UN EX-INGENIEUR DE L’ARMEMENT CONSIDERE LE BLOG DE THIERRY LAMIREAU COMME UN « SITE DE PROPAGANDE POUR QUI ET PAYE PAR QUI » ! (Thierry LAMIREAU/lesoufflecestmavie.unblog.fr)

Un ex-ingénieur

de l’armement

dénigre le blog

de Thierry LAMIREAU

Afficher l’article

depleted-uranium1

(Photo: Quelques armes à l’URANIUM « appauvri »)

Explosion avec des armes à l'uranium appauvri

(Photo: Explosion d’armes à l’URANIUM « appauvri »)

Garnier

pierre.garnier@gmx.fr

Envoyé le  29/04/2014 à 12h06 min

Vos analyses en matière d’armement laissent rêveurs, de même qu’une bonne partie de vos sources d’informations, connues pour être de la propagande pure et simple. Vous êtes clairement également un site de propagande. La question c’est : de la propagande pour qui, payée par qui ?
Et par pitié, arrêtez de raconter n’importe quoi sur l’ Uranium Appauvri.

Pour info :
http://www.enderi.fr/La-France-l-uranium-appauvri-et-le-Mali-explications-d-une-intoxication_a80.html

Un ex-ingénieur de l’armement.

profil_gbu

lesoufflecestmavie

t.lamireau@free.fr

Envoyé le 29/04/2014 à 14h12 min |

En réponse à Garnier.

Cher Monsieur,

Votre réponse ne me « laisse pas rêveur » !

J’ai l’habitude de recevoir de tels dénigrements. Votre qualification professionnelle (ex-ingénieur de l’armement) n’est absolument pas une garantie d’honnêteté intellectuelle dans ce domaine.
Je vous laisse libre de dire que « mes sources d’informations sont connues pour être de la propagande pure et simple ».
Vous n’avez certainement pas lu tous mes documents puisque certains viennent même d’organismes officiels et de chercheurs travaillant (ou ayant travaillé) pour les armées ou pour le compte d’organismes tels que l’IRSN, le CEA et AREVA !…

Oui, vous avez raison: « c’est de la propagande pure et simple » mais lorsqu’ils décrivent les dangers et les effets des armes à l’uranium « appauvri » c’est intéressant…pas vrai ?

Mon blog est « un site de propagande » ?…

Si les sujets abordés n’étaient pas aussi graves l’on pourrait en rire !
Figurez-vous que je suis un ancien irradié avec de nombreuses pathologies et irradié, entre autres radio-éléments, par de l’uranium « appauvri ».

Vous vous trompez de « crémerie » et de crémier pour affirmer de telles inepties.

Mes informations vous dérangent, dérangent certains; je le sais.

Et la technique « habituelle » pour détruire les gens comme moi est d’écrire ce que vous écrivez.

« Je serais payé pour faire de la propagande ? »…Absolument PETIT et MINABLE.

Pas de chance, je ne touche rien et je prends tous les risques.

Votre info avec le lien ? Je la connais. J’ai même fait un article sur le sujet en parlant de ces Messieurs du site « Entreprises Défense et Relations Internationales » !

Vous n’avez donc pas tout lu encore sur mon blog.

Si vous n’avez que cela comme info à fournir pour me « ridiculiser » c’est un peu léger pour un « ex-ingénieur de l’armement »…une fonction absolument DEGUEULASSE pour moi je dois vous dire.
Je reste cependant à votre écoute si vous avez du « sérieux » à me faire lire et pas…de la propagande comme vous le dites si bien.

Thierry LAMIREAU
Réalisateur du film « URANIUM EN LIMOUSIN »

Mardi 29 avril 2014:

21h56

Un autre message arrive

Bonjour,

Il n’existe pas de Pierre Garnier ingénieur de l’armement actif ou à la retraite.

Source : site caia.net, amicale des ingénieurs de l’armement.

Ma réponse à 22h56:

Très intéressant !
Votre message n’est pas signé et vient de:
Erreur
Erreur@ia.fr
Qui donc cherche à me nuire…
La suite au prochain message ?…

Thierry LAMIREAU

Ma recherche sur caia.net

à 23h13:

L’on ne peut consulter le site si l’on n’a pas un mot de passe et si l’on n’est pas membre de l’Association !

Le message de « Erreur@ia.fr » est donc encore plus MINABLE !

Les CONNARDS ANONYMES sont donc de sortie !

Mais j’ai ma petite idée sur le type d’individu qui m’envoie ces messages…

Site CAIA Amicale des Ingénieurs de l'ArmementCAIA 2

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 29 avril, 2014 |2 Commentaires »

DAMIEN SAEZ: « J’ACCUSE » (clip vidéo)

Damien SAEZ: 

« J’accuse »

« L’homme ne descend pas du singe…

il descend plutôt du mouton ! »

« Il faut mettre les menottes…

à chaque présentateur du JT »

« J’accuse »

DAMIEN SAEZ:

Pour votre sécurité vous n'aurez plus de libertés

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 15 avril, 2014 |1 Commentaire »

« 365 JOURS AU MALI » ( Ladj Ly, Said Belktibia et Benkoro Sangaré)

« 365 jours au MALI »

profil_gbu

PINOCHIO

(Ladj Ly, Said Belktibia et Benkoro Sangaré)

Grâce au regard franco-malien des réalisateurs Ladj Ly, Said Belktibia et Benkoro Sangaré, nous allons pénétrer au cœur du Nord-Mali pendant 365 jours, pour un témoignage inédit et authentique.
365 jours dans une région en pleine ébullition où Aqmi, milices et Touaregs se préparent à la guerre. Nous allons là où aucun occidental n’a mis les pieds depuis la fin de la colonisation il y a soixante ans. Ces réalisateurs nous livrent ainsi le pouls d’un Mali meurtri, déchiré entre traditions ancestrales et guerrières.
Un Mali authentique…. Et personnel.

