depleted Uranium Use by the U.S. Department of Defense » March 1993, pp.166, published by Citizen Alert and Rural Alliance for Military Accountability.

[3] Satu Hassi, Ministre de l’Environnement Finlandais, a envoyé une lettre à ses collègues de l’UE. Il y indique que la plus grande partie des 1 500 missiles tirés sur la Serbie, Kosovo compris, contenaient environ 3 kg chacun d’uranium appauvri. Le ministre, entre autres choses dans cette lettre, lance un appel à la Commission européenne et à ses collègues ministres de l’environnement pour prendre des initiatives en faveur du bannissement de l’UA.

[4] Sources diverses sur la présence et la quantité d’uranium appauvri dans les missiles de croisière Tomahawk :
- « Known & suspected DU weapon systems » in « Depleted Uranium weapons 2001-2002 », (Téléchargement).
- « The use of depleted uranium bullets and bombs by NATO forces in Yugoslavia ». Nadir.org, décembre 1996.
- « Alcune testi e fatti sull’uranio impoverito, sul suo uso nei balcani, sulle conseguenze sulla laute di militari e popolazione », Comitato Scienziate e Scienziati contro la guerra, 9 janvier 2001.
- « Depleted Uranium Weapons & the New World Order, International Coalition toi Ban Uranium Waepons.
- « About 100 cruise missiles fired at targets in Afghanistan (Interfax), « NATO using depleted uranium weapons » (Sunday Herald).
- « Pentagon Dirty Bombers : Depleted Uranium in the USA », par Dave Lindorff, Atlantic Free Press, 28 octobre 2009.
- « Review of Radioactivity, Military Use, and Health Effects of Depleted Uranium », par Vladimir S. Zajic, 1999.
- « Depleted uranium : Recycling death », Uranium medical research center, Progressive Review.
- « Radiation in Iraq Equals 250,000 Nagasaki Bombs », par Bob Nichols, Online Journal, 3 août 2004.
- « Depleted uranium : ethics of the silver bullet », par Iliya Pesic, Santa Clara University.

[5] « While the US Navy claims that they have replaced the MK149-2 Phalanx round with a DU penetrator by the MK149-4 Phalanx round with a tungsten penetrator (with the DU round remaining in the inventory), new types of DU ammunition are being developed for other weapons systems, such as the M919 rounds for Bradley fighting vehicles. Depleted uranium is also placed into the tips of the Tomahawk land-attack cruise missiles (TLAM) during test flights to provide weight and stability. The TLAM missile has a range of 680 nautical miles (1,260 km) and is able to carry a conventional warhead of 1000 lb. (454 kg). Older warheads were steel encased. In order to increase the missile range to 1,000 nautical miles (1,850 km), the latest Tomahawk cruise missiles carry a lighter 700 lb. (318 kg) warhead WDU-36 developed in 1993, which is encased in titanium with a depleted uranium tip. »

[6] – M. Zucchetti, ’Measurements of Radioactive Contamination in Kosovo Battlefields due to the use of Depleted Uranium Weapons By Nato Forces’’, Proc. 20th Conf. of the Nuclear Societies in Israel, Dead Sea (Israel), dec. 1999, p.282.
- M. Cristaldi, A. Di Fazio, C. Pona, A. Tarozzi, M. Zucchetti “Uranio impoverito (DU). Il suo uso nei Balcani, le sue conseguenze sul territorio e la popolazione”, Giano, n.36 (sett-dic. 2000), pp. 11-31.
- M. Zucchetti, “Caratterizzazione dell’Uranio impoverito e pericolosità per inalazione”, Giano, n.36 (sett-dic. 2000), pp. 33-44.
- M. Cristaldi P. Angeloni, F. Degrassi, F. Iannuzzelli, A. Martocchia, L. Nencini, C. Pona, S. Salerno, M. Zucchetti. “Conseguenze ambientali ed effetti patogeni dell’uso di Uranio Impoverito nei dispositivi bellici”. Tribuna Biologica e Medica, 9 (1-2), Gennaio-Giugno 2001 : 29-41.
- M. Zucchetti, “Military Use of Depleted Uranium : a Model for Assessment of Atmospheric Pollution and Health Effects in the Balkans”, 11th International Symposium on « Environmental Pollution And Its Impact On Life In The Mediterranean Region », MESAEP, Lymassol, Cyprus, October 2001, p.25.
- M. Zucchetti “Some Facts On Depleted Uranium (DU), Its Use In The Balkans And Its Effects On The Health Of Soldiers And Civilian Population”, Proc. Int. Conf. NURT2001, L’Avana (Cuba), oct. 2001, p.31.
- M. Zucchetti, M. Azzati « Environmental Pollution and Population Health Effects in the Quirra Area, Sardinia Island (Italy) », 12th International Symposium on Environmental Pollution and its Impact on Life in the Mediterranean Region, Antalya (Turkey), October 2003, p. 190, ISBN 975-288-621-3.
- M. Zucchetti, R. Chiarelli ‘Environmental Diffusion of DU. Application of Models and Codes for Assessment of Atmospheric Pollution and Health Effects’, Convegno ‘Uranio Impoverito. Stato delle Conoscenze e Prospettive di Ricerca’, Istituto Superiore di Sanità (Roma) Ottobre 2004.
- R. Chiarelli, M. Zucchetti, ‘Effetti sanitari dell’uranio impoverito in Iraq’, Convegno ‘La Prevenzione Primaria dei Tumori di Origine Professionale ed Ambientale’, Genova, Novembre 2004.
- R. Chiarelli, M. Zucchetti, ‘Applicazione di modelli e codici di dose alla popolazione alla dispersione ambientale di Uranio impoverito’, Convegno ‘La Prevenzione Primaria dei Tumori di Origine Professionale ed Ambientale’, Genova, Novembre 2004.
- M. Zucchetti, « Environmental Pollution and Population Health Effects in the Quirra Area, Sardinia Island (Italy) and the Depleted Uranium Case », J. Env. Prot. And Ecology 1, 7 (2006) 82-92.
- M. Zucchetti, “Scenari di esposizione futura In Iraq : convivere con l’uranio impoverito” in : M.Zucchetti (a cura di) “Il male invisibile sempre più visibile”, Odradek, Roma, giugno 2005, pp. 81-98.
- M. Zucchetti, “Uranio impoverito. Con elementi di radioprotezione ed utilizzo delle radiazioni ionizzanti”, CLUT, Torino, febbraio 2006. ISBN 88-7992-225-4.
- M. Zucchetti “Depleted Uranium”, European Parliament, GiethoornTen Brink bv, Meppel (Holland), 2009. ISBN 978-90-9024147-0.

[7] « Alcune testi e fatti sull’uranio impoverito, sul suo uso nei balcani, sulle conseguenze sulla laute di militari e popolazione », Comitato Scienziate e Scienziati contro la guerra, 9 janvier 2001. op. cit.

[8] Cristaldi M. et al., Conseguenze ambientali ed effetti patogeni dell’uso di Uranio Impoverito nei dispositivi bellici. Tribuna Biologica e Medica, 9 (1-2), Gennaio-Giugno 2001 : 29-41.

[9] Il s’agit d’un code élaboré dans un laboratoire étasunien, reconnu et utilisé au niveau international. Voir : B.A.Napier et al. (1990), GENII – The Hanford Environmental Radiation Dosimetry Software System, PNL-6584, Pacific Northwest Laboratories (USA). Il ne peut être utilisé dans ce cas que pour une estimation des doses d’inhalation, étant donnée la particularité du scénario examiné.

[10] IRCP, 1995. « Age-dependent Doses to Members of the Public from Intake of Radionuclides : Part 3 – Ingestion Dose Coefficients ». Publication 69 Annals of the ICRP. 25 (no 1).

[11] M. Zucchetti, ‘Caratterizzazione dell’Uranio impoverito e pericolosità per inalazione’, Giano, n.36 (sett-dic. 2000), pp. 33-44 ; R. Chiarelli, M. Zucchetti, ‘Applicazione di modelli e codici di dose alla popolazione alla dispersione ambientale di Uranio impoverito’, Convegno ‘La Prevenzione Primaria dei Tumori di Origine Professionale ed Ambientale’, Genova, Nov.2004.

[12] « U.S. Tomahawk Cruise Missiles Hit Targets in Libya », par Devin Dwyer et Luis Martinez, ABC News, 19 mars 2011.

Uranium appauvri:

Le cheval de Troie

de la guerre nucléaire

 (Leuren Moret)

 ENVIRONNEMENT

source:http://www.mindfully.org/Nucs/2004/DU-Trojan-Horse1jul04.htm

Traduction partielle de cet article:http://fr.groups.yahoo.com/group/alerte_otan/message/507

Changement de Société remercie Maurice Lecomte, qui a proposé ce texte.

« La chaleur n’est plus une fournaise

pour votre ennemi si son intensité

vous grille [vous-même] ! »

William Shakespeare (1564-1616)

L’utilisation d’armes à uranium appauvri par les Etats-Unis, défiant tous les traités internationaux, va lentement anéantir toutes les espèces sur terre y compris l’espèce humaine, et pourtant ce pays poursuit cette pratique en toute connaissance de son potentiel destructeur.

  ●●●

Depuis 1991, les Etats-Unis ont mené quatre guerres utilisant des armes à uranium appauvri, illégales sous tous les traités internationaux, conventions et accords, ainsi que sous la loi militaire américaine. L’utilisation continue de ces armes radioactives illégales, qui a déjà contaminé de vastes régions avec un faible niveau de rayonnement va continuer de contaminer d’autres parties du monde au fil du temps. C’est en effet une affaire concernant le monde entier et une question internationale. La raison profonde en est révélée en comparant les régions maintenant contaminées à l’uranium appauvri – Egypte, Moyen-Orient, Asie centrale et la moitié nord de l’Inde – aux impératifs géostratégiques américains décrits dans le livre de Zbigniew Brzezinski, Le Grand Echiquier de 1997.

