DOCUMENT EXCEPTIONNEL:PENDANT QUE L’URANIUM EST APPAUVRI, C’EST NOS POUMONS QUI S’ENRICHISSENT (Doug WESTERMAN / 2007 / Traduction:Pétrus LOMBART)

Pendant que l’uranium est appauvri,
c’est nos poumons qui s’enrichissent…
(Doug WESTERMAN / Traduction: Pétrus LOMBART)
DOCUMENT EXCEPTIONNEL:PENDANT QUE L'URANIUM EST APPAUVRI, C'EST NOS POUMONS QUI S'ENRICHISSENT (Doug WESTERMAN / 2007 / Traduction:Pétrus LOMBART) dans REFLEXIONS PERSONNELLES
Déchargement d’uranium appauvri sur le site nucléaire
COGEMA / AREVA de BESSINES (France / Haute-Vienne / Janvier 2013)
En 1979, des particules d’uranium appauvri (UA) se sont échappées de l’usine de National Lead Industries près d’Albany dans l’État de New York, qui fabriquait des armes à l’UA pour les militaires. Les particules ont parcouru 42 kilomètres et ont été découvertes dans un filtre de laboratoire par le Dr Leonard Dietz, physicien nucléaire. Cette découverte mena à le fermeture de l’usine en 1980, parce qu’elle libérait chaque mois plus de 0,85 livres (386 grammes) de poussière d’UA dans l’atmosphère, et cela avait entraîné le nettoyage des propriétés contaminées pour un coût de plus de 100 millions de dollars.
Pendant que l'uranium est appauvri, c'est nos poumons qui s'enrichissent...
Imaginez un scénario bien pire. Les terroristes prennent 450 tonnes de poussière mortelle et la dispersent sur les régions peuplées dans tous les USA. Des centaines d’enfants présentent des symptômes. Beaucoup ayant contracté le cancer et la leucémie souffrent d’une mort précoce et douloureuse. Une immense augmentation de malformations congénitales graves est signalée. Les oncologues sont débordés. Les terrains de football, les plages et les parcs, les aires de jeux pour les enfants ne sont plus sûrs. Les gens perdent leur libertés les plus fondamentales, la possibilité d’aller respirer à l’extérieur en toute sécurité. Ça paraît pire que le 9/11 ? Bienvenue en Iraq et en Afghanistan.

Le Dr Jawad Al Ali (55 ans), directeur du Centre d’Oncologie du plus grand hôpital de Bassora en Iraq a déclaré, lors d’une récente conférence (2003) au Japon :

Deux phénomènes étranges que je n’avais jamais vu auparavant se sont produits à Bassora. Le première est le cancer double et triple chez un patient. Par exemple, la leucémie et le cancer de l’estomac. Nous avons eu un patient avec 2 cancers, à l’estomac et au rein. Quelques mois plus tard, le cancer s’est développé dans l’autre rein, il avait trois types de cancer différents. Le second est le cancer se groupant chez les familles. Nous avons ici 58 familles avec plus d’une personne touchées par le cancer. Le Dr Yasin, chirurgien général avait deux oncles, une sœur et un cousin touchées par le cancer. Le Dr Mazen, un autre spécialiste, a six membres de sa famille atteints de cancer. Ma femme a neuf membres de sa famille avec le cancer.

Les enfants sont particulièrement sensibles à l’empoisonnement de l’UA. Ils ont un taux d’absorption beaucoup plus élevé car leur sang sert à construire et à nourrir leurs os et ils ont beaucoup de tissus mous. Le cancer des os et la leucémie sont accusés d’être les maladies qui les touchent le plus, toutefois, le cancer du système lymphatique, qui peut se développer n’importe où sur le corps, et qui a rarement été vu avant l’âge de 12 ans est maintenant commun lui aussi.

Nous avons été accusés de faire de la propagande pour Saddam Hussein avant la guerre. Quand je faisais des exposés, des gens m’accusaient d’être pro-Saddam.

Parfois, j’éprouvais même de la peur à parler. Les gens du régime ont volé mes données en disant qu’elles étaient à eux, et les ont utilisées pour leurs propres programmes. Les Koweïtiens m’ont interdit de pénétrer au Koweït. Nous avons été accusés d’être des partisans de Saddam.

L’arrogance des gens du Pentagone est incroyable

John Hanchette, professeur de journalisme à l’Université Saint Bonaventure, est l’un des fondateurs éditeurs de USA Today apparentés aux disciples de la chercheuse sur l’UA Leuren Moret. Il a déclaré qu’il avait préparé la révélation de nouvelles informations au sujet des effets de l’UA sur les soldats de la Guerre du Golfe et les irakiens, mais que chaque fois qu’il était prêt à publier, il recevait un appel téléphonique du Pentagone lui demandant de ne pas imprimer l’information. Il a depuis été remplacé en tant que rédacteur en chef de USA Today.

Dr Keith Baverstock, chef experts en radioprotection et en santé de World Health Organization pendant 11 ans, et auteur d’une étude non publiée, a fair ressortir que son rapport « Sur les risques de cancer pour les civils en Iraq en respirant les poussières d’uranium contaminées » a été aussi délibérément supprimé.

Les informations publiées par le Ministère de la Défense US ne sont pas fiables, selon certaines sources au sein même de l’armée.

En 1997, alors qu’il citait des expériences faites par d’autres dans lesquelles 84% des chiens exposés à inhalation d’uranium mouraient de cancer du poumon, le Dr Asaf Durakovic, alors professeur de radiologie et de médecine nucléaire à l’Université de Georgetown à Washington, a été cité disant, « L’administration des anciens combattants m’a demandé de mentir sur le risque d’intégrer de l’uranium appauvri dans le corps humain. »

À cette époque, le Dr Durakovic était colonel de l’US Army. Il a depuis quitté l’armée, pour fonder l’Uranium Medical Research Center, une organisation financée par des fonds privés dont le siège est au Canada.

Stuart Grainger caporal de 23 ans de la division de l’armée du 34ème Platoon, (les noms et les numéros ont été modifiés) a été diagnostiqué avec le cancer après son retour d’Iraq. Sept autres hommes du peloton ont aussi des tumeurs malignes.

Les « bombes sales » du Pentagone

Doug Rokke, un entrepreneur sous contrat de l’US Army qui a dirigé un nettoyage d’uranium appauvri après la première Guerre du Golfe, a déclaré :

L’uranium appauvri est un crime l’humanité.

La propre équipe de Rokke, une centaine d’employés, a été terrassée par l’exposition à la fine poussière. Il a déclaré: « Lorsque nous sommes allés dans la région du Golfe, nous étions vraiment tous en bonne santé. » Après avoir effectué les opérations de nettoyage dans le désert (par erreur, sans équipement de protection), 30 membres de son personnel sont morts, et la plupart des autres, dont Rokke lui-même, ont attrapé de graves problèmes de santé. Rokke a maintenant une maladie réactive des voies respiratoires, des dommages neurologiques, des cataractes, et des problèmes rénaux.

Nous avons alerté le Ministère de la Défense (DoD) en 1991 après la Guerre du Golfe. Leur arrogance est au-delà de la compréhension. Pourtant, le DoD maintient toujours que les ingestions d’UA de ce genre « ne sont pas suffisantes pour rendre les troupes sérieusement malades dans la plupart des cas. »

Pourquoi alors rendent-elles l’équipe de nettoyage sérieusement malade ou en phase terminale dans presque tous les cas ?

Des particules d’un dixième de micron sont dispersées dans

l’atmosphère

Il a demandé à Marion Falk, le physicien chimiste retraité qui a construit des bombes nucléaires pendant plus de 20 ans au Lawrence Livermore Lab, s’il pensait que les armes à l’UA opèrent de la même manière que les bombes sales.

C’est exactement ce qu’elles sont. Elles correspondent à la description d’une bombe sale dans tous les sens du terme.

Selon Falk, plus de 30% de l’UA tiré par les canons des chars US est réduit à l’impact en particules d’un dixième de micron. « Plus l’explosion est grande, plus est grande la quantité d’UA dispersée dans l’atmosphère, » a dit Falk. Avec les plus grands missiles et bombes, presque 100% de l’UA est réduit en particules de poussière radioactive de la taille du micron ou plus petites, a-t-il dit.

Les bombes à l’UA sont des armes parfaites pour tuer beaucoup

de gens

Lorsqu’on lui a demandé si le principal objectif de l’utilisation de l’UA était de détruire les choses et de tuer les gens, Falk a été plus précis :

Je dirais que c’est l’arme parfaite pour tuer beaucoup de gens.

Quand une balle ou une bombe à l’UA frappe une cible dure, la majeure partie de son énergie cinétique est transformée en chaleur suffisante pour enflammer l’UA [1]. De 40% à 70% de l’UA est converti en particules de poussière extrêmement fines de céramique d’oxyde d’uranium (essentiellement du dioxyde, mais d’autres formulations se produisent aussi). Plus de 60% de ces particules ont un diamètre inférieur à 5 microns, à peu près la même taille que les particules des cendres de cigarettes dans la fumée, et donc respirables.

Les conditions sont tellement chaotiques en Irak que l’infrastructure médicale a été fortement compromise. En termes de cancers et de malformations congénitales dues à l’UA, seule une petite fraction des cas est signalée.

Les anomalies congénitales sont désormais banales

Les médecins dans le sud de l’Iraq comparent les anomalies de naissance à celles qui ont suivi les bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki pendant la Deuxième Guerre Mondiale. Ils ont de nombreuses photos d’enfants nés sans cerveau, avec les organes internes à l’extérieur du corps, sans organes sexuels, sans colonne vertébrale, et la liste des déformations continue à monter. Ces malformations de naissance, extrêmement rares en Irak avant l’utilisation à grande échelle des armes à l’UA, sont aujourd’hui banales. Dans les hôpitaux à travers l’Irak, les mamans ne demandent plus : « Docteur, c’est un garçon ou une fille? » Mais plutôt, « Docteur, est-il normal ? » Les photos sont horribles.

On peut les voir sur ce site internet :

http://www.xs4all.nl/~stgvisie/VISIE/extremedeformities.html

Ross B.Mirkarimi, un porte-parole de Arms Control Research Center, a déclaré:

« On a demandé aux enfants à naître de la région de payer le prix le plus fort, l’intégrité de leur ADN. »

Avant sa mort par leucémie en septembre 2004, Nuha Al Radi, artiste irakien accompli et auteur des « Chroniques de Bagdad » a écrit :

« Tout le monde semble être en train de mourir du cancer. Chaque jour, on entend qu’une autre connaissance ou l’ami d’un ami est en train de mourir. Combien d’autres meurent dans les hôpitaux sans qu’on le sache ? Apparemment, plus de trente pour cent des irakiens ont le cancer, et il y a beaucoup d’enfants avec la leucémie.

