LA DICTATURE DES EXPERTS (vidéo de la CBC / Diffusion RTBF / Réalisation: Josh FREED))

La dictature des experts

 Réalisation: Josh FREED

Production: Janet TORGE

Diffusion: RTBF / La Une

Copyright: CBC

LA DICTATURE DES EXPERTS (vidéo de la CBC / Diffusion RTBF / Réalisation: Josh FREED)) dans REFLEXIONS PERSONNELLES experts

Ce n’est pas vraiment une spécialité française et ils pullulent sur les chaines télé, ces fameux experts qui savent mieux que nous ce qui est bon pour nous, surtout si cela va dans le sens souhaité par quelques financiers, lobbyistes, médias ou politiques, et ils peuvent nous dire tout et n’importe quoi !

D’ailleurs, en parlant d’experts, il ne faut pas oublier que le Mediator fut un médicament fantastique qui a sauvé nombre de vie sans enrichir personne, que l’euro est une monnaie forte et que l’Europe est le seul avenir possible pour notre bonheur économique, que le nucléaire est propre et très loin d’être dangereux, et que les OGM ont été créés pour lutter contre la faim dans le monde ! Tout cela les rend tellement crédibles… Mais c’est juste une opinion personnelle…

Les experts sont désormais partout: pas un jour sans qu’un média ne fasse appel à eux pour analyser la crise financière, juger les nouveaux crus du Bordelais ou estimer des oeuvres d’art. Avec le temps, l’opinion a appris à accorder une confiance totale aux experts. Et si cela n’avait pas autant de sens ?

http://www.dailymotion.com/video/xzeg38

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 9 mai, 2013 |Pas de commentaires »

QUAND AUSTERITE NE RIME PAS AVEC GAY !(Michel SANTI / http://www.gestionsuisse.com)

Quand austérité ne rime pas avec gay !

QUAND AUSTERITE NE RIME PAS AVEC GAY !(Michel SANTI / http://www.gestionsuisse.com) dans REFLEXIONS PERSONNELLES economie

Il s’agit de l’auteur à succès et Professeur à Harvard, du médiatique (et très conservateur) Niall Ferguson. Interrogé, à l’occasion d’une conférence donnée il y a quelques jours en Californie, à propos de la fameuse répartie de Keynes selon laquelle « nous serons tous morts à long terme », en anglais : « In the long run, we are all dead. » Ferguson répondit que la « philosophie de Keynes était tronquée (« flawed ») car il se fichait des générations futures : étant gay et sans enfant » ! Ferguson poursuivit sur cette lancée en affirmant que, « marié avec une ballerine dont il n’avait pas eu d’enfant car il passait plus de temps à parler de poésie avec elle que de procréer », il était « logique » que l’homosexualité de Keynes fasse de lui un membre de la société mou (« effete ») et égoïste (« selfish »).

Autrement dit, il serait impossible – dans le monde selon Ferguson – de s’intéresser à la société ou aux générations futures dès lors que l’on est homosexuel ou sans enfant. Du reste, c’est tout juste s’il n’accuse pas les gays d’être aux sources de la crise financière… A cette même occasion, Ferguson devait en outre évoquer ses « amis hauts placés », lesquels devraient avoir bien honte de fréquenter un tel énergumène qui ne recule pas à faire appel aux argumentations les plus spécieuses et les plus sordides pour étayer ses propos. Mais n’est-ce pas un peu le propre de cette école de pensée qui dénonce – exactement comme Ferguson lors de cette même conférence –« des lois et des institutions dégénérées » ?

Pour autant, comment expliquer qu’un membre de l’élite académique et universitaire aille délibérément sur un terrain privé – voire intime – pour contredire les travaux et les déclarations de Keynes ? S’employer à (tenter de) décrédibiliser les théories et les recherches de Keynes en prétextant son homosexualité et, donc, en effectuant sans hésitation le grand écart consistant à en tirer comme conséquence qu’il était naturel que celui-ci exhorte aux stimuli vu qu’il n’avait pas d’enfant témoigne en fait d’une réalité navrante pour ce type de conservateurs. Car ils sont effectivement de nos jours confrontés à l’échec cuisant de leur politique d’économies budgétaires et, ce, dans tous les pays l’ayant mise en place.

Incontestablement préoccupé par l’avenir, Keynes n’avait-il pas au contraire disserté sur les « possibilités économiques de nos petits-enfants », dans son célèbre : Economic Possibilities of Our Grandchildren ? Ne stigmatisait-il pas la profession des économistes qui se morfondait, selon lui, en inutiles « prédictions à court terme » ? Mais surtout : ne répétait-il pas inlassablement que si, dans le cadre d’une récession, les déficits doivent être creusés, ils devaient absolument en revanche être résorbés en période de forte croissance économique ? … Seconde partie de ces enseignements ayant hélas trop souvent été négligée et oubliée par les dirigeants politiques.

En réalité, les arguments de Ferguson et consorts qui exigent des réductions immédiates et substantielles des dépenses publiques, qui se déchaînent violemment contre les mesures sociales et qui réclament la rigueur et l’équilibre budgétaires patinent sérieusement aujourd’hui. Quand il devient de plus en plus évident que seuls des stimuli émanant de l’Etat seraient à même de soulager un secteur privé trop déprimé et souvent trop endetté pour embaucher. Ces conservateurs, traditionnalistes et autres ultra-orthodoxes ne pourront plus désormais –avec le même succès qu’hier –culpabiliser nos sociétés et « crier au loup » car les faits et les statistiques économiques leur opposent un démenti cinglant. Ne reculant pas devant l’argument moral fallacieux selon lequel « il n’est pas possible de laisser autant de dettes à nos enfants », le discours scandaleux de Ferguson n’est en fait qu’un degré supplémentaire franchi par une mouvance ultra-libérale qui se sait aux abois.