RÉGION DU SUD:

«Cette immense région, déchirée par des haines tant volatiles que versatiles, entourée de puissants voisins concurrents, est susceptible d’être un champ de bataille majeur, autant pour des guerres entre États-nations, que plus probablement pour des violences ethniques et religieuses de longue durée. Que l’Inde se restreigne ou qu’elle saisisse l’opportunité d’imposer sa volonté au Pakistan affectera grandement les possibilités régionales de conflits probables. Les tensions internes entre la Turquie et l’Iran vont probablement non seulement s’aggraver, mais réduire considérablement le rôle stabilisateur que ces états sont capables de jouer dans cette région volcanique. De tels développements rendront plus difficile l’intégration de la nouvelle Asie Centrale dans la communauté internationale affectant négativement dans le même temps la sécurité sous domination US du Golfe Persique. Dans tous les cas, les US et la communauté internationale peuvent peut-être se retrouver là face à un challenge qui minimisera la récente crise de l’Ancienne Yougoslavie. »

Le fait est que les Etats-Unis et ses partenaires militaires ont « subrepticement » mené quatre guerres nucléaires en utilisant de sales bombes et de sales armes dans les pays qu’ils ont besoin de contrôler. Sous cette forme d’aérosols, l’uranium appauvri contaminera en permanence de vastes régions et détruira doucement le futur génétique des populations vivant dans ces régions où se trouvent des ressources que les Etats-Unis doivent contrôler pour établir et maintenir leur primauté.

Décrit comme le Cheval de Troie de la guerre nucléaire, l’uranium appauvri est l’arme qui continue à détruire. La demie-vie de l’uranium-238 est de 4,5 milliards d’années, l’âge de la Terre. Et, comme l’uranium-238 dégénère en sous-produits radioactifs, en quatre étapes avant de se transformer en graphite, il continue d’émettre plus de radiations à chaque étape. Il n’y a pas moyen de l’arrêter, et il n’y a pas moyen de le nettoyer. Il s’accorde avec la propre définition du Gouvernement US des Armes de Destruction Massive.

Après la formation de microscopiques et nanoscopiques particules insolubles d’oxyde d’uranium sur le champ de bataille, celles-ci restent suspendues dans l’air et voyagent autour de la Terre comme composantes radioactives de la poussière cosmique, contaminant l’environnement, tuant sans discrimination, mutilant et causant des maladies à tout ce qui vit, là où la pluie, la neige et l’humidité les prélèvent de l’atmosphère. La contamination radioactive mondiale issue des  »essais » atmosphériques équivalait alors [elle croît avec la multiplication des"essais"-explosions] à 40.000 bombes d’Hiroshima, et elle continue à contaminer l’atmosphère et la basse altitude aujourd’hui. La quantité de pollution de basse-radioactivité à l’uranium appauvri depuis 1991 est de nombreuses fois supérieure (déposée à l’intérieur du corps) aux retombées émises lors des tests atmosphériques.

Un rapport indépendant établi en 2003 par le Comité Européen sur le Risque des Radiations (ECRR) pour le Parlement Européen, déclare sur la base d’études de Tchernobyl que le risque lié à la basse radioactivité est de 100 à 1.000 fois supérieur aux estimations du Comité International pour la Protection contre les Radiations basées sur des études erronées conduites par les US. Se référant aux effets extrêmement meurtriers des radiations sur les systèmes biologiques, le Dr Rosalie Bertell, l’une des 46 experts internationaux en radiations du rapport de l’ECRR, le décrit ainsi :

« Le concept d’annihilation de l’espèce signifie une fin relativement prompte et délibérément induite de l’histoire, de la culture, de la science, de la reproduction biologique et de la mémoire. C’est l’ultime rejet humain du cadeau de la vie, un acte qui nécessite un nouveau mot pour le décrire : Omnicide. »

 « PROJET MANHATTAN 1943 »,

PLAN MODELE

pour

URANIUM APPAUVRI

Dans une note déclassifiée au Général Leslie R. Groves, datée du 30 Octobre 1943, trois des plus importants physiciens du Projet Manhattan, Dr James B. Conant, A.H .Compton et H.C. Urey, firent leurs recommandations, en tant que membres du Sous-Comité de l’Exécutif S-1, sur l’ « Usage des Matériaux Radioactifs comme Arme Militaire. » :

« Utilisé comme gaz de guerre, le matériau serait pulvérisé en particules de taille microscopique pour former de la poussière et de la fumée et mis à feu du sol par des lance projectiles, des véhicules de terrain, ou des bombes aériennes. Sous cette forme, il serait inhalé par le personnel. La quantité nécessaire pour causer la mort de la personne qui inhale le matériau est extrêmement petite… Il n’y a aucune méthode de traitement connue à de telles blessures… cela traverserait un filtre de masque à gaz standard en quantités assez grandes pour être extrêmement dommageables. »

Comme Contaminant de Terrain :

« Pour être utilisé de cette manière, le matériau radioactif devrait être répandu au sol soit par voie aérienne, soit à partir du sol, l’hypothèse étant que le territoire est contrôlé par l’ennemi. Cela reviendrait à interdire le terrain à l’un ou l’autre belligérant, sauf à exposer ce personnel là aux radiations malfaisantes…Les endroits ainsi contaminés par le matériau radioactif seraient dangereux jusqu’à ce que la lente décomposition naturelle du matériau s’effectue…pour le terrain ordinaire il n’y a aucune méthode de décontamination connue. Le développement de vêtements de protection efficaces pour le personnel ne semble pas possible. …Les réservoirs ou les puits seraient contaminés et la nourriture empoisonnée avec un effet similaire à celui résultant de l’inhalation de la poussière ou de la fumée.»

Exposition interne :

« …Les particules inférieures à 1μ [micron] se déposeraient le plus probablement dans les alvéoles où, soit elles resteraient indéfiniment, soit elles seraient absorbées par le système lymphatique ou le sang…et pourraient pénétrer le système gastro-intestinal à partir de l’eau polluée, la nourriture, ou l’air, …ou encore pourraient être prélevées des poumons ou du système gastro-intestinal par le sang et ainsi, distribuées à travers le corps. »

Les deux produits de fission et le déchet d’uranium appauvri issus du  »Projet Bombe Atomique » devaient être utilisés dans le cadre de ce plan. La nature pyrophorique de l’uranium appauvri, qui lui fait commencer sa combustion à la très basse température de sa friction dans le canon de l’arme, en fit dès le début et jusqu’à maintenant une arme à gaz radioactif idéale. Il était en outre abondamment disponible du fait que la quantité d’uranium appauvri produite était beaucoup plus grande que la quantité de produits de fission produite en 1943.

La Grande-Bretagne pensait à l’utilisation de gaz empoisonnés sur l’Irak bien avant 1991 :

« Je suis fortement favorable à l’utilisation de gaz empoisonné contre les tribus non-civilisées. L’effet moral devrait être bon…et il répandrait une vive terreur… »

(Winston Churchill commentant l’usage de gaz empoisonné contre les Irakiens après la Première Guerre Mondiale).

 DES SYSTEMES D’ARMES GUIDEES

Les armes à uranium appauvri ont été fournies en premier par les Etats-Unis à Israël pour un usage sous supervision des Etats-Unis dans la guerre du Sinaï contre les Arabes en 1973. A partir de là les US ont testé, manufacturé et vendu des systèmes d’armes à uranium appauvri à 29 pays. Un tabou international empêcha leur utilisation jusqu’en 1991, quand les US brisèrent ce tabou et les utilisèrent pour la première fois sur les champs de bataille d’Irak et du Koweït.

Les militaires US admettent utiliser des projectiles à uranium appauvri au moyen de tanks et d’avions, la présence de ces ogives de missiles et de bombes étant classifiée ou désignée comme « dense » ou «métal mystérieux ». Dai Williams, un chercheur de la Conférence Mondiale sur les Armes à l’Uranium Appauvri de 2003 a rapporté l’existence de 11 brevets pour systèmes d’armes guidées utilisant le terme «uranium appauvri » ou « métal dense », indiquant une densité ne pouvant-être que celle de l’uranium appauvri ou du tungstène pour pouvoir s’adapter aux dimensions de l’ogive.

Poids des ogives

Le poids d’une ogive inclut l’explosif (~20 %) et l’enveloppe. Le lest métallique dit « dense » ou la doublure (soupçonné d’être du DU) est évalué à 50-75 % du poids de l’ogive – nécessité de doubler la densité des versions précédentes. AUP = Pénétrateurs Avancés. S/CH = Charge Spéciale. BR = Système à Têtes Multiples. (S/CH+AUP). P = Pénétrateurs en Vieux « Métal Lourd ». © Dai Williams 2002

Source: armes à Uranium Appauvri en 2001-2002 : questions de santé professionnelle, publique et environnementale – Mystérieux Métal Cauchemardesque en Afghanistan ? Études rassemblées et sources du domaine public compilées par Dai Williams, première édition du 31 janvier 2002.

Des bombardements intensifs, des bombardements sélectifs, et l’usage fréquent de missiles et de balles à uranium appauvri sur les habitations de régions densément peuplées ont eu lieu en Irak, en Yougoslavie et en Afghanistan. La découverte en 1999 que des cratères des bombes en Yougoslavie étaient radioactifs, et qu’un missile non-explosé contenait une ogive à uranium appauvri, implique que la quantité totale d’uranium appauvri utilisée depuis 1991 a été grandement sous-estimée. Ce qui est encore plus inquiétant, est que 100% de l’uranium appauvri des bombes et missiles est vaporisé dès l’impact et immédiatement libéré dans l’atmosphère. Cette quantité peut aller jusqu’à 1,5 tonnes pour les grosses bombes. Pour les balles et les obus, la quantité vaporisée est de 40-70%, laissant des morceaux et des obus non-explosés dans l’environnement, qui seront de nouvelles sources de poussières radioactives et de contamination des eaux souterraines par le métal dissout de l’uranium appauvri, longtemps après la fin des batailles, comme rapporté par le Programme de l’ONU pour l’Environnement sur la Yougoslavie dans un rapport de 2003.