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 13 avril, 2014 |Pas de commentaires »

UKRAINE: POUTINE POUR LE CHAOS DANS L’EST MAIS PAS D’INTERVENTION MILITAIRE (AFP)

Ukraine:

Poutine pour le chaos dans l’est

mais pas d’intervention militaire

POUTINE joue aux échecs avec les autres

(AFP)

MOSCOU – Vladimir Poutine cherche à entretenir le chaos dans les régions russophones de l’est de l’Ukraine pour discréditer les autorités pro-européennes de Kiev et asseoir son influence, estiment des analystes qui ne croient pas au risque d’une invasion militaire.

Le brusque regain de tension ces derniers jours à Lougansk, Donetsk et Kharkiv, trois villes où pro-russes et loyalistes ukrainiens se font face, sous la menace de milliers de soldats russes massés à la frontière toute proche, font craindre le scénario appliqué en Crimée. Cette péninsule ukrainienne de la mer Noire a été rattachée à la Russie en mars après l’intervention d’hommes en armes sans signes d’appartenance et l’organisation d’un référendum non reconnu par Kiev et l’Occident, qui dénoncent une annexion.

Mais selon les experts interrogés, ce scénario ne devrait pas se répéter dans les régions russophones de l’est de l’Ukraine en raison des risques de nouvelles sanctions brandies par les États-Unis et l’Union européenne contre Moscou, et du manque de soutien parmi la population.

Intervenir militairement serait totalement absurde. Nos autorités ont déjà compris que le risque était trop élevé, que de sérieuses sanctions économiques étaient possibles, a déclaré à l’AFP l’analyste russe Alexeï Malachenko, du Centre Carnegie.

Les États-Unis et l’UE avaient réagi à la prise de contrôle de la Crimée par Moscou en adoptant des sanctions à l’encontre de responsables Russes ou Ukrainiens pro-russes. Le président américain, Barack Obama, a ensuite évoqué l’idée de s’en prendre à des secteurs clés de l’économie russe, déjà en perte de vitesse, en cas d’escalade.

Les risques sont plus élevés 

De plus, souligne l’expert Konstantin Kalatchev, il n’y a pas de consensus à l’égard de la Russie dans les régions industrielles russophones de l’est de l’Ukraine.

Seulement 30% des habitants, selon les sondages, voudraient se séparer de l’Ukraine pour rejoindre la Russie, ce qui est loin de l’unanimité constatée en Crimée, observe M. Kalatchev.

Contrairement à la péninsule de Crimée, renchérit le quotidien Vedomosti dans un éditorial, ces régions ne sont pas isolées géographiquement, et ne comportent pas de base militaire russe.

Si l’on rationalise la politique du Kremlin à l’égard de l’Ukraine, toute intervention militaire dans le sud-est de l’Ukraine paraît inutile et sans intérêt. La situation sociale et le niveau de soutien n’ont rien à voir avec ce qui a été constaté en Crimée, les risques sont beaucoup plus élevés à tous points de vue, notamment financiers, estime le quotidien des affaires.

La politique actuelle du Kremlin consiste donc à soutenir et contrôler l’instabilité dans l’est de l’Ukraine, afin de mettre en doute la légitimité de l’élection présidentielle et d’essayer d’influer sur les réformes constitutionnelles dans l’ex-république soviétique, explique Vedomosti.

Car les favoris de ce scrutin prévu le 25 mai 2014 — fixé après la destitution fin février du président pro-russe Viktor Ianoukovitch qui avait tourné le dos à l’Europe au profit de Moscou — sont des pro-européens décidés à arrimer à l’Ouest ce pays de 46 millions d’habitants frontalier de l’Union européenne.

Les États-Unis ont accusé mardi la Russie de semer le chaos en Ukraine, Kiev qualifiant de son côté les séparatistes pro-russes occupant des bâtiments administratifs à Donestk, Kharkiv et Lougansk de terroristes et criminels.

Réfutant ces accusations, le président russe Vladimir Poutine a mis en garde Kiev mercredi contre toute action irréparable, après les menaces du gouvernement pro-européen à Kiev — que Moscou ne reconnaît pas — d’intervenir contre les séparatistes retranchés dans deux villes de l’Est.

Pour M. Kalatchev, l’objectif minimum de la Russie, c’est d’arriver à ce que l’Ukraine devienne une fédération, idée lancée fin mars par le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qui permettrait pour Moscou de protéger les droits de la population russophone.

Une telle structure avec davantage d’autonomie aux régions ukrainiennes permettrait de faire en sorte que tout ce qui ne convient pas à la Russie, par exemple l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, puisse être torpillé par référendum avec l’aide des régions de l’est russophone, estime M. Kalatchev.

(©AFP / 10 avril 2014 15h33) UKRAINE: POUTINE POUR LE CHAOS DANS L'EST MAIS PAS D'INTERVENTION MILITAIRE (AFP) dans REFLEXIONS PERSONNELLES

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 10 avril, 2014 |Pas de commentaires »

ECOUTES,UKRAINE: REACTIONS D’UN ANCIEN RESISTANT (Léon LANDINI/initiative-communiste.fr/legrandsoir.info)

Ecoutes, Ukraine :

jeudemots

Réactions d’un ancien Résistant

(Léon LANDINI)

Depuis quelques jours, la droite est sens dessus dessous parce que certains juges ont mis sur écoute les conversations téléphoniques de Sarkozy, mis en cause dans plusieurs affaires graves.

Pourtant personne n’est scandalisé quand le gouvernement américain se permet d’espionner les conversations de tous les Français et, ajouterai-je, de tous les « Européens », Angela Merkel en tête !

Cela semble à peine « problématique » à nos gouvernants, qu’ils soient de droite ou de gauche, puisque les protestations à ce sujet sont de pure forme…

En définitive pour savoir ce que disent Sarkozy ou son avocat, le plus simple serait de le demander aux Américains qui, eux, sont au courant de tout sans que cela préoccupe grand monde !