P.S: Lien vers le blog de Ferguson ayant par la suite exprimé ses plus plates excuses – http://www.niallferguson.com/blog/an-unqualified-apology

Michel SANTI,

économiste (http://www.gestionsuisse.com

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 9 mai, 2013 |Pas de commentaires »

HOLLANDE VEUT ERADIQUER LES PARADIS FISCAUX EN EUROPE ET DANS LE MONDE…UNE BELLE PLAISANTERIE! (AFP / Thierry LAMIREAU )

Hollande veut éradiquer les paradis fiscaux en

Europe et dans le monde

HOLLANDE VEUT ERADIQUER LES PARADIS FISCAUX EN EUROPE ET DANS LE MONDE...UNE BELLE PLAISANTERIE! (AFP / Thierry LAMIREAU ) dans REFLEXIONS PERSONNELLES hollande8

PARIS – Le Président français François Hollande a affirmé mercredi 10 avril 2013 qu’il voulait éradiquer les paradis fiscaux en Europe et dans le Monde en annonçant des mesures pour renforcer la transparence des banques françaises et la lutte contre la grande délinquance économique et financière.

Les banques françaises devront rendre publiques chaque année la liste de toutes leurs filiales partout dans le monde pays par pays et devront publier la nature de leurs activités, a déclaré François Hollande à la presse alors que la France est sous le choc de l’inculpation de l’ex-Ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui détenait un compte à l’étranger.

Dans une conférence de presse à l’issue du Conseil des Ministres, lePrésident français a annoncé la création d’un Parquet financier, avec une compétence nationale, qui pourra agir sur les affaires de corruption et de grandes fraudes fiscales.

Par ailleurs, les règles qui régissent le patrimoine des responsables publics seront entièrement revues. Une Haute Autorité, totalement indépendante, contrôlera le patrimoine et les éventuels conflits d’intérêts des ministres, parlementaires et grands élus, a ajouté François Hollande dont les 34 ministres doivent publier leur patrimoine d’ici lundi.

Les paradis fiscaux doivent être éradiqués en Europe et dans le monde parce que c’est la condition pour préserver l’emploi, a martelé le Président français. Je n’hésiterai pas à considérer comme paradis fiscal tout pays qui refuserait de coopérer pleinement avec la France, a-t-il insisté.

Revenant sur les aveux de fraude fiscale de son ex-ministre Jérôme Cahuzac, qui a détenu un compte en Suisse puis à Singapour, le Président français a dit avoir été blessé, heurté, meurtri même par ce qui s’est produit. Cela va contre toutes mes conceptions personnelles, mes exigences politiques, mes engagements. Je ne peux pas laisser cette affaire sans une réponse à la hauteur, a-t-il insisté.

Le président a par ailleurs estimé que Jérôme Cahuzac, qui a menti devant le Parlement, ne pouvait en conscience redevenir député.

Il y a, je pense, une question de conscience si encore elle est possible d’être évoquée, a déclaré le chef de l’Etat, interrogé à l’Elysée sur l’éventuel retour au Palais Bourbon de son ex-ministre. Comment venir au parlement, là où un mensonge a été prononcé ?

M. Hollande a en revanche jugé injustes les attaques de l’opposition à l’encontre du Ministre de l’Economie Pierre Moscovici pour sa gestion de l’affaire Cahuzac.

Ce sont des attaques injustes, a-t-il affirmé en réponse à une question de la presse, assurant que des décisions immédiates avaient été prises pour éviter tout conflit d’intérêt entre Pierre Moscovici et Jérôme Cahuzac, qui était alors son ministre délégué au Budget.

(©AFP / 10 avril 2013 12h34)                                                                                                          

COMMENTAIRES:

(Le Souffle c’est ma Vie / Thierry LAMIREAU)

M.HOLLANDE veut « éradiquer les paradis fiscaux en Europe et dans le Monde » !

C’est une plaisanterie et d’une naïveté déconcertante !…Eradiquer les paradis fiscaux dans le Monde…rien que cela alors que les truands en col blanc voire les mafieux s’infiltrent de plus en plus dans les systèmes dits « démocratiques »…

D’abord, en France, il y a déjà des structures aptes à effectuer des investigations et à sanctionner.

Il faudra donc voir si, par la suite, les moyens humains et financiers suivent…car, habituellement, M.HOLLANDE promet beaucoup et… réalise le contraire ou ne fait RIEN !                                                                                                                                                   http://www.dailymotion.com/video/xyvzru

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 10 avril, 2013 |Pas de commentaires »

L’ABOMINABLE HOMME DES BEIGES (Gaëtan PELLETIER / http://gaetanpelletier.wordpress.com)

L’abominable homme des beiges

L'ABOMINABLE HOMME DES BEIGES (Gaëtan PELLETIER / http://gaetanpelletier.wordpress.com) dans REFLEXIONS PERSONNELLES beige

arton19851-5fe73 ENVIRONNEMENT dans REFLEXIONS PERSONNELLES
Gaëtan PELLETIER
Beige qualifie la laine naturelle ou toute étoffe qui n’a reçu ni teinture, ni blanchiment. (Wikipedia).