Considérant que les US ont admis avoir utilisé 34 tonnes d’uranium appauvri sous forme de balles et d’obus en Yougoslavie, et le fait que 35.000 missions de bombardements de l’OTAN y ont eu lieu en 1999, la quantité potentielle d’uranium contaminant la Yougoslavie et sa dérive transfrontalière dans les pays environnants est colossale.

En raison de maladies mystérieuses et de malformations à la naissance chez les nouveaux nés rapportées après la guerre parmi :

● des Vétérans du Golfe [et leurs familles],

● des civils dans le sud de l’Irak,

● ainsi que des maladies relatives aux radiations chez des Casques Bleus de l’ONU ayant servis en Yougoslavie,

sont apparues des inquiétudes grandissantes relatives aux effets des radiations et aux dommages causés à l’environnement et ont soulevé l’indignation internationale quant à l’utilisation d’armes radioactives par les Etats-Unis après 1991. A la réunion de 2003 des membres du Traité de Non-prolifération Nucléaire discutant le désir des Etats-Unis de maintenir leur stock d’armes nucléaires, le Major Tadatoshi AKIBA d’Hiroshima a déclaré :

« Il incombe au reste du monde…de se lever maintenant et de dire à tous nos chefs militaires que nous refusons d’être menacés ou protégés par des armes nucléaires. Nous refusons de vivre dans un monde de peur continuellement recyclée et de haine. »

 ILLEGALES

EN DROIT INTERNATIONAL

Quatre raisons pour lesquelles l’utilisation des armes à uranium appauvri viole la Convention de l’ONU des Droits de l’Homme :

TESTS de LÉGALITÉ RELATIVE aux ARMES EN DROIT INTERNATIONAL-

● TEST de TEMPORALITÉ – Les armes ne doivent pas continuer à agir une fois la bataille terminée.

● TEST ENVIRONNEMENTAL – Les armes ne doivent pas être indûment malfaisantes pour l’environnement.

● TEST de TERRITORIALITÉ– Les armes ne doivent pas agir hors du champ de bataille.

● TEST d’HUMANITÉ – Les armes ne doivent pas tuer ou blesser inhumainement.

L’avocate humanitaire de International Human Rights, Karen Parker, a déterminé que l’armement à uranium appauvri échoue aux quatre tests relatifs à la légalité des armes au regard du droit international, et que cet armement est en outre illégal sous la définition d’une arme « poison ». Grâce aux efforts continus de Karen Parker, une sous-commission de la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU a déterminé en 1996 que l’uranium appauvri est une arme de destruction massive qui ne devrait pas être utilisée :

 RÉSOLUTION 1996/16 sur

L’ARRÊT de L’UTILISATION

de

L’URANIUM APPAUVRI

L’utilisation militaire de l’Uranium Appauvri viole le droit international humanitaire actuel, incluant ;

  • le principe qu’il n’y a aucun droit illimité au choix des moyens et méthodes de guerre (Art. 22 Convention VI de La Haye (HCIV) ; Art. 35 du Protocole Additionnel de Genève (GP1) ;
  • Interdiction de causer d’inutiles souffrances et des blessures superflues (Art. 23 § le HCIV ; Art. 35 §2 GP1),
  • la guerre aveugle (Art. 51 §4c et 5b GP1)
  • aussi bien que l’utilisation de poison ou d’armes empoisonnées.

Le déploiement et l’utilisation de l’Uranium Appauvri violent les principes internationaux de protection des droits humains et environnementaux. Ils contredisent le droit à la vie établi par la résolution 1996/16 de la Sous-Comission des Nations Unies relative aux droits de l’homme.

QUATRE GUERRES NUCLÉAIRES

 « Les militaires sont juste bas-du-front,stupides,

des bêtes à utilisercomme des pions dans la politique étrangère »

- Henry Kissinger-

Bien que limitée aux champs de bataille d’Irak et du Koweït, la Guerre du Golfe de 1991 a été l’une des plus toxiques et dévastatrices pour l’environnement dans l’histoire du monde. Les puits de pétrole incendiés, les bombardements de pétroliers et de puits de pétrole ayant répandu des millions de litres de pétrole dans le Golfe d’Arabie et le désert, et la dévastation des réservoirs et des équipements lourds ont détruit l’écosystème du désert. La dispersion d’au moins 340 tonnes d’armes à uranium appauvri, avec ses effets à long terme et de grande envergure ont eu et auront un effet environnemental mondial. De la fumée des incendies de pétrole a été trouvée plus tard sous forme de dépôts en Amérique du Sud, dans
l’Himalaya et à Hawaï. Les grands vents de sable annuels qui partent d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient, et d’Asie Centrale étendront rapidement la contamination radioactive dans le monde entier. L’altération des vieilles munitions à uranium appauvri des champs de bataille et autres domaines produira de nouvelles sources de contamination radioactive au fil des saisons dans les années futures. C’est ainsi que [déjà et par exemple], sous le vent de la dévastation radioactive de l’Irak, Israël souffre d’une forte augmentation des cancers du sein, des leucémies et des diabètes infantiles.

LE RAYONNEMENT

NE RESPECTE AUCUNE FRONTIÈRE,

AUCUNE CLASSE SOCIO-ÉCONOMIQUE

et AUCUNE RELIGION.

Le mépris du respect fondamental de la vie pour l’atteinte des objectifs politiques états-uniens a été décrit par des soldats américains au sol, et dans les airs, le long de la Route de la Mort en Irak en 1991.

«Les soldats irakiens sont des garçons ou des jeunes hommes. Ils présentaient un bien triste spectacle, aucune chance au combat ne leur ayant été laissée. Leurs dirigeants leurs avaient coupé les tendons d’Achille de sorte qu’ils ne pouvaient pas s’enfuir et puis les avait abandonnés. Leurs armes en mauvais état et leur peu de munitions étaient abandonnées sur place. Ils avaient faim, froid et peur. La haine que j’avais envers tout Irakien s’est dissipée. Ces personnes n’avaient rien à faire sur un champ de bataille. »

(S Hersh, New Yorker, le 22 mai 2000)

Des pilotes américains, acteurs des bombardements et mitraillages au moyen des armes à uranium appauvri, devant le recul des soldats irakiens impuissants qui avaient déjà cédé, s’écrient :

« Nous les avons grillés !… Nous avons touché le jackpot !… Une véritable chasse aux perdreaux !… L’harponnage d’un poisson dans un bocal !… Une flopée de canards apeurés sur leurs culs !… Il n’y avait juste rien de plus jouissif !… Cela a été le plus grandiose Quatorze Juillet que je n’ai jamais vu !… Ces chars faisant simplement «boom» !… Avec toute cette substance qu’ils vomissaient d’eux !… Ils sont juste devenus translucides de [leur] fusion !… C’était merveilleux !… »

(Los Angeles Times et Washington Post, tous les deux du 27 Février 1991)

Près de 700.000 vétérans de la Guerre du Golfe sont revenus aux États-Unis d’une guerre qui n’aura duré que quelques semaines. Aujourd’hui plus de 240.000 d’entre eux sont en incapacité médicale permanente, et plus de 11.000 sont morts. Une étude du Gouvernement américain sur les bébés nés après cette guerre de 251 vétérans, rapporte que 67% d’entre eux présentent de graves maladies ou de graves anomalies congénitales. Nombre sont nés sans yeux, sans oreilles, avaient des organes manquants, les doigts palmés, des disfonctionnements de la thyroïde et autres anomalies. L’uranium appauvri contenu dans le sperme des soldats a contaminé leurs femmes. De sévères anomalies congénitales ont été rapportées chez des bébés nés de civils contaminés en Irak, Yougoslavie, et Afghanistan et l’incidence et la gravité des anomalies s’accroissent avec le temps. Les femmes de Yougoslavie, d’Afghanistan et d’Irak ont maintenant peur d’avoir des enfants, et quand elles accouchent, au lieu de demander si c’est une fille ou un garçon, elles demandent « est-il normal ? »

MALADIES CONNUES INFLIGÉES

par l’ INTERNALISATION

des PARTICULES

d’URANIUM APPAUVRI

Tableau 1: Compilé par Leuren Moret à partir de ses entretiens avec des Vétérans de la guerre du Golfe et leurs familles

Consultez: http://www.xs4all.nl/~stgvisie/VISIE/du-diagnosis.html

Site: Bouclier du Désert/Tempête du désert:http://www.ushostnet.com/gulfwar/articles.htm04/1504

Les soldats ayant servi dans les véhicules de combat Bradley, où il est fréquent de s’asseoir sur les caisses de munitions empilées, munitions à uranium appauvri, sont maintenant nombreux à rapporter des cancers du rectum.

Pour la première fois, les médecins en Yougoslavie et en Irak ont annoncé l’apparition de plusieurs cancers sans rapport avec ceux développés par les patients parmi les familles qui vivent dans des zones fortement contaminées. Plus étrange encore, ils rapportent que le cancer était inconnu des générations précédentes. Le développement de cancers très rares et insolites ainsi que de malformations congénitales ont également été signalés avec une augmentation bien au-delà des normes d’avant 1991, non seulement dans les pays déchirés par la guerre, mais également dans les pays transfrontaliers voisins de la zone contaminée.

