LES « PLOMBIERS » DE LA NSA POSTES EN ALLEMAGNE (dedefensa.org / legrandsoir.info)

Les “plombiers” de la NSA
postés en Allemagne
AAAAAAAA
LES
dedefensa.org

La dernière “livraison” du fonds Snowden, le 29 décembre 2013 dans le Spiegel, devrait laisser des traces par son importance politique, encore plus que par ses aspects techniques ou son écho médiatique. Il s’agit de l’exposition en détails d’une unité spéciale de la NSA, désignée Office of Tailored Access Operations, ou TAO, et agissant comme des “plombiers” appelés à intervenir ponctuellement dans des actes de cyberguerre. (Le terme “plombiers” est effectivement employé, et il constitue une référence aux “plombiers” du Watergate, l’équipe spéciale mise sur pied par le président Nixon et dépendant directement de son cabinet pour effectuer diverses opérations “spéciales”, – dont le cambriolage dans l’immeuble du Watergate qui aboutit directement à la crise du même nom.)

Cette unité des TAO représente un bras opérationnel d’exception, une sorte de “commandos de cyberguerre”, qui a à son actif nombre d’activités mises à jour dans de précédentes livraisons, et qui ont soulevé beaucoup de remous. Par exemple, il semble bien les TAO aient la responsabilité opérationnelle de l’écoute et de la surveillance de dirigeants politiques de pays étrangers, y compris “les amis” (« Indeed, TAO specialists have directly accessed the protected networks of democratically elected leaders of countries »). Cela devrait sonner désagréablement aux oreilles d’une Merkel ou d’une Rousseff.

L’équipe de journalistes qui s’est chargée de rédiger le texte après examen minutieux du fonds Snowden mêle des gens du Spiegel et des personnalités du réseau Snowden-Greenwald (Jacob Appelbaum et Laura Poitras). Le fait confirme la place désormais prééminente prise par le Spiegel, dans un contexte qu’on connaît, où l’Allemagne a pris une position en flèche de contestatrice de la NSA. (Par contraste, on observera que le Guardian place l’information en cinquième ou sixième position dans la hiérarchie de ses nouvelles, que ni The Independent ni The Daily Telegraph par exemple n’en signale rien sur leurs pages d’accueil, tout cela confirmant la courbe rentrante, jusqu’à la négation même de cette sorte de nouvelles, de la presse britannique.) Nous donnons ici un extrait du texte publié par le Spiegel.

« One of the two main buildings at the former plant has since housed a sophisticated NSA unit, one that has benefited the most from this expansion and has grown the fastest in recent years – the Office of Tailored Access Operations, or TAO. This is the NSA’s top operative unit – something like a squad of plumbers that can be called in when normal access to a target is blocked.

»According to internal NSA documents viewed by Spiegel, these on-call digital plumbers are involved in many sensitive operations conducted by American intelligence agencies. TAO’s area of operations ranges from counterterrorism to cyber attacks to traditional espionage. The documents reveal just how diversified the tools at TAO’s disposal have become – and also how it exploits the technical weaknesses of the IT industry, from Microsoft to Cisco and Huawei, to carry out its discreet and efficient attacks.

»The unit is “akin to the wunderkind of the US intelligence community,” says Matthew Aid, a historian who specializes in the history of the NSA. “Getting the ungettable” is the NSA’s own description of its duties. “It is not about the quantity produced but the quality of intelligence that is important,” one former TAO chief wrote, describing her work in a document. The paper seen by Spiegel quotes the former unit head stating that TAO has contributed “some of the most significant intelligence our country has ever seen.” The unit, it goes on, has “access to our very hardest targets.” » [...]

»Defining the future of her unit at the time, she wrote that TAO “needs to continue to grow and must lay the foundation for integrated Computer Network Operations,” and that it must “support Computer Network Attacks as an integrated part of military operations.” To succeed in this, she wrote, TAO would have to acquire “pervasive, persistent access on the global network.” An internal description of TAO’s responsibilities makes clear that aggressive attacks are an explicit part of the unit’s tasks. In other words, the NSA’s hackers have been given a government mandate for their work. During the middle part of the last decade, the special unit succeeded in gaining access to 258 targets in 89 countries – nearly everywhere in the world. In 2010, it conducted 279 operations worldwide.

»Indeed, TAO specialists have directly accessed the protected networks of democratically elected leaders of countries. They infiltrated networks of European telecommunications companies and gained access to and read mails sent over Blackberry’s BES email servers, which until then were believed to be securely encrypted. Achieving this last goal required a “sustained TAO operation,“ one document states.

»This TAO unit is born of the Internet – created in 1997, a time when not even 2 percent of the world’s population had Internet access and no one had yet thought of Facebook, YouTube or Twitter. From the time the first TAO employees moved into offices at NSA headquarters in Fort Meade, Maryland, the unit was housed in a separate wing, set apart from the rest of the agency. Their task was clear from the beginning – to work around the clock to find ways to hack into global communications traffic. [...]

»To do this, the NSA needed a new kind of employee. The TAO workers authorized to access the special, secure floor on which the unit is located are for the most part considerably younger than the average NSA staff. Their job is breaking into, manipulating and exploiting computer networks, making them hackers and civil servants in one. Many resemble geeks – and act the part too.

»Indeed, it is from these very circles that the NSA recruits new hires for its Tailored Access Operations unit. In recent years, NSA Director Keith Alexander has made several appearances at major hacker conferences in the United States. Sometimes, Alexander wears his military uniform, but at others, he even dons jeans and a t-shirt in his effort to court trust and a new generation of employees. The recruitment strategy seems to have borne fruit. Certainly, few if any other divisions within the agency are growing as quickly as TAO. There are now TAO units in Wahiawa, Hawaii ; Fort Gordon, Georgia ; at the NSA’s outpost at Buckley Air Force Base, near Denver, Colorado ; at its headquarters in Fort Meade ; and, of course, in San Antonio.

»One trail also leads to Germany. According to a document dating from 2010 that lists the “Lead TAO Liaisons” domestically and abroad as well as names, email addresses and the number for their “Secure Phone,” a liaison office is located near Frankfurt – the European Security Operations Center (ESOC) at the so-called “Dagger Complex” at a US military compound in the Griesheim suburb of Darmstadt.

»But it is the growth of the unit’s Texas branch that has been uniquely impressive, the top secret documents reviewed by Spiegel show. These documents reveal that in 2008, the Texas Cryptologic Center employed fewer than 60 TAO specialists. By 2015, the number is projected to grow to 270 employees. In addition, there are another 85 specialists in the “Requirements & Targeting” division (up from 13 specialists in 2008). The number of software developers is expected to increase from the 2008 level of three to 38 in 2015. The San Antonio office handles attacks against targets in the Middle East, Cuba, Venezuela and Colombia, not to mention Mexico, just 200 kilometers (124 miles) away, where the government has fallen into the NSA’s crosshairs. »

Bien entendu, ces différentes révélations doivent conduire au constat, une fois de plus, de la puissance de la NSA, et de la puissance du Système par conséquent, et d’une puissance supposée toujours en expansion.

Cela n’a rien de nouveau pour nous, puisque nous parlons de façon encore plus généreuse de la surpuissance du Système, et d’ailleurs sans cacher que c’est justement cette “surpuissance” qui conduit paradoxalement à son impuissance grandissante. Pour le cas présent, il y a des remarques beaucoup plus intéressantes à faire que de s’exclamer sur la puissance de la NSA, notamment sur le point du constat que ces révélations sur la puissance de la NSA contribuent effectivement à accentuer divers facteurs contribuant à cette impuissance grandissante du Système dont nous parlons, en réunissant des éléments pour des effets potentiels extrêmement négatifs.

• La première remarque concerne l’Allemagne. Le Spiegel est allemand et ses révélations du fonds Snowden affectent directement l’opinion publique comme la direction politique du pays. On sait qu’à cet égard, l’Allemagne est le pays qui a réagi le plus vivement aux révélations-Snowden, jusqu’à un point très critique de ses relations avec les USA (voir le 12 décembre 2013 et le 20 décembre 2013). Le point opérationnel essentiel de ces révélations sur les TAO est que cette unité a des postes à l’étranger, et que l’un des principaux d’entre eux se trouve en Allemagne…

« One trail also leads to Germany. According to a document dating from 2010 that lists the “Lead TAO Liaisons” domestically and abroad as well as names, email addresses and the number for their “Secure Phone,” a liaison office is located near Frankfurt – the European Security Operations Center (ESOC) at the so-called “Dagger Complex” at a US military compound in the Griesheim suburb of Darmstadt. »

Cette “révélation” en est-elle une pour les SR allemands ?

Plusieurs réponses sont possibles (oui, c’est une “révélation”, non ils savaient en gros mais ignoraient les détails-TAO, oui ils savaient mais n’ont rien dit au pouvoir politique, oui ils savaient et Merkel aussi)… Quoi qu’il en soit, l’important est la publicité de cette “révélation”, qui pourrait placer l’Allemagne et Merkel face à un choix bien difficile. Après la fureur dénonciatrice des activités de la NSA, voilà le gouvernement allemand placé devant le cas qui semblerait celui de la présence d’une antenne hyperactive de la NSA sur le sol allemand lui-même, coordonnant sans doute les écoutes les plus intrusives (à l’encontre de Merkel).

L’Allemagne, truffée de bases US au nom des contraintes structurelles de l’OTAN héritées de la période de l’occupation, va-t-elle suivre sa logique de réaffirmation souverainiste et exiger, au moins, le départ de la station de la NSA du Dagger Complex ?

Se contentera-t-elle de garanties verbales ou exigera-t-elle des preuves concrètes, voir plus ? On commence à frôler le cas intéressant des structures militaires hégémoniques du Système qui pourraient devenir l’enjeu d’un affrontement à l’intérieur du Système. L’OTAN tremblerait sur ses bases. C’est une opportunité intéressante, – à suivre avec attention…

• La description de l’unité TAO est du plus grand intérêt, notamment avec les détails du recrutement de hackers civils, sans doute souvent jeunes, sans doute souvent avec un fond anarcho-contestataire qu’on met de côté puisque la NSA paye bien. Nous avons même le détail goûteux d’un Alexander sémillant, enfilant blue jeans et t-shirt, pour séduire les jeunes gens chevelus, barbus et éventuellement boutonneux, un détail qui touche simplement au sublime du grotesque (« In recent years, NSA Director Keith Alexander has made several appearances at major hacker conferences in the United States. Sometimes, Alexander wears his military uniform, but at others, he even dons jeans and a t-shirt in his effort to court trust and a new generation of employees »)… Le problème étant de savoir si, aujourd’hui, le pseudo-néo-beatnik Alexander recevrait le même accueil qu’il semblerait avoir reçu ces dernières années. Par exemple, on se rappelle ce compte-rendu de Russia Today le 1er août 2013, sur la conférence Black Hat de Las Vegas, dans le Nevada, où Alexander, hors-jeans et hors-t-shirt, se fit sévèrement chahuter par divers interrupteurs soutenus par les applaudissements de l’auditoire. (Depuis, Alexander-jeans ne s’est plus aventuré dans un de ces congrès de jeunes hackers dont les TAO ont tant besoin.)

Le problème du fonds Snowden, c’est qu’il nous donne une image de la puissance de la NSA avant la défection, avant l’ère-Snowden, et que cette défection bouleverse tout. Aujourd’hui, on peut entendre un Michael Hayden, général de l’USAF à la retraite, ex-directeur de la NSA et de la CIA, déclarer (voir Antiwar.com le 29 décembre 2013) :

« [Snowden leakings] is the “most serious hemorrhaging of American secrets in the history of American espionage.” Hayden went on to claim that the NSA was “infinitely weaker” now that everyone knows about what it is doing, insisting it would take “decades” for the NSA to return to the pre-Snowden era of unchecked power. »

URL de cet article 23892
http://www.legrandsoir.info/les-plombiers-de-la-nsa-postes-en-allemagne.html
Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 22 janvier, 2014 |Pas de commentaires »

MOYEN-ORIENT: CHRONIQUE D’UN CHAOS ORDINAIRE (Pr Chems Eddine CHITOUR / lexpressiondz.co

MOYEN-ORIENT:

Chronique d’un chaos ordinaire

(Pr Chems Eddine CHITOUR)

Une ville syrienne jadis prospère, aujourd'hui que des ruines
Une ville syrienne jadis prospère, aujourd’hui que des ruines.

«Momo se promène dans le désert, sa babouche heurte une lampe, Momo la frotte, il apparait un génie, – Je suis le génie ! Fais un voeu et je l´exaucerais ! Momo réfléchit… – Je voudrais un pont d´ici jusqu’ en Amérique. Le génie – Quoi ? Un pont d’ici en Amérique ? Mais tu ne te rends pas compte de la distance, le câblage, le bitume, les tonnes de béton, la profondeur de l’océan…. t´es sûr? Tu ne veux pas faire un autre voeu ? – O.k. o.k..je voudrais que les Arabes deviennent tous intelligents! – Oh…De quelle couleur tu le veux ce pont ?»

Cette tragique blague explique la condition des Arabes qui s’entre-tuent pour le bien de l’Empire. Encore une fois l’actualité se rappelle à nous. Nous savons tous que le chaudron syrien est toujours en ébullition mais on avait espéré qu’à l’approche de Genève, la situation allait se calmer de part et d’autre. Dans ce Proche et Moyen-Orient livré à tout vent avec la situation peu enviable de la Libye, les convulsions du pouvoir en Egypte, voilà que le Liban se met de la partie. Sur son sol en effet, plusieurs attentats qui ont des commanditaires différents et qu’au final ce sont les civils, notamment du Hezbollah et ses alliés iraniens qui en font les frais.

De plus, l’assassinat d’un ministre proche de la mouvance du 14 avril de Hariri est en quelque sorte la réponse à l’attaque de l’ambassade iranienne à Damas. Ceux qui tirent les ficelles sont avant tout des roitelets du Golfe dont la gouvernance laisse à désirer. C’est le cas de l’Arabie Saoudite et de ses services de renseignement avec le prince Bandar Ben Sultan pour qui tous les coups sont permis quand il s’agit de démolir le pouvoir syrien -allié de l’Iran chiite- quitte à proposer ses bases aux Israéliens pour leur permettre de bombarder l’Iran en toute quiétude. On le voit, Israël fait partie de la solution ou du problème quand il s’agit de réduire l’influence de l’arc chiite et dans ces conditions il ne faut surtout pas parler de religion, de schisme sunnite-chiite. C’est de fait le combat contre l’arc chiite représenté par la Syrie alaouite de Bachar El Assad, l’Iran, Bahrein, et naturellement l’Irak qui n’en finit pas de saigner. On apprend à ce propos que des éléments d’Al Qaîda ont pris la ville de Falloudja, la tristement célèbre martyre de la troisième guerre du Golfe de 2003. Un autre acteur qui lui s’implique plus que de coutume sur tous les fronts extérieurs en guerroyant à la place de l’Empire, est la France frustrée de n’avoir pas pu faire décoller ses avions pour aller porter la désolation humanitaire en Syrie. Se retrouvant seule après le refus du Parlement britannique et le niet américain, François Hollande a réduit la voilure et n’a pas voulu aller titiller la bête tout seul d’autant plus qu’il était attendu… C’était reculer pour mieux sauter, sa proximité actuelle avec l’Arabie Saoudite où il s’est rendu fin décembre a fait qu’il n’est pas revenu les mains vides. C’est d’abord un carnet de commandes de plusieurs milliards de dollars pour l’armement de l’armée saoudienne qui, il y a à peine deux ans, s’est ravitaillée aux Etats-Unis pour près de 100 milliards de dollars. C’est ensuite l’achat pour le compte du Liban d’un marché de 3 à 5 milliards de dollars payé par les Saoudiens. Le but étant de déclarer la guerre au Hezbollah pour affaiblir la Syrie et venir aux négociations de Genève en position de force.

La Syrie, pays de tous les enjeux énergétiques

oleoduc-64d33
Pourquoi cet acharnement sur la Syrie ? Aucune logique si ce n’est celle de l’explication par l’énergie. Si la France et l’Arabie Saoudite sont en «grande convergence» au sujet de la guerre menée en Syrie, on peut finir par douter de son mobile humanitaire et chercher d’autres explications. Le gaz apparait comme une alternative à la diminution des réserves mondiales de pétrole.

L’exportation du gaz russe est permise grâce aux deux projets de gazoduc.

Jérôme Henriques écrit à ce propos:

«Le Nord Stream passant par l’Allemagne et censé alimenter le nord de l’Europe. Et le South Stream qui doit se diriger vers l’Europe occidentale via la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie et la Slovénie. Or, dans le but de concurrencer South Stream, l’Union Européenne a soutenu le projet Nabucco. La guerre entre South Stream et Nabbuco a nettement tourné à l’avantage de la Russie. Initialement prévu pour 2014. (…) Au Moyen-Orient, l’Iran est un grand producteur de gaz. En juillet 2011, l’Iran, l’Irak et la Syrie ont signé un projet de gazoduc: l’Islamic Gas Pipeline ou «Gazoduc Chiite». Après un temps de réalisation estimé à 3 ans, ce projet devrait permettre à l’Iran d’alimenter l’Irak et la Syrie. Grâce aux ports méditerranéens de la Syrie ou du Liban, il pourrait même alimenter l’Union Européenne. Par ailleurs, la Syrie a découvert en août 2011 un vaste champ gazier à Qaraa, près du port de Tartous. Partenaire économique de la Syrie, la Russie pourrait alors jouer un rôle important, non seulement dans l’exploitation de ce gaz, mais aussi dans son exportation vers l’Europe par la mise à disposition de sa flotte en Méditerranée.» (1)

Liban: le jeu malsain de Michel Sleiman ?

«En 2009, le Qatar avait lui aussi présenté un projet de gazoduc terrestre devant le relier à la Turquie. C’est dans cette optique que le Qatar s’est rapproché en 2010 de la Syrie par un «pacte de défense». Mais cette dernière a ensuite préféré se joindre au projet de Gazoduc chiite. Deux autres puissances régionales sont intéressées par le projet qatari: la Turquie et Israël. La Turquie cherche à diminuer sa dépendance au gaz russe et au gaz iranien. Quant à Israël, il a découvert fin 2010 un énorme champ gazier au large de ses côtes. Il pourrait donc rejoindre le projet qatari pour l’exportation de son gaz vers l’Europe. Ainsi, le Qatar, la Turquie et Israël voient d’un très mauvais oeil la réalisation du gazoduc Iran-Irak-Syrie, complètement indépendant de leurs routes de transit vers l’Europe. (1)

Poursuivant son analyse sur la situation de la Syrie qui connaît des conflits multidimensionnels, Jérôme Henriques écrit:

«En Syrie, une guerre directe parait une fois de plus compliquée. Tout d’abord, Bachar al-Assad est soutenu par une majorité de la population. La Syrie compte plusieurs minorités et l’état laïc leur assurait jusqu’ici la paix civile. (..) Quant aux ennemis d’Al Assad, ils n’ont pas toujours les mêmes intérêts dans le conflit. La Turquie soutient les Frères musulmans mais redoute la montée en puissance des Kurdes; le Qatar soutient aussi les Frères musulmans tandis que l’Arabie Saoudite soutient les salafistes; Israël quant à lui redoute peut-être plus la confrérie (le Hamas palestinien est une branche de cette organisation) que le régime actuel qui ne le menace pas directement; enfin, si les Occidentaux ont montré qu’ils pouvaient s’entendre avec certains courants politiques comme les Frères musulmans, leur présence s’est plutôt révélée impopulaire dans la région où ils ont été la cible de nombreuses attaques.» (1) «Rien de tel conclut Jérôme Henriques dans ces cas-là qu’une guerre indirecte: on économise ses troupes tout en entretenant le chaos à distance, chaos duquel on finira bien par tirer notre épingle du jeu. L’Arabie Saoudite et le Qatar ont reconnu armer les opposants depuis le début. En continuant d’armer l’ASL et en refusant toute négociation avec le régime, l’opposition écarte durablement toute possibilité d’apaisement. L’attaque chimique du 21 août 2013 fait d’ailleurs figure de prophétie auto-réalisatrice (…).Peu importe le manque de preuves, les déclarations de Carla del Ponte (ancienne procureure du TPI, membre de la commission d’enquête en Syrie) où l’arrestation à la frontière turque de membres du Front al-Nosra en possession de gaz Sarin; c’est à mettre une fois de plus sur le compte de Al-Assad.» (1).
Dans la redistribution encore une fois des cartes au Moyen-Orient, le Liban que l’on croyait en dehors des convulsions syriennes se manifeste. Dans un discours adressé à la nation dans la soirée du 29 décembre 2013, le président Michel Sleiman a annoncé une aide saoudienne «exceptionnelle» de trois milliards de dollars destinée à l’Armée libanaise pour l’achat d’armes auprès de l’État français dans les plus brefs délais ! Il a conclu son discours par «Vive le Royaume d’Arabie saoudite, Vive le Liban !». Dans ces conditions, la position du président du Liban est pour la première fois un signe d’alignement contre la Syrie. Ibrahim Amin al-Amin rédacteur en chef du journal libanais Al-Akhbar, interpelle le général Sleiman par ces propos: «Qu’attend de nous Michel Sleiman? Que nous le remerciions ? Que nous levions haut les étendards, son portrait, celui du commandeur de la péninsule arabique, et celui du xénophobe élu président de la France. (…) Ton discours d’hier serait-il la «Déclaration de Baâbda la Saoudite» ? Serais-tu devenu le porte-parole du sommet réunissant les plus grands ennemis du Liban, de la Syrie, de la Palestine et de l’Irak ? Crois-tu avoir réussi, là où d’autres ont échoué, à convaincre la France et l’Arabie Saoudite de financer et d’équiper l’Armée libanaise afin qu’elle puisse faire face à ceux qui s’attaquent à la souveraineté du pays et à la dignité de son peuple ? (…) Comment se peut-il que la France de Hollande; cette France haineuse des Arabes et des musulmans, sauf s’ils sont sous sa botte; cette France soumise aux USA tel un gamin indigne de leur confiance; cette France qui a fait de son ambassade au Liban le centre de gestion d’actions éhontées contre l’Humanité; cette France qui se charge de couvrir une grande partie des opérations terroristes en Syrie et qui, sous une forme ou une autre, a mis en branle ses services de renseignements, ses chercheurs, ses diplomates, ses journalistes, etc. partout où elle l’a pu – au Liban, en Syrie, en Jordanie et en Turquie – pour tout démolir… (…) Contrats conclus afin de renforcer les relations entre les deux pays face à un adversaire commun en Iran, en Irak, en Syrie, et aussi au Liban ?»(2) «Nierais-tu poursuit Ibrahim El Amin, que tu as «bradé» le Hezbollah, en particulier, et que tu es prêt à trouver un arrangement en ce qui concerne la formation d’un gouvernement si ses membres acceptaient la prolongation de ton mandat ? Nierais-tu nous avoir inventé un croquemitaine nommé «courroux saoudien» au cas où les choses évolueraient contrairement à la volonté du Royaume ? Es-tu satisfait de ta collaboration avec le commandeur de la péninsule qui n’a cure de la vie de dizaines de milliers de Syriens assassinés par les terroristes qu’il a financés, entraînés et armés, et qui te fait l’aumône d’un argent dérobé à son peuple dont un bon tiers vit en dessous du seuil de pauvreté ? (…) Peux-tu nous dire où ces armes devraient être utilisées, à moins que tu ne considères qu’il est possible de décharger la colère des coeurs comme ce fut le cas après les massacres de Nahr el-Bared ou alors, serais-tu prêt à approuver le projet du groupe du 14 Mars, qui ne tardera pas à te parvenir, demandant à ce qu’une partie de ces armes soit remise aux Forces de la Sécurité intérieure ? Maintenant que dans ton discours aux Libanais tu es allé jusqu’à remercier l’Arabie Saoudite comme si tu étais l’un de ses sujets, il n’y a rien d’autre à te dire que: va-t-en de suite! Quitte le Palais et la Présidence ! Sauve ton honneur… va !». (2)
Le Liban a connu pendant le mois de décembre dernier plusieurs attentats liés d’une façon ou d’une autre à la situation en Syrie. «Brusquement, écrit Scarlett Haddad, la situation s’emballe et les développements à la fois politiques et sécuritaires semblent s’accélérer. 2014 commence sur le chapeau des roues, sur une route malheureusement sanglante. (…) tous considèrent que depuis les précédents attentats, le Hezbollah se considère en guerre ouverte contre les takfiristes. L’explosion d’hier n’est donc qu’une nouvelle étape dans cet affrontement qui cherche à noyer dans le sang l’Irak, la Syrie et désormais le Liban. Certains y voient déjà la riposte hâtive à l’arrestation par l’armée libanaise du Saoudien Majed el-Majed, soupçonné d’être «l’émir d’Al Qaîda» au Liban et qui aurait été chargé d’organiser et de structurer les forces de ce mouvement au Liban. (…) De leur côté, les médias du Hezbollah rappellent que le terrorisme est en train de se déplacer d’une région à l’autre et d’un camp à l’autre, pour bien montrer que les auteurs sont les mêmes et ils ont un objectif clair: plonger le Liban dans la discorde confessionnelle…» (3)

La situation actuelle au Liban

Sur le terrain, nous avons la fâcheuse impression que le Liban est en voie d’irakisation rampante qui paraît irrésistible en ce début de nouvelle année. On apprend que les services de renseignements libanais ont arrêté et interrogent depuis quelques jours le Saoudien Maged al-Maged, chef du groupe islamiste Brigades Abdallah Azzam. Maged al-Maged (40 ans) s’était illustré le 19 novembre dernier par les doubles attentats terroristes contre l’ambassade d’Iran à Beyrouth qui avaient fait 25 morts, sachant que les doubles attentats-suicides simultanés sont un des modus operandi d’Al Qaîda. Un responsable du groupe avait alors prévenu sur Twitter que les attentats se poursuivraient au Liban tant que le Hezbollah se battrait en Syrie.»(4) Curieusement, l’Arabie Saoudite est satisfaite de l’arrestation du Saoudien Maged al-Maged, a déclaré l’ambassadeur saoudien à Beyrouth au quotidien al-Hayat. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Jawad Zarif, a annoncé dans un entretien avec l’agence UPI que l’Iran a décidé d’envoyer une équipe pour aider dans l’enquête sur le double attentat contre l’ambassade d’Iran à Beyrouth».
Nous ne pouvons conclure sans citer René Naba qui dans un exposé magistral a déconstruit «l’humanitaire occidental» et son avatar français qui est de toutes expéditions punitives. Pour lutter contre le fatalisme, il propose au vu des nouvelles connivences de type Arabie Saoudite-Israël, la thérapie suivante pour les Arabes: «(…) Au-delà de la confusion mentale arabe, si bénéfique à ses ennemis, si préjudiciable à sa promotion, il importe de pointer le discours disjonctif occidental si corrosif pour une prise de conscience nationale. Il en est ainsi de la notion d’ingérence humanitaire, moteur des expéditions punitives post-coloniales. (…) L’ingérence humanitaire, sur le plan international, se substitue d’ailleurs souvent à la défaillance interne, dont elle constitue un cache-misère. (…) Une décennie calamiteuse s’achève marquée par la destruction des deux anciennes capitales de la conquête arabe, Baghdad, capitale de l’ancien Empire abbasside, en 2003, Damas, en 2013, ancienne capitale de l’Empire omeyyade, en 2013. Sans le moindre profit, ni pour les Arabes ni pour les musulmans. Il appartient aux Arabes, et non à l’Otan, de livrer leur propre bataille pour la liberté et l’égalité. Pour la dignité et le pluralisme. Aux Arabes de s’opposer à toute dictature républicaine qu’elle soit ou monarchique. De rompre avec la logique de vassalité. Faisons le voeu que surgisse un Mandela arabe pour bannir l’esprit de revanche et la soif de revanche de nos moeurs politiques, par un dépassement des clivages qui tétanisent le Monde arabe par une sublimation de ses différences. Rigueur intellectuelle et exigence morale, civisme et sens de la responsabilité, tels sont les autres voeux formulés à l’ensemble des Arabes, au-delà de leurs clivages, à leurs amis et alliés, afin qu’individuellement et collectivement, ils se prennent en charge par eux-mêmes.