Je n’ai pas le goût d’être méchant. Juste le goût de découvrir une créature qui sait flatter un chat dans le sens du poil, mais qui est capable d’assassiner des enfants, ou tout simplement de déclamer que G.W Bush est un salaud tout en étant salaud.

Les méchants « purs », j’arrive à les gober… Le méchant beige, je n’y arrive pas. Tout simplement qu’ils sont entre deux mondes et un milliard de dénis intérieurs tous calfeutrés par les religions, les croyances, les credos de société ou par leur nombril dans lequel ils essaient d’enfanter un cerveau.

C’est désolant… Nous sommes pour la plupart tous affublés de travers, de petits défauts pardonnables, nous nous aimons et détestons à la fois. C’est l’avantage de n’avoir qu’un ou deux chats à la maison : on ne peut que les aimer. Et même s’ils font leurs besoins sur le sofa, on ira voir un psy de chat, ou ci de ça pour en trouver la raison. Mais on dira, au final, que le chat n’est qu’un chat. Alors on lui pardonnera.

Pour les humains c’est différent… Un chat n’a pas d’ego, il n’a que des comportements à la Pavlov ( merci à ma fille de le rappeler) : à partir de 1889, le physiologiste montra que si l’on accoutumait un chien à accompagner sa nourriture d’un stimulus sonore, ce dernier pouvait à la longue déclencher la salivation de l’animal sans être accompagné de nourriture. (Wiki) .

Le machiavélique humain, beige, voudra créer sa récompense à la mesure de son nombril. J’ai connu des beiges, avec une large culture humaniste, déclarant les horreurs des dirigeants, mais tout en cultivant – sans le savoir – une horreur et un comportement venimeux.

Ils veulent de la couleur, et se nourrissant des couleurs de tout le monde, finissent par un beige-brun.

Il s’aime tellement qu’il ne sait pas aimer quelqu’un d’autre. Son soi-disant « amour » passera par la finesse de son cerveau, sa capacité d’analyses, pour n’aboutir, en fin de compte qu’à lui ou elle. Peut importe le genre.

BRAZIL-ANIMALS-TRAFFICKING

Dans les rôles sociaux importants, le beige déguisé est un peu plus facile à identifier. Mais dans le quotidien, l’abominable homme des beiges se présentera comme étant simple ( il n’a pas le choix, puisqu’il n’est pas célèbre).

Dans la sphère des célébrités, des dirigeants, il se présentera comme simple pour atténuer son plumage trop voyant.

Les deux catégories font toutefois des dégâts importants.

Si l’un a le pouvoir d’en faire, il le cache. L’autre, le soi-disant humble, vous enchantera par sa manière de camoufler son plumage.

Vous avez le beige au pouvoir, sorte de philanthrope « sniper » et l’autre, sniper réel, déguisé en philanthrope.

Nous vivons dans un monde de « beiges » camouflés.

Et, étonnamment, ceux qui cherchent un peu de couleur pour se rafraîchir et se pavaner, finissent par n’être que des perroquets. En buvant trop de couleurs, on risque de devenir bien beige. Soit par innocence, soit par soif de pouvoir. Avaler ce qu’on ne connaît pas est risqué…

Et une fois au pouvoir, il y aura toujours quelqu’un pour vous imiter puisque la race humaine, bien assoiffée, se nourrira de ce qu’elle peut avaler pour devenir Calife à la place du Calife. Ou la grenouille voulant devenir bœuf…

En ajoutant à cela la grande faim de l’avoir, dans 30 ans, il n’y aura plus de saisons : pas d’hiver blanc, ni d’été vert.

L’an beige.

Mais ils diront aux gents qu’ils sont « beige ».

On vous vendra de la couleur à tous les coins de rue de la Terre ronde. On dira que vous êtes monochrome.

C’est là l’astuce du vendeur.

L’avenir appartient à ceux qui n’achèteront plus rien….

Gaëtan PELLETIER

21 mars 2012

http://gaetanpelletier.wordpress.com/2013/03/21/labominable-homme-des-beiges/

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 6 avril, 2013 |Pas de commentaires »

ONU: PREMIER TRAITE SUR LE COMMERCE DES ARMES CONVENTIONNELLES

ONU:

ONU: PREMIER TRAITE SUR LE COMMERCE DES ARMES CONVENTIONNELLES dans REFLEXIONS PERSONNELLES missile_chinois-a1-u

Premier traité sur le commerce des armes

conventionnelles

L’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté, mardi 2 avril 2013 à une large majorité, le premier traité sur le commerce international des armes conventionnelles. Un commerce qui représente 70 milliards de dollars par an.

Le texte, premier du genre à réguler ce type de transactions commerciales, a été adopté par 154 voix contre trois et 23 des 193 Etats membres se sont abstenus. Il sera mis à la signature le 3 juin 2013 et entrera en vigueur 90 jours après sa ratification par les cinquante premiers parlements signataires.

L’Iran, la Syrie et la Corée du Nord s’étaient opposés jeudi à son adoption dans le cadre de la conférence ad hoc, il a donc été présenté à l’Assemblée Générale. La Chine et la Russie, deux des principaux exportateurs d’armes, se sont abstenues, de même que Cuba, le Venezuela, la Bolivie et le Nicaragua.

L’ambassadeur de Syrie à l’ONU, Bachar Djafari, a répété que son gouvernement s’opposait au texte car il n’interdit pas la vente d’armes à des organisations non-étatiques et à des « terroristes », le qualificatif attribué par Damas aux insurgés.