L’uranium appauvri laissé par la campagne de bombardements US a transformé l’Irak en pays infesté de cancer. Pendant les centaines d’années à venir, les effets de l’uranium continueront à faire des ravages sur l’Irak et ses environs ».

Cet extrait de son journal a été écrit en 1993, après la première Guerre du Golfe (environ 300 tonnes d’UA, pour la plupart dans les zones désertiques) mais avant l’Operation Iraqi Freedom, (1.700 tonnes estimées beaucoup plus près des grands centres de population). C’est donc cinq à six fois pire maintenant que ce l’était quand il écrivait son journal !

Plus de 450 tonnes de poussière d’UA dispersées dans tout l’Iraq

Selon les estimations, le pourcentage d’UA, vaporisé en fines poussières d’oxyde d’uranium, est d’environ 30 à 40%. Cela équivaut à plus de 450 tonnes de poussière dispersées dans tout l’Iraq.

En tant que conseiller spécial de l’Organisation Mondiale de la Santé, de l’ONU, et du Ministère de la Santé Irakien, le Dr Ahmad Hardan a documenté les effets de l’UA en Iraq entre 1991 et 2002:

« Les forces US admettent avoir utilisé plus de 300 tonnes d’armes à l’UA en 1991. Le chiffre réel est plus proche de 800. Cela a provoqué une crise sanitaire qui a affecté près d’un tiers de million de gens. Comme si cela ne suffisait pas, les USA en ont utilisé 200 tonnes de plus seulement à Bagdad au cours de la récente invasion.

Je ne sais pas dans les autres parties de l’Iraq, il me faudra des années pour les documenter.

À Bassora, il nous a fallu deux ans pour obtenir des preuves concluantes de ce que produit l’UA, mais nous savons maintenant ce qu’il faut chercher et les résultats sont terrifiants.

Les effets de loin les plus dévastateurs affecteront les enfants à naître. Rien ne peut préparer quelqu’un à la vue des centaines de fœtus conservés, aux apparences à peine humaines. L’Iraq est maintenant en train de voir des bébés avec des membres terriblement réduits, avec leurs intestins à l’extérieur du corps, avec d’énormes tumeurs renflées à la place des yeux, ou avec un seul œil, comme des cyclopes, ou sans yeux ou sans membres, et même sans tête. De manière significative, certains de ces défauts sont pratiquement inconnus en dehors des manuels montrant les bébés nés près des sites d’essais des bombes A dans le Pacifique ».

Les USA empêchent les échanges scientifiques

Le Dr Hardan a aussi déclaré :

« J’ai pris des dispositions pour qu’une délégation de l’Hôpital d’Hiroshima du Japon vienne partager leur connaissances des maladies dues aux radiations que nous sommes susceptibles de rencontrer au fil du temps. La délégation m’a dit que les USA avaient décidé de ne pas venir. De même, un célèbre spécialiste du cancer allemand qui avait accepté de venir a seulement dit plus tard qu’il n’avait pas eu la permission d’entrer Iraq.

Non seulement nous sommes en train d’empoisonner les irakiens et les afghans, mais nous faisons des efforts concertés pour empêcher d’entrer les spécialistes des autres pays qui peuvent les aider. Les militaires US ne veulent pas que le reste du monde découvre ce que nous avons fait ».

Le développement relativement rapide des cancers a été rapporté par les médecins des hôpitaux civils suite au bombardement avec de l’UA de la Yougoslavie par l’OTAN en 1998-1999, et à l’invasion de l’Irak par les militaires US utilisant de l’UA pour la première fois en 1991. Les experts médicaux rapportent que ce phénomène de multiples tumeurs malignes sans rapport de causes, qui était inconnu jusqu’à présent, est un nouveau syndrome associé à l’irradiation de l’UA de l’intérieur du corps.

À peine 467 étasuniens ont été blessés dans les trois semaines de la Guerre du Golfe Persique en 1990-1991. Sur les 580.400 soldats ayant servi dans cette guerre, 11.000 sont morts, et en 2000 ils étaient 325.000 en invalidité médicale permanente. Ce nombre effarant d’anciens combattants handicapés signifie que 56% des soldats ayant servi dans la première Guerre du Golfe ont maintenant, une décennie plus tard, des problèmes médicaux.

Le Tribunal de Tokyo, guidé par les principes du Droit Pénal

International et du Droit Humanitaire International, a jugé

Bush coupable de crimes de guerre

Bien qu’il n’ait pas été signalé dans la grande presse US, récemment un Tribunal à Tokyo, guidé par les principes du Droit Pénal International et du Droit Humanitaire International, a constaté que le président George W. Bush était coupable de crimes de guerre. Le 14 mars 2004, Nao Shimoyachi rapportait, dans The Japan Times, que le président Bush avait été reconnu coupable « pour attaque de civils avec des armes non discriminantes et d’autres armes, » et le « Tribunal a aussi émis des recommandations pour interdire les obus de l’uranium appauvri et les autres armes qui nuisent aux gens indistinctement. » Bien que c’était un « Tribunal de Citoyens » n’ayant aucune autorité légale, les participants ont décidé sincèrement que les Lois Internationales ont été violées et que la condamnation pour crimes de guerre était justifiée.

Les troupes impliquées dans le combat réel ne sont pas les seules à signaler des symptômes. La 442ème compagnie de Police Militaire de l’Armée de la Garde Nationale de New York, servant en Iraq, a plusieurs membres qui disent lutter contre des malaises physiques persistants qui ont commencé l’été dernier à Samawa en Iraq.

Je suis tombé malade immédiatement en juin, a déclaré le sergent-chef. Ray Ramos, un flic habitant à Brooklyn. Ma santé va périclitant avec des maux de tête tous les jours, les mains constamment engourdies et des éruptions cutanées sur l’estomac.

Uranium Medical Research Center :

Les échantillons d’air, de sol et d’eau contenaient des

centaines de milliers de fois le niveau normal de radiation

Le Dr Asaf Durakovic, fondateur de l’Uranium Medical Research Center (UMRC), et expert en médecine nucléaire, qui a examiné et testé neuf soldats de la compagnie, affirme que quatre ont presque certainement inhalé des poussières radioactives des explosions des obus US fabriqués avec de l’uranium appauvri. Les tests du laboratoire ont révélé des traces de deux formules d’uranium artificiel dans les échantillons d’urine provenant de quatre soldats.

Si tel est le cas, les hommes — le sergent Hector Vega, le sergent Ray Ramos, le sergent Agustin Matos et le caporal Anthony Yonnone – sont les premiers cas confirmés d’irradiation par l’uranium appauvri inhalé dans le conflit actuel en Irak.

La 442ème, composée en majorité de policiers, de pompiers et d’agents de correction de New York, est basée à Orangeburg dans le Compté de Rockland. Dépêchés en Iraq à Pâques 2003, les membres de l’unité ont fournit la garde pour les convois, le fonctionnement des prisons et la formation de la police irakiennes. La compagnie entière doit rentrer chez elle plus tard ce mois-ci.

« Ce sont des résultats étonnants, d’autant plus que ces soldats étaient membres de la police militaire et n’étaient pas exposés au feu de la bataille, » a déclaré le Dr Duracovic Asaf, qui a examiné les GI et effectué les tests.

Dans un groupe de huit militaires de la coalition menée par les USA, dont les bébés sont nés sans yeux, sept sont connus pour avoir été exposés directement à la poussière d’UA. Dans un groupe (250 soldats) exposé durant la première Guerre du Golfe, 67% des enfants conçus après la guerre, avaient des malformations à la naissance.

L’équipe de recherche du Dr Durakovic de l’UMRC a aussi effectué une visite de trois semaines sur le terrain en Iraq en octobre 2003. Elle a recueilli environ 100 échantillons de substances comme de la terre, de l’urine de civils et des tissus de cadavres de soldats irakiens dans 10 villes, dont Bagdad, Bassora et Najaf. Durakovic a dit que les tests préliminaires montraient que les échantillons d’air, de terre et d’eau contenaient « des centaines de milliers de fois » le niveau de radiation naturel. Durakovic a déclaré à The Japan Times :

« Il y a ce haut niveau de contamination parce que beaucoup plus d’uranium appauvri a été utilisé cette année qu’en 1991 (première Guerre du Golfe) ».

Ils entravent les efforts visant à prouver le lien entre l’uranium

appauvri et la maladie

Ils ne veulent pas admettre qu’ils commettent des crimes de guerre en utilisant des armes qui tuent sans discernement et qui sont interdites par le Droit International.

(Note sur le Dr Durakovic : Tout d’abord, il lui a été instamment demandé de mettre fin à ses travaux, il a été viré de sa fonction, puis sa maison a été saccagée et il a aussi déclaré avoir reçu des menaces de mort. Evidemment, le DoD est très désireux de censurer les dénonciateurs de l’UA !)

Distinction diagnostique entre uranium naturel et UA par la

technique de TIMS

Le Dr Durakovic avec Patricia Horan et Leonard Dietz, ses associés de recherche à l’UMRC, ont publié une unique étude en août 2002, publiée dans le Military Medicine Medical Journal. L’étude est considérée comme la première à examiner l’UA inhalé par les anciens combattants de la Guerre du Golfe en utilisant la technique de spectrométrie de masse de l’ionisation thermique, ce qui leur a permis de différencier facilement l’uranium naturel de l’uranium appauvri. L’étude, qui a examiné des anciens combattants britanniques, canadiens et étasuniens, tous souffrant des affections typiques du Syndrome de la Guerre du Golfe, a constaté que, neuf ans après la guerre, 14 des 27 anciens combattants étudiés avaient de l’UA dans leurs urines. De l’UA a aussi été trouvé dans les poumons et les os d’un ancien combattant de la Guerre du Golfe décédé. Qu’aucune étude gouvernementales n’ait été faite sur l’UA inhalé « équivaut à une énorme faute professionnelle, » a déclaré Dietz dans une interview.

Particules de petite taille et de structure cristalline

Les japonais ont commencé à étudier les effets de l’UA dans le sud de l’Iraq au cours de l’été 2003. Ils avaient un compteur Geiger dont ils voyaient les dépassements d’échelle à de nombreuses occasions. Au cours de leur visite, un hôpital local traitait plus de 600 enfants par jour, parmi lesquels beaucoup souffraient de symptômes d’empoisonnement par les radiations internes. 600 enfants par jour ? Combien de ces enfants auront le cancer et souffriront de mort précoce et douloureuse ?