De cesser d’être la risée du monde pour en forcer le respect, au terme d’un printemps arabe erratique. En un mot, de prendre en main leur propre destin, de veiller à ce que la Palestine ne soit la grande oubliée du «printemps arabe». (5) Amin !

1. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-syrie-pays-de-tous-les-enjeux-142806
2. http://www.mondialisation.ca/liban-ques-tu-en-train-de-faire-sleiman/5363189
3. Scarlett Haddad http://www.lorientlejour.com/article/849010/degradation-securitaire-et-politique-en-vue.html 03/01/2014
4. http://www.lorientlejour.com/article/849008/larrestation-du-saoudien-maged-al-maged-un-coup-de-maitre-des-renseignements-militaires.html
5. Rene Naba. Faisons le voeu que surgisse un Mandela arabe. Site de l’auteur Janvier 2014

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 14 janvier, 2014 |Pas de commentaires »

ARMES A L’URANIUM APPAUVRI:LE SYNDROME DES BALKANS, ELEMENTS POUR UNE APPROCHE JURIDIQUE (Michèle POULAIN / Ingénieur d’études au CNRS)

LE SYNDROME DES BALKANS

ÉLÉMENTS

POUR UNE

APPROCHE JURIDIQUE

Explosion avec des armes à l'uranium appauvri

par
Michèle Poulain
-Ingénieur d’études au CNRS-

Résumé : De nombreux militaires ayant servi dans le Golfe ou les Balkans souffrent de problèmes de santé. Principal accusé : l’uranium appauvri. Aucun lien n’est à ce jour établi entre son utilisation et les pathologies rencontrées aux yeux des organismes internationaux. De nombreuses instances, tant nationales qu’internationales, se penchent toutefois sur la question et certaines implications juridiques se font déjà sentir tant dans le domaine de la responsabilité internationale que dans celui des normes applicables aux situations de conflit armé.

Impression et citations : Seule la version au format PDF fait référence.

Annexe : Quelques données relatives à l’uranium appauvri

Aux Etats-Unis, 132.700 vétérans de la guerre du Golfe, sur 700.000 engagés, sont suivis depuis la fin du conflit pour des pathologies diverses, dont 26.500 non diagnostiquées et regroupées sous le terme générique de « syndrome du Golfe ». Quatre vingt pour cent des malades ont présenté  - ou présentent encore – onze symptômes récurrents, parmi lesquels : fatigue chronique, douleurs musculaires, migraines, vertiges, perte de mémoire, problèmes intestinaux, grippes à répétition, cancers des poumons ou des reins, leucémies. Ces pathologies touchent également les contingents anglais et français.

D’abord confrontées à un épais silence, les personnes ou associations cherchant à éclaircir la question mettent progressivement à jour d’inquiétantes informations : prise de médicaments contre les effets d’une éventuelle guerre chimique[1], vaccins divers, exposition à des nuages toxiques après bombardement d’usines, enfin test en vraie grandeur de munitions à base d’uranium appauvri[2]. Les réactions des différents services publics concernés consistent au début à minimiser le problème, voire à le nier, attribuant les différents maux dont souffrent les « vétérans » au stress du retour à la vie civile[3].

Réactualisée ponctuellement par les médias, l’affaire est définitivement réveillée par la soudaine émergence en pleine lumière du syndrome dit « des Balkans » au dernier trimestre 2000. Elle explose avec la révélation en janvier 2001 de la mort par leucémie, en novembre 2000, d’un sixième militaire italien ayant servi en Bosnie et l’interpellation consécutive de l’OTAN par le chef du gouvernement italien, M. Giuliano Amato, sommant celle-ci de s’expliquer, cependant que M. Flahaut, ministre belge de la Défense, écrit à son homologue suédois afin qu’une démarche soit entreprise au niveau communautaire[4]. Les événements montent ensuite très rapidement en intensité : sous l’impulsion des associations[5] tous les Etats ayant envoyé des contingents dans les Balkans se découvrent, à des degrés divers, concernés et ouvrent successivement des enquêtes épidémiologiques, à la suite – pour certains d’entre eux – de celle qu’ils avaient initiée pour le syndrome du Golfe[6].

Parmi les organisations internationales, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) avait envoyé au Kosovo, dès novembre 2000, une équipe d’experts d’origines nationales diverses ou des représentants d’organisations internationales (AIEA, HCR, PNUE, MINUK notamment),  « pour évaluer l’impact du matériel militaire contenant de l’uranium appauvri … lors de la guerre dans les Balkans »[7]. L’OMS a également réagi en dépêchant au Kosovo une mission de quatre personnes (un spécialiste en toxicologie chimique, un épidémiologiste environnemental, un spécialiste de salubrité environnementale et un épidémiologiste spécialisé dans le domaine des rayonnements) « pour aider la MINUK à répondre aux allégations concernant les éventuels risques pour la santé des populations associées à une exposition aux rayonnements d’uranium appauvri et à d’autres contaminants environnementaux »[8]. L’OTAN, pour sa part, assume volontairement un rôle de « lieu d’échange » pour les informations recueillies par ailleurs, estimant qu’en tant qu’Alliance militaire, elle n’a pas à réaliser elle-même des enquêtes auxquelles elle entend néanmoins offrir sa collaboration[9].  Ces différentes actions requièrent calme et patience[10].

La position actuelle de tous les organismes publics, internes ou internationaux, concernés par cette question est très claire et constamment réitérée : « Il n’existe actuellement aucune preuve que l’exposition aux effets de l’utilisation de munitions à uranium appauvri représente un risque significatif pour la santé du personnel des forces dirigées par l’OTAN ou de la population civile dans les Balkans »[11]. Pas de preuve, pas de problème. Tout est là. D’un côté il y a utilisation avérée – d’ailleurs non contestée – d’un produit (de produits) dont on ne connaît pas vraiment les diverses implications à court ou à long terme. De l’autre, des pathologies récurrentes, quelquefois très lourdes, voire létales. Aussi longtemps que la toxicité potentielle de l’uranium appauvri ne sera pas établie de manière rigoureuse et scientifique, en dehors des quelques cercles qui l’admettent aujourd’hui, il manquera bien évidemment le lien de causalité entre l’exposition à ce matériau et les pathologies déclarées. La mise en évidence de ce lien est d’autant plus importante qu’elle conduirait à l’engagement et à la mise en œuvre de la responsabilité (I), ainsi qu’à la modification des normes applicables aux situations de conflits armés (II).

I. – VERS UN ENGAGEMENT ET UNE MISE EN ŒUVRE

DE LA RESPONSABILITÉ

La toxicité potentielle de l’uranium appauvri peut s’exercer à l’égard de plusieurs groupes de personnes, les risques encourus par chacun d’entre eux étant différents, aussi bien quantitativement que qualitativement. Schématiquement, il s’agit des personnes qui étaient présentes sur place au moment de l’utilisation des munitions ou autres substances incriminées et de celles qui, venues après la fin des opérations militaires, ont pu être confrontées à une contamination résiduelle de l’environnement. On peut y voir : les populations civiles des régions bombardées, les militaires appartenant aux forces participant à l’action mise en œuvre par l’OTAN, les personnels des Nations Unies (MINUK…), ceux des organisations humanitaires, les journalistes enfin, venus couvrir les événements.

A cette hétérogénéité catégorielle correspondrait une hétérogénéité des régimes de responsabilité applicables, en droit interne comme en droit international, ce qui soulèverait sans aucun doute des contentieux d’une extraordinaire complexité[12]. On se limitera à deux problèmes relevant de la responsabilité internationale. En droit international, le principe reste, on le sait, celui de l’association entre un fait illicite et la mise en œuvre de la responsabilité[13]. La violation d’une obligation internationale doit donc être démontrée afin que naisse l’obligation d’en réparer les conséquences dommageables[14].

A. – Violation d’une obligation internationale:

Le problème de la licéité de l’utilisation de l’uranium appauvri

Intervenant de manière péremptoire dans le débat, le porte-parole de l’OTAN affirme : « L’uranium appauvri n’est pas illégal. C’est une arme de guerre légale. Fin de l’histoire. Nous l’avons utilisée, c’est légal »[15]. De fait, il n’existe à l’heure actuelle aucune convention internationale interdisant de manière expresse l’usage d’uranium appauvri, ni même aucun consensus en ce sens, comme le montre aisément la pratique des Etats. Ceci ne saurait être mieux exprimé que par le comité ad hoc dans son rapport au Procureur général du TPIY, rapport qui ne concernait, il faut le préciser, que la situation ayant prévalu au Kosovo en 1999 et non les raids sur la Bosnie en 1994-1995 : « Il n’y a aucun traité spécifique interdisant l’usage de projectiles à uranium appauvri. Des inquiétudes et un débat scientifique se développent actuellement au sujet des conséquences de l’utilisation de tels projectiles et il est possible que, dans le futur, il y ait, dans les cercles juridiques internationaux, un consensus estimant que l’utilisation de tels projectiles est contraire aux principes généraux du droit applicables à l’utilisation des armes dans les conflits armés. Aucun consensus de ce genre n’existe à présent »[16].

Quelques voix s’élèvent cependant pour considérer, qu’à défaut d’une interdiction expresse, il pourrait néanmoins être fait référence aux dispositions du Protocole I (1977) aux conventions de Genève de 1949. Ainsi le Conseil de l’Europe, après avoir noté que « les effets [des conséquences écologiques des opérations militaires du 24 mars au 5 juin 1999] sur la santé et la qualité de vie seront durables ; les générations futures seront elles aussi touchées, en particulier du fait de la destruction de sites industriels et de stockage où étaient entreposées des substances dangereuses pour la santé, ainsi que de l’utilisation par l’OTAN de munitions contenant de l’uranium appauvri », affirme dans sa recommandation 1495 (2001) : « Comme dans le cas des opérations conduites en Bosnie et en Tchétchénie, les Etats qui ont participé à ces opérations ont méconnu les normes juridiques internationales contenues dans les articles 55 et 56 du protocole I (1977) aux conventions de Genève de 1949 visant à limiter les dommages causés à l’environnement en cas de conflit armé »[17]. La question est actuellement pendante devant la Cour Internationale de Justice. En effet, dans les différentes requêtes que la RFY a déposées en 1999 contre les pays occidentaux ayant participé aux opérations militaires menées par l’OTAN, la Yougoslavie prie la Cour de dire et juger … « qu’en recourant à l’utilisation d’armes contenant de l’uranium appauvri, [l’Etat visé] a agi contre la République fédérale de Yougoslavie en violation de son obligation de ne pas utiliser des armes interdites et de ne pas causer de dommages de grande ampleur à la santé et à l’environnement » ; … et indique comme « Fondements juridiques de la requête » : « les dispositions de la Convention de Genève et du protocole additionnel n° 1 de 1977 relatives à la protection des civils et des biens de caractère civil en temps de guerre ont été violées »[18].

L’origine de la responsabilité supposée établie, il resterait à clarifier les modalités de la réparation.

B. – Obligation de réparation

          « L’Etat responsable est tenu de réparer intégralement le préjudice causé par le fait internationalement illicite »[19]. La réparation intervient alors pour effacer les conséquences de l’acte illicite. « Elle peut prendre la forme de restitution, d’indemnisation et de satisfaction, de manière unique ou combinée »[20]. De manière concrète, les solutions retenues seraient différentes selon qu’il s’agirait d’un dommage aux personnes (civils ou militaires dont les pathologies auraient trouvé leur cause dans une exposition à l’uranium appauvri) ou d’un dommage aux biens (environnement pollué qui constituerait de ce fait un risque potentiel pour la santé humaine[21] et toucherait alors les personnes de manière médiate).

Considérant qu’« il faut fournir à ces pays [de l’Europe du Sud-Est] une assistance technique et financière spéciale en vue de la mise en oeuvre de mesures d’urgence destinées à remettre en état l’environnement et de la surveillance de la santé et des conditions de vie de leurs populations », l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe recommande au Comité des Ministres de prendre deux séries de mesures : « iii. D’affecter ses ressources au soutien des organisations non gouvernementales oeuvrant dans la région, y compris en République fédérale de Yougoslavie, afin de réparer les dommages causés à l’environnement par les opérations militaires et de réhabiliter le milieu naturel ; … v. d’exiger de l’OTAN et de l’ONU un programme de surveillance médicale des populations civiles dans les Balkans, des soldats qui ont participé aux opérations, des membres des organisations humanitaires aussi bien que des journalistes qui ont travaillé sur le terrain »[22].

Point n’est besoin d’insister sur les difficultés de tous ordres qui se profilent : remise en état des lieux (comment, par qui, est-ce techniquement réalisable ?)[23] ; suivi médical de toute une population à présent répartie dans des pays éloignés les uns des autres, confrontation et traitement des données obtenues ; définition éventuelle d’un seuil critique en-deçà duquel le risque serait considéré comme tolérable, voire normal, en référence à la radioactivité naturelle ; multiplication de contentieux complexes ; conséquences financières enfin auxquelles ont peut aisément imaginer que des échappatoires seraient recherchés[24].

Quoi qu’il en soit, la preuve de l’existence d’un lien de causalité entre utilisation d’uranium appauvri et différentes pathologies aurait une autre implication, cette fois sur le contenu matériel de la norme applicable aux situations de conflits armés.

II. – VERS UNE MODIFICATION DE LA NORME APPLICABLE

AUX SITUATIONS DE CONFLITS ARMÉS           

Si une remise en cause du droit international des conflits armés apparaît comme lointaine, une solution d’attente pourrait être trouvée par un consensus sur un moratoire.

A. – Le contenu matériel de la norme applicable

A l’heure actuelle le Conseil de l’Europe reste l’institution la plus engagée vers des solutions   radicales nécessitant l’adoption de nouvelles conventions internationales. Comme il est affirmé avec force dans les débats, « Le Conseil de l’Europe n’aurait plus de raison d’être s’il ne se prononçait pas contre l’utilisation d’armes dont on ne connaît pas les conséquences à long terme »[25]. Il recommande donc d’ajouter l’uranium appauvri à la liste des armes prohibées et, sur un plan plus général, de prendre des dispositions afin que soient respectées à l’avenir les dispositions des articles 55 et 56 du Protocole I (1977).

1. – Interdiction pure et simple de l’uranium appauvri

La première prise de position en faveur de cette interdiction est restée, dans son retentissement comme dans ses effets, remarquablement discrète. Elle revient à une Sous-Commission de la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies, la Sous-Commission de la lutte contre les mesures discriminatoires et de la protection des minorités. Dans un rapport de 1996, celle-ci « prie instamment tous les Etats de se laisser guider dans le cadre de leur politique nationale par la nécessité de contenir la fabrication et la dissémination des armes de destruction massive ou aveugle, en particulier … les armes contenant de l’uranium appauvri »[26]. On sait ce qu’il en est et les difficultés que soulèverait la négociation de ce nouvel instrument apparaissent comme certaines, notamment du fait de la position que ne manqueraient pas de prendre les ministères de la Défense. En témoignent deux exemples, au cynisme  patent : – Les investigations menées par l’U.S. General Accounting Office en 1992 ont amené cet organisme aux considérations suivantes : « les responsables de l’armée [américaine] estiment que les systèmes de protection contre l’uranium appauvri peuvent être laissés de côté pendant les combats et autres situations extrêmement dangereuses car les risques que présente l’uranium appauvri pour la santé sont largement inférieurs aux risques inhérents aux combats ». Et l’auteur de conclure : « étant donné que les cancers et autres problèmes de santé ne risquent pas de se développer avant la fin d’une bataille ou d’une guerre, les responsables militaires sont peu encouragés à se conformer à des procédures de sécurité qui pourraient affecter la prestation d’un soldat ou d’un « marine » sur le champ de bataille »[27]. Au Parlement européen, le général Morillon (PPE/DE) déclare pour sa part : « Il ne faut pas tomber dans une dérive trop précautionneuse. Ces engins sont les plus efficaces et parfois les seuls utilisables. On ne peut pas sacrifier la défense du seul fait  qu’il existe des doutes quant aux dangers de l’emploi des armes »[28].

La recommandation 1495 (2001) du Conseil de l’Europe, précitée, va néanmoins en ce sens et recommande au Comité des ministres : « iv. De demander la prohibition de la fabrication, des essais, de l’utilisation et de la vente des armes contenant de l’uranium appauvri ou du plutonium ». 

2. – Prévention des dommages environnementaux

Dès 1963, le traité de Moscou s’était préoccupé de la protection de l’environnement en se référant à la cessation « de la contamination du milieu ambiant de l’homme par des substances radioactives ». Plus récemment, après la guerre du Golfe, plusieurs Etats s’étaient prononcés pour la conclusion d’une nouvelle convention sur la protection de l’environnement en période de conflit armé[29]. C’est dans cette même perspective et dans le prolongement de la mise en œuvre du Pacte de stabilité pour l’Europe du Sud-Est, que la recommandation 1495 du Conseil de l’Europe s’inscrit. Elle préconise en effet, afin d’éviter que ne se reproduisent de telles conséquences dommageables, d’entreprendre des discussions conjointes avec l’OSCE sur la rédaction d’une convention sur la prévention des dommages environnementaux consécutifs à l’usage de la force militaire et à la mise en œuvre de mesures visant à désamorcer les situations de crise, destinée notamment à garantir le respect des articles 55 et 56 du Protocole I (1977) aux conventions de Genève de 1949. Ceux-ci dépassent la question de l’utilisation de l’uranium appauvri  et concernent, d’une manière plus générale, la prévention des dommages environnementaux qui compromettent « la santé ou la survie de la population », quels que soient les méthodes ou moyens employés, notamment les attaques contre des ouvrages d’art, usines ou installations « contenant des forces dangereuses … lorsque de telles attaques peuvent provoquer la libération de ces forces ».

B. – Une solution d’attente : le moratoire

Proposée par l’Italie au début du mois de janvier 2001 dans l’attente que soient connus les résultats de l’évaluation des risques dus à leur utilisation, l’idée d’un moratoire en application du principe de précaution sur les munitions à uranium appauvri a fait naître des réactions contrastées. L’Allemagne et la Grèce sont en sa faveur[30]. Sont contre : le Royaume-Uni, la France et l’OTAN, cette dernière estimant : « nous ne sommes pas dans une situation de conflit, donc la question d’un moratoire ne se pose pas »[31].

Le refus d’un moratoire est cependant contestable : les dispositions du Protocole I (1977) aux conventions de Genève semblent au contraire venir en étayer la nécessité : l’article 57 du Protocole I « Mesures de précaution », prévoit de « …ii) prendre toutes les précautions pratiquement possibles quant au choix des moyens et méthodes d’attaque en vue d’éviter et, en tout cas, de réduire au minimum les pertes en vies humaines dans la population civile, les blessures aux personnes civiles … ; iii) s’abstenir de lancer une attaque dont on peut attendre qu’elle cause incidemment des pertes en vies humaines dans la population civile, des blessures aux personnes civiles, des dommages aux biens de caractère civil ou une combinaison de ces pertes et dommages qui seraient excessifs par rapport à l’avantage militaire concret et direct attendu ».  Ainsi le principe de précaution est étendu par le Protocole I lui-même aux situations de conflits armés : le choix des armes et méthodes y est subordonné à une simple potentialité de risques jugés excessifs par rapport à l’avantage militaire attendu.

On sait que l’« on pénètre dans le champ d’application du principe … dès lors qu’il y a risques de conséquences d’un degré élevé de gravité et que subsiste le moindre doute scientifique »[32]. Or, la toxicité potentielle de l’uranium appauvri (voir annexe) ne semble pas être une vue de l’esprit – encore moins si l’uranium employé provient d’une opération de retraitement et contient du plutonium – de même qu’elle est susceptible de dépasser largement, par ses effets à long terme, le strict cadre du conflit en cause. Et quand bien même la valeur juridique du principe ne serait à l’heure actuelle que celle d’un principe directeur, dépourvu de force contraignante[33], elle peut servir d’incitation. Ainsi le Parlement européen s’est également référé au principe dans une résolution du 17 janvier 2001 : « en application du principe de précaution, la résolution commune déposée au nom du PPE/DE, PSE, ELDR, Vers/ALE et UEN demande aux Etats membres faisant partie de l’OTAN de proposer un moratoire sur l’utilisation d’armes à uranium appauvri ». Cette résolution a été adoptée par 394 voix contre 60 et 106 abstentions[34].

Enfin, il faut signaler la fragilité juridique de la position adoptée par l’OTAN  - inutilité d’un moratoire puisqu’il n’y a pas de conflit en cours – car en l’absence d’un moratoire et si un conflit éclatait, l’utilisation d’armes à uranium appauvri resterait possible alors qu’elle ne le serait plus dans le cas contraire. Il convient donc bien d’aborder la question dès à présent tant il apparaît que ce qui ne serait pas décidé dans une situation de paix n’aurait aucune chance de l’être dans une situation de guerre.