Embargos à respecter

L’objectif du traité est de fixer des normes pour les transferts de tout type d’armes conventionnelles, légères ou lourdes. Il impose d’autre part aux pays signataires de revoir tous les contrats de livraison d’armes à l’étranger pour s’assurer que les munitions ne contribuent pas à des violations des Droits de l’Homme, et qu’ils ne violent pas les embargos.

Le traité n’interdit de fait pas les transferts à des groupes armés mais précise que toute vente d’armes doit être d’abord soumise à une évaluation rigoureuse des risques et des conséquences pour les Droits de l’Homme.

Les partisans du contrôle des armes et les ONG font valoir qu’un traité est nécessaire pour stopper le flux incontrôlé des armes et des munitions qui alimentent les guerres et entraînent des atrocités ainsi que des violations des Droits de l’Homme.

(ats / 02.04.2013 19h35)

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 4 avril, 2013 |Pas de commentaires »

BANQUES, PEUPLES: LES DESSOUS D’UN MATCH TRUQUE…MÊME LE FMI LE DIT !…(Eric TOUSSAINT / http://cadtm.org)

Banques – Peuples :
Les dessous d’un match truqué !

BANQUES, PEUPLES: LES DESSOUS D'UN MATCH TRUQUE...MÊME LE FMI LE DIT !...(Eric TOUSSAINT / http://cadtm.org) dans REFLEXIONS PERSONNELLES fmi-10461555xvkgs_1713

Même le FMI le dit…

arton19833-79156 BANQUE MONDIALE dans REFLEXIONS PERSONNELLES
Éric TOUSSAINT

Des déclarations du FMI qui heurtent les dirigeants européens

En octobre 2012, le FMI a fourni une clé d’explication de l’approfondissement de la crise en Europe. Son service d’étude a affirmé que chaque euro de réduction de dépenses publiques entraînait une réduction du Produit Intérieur Brut (PIB) comprise entre 0,9 et 1,7 euro. Wolfgang Münchau, éditorialiste au Financial Times, en déduit qu’en ces temps de crise, un ajustement budgétaire de 3% (c’est-à-dire une réduction de dépenses publiques de 3%) produit une réduction du PIB de 4,5% |1|. Dès lors, la politique suivie par les gouvernements européens conduit à une baisse de l’activité économique et empêche de réduire le poids de la dette publique. Comme le dit Wolfgang Münchau, il ne faut pas se méprendre sur la motivation du FMI :« Le FMI ne dit pas que l’austérité est trop forte, injuste, provoque trop de souffrance à court terme ou que les pauvres sont plus touchés que les riches. Il dit simplement que l’austérité risque de ne pas permettre d’atteindre l’objectif de réduction de la dette dans un délai raisonnable |2|. »

De son côté, si Christine Lagarde, Directrice Générale du FMI, a laissé entendre qu’on devrait répartir sur une plus longue période le démarrage de certains efforts d’austérité et qu’on pourrait augmenter certaines dépenses publiques afin de stimuler l’économie, c’est qu’elle est mise sous pression par les pays émergents membres du FMI (notamment les Brics, avec en tête la Chine et le Brésil) qui craignent l’effet boomerang de la baisse des importations européennes et critiquent l’importance de l’engagement financier du FMI en Europe. La directrice du FMI a exprimé ce point de vue à Tokyo, lors de l’assemblée annuelle du FMI et de la Banque Mondiale en octobre 2012. Le document du FMI et les recommandations de Christine Lagarde ont soulevé des réactions de mécontentement de la part des dirigeants européens. Par exemple, à Tokyo, Wolfgang Schaüble, Ministre des Finances du gouvernement Merkel, a publiquement critiqué Christine Lagarde pour son intervention intempestive |3|.

Wolfgang Münchau considère que les réserves exprimées par le FMI sur la profondeur des mesures d’austérité ne modifieront en rien l’attitude des dirigeants européens qui campent sur une ligne dure : « Les gouvernants européens sont paranoïaques quand leur crédibilité est en jeu, et je prévois qu’ils vont maintenir le cap sur l’austérité jusque sa conclusion amère, quand cette politique implosera |4|. »

Les tensions entre le FMI et la Commission Européenne se sont de nouveau exprimées publiquement le 14 novembre 2012. Christine Lagarde a contredit l’optimisme affiché par le Luxembourgeois Jean-Claude Junker, président de l’Eurogroupe, concernant les perspectives de la Grèce. Il semble que le FMI veuille mettre la pression sur la Commission afin de peser davantage dans l’orientation à prendre en Europe. Les pays émergents et les États-Unis interviennent à l’intérieur de FMI afin que leur opinion soit retenue dans la solution de la crise européenne, d’autant qu’on leur demande de mettre la main au portefeuille .

Le FMI revient sur les échecs historiques des politiques brutales d’austérité

Une autre étude du FMI a fait couler beaucoup d’encre, il s’agit d’un chapitre des Perspectives de l’Economie Mondiale publiées juste avant son assemblée annuelle d’octobre 2012. Dans ce chapitre, le FMI étudie 26 épisodes de crise de la dette publique depuis 1875 en prenant comme critère les cas où la dette publique a dépassé 100 % du PIB. Il passe en revue les politiques de sortie de crise qui ont été appliquées. Un des épisodes analysés est celui qui s’est déroulé au Royaume-Uni après la première guerre mondiale |5|. La dette publique britannique atteignait 140% du PIB. Le gouvernement britannique a appliqué une politique radicale d’austérité budgétaire et une politique monétaire très stricte. Le gouvernement dégagea un excédent budgétaire primaire (avant paiement des intérêts) d’environ 7% du PIB pendant toute la décennie 1920 afin de réduire la dette en la remboursant à marche forcée. Mais la dette publique ne diminua pas : en 1930, elle s’élevait à 170 % du PIB et, trois ans plus tard en 1933, elle équivalait à 190 % du PIB.