« L’ingestion de particules d’UA peut provoquer jusqu’à 1.000 fois les dégâts d’une radiographie, » a déclaré Mary Olson, spécialiste des déchets nucléaires et biologiste au Nuclear Information and Resource Service de Washington.

C’est la différence de taille des particules ainsi que leur structure cristalline qui rend la présence de poussière d’UA dans l’environnement aussi extrêmement dangereuse, et qui différencie ses propriétés de celle de la poussière d’uranium naturel omniprésente, à laquelle nous sommes tous exposés chaque jour, dont les particules atteignent rarement une aussi petite taille. Ce point souligne que la comparaison des particules d’UA à celles de l’uranium naturel, beaucoup plus grandes, est trompeuse.

Les militaire US et leurs partisans citent régulièrement une étude de Rand Corp, qui se sert de l’uranium naturel inhalé par les mineurs.

Les particules d’un diamètre inférieur à 10 microns peuvent accéder aux plus profonds recoins des tissus pulmonaires où elle restent logées en permanence. Par ailleurs, si la substance est relativement insoluble, comme la poussière produite par la combustion de l’UA, elle restera en place pendant des décennies, se dissolvant très lentement au cours du temps dans la circulation sanguine et lymphatique. Des études ont identifié de l’UA dans l’urine d’anciens combattants de la Guerre du Golfe neuf ans après le conflit, ce qui atteste de la permanence de la céramique d’oxyde d’UA dans les poumons. Les effets sont donc très différentes de la poussière d’uranium naturel, dont les particules grossières sont presque entièrement éliminées par l’organisme en 24 heures.

Plus de 10 billions de doses de 0,34 milligrammes flottent autour

de l’Iraq et de l’Afghanistan

L’armée est consciente des effets nocifs de l’UA sur le code génétique humain. En 2001, une étude des effets de l’UA sur l’ADN réalisée par la Dr Alexandra C. Miller pour l’Armed Forces Radiobiology Research Institute à Bethesda dans le Maryland, indiquait que l’instabilité chimique de l’UA provoque un million de fois plus de dommages génétiques que l’on en attendrait de son seul effet radioactif.

Les études ont montré que les nano particules inhalées sont beaucoup plus toxiques que les micro particules de même composition chimique. Le toxicologue britannique Vyvyan Howard a signalé que l’augmentation de toxicité des nano particules est due à leur taille.

Par exemple, quand des souris ont été exposées à un virus de la taille des particules du Teflon (0,13 micron) dans une étude à l’Université de Rochester, il n’y a pas eu d’effet néfaste. Mais lorsque les souris ont été exposées à des nano particules de Teflon pendant 15 minutes, presque toutes les souris sont mortes en moins de 4 heures.

Leuren Moret, une autre chercheuse sur l’UA a écrit :

Les voies d’irradiation de l’uranium appauvri peuvent être à travers la peau, par inhalation et par ingestion. Les nano particules ont une grande mobilité et peuvent facilement entrer dans le corps. L’inhalation de nano particules d’uranium appauvri est la plus dangereuse irradiation, car les particules passent directement dans le sang à travers la barrière pulmonaire-sanguine.

Lorsqu’elles sont inhalées par le nez, les nano particules peuvent passer du bulbe olfactif directement dans le cerveau à travers la barrière hématoencéphalique, où elles migrent toutes à travers le cerveau. Beaucoup de soldats exposés à l’uranium appauvri à l’ère du Golfe ont été diagnostiqués avec des tumeurs du cerveau, des lésions cérébrales et la faculté de penser compromise. L’uranium peut interférer avec les mitochondries, qui fournissent l’énergie des processus nerveux, et dans la transmission des signaux nerveux à travers les synapses dans le cerveau.

En se basant sur les données de dissolution et du taux d’excrétion, il est possible d’évaluer approximativement la quantité d’UA initialement inhalée par les anciens combattants. Pour la poignée d’anciens combattants étudiée, la quantité moyenne est 0,34 milligrammes. La connaissance de l’activité spécifique (taux de rayonnement) de l’UA permet de déterminer que la quantité totale des radiations (alpha, bêta et gamma) provenant de l’UA et de ses produits de désintégration radioactifs dans leur corps s’élève à environ 26 émissions radioactives par seconde, soit 800 millions d’émissions par an. À 34 milligrammes la dose, il y en a plus de 10 billions flottant autour de l’Iraq et de l’Afghanistan.

De combien de morts supplémentaires parle-t-on ? Au lendemain de la première Guerre du Golfe, l’Atomic Energy Authority (AEA) britannique a présenté des estimations sur les effets potentiels de la contamination de l’UA laissée par le conflit. Il a calculé qu’ils « pouvaient provoquer potentiellement 500.000 morts. » C’est « un chiffre théorique » avait-il souligné, qui indiquait « un important problème. »

Le calcul de l’AEA a été fait dans une note confidentielle pour la compagnie privatisée de munitions, Royal Ordnance, datée du 30 avril 1991. Le nombre élevé de décès potentiels a été rejeté comme « très loin d’être réaliste » par le Ministre de la Défense Britannique, Lord Gilbert.

« Puisque les salves ont été tirées dans le désert, à plusieurs kilomètres du village le plus proche, il est hautement improbable que la population locale ait été exposée à d’importante quantité d’oxyde respirable, » a-t-il dit. Ces remarques ont été faites avant les dernières invasions d’Afghanistan et d’Irak, où l’uranium appauvri a été utilisé à plus grande échelle à l’intérieur et à proximité de bon nombre des quartiers les plus peuplés. Si la quantité d’UA utilisée dans la première Guerre du Golfe suffisait pour provoquer 500.000 décès potentiels, (si elle avait été utilisée à près des quartiers peuplés), alors qu’est-ce que va donner près de six fois cette quantité utilisée à l’intérieur et à proximité des grandes villes dans l’opération Iraqi Freedom ? En extrapolant l’estimation de l’AEA, cette quantité donne le chiffre potentiel de 3 millions de morts supplémentaires dus à l’inhalation de poussières d’UA en Irak seul, sans inclure l’Afghanistan. Cela représente environ 11% du total des 27 millions de gens de la population irakienne. Dan Bishop, docteur en chimie pour IDUST juge que cette estimation est basse, en considérant la longue durée de vie de la poussière d’UA. Dans certaines régions d’Afghanistan, la concentration est plus grande qu’en Irak.

Les souffrances des anciens combattants

Que peut faire une personne en bonne santé, à part attendre, quand elle a inhalé de la poussière mortelles ? Le capitaine Terry Riordon était membre des Forces Armées Canadiennes qui servaient dans la première Guerre du Golfe. Il est mort en avril 1999 à l’âge de 45 ans. Terry avait quitté le Canada en très bonne forme, un homme qui faisait du ski de fond et courait des marathons. À son retour, seulement deux mois plus tard, il pouvait à peine marcher.

Il est revenu au Canada en février 1991 avec la perte certifiée du contrôle moteur, de la fatigue chronique, des difficultés respiratoires, des douleurs thoraciques, des problèmes de sommeil, la perte de la mémoire à court terme, des douleurs testiculaires, des douleurs des os, de la diarrhée, et une dépression. Après sa mort, la contamination par l’uranium appauvri a été découverte dans ses poumons et ses os. Pendant huit ans, il a subi d’innombrables maux et lutté avec la bureaucratie militaire et le système pour obtenir un diagnostic et un traitement. Il s’était arrangé pour, à sa mort, léguer son corps à l’UMRC. Grâce à son don, l’UMRC a été en mesure d’obtenir la preuve concluante que l’inhalation de fines particules de poussière d’uranium appauvri avait complètement détruit sa santé. Combien de Terry Riordon sont là exposés au milieu des troupes, sans parler des civils irakiens et afghans ?

L’inhalation de poussière ne va pas tuer tout de suite un grand nombre de civils irakiens et afghans, pas plus qu’elle ne l’a fait pour le capitaine Riordan. Ce que nous allons plutôt voir est un grand nombre de gens avec de graves maladies chroniques, ayant une espérance de vie considérablement réduite, avec de multiples formes de cancer.

Melissa Sterry, une autre ancienne combattante malade, a servi six mois à l’approvisionnement de la base du Koweït au cours de l’hiver 1991-92. Une partie de son travail avec la Compagnie d’Équipements de Combat de la Garde Nationale était de nettoyer les chars et les autres véhicules blindés qui avaient servi pendant la guerre, de les préparer pour l’entreposage.

Elle a dit qu’elle avait balayé les véhicules blindés, nettoyé la poussière, le sable et les débris, parfois ordonné d’aider à enterrer des pièces contaminées. Dans un entretien téléphonique, elle a déclaré que, après des recherches sur l’uranium appauvri, elle a choisi de ne pas faire les tests de l’armée, car elle ne pouvait pas faire confiance aux résultats. Il est alarmant de constater que Melissa était stationnée au Koweït, et non pas en Irak. Le nettoyage des tanks avec de la poussière d’UA a suffi à la rendre malade.

L’alliance militaire US-UK : des criminels de guerre

En 2003, le Christian Science Monitor a envoyé des reporters en Irak pour enquêter sur les effets à long terme de l’uranium appauvri. Le rédacteur Scott Peterson a vu des enfants jouant sur un tank incendié près d’un stand de légumes à la périphérie de Bagdad, un tank, qui avait été détruit par des obus à blindage perçant recouverts d’uranium appauvri. Portant son masque et des vêtements de protection, il a pointé son compteur Geiger vers le tank. Il a enregistré 1.000 fois le rayonnement du fond naturel. Si les troupes étaient en mission charitable d’apporter la démocratie en Irak, tenir ces enfants hors de portée de ces dangers ne serait-il pas la priorité ?

Les lois de la guerre interdisent l’utilisation d’armes ayant des effets mortels et inhumains au-delà du champ de bataille. On ne peut pas non plus déployer légalement des armes en temps de guerre quand il est connu qu’elle resteront actives, ou nuiront après que la guerre soit terminée. Il n’est donc pas étonnant que le tribunal japonais ait jugé le président Bush coupable de crimes de guerre.

Le Dr Alim Yacoub de l’Université de Bassora a mené une étude épidémiologique sur l’incidence des cancers chez les enfants de moins de quinze ans, dans la région de Bassora (une région bombardée à l’UA lors de la première Guerre du Golfe). Ils ont constaté 24% d’augmentation au cours de la période de 1990 à 1999. C’était avant la dernière invasion.

Au Kosovo, des pics de cancer et de malformations congénitales semblables ont été remarquées par de nombreux experts internationaux, bien que la quantité d’armes à l’UA utilisée n’était qu’une petite fraction de celle qui a servi en Iraq.