________________________________________________________________________________________________________________________

Bien des questions restent en suspens, notamment du fait du caractère partiel ou insuffisant des informations disponibles et des extraordinaires contradictions qui apparaissent jour après jour dans les déclarations de responsables scientifiques, politiques ou militaires.  Non des moindres : un rapport de l’armée américaine de 1990 dénonçait les effets de l’uranium appauvri, faisant état de cancers et de problèmes rénaux et allait jusqu’à envisager les réactions hostiles à son utilisation qui ne manqueraient pas de se produire dans l’opinion et dans les médias[35]. Ensuite, plus rien n’a filtré et le Pentagone a pris une position tout à fait opposée. Pour ne pas être en reste, l’OTAN a fait circuler une note parmi les états-majors concernés par les opérations en Serbie évoquant « la menace toxique possible » et suggérant de prendre « les mesures préventives » nécessaires[36]. Seulement cette note a été émise le 16 juillet 1999, soit près de cinq semaines après la fin des opérations ; cinq semaines après avoir tiré 31.000 obus sur la région[37]. Peut-on alors raisonnablement évoquer des mesures « préventives » ? Et que penser du paradoxe consistant à en recommander l’usage si par la suite aucune toxicité ne doit être officiellement reconnue ? Il reste que les incidences sanitaires, économiques et juridiques de cette affaire seront sans doute beaucoup plus importantes qu’on ne peut à l’heure actuelle le supposer[38]. Il reste également – et avant toute chose – qu’« il est inacceptable que se prolonge l’incertitude actuelle sur les conséquences sanitaires éventuelles de l’exposition à l’uranium appauvri »[39].

Avril 2001

Télécharger l’article en format PDF.

© 2001 Michèle POULAIN

POULAIN M. – « Le syndrome des Balkans – Eléments pour une approche juridique ». – Actualité et Droit International, avril 2001 (www.ridi.org/adi).

 NOTES:

[1] Ainsi de la pyridostigmine, considérée comme antidote aux produits chimiques mais dont les effets dangereux pour le cerveau ont été reconnus depuis (Le Monde, 2, 9 et 16 novembre 2000).

[2] L’uranium appauvri demeure le principal accusé. On y limitera le champ de cette approche, les développements qui suivent restant valables mutatis mutandis pour les autres chefs de toxicité dont les effets synergiques demeurent d’ailleurs inconnus. Comme le souligne dans une interview, Christine Abdelkrim-Delanne, auteur de « La sale guerre propre » : « il serait regrettable de réduire les recherches à un seul facteur, l’uranium et une seule guerre, les Balkans » (Libération, 8 janvier 2001).

[3] D’une estimation de 300 soldats ayant pu être exposés à un risque toxique en juin 1996, le Pentagone passa à 98.900, fin 1997 (Le Monde, 5 décembre 2000). Sur les effets du retour à la vie civile, cf. Journal of Epidemiology and Community Health, rapporté par Le Monde, 19 octobre 2000.

[4] Le Monde, 5 janvier 2001. La Commission européenne avait indiqué dès le 4 janvier qu’une enquête informelle était en cours. Une réunion en présence des responsables de la politique étrangère et de sécurité commune s’est ensuite tenue et la Suède, qui assume la présidence  de l’Union, s’est proposée pour « collecter les faits »  (Le Monde,  6 et 9 janvier 2001).

[5] En France, Avigolfe, regroupant les anciens combattants de la guerre du Golfe étend ses recherches aux Balkans, recherches qui sont loin d’être sans effet puisque c’est grâce à l’action de cette association que le ministère de la Défense a reconnu que l’ordre de prendre des cachets contre les armes chimiques avait bien été donné. Elle a également œuvré en faveur de la création d’une commission d’enquête parlementaire (Le Monde, 10-11 et 14 septembre 2000 ; Libération, 31 janvier 2001). C’est finalement une commission d’information parlementaire, aux pouvoirs moins importants, qui a été créée. Ses pouvoirs ont été étendus du Golfe aux Balkans. Au Royaume-Uni, l’Association nationale des anciens combattants de la guerre du Golfe réclame « une enquête publique parce que le ministère de la Défense n’a pas dit la vérité » (Reuters, 8 février 2001), ce qui fut accepté par le gouvernement.

[6] En France, un programme généralisé de surveillance médicale, à la fois prospective et rétrospective, est lancé pour l’ensemble des soldats ayant séjourné dans les Balkans ou y séjournant encore : analyse des dossiers médicaux de tous les militaires ayant dû être hospitalisés, quelle qu’en soit la raison ; contrôle médical associant examen clinique, dosages biologiques et radiographies pour les autres (Le Monde, 5 janvier 2001). Pour un état des différentes enquêtes par pays, v. Le Monde, 6 janvier 2001.

[7] Cette équipe est restée sur place deux semaines, mesurant les niveaux de radioactivité sur 11 des 112 sites visés par des projectiles contenant de l’uranium appauvri et prélevant 355 échantillons de sol et d’eau pour vérifier la présence de métaux lourds lors de la décomposition de l’uranium appauvri, le but de l’évaluation étant de « déterminer si l’uranium appauvri utilisé pendant les hostilités représente un risque pour la santé publique ou pour l’environnement, à l’heure actuelle ou dans l’avenir ». Les prélèvements ont été analysés par cinq laboratoires. Après des conclusions intermédiaires, relatives notamment à la présence d’uranium 236 et de plutonium (voir annexe) (PNUE, Communiqués, 3 novembre 2000 ; 17 novembre 2000 ; 11 et 16 janvier 2001 ; 16 février 2001), le PNUE vient de rendre son rapport le 13 mars dernier (on en trouvera le texte complet sur le site http://balkans.unep.ch qui contient par ailleurs de très nombreux liens). Ce rapport ne note pas de contamination étendue mais relève les incertitudes scientifiques qui demeurent en ce qui concerne notamment les nappes phréatiques. Certaines situations pouvant présenter un risque sont identifiées – il s’agit d’un risque lié à une toxicité chimique en cas d’ingestion de terre ou d’eau contaminée et de contamination par les mains (op. cit., p. 86) – et il est souligné que les risques à long terme ne sont pas connus. A cet égard, une mission en Bosnie « où des munitions sont restées pendant plus de cinq ans dans le milieu naturel » est recommandée. Enfin la nécessité d’études plus approfondies sur les 101 sites du Kosovo non visités est soulignée. Le rapport conclut à la nécessité de précautions à prendre.

[8] A cette fin, il sera recueilli des informations sur l’exposition de la population à l’uranium appauvri et à d’autres substances toxiques résultant des opérations militaires ; les données disponibles sur l’incidence du cancer et de la leucémie ainsi que d’autres affections, au sein de la population du Kosovo seront analysées ; les risques potentiels pour la santé des populations qui pourraient avoir été exposées à ces agents et qui nécessiteraient une surveillance médicale et un suivi seront définis. Un appel a été lancé afin de constituer un fonds d’urgence de 2 millions de dollars, nécessaire à l’exécution de ce programme d’investigation pour les six premier mois. Un appel ultérieur, plus important, servira à couvrir les travaux pour une durée de quatre ans (OMS, Communiqués de presse, 2001, n°1, 19 janvier 2001, et n°5, 1er février 2001).

[9] Ainsi que le déclare au Parlement européen, Javier Solana, anciennement Secrétaire général de l’OTAN, « L’Alliance est obligée de souligner qu’elle n’est pas une institution médicale mais seulement une institution militaire. Par conséquent, ce n’est pas elle qui est à même de fournir un véritable dossier sur le sujet. C’est à l’O.M.S. et à d’autres institutions scientifiques de le faire » (Parlement européen, Le point de la Session, 15 janvier 2001). Cette coopération se concrétise par une série de mesures : a. engagement de consultations avec les pays fournisseurs de troupes. Des réunions ont été tenues notamment les 12, 18 et 24 janvier et ont fait l’objet de compte-rendus écrits ; b. création d’un comité ad hoc dont les membres comprennent les Etats contributeurs à la KFOR et à la SFOR, qu’ils soient ou non membres de l’Alliance, soit 50 nations ainsi que les représentants de cinq organisations internationales : l’OMS, le PNUE, l’OSCE, l’UE et le Haut-représentant en Bosnie-Herzégovine. Des représentants d’ONG seront en outre invités ponctuellement, selon les questions abordées. Le Comité se réunit toutes les semaines ; c. la question est également suivie par le comité des chefs de santé militaires des différents Etats membres de l’Alliance (COMEDS) qui procède à des échanges de vues sur les données factuelles de base dans les domaines médical et scientifique (OTAN, communiqué de presse 2001-002, 10 janvier 2001. Toutes ces informations peuvent être trouvées sur le site internet de l’OTAN http://www.nato.int/du, où la question de l’uranium appauvri [depleted uranium] fait l’objet de mises à jour constantes. Très nombreux liens).

[10] M. Paul Lannoye, député européen (Verts, Belgique), souligne ainsi « la difficulté d’établir un lien entre l’état de santé des militaires et l’utilisation d’uranium appauvri. Il y a en effet toute une série de paramètres qui interviennent et les effets se font souvent sentir à long terme. Dans ce contexte, il ne comprend pas que des scientifiques puissent se prononcer dès maintenant » (Parlement européen, le point de la Session, 15 janvier 2001, p. 9).

[11] OTAN, Communiqué de presse 2001-002, 10 janvier 2001. Comme le signale au Conseil de l’Europe M. Soendergaard (Danemark) : « certains orateurs ont constaté qu’il n’y avait pas de lien établi entre les munitions à l’uranium appauvri et les problèmes de santé constatés chez les civils et les militaires après les opérations au Kosovo. Mais qui dispose des informations nécessaires sur ces munitions ?… L’OTAN et les fabricants doivent informer les populations et les Nations Unies lancer une enquête de santé publique auprès des civils, des soldats, des membres des ONG et des journalistes qui se sont trouvés sur place au moment du conflit » (Conseil de l’Europe, Compte-rendu des débats, 24 janvier 2001, version provisoire non corrigée, p. 22, disponible sur le site http://stars.coe.fr).

[12] A cet égard, il serait intéressant de se demander, dans un contexte où il y a eu substitution de l’action des Etats membres de l’OTAN à celle des Nations Unies, comment se répartiraient les responsabilités entre l’Alliance et les Etats fournisseurs de troupes. Qui, en définitive, est responsable de l’obligation d’observer les normes pertinentes ? Sur la substitution à l’action onusienne et l’illicéité de l’intervention organisée par l’OTAN, voir notamment les développements de P.-M. Dupuy, Droit international public, Dalloz, 5ème éd., 2000, pp. 555-558 et de S. Sur, « L’affaire du Kosovo et le droit international : points et contrepoints », A.F.D.I., 1999, pp. 280-291, ainsi que les différentes contributions parues en 2000 à la R.G.D.I.P. : N. Valticos, « Les droits de l’hommele droit international et l’intervention militaire en Yougoslavie », n°1, pp. 5-18 ; Ph. Weckel, « L’emploi de la force contre laYougoslavie ou la Charte fissurée », n°1, pp. 19-36 ; O. Corten et F. Dubuisson, « L’hypothèse d’une règle émergente fondant une intervention militaire surune « autorisation implicite » du Conseil de sécurité », n°4, pp. 873-910. Sur la question des responsabilités, s’agissant des opérations de maintien de la paix des Nations Unies, voir C. Emmanuelli, Les actions militaires  de l’ONU et le droit international humanitaire, Ottawa, Editions de l’Université, 1995, 112 p.

[13] Sur cette question voir J. Combacau in J. Combacau, S. Sur, Droit international public, Montchrestien, 4ème éd., 1999, pp. 539 et s. et P.-M. Dupuy,op. cit., p. 444.

[14] En droit interne, au contraire, et plus spécialement en droit administratif français, la théorie des choses et activités dangereuses, utilisée par le Conseil d’Etat dans les hypothèses où l’administration utilise une chose considérée en elle-même comme dangereuse, aurait sans doute quelque chance de pouvoir fonder une responsabilité pour risque, dans la mesure où il serait démontré que le dommage est bien né d’un risque de nature exceptionnelle que l’administration a elle-même contribué à créer. Sur cette question, voir J.-C. Venezia, Y. Gaudemet, Traité élémentaire de droit administratif, LGDJ, 15ème éd., 1999, pp. 998-1000.

[15] « Depleted uranium is not illegal. It is a legal weapon of war. End of story. We used it, it’s legal ». Mark Laity, OTAN, Press Briefing, 24 janvier 2001, p. 10. (Traduction de l’auteur). La retranscription est disponible sur le site de l’OTAN : http://www.nato.int/docu/speech/2001/s010124a.htm.

[16] « There is no specific treaty ban on the use of depleted uranium projectiles. There is a developing scientific debate and concern expressed regarding the impact of the use of such projectiles and it is possible that, in future, there will be a consensus view in international legal circles that use of such projectiles violate general principles of the law applicable to use of weapons in armed conflicts. No such consensus exists at present ». TPIY, Final Report to the Prosecutor by the Committee established to review the NATO Bombing Campaign against the Federal Republic of Yugoslavia, 13 juin 2000, § 26 (Traduction de l’auteur). Le rapport continue : « In view of the uncertain state of development of the legal standards governing the area, it should be emphasised  that the use of depleted uranium or other potentially hazardous substance by any adversary to conflicts, within the former Yugoslavia since 1991 has not formed the basis of any charge laid by the Prosecutor ». En conséquence, le comité recommande que l’Office du Procureur n’entame aucune investigation sur l’utilisation par l’OTAN de projectiles à base d’uranium appauvri (ibid.). Le rapport est disponible sur le site Internet du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie : http://www.un.org/icty/pressreal/nato061300.htm, ainsi que dans International Legal Materials, 39 (2000), n°5, pp. 1257-1283.

[17] Conseil de l’Europe, recommandation 1495 (2001), 24 janvier 2001. Cette recommandation a été adoptée d’après le document 8925 présenté par la Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et des pouvoirs locaux sur les conséquences de la guerre en Yougoslavie pour l’environnement de l’Europe du Sud-Est. On trouvera le texte du protocole additionnel aux Conventions de Genève du 12 août 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux du 8 juin 1977 sur le site du Comité international de la Croix-Rouge : http://www.icrc.org. Les articles 55 et 56 traitent respectivement de la protection de l’environnement naturel et de la protection des ouvrages et installations contenant des forces dangereuses.

[18] CIJ, Requêtes introductive d’instance, Licéité de l’emploi de la force, 29 avril 1999. Après s’être, le 2 juin 1999, reconnue manifestement incompétente dans deux affaires (concernant l’Espagne et les Etats-Unis) et avoir dans les huit autres refusé d’indiquer des mesures conservatoires faute de compétence prima facie, la Cour a indiqué qu’elle restait saisie de ces affaires et a souligné que « les conclusions auxquelles elle était parvenue à ce stade ne préjuge[aie]nt en rien [s]a compétence … pour connaître du fond » (CIJ, Communiqué de presse, n°2001/5 du 23 février 2001. Sur les arrêts de la Cour, voir les développements de L. Boisson de Chazournes, « La Cour internationale de Justice aux prises avec la crise du Kosovo : à propos de la demande en mesures conservatoires de la République fédérale de Yougoslavie », A.F.D.I., 1999, pp. 452-471). La Yougoslavie a donc déposé ses mémoires dans chacune des huit affaires et les Etats défendeurs ont soulevé des exceptions préliminaires d’incompétence et d’irrecevabilité. La Cour venant de reporter d’un an la date d’expiration des délais fixés pour la présentation par la Yougoslavie d’exposés écrits sur ces exceptions préliminaires (Communiqué de presse 2001/5, précité), il faudra attendre quelque temps encore une décision sur le fond.

[19] Commission du  Droit international, Projets d’articles sur la responsabilité des Etats adoptés en seconde lecture par le comité de rédaction le 11 août 2000, article 31 : réparation  (R.G.D.I.P., 2000, n°4, p. 1121).

[20] Article 35 – Formes de la réparation  (ibid., p. 1122).

[21] Cf. C. London : « Il ne convient plus … de contrôler l’environnement pour l’environnement, mais bien d’assurer qu’il ne puisse véhiculer des facteurs de risque pour la santé humaine », in « Santé et environnement : des approches complémentaires ? », Petites affiches, n° 48, 8 mars 2001, p. 4.

[22] Conseil de l’Europe, recommandation 1495 (2001) précitée. Voir également les débats, très riches, relatifs à la séance du 24 janvier 2001, à 15 heures, précités note 11.

[23] Il s’agirait évidemment de beaucoup plus que ce qui est exigé de la RFY et de la Serbie dans l’accord de cessation des hostilités que ces Etats ont signé avec la KFOR le 9 juin 1999, à savoir : retirer « les mines, les gravats, les pièges, les obstacles et les éventuelles charges », R.G.D.I.P., 2000, n° 4, p. 1128. Dans son rapport précité du 13 mars 2001 et le communiqué de presse du même jour, le PNUE inscrit ainsi au nombre des précautions à prendre visant la totalité des sites bombardés : le retrait du sol des obus et parties d’obus radioactifs, la décontamination des secteurs et le retraitement de l’eau de boisson là où cela serait nécessaire.

[24] Des contentieux ont déjà été engagés au plan national. En France, la Cour régionale des Pensions de Bordeaux a accepté le 19 septembre 2000, mais contre l’avis du Ministère public, d’ordonner de nouvelles expertises dans le cas d’un militaire gravement malade depuis son retour du Golfe (Le Monde, 20 février 2000). En Belgique, ce sont cinq  procédures qui ont été engagées devant le ministère des Pensions, lequel a refusé de reconnaître un lien entre les symptômes et le service dans les Balkans. Il faut souligner l’initiative que s’apprêterait à prendre, pour tourner la difficulté, un député, J.-P. Moerman, qui travaille sur une proposition de loi permettant d’indemniser les militaires sur une simple présomption de contamination lors d’une mission à l’étranger. Les sommes nécessaires seraient déposées sur un Fonds spécial (L’Express, 16 février 2001). Aux Etats-Unis, les choses sont plus difficiles puisqu’il existe une loi interdisant aux vétérans de porter plainte contre l’Etat pour blessures reçues au combat. Cette loi a été étendue, depuis la guerre du Golfe, aux familles (T.M. Deffontaines, op. cit.).

[25] Conseil de l’Europe, débats relatifs à la séance du 24 janvier, op. cit., p. 23.

[26] Rapport du 25 novembre 1996, E/CN.4/Sub.2/1996/41, E/CN.4/1997/2. Souligné par nous.

[27] D. Fahey, « Armes à uranium appauvri : Leçons de la Guerre du Golfe », Notes et Analyses du Groupe de Recherche et d’Information sur la Paix et la Sécurité (GRIP), 23 juin 1999 (Traduction de « Depleted uranium : a post-war disaster for environment and health », Laka Foundation, mai 1999).http://www.grip.org/bdg/g1687.html

[28] Parlement européen, Le point de la Session, 15 janvier 2001, p. 10. En admettant que cet aléa militaire  puisse être retenu, quid des populations civiles ? Quid des conséquences à long terme, susceptibles de se révéler bien après l’arrêt des hostilités ?

[29] Sur ces deux points, voir S. Sur, in J. Combacau, S. Sur, op. cit., p. 498.

[30] Reuters, 8 février 2001.

[31]  »We are not in a conflict of any kind, so the question of a moratorium doesn’t arise ». Mark Laity, loc. cit., p. 11. Traduction de l’auteur.

[32] L. Lucchini, in  »Le principe de précaution en droit international de l’environnement », A.F.D.I., 1999, p. 724.

[33] “Le principe de précaution paraît, à la vérité, appartenir à cette catégorie commode, dite des principes directeurs … [qui] sont – au moins provisoirement – dépourvus de force contraignante. Ils ont néanmoins pour fonction d’imprimer des orientations aux politiques des Etats et de canaliser l’ action des acteurs économiques », ibid., p. 730.

[34] Parlement européen, op .cit., p. 7.

[35] T. M. Deffontaines, op. cit. ; Dan Fahey, op. cit.

[36] Information donnée par le ministre allemand de la Défense (Le Monde, 9 janvier 2001).

[37] Le Monde, 24 mars 2000.

[38] Ainsi le Comité médical de l’OTAN, le COMEDS, propose-t-il de réorienter toute la politique médicale de l’Alliance qui, jusqu’ici était du ressort exclusif de chaque Etat membre, dans le sens de l’établissement par un groupe de travail d’une stratégie cohérente et de procédures standardisées (OTAN, Press Briefing, 16 janvier 2001, p. 2).  Ainsi pour M. Francis Wurtz, au Parlement européen,  « le syndrome des Balkans devrait nous amener à réévaluer le concept de sécurité européenne » (Le point de la Session, op. cit., p. 10).

[39] Dr Xavier Leus, Directeur du département Secours d’urgence et action humanitaire à l’O.M.S. (Communiqué de presse, 2001, n° 5, 1er février 2001).


QUELQUES DONNEES

RELATIVES

A L’URANIUM APPAUVRI (U.A.)

 

1. – Caractéristiques physiques

L’U.A. n’existe pas dans la nature. C’est un résidu du processus d’enrichissement du minerai d’uranium, processus qui permet l’utilisation de celui-ci dans des armes et réacteurs nucléaires. Pendant ce processus d’enrichissement, une partie du métal (+ 14 %) est enrichie et l’autre, (+ 86 %) est corrélativement  appauvrie. Il y a donc production simultanée d’uranium enrichi et d’uranium appauvri.

L’U.A. est composé des isotopes 234, 235 et 238. Or, l’U.A. utilisé par les industries d’armement comporte également, comme le montrent les résultats des analyses effectuées par des laboratoires indépendants sur les prélèvements ramenés du Kosovo par une équipe du P.N.U.E. en novembre 2000, de l’uranium 236 – en faible quantité certes (0,0028%) et des traces de plutonium[1a]. Cette particularité est la preuve que l’U.A. en cause est, au moins partiellement, issu du processus d’enrichissement, non d’uranium naturel, mais d’uranium de retraitement. Il est donc « pollué par les isotopes artificiels produits au sein des réacteurs nucléaires »[2a].

Outre sa valeur économique peu importante, l’U.A. possède des propriétés qui rendent son emploi intéressant : il arrête les rayons gamma de façon plus efficace que le plomb – on l’utilise ainsi en radioprotection dans l’industrie civile ; il est pyrophore, c’est à dire capable de s’enflammer spontanément quand certaines conditions sont réunies et donc, une fois dans la cible, il prend feu en dégageant une fumée composée de fines particules d’uranium – pour l’industrie militaire, il perfore ainsi le blindage des tanks beaucoup mieux que le tungstène, traditionnellement utilisé[3a]. Cet aérosol de poussières peut rester en suspension dans l’air pendant plusieurs heures ou bien être transporté par le vent. Quand il se pose, il contamine les eaux de surface, puis les nappes phréatiques et le sol. Par ailleurs, les perforateurs restés intacts finissent par subir une corrosion et se transforment également en poussières, solubles dans l’eau[4a].

2. – Toxicité

L’U.A., qui émet des rayons principalement alpha mais aussi bêta et gamma, est un peu plus faiblement radioactif que l’uranium naturel (40 millions de becquerels par kilo [Mbq/kg] contre 51 millions). On a donc pu dire que sa radioactivité est inférieure à celle que l’on trouve dans les gisements d’uranium ou même dans certaines régions granitiques. Cependant, « cela ne signifie pas qu’il soit devenu inoffensif », bien au contraire puisque la radioactivité produite par le minerai a été concentrée au cours du processus d’obtention du métal. Ainsi, « la radioactivité de l’U.A. est 60.000 fois supérieure à celle que l’on trouve habituellement dans le sol »[5a]. En outre, comme tous les métaux lourds, il présente une toxicité chimique importante.

La question des risques est donc à évaluer différemment selon la « porte d’entrée » de l’U.A. dans l’organisme. Les manipulations sont considérées comme peu dangereuses si elles ne durent pas longtemps. Mais si l’U.A. pénètre dans le corps, que ce soit par inhalation, ingestion, implantation ou blessure, la dose de rayonnement reçue est alors plus importante et se trouve combinée aux effets de la toxicité chimique, laquelle interfère principalement sur la fonction rénale. L’uranium va alors se fixer en plusieurs endroits possibles, entre autres : squelette, ganglions lymphatiques, poumons ou foie. Des chercheurs ont ainsi montré in vitro que l’exposition de cellules osseuses à de l’U.A. pouvait entraîner la formation de tumeurs cancéreuses[6a].


[1a] P.N.U.E., Communiqués de presse des 16 janvier 2001 et 16 février 2001. V. également Le Monde, 26 janvier 2001 où il est révélé qu’une usine du Kentucky a fourni l’armée américaine en U.A. dès 1953.

[2a] Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité, CRIIRAD,  Actualités, 5 janvier 2001.