Martin Wolf, commentateur au Financial Times, affirme que l’objectif réel de la politique du gouvernement britannique « était de briser le mouvement syndical. Ces politiques aboutirent à la grève générale de 1926. Elles suscitèrent une amertume qui perdura pendant plusieurs décennies après la seconde guerre mondiale |6|. »

Cela rappelle tout à fait ce qui est mis en œuvre aujourd’hui en Europe |7|. Wolf explique que les dirigeants européens et le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy veulent faire baisser fortement les salaires en utilisant l’arme du chômage. Il affirme : « Dans le même temps, le PIB réel de l’Espagne se contracte. Les efforts pour resserrer la politique budgétaire auront pour effet de le réduire encore. ». Il poursuit en disant que cette politique inspire aussi le gouvernement italien. Il conclut son éditorial par une affirmation qui peut paraître inhabituelle sous la plume d’une icône d’un des principaux quotidiens financiers de la planète : « L’austérité budgétaire et les efforts pour diminuer les salaires dans les pays subissant un étranglement monétaire pourraient briser les sociétés, les gouvernements, voire les Etats. ». En fait, depuis des mois, Martin Wolf enfonce le clou : l’austérité mène les pays droit dans le mur. Il en prend pour preuve le cuisant échec électoral de Mario Monti en mars 2013 en Italie.

Comme l’écrit Wolfgang Münchau déjà cité, les dirigeants européens vont prolonger et approfondir cette politique.

Pourquoi les dirigeants européens radicalisent-ils les politiques d’austérité ?

Ce serait une erreur de considérer que les dirigeants européens sont devenus aveugles. Leur motivation n’est ni le retour à la croissance économique, ni la réduction des asymétries au sein de la zone euro et de l’UE afin d’en faire un ensemble plus cohérent où serait de retour la prospérité. Le patronat qui guide les actes des gouvernements veut avancer dans la plus grande offensive à l’échelle européenne contre les droits économiques et sociaux conquis après la seconde guerre mondiale. De ce point de vue, les politiques menées ces dernières années sont des réussites. Avec les politiques d’austérité qui augmentent le chômage, ils réussissent à accroître toujours plus la précarisation des travailleurs, à diminuer radicalement leur capacité de résistance et de lutte, à réduire les salaires et les différentes indemnités sociales tout en maintenant les énormes disparités entre les travailleurs dans l’UE afin d’augmenter la compétition entre eux.

Un des objectifs poursuivis par les dirigeants européens est d’améliorer la capacité des entreprises européennes à conquérir des parts de marché face à leurs concurrents ailleurs dans le monde. Pour ce faire, il faut réduire radicalement le coût du travail, pour reprendre leur expression. Cela implique d’infliger une défaite majeure aux travailleurs d’Europe. D’autres objectifs sont poursuivis : pousser plus loin l’offensive contre les services publics, éviter autant que faire se peut de nouveaux krach bancaires, renforcer le pouvoir des exécutifs (Commission européenne, gouvernements nationaux) face aux pouvoirs législatifs, renforcer les contraintes imposées par les traités de manière à couler dans le bronze les politiques favorables au Capital…

Le coût politico-électoral peut être élevé, mais globalement les grandes familles politiques traditionnelles qui dominent la scène européenne font le pari que si elles perdent les élections, elles reviendront au pouvoir aux élections suivantes. De toute façon, passer dans l’opposition n’implique pas de perdre toute une série de positions acquises dans l’appareil d’Etat central, dans les institutions européennes, sans oublier les pouvoirs locaux (grandes villes, gouvernement des régions).

Ce qui complique un peu le projet des dirigeants européens, c’est la décision de l’administration Obama d’approfondir radicalement les politiques d’austérité qu’elle avait menées dans la foulée de l’administration Bush. Les coupes budgétaires dans les dépenses publiques et sociales en particulier vont s’accroître aux États-Unis. Cela n’aidera pas les entreprises européennes à gagner des parts de marché. Seul le Japon semble vouloir adopter une timide politique de relance, ce qui reste à confirmer.

Conclusion : À l’aune des objectifs décrits plus haut, la convergence est totale entre le FMI et les dirigeants européens. D’ailleurs, depuis décembre 2012, moment où l’administration Obama a annoncé qu’elle allait radicaliser les politiques d’austérité aux États-Unis, on n’a plus entendu de déclarations critiques de la part de Christine Lagarde ou d’autres dirigeants du FMI à l’égard de la politique menée en Europe.

Il ne faut donc pas se méprendre sur le sens des déclarations du FMI : s’il a pris un peu de distance par rapport aux dirigeants européens, ce n’est pas pour les convaincre d’abandonner les politiques structurelles favorables aux privatisations et à l’approfondissement de l’offensive contre les conquêtes sociales de l’après seconde guerre mondiale. Il souhaite gagner du poids dans les décisions et il donne de la voix. On verra dans les mois qui viennent s’il continuera à affirmer qu’il convient de ralentir un peu le rythme auquel les dirigeants européens veulent se rapprocher de l’équilibre budgétaire. Si les travaux de certains services de recherche du FMI contiennent des arguments qui vont plus ou moins clairement à l’encontre des politiques dominantes, l’action globale du FMI n’a pas changé d’un iota. C’est cette action qu’il faut combattre de toutes nos forces.