Au sujet de l’Ukraine, par l’intermédiaire des médias à leur dévotion, nos gouvernants déclarent péremptoirement qu’il est interdit à un pays de diviser en deux une nation et que cette interdiction est une loi internationale.

C’est sans doute pour cette raison qu’ils s’y sont mis à plusieurs pour dépecer la Yougoslavie en utilisant pour cela des bombes à uranium appauvri.

Dans certains villages de ce pays où des bombes radio-actives ont été lâchées, les villages se dépeuplent car un nombre important d’habitants décède brutalement entre 50 et 60 ans : mais cela n’intéresse ni nos médias, ni nos gouvernants.

C’est sans doute aussi « parce qu’on n’a pas le droit de diviser un pays » que les puissances occidentales ont divisé la Corée, avec un mur frontalier de plusieurs centaines de kilomètres, qu’elles refusent la réunion de Taïwan à la Chine populaire, qu’elles viennent de susciter la division meurtrière du Soudan et que pendant trente ans, elles ont imposé la division en deux du Vietnam. Quant à la Tchécoslovaquie, elle a été divisée en deux parties sans même un référendum avec la bénédiction de son grand voisin allemand et de toute l’Union européenne…

Ne parlons même pas de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques qui fut démantelée en 1991 sur une simple décision de trois présidents de République (sur 15 !), dont l’Ukrainien Koutchma, sous les applaudissements des Occidentaux, alors qu’UN AN PLUS TÔT, 76% des Soviétiques avaient voté pour le maintien de la Fédération soviétique !

Enfin, Laurent Fabius a-t-il entendu parler du Mur de la honte qui, à l’initiative de l’Etat d’Israël, divise la Palestine historique en instituant un véritable apartheid à l’encontre les habitants des Territoires occupés ?

En ce moment-même, les eurocrates de droite et de « gauche » réfléchissent à la manière la plus efficace de faire éclater l’Espagne, la Belgique, la Grande-Bretagne, l’Italie ou la France en invoquant l’Europe des régions transfrontalières…

Par ailleurs, en tant qu’ancien résistant, je suis révolté – le mot est faible ! – pour dire le mépris et le dégoût que m’inspire le Président de la République lorsqu’il reçoit à l’Elysée, en notre nom à tous, le soi-disant premier ministre de l’Ukraine. Premier ministre autoproclamé qu’une photo parue récemment sur l’internet montre effectuant le salut hitlérien !!!

Recevoir ce personnage au moment même où nous célébrons le 70ème anniversaire du Conseil National de la Résistance est indigne d’un président qui est censé nous représenter !

Léon LANDINI, ancien officier F.T.P.-M.O.I.
Président du PRCF

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 19 mars, 2014 |Pas de commentaires »

UKRAINE,PETROLE,GUERRE. LES GROSSES COMPAGNIES PETROLIERES AMERICAINES NOUS CONDUISENT A LA GUERRE (Mike WHITNEY/counterpunch.org)

Ukraine, Pétrole, Guerre:

oleoduc-64d33

Les Grosses compagnies pétrolières

américaines nous conduisent

à la guerre

(Mike WHITNEY)

UKRAINE,PETROLE,GUERRE. LES GROSSES COMPAGNIES PETROLIERES AMERICAINES NOUS CONDUISENT A LA GUERRE (Mike WHITNEY/counterpunch.org) dans REFLEXIONS PERSONNELLES poutine_dernier_g8

« Nous assistons à une énorme partie géopolitique dans laquelle l’objectif est la destruction de la Russie en tant qu’opposante géopolitique aux Etats-Unis ou à l’oligarchie financière mondiale [.] La réalisation de ce projet va de pair avec le concept de domination mondiale menée par les Etats-Unis. »

(Vladimir Yakounine, ancien haut diplomate russe)

« L’Histoire montre que partout où les Etats-Unis font de l’ingérence, le chaos et la misère s’ensuivent. »

« Franchir une ligne

et provoquer le combat »

Après 13 années d’actes de violence qui ont réduit de larges pans de l’Asie Centrale et du Moyen-Orient à l’anarchie et à la ruine, le pouvoir destructeur de l’armée américaine a finalement trouvé à qui parler dans une petite péninsule du Sud-Est de l’Ukraine, qui sert de base opérationnelle principale à la flotte russe de la Mer Noire.

La Crimée est la porte par laquelle Washington doit passer pour pouvoir étendre ses bases avancées dans toute l’Eurasie, prendre le contrôle des couloirs vitaux de pipelines et de ressources, et s’établir en tant que puissance dominatrice militaro-économique dans ce nouveau siècle.

Malheureusement pour Washington, Moscou n’a aucune intention de se retirer de la Crimée ou de renoncer à contrôler son poste militaire avancé crucial de Sébastopol. Cela signifie que la Crimée – qui a été envahie par les Cimmériens, les Bulgares, les Grecs, les Scythes, les Goths, les Huns, les Khazars, les Ottomans, les Turcs, les Mongols et les Allemands – pourrait connaître une nouvelle conflagration dans les mois à venir.

Une telle situation pourrait déclencher une Troisième Guerre Mondiale, effondrer la structure mondiale de sécurité existante et établir un nouvel ordre mondial, qui serait toutefois différent de celui imaginé par les mythomanes du Council on Foreign Relations et autres groupes de réflexion d’extrême-droite qui guident la politique étrangère américaine et qui sont responsables de la crise actuelle.

La façon dont Washington se conduira dans ce nouveau conflit nous dira si les auteurs de la Guerre contre la Terreur – ce bobard des relations publiques qui a servi à cacher les objectifs visant à émasculer les libertés civiles et à établir un gouvernement mondial unique – étaient réellement sérieux quant à la réactualisation de leur vision d’un Nouvel Ordre Mondial ou si c’était simplement une chimère collective de PDG de grandes entreprises et de banquiers désouvrés.