[3a] « Contre les blindés, les munitions à l’U.A. (balles, obus, missiles) sont d’une efficacité redoutable » T.M. Deffontaines, Le Monde Télévision, 20-21 février 2000.

[4a] Dan Fahey, op. cit.

[5a] CRIIRAD, op. cit. A rapprocher de J.-F. Lacronique, président de l’Office de protection contre les rayonnements ionisants : « Ce matériau est tout sauf anodin », rapporté par Le Monde, 12 janvier 2001.

[6a] A. Miller, Environmental Health Perspectives, août 1998, rapporté par Le Monde, 12 janvier 2001. Voir également le Rapport du commandement de l’armée américaine chargé de l’armement, des munitions et des produits chimiques, juillet 1990, cité par Dan Fahey : L’U.A. est un « émetteur de rayons alpha de faible activité qui peut provoquer le cancer lorsque les expositions sont internes, la toxicité chimique causant pour sa part des lésions rénales » et celui du bureau médical des armées d’août 1993 : « les effets physiologiques estimés suite à l’exposition à des poussières d’uranium appauvri incluent une possibilité de risque accru de cancer (du poumon et ou des os) et de lésions rénales » (Dan Fahey, op. cit.).

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 15 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

LA CENTRAFRIQUE, LE PAYS OÙ L’ON VIT ET MEURT COMME DES ANIMAUX (Foreign Policy / http://www.slateafrique.com)

Camp de déplacés, Bossangoa, nord de la RCA, novembre 2013 / AFP

(Camp de déplacés, Bossangoa, nord de la RCA, novembre 2013 / AFP)

La Centrafrique:

Le pays où l’on vit et meurt

comme des animaux.

centrafrique

La communauté internationale

évoque une situation

pré-génocidaire.

Sur place, c’est carrément l’enfer.

Les missions internationales se succèdent en Centrafrique et les alertes se font de plus en plus fortes quant au risque majeur d’un génocide, comme l’a laissé entendre, cette semaine, le ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius.

Des inquiétudes relayées par les Nations Unies, dont le secrétaire général, Ban Ki-Moon, a annoncé que l’ONU se préparait à un éventuel envoi de Casques Bleus dans le pays. Le gouvernement américain, qui demande des sanctions contre les responsables des violences dans le pays, a débloqué 40 millions de dollars d’aide à la MISCA, la force africaine qui tente de rétablir la sécurité en Centrafrique.

Les quelques organisations humanitaires encore présentes sur place donnent l’alter depuis longtemps, et c’est seulement maintenant que sur le plan diplomatique l’on parle de situation «pré-génocidaire». Dans tous les cas, depuis le renversement du régime de l’ex-président François Bozizé par la coalition rebelle Séléka, le 24 mars 2013, la situation sécuritaire et humanitaire n’a eu de cesse de se détériorer. Selon Human Rights Watch, le nombre de déplacés à l’intérieur du pays est estimé à près de 400.000. L’ONG fait aussi savoir qu’il est quasiment impossible pour les humanitaires de venir en aide à ces personnes, car n’ayant aucune garantie de sécurité.

Dans le nord de la Centrafrique, par exemple, à Bossangoa, où l’on a noté une résurgence des combats ces derniers jours entre anciens rebelles de la Séléka et milices locales, rares sont les journalistes qui ont accès, afin de rendre compte de la situation. Le directeur de la section Urgences de Human Rights Watch a pu effectuer un voyage dans la région et livre et un témoignage poignant au magazine Foreign Policy. Peter Bouckaert y a vu un véritable chaos, où des enfants meurent de paludisme et de fièvre typhoïde. Le reportage publié par Foreign Policy évoque aussi des villages où il n’ y a plus une seule âme vivante.

«Dans les salles de classes, les tableaux indiquent encore la date de mars, quand les rebelles Séléka ont pris le pouvoir et que le cauchemar a commencé», peut-on lire dans le témoignage de Peter Bouckaert. Des villages entiers brûlés, des civils tués, des paysans tués à bout portant. Tout ceci sur fond de graves tensions entre chrétiens et musulmans, la majorité des rebelles de la colaition Séléka —aujourd’hui dissoute— étant musulmans.

L’église de Bossangoa sert de refuge à près de 40.000 personnes, indique encore le reportage de Foreign Policy. Mais ce refuge est «surpeuplé, bruyant et saturé par les fumées des fourneaux artisanaux».

Lu sur Foreign Policy

http://www.slateafrique.com

Des ORADOUR-SUR-GLANE (Haute-Vienne / FRANCE)…il y en a…et il y en aura encore malheureusement partout dans le Monde !

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 14 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

CENTRAFRIQUE: L’OPERATION FRANCAISE « SANGARIS » EST LANCEE…LES AVIONS RAFALE AVEC LEURS ARMES A L’URANIUM « APPAUVRI » AUSSI ! (Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr / Cordélia BONAL / Maria MALAGARDIS / AFP / Libération / Alain BARLUET / Le Parisien.fr / Le grandsoir.info / Capitaine MARTIN /)

La France intervient en Centrafrique:

Les Avions RAFALE

commencent leurs attaques…

avec, comme toujours,

des armes

à l’URANIUM

« APPAUVRI » !

Pour arrêter des crimes contre l’Humanité,

la France va commettre…

des crimes contre l’Humanité !…

en utilisant des armes

à l’URANIUM « APPAUVRI » !

Et la presse, comme toujours, respectera l’OMERTA…

et se taira !

Les forces françaises en Afrique

Centrafrique:

Pourquoi la France intervient

Des soldats français à Bangui ce jeudi.
                (Photo: Des militaires français à Bangui / 
Emmanuel BRAUN / Reuters)
DÉCRYPTAGE

Où se trouve ce pays ? Qui est l’ennemi ? Le conflit est-il religieux ? Tout comprendre de l’intervention militaire française qui vient de débuter après l’annonce du président de la République.

carte situ bangui centrafrique

L’opération «Sangaris» – du nom d’un petit papillon rouge éphémère– a commencé. Lors d’une courte intervention télévisée, le Président de la République François Hollande a annoncé, jeudi 5 décembre 2013, une action militaire «immédiate».

Ce jeudi, les tirs ont retenti et fait plusieurs dizaines de morts à Bangui, la capitale de la Centrafrique. Le Conseil de Sécurité de l’ONU a donné dans l’après-midi son feu vert à l’intervention et les militaires devraient maintenant entrer en action. Sept questions pour comprendre l’intervention française sur cette ex-colonie située au centre de l’Afrique.

LA CENTRAFRIQUE, QU’EST-CE QUE C’EST ?

C’est un pays de forêts et de brousse un peu plus grand que la France, en plein milieu du continent africain (comme son nom l’indique). Ex-colonie française, le pays est indépendant depuis 1960 et en crise chronique depuis. Les deux langues officielles y sont le sango et le français. La population est de 4,5 millions d’habitants seulement, en grande majorité des chrétiens, mais aussi des musulmans, surtout au nord.

La majeure partie du pays – à l’exclusion de la capitale Bangui, située à l’extrême sud du pays, à la frontière avec la République démocratique du Congo (RDC) – est abandonnée depuis des années par l’Etat et la proie de bandes armées. Pays très pauvre et corrompu, la République centrafricaine a pourtant des ressources importantes, y compris du pétrole et des diamants. Des gisements mal évalués et encore peu exploités mais qui représentent un enjeu potentiel dans le conflit en cours.

POURQUOI LA FRANCE S’ENGAGE-T-ELLE ?

Paris va tenter d’enrayer le chaos en cours. Plus d’1,5 million de Centrafricains, soit un tiers de la population, ont besoin d’aide de toute urgence. Pour échapper aux machettes et aux kalachnikovs, des dizaines de milliers de familles se cachent dans la brousse. L’actuel président, Michel Djotodia, n’a plus aucun pouvoir. L’objectif est donc humanitaire et sécuritaire. Il est aussi stratégique. Le vide sécuritaire risque de déstabiliser toute la région. L’enjeu tient à la position de la Centrafrique, enclavée entre le Cameroun, le Tchad, le Soudan et la République démocratique du Congo. La France veut éviter le scénario d’une vaste zone de non-droit ouverte à tous les trafics et base arrière potentielle de groupes islamistes.

QUI EST L’ENNEMI ?

Contrairement au Mali où la cible était claire (les jihadistes), la situation est plus complexe en Centrafrique. Dans le rôle des méchants, on trouve la Séléka («alliance», en sango), groupe armé qui a beaucoup recruté ces derniers mois. Créée en décembre au nord du pays, la Séléka a conquis la moitié de la Centrafrique en quelques semaines, semant la terreur et pillant à tout va. C’est elle qui a renversé en mars le président François Bozizé. Mais la Séléka est un groupe hétéroclite de «rebelles» locaux et de mercenaires venus des pays voisins. Sa stratégie et ses objectifs sont difficiles à cerner, et ses bandes ne semblent pas se coordonner. Face à elles, des milices «anti-balakas» («anti-machettes») se sont constituées, au départ pour s’en défendre. Mais elles s’en prennent aussi à des civils et alimentent le cycle de la violence.

Seleka fighters roll marijuana as their commander, General Yaya, meets with Multinational Force of Central Africa (FOMAC) peacekeepers at the FOMAC camp in Bossangoa, Central African Republic, November 25, 2013. With the country slipping deeper into chaos, former colonial power France plans to boost its force there to around 1,000 troops to restore law and order until a much bigger African Union force fully deploys. The land-locked country has been gripped by violence since the mainly Muslim rebels, many of

Des hommes de la Séléka le 25 novembre 2013 à Bossangoa, dans l’ouest du pays.

 (Photo: Joe Penney. Reuters)

LE CONFLIT EST-IL RELIGIEUX ?

Non, mais il le devient. Jusqu’à présent, les différentes communautés ont toujours vécu en bonne entente. Mais l’arrivée de la Séléka, dont les hommes sont en majorité musulmans (pratiquants ou non), a exacerbé le sentiment d’appartenance religieuse. Les milices d’autodéfense, à dominante chrétienne, ont commencé à s’attaquer à des musulmans civils en représailles des exactions commises par la Séléka. Ce mardi, au moins douze éleveurs peuls musulmans ont été tués à la machette près de Bangui par des milices formées essentiellement de chrétiens.

LA FRANCE ENVOIE COMBIEN D’HOMMES ?

1 200 soldats. 400 militaires français étaient déjà en place, l’armée française ayant maintenu ces dernières années une présence à Bangui. 200 autres sont arrivés ces derniers jours. Dans les jours qui viennent, une dizaine de rotations d’avions gros porteurs Antonov 124 achemineront le matériel nécessaire à l’installation du contingent français.

French soldiers stand guard during a patrol to check on the safety of French nationals in Bangui November 29, 2013. REUTERS/Joe Penney (CENTRAL AFRICAN REPUBLIC - Tags: MILITARY POLITICS) - RTX15XP9

Une patrouille française, à Bangui, le 29 novembre 2013.

(Photo Joe Penney. Reuters)

D’AUTRES PAYS VONT-ILS PARTICIPER À L’INTERVENTION ?

La France, qui en a assez de jouer les gendarmes de l’Afrique et rechigne à être seule en première ligne, intervient officiellement en appui de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca). Celle-ci compte à ce jour 2 450 hommes en Centrafrique, pour l’essentiel des soldats tchadiens, camerounais, congolais et gabonais, déployés à Bangui, mais aussi dans le nord-est du pays. L’objectif est de porter ses effectifs à 3 600 – 4 000 hommes au premier semestre 2014.

COMBIEN DE TEMPS VA-T-ELLE DURER ?

L’intervention armée devrait durer de quatre à six mois, le temps de sécuriser Bangui et les principaux axes du pays, selon le ministère de la Défense. La résolution de l’ONU donne néanmoins mandat à la Misca pour se déployer durant «une période de douze mois». Restera ensuite le plus long : pacifier durablement le pays et assurer la transition politique. Chantier dans lequel Paris se garde bien de s’engager pour le moment.

(Cordélia BONAL)

L’armée française

lance son opération « Sangaris »:

Bangui craint de nouvelles tueries

(AFP)
Patrouille de soldats français à Bangui le 29 novembre 2013.
Patrouille de soldats français à Bangui le 29 novembre 2013.
(Photo: Joe Penney. Reuters)

Les militaires se sont déployés dans la capitale centrafricaine alors que des nouveaux tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi.

L’armée française a lancé son opération en Centrafrique avec un renforcement dans un premier temps des patrouilles dans Bangui, qui présentait vendredi matin un visage de ville morte après les massacres de la veille. «L’opération a commencé» et les forces françaises présentes en Centrafrique «ont développé des patrouilles dans Bangui», a affirmé vendredi le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Dans les rues de Bangui, sous l’orage et la pluie, où toute circulation de véhicules civils est interrompue depuis jeudi, aucun déploiement massif des troupes françaises n’était visible en début de matinée.

Comme chaque jour, des patrouilles circulent sur les principaux boulevards de la capitale. Des détachements de la force africaine (Misca) étaient eux aussi postés à leurs emplacements habituels. En revanche, contrairement à la veille où ils avaient patrouillé la ville toute la journée, les pick-up bondés de soldats centrafricains se faisaient discrets.

Des tirs sporadiques d’armes automatiques ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi dans plusieurs quartiers, selon des habitants. «On ne sait pas pourquoi ils tiraient. On n’a pas entendu parler d’incidents», a expliqué un habitant du quartier de Ben Zvi.

Aucun bilan d’éventuelles victimes de ces tirs qui, par endroits, ont cessé à l’aube, n’était disponible dans l’immédiat, après une nuit pendant laquelle la grande majorité de la population craignait qu’elle ne soit l’occasion de nouvelles tueries. Malgré la levée du couvre-feu à 6 heures, les rues étaient totalement vides en début de matinée et la quasi-totalité des commerces restaient fermés.

A LIRE AUSSI:

La Centrafrique est «au bord du génocide»

OBJECTIF:

UN «MINIMUM DE SÉCURITÉ»

Après le feu vert de l’ONU à une opération conjointe de forces africaines et françaises pour rétablir la sécurité, le président français, François Hollande, avait annoncé dès le soir une action militaire «immédiate» en Centrafrique. «Une compagnie est arrivée de Libreville hier soir, et aujourd’hui un détachement d’hélicoptères sera sur zone», a indiqué Le Drian. Une compagnie de l’armée française comprend généralement quelque 150 hommes.

La mission des militaires français, en appui de la force africaine sur place, est d’assurer «une sécurité minimum, permettant à une intervention humanitaire de se mettre en œuvre, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui». Elle passe «par la sécurisation des rues, des itinéraires principaux pour permettre aux gens d’aller même à l’hôpital», a-t-il souligné.

Jeudi, avant à l’aube, de violents affrontements ont éclaté dans le nord de la capitale. «Des groupes armés ont lancé une offensive sur la ville. Les forces de l’ex-Séléka [ex-rébellion, au pouvoir, ndlr] ont rétorqué», selon Médecins sans frontières (MSF). Dans l’après-midi, au moins 54 cadavres étaient rassemblés dans une mosquée du centre-ville, et 25 cadavres gisant dans les rues voisines, abandonnés sur le bas-côté. Les corps portaient des marques de blessures à l’arme blanche et par balles. A l’hôpital communautaire de Bangui, MSF avait recensé 50 morts en fin de journée.

La Centrafrique est plongée dans le chaos et un engrenage de violences communautaires et interreligieuses entre chrétiens et musulmans depuis le renversement en mars du président François Bozizé par une coalition hétéroclite à dominante musulmane, la Séléka, dirigée par Michel Djotodia, qui l’a ensuite dissoute, tout en intégrant une partie de ses combattants dans les nouvelles forces de sécurité.

AFP

Jeux d’ombre en Centrafrique

Des soldats congolais de la Force multinationale en Centrafrique, à Bossangoa, mardi.
Des soldats congolais de la Force multinationale en Centrafrique, à Bossangoa.
(Photo: Joe Penney / Reuters)
ANALYSE

Dans un pays dont une large partie du territoire échappe au contrôle de Bangui, certains cherchent à sauver leur mise tant qu’il en est encore temps.

Qui parle avec Michel Djotodia ? Alors qu’une intervention africaine et française se prépare en Centrafrique avec la bénédiction de l’ONU, le Président de transition apparaît de plus en plus isolé. Certains de ses proches de passage à Paris ne savent même pas à qui il faut s’adresser à l’Elysée ou au Quai d’Orsay pour évoquer la situation en Centrafrique. Les autorités françaises, visiblement, préférent dialoguer directement avec le Premier Ministre, Nicolas Tiangaye, reçu lundi par Laurent Fabius et seul représentant du nouveau pouvoir centrafricain invité au sommet du 6-7 décembre consacré à la sécurité en Afrique.

Avocat et opposant politique, ex-président de la Ligue centrafricaine des droits de l’Homme, Nicolas Tiangaye était déjà Premier ministre dans le dernier gouvernement d’union nationale mis en place en janvier par François Bozizé, juste avant que ce dernier ne soitrenversé en mars par une coalition hétéroclite de groupes rebelles, la Séléka («l’Alliance»), laquelle offrira à Michel Djotodia d’accéder au pouvoir.

Aujourd’hui ce dernier est donc plus que fragilisé, réellement ostracisé par la communauté internationale. Il n’a jamais été reconnu par l’Union africaine, ni par la France qui se prépare à intervenir en Centrafrique. Certes, Michel Djotodia, un temps diplomate au Soudan, n’a pas réussi à ramener la sécurité dans son pays neuf mois après son arrivée. Un échec réel mais qui ne doit pas faire oublier que dans ce pays qui connaît aujourd’hui des affrontements intercommunautaires d’une ampleur inédite, la dérive est ancienne : dans de larges parties du territoire national, grand comme deux fois la France, l’ordre et la sécurité sont depuis de nombreuses années des notions théoriques.

FORCES AMÉRICAINES

L’extrême nord du pays qui jouxte le Soudan et le Tchad a ainsi été baptisé «le triangle des Bermudes» par les humanitaires présents en Centrafrique : «une zone sans routes, sans sécurité, où personne ne sait ce qu’il se passe», confiait ainsi le responsable d’une ONG à Bangui en septembre.

A l’Est, une autre vaste zone échappe également à tout contrôle. C’est là qu’aurait trouvé refuge Joseph Kony, le sinistre leader de l’Armée de résistance du Seigneur, un mouvement mystique et sanguinaire né en Ouganda à la fin des années 80. Le Président Djotodia a affirmé la semaine dernière être en négociation avec le vieux leader supposé malade de cette rébellion. Sans convaincre l’ONU et surtout Washington qui depuis 2008 offre cinq millions de dollars de récompense pour sa capture.

Or à Bangui, nombreux sont les observateurs persuadés que des forces américaines et ougandaises sont à pied d’œuvre depuis lontemps dans l’Est de la Centrafrique. Avec réticence, certains proches du pouvoir actuel centrafricain reconnaissent également que la nouvelle rébellion qui a renversé Bozizé n’a jamais pu avoir accès à toute la zone. Ces informations, qui ne sont pas vérifiées, soulignent cependant la complexité d’un pays qui reste un vaste no man’s land où personne ne sait réellement ce qui se passe en dehors de la capitale.

PÉTROLE

Une réalité d’autant plus inquiétante que la Centrafrique, pays gigantesque et sous-peuplé (4,5 millions d’habitants) est aussi misérable que potentiellement très riche : or, diamants, mais aussi pétrole aiguisent les appétits. La fragilité du pouvoir actuel renforce ainsi une tendance «chez certains à prendre leur part du gâteau tant qu’il est encore temps» affirme un bon connaisseur du pays. Rien de nouveau sous le soleil centrafricain : depuis son indépendance en 1960, ce pays a connu un record de coups d’Etat et de rébellions armées qui ont toujours fait prospérer les trafics au bénéfice d’une minorité.

Aujourd’hui, dans l’entourage de l’actuel Président, qui affirme toujours vouloir se retirer en 2015, on redoute que l’intervention onusienne en préparation ne provoque en réalité un nouveau changement de régime. Mais le véritable homme fort du pays ne se trouve peut-être pas au Palais présidentiel : Nourredine Adam, un officier qui a fait ses classes en Israël et a servi à Abou Dhabi, semble être le seul à avoir encore quelque autorité sur les seigneurs de guerre qui ont pris le pouvoir en mars. Or, après avoir été ministre de la Sécurité, il a cédé sa place pour un poste plus discret : la direction des renseignements intérieurs. Une carte essentielle dans un pays qui semble parfois aussi impénétrable que la forêt qui entoure une capitale aux allures de ville du Far West.

Maria MALAGARDIS

Sangaris: 

Prise à partie sur l’aéroport de Bangui

Dans la journée du 5 décembre 2013, alors qu’elles sécurisaient l’accès à l’aéroport de M’Poko sur lequel se sont réfugiés près de 2000 centrafricains pour fuir les combats, les forces françaises ont été prises à partie à trois reprises par un pick-up armé. Au troisième tir, les militaires français ont riposté détruisant le véhicule. Cette prise à partie n’a fait aucun blessé du côté des militaires français, ni des civils venus chercher leur protection.

Centrafrique:

Les violences ont fait au moins 300 morts

 (LIBERATION)  

23 heures. Washington a salué le «leadership» de l’armée française en Centrafrique, où elle vient de renforcer la force panafricaine pour tenter de rétablir la sécurité dans le pays, en proie à l’anarchie et aux violences inter-religieuses. «Nous sommes certains que le puissant leadership de la France qui a envoyé 800 soldats supplémentaires sur le terrain et son soutien à la force panafricaine présente en Centrafrique (Misca) envoient à toutes les parties le message clair que la violence doit cesser», a déclaré la porte-parole adjointe du département d’Etat Marie Harf. 

«Nous sommes profondément inquiets par la montée en puissance des violences en Centrafrique, qui entraîne une crise humanitaire de plus en plus grave et augmente le risque de massacres de masse», a prévenu Marie Harf dans un communiqué. Les Etats-Unis ont promis de fournir près de 40 millions de dollars d’aide en équipements, entraînements et soutien logistique à la Misca.

22h20. Les violences qui ont éclaté jeudi matin à Bangui, dégénérant en tueries, ont fait au moins 300 morts, a indiqué un responsable de la Croix-Rouge centrafricaine, sous couvert d’anonymat. En comptabilisant les corps déposés dans les morgues des hôpitaux, dans des lieux de culte et ceux ramassés dans les rues de la ville par les équipes de la Croix-Rouge, le bilan provisoire s’élève à 281 tués, a ajouté ce responsable, en soulignant que les secouristes n’avaient pu accéder vendredi avant le couvre-feu à tous les quartiers touchés par les violences où de nombreux corps restent à ramasser selon les témoignages d’habitants.

19h30. Le secrétaire général de l’ONU Ban ki-moon lance un «appel urgent» à protéger les civils. Le Bureau intégré des Nations unies pour la consolidation de la paix en RCA (Binuca) «a signalé que les tueries avaient continué pendant la nuit (de jeudi à vendredi) faisant augmenter le bilan» des victimes.

18h45. Selon l’état-major des armées à Paris,deux Rafale français décollant de N’Djamena, au Tchad, ont effectué deux «passages de dissuasion» au-dessus de Bangui, vers 10 heures et 18 heures, où la situation demeure «tendue». Trois hélicoptères Puma en provenance du Cameroun ont rallié Bangui après plusieurs heures de vol. Paris est en train de mettre en place un groupement aéroterrestre à Bangui. D’autres hélicoptères pourraient venir renforcer ce dispositif dans les prochaines heures.

18 heures. Joanna Mariner, membre de l’équipe d’Amnesty international à Bangui, interrogée par l’agence Reuters, cite des témoignages qui semblent attester d’exactions en cours à Bangui. Dans le quartier PK12, des hommes de la Séléka ont tué plusieurs personnes lors de raids dans des maisons, dit-elle. Un témoin raconte également que la Séléka fait des raids «maison par maison». «Ils tuent les gens. Ils traitent tout le monde d’anti-balaka [les milices de défense].»

17h30. L’Etat-major des armées relate dans un communiqué publié sur Internet un accrochage survenu jeudi entre les soldats français et des hommes armés : «Dans la journée du 5 décembre, alors qu’elles sécurisaient l’accès à l’aéroport de M’Poko sur lequel se sont réfugiés près de 2000 Centrafricains pour fuir les combats, les forces françaises ont été prises à partie à trois reprises par un pick-up armé. Au troisième tir, les militaires français ont riposté détruisant le véhicule. Cette prise à partie n’a fait aucun blessé du côté des militaires français, ni des civils venus chercher leur protection.»