Résultats d’une étude de terrain en Afghanistan

Les statistiques vérifiables pour l’Iraq resteront évasives pendant un certain temps, mais les études de terrain très répandue en Afghanistan montrent l’existence d’un désastre de santé publique à grande échelle. En mai 2002, l’UMRC (Uranium Medical Research Center) a envoyé une équipe sur le terrain pour interroger et examiner les habitants et les gens déplacés en Afghanistan. L’équipe de terrain de l’UMRC a commencé d’abord par identifier plusieurs centaines de gens souffrant de maladies et d’états médicaux montrant les symptômes cliniques considérés propres à l’exposition aux rayonnements. Pour enquêter sur la possibilité que les symptômes sont dus à des maladies de radiations, l’équipe de l’UMRC a recueilli des échantillons d’urine et de terre, pour les transporter dans un laboratoire de recherche indépendant en Angleterre.

L’équipe de terrain de l’UMRC a trouvé des civils afghans avec des symptômes aiguës d’empoisonnement par radiations, avec des symptômes de contamination interne chronique à l’uranium, notamment des problèmes congénitaux chez les nouveau-nés. Les civils locaux ont signalé de grands nuages de poussière dense et des panaches de fumée montant des points d’impacts, une odeur âcre, suivie par la brûlure des fosses nasales, de la gorge et des voies respiratoires supérieures. En tous lieux les sujets présentaient des symptômes au profil et à la chronologie identiques. Les victimes signalaient des symptômes incluant des douleurs dans les vertèbres cervicales, sur le dessus des épaules et dans la zone basale du crâne, en bas du dos/douleurs rénales, de la faiblesse des muscles et des jointures, des difficultés à dormir, des maux de tête, des problèmes de mémoire et de désorientation.

Deux équipes scientifiques supplémentaires ont été envoyées en Afghanistan. La première, arrivée en juin 2002, s’est concentrée sur la région de Jalalabad. La seconde, arrivée quatre mois plus tard, a élargi l’étude pour inclure la capitale Kaboul, qui a une population de près de 3,5 millions de gens. La ville elle-même contient le plus grand nombre d’objectifs relevés, déterminés durant l’Operation Enduring Freedom. Aux fins de l’étude, les alentours de trois grands sites bombardés ont été examinés. Il était prévu que la signature de l’uranium appauvri ou enrichi serait trouvée dans les échantillons d’urine et de terre relevés au cours de l’étude. L’équipe n’était pas prête au choc de ses trouvailles, qui indiquaient à Jalalabad et à Kaboul que l’UA était à l’origine du taux de maladies élevé. Les tests effectués sur un certain nombre de sujets de Jalalabad montraient une concentration de 400% à 2.000% fois supérieure à celui d’une population normale, des montants jamais enregistrés auparavant par des études civiles.

Ceux de Kaboul, qui ont été directement exposés aux bombardements « chirurgicaux » US-britanniques, montraient des signes de contamination extrême, compatibles avec l’irradiation à l’uranium. Il s’agit notamment de douleurs dans les articulations, de douleurs dans le dos/reins, de faiblesse musculaire, de problèmes de mémoire, de désorientation et de confusion. Ceux exposés aux bombardements rapportent des symptômes de maladies du type de la grippe, des saignements, des écoulements du nez et les muqueuses sanguinolentes. Combien de ces gens souffrent d’une mort par cancer, douloureuse et précoce ? L’équipe de l’étude elle-même s’est plainte de symptômes analogues pendant son séjour. La plupart de ces symptômes durent des jours, voire des mois.

En août 2002, l’UMRC achevait l’analyse préliminaire des résultats de Nangarhar. Sans exception, chaque donneur d’échantillon d’urine était positif à la contamination à l’uranium. Les résultats indiquent un niveau de contamination incroyablement élevé ; la concentration étaient 100 à 400 fois plus grande que celles des anciens combattants de la Guerre du Golfe testés en 1999. Un chercheur a signalé, « Nous avons pris deux échantillons de sol et biologiques, et avons constaté la présence d’une radioactivité considérable dans l’urine, la forte concentration nous a étonné. Elle est au-delà de nos plus folles supputations. »

Automne 2002 : 30% des gens interrogés en Afghanistan montrent les symptômes de la maladie des radiations

En automne 2002, l’équipe de terrain de l’UMRC revenait en Afghanistan pour une enquête plus étendue, et révélait une irradiation potentiellement plus grande que prévue initialement. Environ 30% des gens interrogées dans les zones touchées montraient des symptômes de la maladie des radiations. Les nouveaux nés sont parmi ceux affichant les symptômes, avec les anciens des villages signalant que plus de 25% des nourrissons étaient inexplicablement malades.

Quelle est l’importance et l’étendue de l’irradiation ?

Une citation du rapport de terrain de l’UMRC indique :

« L’équipe de terrain de l’UMRC a été choquée par l’ampleur des effets de Santé Publique en relation avec les bombardements. Sans exception, sur chaque site bombardé examiné, les gens sont malades. Une portion importante de la population civile présente des symptômes correspondants à la contamination interne par l’uranium.

En Afghanistan, contrairement à l’Iraq, les résultats de laboratoire de l’UMRC montraient des concentrations d’uranium non appauvri beaucoup plus élevées que chez les victimes de l’UA en Iraq. L’Afghanistan a servi de terrain d’essai pour une nouvelle génération de bombes brise-bunkers contenant de fortes concentrations d’autres alliages d’uranium.

« Une partie importante de la population civile » ? Il semble qu’en allant détruire une poignée de terroristes en Afghanistan, nous ayons empoisonné un grand nombre de civils innocents, dont un nombre disproportionné d’enfants.

L’armée a trouvé de l’uranium appauvri dans l’urine de certains soldats, mais a soutenu qu’il ne suffisait pas à les rendre gravement malades dans la plupart des cas. Les critiques ont demandé des tests plus pointus, plus coûteux.

Italie

Selon un envoi en octobre 2004 de l’Observatoire de Santé Militaire Italien, un total de 109 soldats italiens sont morts jusqu’ici d’irradiation par l’uranium appauvri. Un porte-parole militaire à l’Observatoire de Santé, Domenico Leggiero, a déclare que:

« Le total des victimes dépasse le nombre total de gens morts d’accidents de la route [il parlait certainement des militaires sans considérer les civils, NDT]. Quiconque niant l’importance de ces données est simplement de mauvaise foi, et la vérité est que nos soldats sont en train de disparaître à cause du manque de protection adéquate contre l’uranium appauvri. » Les membres de l’Observatoire ont demandé une audience d’urgence « en vue d’étudier l’efficacité des mesures de sauvegarde et de prévention visant à réduire le nombre de morts parmi nos soldats ». [2]

Il n’y avait que 3.000 soldats italiens envoyés en Iraq, et ils étaient là pour une courte période. 109 représente environ 3,6% du total. Si le même pourcentage d’Irakiens recevait une irradiation similaire, leur nombre s’élèverait à 936.000. Comme les Irakiens vivent en permanence dans le même environnement contaminé, le pourcentage sera plus élevé.

Pentagone et machine à désinformation : Ils mentent et dénigrent

Le Pentagone/DoD a interféré dans la capacité de l’UMRC à publier ses études en dirigeant de manière progressive et persistante un programme de désinformation dans la presse contre lui, et grâce à son contrôle des subventions de recherche en science, à réfuter les résultats scientifiques de l’UMRC et à détruire la réputation de son personnel scientifique, de ses médecins et de ses laboratoires.

L’UMRC est la première organisation indépendante de recherche à trouver de l’uranium appauvri chez les anciens combattants US, anglais et canadiens de la première Guerre du Golfe et a, plus tard, suite à l’opération Iraqi Freedom, trouvé de l’uranium appauvri dans l’eau, les sols et l’atmosphère de l’Iraq, ainsi que dans les échantillons biologiques donnés par les civils irakiens. Pourtant, la première chose remontant des recherches sur Internet sont ces supposés « études montrant à maintes reprises l’UA inoffensif. » La technique est d’aborder l’histoire comme un débat entre le gouvernement et les experts indépendants, dans lequel l’intérêt public est stimulé par la polarisation des questions plutôt que la révélation de la vérité scientifique et médicale. Les questions des gouvernements, des organismes de contrôle de l’ONU (OMS, le PNUE, l’AIEA, CDC, DOE, etc) et du secteur de la défense (militaires, développeurs et fabricants d’armes) sont systématiquement confuses et mal informées.

Le Dr Yuko Fujita, un professeur assistant de l’Université de Keio au Japon, qui a examiné les effets de la radioactivité en Irak de mai à juin 2003, a déclaré:

« Je doute que l’Iraq contrefasse les données, car il existe en fait un grand nombre d’enfants souffrant de leucémie dans les hôpitaux. Après la guerre, la situation en Irak sera désespérée chez certains enfants de cinq à 10 ans. »

Le 14 mars 2004, le Tribunal des Citoyens de Tokyo, qui « a déclaré coupable » le président Bush, a fait le résumé suivant concernant les armes à l’UA (ce Tribunal de Citoyens n’a pas d’autorité légale contraignante) :

1. Leur utilisation a des effets non discriminés.

2. Leur utilisation est hors de proportion avec la poursuite d’objectifs militaires.

3. Leur utilisation a des effets néfastes, durables et graves sur une étendue considérable de l’environnement.

4. Leur utilisation provoque des blessures superflues et des souffrances inutiles.

Il y a deux ans, le président Bush a retiré les États-Unis des signataires de la Cour Pénale Internationale, ratifié par toutes les autres démocraties occidentales. La Maison Blanche vise en fait à immuniser entièrement les chefs de guerre US contre les poursuites pour crimes de guerre. Il a aussi demandé expressément l’immunité des ressortissants étasuniens contre les poursuites de la Cour Criminelle Internationale.

Conclusions

Si des terroristes avaient réussi à propager partout aux USA quelque chose qui provoquera pendant de nombreuses années des centaines de milliers de cancers et des malformations congénitales, ils seraient coupables d’un crime contre l’humanité qui dépasse de loin, en portée et en gravité, les attentats du 11 septembre. Même si ce n’était pas délibéré [3], avec nos campagnes militaires nous avons fait tout cela en Irak et en Afghanistan. Si l’environnement est tellement dangereux et malsain que l’on ne puisse respirer sans danger, alors les signes extérieurs de la démocratie ont peu de sens. Au moins sous Saddam Hussein, les irakiens pouvaient rester en bonne santé et concevoir des enfants normaux. Peu d’étasuniens sont conscients qu’en se débarrassant de Saddam, nous avons laissé à sa place quelque chose de beaucoup plus grave.