En Crimée, l’empire est confronté à un véritable adversaire, et non à un groupe disparate de djihadistes en tongs brandissant des kalachnikovs.

C’est l’Armée russe; ils savent comment se défendre et sont préparés pour le faire.

La balle est désormais dans le camp d’Obama. C’est à lui et à ses conseillers tordus du « Grand Echiquier » de décider jusqu’où ils veulent pousser cette affaire. Veulent-ils intensifier la rhétorique et accroître de façon irréversible les sanctions jusqu’à ce que les coups soient échangés ? Veulent-ils tout risquer sur un coup de dé téméraire ou passer au Plan B ? Telle est la question.

Quoi que les responsables politiques américains décident, une chose est sûre : Moscou ne cèdera pas. Les Russes sont déjà dos au mur. Soit dit en passant, ils savent qu’un psychopathe assasin rôde en liberté, et ils sont prêts à faire tout ce qui est nécessaire pour protéger leur peuple. Si Washington décide de franchir cette ligne et de provoquer le combat, alors il y aura des problèmes. C’est aussi simple que cela.

John McCain, le faucon de toujours, pense qu’Obama devrait jeter son gant et montrer à Poutine qui est le chef. Dans une interview accordée au magazine TIME, McCain a déclaré : « C’est une partie d’échecs qui rappelle la Guerre Froide et nous devons en avoir conscience et agir en conséquence [.] Il nous faut prendre certaines mesures qui convaincraient Poutine que les actions qu’il est en train de mener aurait un coût élevé ».

« Un coût élevé » a dit McCain,

mais élevé pour qui ?

Ce que McCain ne réalise pas est que ce n’est pas l’Afghanistan et qu’Obama n’a pas affaire au docile fantoche de Karzaï. Lancer des sanctions contre Moscou aura des conséquences importantes, du genre qui causeraient beaucoup de dommages aux intérêts américains.

Avons-nous mentionné que le « plus gros projet pétrolier non-américain d’ExxonMobil est une collaboration avec le pétrolier russe Rosneft dans l’Arctique, où des milliards de dollars d’investissements sont en jeu ? »

Et que se passera-t-il si Poutine décide qu’il n’est plus dans les intérêts de Moscou d’honorer les contrats qu’il a passé avec des entreprises américaines ? A votre avis, quelle sera la réaction des actionnaires à cette nouvelle ? Et ce n’est qu’un seul exemple. Il y en a bien d’autres.

Toute confrontation avec la Russie aura pour conséquence des attaques asymétriques contre le dollar, le marché obligataire et l’approvisionnement en pétrole. Peut-être les Etats-Unis peuvent-ils vaincre les forces russes en Crimée. Peut-être pourraient-ils couler leur flotte et mettre leurs troupes en déroute, mais il y aurait un prix très élevé à payer et personne ne sera satisfait du résultat.

Voici l’extrait d’un article de Testosterone Pit qui résume bien la situation :

« Sergueï Glazyev, le conseiller le plus intransigeant de Poutine, a esquissé la stratégie de représailles. Se débarrasser des dollars, vendre les Bons du Trésor américain, encourager les sociétés russes à ne pas rembourser leurs dettes libellées en dollars et créer un système monétaire alternatif avec les BRICS et les producteurs d’hydrocarbures comme le Venezuela et l’Iran [.]

« L’allié de Poutine et son ami de confiance, le président de Rosneft Igor Sechin a suggéré qu’il était « recommandé de créer une bourse de valeurs internationale pour les pays participants, où les transactions pourraient être enregistrées en utilisant les monnaies régionales. » (Now On, No Compromises Are Possible For Russia [A partir de maintenant, aucun compromis n’est possible pour la Russie], Testosterone Pit)

A mesure que les Etats-Unis continuent d’abuser de leur pouvoir, ces changements deviennent de plus en plus nécessaires. Les gouvernements étrangers doivent former de nouvelles alliances afin d’abandonner le système actuel – le « système dollar » – et établir une plus grande parité entre les Etats-nations, ces mêmes Etats-nations que Washington détruit un à un pour établir sa vision macabre de l’utopie mondiale des affaires.

La seule façon de faire dérailler ce projet est d’exposer la faiblesse aveuglante de ce système lui-même, c’est-à-dire l’utilisation d’une devise internationale qui est adossée à une dette gouvernementale de 15.000 milliards de dollars, à une dette de la Réserve Fédérale de 4.000 milliards de dollars, et de milliers de milliards de dollars supplémentaires d’obligations fédérales non remboursées et non remboursables.

Quelles que soient les mesures prises par Moscou pour mettre un terme au système actuel et remplacer la devise de réserve mondiale par une monnaie qui représente une jolie réserve de valeurs, elles devraient être applaudies.

L’attitude irréfléchie et meurtrière de Washington dans le monde entier rend les Etats-Unis particulièrement impropres pour être le régisseur de fait du système financier mondial ou pour bénéficier d’une valorisation artificielle de leur monnaie, qui permet aux Etats-Unis de jouer le rôle de banquier avec le reste du monde.

Le dollar est la fondation sur laquelle reposent les trois piliers de la force impériale : politique, économique et militaire. Supprimez cette fondation et tout l’édifice s’écroule. Ayant abusé de ce pouvoir, en tuant et en estropiant des millions de personnes sur toute la planète, le monde a besoin d’une transition vers une autre façon bienveillante de perpétrer ses transactions d’affaires, de préférence une devise qui n’est pas adossée au sang et à la misère de victimes innocentes.