16h30. Marie-Elisabeth Ingres, chef de mission adjointe de Médecins sans frontières (MSF) à Bangui, travaille à l’hôpital communautaire de la capitale centrafricaine. Elle raconte la tension des deux derniers jours : «Depuis jeudi matin, on a soigné plus de 170 blessés. Une bonne soixantaine de cas graves demandaient une intervention chirurgicale. Souvent, il s’agit de plaies aux bras et aux jambes, causées par des armes à feu ou des armes blanches. Quand on est venu à l’hôpital ce matin, les rues de la ville étaient complètement vides, et des soldats français étaient postés devant le bâtiment. J’ai aussi cru comprendre que plusieurs milliers de personnes se sont regroupées à l’aéroport [occupé par des soldats français, ndlr], surtout des femmes et des enfants. Cela demande une confirmation plus précise, mais nos collègues de MSF sont là-bas pour apporter leur aide.»

16 heures. La présidence centrafricaine a demandé vendredi à toutes les forces de défense et de sécurité de regagner leurs casernes, autorisant seules les forces panafricaine, française et la sécurité présidentielle à patrouiller dans Bangui. Les 1 200 soldats français présents à terme auront à leur côté les hommes de la Misca (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad). Cette force, qui doit compter jusqu’à 3 600 hommes, n’en rassemble pour l’instant qu’environ 3 000, mal équipés et mal entraînés.

14h30. Dans une interview au site Internet du Monde, Nicolas Tiangaye, Premier ministre de la République centrafricaine, estime que la priorité de l’opération menée par la France est de «sécuriser Bangui, les grands axes économiques que sont le corridor Bangui-Douala et Beloko-Bangui et d’autres corridors secondaires».

14h15. Ce reportage d’Al-Jezira montre les rues de Bangui jeudi, alors que la capitale centrafricaine était agitée par de violents affrontements. Attention, certaines de ces images peuvent choquer.

14 heures. Médecins sans frontières (MSF) recense 92 morts et 155 blessés en deux jours dans un hôpital de Bangui. «Hôpital communautaire : 155 blessés en deux jours, 92 morts à la morgue», indique un bref message de MSF transmis à l’AFP. L’ONG, qui a une antenne médicale et chirurgicale dans cet établissement, ne peut préciser si les corps déposés vendredi matin à la morgue étaient des victimes tuées dans la nuit, ou ceux de cadavres abandonnés dans les rues jeudi après les massacres.

12h30. Selon notre journaliste Thomas Hofnung, citant une source bien informée, des exactions se sont poursuivies la nuit dernière dans plusieurs quartiers de Bangui, où des tirs ont été entendus. Ces violences auraient été commises par des hommes de la Séléka, le mouvement qui a pris le pouvoir en mars, en représailles aux attaques de jeudi. Ce matin sur RFI, le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian avait assuré que les soldats français patrouillent dans Bangui et que la nuit avait été calme.

12 heures. D’après France 2«des ex-rebelles de la Séléka ont tenté, jeudi, de pénétrer sur l’aéroport défendu par les soldats français» à Bangui. Les militaires ont détruit le pick-up et tué ses occupants. L’information a été confirmée officiellement par l’état-major. Jeudi, «à l’aube, un pick-up armé a ouvert le feu à trois reprises en direction de ces civils et des troupes françaises. A la troisième ouverture du feu, on a riposté et on a détruit le véhicule». Par ailleurs, RFI relate qu’une colonne de 350 soldats français stationnés au Cameroun est sur le point de passer la frontière de la république centrafricaine.

11h45. L’Union européenne a décidé de débloquer 50 millions d’euros supplémentaires pour la Centrafrique, après le lancement de l’opération française dans ce pays, a annoncé le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. Il a précisé que cette contribution s’ajoutait aux 225 millions d’euros versés au titre de l’aide au développement et à 20 millions d’euros d’aide humanitaire.

11 heures. Europe Ecologie-les Verts demande un vote au parlement sur l’action militaire française en Centrafrique, soulignant que l’intervention doit être «européenne et non uniquement française». Un débat sur l’intervention en Centrafrique aura lieu mardi après-midi, simultanément à l’Assemblée nationale et au Sénat, après une réunion entre le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et les principaux responsables du Parlement.

10h30. Différents témoins font état d’un survol de Bangui par des avions de chasse français. La situation reste néanmoins très tendue dans les rues de la capitale.

Ce matin. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian assure sur RFI que la France sera en Centrafrique «pour un moment court», possiblement six mois. Les objectifs français – sécurisation du pays, aide au déploiement de la force multinationale africaine – sont-ils atteignables dans ce laps de temps ? «Ce n’est pas exclu», selon Le Drian. Un prolongement est-il envisageable ? «Ce n’est pas dans la logique de ce que nous avons décidé, (de ce) qu’a décidé le président de la République, c’est une phase transitoire», a répondu le ministre.

En Centrafrique, les soldats français agiront en soutien d’une force panafricaine, sous-équipée et mal formée, qui s’est avérée incapable de rétablir l’ordre dans un pays plongé dans le chaos depuis le renversement en mars du président François Bozizé.

LIBERATION

Le Ministre de la Défense Le Drian:

«L’intervention française en Centrafrique

a commencé»

(Alain Barluet)

Un homme porte une hache dans les rues de Bangui.
 
Le Ministre de la Défense Le Drian a mis en garde contre les «violences confessionnelles» dans le pays.
«Les forces françaises ont développé des patrouilles dans Bangui et la nuit a été calme», selon Jean-Yves Le Drian. Au lendemain du coup d’envoi donné jeudi soir par François Hollande, peu après le vote d’une résolution Conseil de sécurité de l’ONU, le ministre français de la Défense a annoncé vendredi matin sur RFI que «l’intervention française a commencé».

Le ministre a confirmé l’arrivée, jeudi soir, de renforts français en provenance de Libreville, au Gabon, ainsi que d’un détachement d’hélicoptères, durant la journée de vendredi. Ils renforceront les quelque 600 militaires français présents à Bangui ces derniers jours. François Hollande a évoqué jeudi soir le doublement de ces effectifs «dans les prochains jours, sinon dans les prochaines heures». «Des exactions horribles ont entraîné une réaction très forte de la communauté internationale», a t-il relevé.

«Pour sécuriser, il faut désarmer et cantonner», a expliqué Jean-Yves Le Drian, en indiquant que la mission «limitée dans le temps» des militaires de l’opération française «Sangaris» visait d’abord à faire comprendre aux «vandales, aux brigands et aux milices que les rues de Bangui ne peuvent pas être utilisées comme des champs de bataille». Parallèlement, a rappelé le ministre, l’autre objectif consiste à accompagner la montée en puissance de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca), afin que celle-ci puisse «assurer la sécurité du pays et préparer la transition politique».

Pour le ministre français, le nombre des groupes armés est «variable selon les moments et peu identifiable». «Les gens sont mêlés à tel ou tel groupe sans que l’on en sache bien l’origine». Leurs motivations, «peut-être parfois politiques» tiennent pour beaucoup aux «rapines et aux violences gratuites». «Il faut maîtriser les violences confessionnelles» très préoccupantes qui sont apparues ces derniers jours, a toutefois insisté Jean-Yves Le Drian, qui n’a pas exclu des résistances.

 Les militaires français de «Sangaris»

à pied d’œuvre

(Alain Barluet)

Des soldats français, mardi à Douala, au Cameroun, où un navire militaire a transporté 350 hommes et des véhicules de combat dans le cadre de l'opération prévue en Centrafrique.
«Sangaris», ce papillon exotique qui prête son nom à l’intervention militaire française en Centrafrique, est sur le point de prendre son envol. «Tout est fin prêt, à Paris et à Bangui. On n’a plus qu’à appuyer sur le bouton», résume un haut chef militaire en expliquant que le millier d’hommes engagés dans l’opération n’attendent plus que le feu vert, jeudi, du Conseil de sécurité de l’ONU. Ou plus exactement celui de François Hollande, qui, en tant que chef des armées, donnera le top départ.

Car les Français, qui soutiendront la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca) - laquelle reprendra le flambeau de troupes africaines, le 19 décembre -, resteront sous commandement national. Dans l’entourage de Jean-Yves Le Drian, on indiquait, mercredi, que la dernière phase de la planification était en cours. L’accent est mis sur la collecte du renseignement. La phase active de l’intervention ne débutera vraisemblablement pas avant la fin du sommet sur la paix et la sécurité en Afrique, qui se tiendra vendredi et samedi à Paris. L’opération «Sangaris» pourrait durer de quatre à six mois.

Mission d’ordre sécuritaire et non de guerre !

À Bangui, les ultimes préparatifs se déroulaient aussi, notamment autour des pistes de l’aéroport international de M’Poko, «préparées» par les spécialistes du génie de l’air pour les rotations de gros-porteur Antonov. La logistique et les transmissions ont été «calées». Des éléments du 2e régiment d’infanterie de marine (Rima), débarqués à Douala du bâtiment Dixmude, ont été acheminés par train du Cameroun. Deux compagnies du 8e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (Rpima), appartenant au détachement Boali présent en Centrafrique depuis 2003, constituent le socle des effectifs. Les 400 soldats stationnés à M’Poko avaient été rejoints, le week-end dernier à Bangui, par un peu plus de 200 militaires français supplémentaires.

Mission d’ordre sécuritaire et non de guerre à proprement parler, «Sangaris» devrait «faire l’effet d’un électrochoc et avoir des conséquences dissuasives», commente un officier général qui connaît bien la Centrafrique. La priorité demeure la sécurisation de Bangui, de ses alentours ainsi que des deux axes essentiels, vers la Cameroun et vers le Tchad. Au-delà du pays «utile», une large partie du territoire centrafricain restera hors du champ d’intervention des militaires français. Les ex-rebelles de la Séléka se sont peu aventurés au sud d’une ligne joignant les villes de Bossangoa, Bambari et Bria. À l’extrême est, aux confins du Soudan, entre Birao, au nord, et Obo, en pays pygmée, au sud, un vaste territoire a toujours été une zone de non-droit. Au sud du pays, autour de Bangassou, un contingent tchadien et un camerounais sont déjà présents. Les militaires français de «Sangaris» vont s’efforcer d’accompagner le déploiement de la Misca, à laquelle reviendra la tâche de contrôler une assez large partie du pays. Une forme de pari? «Tout dépendra de la façon dont les forces africaines vont pouvoir prendre en compte leur mission de sécurisation», commente une source militaire proche du terrain.

CENTRAFRIQUE: L'OPERATION FRANCAISE

Centrafrique:

Pourquoi l’appellation « Sangaris » ?

Attribuer un nom à une intervention militaire remonte à la Première guerre mondiale. Un nom autrefois donné par hasard qui, aujourd’hui, est davantage une « affaire de communication.
AFP

(Photo: AFP)

« Sangaris », l’intervention des forces françaises en Centrafrique, enrichit le lexique militaire d’un nom de papillon africain, une singularité qui a souvent moins à voir avec les préceptes d’un Clausewitz qu’avec les hasards du vocabulaire.

Des militaires français s’amusent de l’intérêt des médias, « depuis deux ou trois ans »,pour les appellations des opérations extérieures et leur genèse, de « Licorne » à « Serval » en passant par « Manta », « Daguet », « Harmattan » ou « Corymbe ». « J’en ai vu défiler des centaines de noms! », se souvient l’ex-général de brigade aérivenne Jean-Vincent Brisset, aujourd’hui directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). « Je me souviens qu’un jour, moi l’aviateur, j’ai dû choisir un nom pour une petite opération navale : j’ai mis sur l’en-tête du document officiel un nom de poisson, et c’est parti comme ça! », raconte-t-il.

« Avant, le choix d’un nom était très largement le fait du hasard – on tirait au sort un nom dans le dictionnaire – ou de la culture personnelle du décideur. Maintenant, c’est beaucoup plus une affaire de communication, dans laquelle les politiques ont le dernier mot », relève l’ex-officier.

C’est le Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) de l’armée française, dévolu à la préparation des interventions extérieures, qui est chargé de choisir un ou des noms, les conseillers du président tranchant in fine.

Les Français optent pour la neutralité

En France, comme en Grande-Bretagne – où le tirage au sort est monnaie courante voire la création de néologismes à partir de syllabes -, le choix du nom obéit à plusieurs principes de base : « Il doit être neutre, pratique, mémorisable et facile à prononcer »,explique Jean-Vincent Brisset.Les Français ont coutume de recourir à des termes en rapport avec le monde animalier, la flore ou les caractéristiques géographiques de la zone d’intervention, qui ne heurtent pas les populations concernées. La mythologie – Artémis, Héraclès, Arès – est aussi prisée.

L’intervention en Libye, en mars 2011, fut baptisée « Harmattan », un vent chaud et poussiéreux d’Afrique de l’Ouest; le nom de poisson « Baliste » fut donné à une opération d’évacuation de ressortissants au Liban en 2006; le terme botanique « Corymbe » associé à une mission de la marine française aux large des côtes d’Afrique de l’Ouest.

Le papillon Sangaris

« Sangaris », un papillon rouge prisé des collectionneurs, s’est imposé pour l’intervention en Centrafrique, annoncée comme « courte »: « Un papillon, ce n’est pas méchant, ça ne dure pas très longtemps, c’est considéré comme joli et politiquement correct », souligne le directeur de recherches de l’Iris.

Le substantif doit être dénué de toute connotation négative. Ainsi les militaires se sont-ils gardés de choisir un papillon vert ou violet pour l’opération en Centrafrique, pays en proie à des heurts confessionnels entre chrétiens et musulmans. « La guerre ne va plus de soi en Occident, tuer représente un sujet tabou même chez les militaires, donc on recherche des euphémismes stylistiques », observe Eric Letonturier, chercheur à l’Institut des sciences de la communication du CNRS, spécialisé en sociologie militaire.

Pour autant, un mot inoffensif de prime abord peut receler des imprévus. L’opération « Serval » au Mali avait donné lieu à des commentaires acerbes, ce petit félin africain pouvant uriner 30 fois par heure pour marquer son territoire. « Pour les grosses opérations, les conseillers du président vont vérifier qu’il n’y ait pas de couac. Mais regardez ce qui s’est passé avec ‘Serval’… », note Jean-Vincent Brisset.

« Il se dit aussi que le Sangaris a une couleur fâcheusement rouge ‘sang’. Quel que soit le nom qu’on choisisse, si c’est le nom de quelque chose qui existe, on trouvera une connotation négative », poursuit-il.

« Beaucoup de gens ont glosé sur le fait que Licorne (nom de l’opération lancée en Côte d’Ivoire en 2002, NDLR) est le seul animal fabuleux qui ose s’attaquer à l’éléphant, mais c’était en fait le nom de la caserne d’où est partie la première opération! ».

La com des Américains

A l’inverse des Français ou des Britanniques, les Américains, qui ont introduit des noms de code durant la Seconde Guerre mondiale pour des raisons de sécurité (souvent des couleurs), obéissent désormais à des impératifs de communication, même s’ils utilisent depuis 1975 un système informatique (NICKA) générant annuellement des séquences aléatoires de deux lettres qui doivent constituer l’amorce des noms. (« UR » donna « Urgent Fury » pour l’invasion de la Grenade en 1983). « Il y a toujours une volonté de message chez les Américains, alors qu’il n’y en avait pas avant la guerre du Viêtnam »,note Jean-Vincent Brisset.

L’intervention américaine au Panama, en 1989, a manqué de s’appeler « Cuillère bleue » (« Blue spoon »). Le commandant des opérations, le général James Lindsay, s’insurgea alors : « Voulez-vous que vos petits-enfants racontent que vous étiez dans ‘la cuillère bleue’? », avait-il dit à l’état-major. L’opération fut finalement baptisée « Juste Cause », une connotation morale voulue par la Maison Blanche.

De fait, à partir des années 90, les militaires américains ont découvert le pouvoir symbolique des mots afin de l’emporter autant dans les esprits que sur le terrain : « Provide comfort » (littéralement « apporter du réconfort ») au secours des réfugiés kurdes au lendemain de la guerre du Golfe, « Uphold Democracy » en Haïti (« Faire respecter la démocratie ») de 1994 à 1995 après le renversement du président Aristide.

Parfois jusqu’à l’excès. L’opération « Liberté immuable » (« Enduring Freedom ») lancée contre Al Qaïda après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis devait initialement s’appeler « Infinite justice » (« Justice sans limite »), un mot d’ordre par trop vengeur rapidement écarté.

Une pratique née durant la Première guerre mondiale

L’influence politique n’est pas nouvelle. Le débarquement allié d’août 1944 en Provence devait avoir pour nom de code « Anvil » (« enclume », en anglais), mais Winston Churchill, qui était contre cette opération, lui préféra « Dragoon », qui veut dire « dragon » mais aussi « contraindre » (« I was dragooned » dira-t-il, « j’y fus contraint »).

Selon les historiens, ce sont les Allemands qui ont introduit la pratique des noms de code lors des deux dernières années de la Première Guerre mondiale, avec une prédilection pour les références mythologiques et religieuses (Archange, Mars, Castor,Pollux, Walkyrie…).

Les Israéliens et la Bible

Les Israéliens,  »une armée très religieuse » selon l’expert de l’Iris, puisent eux leur inspiration dans les épisodes sombres de la Bible (« Raisins de la colère », « Plomb durci », « Pluie d’été », etc.). « Comme on fait de plus en plus pour la communication, on espère qu’on tombera bien », ironise Jean-Vincent Brisset. « Les politiques, qui redoutent les dérapages, cherchant toujours un bouc émissaire, on se débrouille pour que ça soit quelqu’un d’autre qui choisisse ! »

Source AFP

Centrafrique:

La France déclenche l’opération Sangaris

(T.d.L. , D.LC et M.-L.W.)

Du Cameroun, un capitaine de l’armée française expose le plan d’action de la journée à son escadron de combat. Ils font route vers la frontière avec la Centrafrique (RCA).  | LP/Philippe de Poulpiquet.

Bangui, la capitale de la Centrafrique, vit dans la psychose de nouvelles tueries, après les massacres et les violences qui ont fait au moins 300 morts depuis jeudi. L’armée française a déclenché l’opération Sangaris (du nom d’un papillon rouge) avec un renforcement dans un premier temps vendredi des patrouilles à Bangui. Ce déploiement militaire fait suite à l’adoption, la veille, par le Conseil de sécurité des Nations Unies, de la résolution 2127 autorisant les forces françaises à intervenir, en soutien à la force panafricaine (Misca), pour rétablir l’ordre et la sécurité en République centrafricaine. 

«L’Afrique doit maîtriser pleinement son destin et, pour y parvenir, assurer pleinement par elle-même sa sécurité», a insisté François Hollandelors du sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique, convoqué de longue date par le chef de l’Etat, alors que 1 200 soldats français seront déployés dans les tout prochains jours en Centrafrique. Comme plusieurs de ses homologues présents à Paris, le présidentmalien Ibrahim Boubacar Keïta a salué l’engagement français à Bangui, un «devoir historique» selon lui de l’ancienne puissance coloniale.

A l’aéroport, d’où les patrouilles de blindés sortent dans Bangui, l’armée française continuait de renforcer son dispositif. Venu de la ville portuaire de Douala au Cameroun, un convoi terrestre s’apprêtait également à entrer en Centrafrique. De son côté, Londres a mis à la disposition de l’opération un avion militaire gros porteur C17.

Revivez les événements de vendredi :

22h48. Washington salue le «leadership» de la France. «Nous sommes certains que le puissant leadership de la France qui a envoyé 800 soldats supplémentaires sur le terrain et son soutien à la force panafricaine présente en Centrafrique (Misca) envoient à toutes les parties le message clair que la violence doit cesser», déclare la porte-parole adjointe du département d’Etat Marie Harf. Les Etats-Unis ont promis de fournir près de 40 millions de dollars d’aide en équipements, entraînements et soutien logistique à la Misca.

21h50. Au moins 300 personnes ont trouvé la mort depuis jeudi à Bangui. En comptabilisant les corps déposés dans les morgues des hôpitaux, dans des lieux de culte et ceux ramassés dans les rues de la ville par les équipes de la Croix-Rouge, le bilan provisoire s’élève à 281 tués, selon un responsable de cette ONG. Il souligne que les secouristes n’avaient pu accéder vendredi avant le couvre-feu de 18 heures à tous les quartiers touchés par les violences où de nombreux corps restent à ramasser selon les témoignages d’habitants.

19h50.  Le général Francisco Soriano est arrivé en Centrafrique, selon nos informations. C’est lui qui est à la tête de l’opération Sangaris. 

19h40. Près d’un millier de soldats français déployés. C’est ce qu’indique l’état-major des armées. Une compagnie parachutiste de 150 hommes a été acheminée de Libreville et environ 200 hommes équipés de blindés légers, arrivés au Cameroun à bord d’un bâtiment de la marine nationale, devaient rejoindre rapidement la RCA. Trois hélicoptères de manœuvre Puma venant du Gabon se sont également posés à Bangui, avec une centaine de personnes. Au total les effectifs français en Centrafrique doivent atteindre rapidement 1200 hommes.

VIDEO. Les renforts de l’armée française en approche

19h20. L’ONU lance un appel urgent à protéger les civils. «Très inquiet de l’escalade des violences entre communautés» le secrétaire général des Nations unies, Ban ki-moon lance «un appel urgent à toutes les parties à faire preuve de retenue». «Ce cycle terrifiant de violences et de représailles doit cesser immédiatement, les civils doivent être protégés», poursuit-il dans un communiqué. De son côté, la patronne des opérations humanitaires de l’ONU Valerie Amos se déclare «extrêmement préoccupée par la détérioration de la situation humanitaire» en RCA. «Durant les dernières 24 heures nous avons reçu des rapports faisant référence à environ 100 personnes tuées et des centaines d’autres blessées dans les combats et attaques à Bangui et Bossangoa», indique-t-elle. 

 –

19 heures. Des picks-up bondés de soldats circulent malgré l’interdiction. La présidence centrafricaine a demandé vendredi à toutes les forces de défense et de sécurité de regagner leurs casernes, autorisant seules les forces panafricaine, française et la sécurité présidentielle à patrouiller dans Bangui. En fin de journée, cette demande est restée lettre morte : des picks-up remplis de soldats sont visibles dans tout Bangui.

18 heures. Des Rafales survolent Bangui.  Quelques minutes avant le couvre-feu, deux avions de combat français Rafale survolent la ville pour impressionner les belligérants.

17h45. La Croix-Rouge centrafricaine continue de ramasser des dizaines de cadavres abandonnés dans la ville de Bangui ce vendredi, après les violents affrontements de la veille, suivis de tueries, par armes à feu ou machette. Dans une odeur pestilentielle, les agents de la Croix-rouge emballent les corps dans des sacs blancs puis les placent dans des véhicules, sous le regard de combattants de l’ex-Séléka, intégrés par le président Michel Djotodia dans les nouvelles forces de sécurité.

17h30. Mélenchon demande la «vigilance», la CGT dénonce une «impasse».  «Je dis: attention, la France n’a pas vocation à être la gendarmerie internationale de l’Afrique. (…) Cependant je ne voudrais pas non plus donner l’impression que nous sommes indifférents aux souffrances qu’endure la population» explique le coprésident du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, qui appelle à la «vigilance». Le syndicat CGT est de son côté bien plus virulent et dénonce une «impasse», tout en rejetant «l’argument» de Laurent Fabius «sur un risque génocidaire en RCA» qui ne vise qu’«à marquer les esprits du peuple français et à justifier ainsi une intervention militaire».

16h10. Les troupes françaises acclamées sur la route de Bangui. Selon notre reporter sur place, Ava Djamshidi, la colonne de blindés français, déployée sur une route camerounaise menant à la Centrafrique, est vivement saluée par les réfugiés centrafricains qui fuient les combats.

15h55. La présidence ordonne le casernement des forces de défense et de sécurité.«Il est formellement demandé à tous les éléments des forces de défense et de sécurité de regagner les casernes ce jour (…) avant 15 heures» déclare la présidence centrafricaine dans un communiqué. Seules les forces panafricaine, française et la sécurité présidentielle sont autorisées à patrouiller dans Bangui. Au lendemain du feu vert de l’ONU pour une intervention militaire française de sécurisation du pays, l’ambiance demeure extrêmement tendue à Bangui, où la population vit dans la peur.

15h30. Des milliers de Centrafricains affluent vers l’aéroport de Bangui depuis plus de 24 heures, pour se mettre sous protection de l’armée française. L’Etat-major de l’armée française en comptabilisait 2000 jeudi. Un exode qui continue ce vendredi, selon cette envoyée spéciale d’Al-Jazeera.