Doug WESTERMAN

Current Concerns, le 19 octobre 2007, traduction Pétrus LOMBART

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 6 février, 2013 |3 Commentaires »

FUKUSHIMA: DES DECHARGES SECRETES POUR FAIRE FACE A DES TAS DE DECHETS RADIOACTIFS (ajw.asahi.com)

Fukushima:

FUKUSHIMA: DES DECHARGES SECRETES POUR FAIRE FACE A DES TAS DE DECHETS RADIOACTIFS (ajw.asahi.com) dans REFLEXIONS PERSONNELLES fuku2

Des décharges secrètes pour faire face à des tas

de déchets radioactifs

Toujours d’actualité bientôt deux ans après la catastrophe selon nos informations … il nous a été signalé que le lien n’était plus actif voici donc le lien vers l’article original de l’époque Août 2011 de l’ Ashahi

AJ201108055292

Une main-d’oeuvre liée aux yakuzas

Le fait n’est pas nouveau : le recours aux yakuzas pour travailler dans les centrales remonterait aux années 1990. Ces derniers mois, ceux-ci se seraient distingués en ayant effectué la tâche quasi suicidaire de nettoyer le noyau dur de la centrale endommagée, s’exposant ainsi à des taux de radiation très élevés.

Non pas qu’ils aient eu le choix : la plupart des « travailleurs » déployés sur le site et affiliés aux yakuzas seraient criblés de dettes et forcés pour les rembourser d’effectuer tout travail qui leur est imposé. Une main-d’oeuvre docile, qui permet aux clans de s’imposer comme sous-traitants de choix auprès de TEPCO.

Mais les « services » ne se limiteraient pas à la sous-traitance du personnel : la corruption des clans et de politiciens aurait favorisé l’obtention de permis de construire, et certains clans, notamment le Matsuba-Kai – l’une des dix organisations criminelles les plus influentes au Japon, auraient été en charge de la gestion des déchets pour TEPCO.

Shimbun  http://ajw.asahi.com/article/0311disaster/fukushima/AJ201108055290

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 26 janvier, 2013 |Pas de commentaires »

JAPON: LA PLUS GRANDE CENTRALE NUCLEAIRE SOUS LA MENACE DE FAILLES

Japon:

JAPON: LA PLUS GRANDE CENTRALE NUCLEAIRE SOUS LA MENACE DE FAILLES dans REFLEXIONS PERSONNELLES centrale

La plus grande centrale nucléaire sous la

menace de failles

TOKYO – La plus grande centrale nucléaire du Japon pourrait être en tout ou partie condamnée à la fermeture à cause de la présence de failles à proximité qui risquent d’être considérées comme actives en application de nouvelles normes de sûreté, a-t-on appris vendredi.

Le complexe atomique de Kashiwazaki-Kariwa, qui compte sept réacteurs, est actuellement à l’arrêt à la suite du séisme de Niigata en 2007 et du fait des nouvelles mesures de précaution prises après l’accident de Fukushima provoqué par un séisme et un tsunami le 11 mars 2011.

Toutes les centrales du Japon sont en ce moment stoppées, à l’exception de celle d’Ohi (ou Oi, ouest) dont deux unités sur quatre sont en marche.

Mais Kashiwazaki-Kariwa, exploitée par Tokyo Electric Power (TEPCO) à l’instar du site de Fukushima, est partiellement construite au-dessus de failles géologiques.

L’opérateur les considère comme inactives, cependant la nouvelle Autorité de Sûreté Nucléaire, établie en septembre 2012, pourrait requalifier du fait d’un durcissement des normes actuellement à l’étude.

L’autorité envisage en effet de définir comme active une faille qui a bougé dans les 400.000 dernières années, au lieu des 120.000 à 130.000 ans en vertu des règles actuelles, a expliqué un responsable à l’AFP.

Les nouvelles lignes directrices seront mises en vigueur en juillet 2013, puis nous allons réévaluer sur cette base la sûreté de chacune des installations nucléaires du Japon, a-t-il indiqué, précisant qu’aucune décision ne serait prise tant que les nouvelles règles ne seront pas appliquées.

Au moins deux failles aujourd’hui considérées comme inactives sont susceptibles de basculer dans la catégorie active, ce qui pourrait rendre inexploitables les réacteurs situés au-dessus, selon les enquêtes du quotidien Yomiuri Shimbun et d’autres médias.

Un porte-parole de TEPCO a confié que la compagnie allait effectuer de nouvelles études géologiques dans le sous-sol de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa pour en préciser la nature.

Kashiwazaki-Kariwa n’est pas, tant s’en faut, la seule installation nucléaire nippone soupçonnée d’être construite sur un terrain à hauts risques à cause de failles géologiques.

Cinq autres centrales font actuellement l’objet d’enquêtes de terrain poussées qui pourraient déboucher sur des interdictions de redémarrage, de même que le surrégénérateur expérimental de Monju.

Le gouvernement plaide pour la remise en services des centrales, par souci d’approvisionnement en électricité, mais uniquement dans le cas de réacteurs jugés sûrs par l’autorité statutairement indépendante.

(©AFP / 25 janvier 2013 13h41)

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 26 janvier, 2013 |Pas de commentaires »

JAPON: L’AUTORITE NUCLEAIRE VA NOTABLEMENT DURCIR LES NORMES DE SECURITE

Japon:

JAPON: L'AUTORITE NUCLEAIRE VA NOTABLEMENT DURCIR LES NORMES DE SECURITE dans REFLEXIONS PERSONNELLES telechargement4

L’Autorité nucléaire va notablement

durcir les normes de sécurité

TOKYO – La nouvelle autorité japonaise de régulation du secteur nucléaire prépare un durcissement des normes de sécurité pour les centrales, ce qui risque de contraindre les compagnies à d’importants travaux d’infrastructures pour pouvoir relancer les réacteurs actuellement stoppés.

Tirant les leçons du désastre de Fukushima survenu à la suite du séisme et du tsunami du 11 mars 2011 dans le nord-est du Japon, l’instance de contrôle, désormais indépendante vis-à-vis du Ministère de l’Industrie, devrait exiger d’importantes modifications dans les centrales atomiques du pays qui compte un parc de 50 réacteurs dont 48 stoppés.

Selon la presse, elle devrait notamment demander l’installation de nouveaux équipements de refroidissement de secours à distance des réacteurs, la présence de murs de protection plus élevés face aux tsunamis, et diverses autres améliorations.

Le tout viserait à éviter une redite du sinistre de Fukushima qui a pollué une vaste région pour des décennies et conduit 160.000 personnes à quitter leur domicile dans les environs.

Les nouveaux critères devraient être débattus dès vendredi 11 janvier 2013 puis être rendus publics à la fin du mois avant un appel à commentaires et une décision définitive dans le courant de l’été, précise le quotidien Nikkei.

Les compagnies d’électricité attendent et appréhendent les exigences de l’Autorité de régulation sans le feu vert de laquelle aucun des réacteurs arrêtés ne peut redémarrer.

Seulement deux unités (à Ohi, ouest) sont actuellement en service sur un total de 50, ayant reçu en juin dernier le droit d’être réactivées, avant que ne soit mise en place en septembre la nouvelle instance de régulation.

Ces deux réacteurs d’Ohi étaient alors les seuls à avoir passé toutes les étapes de tests de sûreté et d’approbation rendus obligatoires par le gouvernement après l’accident de Fukushima.

Les autres n’en sont pour l’heure qu’à un stade intermédiaire et ne devraient pas pourvoir être remis en service avant l’entrée en vigueur des nouvelles règles.

L’autorité pourrait toutefois accorder, sous conditions de projet de mise aux normes durcies, le redémarrage de certains réacteurs avant que les travaux ne soient effectivement réalisés, car leur achèvement pourrait prendre des années et exiger des budgets de plusieurs dizaines de milliards de yens (centaines de millions d’euros), indique le Nikkei.

Le nouveau gouvernement de droite, conduit depuis fin décembre 2012 par Shinzo Abe, estime que la relance des réacteurs atomiques jugés sûrs est un impératif pour la santé économique du Japon, contrairement au précédent pouvoir exécutif qui visait un objectif zéro nucléaire à horizon 2040.

M. Abe souhaite qu’une décision soit prise pour chacun des 48 réacteurs dans un délai de trois ans, un laps de temps que le président de l’autorité a toutefois jugé mercredi trop court.

Je ne pense pas qu’il soit possible de se prononcer pour tous les réacteurs en trois ans, même si nous allons agir aussi rapidement que possible, a déclaré Shunichi Tanaka lors d’une conférence de presse.

Avant l’accident de Fukushima, un peu plus d’un quart de l’électricité du Japon émanait des centrales nucléaires, une proportion réduite à presque néant et qui est pour le moment compensée par un usage intensif des centrales thermiques et des économies.

(©AFP / 09 janvier 2013 12h20)

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 9 janvier, 2013 |Pas de commentaires »

AU JAPON LA PESTE RADIOACTIVE TUE PAR CENTAINES (Etienne SERVANT / Scoop.it)

Au Japon la peste radioactive tue par centaines

AU JAPON LA PESTE RADIOACTIVE TUE PAR CENTAINES (Etienne SERVANT / Scoop.it) dans REFLEXIONS PERSONNELLES telechargement2

(Etienne SERVANT)

AU JAPON LA PESTE RADIOACTIVE TUE PAR CENTAINES | FUKUSHIMA INFORMATIONS | Scoop.it

photo: Juan Antonio RUIZ RIVAS

Nous y voilà , les signaux arrivent de partout sur internet de plus en plus de personnes sont malades au Japon. Fukushima ce n’est pas Tchernobyl, cet accident est arrivé dans le pays qui comporte la plus forte densité de population au monde .
Souvenez vous des conférences de presse de l’ IRSN qui nous disait au début de l’accident qu’il faudrait boire des litres de thé contaminé pour être malade. A l’époque de Tchernobyl, les méthodes de communication étaient les mêmes…
Alors que pendant ce temps là le Dr Kodama et quelques autres médecins et scientifiques japonais nous indiquaient que son pays était dans un état de déni de la réalité sanitaire suite à l’accident, et que la catastrophe de Fukushima avait dégagé une trentaine de fois la radioactivité engendrée à la suite des explosions atomiques de Hiroshima-Nagasaki et environ une vingtaine de fois plus de composés Transuraniens ce qui est également à mettre au crédit du Dr Kodama.

Ces déclarations n’ont, à ma connaissance, jamais été retranscrites dans les mainstream ni la presse occidentale.
Olivier Cabanel écrivait dernièrement « On se souvient de la flagornerie d’Otsuka Norikazu,ce célèbre animateur de télévision japonais qui, cédant à la provocation facile, avait en direct mangé des produits agricoles japonais pollués par la centrale nucléaire, encourageant ses compatriotes à suivre son exemple, convaincu de l’innocuité des produits consommés, avec le désir patriotique de sauver la production agricole de son pays. Mal lui en a pris, on apprend qu’il a été hospitalisé le 7 novembre 2012 atteint d’une leucémie aiguë et TEPCO aura des difficultés cette fois à affirmer que la catastrophe nucléaire de Fukushima n’y est pour rien .