Paul Volcker a résumé les sentiments de nombreux détracteurs du dollar, en 2010, en disant :

« Le sentiment croissant dans une bonne partie du monde est que nous avons perdu à la fois la force économique relative et, ce qui est plus important, un modèle cohérent de gouvernance réussie pouvant être copié par le reste du monde. A la place, nous sommes confrontés à des marchés financiers cassés, à la sous-performance de notre économie et à un climat politique turbulent. »

L’Amérique est irréversiblement cassée et Washington est un marécage d’immoralité. Le monde a besoin d’un changement de régime, de nouveaux dirigeants, d’une nouvelle direction et d’un système différent.

Dans notre dernier article, nous avons essayé d’attirer l’attention sur le rôle que les grandes compagnies pétrolières ont joué dans la crise actuelle.

L’auteur Nafeez Ahmed s’étend sur ce thème dans un article « qu’il faut lire à tout prix » et qui a été publié dans l’édition du Guardian, lundi dernier. Voici un bref extrait de l’article d’Ahmed, intitulé « Ukraine crisis is about Great Power oil, gas pipeline rivalry » [La crise en Ukraine est une question de grandes puissances pétrolières et de rivalité en matière de pipelines » :

« L’Ukraine est de plus en plus perçue comme étant située à un endroit critique dans la bataille qui se fait jour pour dominer les couloirs de transport de l’énergie, reliant les réserves de pétrole et de gaz naturel du bassin de la Caspienne aux marchés européens.

Une compétition de grande envergure est déjà apparue dans la construction de pipelines. Il reste à voir si l’Ukraine fournira des itinéraires alternatifs pour aider à diversifier l’accès [à ces réserves], ce que préfère l’Ouest, ou si « elle se retrouvera forcée de jouer le rôle d’un subalterne de la Russie ». » (Guardian)

Les géants pétroliers occidentaux avaient du « retard à rattraper » depuis plus dix ans, avec Poutine qui faisait échec et mat à chacune de leur manouvres.

Il se trouve que l’habile ancien élève du KGB s’est avéré meilleur en affaires que tous ses concurrents, en les piégeant à leur propre jeu, se servant de l’économie de marché pour étendre son réseau de pipelines dans toute l’Asie Centrale et en Europe.

Voilà de quoi exactement est faite la crise actuelle.

Les grosses compagnies pétrolières se sont avérées être les « perdantes » dans cette guerre pour les ressources et elles veulent maintenant que l’Oncle Sam montre un peu de muscle pour qu’elles puissent revenir dans la partie. Cela s’appelle une « déconvenue », qui se rapporte aux jérémiades de ceux qui prennent une raclée.

Ecoutons à nouveau Ahmed :

« Certes, les violentes émeutes ont été déclenchées par la frustration que le rejet par Yanoukovitch de l’accord avec l’UE a engendrée, (à la faveur d’une soudaine proposition de Poutine de réduire la facture de gaz ukrainienne de 30% et d’une aide de 15 milliards de dollars) dans un climat de prix de l’énergie qui flambent, tout comme les autres factures (notamment alimentaires) des Ukrainiens, lié aux infortunes nationales en matière de gaz de l’Ukraine. La brutalité policière pour réprimer ce qui a commencé comme des manifestations pacifiques a été la goutte qui a fait déborder le vase. » (Guardian)

Autrement dit, Yanoukovitch a rejeté une offre de Chevron que l’UE et Washington poussaient, et a préféré l’accord plus favorable de la Russie. Selon Ahmed, cela a mis en colère les grosses huiles qui ont décidé d’inciter aux émeutes.

(« La soudaine proposition de Poutine de réduire la facture de gaz ukrainienne de 30% et d’une aide de 15 milliards de dollars a provoqué les manifestations.»)

Comme nous l’avons dit précédemment, c’est juste une question de déconvenue.

Donc, permettez-moi, chers lecteurs, de dire ceci : Est-ce la première fois que vous entendez un analyste respecté dire que le pétrole était derrière les émeutes, le coup d’Etat et la confrontation avec Moscou ?

J’en donnerai ma main à couper. Quelles que soient les tentacules que Wall Street a enroulés autour de la Maison Blanche, du Capitole et du pouvoir judiciaire américain, les grosses compagnies pétrolières sont aux commandes.

Les Apôtres des combustibles fossiles constituent le club le plus ancien et le plus puissant de Washington et « Ce qu’ils disent est parole d’évangile ».

Ainsi que Ahmed l’a si bien formulé :

« La raréfaction des ressources et la compétition pour dominer les couloirs de l’énergie en Eurasie sont derrière le militarisme russe et l’interférence américaine. L’Ukraine a la mauvaise fortune de se retrouver au milieu de cette lutte en accélération visant à dominer les couloirs de l’énergie en Eurasie dans les dernières décennies de l’âge des combustibles fossiles ».

Vous avez dit « Guerre

pour les ressources » ?

Ainsi que nous le faisions remarquer dans un article précédent, le cerveau du Nouvel Ordre Mondial, Zbigniew Brzezinski, a dépeint ce conflit avec la Russie ainsi :

« Couper l’accès des Occidentaux à la Mer Caspienne et à l’Asie Centrale ».

Pour une raison inconnue, les compagnies pétrolière monstrueuses de l’Amérique pensent que les ressources qui reposent sous le sol de la Russie leur appartiennent.

La question est de savoir si leurs agents pousseront Obama à mettre les troupes américaines en danger pour faire respecter cette revendication. Si elles le font, il y aura la guerre.

Traduit de l’anglais (US) par [JFG-QuestionsCritiques]

CounterPunch, le 13 mars 2014
article original« http://www.counterpunch.org/2014/03/12/big-oils-sore-losers-lead-the-drive-to-war/ »

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 17 mars, 2014 |Pas de commentaires »

JOURNALISTE: LA PROFESSION LA PLUS MEPRISEE DE FRANCE ? A FRANCE INTER, ON PREFERE CENSURER ! (Thierry LAMIREAU/lesoufflecestmavie.unblog.fr)

Journaliste:

La profession la plus

méprisée de France ?