Eric TOUSSAINT

http://cadtm.org/Meme-le-FMI-le-dit

|1| Wolfgang Münchau, “Heed the siren voices to end fixation with austerity”, Financial Times, 15 octobre 2012.
http://www.ft.com/cms/s/0/07f74932-13bb-11e2-9ac6-00144feabd…

|2| “The IMF does not say that austerity is too hard, too unfair, causes too much pain in the short term or hits the poor more than the rich. It says simply that austerity may not achieve its goal of reducing debt within a reasonable amount of time.”

|3| Financial Times, « German minister rebukes IMF head. Schaüble criticises Lagarde call to ease up on austerity », 12 octobre 2012.

|4| Article déjà cité de Wolfgang Münchau, “Heed the siren voices to end fixation with austerity”, Financial Times, 15 octobre 2012. “European policy makers are paranoid about their credibility, and I expect them to hold on to austerity until the bitter end, when the policy implodes”.

|5| Martin Wolf, « Ce que nous enseigne l’histoire de la dette publique », Le Monde, 15.10.2012,http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/10/15/ce-que-nou…

|6| Martin Wolf, « Ce que nous enseigne l’histoire de la dette publique », Le Monde, 15.10.2012,http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/10/15/ce-que-nou…

|7| Voir Éric Toussaint, « La plus grande offensive contre les droits sociaux menée depuis la seconde guerre mondiale à l’échelle européenne », 3e partie de la série « Banques – Peuples : les dessous d’un match truqué ! », publié le 23 décembre 2012, http://cadtm.org/La-plus-grande-offensive-contre–

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 27 mars, 2013 |Pas de commentaires »

LE COURAGE…AYEZ TOUJOURS LE COURAGE DE DIRE CE QUE VOUS PENSEZ.

Le courage…

LE COURAGE...AYEZ TOUJOURS LE COURAGE DE DIRE CE QUE VOUS PENSEZ. dans REFLEXIONS PERSONNELLES le-courage

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 21 mars, 2013 |Pas de commentaires »

LA POLITIQUE IMPERIALE D’AGRESSION PERMANENTE ET L’IRRESISTIBLE RETOUR DU REFOULE (Mohamed BOUHAMIDI / http://www.reporters.dz/index.php?option=com_content&vie)

La politique impériale d’agression permanente

et l’irrésistible retour du refoulé

LA POLITIQUE IMPERIALE D'AGRESSION PERMANENTE ET L'IRRESISTIBLE RETOUR DU REFOULE (Mohamed BOUHAMIDI / http://www.reporters.dz/index.php?option=com_content&vie) dans REFLEXIONS PERSONNELLES noirs

arton19589-425d7 ARMES CHIMIQUES dans REFLEXIONS PERSONNELLES
Mohamed BOUHAMIDI

En principe, l’ordre capitaliste, plus que tous les autres qui l’ont précédé ou qui le côtoient depuis le XVIe siècle, révèle les liens étroits entre la politique et les intérêts économiques et sociaux de groupes et de forces représentés par les Etats et les partis.

A première vue, selon ce que nous avons de la bouche même des acteurs et de l’examen de l’histoire la plus récente, celle du siècle passé, la grande masse des citoyens du monde devrait être blindée et imperméable à la propagande impérialiste qui a fait passer cinq siècles d’esclavage colonial, de pillage et d’extermination pour une mission civilisatrice. Sur chaque piste d’une matière première – bois, cacao, caoutchouc, or, diamants, charbon, phosphate, fer, cuivre, pétrole, coton – nous retrouvons les lieux des guerres de conquête et de spoliation, les lieux des chantiers exténuants, les routes des migrations forcées vers les guerres des pays colonialistes ou vers leurs plantations et grands travaux, etc.

Pourtant cette géographie des guerres et des conquêtes, cette expérience de la domination encore si proche semblent inopérantes sur la conscience des enjeux. Bien sûr, des dizaines d’articles ont prévenu que les guerres d’agression actuelles visent à s’assurer des matières premières –essentiellement gaz et pétrole -, du contrôle de leur transport et de leur restriction pour certains clients, pour ne pas dire d’un seul client : la Chine. Cet oubli des faits historiques, de la réalité vécue la plus proche, permet aux criminels de répéter leurs crimes en se drapant dans les toges de la vertu.

Trois millions de morts au Viêt-Nam, des centaines de milliers en Irak, dont près de 600 000 enfants, l’usage unique et inutile de la bombe atomique sur les villes japonaises, l’usage unique des armes chimiques – l’agent orange – au Viêt-Nam, la préparation de coups d’Etat hautement meurtriers comme en Indonésie et au Chili, sans compter la longue suprématie de l’USAID et de la CIA (et aujourd’hui de la NED) pour le compte d’United-Fruits, I.T.T., et autres multinationales accompagnées de massacres de syndicalistes, de nonnes, de prêtres ne suffisent pas à ancrer le doute sur les intentions réelles des interventions états-uniennes. Pire, quand des articles et des militants attirent l’attention sur les vrais buts des guerres d’agression sur la Libye, la Syrie, la Serbie, etc., on sort l’arme imparable de l’accusation de « complotistes », en dépit de la liste interminable des provocations de l’incendie du Reichstag à l’incident du Golfe du Tonkin, sans oublier le capitaine Boutin qui a longuement préparé le débarquement de 1830 avant que le coup d’éventail lui serve de prétexte.