Les avis médicaux lui donnent 70% de « chances » de mourir d’ici 5 ans ce qui a été confirmé par des experts allemands » ou encore « La santé de nos enfants est maintenant en danger. Nous constatons des symptômes tels que thyroïdes enflées, saignements de nez, diarrhées, toux, asthme… »
L’ IRSN , l’ AIEA , et l’ OMS ont bien pris garde de ne parler que des niveaux d’irradiation au Japon sans aborder dans le détail les problèmes de la contamination, et pour cause : la contamination est le fait de faire pénétrer dans un organisme vivant un « concentré » de radioactivité dans un volume très faible ; la particule radioactive présente en effet la particularité d’être approximativement de la taille d’une cellule humaine et cette similitude d’échelle explique en partie pourquoi la particule contaminante peut, vue du point de vue de la cellule humaine à proximité, être tout sauf une « faible dose ».
D’un point de vue scientifique, il semble tout à fait invraisemblable de comparer, à dose équivalente, une exposition uniforme de l’ensemble d’une entité humaine (corps entier) à la même dose confinée à quelques cellules seulement de ce même corps ; l’échelle n’est simplement pas la même et les effets sont notoirement différents. C’est pourtant la comparaison qui est fréquemment utilisée par certains pour défendre l’idée que la radioactivité est « partout ». Peut-être, mais encore une fois, ce n’est pas l’avis de la cellule qui se trouvera placée à proximité d’une masse globalement équivalente à elle et qui la « bombardera à vue » pendant un certain temps.

En outre, si la particule radioactive présente une taille inférieure à 10 microns (10 millionièmes de mètre soit 0.01 mm) elle présentera en outre la particularité de se fixer dans les sacs alvéolaires pulmonaires d’où 25% d’entre elles seront difficiles voir impossible à déloger.
Au début de l’accident, les Américains avaient demandé que leurs citoyens vivant dans un rayon de 80 km autour de la centrale nucléaire de Fukushima évacuent la zone, ou se mettent à l’abri si une évacuation n’est pas possible en toute sécurité » . L’ambassade avait souligné dans un communiqué, que « de nombreux facteurs », dont la météo, pouvaient influer sur la dissémination des particules radioactives, et avait mentionné la possibilité que celles-ci accomplissent des distances supérieures à 80 km…, La présence constaté de nombreux points chauds contaminés à Tokyo leur a donné raison.
La peste nucléaire a commencé son travail, et l’on commence à compter les morts par centaines, comme l’écrit Yoichi Shimatsu dans son article très documenté en anglais paru le 3 janvier 2013. Les particules radioactives vont continuer de tuer… elles ont le temps devant elles !
Etienne SERVANT

Merci à Gen4 : pour son article Une comparaison « raisonnable » entre un moteur de voiture et un citoyen de Fukushima-city

Lien ici : http://www.gen4.fr/blog/2011/12/une-comparaison-raisonnable-entre-un-moteur-de-voiture-et-un-citoyen-de-fukushima-city.html
Et Olivier Cabanel : Fukushima, les limites du cynisme
Lien ici :
http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/fukushima-les-limites-du-cynisme-106087

Le dernier article de Yoichi Shimatsu, un écrivain de science basée à Hong Kong, du 3 Janvier 2013 en Anglais en cours de traduction bientôt sur notre site : http://www.pakalertpress.com/2013/01/03/is-fukushima-a-factor-in-japans-record-deaths-in-2011-12/

Source: Scoop.it

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 9 janvier, 2013 |Pas de commentaires »

JAPON: RISQUE DE FAILLE CONFIRME A LA CENTRALE NUCLEAIRE DE HIGASHIDORI

JAPON:

JAPON: RISQUE DE FAILLE CONFIRME A LA CENTRALE NUCLEAIRE DE HIGASHIDORI dans REFLEXIONS PERSONNELLES monju1

Risque de faille active confirmé à la

centrale nucléaire Higashidori

TOKYO – Des experts mandatés par l’Autorité de Régulation Nucléaire du Japon ont confirmé jeudi 20 décembre 2012 la possibilité de l’existence d’une faille active sous la centrale Higashidori (nord), des soupçons qui risquent fort d’empêcher sa remise en activité.

Quatre experts se sont rendus la semaine dernière sur le terrain pour effectuer de nouveaux examens, dans le cadre d’une mission diligentée par l’Autorité de Régulation Nucléaire.

Réunis jeudi à la demande de cette dernière, ils ont conclu à l’existence possible d’une faille active sous le site.

L’autorité de régulation doit entendre, le 26 décembre 2012, les responsables de la compagnie d’électricité Tohoku Electric Power qui exploite cette centrale actuellement à l’arrêt.

Si à l’issue de cette nouvelle réunion l’autorité conclut qu’il y a un danger de faille active, le site risque de ne pas pouvoir être remis en exploitation.

Dans les précédentes semaines, des examens similaires, conduits par quatre géologues et un représentant de l’autorité, ont déjà eu lieu pour deux autres centrales, à Oi (où deux réacteurs sur quatre sont en activité) et à Tsuruga (où les deux tranches sont arrêtées).

Il y a une dizaine de jours, le président de l’autorité nucléaire, Shunichi Tanaka, avait déjà laissé entendre qu’il serait difficile d’autoriser le redémarrage du réacteur numéro 2 de la centrale de Tsuruga (ouest) à cause de risque de faille active, et que cette unité devra le cas échéant être démantelée.

Les conclusions sur Oi sont pour le moment ajournées, en raison de divergences de vues entre experts.

Des examens doivent aussi être pratiqués sur les terrains de deux autres centrales (Shiga et Mihama) ainsi que près du surrégénérateur expérimental de Monju.

A ce jour, seulement deux réacteurs (les numéros 3 et 4 d’Oi) sur un parc de 50 sont en service au Japon. Les autres sont maintenus à l’arrêt par mesure de précaution et en raison de nouveaux tests de résistance aux catastrophes naturelles imposés par le gouvernement après l’accident de Fukushima consécutif à un tsunami en mars 2011.

Aucun ne peut redémarrer sans le feu vert de la nouvelle autorité nucléaire créée en septembre 2012 et qui est en train de revoir les standards de sécurité.

(©AFP / 20 décembre 2012 12h12)

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 22 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

JAPON: RISQUE DE FAILLE ACTIVE SOUS LA SEULE USINE DE « RETRAITEMENT » DES DECHETS NUCLEAIRES

Japon:

JAPON: RISQUE DE FAILLE ACTIVE SOUS LA SEULE USINE DE Risque de faille active sous la seule usine

de retraitement de déchets nucléaires

TOKYO – L’usine de retraitement de combustible nucléaire de Rokkasho Mura (nord du Japon), construite en partenariat avec le groupe français AREVA et actuellement en phase de test, pourrait être située dans la zone d’une faille géologique active, ont mis en garde des experts nippons mercredi 19 décembre 2012.

Même si les avis sont divisés sur ce point, je pense qu’il existe une très forte probabilité de faille active, a déclaré à l’AFP le professeur Yasutaka Ikeda de l’Université de Tokyo, disant se référer à plusieurs éléments probants.

Selon lui la faille en question pourrait causer un séisme de magnitude de l’ordre de 8, mettant en grand danger les diverses installations nucléaires situées à Rokkasho où sont aussi entreposées d’importantes quantités de combustible atomique usé.

Le professeur Mitsuhisa Watanabe de l’Université Toyo partage le diagnostic de son confrère.

L’usine de Rokkasho, dont la construction a débuté en 1993, a vu sa mise en exploitation reportée une vingtaine de fois en raison de problèmes dans les dernières étapes du procédé de retraitement. Elle est désormais censée démarrer en octobre 2013 pour constituer un maillon essentiel dans la volonté du Japon de maîtriser l’ensemble du processus nucléaire.

Elle est aussi un lieu crucial dans le processus de traitement du combustible usé qui doit être extrait des piscines de désactivation de la centrale accidentée de Fukushima.

Depuis ce désastre provoqué par le tsunami du 11 mars 2011 dans le nord-est, l’usine de Rokkasho fait l’objet de différents examens supplémentaires de sûreté, à l’instar de tous les sites nucléaires nippons.

Elle ne fait cependant pas partie de la listes des six installations actuellement visées par des enquêtes de terrain d’experts dépêchés par la nouvelle Autorité de Régulation Nucléaire chargée de durcir les critères de sûreté.

Toutefois l’autorité pourrait se saisir de ce cas et envoyer des spécialistes si cela est jugé nécessaire, a précisé à l’AFP un responsable de cette instance indépendante créée en septembre. Elle remplace une précédente entité placée sous tutelle ministérielle et accusée d’avoir failli à ses missions.

Quant à l’exploitant de l’usine de Rokkasho, Japan Nuclear Fuel, il a déclaré, le mois dernier, effectuer de nouveaux contrôles mais dans le but de confirmer ses conclusions antérieures sur le caractère non actif de la faille.

(©AFP / 19 décembre 2012 10h10)

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 19 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

FUKUSHIMA: TEPCO VA ACCELERER LE RETRAIT DU COMBUSTIBLE DE LA PISCINE 4

FUKUSHIMA:

TEPCO va accélérer le retrait du combustible de

la piscine 4

FUKUSHIMA: TEPCO VA ACCELERER LE RETRAIT DU COMBUSTIBLE DE LA PISCINE 4 dans REFLEXIONS PERSONNELLES fukudernierhabitant18

Photo: Antonio PAGNOTTA

TOKYO – La compagnie Tokyo Electric Power (TEPCO) va débuter en novembre 2013 le retrait du combustible de la piscine du réacteur 4 de la centrale de FUKUSHIMA et l’achever fin 2014, un an avant l’échéance initialement prévue, afin de réduire la dangerosité du site.

Le travail en lui-même devrait prendre 13 mois, quasiment deux fois moins de temps que ne le pensait auparavant TEPCO, a indiqué mardi 4 décembre 2012 un porte-parole à l’AFP.

Le toit de la piscine de désactivation du réacteur 4, située en étage, a été détruit par des explosions d’hydrogène qui ont saccagé les bâtiments de la centrale après le passage du tsunami du 11 mars 2011.

Partiellement à découvert, cette piscine est pleine de 1.331 barres de combustible usé (et environ 200 neuves) qui baignent dans l’eau, mais demeurent un danger potentiel en cas de séisme ou autre catastrophe naturelle entraînant la perte de ce liquide de refroidissement.