Le Dr Keith Baverstock, un conseiller expert en rayonnement qui était en charge à l’OMS, a participé à un rapport ;

(http://www.mindfully.org/Nucs/DU-Radiological-Toxicity-WHO5nov01.htm ) en novembre 2001, avertissant que les effets à long terme de l’uranium appauvri mettraient en danger les populations civiles d’Iraq, et que la sécheresse du climat augmenterait l’exposition aux minuscules particules environnantes qui seraient inhalées pendant les années à venir. L’OMS lui a refusé la permission de publier son étude, cédant à la pression de l’Agence Internationale à l’Energie Atomique. Le Dr Baverstock livra le rapport compromettant aux médias ;

(http://www.mindfully.org/Nucs/2004/DU-WHO-Suppressed22feb04.htm/ ) en février 2004. Pekka Haavisto, président de l’Unité d’Evaluation des Conflits d’après-guerre du Programme pour l’Environnement de l’ONU à Genève, a partagé l’anxiété de Baverstock à propos de l’uranium appauvri, mais ses experts n’ont pas été autorisés à se rendre en Irak pour évaluer la pollution.

 « CRAIGNEZ L’URANIUM APPAUVRI. »

– clamait G.W.Bush sur le site officiel de la Maison Blanche-

« Pendant la guerre du Golfe, les forces de la coalition ont utilisé des munitions perforantes faites en uranium appauvri, lequel est idéal dans ce cas en raison de sa grande densité. Ces dernières années, le régime Irakien a commis des efforts considérables pour promouvoir la fausse plainte que ces tirs à l’uranium appauvri des forces de la coalition avaient causé des cancers et des anomalies congénitales en Irak. L’Irak a diffusé d’horribles photos d’enfants avec des malformations de naissance et les a reliés à l’uranium appauvri. La campagne a deux atouts majeurs de propagande. »

« Uranium est un mot ayant d’effrayantes consonances dans l’esprit de la moyenne des gens, ce qui fait le mensonge est relativement facile à vendre, et l’Iraq pourrait tirer avantage d’un réseau international établi d’activistes anti-nucléaires qui ont déjà lancé leur propre campagne contre l’uranium appauvri. »
« Mais les scientifiques qui travaillent pour l’Organisation Mondiale de la Santé, le Programme Environnemental de l’ONU, et l’Union Européenne n’ont trouvé aucun effet sur la santé lié à l’exposition à l’uranium appauvri. »

La guerre US en Afghanistan a montré clairement que ce n’était pas une guerre DANS le tiers-monde, mais une guerre CONTRE le tiers-monde. En Afghanistan où on estime que 800 à 1.000 tonnes d’uranium appauvri ont été utilisées en 2001, même les Afghans sans instruction comprennent l’impact que ces armes ont eu sur leurs enfants et sur les futures générations.

« Après que les Américains aient détruit notre village et tué beaucoup d’entre nous, nous avons aussi perdu nos maisons et n’avons rien à manger. Cependant nous aurions enduré ces misères et les aurions même acceptées, si les Américains ne nous avaient pas tous condamnés à mort. Quand j’ai vu mon petit-fils naître déformé, j’ai réalisé que mes espoirs pour le futur avaient disparu pour de bon, différemment du désespoir du barbarisme Russe, même si à cette époque j’avais perdu mon fils aîné Shafiqullah. Cette fois, cependant, je sais que nous faisons partie de ce génocide invisible que l’Amérique nous a amené, une mort silencieuse de laquelle je sais que nous ne nous évaderons pas. »

(Jooma Khan de la province de Laghman, mars 2003)

En 1990, l’Autorité à l’Energie Atomique du Royaume Uni (UKAEA) écrivit un rapport avertissant de la catastrophe potentielle pour la santé et l’environnement consécutivement à l’utilisation des armes à uranium appauvri. Les effets sur la santé étaient connus depuis longtemps. Le rapport envoyé au Gouvernement du Royaume Uni avertissait, « selon leur estimation de 50 tonnes de poussière résiduelles d’uranium appauvri restantes dans  »la région », il pourrait y avoir un demi million de cancers en plus à la fin du siècle [2000] ». Les estimations relatives à la quantité d’armes à uranium appauvri utilisée en 1991, vont maintenant des 325 tonnes admises par le Pentagone, à 900 tonnes selon d’autres organismes scientifiques. Cela porterait l’estimation du nombre de cancers à 9 millions en corrélation avec la quantité utilisée pendant la guerre du Golfe de 1991. Durant la guerre du Golfe de 2003, des estimations de 2.200 tonnes ont été données – causant à peu près 22 millions de nouveaux cas de cancer. Au total, le nombre estimé de patients atteints de cancer, en utilisant les données de l’UKAEA serait de 25.250.000. En juillet 1998, la CIA estimait la population de l’Iraq aux environs de 24.683.313.

Ironiquement, la résolution 661 de l’ONU appelant à des sanctions contre l’Irak, a été signée le jour anniversaire d’Hiroshima, le 6 août 1990 !

LES PARALLÈLES

« La guerre ne peut réellement causer aucun boum économique, du moins pas directement, puisque une augmentation de richesse ne peut jamais résulter d’une destruction de biens. »
– Ludwig von Mises

Les parallèles entre l’Iraq, la Yougoslavie et l’Afghanistan sont étonnamment similaires. Les armes utilisées, les traités injustes offerts par les US, le bombardement et la destruction de l’environnement et de toutes les infrastructures. Dans chaque ville d’Irak et de Yougoslavie, la télévision et les stations de radios ont été bombardées.

Les centres éducatifs ont été ciblés, et les magasins où était vendu le matériel éducatif ont été détruits pratiquement le même jour. Pendant la durée des sanctions de l’ONU, l’Iraq n’avait même pas droit à des stylos pour les écoliers. Des vestiges culturels et des trésors historiques ont été visés et détruits dans les trois pays, une sorte de nettoyage culturel et historique, un traumatisme psychologique national collectif.

La contamination radioactive permanente et la dévastation environnementale de ces trois pays est sans précédent, s’ensuivant une énorme augmentation des cancers et des malformations congénitales suite aux attaques. Celles-ci s’amplifieront au cours du temps avec des effets inconnus dus à l’exposition chronique, à l’augmentation du niveau interne de rayonnement de la poussière d’uranium appauvri et des effets génétiques permanents transmis aux générations futures. En clair, il s’agit d’un plan de génocide depuis le début.

Fig. 3: Carte des régions, dans un rayon de 1.609 kilomètres [1.000 miles] autour de Bagdad et de l’Afghanistan, ayant été contaminées par l’uranium appauvri depuis 1991. Les poussières d’uranium appauvri seront reprises et recyclées dans toute cette région sèche, et également diffusées travers le monde. La quantité déjà présente de radiations dans l’atmosphère du fait des essais atmosphériques déjà réalisés a été multipliée par plus de 10 fois avec les radiations issues des explosions des munitions à uranium appauvri depuis 1991. En 2002, le gouvernement américain a admis que chaque personne vivant aux États-Unis entre 1957 et 1963 a été contaminée en interne par des radiations. Notez que la région contaminée correspond au «Sud» de la région mentionnée sur l’échiquier eurasien de la Fig. 1.

Qu’est-il arrivé aux droits de l’homme, aux droits de l’enfant, à la société civile et à l’humanité commune ?

Il revient aux citoyens du monde d’arrêter les guerres à uranium appauvri et les futures guerres nucléaires, responsables de dévastations irréversibles. Il ne restera que quelques générations encore épargnées avant l’effondrement de notre environnement, et après il sera trop tard. Nous ne pouvons pas être en meilleure santé que ne l’est notre environnement – nous respirons le même air, buvons la même eau, mangeons la nourriture du même sol.

« Notre patrimoine génétique de vie collective, en évolution depuis des millions d’années, a été gravement endommagé durant ces cinquante dernières années. Le temps restant pour renverser cette culture de « MOUTONS de PANURGE » nous est compté. Dans le futur, que pourrez-vous bien dire à vos petits-enfants de ce que vous aurez fait de meilleur avec votre vie pour contrer ce processus de mort ? »

(Rosalie Bertell, 1982)

 LES BUTS-MOTIFS PROFONDS:

G O D ! …No GOD! but

[Gold, Oil, Drugs][Or, Pétrole, Drogues] !

« Nous devons devenir à tout prix, sinon les propriétaires, du moins les contrôleurs à la source d’une partie significative du pétrole dont nous avons besoin. »
(Commission Britannique Royale, s’accordant à la politique de Winston Churchill envers l’Irak 1913).

« Il est clair que notre nation soit dépendante d’une grande quantité de pétrole étranger. De plus en plus de nos importations proviennent d’outre-mer.»
(Le président étasunien G.W. Bush, Beaverton, Oregon, 25 septembre 2000).

« S’ils branchent les radars nous ferons exploser leurs maudits SAMs (missiles à décollage vertical). Ils savent que nous possédons leur pays. Nous possédons leur espace aérien… Nous dictons leur manière de vivre et de parler. Et c’est ce qu’il y a de grand dans l’Amérique d’aujourd’hui. C’est une bonne chose, spécialement quand il y a là-bas, beaucoup de ce pétrole dont on a besoin. »
(Général étasunien William Looney en 1999, se référant à l’Irak).

Il y a des millions d’années, avant que l’Inde n’entre en collision avec le continent Eurasien provoquant l’érection de l’Himalaya, l’antique et peu profonde mer Téthys s’étendait de l’Atlantique à ce qui est maintenant la Méditerranée, la mer Noire, Caspiennes et d’Aral. De riches gisements de pétrole se situent maintenant là où la vie antique a accumulé et  »cuit » dans des conditions adéquates de grands gisements anciens de sédiments. Bien avant 1991, Unocal en Afghanistan, Amoco en Yougoslavie et diverses autres compagnies pétrolières étaient intéressées par les gisements de pétrole de l’Irak, ayant conduit une vaste exploration pour aboutir à la caractérisation des gisements de pétrole dans les régions asiatiques du Centre et Moyen-Orient, y compris la moitié du nord de l’Inde.