15 heures. La France est prête à entraîner 20 000 soldats africains par an. C’est ce que vient d’annoncer François Hollande au sommet pour la paix en Afrique. Pour «maîtriser son destin», l’Afrique doit «assurer par elle-même sa sécurité», a insisté le chef de l’Etat.

14h30. L’Allemagne propose son aide logistique à la France. Berlin dispose de cinq Airbus A310, capables d’effectuer du transport de troupes, et pour certains d’entre eux du ravitaillement aérien ou du transport de matériels, qui peuvent être mis à la disposition de la France, a déclaré un porte-parole du ministère allemand de la Défense. Il ne pourra s’agir que de transports «vers un pays voisin de la République centrafricaine», a expliqué ce porte-parole, en soulignant qu’une telle aide n’entraînant pas directement une implication dans un pays en guerre pouvait être rapidement décidée par le gouvernement.

14h20. Un avion militaire britannique en appui. Un gros porteur C-17 a quitté vendredi le Royaume-Uni pour la Centrafrique où il est attendu «sous peu», en appui de l’opération de la France dans ce pays, a annoncé le ministère des Affaires étrangères à Londres. Un porte-parole du Foreign office a précisé que l’avion avait quitté le Royaume-Uni à la mi-journée et qu’il était «en chemin». «Nous avons décidé avec le gouvernement français que nous aiderions à transporter les équipements français vers la Centrafrique au moyen d’un avion de transport C17», a indiqué le ministre des Affaires étrangères William Hague dans un communiqué. «Trois vols séparés auront lieu ce mois-ci, le premier devant atterrir en Centrafrique sous peu», a-t-il ajouté.

14h10. L’armée française tire à Bangui. On apprend que l’armée française a fait feu jeudi, près de l’aéroport de Bangui, sur un pick-up armé, tuant plusieurs personnes à bord, selon l’Etat-major des forces françaises. Jeudi «à l’aube, un pick-up armé a ouvert le feu à trois reprises en direction des civils et des troupes françaises. A la troisième ouverture du feu, on a riposté et on a détruit le véhicule», a indiqué le porte-parole de l’état-major.

14 heures. Début du sommet pour la paix et la sécurité en Afrique. Le Sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique s’ouvre à Paris avec l’arrivée des premiers dirigeants africains au palais présidentiel, reçus par François Hollande qui doit prendre la parole dès pour un hommage à Nelson Mandela. Une quarantaine de dirigeants africains, sous le choc de la disparition du héros de la lutte anti-apartheid, étaient attendus à l’Elysée pour ce sommet de deux jours qui vise à encourager l’Afrique à assurer sa sécurité au moment où la France intervient militairement en Centrafrique.

13h43. Selon nos informations, deux Rafale ont effectivement été déployés ce vendredi en Centrafrique. Une information qui donne du crédit aux divers témoignages – notamment de journalistes – faisant état du survol de Bangui par des chasseurs français en milieu de matinée.

13h15. Le Sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique vient de s’ouvrir.Une quarantaine de dirigeants africains, sous le choc de la disparition du héros de Nelson Mandela, sont attendus à l’Elysée pour ce sommet de deux jours qui vise à pousser l’Afrique à assurer sa sécurité au moment où la France intervient militairement en Centrafrique.

12h48. Une colonne française est sur le point de passer la frontière entre le Cameroun et la Centrafrique, selon RFI. 350 soldats composeraient cette colonne.

12h15. Des ex-rebelles de la Séléka ont été tués par l’armée française jeudi soir,selon France 2. Les soldats français ont détruit leur pick-up alors qu’ils tentaient de pénétrer sur l’aéroport. Aucune précision n’a été apportée sur le nombre exact d’ex-rebelles tués, ni sur l’heure à laquelle a eu lieu cette première utilisation de la force par des militaires français en Centrafrique.

11h50. L’Union européenne a décidé de débloquer 50 millions d’euros supplémentaires pour la Centrafrique, annonce  le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. «Je salue la France pour son initiative et son courage», déclare-t-il avant l’ouverture du sommet France-Afrique à Paris. «La France prend une grande responsabilité que nous devons tous, en tant qu’Européens soutenir», ajoute-t-il.

VIDEO. Bruxelles débloque 50 millions d’euros 


11h15. Deux rafales survolent Bangui, témoigne l’envoyé spécial de France 2.

VIDEO. Combien va coûter «Sangaris»?

11h05. EELV demande un vote du Parlement sur l’intervention en Centrafrique. «EELV se félicite de l’annonce par le Président de la République s’engageant à fournir au Parlement dès la semaine prochaine toutes les informations nécessaires et demande un vote de nos deux assemblées à ce sujet», écrivent les deux porte-parole Sandrine Rousseau et Eric Loiselet dans un communiqué.Un débat sur l’intervention française en Centrafrique aura lieu mardi après-midi, simultanément à l’Assemblée nationale et au Sénat, après une réunion entre le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et les principaux responsables du Parlement.

10h45. Une intervention «salutaire» selon le chef de l’Etat ivoirien. Alassane Ouattara juge que l’intervention militaire française en Centrafrique est «salutaire» même si «on a perdu trois mois», dans une interview ce vendredi au quotidien français Le Figaro. En Centrafrique, «un peuple est en danger. Je trouve même que ça a trop tardé. On a perdu trois mois. Quand il y a une situation d’urgence, c’est bien que la France intervienne. Mais après, ce sont aux pays africains de prendre leur sécurité en charge, avec l’aide de l’ONU», a-t-il déclaré. Elu président en novembre 2010, M. Ouattara est arrivé au pouvoir – que refusait de lui céder l’ex-président Laurent Gbagbo – grâce à une intervention décisive de l’armée française en avril 2011.

10 heures. Rues désertes. Malgré la levée du couvre-feu à 6 heures, les rues sont totalement vides en début de matinée et la quasi totalité des commerces restent fermés.

9h45. Pas de déploiement massif à Bangui. Dans les rues de Bangui, sous l’orage et la pluie, où toute circulation de véhicules civils est interrompue depuis jeudi, aucun déploiement massif des troupes françaises n’était visible en début de matinée. Comme chaque jour, des patrouilles – véhicules légers et blindés – circulent sur les principaux boulevards de la capitale. En revanche, contrairement à la veille où ils avaient patrouillé la ville toute la journée, les pick-ups bondés de soldats centrafricains se faisaient discrets.

VIDEO. Centrafrique : Juppé et Fillon soutiennent l’intervention française

8h12. La France est là  «pour un moment court» Toujours sur RFI, Jean-Yves Le Drian certifie que «cette intervention sera rapide, elle n’a pas vocation à durer, et je suis sûr de son succès.» Un prolongement est-il envisageable ? «Ce n’est pas dans la logique de ce que nous avons décidé, (de ce) qu’a décidé le président de la République, c’est une phase transitoire», répond le ministre.

Les forces françaises en Afrique

8h09. Un sommet de l’Elysée très attendu. Le ministre de la Défense espère qu’il permettra «une prise de conscience des pays africains sur la nécessité de s’organiser ensemble pour assurer la sécurité de l’Afrique.» Une quarantaine de dirigeants africains sont attendus dans l’après-midi.

8h07. Les motivations des milices ne sont pas politiques. Bien qu’il ne faille «pas négliger une dérive confessionnelle», «les motivations de bases ne sont pas politiques», assure le ministre de la Défense. «Peut-être que pour certains il y en a», mais «il s’agit beaucoup de rapines, de violences parfois gratuites».

VIDEO. Le Drian anonce le début de l’opération 


8h05. «Pour sécuriser, il faut désarmer et cantonner», confie le ministre de la Défense. «Les vandales, les brigands, les milices s’aperçoivent qu’ils ne peuvent pas utiliser les rues de Bangui comme un champ de Bataille. »

8h02. Objectif : sécuriser «l’intervention humanitaire.» Selon Jean-Yves Le Drian, le rôle des forces françaises est «d’abord de faire en sorte qu’une sécurité minimum permette à l’intervention humanitaire de se mettre en oeuvre, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Ce pays vit dans un chaos humanitaire et un effondrement sécuritaire. Il n’y a plus d’Etat.» 

7h57. Premières patrouilles françaises à Bangui. Invité sur RFI, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian annonce le début de l’opération française. «L’opération a commencé, dans la mesure où les forces françaises qui étaient déjà présentes à l’aéroport de Bangui, avec une mission limitée à la protection de cet aéroport et de nos ressortissants, dès cette nuit, ont développé des patrouilles dans Bangui. La nuit a été calme».

VIDEO. Centrafrique: les habitants apeurés 

6 heures. Tirs nocturnes à Bangui. Malgré la levée du couvre-feu, les rues de Bangui sont désertes. Contrairement à la veille où ils patrouillé la ville toute la journée, les pick-ups bondés de soldats se font discrets. Des tirs sporadiques d’armes automatiques ont été entendus dans la nuit. Ils ont cessé à l’aube dans certains quartiers. On ignore encore s’ils ont fait des victimes

Jeudi. 19h19. François Hollande annonce une action militaire « immédiate » de la France en Centrafrique.

VIDEO. Centrafrique: des soldats français arrivent au Cameroun

Jeudi, 18 heures. Terreur au couvre-feu. La nuit tombe à Bangui. Pour les habitants de la capitale, c’est une longue nuit de terreur qui commence. Tous redoutent une chose, que ce soit pire encore que la veille.

VIDEO. Centrafrique : 14 enfants blessés jeudi dans des violences

VIDEO. Centrafrique : à Bangui, les blessés affluent dans les hôpitaux

(LeParisien.fr)

Centrafrique:

Paris porte à 1.600 soldats son contingent

et étend leur mission

au désarmement des milices !

PARIS – Le contingent français en Centrafrique atteindra 1.600 hommes samedi 7 décembre 2013 au soir, soit 400 de plus qu’annoncé jusqu’à présent, avec pour mission prioritaire de mettre fin aux massacres et de désarmer toutes les milices et groupes armés, a annoncé le président François Hollande.

L’intervention française sera rapide, efficace et devra désarmer toutes les milices et groupes armés qui terrorisent les populations, a affirmé M. Hollande, lors d’une conférence de presse de clôture du sommet sur la paix et la sécurité en Afrique à Paris.

Elle devra permettre à la Centrafrique de retrouver la stabilité, et permettre le moment venu des élections libres et pluralistes, a ajouté M. Hollande.

Jeudi soir, il y avait 600 militaires français; hier (vendredi) soir, il y en avait 1.000; et ce soir, il y en aura 1.600 et ce sera l’effectif qui demeurera autant que nécessaire pour cette mission, a déclaré le chef de l’Etat.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait précédemment évoqué une mission pour une période brève, de l’ordre de six mois, une échéance non utilisée samedi par le chef de l’Etat.

En Centrafrique, il faut frapper fort, tout de suite, a insisté le président français, semblant ainsi expliquer pourquoi les troupes françaises avaient été portées à 1.600 hommes.

Jusqu’à présent, les autorités françaises n’avaient parlé que de 1.200 militaires mobilisés dans le pays pour une opération de soutien à la force africaine (Misca) déployée en Centrafrique. Elles n’avaient pas non plus indiqué que la mission des Français comprendrait un désarmement des milices.

Les forces françaises vont se déployer le plus rapidement possible et partout où il y a des risques pour la population, avec les forces africaines présentes qui sont au nombre de 2.500 soldats, a ajouté François Hollande.

Dans un délai, je crois court, nous pourrons faire cesser toutes les exactions et les massacres, a-t-il enchaîné, précisant que, selon les informations en sa possession, il y en a peu aujourd’hui alors que sur la seule journée de jeudi, les chiffres étaient effrayants, il y aurait eu 300 morts.

Selon le président français, le troisième temps de l’opération sera de permettre aux autorités centraficaines de pouvoir reprendre le contrôle du territoire et d’assurer la défense de la population.

Pour autant, nous ne nous arrêterons pas là, a-t-il prévenu, expliquant qu’il s’agira, comme au Mali, de conclure l’opération par la tenue d’élections.

François Hollande a estimé cependant que l’intervention des troupes françaises avait permis une respiration pour la population centrafricaine qui les a accueillies dans la liesse. 

Annonçant solennellement jeudi soir le déclenchement de l’opération française après le feu vert du Conseil de sécurité de l’ONU, Francçois Hollande avait laissé entendre que les effectifs des forces françaises seraient limités à 1.200 hommes. Déjà 600 militaires français sont sur place. Cet effectif sera doublé d’ici quelques jours, pour ne pas dire quelques heures, avait-il dit.

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, avait indiqué pour sa part vendredi sur RFI que les deux objectifs des opérations militaires françaises étaient d’assurer une sécurité minimum, permettant à une intervention humanitaire de se mettre en oeuvre et que les forces africaines soient en situation d’assurer la sécurité du territoire en attendant la transition politique.

(©AFP / 07 décembre 2013 17h47)

NOTA: 

« Frapper fort tout de suite »

signifie donc que les aéronefs

vont utiliser

des armes à l’URANIUM « APPAUVRI » !

Hollande à Bangui:

La France en Centrafrique,

ou le centre en françafrique ?

(Chien Guevara)

 1. Actualité

L’intervention de la France en République centrafricaine est imminente. Le pays, « au bord du génocide » selon le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a sombré dans le chaos depuis le renversement, le 24 mars dernier, du régime de François Bozizé par Michel Djotodia, le chef de la coalition rebelle Séléka, accusée de perpétrer des violences à caractère confessionnel. Actuellement, environ 410 soldats français – dont 180 parachutistes du 8e RPIMa de Castres (Tarn) qui ont pris leurs quartiers dans la ville de Boali – sont basés du côté de l’aéroport de Bangui, notamment pour assurer la protection du millier de ressortissants français en Centrafrique.

Ce contingent sera donc porté à un millier très prochainement, a annoncé hier le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Ce sera, a priori selon le ministre, « pour une période brève, de l’ordre de six mois à peu près », afin de rétablir l’ordre en appui d’une force panafricaine qui compte actuellement 2 500 hommes, sur un total prévu de 3 600.Mais elle peine à atteindre son effectif plein et manque cruellement de moyens.
Pour autant, la France prend soin de souligner qu’elle est « en appui » et qu’elle ne réédite pas en Centrafrique, ex-colonie, son intervention armée du début de l’année au Mali, qui visait à neutraliser des groupes islamistes armés.
Paris apparaît cependant, comme au Mali, à la manœuvre et sur tous les fronts, diplomatique comme militaire. Du coup, la réponse à la résolution déposée, lundi, par Paris au Conseil de sécurité de l’ONU ne saurait tarder. Pour rappel, cette résolution vise à renforcer la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca) déjà présente, avec la perspective de la transformer en force de l’ONU de maintien de la paix. Elle est de fait placée sous le chapitre VII de la Charte de l’ONU, qui prévoit le recours à la force dans un pays où les violences oscillent entre « conflit religieux et ethnique », entre chrétiens et musulmans. Jusqu’à présent plusieurs pays, notamment les États-Unis ou la Grande-Bretagne, sont réticents à financer une nouvelle opération en Afrique.

2. Etat des lieux

La République centrafricaine est un de ces pays où le temps s’est arrêté. On dit même, ici à Bangui, la capitale, que l’horloge a reculé de 40 ans. Selon la Fondation Mo Ibrahim sur la bonne gouvernance, la Centrafrique est, avec le Tchad, le Congo démocratique, l’Érythrée et la Somalie, en tête de liste des États en déliquescence du continent et de la planète.

En fait, entre ces cinq pays, il faut même faire une distinction : d’un côté la Somalie, toujours en proie à l’anarchie et au terrorisme, et la Centrafrique sur le point d’y ressembler, et de l’autre côté, les trois autres qui tentent avec des fortunes diverses de se reconstruire.
La Centrafrique est aux prises depuis vingt ans avec une instabilité politique et militaire chronique. De rébellions militaires en coups d’État, d’insurrections rebelles en interventions étrangères, le pays ne fait que s’enfoncer, malgré une présence internationale permanente. La Centrafrique détient le record du monde pour le déploiement de forces de maintien de la paix : onze missions depuis 1998, et l’ONU en prépare une douzième.
Malgré cela, rien n’y fait. Les élites se disputent le pouvoir et les quelques richesses sans aucune considération pour les quatre millions de Centrafricains. Dès qu’un groupe prend le pouvoir, il donne naissance à une rébellion qui le déloge, et ce groupe est à son tour délogé quelques années plus tard.
Ce cycle infernal a conduit la Centrafrique là où elle est présentement. En août dernier, de passage à Bangui, un représentant de l’ONU a résumé en quelques mots l’ampleur du désastre : « L’État n’existe tout simplement pas en dehors de la capitale. Au-delà de Bangui, il n’y a ni police, ni système judiciaire, ni services sociaux. La sécurité est pratiquement inexistante et la population vit dans un état de peur permanent », déclarait-il.
Le dernier groupe rebelle à avoir pris le pouvoir, la coalition Séléka, a tout dévasté sur son passage lors de sa marche sur la capitale en mars dernier. Les préfectures, les écoles, les églises, ont été pillées et brûlées, tout comme les archives. L’ONU, présente au pays depuis treize ans, n’a pas été en mesure de stopper la descente aux enfers.

En fait, la République centrafricaine, un non-Etat au cœur du continent, est en train de sombrer dans le chaos, entre rebelles et milices hors de contrôle et des dizaines de milliers d’habitants réfugiés dans les forêts, fuyant les massacres pour tomber dans la faim et la maladie. Les organisations humanitaires présentes, comme Médecins sans frontières ce mardi, appellent à l’aide.
Un « porte avions » au cœur de l’Afrique
La RCA n’a jamais réellement eu d’Etat depuis son accession à l’indépendance il y a un demi-siècle. La France n’a pas aidé, orchestrant les coups d’Etat comme les couronnements d’empereurs, pour protéger des bases militaires dans un pays considéré comme un « porte avions » au centre de l’Afrique.

Livrée à elle-même, la population a répondu du mieux qu’elle pouvait en organisant les milices paysannes, les fameux anti-balaka (anti-machettes). Il y a déjà eu des affrontements violents et des centaines de morts. Aujourd’hui, on parle d’un conflit interethnique entre chrétiens et musulmans. Rien n’est plus faux. Les deux groupes ethniques sont victimes d’un même ennemi : la coalition Seleka, qui a pris le pouvoir dans l’indifférence de la communauté internationale.
Lundi dernier (25 novembre, NDLR), le vice-secrétaire général des Nations Unies, Jan Eliasson a agité à son tour le spectre d’un « conflit ethnique et religieux » et a appelé à une réaction rapide et décisive pour éviter que la situation n’échappe à tout contrôle, ce qui représenterait un terreau fertile aux extrémistes et aux groupes armés.

3. Historique de la colonisation

Quant à la durée de l’opération, il faudrait un miracle pour que dans les six mois, les forces africaines soient prêts à prendre le relais et assurer à la Centrafrique la stabilité qui lui manque pour tenter de bâtir -enfin- un Etat digne de ce nom.

La France, un vague souvenir…

Pour l’heure, il y a urgence, même si l’emploi du mot « génocide » à Paris comme à New York crée un malaise : rien ne prouve, jusqu’ici, la volonté d’extermination d’un camp sur l’autre, qu’il soit ethnique ou religieux, comme ce fut le cas au Rwanda par exemple.
Pour le meilleur comme pour le pire, c’est un pays que Paris connaît bien. Ce fut même une caricature de ce que l’on appelait jadis la « Françafrique ». Un Etat où la France faisait et défaisait les régimes. Remplaçant des dictateurs en cours d’émancipation par d’autres hommes qui lui étaient redevables. On a bien noté les visites mystérieuses ces derniers mois à Bangui de Claude Guéant et de Jean-Christophe Mitterrand, deux figures d’une « Françafrique » moribonde. Mais nous n’en sommes plus là.

De l’ère coloniale à l’ère néocoloniale

Le colonialisme français, qui s’est partagé le pays avec le colonialisme belge dès 1885 avant de s’en emparer totalement en 1905 et dont il ne faut jamais oublier qu’il avait conquis le pays « pour y apporter la civilisation », y amena la guerre, les populations refusant, en particulier de 1928 à 1931, le travail forcé imposé par les colons. Le travail et sa valeur ne constituent-ils pas pourtant les éléments fondamentaux de la civilisation moderne ? Mais allez faire comprendre cela à l’« homme africain qui n’est pas assez entré dans l’histoire »…
Pillant allègrement les richesses agricoles, minières, forestières et animales ainsi que la force de travail gratuite des populations locales, le colonialisme français ne construisit aucune base industrielle.
L’indépendance toute formelle proclamée en 1960 marqua le passage de l’ère du colonialisme à celle du néocolonialisme avec l’insertion du pays dans la Francafrique. Outre ses richesses exploitées et potentielles, la RCA avait le malheur d’occuper une position géostratégique peu commune en Afrique. Située au cœur du continent, elle allait abriter d’importantes bases militaires françaises et jouer le rôle de porte-avions lors des nombreuses interventions militaires françaises dans la région (Tchad, Congo…).
En dépit de la proclamation de l’indépendance, le colonialisme français n’a jamais quitté le pays. Avant même l’indépendance, Barthélémy Boganda, « père de l’indépendance » proclamée dès 1958, fut opportunément assassiné. Le candidat soutenu par Paris, David Dacko, brûlera la politesse au successeur attendu de Boganda et deviendra le premier président de la République. Wikipédia nous apprend que ce président « instaure très vite un régime dictatorial et commet l’erreur de se rapprocher de la Chine. Cela déplaît à la France qui veut garder son influence sur ce pays riche en uranium et à l’importance stratégique primordiale du fait de sa position centrale sur le continent africain. La France se décide alors à soutenir le chef d’état-major de l’armée centrafricaine, Jean-Bedel Bokassa. » Paris continuera, jusqu’à ce jour, à jouer un rôle politique de tout premier plan, faisant et défaisant allègrement tous les présidents. Quant à la Chine, il semble, comme nous le verrons plus loin, qu’elle persiste à constituer un facteur de déplaisir pour la France en RCA.

4. Ressources naturelles locales

A l’image de nombreux autres pays du continent, la république Centrafricaine (RCA) n’est pas dénuée de ressources naturelles. Cela n’empêche pas le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) de la classer en 2005 parmi les États les plus pauvres de la planète puisqu’elle occupe la 171e place sur 177 selon le classement de l’Indicateur de développement humain (IDH)… Des mines d’or et de diamants au potentiel énorme, mais aussi de mercure, d’uranium et de fer sont pourtant exploitées alors que les recherches de pétrole semblent prometteuses.

Sur le plan agricole qui contribue à hauteur de plus de 65% au PIB du pays, on cultive du manioc, des bananes, du maïs, du café, du tabac, du coton, de la canne à sucre… L’absence de réelle politique d’investissement dans le secteur agricole empêche toutefois la RCA d’exploiter au mieux ces cultures alors même qu’elle pourrait, en particulier, développer les rendements en matière d’exploitation du coton et de la canne à sucre.
Une autre ressource majeure de la RCA est constituée par la forêt qui couvre 3,8 millions d’hectares dont 3 millions sont exploitables. Disposant d’essences précieuses telles que les arbres Sapelli, Sipo et Kosipo… particulièrement recherchés pour la menuiserie (contreplaqué, fabrication de meubles…) et qui s’ajoutent à l’exploitation traditionnelle de l’hévéa depuis la colonisation, l’exploitation forestière contribue à hauteur de 10% au PIB du pays.

5. Implantation française en Centrafrique

Les échanges commerciaux (52 M€) sont peu importants et les entreprises françaises peu nombreuses, mais la France reste le premier investisseur en RCA et a su, dans un contexte difficile, nouer des partenariats notamment dans les secteurs des services aux entreprises, des industries manufacturières, du commerce et des services bancaires.

En dépit de l’instabilité politique et des risques sécuritaires, Air France, Bolloré (logistique et transport fluvial), Castel (boissons et sucre), Total (stockage et distribution des produits pétroliers), CFAO (distribution automobile) ont maintenu leurs implantations en RCA. L’arrivée en 2007 de France Télécom dans la téléphonie mobile marque un certain intérêt des investisseurs français. Les pillages consécutifs à la prise de Bangui par les rebelles le 24 mars ont fortement perturbé l’activité des entreprises françaises.
Alors qu’Areva avait signé un accord avec le gouvernement centrafricain le 1er août 2008 pour l’exploitation du gisement d’uranium de Bakouma (Est), les nombreuses difficultés (éloignement du gisement, mise au point du procédé de traitement du minerai, fourniture d’énergie, insécurité) et la baisse des cours mondiaux d’uranium à la suite de la catastrophe de Fukushima ont conduit Areva à suspendre ce projet.