TEPCO, qui sait depuis longtemps le risque que présente cette piscine, a effectué un retrait de test de deux barres en juillet, afin d’évaluer la situation et de préparer l’extraction intégrale.

Cette opération très délicate devait être terminée fin 2015 mais, en accord avec l’Etat, TEPCO estime être en mesure de l’effectuer plus rapidement. Les barres seront transférées vers deux réservoirs.

Une couverture spéciale est en outre en train d’être installée sur la structure endommagée, une tâche qui devrait être achevée mi-2013, afin de limiter les émanations radioactives.

Le retrait du combustible de la piscine 4 est le plus urgent, compte tenu du nombre de barres, mais TEPCO va devoir procéder ensuite à l’extraction de celles contenues dans les piscines numéro 1 (292 barres), numéro 2 (587) et numéro 3 (514).

La piscine 4 était plus pleine que les autres car le réacteur 4 était arrêté au moment du séisme et du tsunami, et les centaines de barres habituellement contenues dans la cuve avaient été transférées dans la piscine de désactivation pour procéder aux opérations de maintenance de routine.

Quant au combustible qui se trouvait dans les coeurs des réacteurs 1 à 3, sur les six que compte la centrale FUKUSHIMA DAIICHI, il a fondu en raison de la perte de l’alimentation électrique et des fonctions de refroidissement.

Ces réacteurs, de même que le n°4, doivent être démantelés, une tâche ultra-complexe qui devrait nécessiter 40 ans de travaux et le développement de nouvelles techniques spéciales.

(©AFP / 04 décembre 2012 07h34) 

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 4 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

FUKUSHIMA: LES JAPONAIS SE REBIFFENT. EN DIRECT DU COEUR DU MONSTRE (Atomic Health)

FUKUSHIMA:

Les japonais se rebiffent

FUKUSHIMA: LES JAPONAIS SE REBIFFENT. EN DIRECT DU COEUR DU MONSTRE (Atomic Health)  dans REFLEXIONS PERSONNELLES fuku2
 (Atomic Health) 
rien ACSIR dans REFLEXIONS PERSONNELLESEn direct du cœur du monstre 

Communiqué du 9 novembre 2012:

« Le Rapporteur Spécial sur le Droit à la Santé du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, M. Anand GROVER, se rendra au Japon du 15 au 26 novembre 2012.

Cette visite fait suite à la visite à l’ONU à Genève le 30 et 31 octobre 2012 du maire de Futaba (Japon), Katsutaka IDOGAWA, et de Maitre Toshio YANAGIHARA (avocat qui représente les enfants de Fukushima dans le procès qui exige leur évacuation des zones contaminées). La visite a été demandée par certains gouvernements et des ONG, parmi lesquelles ACSIR (Association de Citoyens et Scientifiques Concernés par les Irradiations Interneshttp://www.acsir.org/acsir.php , qui a parrainé la venue à Genève du maire de Futaba et dont des membres on participé au Forum Indépendant sur la Radioprotection en mai dernier http://independentwho.org/fr/2012/0…. ACSIR vient d’adresser au Rapporteur Spécial une lettre, rédigée en anglais, qui est particulièrement alarmante. Nous pensons qu’une large publicité doit être donnée à cette initiative. (O&G) »

« A M. Anand Grover Rapporteur spécial Bureau du Haut

Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme Palais

des Nations CH-12aa Genève, 10 Suisse

Re : Demande à l’occasion de votre visite à Fukushima,

15-26 Novembre 2012

Cher M. GROVER, Je vous écris au nom de l’Association de Citoyens et Scientifiques Concernés par les Irradiations Internes (ACSIR). ACSIR compte environ 600 membres, parmi lesquels il y a beaucoup de médecins. Nous tenons à porter les questions suivantes à votre attention afin que, lors de votre séjour à Fukushima, vous soyez au courant des circonstances dans lesquelles les citoyens, en particulier les enfants, sont contraints de vivre.

1. Le niveau de contamination dans lequel les enfants sont

contraints de mener une vie « normale ».

Les zones où et le gouvernement japonais et les autorités de la préfecture de Fukushima recommandent aux citoyens de vivre et de mener une vie « normale » sont encore fortement contaminées. Elles comprennent la ville de Fukushima , capitale de la préfecture de Fukushima, la ville de Koriyama et la ville de Date . Bien qu’elles soient désignées comme des « zones de sécurité », elles sont fortement contaminées.

Voici quelques exemples fournis par les résidents de ces régions,

ainsi que par un spécialiste des radiations :

1.1. Dans la ville de Date, district d’Oguni, à l’arrêt de l’autobus scolaire pour l’école primaire d’Ogumi, il y avait 10micro Sv / h le 18 Octobre 2012 et à côté de la piscine de l’école, il y avait 27micro Sv / h. Les deux doses ont été mesurées par le Dr Alexey NESTERENKO, directeur de l’Institut de Radioprotection (BELRAD)http://belrad-institute.org/ au Bélarus, qui a récemment visité Fukushima et a été choqué de constater le fait que les enfants vivent et vont à l’école dans une zone si fortement contaminée. Ces doses et ses commentaires sont rapportés dans Shukan Kinyobi, Vol.20, n ° 41, 26 Octobre, 2012. Vous pouvez communiquer avec le Dr NESTERENKO pour de plus amples informations ou nous pouvons vous envoyer l’article en version pdf. 10micro Sv / h donnent 88 mSv / an, et 27micro. Sv / h donnent 237 mSv / an. Les deux doses sont équivalentes à celles de la zone d’exclusion de l’Ukraine en 1991 (ministère de l’Ukraine des situations d’urgence, 2011). Selon la loi japonaise actuelle, 1 mSv / an est la dose admissible pour les civils. Cependant, au cours des 19 derniers mois, les enfants ont été obligés d’aller à l’école où la contamination a généralement été de 88 mSv / an, et parfois 237 mSv / an.

1.2 Le Centre Fukushima Agricultural Technology à Koriyama ville a signalé le 29 Octobre 2012, un fait étonnant : Pendant six jours, on a testé des radis japonais séchant sous les combles (0,6 micro Sv / h) d’un bâtiment en béton. L’essai a montré que le radis séché qui avait à l’origine 0 Bq a été mesuré à 3421 Bq / kg. La conclusion est la suivante : cette dose n’est pas à due au mécanisme de concentration du rayonnement dans le processus de séchage, mais bien au rayonnement provenant de la poussière / air autour de l’endroit où le légume l’a absorbée. A partir de ce résultat, nous pouvons facilement prédire que les enfants de l’école voisine ont respiré des poussières radioactives. Le rapport est disponible à :http://www4.pref.fukushima.jp/nougy…

La photo ci-dessous montre la mesure du rayonnement de 6,95 micro Sv / h dans la même ville, Koriyama, plus précisément dans un parking de Kaisei Park, le 5 Novembre 2012, prise par le Dr. TAKEMOTO (voir ci-dessous dans notre demande) en ville de Koriyama , Fukushima. Les enfants devraient avoir le droit de jouer et d’être éduqués dans un endroit sûr.

1.3 La tromperie des mesures du rayonnement par le gouvernement Le vice-président de notre association ACSIR, le professeur Katsuma YAGASAKI (professeur émérite, Université de Ryukyu, Physique de la Matière Condensée) et son équipe (principalement des citoyens de Fukushima) ont donné une conférence de presse le 5 Octobre 2012, pour communiquer leurs conclusions à propos de la différence entre leurs mesures des doses et celles données par le gouvernement. Pour plus de détails, veuillez voir sous http://www.acsir.org/. En raison de leur mesure exhaustive de plus de 120 moniteurs dans la préfecture de Fukushima, ils ont découvert que les valeurs données par le gouvernement sont inférieures de 50-70% à celles des lieux non décontaminés à proximité. Un mois plus tard, le 7 novembre 2012, le Ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, de la Science et de la Technologie, a admis que les valeurs de leurs moniteurs sont inférieures aux valeurs réelles. Voir leur communiqué de presse : http://radioactivity.mext.go.jp/ja/…

1.4 Le gouvernement de Fukushima et le gouvernement japonais ont fait la promotion de la reconstruction de Fukushima, en encourageant les personnes évacuées de zones réglementées (zones plus fortement contaminées que dans les villes ci-dessus) à revenir dans ces zones fortement contaminées . Les administrations incitent même les jeunes à revenir dans ces zones. Voici une affiche du gouvernement de la préfecture de Fukushima (Octobre-Novembre 2012) pour le recrutement de personnel pour les postes de ces villages dans les zones réglementées : ville de Futaba , ville d’Okuma , ville de Tomioka, ville deNamie, etc.

Si le gouvernement préfectoral envoie des jeunes dans ces zones fortement contaminées pour y travailler et y vivre, ce sera une violation des Droits de l’Homme ainsi qu’une violation de la Constitution Japonaise qui garantit les Droits Fondamentaux de la Santé, de la Sécurité et le Bonheur du Peuple ( l’article 13, Premier Ministre du Japon et son cabinet).http://www.kantei.go.jp/foreign/con…

2. Les aliments contaminés et leur distribution, en particulier

pour les enfants à l’école.

Les gouvernement japonais et de la préfecture de Fukushima ont envoyé des messages contradictoires sur l’alimentation et la contamination. Le 8 Octobre 2012, le Premier Ministre a fait vérifier par un système de surveillance radiologique tout le riz produit dans la préfecture de Fukushima (Fukushima Minpo Journal, Octobre 8, 2012, http://www/minpo.jpnews/detail/201210084119). Quatre jours plus tard, le Ministre de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche a suggéré lors d’une conférence de presse que le contrôle radiologique de tous les riz soit supprimé et que, aussi longtemps que le contrôle aléatoire du riz dans le même district donnerait une dose acceptable, le riz soit distribué. (Ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêchehttp://www.maff.go.jp/j/press-conf/…).

Cette recommandation aura un effet dévastateur sur les enfants non seulement de Fukushima mais pour tout le Japon, car ils seront tous susceptibles de manger à l’école du riz contaminé. C’est bien connu de par l’expérience de la catastrophe de Tchernobyl que les points chauds radioactifs sont dispersés irrégulièrement et que dans le même district il y a beaucoup de différentes doses allant de points moins contaminés aux endroits fortement contaminés. C’est pourquoi le système de surveillance radiologique de tous les riz a été introduit. Nous pensons que la santé de nos enfants doit être protégée à tout prix.