La Grande-Bretagne a maintenu un grand intérêt pour les gisements de pétrole du Moyen-Orient pendant un siècle et a été l’associée militaire le plus loyal des Etats-Unis depuis la première guerre à l’uranium appauvri de 1991 en Irak. L’Allemagne, un autre partenaire militaire en Yougoslavie des forces maintenant en Afghanistan, a été un des bénéficiaires économiques majeurs de l’éclatement de la Yougoslavie et la colonisation des Balkans.

Les intérêts américains en Yougoslavie avaient beaucoup à voir avec la construction du pipeline d’Asie centrale vers les ports en eau chaude méditerranéens de Yougoslavie. Un partenaire silencieux et caché des Etats-Unis est le Japon. Il a fourni de grandes quantités de liquidités pour financer l’opération de 1991 en Irak et les guerres yougoslaves de 1995/99, ainsi qu’une aide supplémentaire en Afghanistan en fournissant non seulement de la trésorerie, mais le carburant pour la guerre, des navires de guerre sous l’égide des forces japonaises d’autodéfense dans l’Océan Indien. Nippon Steel, Mitsubishi, et Halliburton sont maintenant des associés dans un projet d’oléoduc en Asie centrale. En 2004, malgré l’opposition de ses citoyens, le gouvernement japonais a envoyé des forces d’autodéfense en Irak pour la «reconstruction». Cette mesure prise par le gouvernement japonais de placer des troupes sur le terrain dans une zone de guerre, mènera à l’annulation de l’article 9 de la Constitution japonaise, qui interdit à jamais que le Japon puisse se livrer à une agression militaire.

 LE TRIANGLE DE FER

(tout sous un même toit) :

ARMÉE, GRANDES ENTREPRISES, POLITIQUE 

La liberté d’une démocratie n’est plus garantie si le peuple tolère la croissance d’un pouvoir privé au point où il devient plus fort que leur État démocratique lui-même. Cet état est, dans son essence, le fascisme – quand un individu, un groupe, ou tout pouvoir privé a pris le contrôle du gouvernement.

  • Franklin Delano Roosevelt

Mais qu’est-ce que le pétrole, les alliés partenaires militaires, les guerres à l’uranium appauvri, et la politique étrangère américaine ont à faire avec les armes nucléaires? La réponse m’est venue en 1991 lorsque je suis devenu un dénonciateur au Laboratoire des Armes Nucléaires de Livermore, près de San Francisco, en Californie. Richard Berta, l’inspecteur régional de l’Ouest pour le ministère de l’Énergie, m’a dit ; « Le Pentagone existe pour les compagnies pétrolières … et les laboratoires d’armes nucléaires existent pour le Pentagone. »

L’uranium appauvri a été utilisé à partir de 1991, pour trois raisons:

● Pour tester les effets radio-biologiques des armes nucléaires de la 4èmegénération, qui sont encore en cours de développement.

● Pour flouter, flouer et briser la distinction entre armes conventionnelles et nucléaires.

● Pour rendre plus facile la réintroduction des armes nucléaires dans l’arsenal militaire américain.

Aujourd’hui, les Etats-Unis sont les premiers dans la recherche et le développement de la production d’armes nucléaire de la quatrième génération, suivis par le Japon et l’Allemagne à égalité au second rang, tandis que la Russie et d’autres pays suivent.

Le Groupe Carlyle, une des plus grosses société privée en capitaux propres, la 12ème plus grande affaire de défense ayant une marge bénéficiaire énorme est « un arrangement » d’affaires entre les familles Bush, Ben Laden, des Saoudiens riches, l’ancien Premier Ministre britannique John Major, James Baker III, Afsaneh Masheyekhi, Frank Carlucci, Colin Powell, d’autres anciens administrateurs du gouvernement américain et la fille de Madeleine Albright. Le Groupe Carlyle est le »gardien »de la communauté des investisseurs saoudiens. Il possède 70% de Lockheed Martin Marietta, le plus grand entrepreneur militaire des États-Unis et du fait que Carlyle est privée, n’a aucun contrôle ni responsabilité quelle qu’elle soit.Un journaliste se compare à  »un chien dans un jeu de quilles » pour décrire sa démarche de compréhension ou d’enquête sur le Groupe Carlyle, comme quelque chose  »ressemblant à une partie de boxe avec un fantôme ». Le Groupe engage comme lobbyistes les meilleurs politiciens connus du monde entier, afin d’influencer la politique de guerre, et en privé, tirer profit de leurs précédentes politiques publiques. Le conflit d’intérêts est évident : le Président George W. Bush, comme son père l’ancien Président George Bush, crée des guerres à l’échelle mondiale afin d’alimenter le marché des armes et monnayer la « protection » états-unienne. Lockheed Martin Marietta possède maintenant les Laboratoires Sandia, un entrepreneur privé fabricant les détonateurs des armes nucléaires, qui se sont installés le plus facilement du monde de l’autre côté de la rue Los Alamos où les Laboratoires nationaux Livermore fabriquent les bombes nucléaires. C’est un membre du corps professoral qui organisera un  »Comité du Ruban Bleu » qui désignera l’institution choisie pour l’attribution du contrat, soit l’université du Texas.

Lors de la réunion de mai 2003 de l’Université des Administrateurs/Régents de Californie que j’ai suivie, l’Amiral Linton Brooks était présent comme nouveau responsable du programme d’armes nucléaires sous le Ministère de l’Energie. Celui-ci a informé le Lieutenant Gouverneur Cruz Bustamante et les Administrateurs/Régents de l’Université de Californie que le contrat de gestion avec les laboratoires d’armes nucléaires qui était tenu de manière incontestable par l’Université de Californie depuis plus de 60 ans, serait soumis à l’offre concurrentielle en 2005. Cette privatisation et le transfert du contrat de gestion du programme d’armes nucléaires des Etats-Unis mettront le contrôle de ce programme américain auprès du groupe Carlyle. La relation incestueuse entre le gouvernement américain, les entreprises privées, et les familles Bush et Ben Laden fournit beaucoup de réponses aux questions qui subsistent dans tous les esprits au sujet de nombreuses décisions semblant incongrues et des politiques mises en œuvre.

Leuren Moret a travaillé dans deux laboratoires d’armes nucléaires des États-Unis à titre de géoscientifique. En 1991, elle devient une dénonciatrice dans le laboratoire d’armes nucléaires de Livermore. Elle a depuis travaillé en tant que citoyenne de la science indépendante et spécialiste des rayonnements dans les communautés du monde entier, et a contribué à la sous-commission d’enquête sur l’uranium appauvri de l’ONU. Ses recherches sur les effets environnementaux et la santé publique du faible niveau de rayonnement provenant des retombées des essais atmosphériques, des centrales nucléaires, et de l’armement à uranium appauvri, est disponible sur Internet et au ; http://www.mindfully.org

En 2003, elle a témoigné devant le Tribunal Pénal International pour l’Afghanistan tenu au Japon, et est intervenue à la Conférence mondiale sur les armes à uranium appauvri à Hambourg, en Allemagne, et devant la Cour mondiale des femmes au Forum social mondial à Bombay, en Inde en Janvier 2004. Elle est un éditrice et Contributrice de GLOBAL OUTLOOK-PERSPECTIVES MONDIALES-, commissaire à l’environnement de la ville de Berkeley, et présidente sortante de l’Association pour les femmes géoscientifiques.

Pour en savoir plus, aller sur Mindfully.org par Leuren Moret :http://www.mindfully.org/

Sites web:

● Tribunal Pénal International pour l’Opinion Ècrite sur l’Afghanistan. Juge N. Bhagwat : aussi http://www.traprockpeace.org/tokyo_trial_13march04.doc

● Question 11: Qu’est-ce que le gouvernement américain sait sur l’uranium appauvri : http://traprockpeace.org/moret_25nov03.pdf

● Conférence Mondiale sur les armes à uranium appauvri :http://www.uraniumweaponsconference.de/

● Rayonnement et projets de santé publique: http://www.radiation.org

● «Une comparaison des effets à retardement de la radiobiologie de l’uranium appauvri à l’encontre de la quatrième génération d’armes nucléaires » par A. Gsponer, J.-P. Hurni, et B. Vitale, 4ème Conférence internationale de la Société Nucléaire yougoslave, Belgrade, du 4 Septembre au 30 Octobre 2002.http://arXiv.org/abs/physics/0210071

● «Les armes nucléaires de quatrième génération: les principes physiques des explosifs thermonucléaires, fusion par confinement inertiel, et la quête d’armes nucléaires de quatrième génération » par André Gsponer et Jean-Pierre Hurnihttp://www.inesap.org/publ_tech01.htm

● 54 minutesde télévision néerlandaiseVPRO »Carlyle Group » documentaire surInternet: http://www.vpro.nl/info/tegenlicht/index.shtml?7738514+7738518+7738520+11838857

○ Documentaire vidéoPlayer surle groupe Carlyle, par VPROhollandaise[vidéode 500 kbpsréelle]la télévision ; http://cgi.omroep.nl/cgi-bin/streams?/tv/vpro/tegenlicht/bb.20030516.rm?title=Bekijk%20de%20uitzending%20DE%20IJZEREN%20DRIEHOEK%20in%20%20realvideo%20BREEDBAND%20tot%20500%20kbs

○ Documentaire vidéoPlayer surle groupe Carlyle, parVPROtélévisionhollandaise[100kbpsréel de la vidéo] ; http://cgi.omroep.nl/cgi-bin/streams?/tv/vpro/tegenlicht/sb.20030516.rm?title=Bekijk%20de%20uitzending%20DE%20IJZEREN%20DRIEHOEK%20in%20realvideo%20SMALBAND%20tot%20100%20kbs

○ Vue d’ensembledocumentaire -Animation Flashinteractive -avec des liens versles biographies et lesarticles(néerlandais) etdes sections spécifiques devidéo ;http://www.vpro.nl/info/tegenlicht/carlyle/
○ Traduction anglaise del’introductionde la traductionnéerlandaise desdeuxpremièresminutesde ce programme.