Un demi-siècle après la soi-disant indépendance, les « peuples entreprenants » – incarnés par une poignée de firmes occidentales soutenues par la Banque mondiale – ne se privent guère, en effet, d’exploiter l’or africain et de bouleverser le mode de vie des populations locales : cadences infernales, normes de sécurité inexistantes, mouvements syndicaux réprimés, pollution catastrophique, etc.
Ces firmes privées, tentaculaires, exploitent aujourd’hui 80 % des gigantesques gisements africains. Liées à des trafiquants d’armes, à la famille Bush, à la CIA ou au lobby nucléaire, on les retrouve au Mali, au Ghana, en Tanzanie, en Afrique du Sud et jusque dans les régions en conflit – comme en République démocratique du Congo –, où elles soutiennent parfois des mouvements armés. Elles sont si puissantes que l’ONU renonce à les sanctionner. Leurs bénéfices sont rapatriés dans des paradis fiscaux, tandis que les pays africains riches en or ne cessent de s’appauvrir… »
Le secteur privé étranger domine donc toute l’économie du pays, y compris dans les transports. Le transport fluvial (fleuves Oubangui, Sangha, Mpoko, Bamingui, Ouaka, Kotto…) constitue le mode principal de transport dans le pays. Dans ce domaine, « l’Agence française de développement » se vante d’octroyer une subvention au gouvernement centrafricain en vue de réhabiliter le parc de pousseurs et de barges. Elle se targue également de financer « un dispositif d’assistance technique auprès du service commun d’entretien des voies navigables » ainsi que « la construction dans la zone forestière du Sud-Ouest de deux ponts sur les fleuves Lobaye et M’Baéré [… et] la reconstruction ou la réhabilitation de 4 ouvrages de franchissement… ». Mais cette aide, que d’aucuns pourraient naïvement considérer comme désintéressée, n’a été possible que par « la privatisation de la Société centrafricaine de transport fluvial (Socatraf), qui assure le transport sur l’Oubangui entre Kinshasa, Brazzaville et Bangui, et la signature d’un contrat d’affermage entre le Groupe Bolloré et l’Etat ». Le Groupe Bolloré appartient à l’ami de l’ancien président Nicolas Sarkozy : Vincent Bolloré. Ce groupe contrôle une bonne partie des chemins de fer et des ports d’Afrique de l’ouest qui servent entre autre à l’évacuation du produit de l’exploitation forestière du Cameroun, du Gabon, de Centrafrique et d’ailleurs. Cela n’a bien évidemment aucun rapport avec la Francafrique.
Ainsi, la Banque mondiale et le FMI, par le biais de plans d’ajustement structurels (PAS), obligent les gouvernements africains (souvent complices) à privatiser-brader leurs entreprises publiques que des groupes rapaces rachètent à vil prix pour mieux s’assurer une position monopolistique sur les chaînes de transport et quelques activités hautement rentables en amont (tabac, forêts…).
Rivé, comme nombre de pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale au Franc CFA, le pays supporte le poids important de la dette sur le budget national. Cela a favorisé la venue des bailleurs de fonds internationaux (UE, Banque mondiale, FMI…).

Les nouveaux habits roses du néocolonialisme français

Le quotidien parisien Le Monde rapportait dans son édition du 28 décembre 2012 que le président François Hollande, réagissant à l’avancée des rebelles centrafricains qui menaçaient de renverser le président François Bozizé à Bangui, avait déclaré : « Si nous sommes présents, ce n’est pas pour protéger un régime, c’est pour protéger nos ressortissants et nos intérêts et en aucune façon pour intervenir dans les affaires intérieures d’un pays, en l’occurrence la Centrafrique ». « Ce temps-là est terminé », a ajouté le président français.
Qui peut accorder un quelconque crédit à ces déclarations ? Il est de notoriété publique que le président Hollande et son gouvernement ne remettent nullement en cause les fondamentaux du néocolonialisme en RCA comme dans l’ensemble des pays de la Francafrique.

6. Les mensonges et la conclusion

Pour la troisième fois cette année, François Hollande s’apprête à ordonner une intervention militaire à l’étranger. Après le Mali en janvier, la Syrie en septembre qui n’a finalement pas eu lieu pour les raisons que l’on connait, un millier de soldats français sont sur le point d’être envoyés en République centrafricaine.

François Hollande est donc solidement installé dans son rôle de Commandant en chef où on l’attendait le moins, faisant preuve de la détermination et de l’autorité dont l’opinion juge qu’elles lui font défaut dans les affaires nationales.
Au plus bas dans les sondages, le président ne peut attendre aucun « bénéfice » politique immédiat d’une telle opération militaire. Celle du Mali, globalement réussie même si les forces françaises sont contraintes de se maintenir plus longtemps que prévu, ne lui a apporté qu’une petite éclaircie d’image, mais n’a rien changé dans l’opinion.
L’enjeu de cette intervention au cœur de l’Afrique est ailleurs : il est dans le « retour » de la France sur le continent noir, après des décennies d’ingérence (« Françafrique ») suivies d’une période de relative indifférence ou de profondes maladresses (« l’homme africain n’est pas entré dans l’histoire » – Sarkozy à Dakar en 2008).

La France interviendra donc militairement. Mais en faveur de qui ? D’un gouvernement lui-même issu d’un putsch. La France n’est pas à une contradiction près. En revanche, lorsque des intérêts économiques majeurs sont en jeu, la logique est remisée au placard. Comme on peut le lire sur le site officiel du ministère des affaires étrangères, l’Élysée a directement en ligne de mire les ressources naturelles de son ancienne colonie : « En dépit de l’instabilité politique et des risques sécuritaires, Air France, Bolloré (logistique et transport fluvial), Castel (boissons et sucre), Total (stockage et distribution des produits pétroliers), CFAO (distribution automobile) ont maintenu leurs implantations en RCA. L’arrivée en 2007 de France Télécom dans la téléphonie mobile marque un certain intérêt des investisseurs français. Les pillages consécutifs à la prise de Bangui par les rebelles le 24 mars ont fortement perturbé l’activité des entreprises françaises ».
Grâce à l’intervention militaire, la France peut maintenant achever le sien.

Derrière les grands et nobles mots de démocratie, de développement et de liberté, les grandes puissances impérialistes continuent de piller l’Afrique et d’ensanglanter ses peuples. Il est temps que ces derniers se lèvent, prennent leurs affaires en main et entament en comptant sur leurs propres forces un nouveau cycle de libération des liens d’allégeance néocoloniaux.

Sources :

 http://www.rue89.com/2013/11/26/pourquoi-francois-hollande-envoie-trou…
 http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-13106.html
 http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/11/27/centrafrique-questions-…
 http://www.ladepeche.fr/article/2013/11/27/1762023-centrafrique-la-fra…
 http://www.lanation.info/Centrafrique-de-l-ere-coloniale-a-l-ere-neoco…
 http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pays-zones-geo/republique-centrafrica…
 http://www.resistance-politique.fr/article-republique-centrafricaine-l…

L’article dans sa niche: Hollande à Bangui : la France en Centrafrique, ou le centre en françafrique ?

République centrafricaine.

La France peut achever les travaux de pillage.

(Capitaine Martin)

On risque un « génocide » en République centrafricaine. L’alarme a été donnée par la France qui, après des mois de silence, a demandé en toute hâte à l’ONU d’agir rapidement. La situation dans ce pays est dramatique. Les rebelles de la Seleka, responsables du coup d’état du 24 mars, ont saccagé le pays, commettant les pires atrocités : pillages, exécutions sommaires, viols et tortures sur les populations civiles.

Livrée à elle-même, la population a répondu du mieux qu’elle pouvait en organisant les milices paysannes, les fameux anti-balaka (anti-machettes). Il y a déjà eu des affrontements violents et des centaines de morts. Aujourd’hui, on parle d’un conflit interethnique entre chrétiens et musulmans. Rien n’est plus faux. Les deux groupes ethniques sont victimes d’un même ennemi : la coalition Seleka, qui a pris le pouvoir dans l’indifférence de la communauté internationale.

En décembre 2012, l’ancien-président déchu, François Bozizé, avait demandé l’aide des États-Unis et de la France en vue de stopper les rebelles, mais François Hollande avait refusé d’intervenir dans l’ancienne colonie, arguant que la France ne pouvait agir que sous mandat de l’ONU. Le locataire de la Maison blanche avait avancé à l’époque le même argument.

Aujourd’hui, la France fait valoir que la Centrafrique est catastrophique. Selon les États-Unis, la situation y est « pré-génocidaire ». Pourquoi me direz-vous ne pas avoir entamé quoi que ce soit plus tôt ? Tout simplement parce que la situation n’était pas mure. La France prétend aujourd’hui jouer le rôle de bon samaritain vis-à-vis de la République centrafricaine dont on sait qu’elle est riche en uranium, en pétrole, en or, en diamants et en bois. Et elle peut aujourd’hui le faire avec le feu vert de l’ONU.

Lundi dernier (25 novembre, NDLR), le vice-secrétaire général des Nations Unies, Jan Eliasson a agité à son tour le spectre d’un « conflit ethnique et religieux » et a appelé à une réaction rapide et décisive pour éviter que la situation n’échappe à tout contrôle, ce qui représenterait un terreau fertile aux extrémistes et aux groupes armés.

Durant la réunion dédiée à l’ancienne colonie française, les quinze pays membres du conseil de sécurité se sont mis d’accord pour autoriser la force panafricaine présente en Centrafrique(Misca) à se déployer pour une période initiale de six mois. L’objectif officiel est d’essayer de renforcer la sécurité et de protéger les civils. Il n’est pas exclu que la Misca se transforme à terme en opération de maintien de la paix avec à la clé le déploiement de Casques bleus.

Les Nations Unis ont autorisé les forces françaises déjà présentes en République centrafricaine à prendre toutes les mesures nécessaires pour soutenir la Misca. Invité sur Europe 1 le 26 novembre, le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, a officiellement annoncé l’envoi d’un millier d’hommes sur le terrain. « La France appuiera cette mission africaine, de l’ordre d’un millier de soldats », a-t-il déclaré. « Nous le ferons en appui et non pas en entrée en premier, comme nous avons pu le faire pour le Mali, et pour une période brève, de l’ordre de six mois à peu près », a ajouté le ministre.

La France interviendra donc militairement. Mais en faveur de qui ? D’un gouvernement lui-même issu d’un putsch. La France n’est pas à une contradiction près. En revanche, lorsque des intérêts économiques majeurs sont en jeu, la logique est remisée au placard. Comme on peut le lire sur le site officiel du ministère des affaires étrangères, l’Élysée a directement en ligne de mire les ressources naturelles de son ancienne colonie : « En dépit de l’instabilité politique et des risques sécuritaires, Air France, Bolloré (logistique et transport fluvial), Castel (boissons et sucre), Total (stockage et distribution des produits pétroliers), CFAO (distribution automobile) ont maintenu leurs implantations en RCA. L’arrivée en 2007 de France Télécom dans la téléphonie mobile marque un certain intérêt des investisseurs français. Les pillages consécutifs à la prise de Bangui par les rebelles le 24 mars ont fortement perturbé l’activité des entreprises françaises ».

Grâce à l’intervention militaire, la France peut maintenant achever le sien.

Capitaine Martin

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 7 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

ARMES A L’URANIUM APPAUVRI: LA CENSURE DEPUIS LONGTEMPS ET LA RECONNAISSANCE DES DANGERS PAR LE LABORATOIRE NATIONAL DE LOS ALAMOS ! (Origine: Docteur Doug ROKKE)

La reconnaissance du danger

des armes

à l’URANIUM « APPAUVRI »

par le Laboratoire National

de LOS ALAMOS !

Explosion avec des armes à l'uranium appauvri

(Documents fournis par le Docteur Doug Rokke)

« Proponency » Takes Priority over Environmental Concerns

The Los Alamos memo of March 1, 1991 acknowledges that « [t]here has been and continues to be a concern regarding the impact of DU on the environment. » It raises a concern that DU weapons could become « politically unacceptable » and advocates « proponency » when « after action reports are written. »

« Priorité à une préoccupation environnementale »

« La note de Los Alamos du 1er Mars 1991 reconnaît que ce sujet a été et continue d’être un sujet de préoccupation en ce qui concerne l’impact de l’URANIUM APPAUVRI sur l’environnement.

Elle soulève la question que l’utilisation des armes à l’uranium appauvri pourrait devenir politiquement inacceptable. »

ARMES A L'URANIUM APPAUVRI: LA CENSURE DEPUIS LONGTEMPS ET LA RECONNAISSANCE DES DANGERS PAR LE LABORATOIRE NATIONAL DE LOS ALAMOS ! (Origine: Docteur Doug ROKKE) dans REFLEXIONS PERSONNELLES LosAlamosmemo

Depleted Uranium Poses Threats to Health

(Defence Nuclear Agency)

This Defense Nuclear Agency Memo was written by Gregory K. Lyle, LTC, USA concerning what « can, must or should be done with the millions of expanded rounds of depleted uranium ordinance » in Iraq. It notes that clean up procedures « were not meant to support shipments of thousands of DU rounds from site restoration. » It goes on to note « As Explosive Ordinance Disposal (EOD), ground combat units, and the civil populations of Saudi Arabia, Kuwait and Iraq come increasingly into contact with DU ordnance, we must prepare to deal with the potential problems. » Further, « Alpha particles (uranium oxide dust) from expaneded rounds is a health concern but, Beta particles from fragments and intact rounds is a serious health threat, with a possible exposure rate of 200 millirems per hour on contact. » The memo warns that « specific DoD guidance concerning the disposition of DU material in the post combat period/restoration phase is currently lacking. » The writer hoped that « expression of our concerns over the side effects of DU use will help ensure protetion for our troops and allies. » This memo is undated – Dr. Rokke says he received it around the same time he received the Los Alamos memo in 1991.

«L’ Uranium appauvri» constitue une menace pour la santé,

selon l’Agence de Défense Nucléaire

« Ce mémo Defense Nuclear Agency a été écrit par Gregory K. Lyle , LTC , États-Unis sur ce qui peut , doit ou devrait être fait avec les millions de bombardements à l’uranium appauvri en Irak.

Il note que les procédures de nettoyage n’ont pas pour but de soutenir l’idée de déplacer des milliers de tonnes d’URANIUM APPAUVRI pour un assainissement des sites.

Il poursuit en notant que les unités de combat au sol , les populations civiles de l’Arabie Saoudite, du Koweït et de l’Irak sont de plus en plus en contact avec l’URANIUM APPAUVRI des munitions. Nous devons nous préparer à faire face à d’éventuels problèmes importants.

En outre, les particules alpha (poussière d’oxyde d’uranium ), soit dans les restes des armes soit dans les armes non éclatées, sont un problème de santé majeur avec un taux d’exposition possible de 200 millirems par heure au contact.  

La note avertit que le suivi des sites contaminés n’est pas réalisé.

L’auteur espère que l’expression de nos préoccupations quant aux effets secondaires de l’utilisation des armes à l’URANIUM APPAUVRI aidera à assurer une meilleure protection pour les troupes et les alliés.

Cette note est non datée et a été reçue par le Docteur Rokke en même temps que la note de Los Alamos de 1991. »

Evidemment, les Etats utilisant les armes à l’URANIUM « APPAUVRI » ne font RIEN pour assainir les sites…cela serait reconnaître l’utilisation des armes en question, donc un risque d’être poursuivi pour « crime contre l’Humanité » et cela prendrait trop de temps et trop d’argent aux yeux des Etats !

Lylememo ARMES A L'URANIUM APPAUVRI dans REFLEXIONS PERSONNELLES

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 4 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

LE RAPPORT SECRET SUR LES ARMES A L’URANIUM DU…30 OCTOBRE 1943 ! (Document américain déclassifié le 5 juin 1974)

Memorandum to:

Brigadier General L. R. Groves

From:

Drs. Conant, Compton, and Urey

War Department, United States Engineer Office
Manhattan District
Oak Ridge Tennessee

October 30, 1943
Declassified June 5, 1974

Les petits secrets militaires

à ne pas diffuser:

Les armes à l’uranium !

depleted-uranium1

Memorandum to: Brigadier General L. R. Groves From: Drs. Conant, Compton, and Urey / War Department, United States Engineer Office, Manhattan District, Oak Ridge Tennessee October 30, 1943 Declassified June 5, 1974

Memorandum to: Brigadier General L. R. Groves From: Drs. Conant, Compton, and Urey / War Department, United States Engineer Office, Manhattan District, Oak Ridge Tennessee October 30, 1943 Declassified June 5, 1974

Memorandum to: Brigadier General L. R. Groves From: Drs. Conant, Compton, and Urey / War Department, United States Engineer Office, Manhattan District, Oak Ridge Tennessee October 30, 1943 Declassified June 5, 1974

Memorandum to: Brigadier General L. R. Groves From: Drs. Conant, Compton, and Urey / War Department, United States Engineer Office, Manhattan District, Oak Ridge Tennessee October 30, 1943 Declassified June 5, 1974

. Inclosed [sic] is a summary of the report written by Drs. James B. Conant, Chairman, A. H. Compton, and H. C. Urey, comprising a Subcommittee of the S-1 Executive Committee on the « Use of Radioactive Materials as a Military Weapon. » It is recommended that a decision be obtained from competent authority authorizing additional work pertaining to the use of radioactive materials in order  that this country may be ready to use such materials or be ready to defend itself against the use of such materials.  The following program is recommended:

a.  Immediate formation of a research and study group at the University of Chicago under supervision of the present Area Engineer.  Assignment to this group of competent individuals now working on dust and liquid disseminating munitions and field testing of chemical warfare agents from the National Defense Research Council.

b.  Assignment of a competent Chemical Warfare Service officer to the Chicago Area Engineer, who would become familiar with, and work on the problem under study by the University of Chicago.  This officer should be experienced in the practical use of gas warfare.

c.  The responsibility of the above organization would be:    

(1)  Develop radiation indicating instruments, expand present facilities of the Victoreen Company, and prepare a trial order for instruments with this company.

(2)  Make theoretical studies pertaining to the methods, means and equipment for disseminating radioactive material as a weapon of warfare.

(3)  Conduct field tests in isolated locations, such as Clinton Engineer Works or Sanford Engineer Works, using a non-radioactive tracer material.

(4)  Prepare an instruction manual for the use of, or the defense against, radioactive weapons.  This manual would be similar to that now used by the Chemical Warfare Service for gas warfare.


 

(2)   As a gas warfare instrument the material would be ground into particles of microscopic size to form dust and smoke and distributed by a ground-fired projectile, land vehicles, or aerial bombs.  In this form it would be inhaled by personnel. The amount necessary to cause death to a person inhaling the material is extremely small.  It has been estimated that one millionth of a gram accumulating in a person’s body would be fatal.  There are no known methods of treatment for such a casualty

Two factors appear to increase the effectiveness of radioactive dust or smoke as a weapon.  These are:  (1)  It cannot be detected by the senses;  (2)  It can be distributed in a dust or smoke form so finely powdered that it will permeate a standard gas mask filter in quantities large enough to be extremely damaging.  An off-setting factor in its effectiveness as a weapon is that in a dust or smoke form the material is so finely pulverized that it takes on the characteristic of a quickly dissipating gas and is therefore subject to all the factors (such as wind) working against maintenance of high concentrations for more than a few minutes over a given area.

c.  Possible Use by the Enemy.

     It is felt that radioactive warfare can be used by the Germans for the following purposes:

     (1)  To make evacuated areas uninhabitable.

     (2)  To contaminate small critical areas such as rail-road yards and airports.

     (3)  As a radioactive poison gas to create casualties among troops.

     (4)  Against large cities, to promote panic, and create causalities among civilian populations.

     For use in cities, it is estimated that concentrations would have to be extremely high to offset the shielding effect of buildings

     Doctors Compton and Urey, two members of the Committee, felt that radioactive material may be used by the Germans against United Nations in the autumn of 1943.  Dr. Conant apparently does not concur in this opinion.

d.  Possible Use by the United States.

     It is the recommendation of this Subcommittee that if military authorities feel that the United States should be ready to use radioactive weapons in case the enemy started it first, studies on the subject should be started immediately.

                                                                              - 2 -


The possible military uses of radioactive materials follow:

     (1)  As a Terrain Contaminant.  To be used in this manner, the radioactive materials would be spread on the ground either from the air or from the ground if in enemy controlled territory.  In order to deny terrain to either side except at the expense of exposing personnel to harmful radiations

     Estimates indicate that these materials could be produced by the Germans in such quantities that each four days two square miles of terrain could be contaminated to an average intensity of radiation three feet above ground level of one hundred roentgens per day.  One day’s exposure (100 roentgens to the whole body) would result in temporary incapacitation, a lesser period of exposure in incapacitation to a lesser degree and one week’s exposure in death.  Effects on a person would probably not be immediate, but would be delayed for days or perhaps weeks depending upon the amounts of exposure.  Exposure to five to ten times the above described concentration would be incapacitating within one to two days and lethal two to five days later.

     Areas so contaminated by radioactive material would be dangerous until the slow natural decay of the material took place, which would take weeks and even months.  On a hard smooth surface some decontamination could be accomplished by flushing with water, but for average terrain no decontaminating methods are known.  No effective protective clothing for personnel seems possible of development.

     (2)  As a Gas Warfare Instrument.  The material would be ground into particles of microscopic size and would be distributed in the form of a dust or smoke or dissolved in liquid, by ground-fired projectiles, land vehicles, airplanes, or aerial bombs.  In this form, it would be inhaled by personnel.  The amounts necessary to cause death to a person inhaling the material is extremely small.  An infintesimal amount accumulating in a person’s body would be fatal in a few day to weeks depending upon the amount absorbed and its radioactivity.  There are no known effective methods of treatment for such a casualty.

     Areas so contaminated by radioactive dusts and smokes, would be dangerous as long as a high enough concentration of material could be maintained.  In these forms, the materials take on the characteristics of a quickly dissipating gas and it is improbable that heavy concentrations could be maintained for more than a few minutes time over a given area.  However, they can be stirred up as a fine dust from the terrain by winds, movement of vehicles or troops, etc. , and would remain a potential hazard for a long time.

     These materials may also be so disposed as to be taken into the body by  ingestion instead of inhalation..  Reservoirs or wells would be contaminated or food poisoned with an effect similar to that resulting from inhalation of dust or smoke.  Four days production could contaminate a million gallons of water to an extent that a quart drunk in one day would probably result in complete incapacitation or death in about a month’s time.


- 2 -

B.    From Internal Sources

RESPIRATORY TRACT:  Dr. Wollan has estimated that an accumulation of 10-3 curies of high-energy beta-ray active material would produce an exposure of about 100 r/day to the lungs. Unfortunately, there is no experimental data bearing directly upon the deposition of  f  products nor on the action of the beta-rays on the bronchial and alveolar surfaces.

Particles larger than 1µ[micron]in size are likely to be deposited in nose, trachea or bronchi and then be brought up with mucus on the walls at the rate of 1/2 – 1 cm/min.  Particles smaller than 1µ [micron] are more likely to be deposited in the alveoli where they will either remain indefinitely or be absorbed into the lymphatics or blood.  The probability of the deposition of dust particles anywhere in the respiratory tract depends upon respiratory rate, particle size, chemical and physical nature, and the concentration in the atmosphere.  Hence the probability of  f  products causing lung damage depends on all of these factors.

While only fragmentary information is available, it is felt that the injury would be manifest as bronchial irritation coming on in from a few hours to a few days, depending on the dose.  It would not be immediately incapacitating except with doses in the neighborhood of 400 or more r [roentgens] per day.  The most serious effect would be permanent long damage appearing months later from the persistent irradiation of retained particles, even at low daily rates.

It would seem that chemical gases could accomplish more and do it more quickly so far as the skin surfaces and lungs are concerned.  The beta emitters would have more permanent effects — starting months after exposure.

GASTRO-INTESTINAL TRACT: Beta emitting  f  [fission] products could get into the gastro-intestinal tract from polluted water, or food, or air.  From the air, they would get onto the mucus of the nose, throat, bronchi, etc., and be swallowed.  The effects would be local irritation just as in the bronchi and exposures of the same amount would be required.  The stomach, caecum, and rectum, where contents remain for longer periods than elsewhere would be most likely to be affected.  It is conceivable that ulcers and perforations of the gut followed by death could be produced, even without any general effects from the radiation.

BLOOD STREAM AND TISSUES:  Beta and gamma emitting fission products may be absorbed from the lungs or G-I tract into the blood and so distributed throughout the body.

This document contains information affecting the national defense
of the United States within the meaning of the Espionage Act,
U.S.C. 50: 31 and 32. Its transmission or the revelation of its
contents in any manner to an unauthorized person is prohibited by law.