Bref, l’expérience historique et ses effets sur la conscience semblent s’évanouir avec la fin du vécu politique. Il nous est alors extrêmement difficile d’extraire le sens des événements pour la grande masse des citoyens. L’une des raisons est tout de même toute simple : «  Les idées dominantes d’une époque sont les idées de la classe dominante » (Marx) et l’Empire, comme le nomme Chavez, domine sans partage depuis 1988. Pourquoi sont-elles dominantes ? La classe dominante – l’Empire dans notre cas – concentre, voire monopolise les moyens de production, de diffusion, d’« authentification » des idées et possède la maîtrise des cercles, organisations et réseaux capables de bien les fabriquer et les rendre plus qu’attrayantes.

Il a réussi, en outre, à briser toutes les structures de la mémoire populaire : partis, syndicats, clubs et associations, soit en les vidant de leurs attaches avec le passé, soit en leur substituant des ONG chargées de casser la représentation sociale en usurpant « une représentation morale » validée non par les différentes catégories sociales, mais par les médias qui appartiennent à qui vous savez. Derrière cette notion de « société civile » qui n’a rien à voir avec le concept en travail chez Hegel et Marx, c’est la mort de la société tout court par la main de ces imposteurs habiles dans le captage des subventions impérialistes. La position dominante de l’impérialisme, les moyens considérables qu’il emploie à désamorcer la mémoire historique, ses capacités à imposer les mots pour distordre les choses n’arrivent pas pourtant à refouler la crise du capitalisme qui remonte partout en termes de chômage, de désindustrialisation, de recul social, d’endettement suicidaire des Etats. La propagande réussira-t-elle à leurrer les peuples des pays impérialistes sur la réalité de la crise énorme qui les frappe comme elle a réussi à les leurrer sur les ingérences – guerrières ou pas – dans notre Tiers-Monde ?

Mohamed BOUHAMIDI

http://www.reporters.dz/index.php?option=com_content&vie…

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 9 mars, 2013 |Pas de commentaires »

INQUIETUDE DE PEKIN APRES LES MENACES NORD-COREENNES (ats)

Inquiétude de Pékin après les menaces

nord-coréennes

INQUIETUDE DE PEKIN APRES LES MENACES NORD-COREENNES (ats) dans REFLEXIONS PERSONNELLES coree

Pékin a appelé vendredi 8 mars 2013 au « calme et à la retenue » après que Pyongyang a menacé de dénoncer l’accord d’armistice mettant fin à la guerre de Corée en 1953 et brandi le spectre d’une « guerre thermonucléaire ».

« La Chine appelle toutes les parties concernées à conserver leur calme, à faire preuve de retenue et à s’abstenir de toute action susceptible d’aggraver les tensions », a déclaré Mme Hua Chunying, porte-parole de la diplomatie chinoise.

Confiant « l’inquiétude » de Pékin face à la détérioration du climat dans la péninsule, Mme Hua a assuré que la résolution 2094 du Conseil de Sécurité de l’ONU, adoptée jeudi 7 mars 2013 à l’unanimité de ses 15 membres (dont la Chine) et prévoyant de nouvelles sanctions contre Pyongyang, était « équilibrée ».

La Chine, principal pays allié de la Corée du Nord dont elle ne souhaite pas l’effondrement du régime, appelle à la reprise des pourparlers à Six (les deux Corée, Russie, Chine, Etats-Unis, Japon) sur le programme nucléaire de Pyongyang, des négociations qui sont au point mort, a également dit Hua Chunying, en reprenant la phraséologie habituelle de Pékin sur la question.

Menaces
Les tensions sont montées d’un cran vendredi 8 mars 2013 dans la péninsule coréenne, Pyongyang rompant les accords de non-agression avec le Sud.

La Corée du Nord a menacé de dénoncer l’accord d’armistice mettant fin à la guerre de Corée en 1953, brandi le spectre d’une « guerre thermonucléaire » et averti les Etats-Unis qu’ils s’exposaient à une « frappe nucléaire préventive ».

(ats / 08.03.2013 11h23)                                                                                                                  

Les sanctions renforceront le programme

nucléaire nord-coréen

La Corée du Nord a déclaré samedi 9 mars 2013 que les nouvelles sanctions décrétées par le Conseil de Sécurité de l’ONU ne feront que renforcer son programme nucléaire et son programme de missiles. Le régime menace de préparer d’autres essais nucléaires.

Le Ministère des Affaires Etrangères nord-coréen, dans un communiqué diffusé par l’agence de presse officielle KCNA, indique que le Nord montrera bientôt au monde comment « la manipulation » américaine exercée auprès du Conseil de Sécurité « a renforcé » le statut permanent de Pyongyang en tant que puissance nucléaire.

Les dernières sanctions de l’ONU, au lieu d »affaiblir les moyens de dissuasion nucléaire de la Corée du Nord augmenteront ses capacités « un millier de fois », poursuit le communiqué. La série de sanctions « concoctées » par l’ONU depuis ces huit dernières années n’ont eu comme résultat en Corée du Nord que « de renforcer ses moyens de dissuasion en qualité et en quantité ».

Téléphone rouge coupé

La Corée du Nord a annoncé vendredi 8 mars 2013 qu’elle abrogeait les accords de non-agression avec la Corée du Sud et qu’elle coupait le téléphone rouge mis en place entre les deux pays. Ces déclarations ont été faites quelques heures après de nouvelles sanctions décrétées par le Conseil de Sécurité de l’ONU contre Pyongyang.