La guerre en Irak est terminée.

Les décombres encore fumants, 

alors que lespremiers bulldozers 

sont déjà dans le pays.

Après que les forces de la coalition ont détruit Bagdad, ce sont aujourd’hui principalement des sociétés américaines qui sont à reconstruire l’Irak.

Un point intéressant est que ces entreprises ont généralement des gens parmi ceux qu’il salarient qui ont été des politiciens. Est-ce un conflit d’intérêts ou une nouvelle manière (mondialisée) de faire des affaires ?

Une des sociétés qui fonctionnent de cette manière est Carlyle Group. Sur leur listing de paies sont des gens comme George Bush (père), M. James Baker III et l’ancien Premier ministre John Major.

Carlyle Group est une banque privée d’investissement qui n’attire pas souvent l’attention du public, mais il est un des plus grands investisseurs américains (ndlr: Etats-Unis) dans l’industrie de la défense, les télécoms, les biens et les services financiers.

Qu’est le Carlyle Group? Qui sont les personnes derrière ce nom ? Et combien de puissants regroupe Carlyle ?

● Perspectives mondiales: http://www.globalresearch.de

Une réponse intéressante. . .

– Original Message —–

De: « Leuren Moret » <leurenmoret@yahoo.com>
Pour: <[de l'armée américaine Col Special Ops Béret Vert]>
Sent: Wednesday, 16 Juin, 2004 00:56
Sujet: Re: traîtrise et trahison

Salut Jean – Voici un article qui sort en Juillet au World Affairs Journal. Pouvez-vous s’il vous plaît me dire ce que vous en pensez et d’où et qui pourrait venir la décision d’utiliser l’UA sur le monde arabe ? Il me semble que c’était dans les années 1970.

Leuren

—– Réponse —–

De: <[de l'armée américaine Col Special Ops Béret Vert]>
Pour: «Leuren Moret » <leurenmoret@yahoo.com>
Sujet: Re: traîtrise et trahison
Date: Wed, 16 juin 2004 11:10:01 -0700

Salut Leuren,

Votre rapport est très complet et convaincant.

On peut se poser la question. Qui et pourquoi prendre la responsabilité de la décision de créer un espace de déni couvrant le monde arabe.

Il semble crédible que la décision d’isoler les zones arabes occupées du monde a été et est intentionnelle dans le but express de contrôler le flux de pétrole de la Russie, à travers la zone mi-Est de l’Afghanistan et de l’Irak (avec extension éventuelle à la Syrie, l’Iran, l’Afrique du Nord et l’Arabie Saoudite) tout en détruisant la population actuelle pour empêcher la résistance.

Les morts dans la zone contestée comme résultat direct de l’UA est, à mon avis, le moyen secret par lequel le contrôle sur ces terres sera accompli.

Les systèmes en matière de développement visent à finalement offrir un contrôle automatisé des mécanismes de production du pétrole et la réduction au minimum de l’exposition humaine pour l’entretien. L’observation à partir de la haute altitude contrôlera la menace de sabotage à l’image de la façon perfectionnée de sécuriser la zone 51 au Nevada.

D’où vient l’idée de ce scénario ? Les empreintes digitales de Henry Kissinger sont sur ce projet. Le Groupe Carlyle est en position idéale pour mener à bien la conception de Henry.

Prenez par exemple l’exposition de l’action génocidaire de Kissinger ayant configuré plus de 3.000 bombardements secrets de B-52 (en utilisant plusieurs aéronefs) sur le Cambodge (1969-1972) comme écrit dans le livre « Side Show« . Le B-52 décollait de Guam avec les objectifs assignés pour le Nord et le Sud-Vietnam et ne recevait qu’en vol les modifications des coordonnées des cibles au Cambodge. Seul le pilote et le navigateur étaient au courant des changements de commandement, de par leur conception de garder le bombardement du Cambodge compartimenté des autres membres d’équipage afin de minimiser la compromission dans ces actes illégaux de guerre à un pays neutre. Cela concorde et se raccorde avec l’attaque secrète à l’UA sur le monde arabe. Cela en fournit aussi la raison pour les Etats-Unis. L’Air Force a couru après 750 bombes pendant la guerre du Vietnam. Ceci donne aussi une explication convaincante quant à la déviation de la guerre contre le terrorisme qui a commencé en Afghanistan pour être orientée ensuite, sans justification vers l’Irak, coupant ainsi les ressources disponibles de poursuivre Ben Laden et les bastions Al-Qaïda en Afghanistan. Il est maintenant évident que les Etats-Unis ne voulaient que donner l’apparencede courir aprèsBen Ladendepuis qu’ilfait partie intégrantedu groupe Carlyle. Ce sont des«sourceset méthodes»qui doivent être conservéscompartimentéespour désemparer et préserver l’ignorance.

Les citations d’Henry concernant les militaires sont [révélatrices] ; « ce sont des bestiaux stupides ». Mais, la encore et de nouveau, excepté la direction militaire, l’existence des hommes est considérée comme « actif consommable ».

Il aurait fait un merveilleux nazi. Là-bas avec Goebbels, Eichmann, Erlichman, Haldeman, et Rumsfeld et Wolfowitz.

Nous sommes certainement devenus Nation Agresseur. Je crains que nous payions chèrement pour l’avidité criminelle de ceux qui sont responsables.

Je vais attendre jusqu’à ce que votre matériel soit publié avant de les transmettre aux parties intéressées.

Curieusement, c’est le cheval de Troie à l’intérieur d’un bouclier qui était l’emblème des Bérets Verts du 10ème groupe des forces spéciales en Allemagne dans les années cinquante et soixante, … qui a été mon premier contact avec la pensée diabolique et les «sources et méthodes» de l’Agence.

Bien à vous.

John

Uranium appauvri:

Le rapport qui accuse

Un scientifique français, expert auprès des Nations Unies, a évalué les risques pour la santé des populations et des soldats américains après la mise en œuvre d’armements à base d’uranium appauvri au mois de mars 2003.

En avril 2003, au cours d’une réunion de consultants d’IBM Conseil à Genève, un avocat américain, sur le point d’ouvrir un bureau pour la reconstruction de l’Irak dans la ville suisse, propose à Jean-François Fechino de réaliser une évaluation des risques environnementaux et de santé humaine à la suite de la mise en œuvre d’armements à base d’uranium appauvri. Intervenant pour le compte du Programme des Nations Unies pour l’environnement, ce dernier mènera plus d’une année de mission sur ce dossier. Il rédige en 2004 un rapport de 120 pages, dont nous publions ci-dessous des extraits. Comme on le verra, il contredit largement le concept de “guerre propre” mis en avant par la Maison Blanche et l’armée américaine, et conteste la notion de “dégâts collatéraux”.

L’auteur souligne l’ambivalence des motivations américaines dans la commande de ce rapport à un expert indépendant : “D’un côté, [la présidence américaine] souhaitait obtenir des résultats sur le terrain pour éviter que de jeunes Américains ne reviennent avec des maladies identiques à celles de la première guerre du Golfe, mais surtout pour éviter toute campagne de presse qui accuserait l’Administration et son équipe dirigeante de négligences ou d’un usage d’armements prohibés par les lois internationales [...]. D’un autre côté, cette même équipe espérait étouffer au maximum les dégâts occasionnés par l’usage de ces armements en se retranchant systématiquement derrière les rapports des experts [...] pour continuer à édulcorer voire occulter les dangers réels de ces armements.” (…)

Dans un conflit qui a probablement déjà fait un million de morts civils et qui n’est pas achevé, que pèsent ces prophéties ? Les pathologies subies par les anciens de la guerre du Vietnam ou par ceux de la première guerre du Golfe en 1991, comme par les militaires français témoins des essais nucléaires en Algérie en 1960, soulignent tragiquement l’intérêt d’un tel document. II s’agit à la fois d’un grave problème de santé et d’un immense problème économique en raison des suites juridiques prévisibles. Il s’agit enfin d’une question de démocratie face au silence et aux dénégations des autorités américaines.

L’uranium appauvri n’est pas inoffensif…

“Les zones expertisées jusqu’alors n’ont jamais connu un engagement aussi massif qu’en Irak, avec une utilisation en zone urbaine d’armements extrêmement dangereux pour la santé. Cependant, et quoi qu’il en soit, si l’uranium appauvri est « estimé 40 % moins contaminant que l’uranium naturel », cela signifie que les 60 % qui restent sont des matières radioactives contaminatrices !” [...]
“La dernière intervention militaire en Irak, qui se prolonge encore actuellement, a infligé et continue d’infliger, entre autres choses, des dommages inestimables à l’endroit de l’environnement, de la faune et de la flore, sans compter tous les effets néfastes pour la santé de l’homme, à court, moyen et très long terme.”
“Cette guerre est une violation caractérisée de la Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement, qui stipule que “les opérations de guerre qui ont un effet destructeur sur le développement durable et sur la protection de l’environnement [...] sont du ressort des lois internationales et doivent faire l’objet de contrôle””. (…)