A FRANCE INTER…

Logo de FRANCE INTER

on préfère CENSURER !

(Thierry LAMIREAU)

JOURNALISTE: LA PROFESSION LA PLUS MEPRISEE DE FRANCE ? A FRANCE INTER, ON PREFERE CENSURER ! (Thierry LAMIREAU/lesoufflecestmavie.unblog.fr) dans REFLEXIONS PERSONNELLES image-titre_emission

par Guillaume ERNER
du lundi au vendredi de 10h à 11h

Les français se méfient des politiques, des syndicalistes mais aussi et surtout des journalistes. De là à dire qu’il s’agit de la profession la plus méprisée de France, il n’y a qu’un pas, franchi récemment par Patrick Buisson.

Qu’est-ce que les français reprochent aux journalistes ?

Si vous avez envie de taper sur un journaliste, n’hésitez pas, appelez-nous au 01 45 24 70 00 ou commentez sur ce site et sur les réseaux sociaux nous sommes servicepublicfi.

medias%C2%A9-J%C3%A9r%C3%B4me-Romm%C3%A9 ARMES A L'URANIUM APPAUVRI dans REFLEXIONS PERSONNELLES

Médias © Fotolia – Jérôme Rommé – 2014

Avec :

Jean-François KAHN, écrivain.

Céline PIGALLE, Directrice de la rédaction d’i-TELE , Directrice de l’information du groupe Canal+

Jérôme BOUVIER, médiateur de RADIO  FRANCE

Reportage: Antoine LY

Anne Hommel est conseillère en communication. Avant de lancer sa propre société « Majorelle », elle a travaillé pour le compte de Dominique Strauss-Kahn et Jérôme Cahuzac. Elle les a accompagnés au pire moment de leur vie médiatique.

L’affaire Nafissatou Diallo pour DSK, et l’affaire des comptes suisses pour Cahuzac.

A chaque fois, c’est Anne Hommel qui a géré leur communication de crise. Elle sait que son métier est souvent mal perçu. Elle a accepté de donner sa vision de son travail à notre reporter Antoine LY.

COMMENTAIRE:

(Le Souffle c’est ma Vie / Thierry LAMIREAU)

HOLLANDE et l'URANIUM APPAUVRI

Ce jeudi 13 mars 2014, à FRANCE INTER, dans l’émission « Service Public », l’on a joué à fond l’hypocrisie, le mensonge par omission et la censure.

A FRANCE INTER, le producteur-animateur Guillaume ERNER veut nous faire croire que tout peut-être dénoncé sur le thème du journalisme…sauf qu’il ne faut surtout pas parler des journalistes de FRANCE INTER.

Le journaliste Simon TIVOLLE en est l’exemple type.

Pour rappel, voyez le lien ci-dessous:

http://lesoufflecestmavie.unblog.fr/2013/12/15/exclusif-armes-a-luranium-appauvri-france-inter-la-voix-est-censuree-le-canard-enchaine-lomerta-totale-thierry-lamireau-lesoufflecestmavie-unblog-fr/

J’ai donc choisi d’appeler le standard de FRANCE INTER ce jeudi 13 mars à 9h27, bien avant l’émission entre 10h et 11h.

A FRANCE INTER comme dans tous les autres médias la vérité est cachée, l’OMERTA est totale quant au fait de dénoncer l’utilisation des armes à l’URANIUM « APPAUVRI » par la France aussi bien avec les Présidents SARKOZY que HOLLANDE pour ne reprendre que les deux derniers.

FRANCE INTER a préféré me censurer…alors qu’elle avait une occasion unique de dénoncer l’attitude scandaleuse d’un de ses journalistes (Simon TIVOLLE) responsable des affaires liées aux armées et au Ministère de la Défense !

FRANCE INTER manipule donc les auditeurs en faisant croire que la ligne est ouverte pour « taper sur un journaliste » !

FRANCE INTER, une radio qui ne manque pas d’air…pour se taire.

Thierry LAMIREAU

lesoufflecestmavie.unblog.fr

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 13 mars, 2014 |Pas de commentaires »

LA GUERRE EN SYRIE POURRAIT DURER ENCORE 10 ANS ! (AFP)

La guerre en Syrie

SYRIE Image d'une rue dévastée

(Photo: SYRIE. Image d’une rue dévastée par les combats)

pourrait durer

encore 10 ans !

(AFP)

« La chute d’Assad pas aussi inévitable qu’il y a un an »,

mettent en garde des experts.

- (AFP)

La guerre en Syrie pourrait encore durer 10 ans, avec l’Iran et la Russie soutenant le président Bachar al-Assad et les groupes extrémistes envahissant le champ de bataille, ont mis en garde des experts ce jeudi.

Bachar al-Assad a délibérément choisi une «stratégie machiavélique» de ne rien faire pendant qu’émergeaient des groupes d’opposants extrémistes comme al-Nusra et l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), quittant le giron de l’opposition modérée au régime, qui doit elle se battre sur deux fronts, ont-ils expliqué.

« C’est maintenant clair que la chute d’Assad n’est plus aussi inévitable que beaucoup de spécialistes le croyaient il y a un an », a souligné l’analyste Daveed Gartenstein-Ross.

« Le scénario le plus probable est celui que les renseignements américains prévoient maintenant: que la guerre va continuer encore pendant dix ans, voire davantage », a-t-il ajouté devant la commission des Affaires étrangères du Sénat.

Les discussions à Genève pour un accord de paix, initiées par Washington et Moscou, ont échoué fin février 2014, tandis qu’Assad a été renforcé non seulement par les armes et l’argent de la Russie et de l’Iran, mais aussi par sa « volonté éhontée » de ne pas intervenir contre les mouvements extrémistes, selon cet expert.