La Corée du Nord, qui revendique son statut de puissance nucléaire, est soupçonnée de détenir plusieurs bombes nucléaires et de procéder à des essais atomiques afin de parvenir à les miniaturiser. Des manoeuvres américano-sud-coréennes à grande échelle, qui devraient débuter la semaine prochaine, alimentent l’inquiétude sur les risques d’un incident frontalier qui pourrait avoir de sérieuses conséquences.

(ats / 09.03.2013 07h52)   

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 8 mars, 2013 |Pas de commentaires »

MESSAGE DE…CHARLIE CHAPLIN…C’EST TELLEMENT ACTUEL ! (lesoufflecestmavie.unblog.fr)

Message de Charlie Chaplin

MESSAGE DE...CHARLIE CHAPLIN...C'EST TELLEMENT ACTUEL ! (lesoufflecestmavie.unblog.fr) dans REFLEXIONS PERSONNELLES critique-le-dictateur-chaplin5

Extrait du film « Le Dictateur » de Charlie Chaplin.
Musique : Adagio pour cordes de Samuel Barber.

« Je suis désolé, mais je ne veux pas être empereur, ce n’est pas mon affaire. Je ne veux ni conquérir, ni diriger personne. Je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible, juifs, chrétiens, païens, blancs et noirs. Nous voudrions tous nous aider si nous le pouvions, les êtres humains sont ainsi faits. Nous voulons donner le bonheur à notre prochain, pas lui donner le malheur. Nous ne voulons pas haïr ni humilier personne. Chacun de nous a sa place et notre terre est bien assez riche, elle peut nourrir tous les êtres humains. Nous pouvons tous avoir une vie belle et libre mais nous l’avons oublié.
L’envie a empoisonné l’esprit des hommes, a barricadé le monde avec la haine, nous a fait sombrer dans la misère et les effusions de sang. Nous avons développé la vitesse pour nous enfermer en nous-mêmes. Les machines qui nous apportent l’abondance nous laissent dans l’insatisfaction. Notre savoir nous a fait devenir cyniques. Nous sommes inhumains à force d’intelligence, nous pensons beaucoup trop et nous ne ressentons pas assez. Nous sommes trop mécanisés et nous manquons d’humanité. Nous sommes trop cultivés et nous manquons de tendresse et de gentillesse. Sans ces qualités humaines, la vie n’est plus que violence et tout est perdu. Les avions, la radio nous ont rapprochés les uns des autres, ces inventions ne trouveront leur vrai sens que dans la bonté de l’être humain, que dans la fraternité, l’amitié et l’unité de tous les hommes. 
En ce moment même, ma voix atteint des millions de gens à travers le monde, des millions d’hommes, de femmes, d’enfants désespérés, victimes d’un système qui torture les faibles et emprisonne des innocents. 

Je dis à tous ceux qui m’entendent : Ne désespérez pas ! Le malheur qui est sur nous n’est que le produit éphémère de l’habilité, de l’amertume de ceux qui ont peur des progrès qu’accomplit l’Humanité. Mais la haine finira par disparaître et les dictateurs mourront, et le pouvoir qu’ils avaient pris aux peuples va retourner aux peuples. Et tant que des hommes mourront pour elle, la liberté ne pourra pas périr. 
Soldats, ne vous donnez pas à ces brutes, à une minorité qui vous méprise et qui fait de vous des esclaves, enrégimente toute votre vie et qui vous dit tout ce qu’il faut faire et ce qu’il faut penser, qui vous dirige, vous manœuvre, se sert de vous comme chair à canons et qui vous traite comme du bétail. 
Ne donnez pas votre vie à ces êtres inhumains, ces hommes-machines avec une machine à la place de la tête et une machine dans le cœur.
Vous n’êtes pas des machines !
Vous n’êtes pas des esclaves !
Vous êtes des hommes, des hommes avec tout l’amour du monde dans le cœur. 
Vous n’avez pas de haine, sinon pour ce qui est inhumain, ce qui n’est pas fait d’amour. 
Soldats ne vous battez pas pour l’esclavage mais pour la liberté. 
Il est écrit dans l’Evangile selon Saint Luc « Le Royaume de Dieu est dans l’être humain », pas dans un seul humain ni dans un groupe humain, mais dans tous les humains, mais en vous, en vous le peuple qui avez le pouvoir : le pouvoir de créer les machines, le pouvoir de créer le bonheur. Vous, le peuple, vous avez le pouvoir : le pouvoir de rendre la vie belle et libre, le pouvoir de faire de cette vie une merveilleuse aventure. 

Alors au nom même de la Démocratie, utilisons ce pouvoir. Il faut tous nous unir, il faut tous nous battre pour un monde nouveau, un monde humain qui donnera à chacun l’occasion de travailler, qui apportera un avenir à la jeunesse et à la vieillesse la sécurité. 
Ces brutes vous ont promis toutes ces choses pour que vous leur donniez le pouvoir : ils mentaient. Ils n’ont pas tenu leurs merveilleuses promesses : jamais ils ne le feront. Les dictateurs s’affranchissent en prenant le pouvoir mais ils font un esclave du peuple. 
Alors, il faut nous battre pour accomplir toutes leurs promesses. Il faut nous battre pour libérer le monde, pour renverser les frontières et les barrières raciales, pour en finir avec l’avidité, avec la haine et l’intolérance. Il faut nous battre pour construire un monde de raison, un monde où la science et le progrès mèneront tous les hommes vers le bonheur. Soldats, au nom de la Démocratie, unissons-nous tous ! »

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 6 mars, 2013 |1 Commentaire »
123456...13

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007