Des pathologies graves

“Les études menées à partir des examens des vétérans de la guerre du Golfe de 1991 indiquent qu’en moyenne ces vétérans ont absorbé une dose de 0,34 milligramme d’uranium appauvri. Cette contamination est absorbée définitivement par les tissus pulmonaires, sous formes de corpuscules.” […]
“Aussi, que ce soit par un bombardement direct ou la création de radicaux libres, les dommages causés aux cellules, les coupures chromosomiques, les altérations de l’ADN (tout cela ayant été observé en laboratoire lors de tests) et leurs conséquences (cancer, lymphomes, leucémie, stérilité, malformations fœtales…) sont irréversibles et conséquentes.” […]
“La reconnaissance des maladies officielles, de maladies type cancers, leucémies, etc., ainsi que l’attribution aux poussières d’uranium appauvri de malformations congénitales, n’est pas seulement un problème d’éthique médicale ou humanitaire. C’est avant tout une question économique.”
“Une telle reconnaissance par les gouvernements belligérants aurait des effets financiers « dramatiquement insupportables ». Ils seraient dans l’obligation de rétribuer des pensions et de verser des compensations financières tellement importantes que les budgets nationaux ne suffiraient pas.”
“Une telle reconnaissance entraînerait aussi, certainement, des conséquences pour l’industrie nucléaire et celle de l’armement. Or, l’énoncé de ces seules contraintes montre que cette reconnaissance est impossible à réaliser, ni même à envisager. De ce fait, lorsque l’OMS a demandé un complément de mission pour mettre en place une étude épidémiologique, face à l’ampleur de la tâche, il devenait évident que cette demande semblait tenir plus de la « diplomatie » que du réalisme d’une véritable et réelle prise en compte de la santé des populations civiles.” (…)

Briser le silence

“Devant l’accumulation de ces informations, plus horribles les unes que les autres, il est difficile de conserver un simple devoir de réserve, objectif. Lors de ce travail [...], il m’est très vite apparu que les plus hautes autorités américaines, anglaises et internationales connaissaient l’exactitude de la situation mais qu’elles continuaient à se retrancher derrière les rapports lénifiants des experts et scientifiques.” (…)

“Ce que les experts internationaux omettent de dire, c’est que cet uranium, appauvri en isotopes estimés « dangereux », a d’abord été concentré (ce que la nature ne fait jamais), et, malheureusement, cet uranium est aussi « pollué » par des isotopes non naturels car il est trop souvent issu des filières de retraitement. Ainsi, la donne change du tout au tout, et les dégâts occasionnés par ces armements sont irréversibles et présents pour des siècles et des siècles dans la nature.”
“Cette remise en cause du jugement des experts est aussi une remise en cause de l’ensemble de la filière du nucléaire, de l’armement, et laisse la porte ouverte à toute une série d’attaques en justice… C’est certainement pourquoi une véritable reconnaissance des problèmes liés à la contamination de l’air, des sols, des plantes, des eaux (surface et souterraines), des problèmes liés à l’inhalation ou à l’ingestion de poussières chargées d’uranium (même) appauvri ne peut sembler possible tant les enjeux sont inimaginables.” (…)

Les dénégations officielles

“Reconnaître officiellement et explicitement que l’usage de ces armements pouvait présenter des dangers pour la santé des populations civiles, c’était bien reconnaître que les soldats pouvaient être concernés, et, dès alors, c’était ouvrir la voie à des demandes de pensions pour invalidité, suite à une contamination. Cette reconnaissance risquait alors d’induire des coûts exorbitants et incompatibles avec les budgets consacrés aux vétérans. Indépendamment des militaires, une telle reconnaissance induisait aussi des demandes d’indemnisation de la part de populations civiles, voire l’ouverture de (nombreux et) spectaculaires procès. Enfin, par extrapolation, une telle reconnaissance induisait aussi une remise en cause de la mécanique bien huilée qu’est le secteur nucléaire (civil et militaire), et aurait créé une brèche dans le système que les experts, les scientifiques et les gouvernements protègent de tout leur poids.”

Manon Besse et Maïram Guissé
Source: Politis du 17 juillet 2008

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 6 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

SYRIE: LA SOLUTION POUTINE…

Le Roi et le Fou

SYRIE: LA SOLUTION POUTINE... dans REFLEXIONS PERSONNELLES le-fou-et-le-roi-syrie

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 18 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

SYRIE. LE CULOT DE L’INTERVENTION DU PRESIDENT FRANCAIS SUR TF1 DIMANCHE SOIR 15 SEPTEMBRE 2013

SYRIE:

SYRIE. LE CULOT DE L'INTERVENTION DU PRESIDENT FRANCAIS SUR TF1 DIMANCHE SOIR 15 SEPTEMBRE 2013 dans REFLEXIONS PERSONNELLES aaaaaaaa1

Les mensonges du Président HOLLANDE

(Thierry LAMIREAU)

Le Président HOLLANDE s’est exprimé en arrangeant, à sa

manière, le déroulement de la situation.

« La Syrie est la tragédie la plus grave du début du 21 ème siècle. Rendez-vous compte: 1500 civils gazés !

Une réaction était nécessaire puisqu’il y a eu une violation du Droit International.

Nous voulions punir la Syrie. La pression de la France et des Etats-Unis a convaincu POUTINE. »

La journaliste Claire CHAZAL:

- La France n’était pas à GENEVE…

« Non, mais notre action a été déterminante. Les armes chimiques peuvent être utilisées partout, dans n’importe quel autre pays. Au Conseil de Sécurité les vérifications doivent être faîtes sur 50 sites. La destruction doit suivre.

Il doit y avoir une sanction s’il n’y a pas application du côté Syrien. Lundi il va y avoir la remise du rapport des experts de l’ONU par rapport à l’utilisation des armes chimiques.

Dans le projet de résolution, l’ONU prononcera le mot « sanction ».

On doit passer devant le Conseil de Sécurité.

BACHAR-AL-ASSAD n’est pas le représentant de la Syrie mais l’opposition démocratique…pas les intégristes bien sûr !

Nous pourrions faire voter cette résolution avant la fin de la semaine. Fin du mois de septembre, nous trouverons une une solution politique. Il ne s’agit pas d’installer des Djihadistes.

Les français se sont beaucoup interrogés.

Au Mali, on peut-être fier d’une opération pleinement réussie.

Nous devons être fiers de ce que nous avons fait par rapport à la Syrie

La consultation du Parlement français…je n’ai pas eu à le faire.

L’option militaire doit demeurer sous contrôle des Nations Unies.

La journaliste Claire CHAZAL:

- L’opération au Mali a montré l’efficacité des armées françaises.

« Au Mali, l’intervention de l’armée française a été admirable !

Je salue l’armée française pour l’option de menace de frappe en Syrie.

Nous n’aurions pas eu besoin de survoler la Syrie pour frapper.

Je ne dépends pas de quelque pays que ce soit.

Nous avons utilisé la menace pour arriver à ce que je souhaitais…ce que le Monde souhaitait: c’est-à-dire une solution politique. »

REMARQUES:

(Le Souffle c’est ma Vie / Thierry LAMIREAU)

Il y a, pour le moins, quelques petits « arrangements » et mensonges, soit directs soit par omission.

Il faut noter que HOLLANDE parle de 1500 civils gazés alors que ce nombre n’est absolument pas donné par certains responsables militaires français et étrangers .

Le Président parle d’une « violation du Droit International » avec l’utilisation d’armes chimiques »…qu’a fait HOLLANDE en ordonnant à son armée d’attaquer le Mali avec des armes à l’URANIUM « APPAUVRI » qui sont à la fois CHIMIQUES ET RADIOACTIVES ? Ce fait VIOLE aussi le DROIT INTERNATIONAL !

« Les armes chimiques peuvent-être utilisées partout dans n’importe quel autre pays » dit HOLLANDE: pour sûr !…c’est ce que fait la France dans tous les conflits !

« La France n’était pas à Genève » dit la journaliste…évidemment, les Etats-Unis et la Russie n’ont pas voulu s’embarrasser d’un « sous-fifre. »

« Les vérifications doivent être faîtes sur 50 sites et la destruction des armes doit suivre » dit HOLLANDE…Bon courage, surtout si ASSAD utilise les mêmes ruses que l’ancien Président Irakien !

« On doit passer devant le Conseil de Sécurité » dit HOLLANDE. Et pour le Mali ?…il ne l’a pas fait avant l’intervention des aéronefs français !

« BACHAR-AL-ASSAD n’est pas le représentant de la Syrie » dit HOLLANDE. Ah bon ?…première nouvelle ! Même si ASSAD est un dictateur assassinant une partie de son peuple, c’est toujours officiellement le Président Syrien.

« Fin du mois de septembre on trouvera une solution politique »…tu vas peut-être un peu vite Président français !

« Au Mali, on peut-être fier d’une opération pleinement réussie »…oui, pourrait-on avoir la liste et les caractéristiques des armes utilisées ? Facile ! Des GBU, des AASM qui, pour la majorité, sont chargées à l’URANIUM « APPAUVRI » !

Pourrait-on avoir des analyses de laboratoires indépendants comme la CRIIRAD pour effectuer dans n’importe quel lieu des mesures et des prélèvements de métaux, de béton, de sols et d’eaux ?

« La consultation de l’Assemblée, je n’ai pas eu à la faire »…Evidemment puisque Etats-Unis et Russie ont fait un autre choix !

La remarque de la journaliste sur le Mali montre bien l’IGNORANCE ou l’OMERTA  sur le sujet de l’utilisation des armes à l’uranium « appauvri » au Mali: « L’opération au Mali a montré l’efficacité des armées françaises » !

Claire CHAZAL: soit vous êtes NULLE soit vous êtes COMPLICE !

HOLLANDE indique que pour frapper la Syrie « nous n’aurions pas eu besoin de survoler la Syrie. »

Cependant il ne dit pas pourquoi…pour cause !

Les armes envoyées par les RAFALE (pour choisir cet aéronef), les GBU, les AASM ou les missiles SCALP, ont un système tout temps qui leur permet de parcourir une longue distance à très haute vitesse et pour détruire en profondeur les cibles (avec l’uranium « appauvri » justement).

HOLLANDE affirme qu’il « ne dépend d’aucun pays que ce soit pour se positionner dans le conflit » ! Vaste plaisanterie qui doit bien faire rire OBAMA et POUTINE !