« Le rôle majeur que jouent désormais les djihadistes (au sein de l’opposition) a dissuadé les pays occidentaux de peser davantage », explique Daveed Gartenstein-Ross, de la Fondation pour la défense de la démocratie.

SYRIE la photo de l'année UNICEF Dania KILSI 11 ans blessée par un obus à ALEP

SYRIE.La photo de « l’année UNICEF »: Dania KILSI 11 ans blessée par un obus à ALEP

Le 15 mars 2014 marquera le troisième anniversaire du conflit, qui avait démarré par des manifestations contre le régime brutalement réprimées. La guerre a fait depuis 140.000 morts, tandis que 2,5 millions de Syriens ont fui leur pays, et 6,5 millions ont été déplacés à l’intérieur de la Syrie.

Pour Daveed Gartenstein-Ross, la politique de Washington, qui s’est toujours gardé de livrer des armes lourdes aux rebelles tout en apportant de l’aide humanitaire, est « confuse » et manque d’un vrai « désir de mettre fin » à la guerre.

L’arrivée de soldats étrangers dans le conflit pose aussi des risques réels, car « la majorité de ces combattants radicalisés vont revenir chez eux pour combattre (…) avant d’aller en Europe ou aux Etats-Unis », prévient Matthew Levitt, du Washington Institute for Near East Policy.

« Alors que la guerre elle-même pourrait être (…) négociable, le sectarisme ne l’est pas, et va certainement créer les conditions de l’instabilité pendant de la prochaine décennie », selon lui.

(AFP)

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 7 mars, 2014 |Pas de commentaires »

LES MISSILES D’ESSAIS PLEUVENT DE PARTOUT(ATS/AFP/ Russia Today)

Les missiles d’essais pleuvent de partout !

Missile russe

-Washington avait été prévenu du tir d’essai de missile stratégique russe-

Cet essai intervient cinq jours après le début... (Photo Pavel Gerasimov, Reuters)

Cet essai intervient quelques jours après le début de l’occupation de la province ukrainienne de Crimée par les forces russes. La Russie procède régulièrement à des tirs d’essai de missiles. Le dernier tir d’essai d’un Topol-M avait été effectué avec succès en octobre 2013.

(Photo: Pavel GERASIMOV, REUTERS)

WASHINGTON – La Russie avait prévenu à l’avance les Etats-Unis qu’elle allait procéder à un tir d’essai de missile balistique intercontinental Topol, intervenu mardi en pleine période de tensions américano-russes sur l’Ukraine, a déclaré un responsable américain de la Défense.

On nous avait prévenu de ce test plus tôt cette semaine, ce n’est pas inattendu, a confié à l’AFP ce responsable s’exprimant sous couvert de l’anonymat. Interrogé sur la signification de ce test en pleine crise ukrainienne, il n’a pas souhaité faire de commentaire.

La Russie a procédé mardi avec succès au tir d’essai d’un missile balistique intercontinental (ICBM),Topol RS-12M, depuis la région d’Astrakhan (sud), a indiqué un responsable du ministère russe de la Défense. L’ogive d’entraînement –non nucléaire– a détruit sa cible située au Kazakhstan, selon ce responsable.

Le Topol RS-12M (code Otan: SS-25 Sickle) a une portée de 10.000 km et une masse au décollage de 45,1 tonnes. Il peut être équipé d’une ogive nucléaire de 550 kilotonnes. Facile à manier, le projectile peut être lancé à l’aide de rampes mobiles stationnaires.

La Russie procède régulièrement à des tirs d’essai de missiles. Le dernier tir d’essai d’un Topol-M avait été effectué avec succès en octobre dernier.

Cet essai intervient cinq jours après le début de l’occupation de la province ukrainienne de Crimée par les forces russes. Le chef de la diplomatie américaine John Kerry a accusé mardi Moscou de chercher un prétexte pour envahir l’Ukraine. Les Etats-Unis ont rompu lundi toute coopération militaire avec Moscou et menacent la Russie de nouvelles sanctions.

Les pays officiellement reconnus comme détenteurs de l’arme nucléaire annoncent toujours à l’avance les essais de missiles balistiques ou nucléaires pour éviter les erreurs de jugement.

Même au plus fort de la Guerre froide, pendant la crise des missiles de Cuba en octobre 1962, Etats-Unis et URSS avaient poursuivi leurs essais nucléaires, les Américains en ayant conduit quatre ce mois-là, les Soviétiques deux, selon l’Organisation pour l’Interdiction Complète des Essais Nucléaires (CTBTO).

(©AFP / 04 mars 2014 21h43)

La Russie teste avec succès

un missile intercontinental

La Russie a procédé mardi avec succès au tir d’essai d’un missile intercontinental au plus fort des tensions suscitées par la crise ukrainienne.

Les Forces des fusées stratégiques de la Fédération de Russie ont lancé un missile Topol RS-12M de la région d’Astrakan, sur le littoral de la Caspienne. L’ogive non armée a atteint sa cible qui se trouvait au Kazakhstan, a rapporté l’agence de presse russe RIA, citant un porte-parole du ministère russe de la Défense.

En Crimée, l’armée ukrainienne a pour sa part affirmé avoir repoussé à mains nues une attaque de fusiliers marins russes armés qui avaient tenté de prendre d’assaut un navire mouillant à Sébastopol.

« Les hommes armés ont approché en remorqueur le navire Slavoutitch, il y a eu une tentative de monter à bord du bateau, de capturer les marins et de se saisir de leurs armes », a précisé le ministère ukrainien de la Défense dans un communiqué.

Navires bloqués

« Le navire a été attaqué par des militaires en uniforme de fusiliers marins russes venus d’un navire russe », a précisé à l’AFP un porte-parole du ministère. Les marins « en sont venus aux mains et l’attaque a été repoussée », a encore précisé ce porte-parole.