3. Enquêtes sur la gestion de la santé des résidents de la

préfecture de Fukushima

Cette enquête menée par les professeurs Shun-ichi YAMASHITA et Shin-ichi SUZUKI du Service Médical de l’Université de la Préfecture de Fukushima a été controversée en raison notamment de ses recommandations concernant les enfants. Le professeur YAMASHITA est maintenant connu dans le monde entier pour sa remarque : « Il n’y a pas de mal d’irradiation jusqu’à 100 mSv pour les citoyens. » (OurPlanetTV mai 3,2011 http://www.ourplanet-tv.org/?q=node/ 1037).

Au début de cette année (16 Janvier 2012), les Profs. YAMASHITA et SUZUKI ont envoyé une lettre aux membres de l’Association Japonaise de la Thyroïde (Le Professeur YAMASHITA en est le président), demandant que, pour les deux prochaines années, ils n’examinent pas les enfants de 0 à 18 ans qui avaient été examinés par l’équipe d’enquête et dont le diagnostic avait trouvé des nodules inférieurs à 5 mm ou des kystes de moins de 20 mm. Cette lettre a été rendue publique depuis que Dr TAKEMOTO de la ville de Koriyama en a obtenu une copie après une demande de communication. La traduction en anglais de la lettre est disponible sur le Fukushima Voice : http://fukushimavoice-eng.blogspot….

En contraste avec cette vision optimiste de l’équipe d’enquête, il y a un rapport d’alerte fait par les professions médicales. Veuillez vous référer à la déclaration de M. Matsuzaki MICHIYOUKI (membre ACSIR) : Résultat de l’Enquête sur la Gestion de la Santé des Résidents de la Préfecture de Fukushima :

http://fukushima-evacuation-e.blogs…

En conclusion, l’équipe de l’enquête a négligé de s’occuper des résidents de Fukushima et des enfants en tant que professionnels médicaux. Leur manque de traitement comprend le refus de divulguer aux sujets examinés les résultats détaillés des examens échographiques, le refus d’un examen plus approfondi des enfants présentant des nodules et des kystes et la pression sur les autres institutions médicales, y compris les hôpitaux, de ne pas examiner les résidents de Fukushima pour des symptômes liés à l’irradiation. Les résidents de Fukushima ont de nombreux épisodes de ce genre à raconter de la part de médecins qu’ils ont consultés. C’est aussi une violation des Droits de l’Homme.

Nous vous demandons ceci :

Nous aimerions que vous parliez aux citoyens de Fukushima pour vérifier les faits ci-dessus, et pour obtenir des informations de première main de leur part. Puis-je vous suggérer de rencontrer , pour information et pour notre appel au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, les deux personnes suivantes ? 1. Mme Miwa CHIWAKI : résidente du village de Nishigo, Fukushima, membre d’ACSIR et membre actif du Réseau de Fukushima pour Sauver les Enfants du Rayonnement. Mme CHIWAKI a été invitée par l’IndependentWHO (Genève) pour faire rapport au Forum de Genève, « Forum scientifique et citoyen sur la radioprotection : de Tchernobyl à Fukushima, » le 12 mai 2012.

2. Dr Yasushi TAKEMOTO (docteur en médecine, spécialisé en chirurgie buccale) : résident de la ville de Koriyama ; conseiller auprès d’un groupe de citoyens « Sécurité et action à Koriyama ».

Cordialement,

Shoji SAWADA, professeur émérite (physique), Université de Nagoya

Président de ACSIR »

fin du message

JPEG - 50.5 ko

Une manifestation a commencé devant le Ministère de la Santé à Paris pour interpeller le « côté obscur de la France »http://independentwho.org/fr/2012/1…

Il est a rappeler que les programmes dit « humanitaire » de type ETHOS-CORE visent à étouffer, minimiser les conséquences sanitaire de le contamination interne et visent à rendre responsable la population de leur contamination, Ils condamnent la population et visent à imposer une soi-disante réhabilitation des territoires contaminés. Ces instances réapparaissent au Japon et orchestrent leur sale besogne comme à Tchernobyl avec les mêmes lobbies dont des français. Jacques LOCHARD (2)membre CIPR, ALARA,CEPN, Thierry SCHNEIDER (3) (membre CIPR ex SFRP comprenant des membres de l’IRSN, ASN, CEPN(EDF, ANDRA,CEA,AREVA))

Le programme ETHOS-CORE au Japon sert les intérêts de l’AIEA avec tout le lobby atomique.

Ces informations font suite à l’article http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar…

et celui qui rappelle ce qui est vraiment arrivé à Hiroshima en 45 partie 1 : Vérité sur la bombe atomique ; un médecin survivant témoignehttp://www.youtube.com/watch?v=acex… partie 2 :http://www.youtube.com/watch?v=0_oP… partie 3 :http://www.youtube.com/watch?v=QQn1…

et celui qui rappelle ce qui est arrivé au Nevada dans les années 45-50,http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar…

et à Mayak en Sibérie http://www.dailymotion.com/video/xr…

et les essais français :www.aven.org www.mururoa.org

et à Tchernobyl en 86 http://blogs.mediapart.fr/edition/n…

et à Fukushima en 2011 http://www.youtube.com/watch?v=5Fi5…http://www.youtube.com/watch?v=z4eP…http://www.youtube.com/watch?v=Rm0T…

(1) http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar… (2) Jacques LOCHARD est membre de la CIPR au Comité 4 depuis 2009 : chargé de l’application des recommandations , c’est à dire de la mise en œuvre de la doctrine ALARA. Il dirige le CEPN depuis 1989. Rappel : En septembre 2011, LOCHARD était présent au Symposium International sur les Conséquences de Fukushima , organisé à huis clos par une organisation d’extrême droite . Le fameux Dr Sunichi YAMASHITA était organisateur : plusieurs représentants de la CIPR, UNSCEAR, AIEA une représentante de l’OMS…http://www.rue89.com/planete89/2011…

(3) Thierry SCHNEIDER présentation du CEPN lors du 3ème Séminaire de Dialogue pour la Réhabilitation des Conditions de Vie après l’accident de Fukushima qui a eu lieu les 7-8 Juillet 2012 au Japondans la ville de Daté.http://www.cepn.asso.fr/IMG/pdf/A11…

Il prêche aussi la doctrine de la réhabilitation des zones contaminées après l’accident atomique à l’Éducation Nationale avec des membres de l’IRSN, l’ACRO : Voir le programme des rencontres lycéennes de Poitiers sur le radioprotection en 2009 pour vous rendre compte des complicités.

http://ww2.ac-poitiers.fr/civique/I…

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 11 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

FUKUSHIMA: DECONTAMINATION ET DEDOMMAGEMENTS POURRAIENT COÛTER 100 MILLIARDS D’EUROS…POUR L’INSTANT !

FUKUSHIMA:

Décontamination et dédommagements

pourraient coûter 100 mds EUR…

pour l’instant…

FUKUSHIMA: DECONTAMINATION ET DEDOMMAGEMENTS POURRAIENT COÛTER 100 MILLIARDS D'EUROS...POUR L'INSTANT ! dans REFLEXIONS PERSONNELLES fukushima-explosion-2

TOKYO – Le coût du traitement de l’accident nucléaire de Fukushima, comprenant la décontamination et les dédommagements des victimes, pourrait atteindre 100 milliards d’euros, le double de la somme prévue, selon la compagnie gérante de la centrale, ruinée par le tsunami du 11 mars 2011.

La catastrophe de Fukushima, la plus grave du secteur depuis celle de Tchernobyl (Ukraine) en 1986, a entraîné d’importantes émissions radioactives dans l’air, les sols et les eaux de la région, et obligé une centaine de milliers d’habitants à quitter leur logement.

La somme de 10.000 milliards de yens (100 milliards d’euros), qui relève pour l’heure de l’hypothèse, ne comprend toutefois pas les charges liées au démantèlement des quatre réacteurs ravagés sur les six que compte le site. Ces opérations dureront quelque 40 ans et nécessiteront le développement de nouvelles technologies ainsi que la formation de milliers de techniciens.

Nous devons discuter avec le gouvernement des besoins selon plusieurs scénarios, a répondu mercredi le président de Tepco, Kazuhiko Shimokobe, à un journaliste l’interrogeant sur le risque d’un doublement du montant de 5.000 milliards de yens précédemment évoqué par le groupe.

Nous ne savons pas à l’heure actuelle quel sera le coût total, car nous révisons les chiffres pour la décontamination et les compensations chaque trimestre, mais si cela dépasse 5.000 milliards de yens, l’entreprise aura du mal, a-t-il prévenu.

Tepco indique en outre dans un document qu’une rallonge du même ordre de grandeur sera nécessaire en cas de volonté de nettoyer une zone plus étendue que celle définie initialement, ainsi que pour la construction de sites de stockage temporaires de détritus radioactifs.

Comme gage de bonne conduite, la compagnie a promis d’économiser plus de 3.300 milliards de yens (près de 33 milliards d’euros) en une décennie.

Et d’ajouter que des fonds supplémentaires de l’Etat allaient de toute façon être requis pour le retrait du combustible fondu et autres interventions liées à la déconstruction du site, Tepco n’ayant mis de côté que 1.000 milliards de yens (10 milliards d’euros), une somme nettement insuffisante.

Il est néanmoins probable que le groupe revoie plusieurs fois ses évaluations, sachant notamment que rien n’a encore été décidé ni pris en compte concernant les deux réacteurs épargnés de Fukushima Daiichi et les quatre de la deuxième centrale, Fukushima Daini, de cette préfecture du nord-est du Japon.

Tepco a de surcroît insisté mercredi sur la nécessité de repenser le schéma actuellement en vigueur pour financer les réparations nécessaires.

Il prévoit par ailleurs de créer dans la région de Fukushima un siège dédié à la gestion de ce sinistre historique, une option qui devrait permettre de faire des économies de fonctionnement.

Un centre de recherche sera également mis en place pour concevoir les techniques requises pour le nettoyage du site et des environs.

La compagnie, nationalisée cet été, est incapable d’assumer seule le coût de la catastrophe.

Elle est non seulement contrainte d’indemniser plus d’un million et demi de victimes et de procéder à des dépréciations massives d’actifs, mais elle doit également continuer à alimenter l’est du Japon, dont Tokyo. Elle doit pour cela faire tourner à plein régime ses centrales thermiques et dépenser de ce fait des sommes astronomiques en achat de gaz et pétrole.

Le coût global du drame de Fukushima dépassera dans tous les cas et de loin ce qui sera effectivement pris en charge par Tepco ou l’Etat japonais. Car il faudrait en théorie y inclure tous les effets collatéraux, sur le commerce, l’industrie, le secteur touristique, etc… pas seulement dans la préfecture de Fukushima mais dans l’ensemble du Japon.

(©AFP / 07 novembre 2012 10h17) 

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 7 novembre, 2012 |Pas de commentaires »
123456

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007