« Nous avons utilisé la menace pour arriver à ce que je souhaitais….ce que le Monde souhaitait…c’est-à-dire une solution politique »….HOLLANDE nous sort la phrase « type » trouvée en réunion de Conseil de Guerre avec ses ministres et militaires !….cela se sent à cent mètres les copains !

Et en plus, un peu prétentieux le dérapage « pour arriver à ce que je souhaitais »…vite, il réfléchit pour éviter l’engueulade de OBAMA et POUTINE « à ce que le Monde souhaitait » .

Prestation très NULLE cher Président !

Enfin, disons qu’elle vous ressemble…

Thierry LAMIREAU

lesoufflecestmavie.unblog.fr

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 15 septembre, 2013 |1 Commentaire »

LES BELLES FRAPPES DE L’ARMEE AMERICAINE : VERSION DE PURE VERITE DU PRESIDENT OBAMA (Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr)

Les belles frappes de l’armée américaine !

LES BELLES FRAPPES DE L'ARMEE AMERICAINE : VERSION DE PURE VERITE DU PRESIDENT OBAMA (Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr) dans REFLEXIONS PERSONNELLES explosion-avec-des-armes-a-luranium-appauvri2

Photo: Explosion après impact par des armes à l’uranium « appauvri ».

(Thierry LAMIREAU)

OBAMA s’est donc exprimé il y a quelques heures ce mercredi 11 septembre (!) 2013 sur différents médias pour nous sortir une pure vérité:

« L’armée américaine ne frappe jamais de simples coups d’épingles. »

Pour sûr ARTHUR ! OBAMA, tu es dans le juste !

Quelques petits rappels:

HIROSHIMA,

NAGASAKI,

L’ agent ORANGE au VIETNAM,

Le NAPALM,

Armes au phosphore,

Armes à fragmentation,

Les essais nucléaires en atmosphère et leurs effets dévastateurs sur les populations autochtones, civiles et militaires.

L’utilisation (dans tous les conflits), depuis les années 70, des armes à l’uranium « appauvri » qui sont à la fois CHIMIQUES ET RADIOACTIVES…armes qui seront utilisées par les ETATS-UNIS et la FRANCE s’ils interviennent en SYRIE.

Mais, ne nous leurrons pas, du côté de l’URSS et désormais maintenant de la RUSSIE, on peut trouver les mêmes horreurs !

Il ne faut rien attendre des chefs d’Etat:

Ils mentent et manipulent à longueur de journée…comme ce matin sur FRANCE INTER l’Ambassadeur de RUSSIE qui nous sort avec sa belle « langue de bois » extraordinaire:

« Il faut se faire confiance sinon cela ne mènerait à rien. »

Pourquoi espionne-t-on le voisin alors ?…comme cela, pour faire mumuse !

C’est fou ce que l’on s’amuse avec ces MINABLES personnages…et en plus, ils voudraient qu’on les croit !

Thierry LAMIREAU

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 11 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

SYRIE: LE PENTAGONE PREPARE UNE OPERATION D’ENVERGURE (lapresse.ca+AFP)

SYRIE:

SYRIE: LE PENTAGONE PREPARE UNE OPERATION D'ENVERGURE (lapresse.ca+AFP) dans REFLEXIONS PERSONNELLES uss_nimitz_1997

Le Pentagone prépare une opération

d’envergure

Le porte-avions Nimitz, dans la mer Rouge, peut...

Photo: Le porte-avions Nimitz, dans la mer Rouge, peut tirer des missiles de croisière à l’uranium « appauvri » sur la Syrie.

Agence France-Presse

Le Pentagone prépare des frappes sur la Syrie plus longues et plus intenses que prévu, pendant trois jours, a rapporté le Los Angeles Times dimanche 8 septembre 2013.

Les stratèges américains optent désormais pour un massif barrage de tirs de missiles, suivi rapidement par d’autres attaques sur des cibles manquées ou non détruites après l’attaque initiale, selon des responsables du Pentagone cités par le quotidien.

Deux officiers américains ont déclaré au journal que la Maison-Blanche avait demandé une liste d’objectifs élargie pour inclure «beaucoup plus» que la liste initiale d’environ 50 objectifs.

Les spécialistes veulent obtenir une puissance de feu supplémentaire pour frapper les forces dispersées du président syrien Bachar al-Assad.

Les planificateurs du Pentagone envisagent désormais la participation de bombardiers de l’armée de l’Air, ainsi que des cinq contre-torpilleurs lance-missiles américains qui patrouillent actuellement en Méditerranée orientale, pour lancer des missiles de croisière et des missiles air-sol, en restant hors de portée de la défense aérienne syrienne, selon le rapport.

Le porte-avions Nimitz avec son escorte — un croiseur et trois contre-torpilleurs positionnés en mer Rouge — peut également tirer des missiles de croisière sur la Syrie.

«Il y aura plusieurs salves et une évaluation après chaque raid, mais le tout limité à 72 heures et une indication claire lorsque nous aurons terminé», a déclaré au journal un officier au courant des plans militaires.

Ce changement de plans intervient au moment où le président Barack Obama continue à plaider en faveur d’une intervention en Syrie, après les attaques à l’arme chimique du 21 août, qui ont fait plusieurs centaines de morts.

Tentant de rassurer les élus et ses compatriotes, Barack Obama a promis dans son allocution hebdomadaire de samedi qu’«il ne s’agirait pas d’un autre Irak ou d’un autre Afghanistan», répétant que les États-Unis n’enverraient pas de soldats au sol.

Obama doit enregistrer lundi une interview avec les trois grands réseaux de télévision et les chaînes PBS, CNN et Fox News.

Diffusée dans la soirée (heure locale), l’interview précédera le message à la nation d’Obama mardi, avant le vote du Congrès.

Selon le Los Angeles Times, le président est plutôt favorable à une attaque limitée avec seulement un nombre réduit d’avions pour bombarder la Syrie.

Mis à part les doutes qu’une offensive américaine limitée suffirait pour réduire les capacités militaires d’Assad, un officier a déclaré au journal que l’opération envisagée constituerait une «démonstration de force» de plusieurs jours, mais qui ne modifierait pas fondamentalement la situation sur le terrain.

La frappe «n’aura pas d’impact stratégique sur la situation actuelle dans la guerre, que les Syriens ont bien en mains, mais les combats pourraient durer encore deux ans de plus», a déclaré un autre officier américain.

http://www.lapresse.ca/international/dossiers/crise-dans-le-monde-arabe/syrie/201309/08/01-4687179-syrie-le-pentagone-prepare-une-operation-denvergure.php

AFP

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 8 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

SYRIE, MALI, ETC…CONTRIBUTION AU DEBAT SUR L’URANIUM APPAUVRI (Rapport SUISSE /Mai 2002)

Contribution au débat

sur l’uranium « appauvri »

SYRIE, MALI, ETC...CONTRIBUTION AU DEBAT SUR L'URANIUM APPAUVRI (Rapport SUISSE /Mai 2002) dans REFLEXIONS PERSONNELLES obus-fleche-se-liberant-du-sabot

(Photo: Obus flèche à l’uranium « appauvri » se libérant de son sabot

Ministère de la Défense français)

-Sous la direction de Anne GUT et Bruno VITALE-

Un projet financé

par

la Fédération Genevoise de Coopération

et la Centrale Sanitaire Suisse Romande

 (Mai 2002)

Un rapport très intéressant et très documenté sur les désastres de l’utilisation de l’uranium « appauvri »…

et notamment dans les armes !

fichier pdf Contribution au débat sur l’uranium appauvri Rapport Suisse

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 7 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

SYRIE ET MALI: MÊME OMERTA ! (Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr)

SYRIE et MALI:

SYRIE ET MALI: MÊME OMERTA ! (Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr) dans REFLEXIONS PERSONNELLES depleted-uranium12

L’omerta fonctionne à merveille !

(Thierry LAMIREAU)

Voilà une semaine que mon appel URGENT à la presse a été lancé par rapport aux prochains bombardements des ETATS-UNIS et de la FRANCE sur la SYRIE.

Le premier bilan est à faire:

Aucun journaliste de la presse nationale française ne bougera !

FRANCE 2, FRANCE 3, FRANCE INTER, FRANCE INFO, Elise LUCET de FRANCE TELEVISIONS, LIBERATION, LE CANARD ENCHAÎNE, etc…

C’est depuis, le silence TOTAL même après des « oui, c’est intéressant, on vous rappellera. »

Comme pour le MALI, ce qui va se passer en SYRIE prochainement ne DOIT PAS ÊTRE DIT !

Et celui qui essayera d’informer la population doit être CENSURE et MUSELE !

JOURNALISTES:

Non, vraiment, je ne suis pas fier de vous…moi qui ai tant travaillé pour votre profession en risquant ma vie et en détruisant ma santé pour vous apporter des SCOOP notamment dans le domaine du nucléaire.

Vous déshonorez les fondements même de votre belle profession. 

A minima, donner une autre information (la mienne) n’est absolument pas réalisé.

Journalistes « honnêtes » (oui, il y en a), comment pouvez-vous vous regarder sans honte dans le reflet de votre image ?

Votre image est celle de la désinformation organisée ou, pour le moins, consentie.

Une désinformation synonyme de MENSONGE PAR OMISSION ! 

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 7 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

SYRIE, PEARL HARBOUR…IL NE FAUT PAS TOUT CONFONDRE ! (legrandsoir.info)

Il ne faut pas tout confondre!

SYRIE, PEARL HARBOUR...IL NE FAUT PAS TOUT CONFONDRE ! (legrandsoir.info) dans REFLEXIONS PERSONNELLES 998971_586805798032688_1196165934_n-02a95

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 6 septembre, 2013 |Pas de commentaires »
12345

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007