Les bateaux russes continuent de bloquer les navires ukrainiens à Sébastopol, selon le ministère ukrainien. Mais il était impossible mardi de vérifier cette information de source indépendante.

(ats / 04.03.2014 20h50)

Après la Corée du Nord

et la Russie,

la Chine montre, elle aussi,

ses « gros bras »

dc790b43fcad5ce56893222b29a77fc3_article

© militaryparitet.com / image illustrative Dongfeng-41 missile

Les agences de renseignement des États-Unis confirment que la Chine a mis au point un nouveau missile balistique à portée intermédiaire appelé Dongfeng-26C (DF-26C).

Il est estimé que le nouveau missile a une portée d’au moins 3500 km, permettant aux forces militaires chinoises de mener des attaques contre des installations militaires américaines en Guam , île du Pacifique occidental rattachée à l’Amérique du Nord.
Le nouveau missile aurait pour objectif de contrôler les eaux de l’Asie-Pacifique et d’empêcher l’entrée des militaires de plusieurs archipels américains situés le long de la côte de la Chine , selon un article publié sur le site Beacon gratuit .Il utilise du combustible solide et le transfert est relativement simple, il peut être caché dans des installations souterraines, suivant le site.

Source: Russia Today

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 7 mars, 2014 |Pas de commentaires »

CASQUES BLEUS EN CENTRAFRIQUE: LE COÛT DE LA MISSION AU COEUR DES DISCUSSIONS (AFP)

Casques bleus en Centrafrique:

AAAAAAAAAA

Le coût de la mission

au coeur des discussions

NATIONS UNIES (Etats-Unis) – La question de la taille et du financement du projet visant à déployer des milliers de Casques Bleus en Centrafrique était, jeudi 6 mars 2014, au coeur des discussions du Conseil de Sécurité, l’ambassadeur français prédisant une négociation difficile.

Ce sera une négociation difficile car pour beaucoup de pays, le coût des opérations de maintien de la paix pose problème, a souligné Gérard Araud à l’issue de la réunion.

La première du Conseil sur la proposition de Ban Ki-moon de déployer d’ici la mi-septembre 12.000 soldats et policiers en République centrafricaine (RCA) pour rétablir l’ordre dans un pays immense en proie à l’anarchie et à la violence entre communautés chrétienne et musulmane.

Tous les Etats membres comprennent la nécessité d’une opération de maintien de la paix mais il y a des questions, des nuances sur la nature de la menace, a poursuivi l’ambassadeur français. Il a admis qu’il s’agirait d’une opération lourde et inscrite dans la durée, qui coûterait plusieurs centaines de millions de dollars par an selon les estimations de l’ONU.

La France va proposer, dans les semaines qui viennent, à ses partenaires d’adopter une résolution autorisant cette opération, qui prendra le relais de la force de l’Union Africaine (MISCA) déjà sur place aux côtés des 2.000 soldats français de l’opération SANGARIS.

Selon l’ambassadrice américaine à l’ONU Samantha Power, les Etats-Unis soutiennent la demande du secrétaire général de l’ONU et sont prêts à travailler en collaboration étroite avec leurs partenaires sur ce projet.

Il est clair, a déclaré Mme Power à l’AFP, qu’une (telle) opération devra être soutenue par des partenaires sur le terrain, y compris par le biais d’une présence militaire continue et solide -une invitation à la France à maintenir un contingent en RCA.

L’administration Obama devra cependant

convaincre le Congrès de financer l’opération.

Nous sommes d’accord sur l’objectif (…) mais un certain nombre de questions ont été posées, a de son côté expliqué le patron des opérations de maintien de la paix de l’ONU Hervé Ladsous. Il a fait valoir que l’opération serait flexible et sa mise en place progressive afin d’amortir un coût important, qu’il a chiffré à des centaines de millions mais pas un milliard de dollars par an.

En présentant le plan de M. Ban au Conseil, M. Ladsous avait reconnu qu’il n’y avait pas de solution miracle en République centrafricaine, jugeant toutefois une opération de maintien de la paix indispensable.

Retarder une réponse durable pourrait être encore plus coûteux, a-t-il plaidé en soulignant l’impact négatif potentiel pour la stabilité de la région, y compris une division du pays et la création d’un terrain propice aux groupes extrémistes.

En attendant l’arrivée des Casques Bleus à l’automne, il avait appelé à apporter d’urgence à la MISCA un soutien financier rapide et généreux. La plupart des futurs Casques Bleus viendront des rangs de la MISCA.

La patronne des opérations humanitaires de l’ONU Valérie Amos a, elle aussi, plaidé pour l’envoi de renforts. A l’heure où je vous parle, des gens vivent dans la peur d’être attaqués et la communauté internationale semble paralysée, a-t-elle déclaré devant le Conseil.

Il faut donc rétablir la sécurité

pour faciliter la livraison de l’aide humanitaire:

La route de Douala, au Cameroun, à Bangui n’est pas sûre et cela oblige à acheminer les secours par avion, ce qui coûte presque huit fois plus cher que par la route, a-t-elle expliqué.

Le financement de l’aide est insuffisant alors qu’une crise alimentaire menace:

Des 551 millions de dollars de l’appel de fonds de l’ONU pour 2014, seuls 16% ont été versés.

Mme Amos s’est rendu récemment en RCA, de même que le Haut Commissaire de l’ONU aux réfugiés Antonio Guterres.

Ce dernier a confié au Conseil qu’en huit ans de mandat il avait rarement ressenti autant d’émotion que pendant cette visite.

Depuis début décembre, nous assistons à un « nettoyage » frappant la majorité de la population musulmane dans l’ouest de la RCA, a-t-il dénoncé, expliquant que 15.000 musulmans étaient encore pris au piège dans l’ouest de la RCA, sous la menace d’éléments anti-Balaka.

(©AFP / 06 mars 2014 21h37) 

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 7 mars, 2014 |Pas de commentaires »
123456...24

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007