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 4 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

EXCEPTIONNEL: RAPPORTS MILITAIRES SUR LES ARMES A L’URANIUM « APPAUVRI » (Coalition belge / Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr)

Exceptionnel:

EXCEPTIONNEL: RAPPORTS MILITAIRES SUR LES ARMES A L'URANIUM

Rapports militaires

sur les armes

à l’ uranium « appauvri »

(Coalition Belge / août 2006 / Thierry LAMIREAU)

Le document ci-dessous est à rajouter au lourd dossier sur les armes à l’uranium « appauvri ».

L’intérêt est qu’il est composé de plusieurs origines et sources militaires et qu’il confirme, à nouveau, ce que j’ai toujours dit:

Les armes à l’uranium « appauvri » sont l’expression même d’un CRIME CONTRE L’HUMANITE !

Pollutions chimiques et radioactives pour l’éternité (4,5 milliards d’années) des eaux, des sols, de l’air et de l’ADN des populations autochtones, augmentation de la morbidité et de la mortalité…

TOUS les occidentaux utilisent ces armes…dont la France bien évidemment !

A peu près cinquante  pays possèdent ces armes machiavéliques.

TOUS les pays utilisateurs de ces armes indiquent une « non dangerosité et une non utilisation » de ces produits militaires !

Le MENSONGE et la MANIPULATION ont encore de beaux jours pour étouffer la vérité !

Thierry LAMIREAU

lesoufflecestmavie.unblog.fr

fichier pdf RAPPORTS MILITAIRES SUR L’URANIUM APPAUVRI

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 6 novembre, 2013 |Pas de commentaires »

ARMEMENT: LES PETITES ERREURS ET MANIPULATIONS DU « CANARD ENCHAÎNE » POUR NE PAS PARLER DES ARMES A L’URANIUM « APPAUVRI » !(Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr)

Armement:

ARMEMENT: LES PETITES ERREURS ET MANIPULATIONS DU

Les petites erreurs et manupulations

du « Canard Enchaîné »

pour ne pas parler

des armes à l’URANIUM « APPAUVRI » !

(Thierry LAMIREAU)

Dans un article intitulé: « Les dix malheurs du RAFALE en INDE » (en date du mercredi 16 octobre 2013) le sieur Jérôme CANARD (un pseudonyme évidemment) a voulu nous impressionner avec ses infos liées à d’éventuelles ventes d’aéronefs RAFALE en INDE.

Il cite « la signature, avant la fin de cette année 2013, d’une série de six contrats entre l’INDE et les ETATS-UNIS. »

Ce cher « volatile » a « du plomb dans l’aile » car il fait plusieurs erreurs:

1 / Il précise la vente, entre autres matériels, « de 22 hélicoptères de combat APACHE et 512 bombes CBU-105 capables de perforer le béton en profondeur. »…matériels de guerre vendus par les ETATS-UNIS à l’INDE.

2 / Plus loin, il indique : « que l’INDE, le PAKISTAN et la CHINE possèdent les belles fusées qui permettent de balancer leurs bombes chez l’adversaire alors que ces pays équipent pourtant toujours leurs armées en matériel classique. »

En outre, un deuxième petit texte est inséré dans le premier pour noter que: « La présence au MALI d’un contingent français va coûter, en 2013, presque 1,9 million d’euros par jour et que le retrait d’AFGHANISTAN va, lui aussi, revenir fort cher: 259 millions. »

ANALYSE:

depleted-uranium12 ARMES A L'URANIUM APPAUVRI dans REFLEXIONS PERSONNELLES

Première erreur, ce ne sont pas des « bombes CBU-105″ mais GBU-105.

« Le Canard Enchaîné » ne parle pas de l’essentiel:

Les hélicoptères de combat APACHE utilisent des munitions à l’URANIUM « APPAUVRI » et ces bombes GBU-105 « capables de perforer le béton en profondeur » sont aussi à l’URANIUM « APPAUVRI » !

Deuxième erreur, ces armes et munitions ne sont pas « du matériel classique » car elles contaminent, polluent les eaux, les sols, l’air et les populations « pour l’éternité » si l’on considère la durée de vie de certains composés radioactifs contenus dans ces armes.

Troisième mensonge, « Le Canard Enchaîné » ne dit pas la vérité sur le MALI et l’AFGHANISTAN puisqu’il n’indique pas que l’armée française a utilisé des armes à l’URANIUM « APPAUVRI » au MALI comme en AFGHANISTAN…alors qu’il ironise sur les « 22 hélicoptères de combat APACHE et les 512 bombes CBU-105 capables de perforer le béton en profondeur. »…vendus à l’INDE par les ETATS-UNIS !

Comme le reste de la presse, j’accuse « Le Canard Enchaîné » de participer à l’OMERTA générale afin de ne pas informer les populations que les occidentaux utilisent systématiquement des armes à l’URANIUM « APPAUVRI » dans TOUS les conflits armés.

Et ce jeudi soir 17 octobre 2013, l’on a pu une nouvelle fois constater, à travers les IMAGES FOURNIES par l’armée française dans un document de propagande scandaleux de l’émission « ENVOYE SPECIAL » de FRANCE 2, que la FRANCE a utilisé des armes à l’URANIUM « APPAUVRI » au MALI.

Journalistes de FRANCE 2, journalistes du « Canard Enchaîné », vous êtes de « valeureux et zélés petits soldats » de l’information !

Pour être clair: vous me dégoûtez car vos actions ne sont pas dignes de journalistes honnêtes !

Mais peut-être qu’un journalisme malhonnête est désormais un pléonasme…

Thierry LAMIREAU

lesoufflecestmavie.unblog.fr

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 17 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

EXCEPTIONNEL: INFORMATIONS TRES PRECISES SUR LES ARMES A L’URANIUM APPAUVRI AVEC LE CAS DES BOMBARDEMENTS AMERICAINS EN AFGHANISTAN…MERCI LES ETATS-UNIS !

le génocide silencieux venu d’Amérique
Afghanistan 2001/2002
« J’ai réalisé cette mort lente, mais certaine, quand j’ai vu du sang dans mon urine et que j’ai ressenti une douleur de plus en plus intense au rein ainsi que des problèmes respiratoires que je n’avais jamais eus avant. De nombreux membres de ma famille ont commencé à se plaindre de troubles mentaux, des femmes enceintes faisaient des fausses-couches, tandis que d’autres accouchaient d’enfants malformés. » Akbar Khan de la province de Paktika, février 2003
__________________________________________________________
mots & remèdes / 15 – série trajets - rubrique témoignage
ISBN 2-7552-0015-448 pages -1 €

LE GÉNOCIDE SILENCIEUX

venu d’Amérique

EXCEPTIONNEL: INFORMATIONS TRES PRECISES SUR LES ARMES A L'URANIUM APPAUVRI AVEC LE CAS DES BOMBARDEMENTS AMERICAINS EN AFGHANISTAN...MERCI LES ETATS-UNIS ! dans REFLEXIONS PERSONNELLES depleted-uranium1
AFGHANISTAN 2001/2002
MOHAMMED DAUD MIRAKI MA, MA, PhD,
Directeur de l’Afghan Depleted Uranium and Recovery Fund

Traduit de l’anglais par Pascale Barthélémy
avec l’aide de Lisbeth van der Valk

Note introductive d’ACDN : les faits rapportés ci-après semblent suffisamment graves pour mériter une large diffusion. L’auteur est seul responsable du titre qu’il a donné à son étude. En français, le terme « génocide » présuppose une volonté consciente, délibérée de détruire physiquement tout un peuple. Il ne nous semble pas que ce soit le cas de l’opération « Liberté durable ». Elle manifeste plutôt de la part des dirigeants américains et du Pentagone un mépris complet pour les effets humains et environnementaux de leurs entreprises guerrières, avec notamment l’utilisation d’armes radioactives, en Afghanistan comme en Irak (« guerre du Golfe » en 1991; guerre de 2003) ou ailleurs (ex-Yougoslavie, Kosovo). Leurs propres troupes en sont d’ailleurs victimes. À ce titre, ils mériteraient d’être poursuivis pour crimes contre l’humanité. Avant, pendant, après la guerre de 2003 contre l’Irak, l’Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire a dénoncé l’emploi de telles armes et a écrit au président de la République française et au Premier ministre pour leur demander d’intervenir en ce sens. Ils n’ont pas répondu.
Pour en finir une bonne fois avec ces horreurs, il faut exiger l’interdiction universelle des armes radioactives, la France devant montrer l’exemple en renonçant sans conditions à produire, stocker, vendre ou utiliser les armes dites « à uranium appauvri ». Nous invitons les lecteurs à signer la pétition lancée par ACDN disponible sur le site http://acdn.france.free.fr.

Quand Bush Jr a dit : « On va les enfumer et les faire sortir de leur trou », il a réalisé sa promesse, faisant de la vie une réalité hors d’atteinte pour ceux qui ne sont pas encore nés et une réalité insoutenable pour les vivants, condamnant le peuple afghan et ses générations futures à une mort déterminée à l’avance.

____________________________________________

« Après que les Américains eurent détruit notre village et tué nombre d’entre nous, nous avons aussi perdu nos maisons et n’avons rien à manger. Mais nous aurions supporté ces misères, nous les aurions même acceptées, si les Américains ne nous avaient pas tous condamnés à mort. Quand j’ai vu mon petit-fils malformé, j’ai réalisé que mes espoirs en l’avenir avaient disparu pour de bon, pire que le désespoir né de la barbarie russe, même si, à cette époque, j’ai perdu mon fils aîné, Shafiqullah. Mais, cette fois, je sais que nous faisons partie du génocide invisible que nous ont infligé les Américains, une mort silencieuse à laquelle – je le sais – nous n’échapperons pas. »
Jooma Khan, province de Laghman, mars 2003.
___________________________________________

Les paroles rapportées ci-dessus ont été prononcées par un grand-père afghan accablé de chagrin qui a vu disparaître sa propre famille et celle d’autres à cause des États-Unis d’Amérique et de leurs alliés. Un autre Afghan, qui s’est aussi vu mourir, a dit :

___________________________________________

« J’ai réalisé cette mort lente, mais certaine, quand j’ai vu du sang dans mon urine et que j’ai ressenti une douleur de plus en plus intense au rein ainsi que des problèmes respiratoires que je n’avais jamais eus avant. De nombreux membres de ma famille ont commencé à se plaindre de troubles mentaux, des femmes enceintes faisaient des fausse couches, tandis que d’autres accouchaient d’enfants malformés.»
Akbar Khan, province de Paktika, février 2003
__________
_________________________________

L’accomplissement de cette mise à mort continuelle se perpétue chaque jour qui passe. Tous les jours, les gens voient la mort silencieuse frapper leur famille et leurs amis, désespérés et terrifiés à l’idée de prochaines funérailles. Ce meurtre sans distinction du peuple afghan continue, alors que ceux dont l’argent a payé, par les impôts, ces armes monstrueuses et provoqué ce génocide font comme si tout allait bien. Les horribles images de ceux en train de mourir – dont les corps ne correspondent pas à leur âge car ils ont ingéré tant de poussière d’uranium que cela a eu un impact sur la morphologie de leur corps – demeurent dans les mémoires de ceux qui sont encore vivants et en train d’attendre leur tour dans la peur. Les femmes enceintes ont peur d’accoucher, horrifiées de voir surgir une monstruosité à la place d’un enfant sain. Tel est l’héritage de la «libération» par les États-Unis, un meurtre sans distinction du faible et du sans arme qui n’a aucun moyen de se défendre. En fait, il n’y a pas de moyen défensif contre de telles armes de destruction massive car ces particules meurtrières d’oxyde d’uranium – la poussière formée après que l’uranium eut été pulvérisé en touchant une cible – demeurent dans le sol et l’eau et recouvrent la surface de la végétation pour des générations à venir.

Quand une bombe américaine ou une bombe de l’un des alliés des Américains touchait un village afghan ou une ville, la terre et son peuple devenaient une partie de cet héritage implacable de mort silencieuse. Cette condamnation à mort est différente de toute autre car, avec ce type de condamnation à mort, le peuple tout entier, la terre et les générations futures sont promis à un génocide inéluctable. La tragédie qui rend cet état de choses si redoutable, c’est cette menace inévitable et invisible qui vise chacun sans distinction. Qui plus est, la menace est devenue endémique, elle atteint la fibre de l’existence, elle a contaminé la terre, l’eau et ses habitants. En fait, quand Bush Jr a dit : «On va les enfumer et les faire sortir de leur trou» [we will smoke them out], il a réalisé sa promesse, faisant de la vie une réalité hors d’atteinte pour ceux qui ne sont pas encore nés et une réalité insoutenable pour les vivants, condamnant le peuple afghan et ses générations futures à une mort déterminée à l’avance.

La véritable ampleur de ce désastre se déploie avec le temps. À la lumière des révélations continuelles au sujet de la quantité et des types d’armes utilisés en Afghanistan, le pire ne s’est pas encore concrétisé. Chaque jour, des hélicoptères de combat AC-130, des A-10 et des B-52 bombardent des villages et des villes afghanes à chaque fois qu’une unité de troupes américaines rencontre une résistance. Par conséquent, ce n’est pas seulement cette mort perpétuelle qui s’accomplit mais, en plus, chaque salve d’uranium appauvri ne fait que précipiter davantage le peuple afghan vers son tombeau.

L’usage d’un grand nombre de munitions et d’armements largués par les avions américains a provoqué une vague de divers problèmes de santé dès 2002. Le schéma est différent de celui expérimenté par les Irakiens pour la première guerre du Golfe, où cela a mis des années pour que soient mis en évidence un grand nombre de naissances anormales, de malformations et d’autres problèmes de santé. Ceci souligne bien l’énorme quantité d’armes à uranium utilisées en Afghanistan, un fait illustré par de nombreux chercheurs dans le monde, notamment par Dai Williams en Angleterre, et par le Dr Durakovic, de l’Uranium Medical Research Center, au Canada, par le Dr Marc Herald aux États-Unis, entre autres. En outre, plusieurs journaux et médias internationaux, notamment Le Monde diplomatique, le Guardian, le Frontier Post, la BBC, le CBC, Al Jazeera, entre autres, ont rendu compte des types de systèmes d’armes utilisés contre les cibles afghanes – villages, villes et réseaux de grottes dans les montagnes. D’après la BBC (10 avril 2002), plus de 6 600 bombes JDAM (Joint direct attack munitions) ont été larguées sur l’Afghanistan.


En octobre 2002, le Boston Globe écrivait :

« Contrairement aux armes anciennes, la nouvelle génération progresse vers sa cible grâce à des avancées [technologiques, NDT] telles que les données target-elevation et les signaux satellites. Le JDAM (Joint direct attack munition) a déjà fait ses preuves en Afghanistan. En février (2002), l’armée avait largué 6 600 JDAM, d’après les estimations des experts, un si grand nombre que les stocks s’étaient presque épuisés et que les fonctionnaires avaient dû faire des pieds et des mains pour obtenir davantage de production d’une usine du Missouri.»


En octobre 2002, premier anniversaire de l’invasion américaine en Afghanistan, plus de 10 000 tonnes de bombes avaient été larguées sur le sol afghan (Socialist Worker Online, 11 octobre 2002). Imaginez l’ampleur du carnage et la contamination causée par une telle barbarie. Cependant, un autre article de Kate Randall en décembre 2001 avançait le nombre de 12 000 bombes américaines :

«Depuis que les États-Unis ont lancé la guerre en Afghanistan, le 7 octobre, plus de 12 000 bombes ont été larguées sur le pays. Selon le Pentagone, àpeu près 60 % de ces bombes ont été guidées avec précision par satellite ou avec la technologie laser. Cependant, beaucoup de ces bombes, larguées par des B-52 et d’autres avions depuis des dizaines de milliers de pieds d’altitude, ont été déviées et ont touché des cibles civiles.» WSWS, 29 décembre 2001.

Dans un autre article, un an après le 11 septembre 2001, Matt Kelley, de Associated Press, a établi les statistiques des munitions américaines de la manière suivante :

« Les avions américains et alliés ont opéré plus de 21 000 vols au-dessus de l’Afghanistan, larguant plus de 20 000 bombes. À peu près 60 % de l’artillerie larguée sur l’Afghanistan a été guidée avec précision, le plus haut pourcentage dans tout conflit.»

De même, le Guardian du 10 avril 2002 écrivait :

«Plus de 20 000 armes – allant des missiles de croisière aux bombes à air et fuel lourd – ont été larguées sur le pays pendant les six derniers mois. Les pilotes américains ont largué plus de 6 600 JDAM (Joint direct attack munitions), les bombes guidées par satellite. Un quart des bombes et missiles largués par les Américains sur l’Afghanistan a pu manquer sa cible.»

Les nouvelles générations d’armes à tête durcie, dont les ogives sont faites de métal lourd, ont contribué à une grave contamination de la terre, de l’eau et de toute la population.

L’information délivrée par les brevets de beaucoup de ces armements indique l’usage de métal lourd –uranium appauvri, uranium non appauvri et tungstène, ce dernier n’étant probablement pas utilisé car il coûte plus cher et est difficile à produire, l’uranium appauvri étant, lui, abondant. L’industrie mondiale de l’uranium dispose de plus de un million de tonnes d’uranium appauvri. Le tungstène est également difficile à produire parce qu’il est 1,75 fois plus dur que l’uranium et qu’il a un point de fusion plus haut (1 132° Celsius pour l’uranium, 3 422° Celsius pour le tungstène). De plus, l’uranium appauvri est aussi efficace comme moyen incendiaire car il brûle intensément à l’air. Comme arme incendiaire, il pourrait mettre le feu à des munitions à l’intérieur de tanks, brûler des armes souterraines et des réserves de fuel et servirait efficacement à détruire des agents chimiques et biologiques stockés sous terre. Le fait que l’uranium, appauvri ou non, convienne parfaitement est encore renforcé par les déclarations de l’Uranium Medical Research Center (UMRC) :

«D’après le propre avis du Département de la Défense, le métal ayant les meilleures performances pour convenir à ces usages militaires est l’uranium et les alliages d’uranium. Le titane et le tungstène ne conviennent pas comme alliage de base pour ces fonctions. L’uranium (qu’il soit non appauvri ou appauvri) offre des caractéristiques structurelles uniques et la chimie la plus adaptée pour abattre des cibles en bunkers profonds, de multiples types de cibles in area denial munitions, et pour pénétrer la céramique composite et les cibles blindées de métal.

L’uranium peut être usiné de manière à être « auto-aiguisant », de telle sorte que, lorsqu’il frappe une cible, il conserve son point perforant tandis que le métal érode son ogive (ce qui ne serait pas le cas pour le titane et le tungstène). La structure de la molécule d’uranium peut être modifiée, en utilisant des technologies métallurgiques et des « nanotechnologies » pour fournir une série spécifique de caractéristiques balistiques, y compris des effets cinétiques, thermiques, pyrophoriques, des effets de métal liquide et de haute pression/chaleur intense, des effets de plasma. L’uranium est un métal facilement disponible, peu coûteux à la production et qui existe en abondance dans les réserves du Département de l’Energie, du Département de la Défense et de ses fournisseurs en armes.»

Sur la base de ces caractéristiques militaires positives, y compris son bas coût, il est logique d’utiliser de l’uranium plutôt que du tungstène. Dans cet esprit, les informations délivrées par les brevets éclaireraient davantage sur la composition de ces munitions à base d’uranium appauvri.

Les extraits suivants proviennent des travaux d’un chercheur indépendant renommé, Dai Williams (http://www.eoslifework.co.uk) :

«Le brevet 6389977 (bombe aéroportée à enveloppe [shrouded]) dit clairement que l’uranium appauvri est un choix possible dans la conception des bombes guidées à cible dure très largement utilisées en Afghanistan – versions mises à jour des ogives pour cible dure de 2 000 livres BLU-109/B avec le pénétrateur avancé AUP-116. Ceux-ci incluent des versions des GBU-15, 24 et 31 et du AGM-130C.»

À la lumière des avantages de l’uranium par rapport au tungstène, la recherche dans la liste ci-dessous de brevets américains permet de lever tout doute sur la composition meurtrière de ces armes qui ont fait de l’Afghanistan une terre désolée inhabitable.

Les extraits de la liste suivante sont présentés par Dai Williams et peuvent se trouver sur le site web suivant (http://www.eoslifework.co.uk/u23.htm#uspatreport) :

Depuis 1997, les États-Unis ont modifié et amélioré leurs armements, renforçant le pouvoir pénétrant de ceux-ci en utilisant du métal lourd ainsi que le montre la citation suivante :

«Depuis 1997, les États-Unis ont modifié et amélioré leurs missiles et leurs bombes intelligentes. Les prototypes de ces bombes ont été testés dans les montagnes du Kosovo en 1999, mais une gamme beaucoup plus large a été testée en Afghanistan. L’amélioration consiste à remplacer l’ogive conventionnelle par une autre réalisée en métal lourd, dense. En calculant le volume et le poids de ce mystérieux métal, on est amené vers deux solutions possibles : c’est soit du tungstène, soit de l’uranium appauvri.»Le Monde diplomatique, mars 2002.

«Les charges explosives en uranium appauvri dans les systèmes de bombes guidées utilisés en Afghanistan peuvent peser jusqu’à une tonne et demie (comme dans le Buster Bunker de Raytheon-GBU-28).» Le Monde, mars 2002.

L’utilisation de ces nouvelles générations d’armes a aussi été confirmée par l’Uranium Medical Research Center (UMRC) :

«La recherche indépendante et la documentation disponible pour le public sur les programmes de développement des armes de l’OTAN et des États-Unis faisaient allusion ou mentionnaient directement le fait que les programmes de développement d’armes à uranium non fissile (nucléaire non thermique – incluant l’uranium appauvri) étaient toujours en cours. Parmi les sources : des laboratoires de recherche militaire et des programmes de recherche et de développement sous-traités, le programme américain Science Based Stockpile Stewardship, la Federation of American Scientists, des rapports de vétérans, les rapports annuels et des publicités des fournisseurs d’armes indépendants. Les avertissements en matière de santé militaire américaine pour le personnel participant à l’OEF [Operation Enduring Freedom = Opération paix durable] indiquent la présence de contaminants radiologiques et recommandent aux troupes de prendre des mesures de protection. Le personnel de l’OEF pour le ciblage, les Forces spéciales et les équipes après bombardement et inspection des sites ont reçu des consignes de protection radioactive, des détecteurs de radiation et des équipements de protection avant et depuis leur entrée en Afghanistan.»

Il poursuit :

«Le projet américain DBHT [Deeply Buried Hard Target = cible dure profondément enterrée] avait pour but de développer des armes pour détruire des stocks ou des équipements de fabrication d’armes biologiques, nucléaires et chimiques dans les pays terroristes; de plus, le plan militaire stratégique des États-Unis [US Strategic Military Plan] et la révision de la position nucléaire des États-Unis [US Nuclear Posture Review] expriment l’intention d’utiliser de nouvelles sortes d’armes en Afghanistan et dans d’autres États. On savait que ce programme allait accélérer le développement d’armes et leur expérimentation pour que celles-ci soient prêtes pour une possible incursion en Irak. La Maison Blanche et le Département de la Défense parlaient fréquemment du développement et de l’utilisation de la fission, de la fission à bas rendement et de la non-fission, de destructeurs sismiques de bunker et de souterrain [seismic bunker - and cave-busters]. Ces armes, par définition, exigent un lest lourd, des revêtements de diamètre étroit qui peuvent pénétrer profondément dans la terre ou à travers des cibles militaires ultrarenforcées, suffisamment résistants pour supporter des effets de grande vitesse avant d’atteindre la profondeur à laquelle se produit la détonation.»

L’Uranium Medical Resarch Center révèle les différences de ces armes par rapport à celles de la première guerre du Golfe :

«Ces nouvelles générations d’armes et de cibles pour lesquelles ces armes sont conçues imposent des caractéristiques et des fonctions spécifiques. Elles sont conçues pour être « auto-forgeantes » et capables de traverser avec force des cibles à couches multiples, ultrarenforcées et endurcies. Elles doivent être capables de venir à bout de 14 à 20 pieds de béton lourd renforcé. À la différence des pénétrateurs antiblindage en uranium appauvri de la guerre du Golfe, ces nouvelles ogives seraient utilisées en conjonction avec de hautes charges explosives ou des charges formées à haute pression et des détonateurs à retardement.»

En plus des bombes et des fusées, la force aérienne américaine repose en grande partie sur les hélicoptères de combat AC-130 équipés avec le canon Gatling GAU-12 de 25 mm (1800 coups par minute) à munitions à uranium appauvri, aggravant encore la contamination de l’environnement et la misère du peuple de l’Afghanistan.En outre, les forces terrestres américaines reposent en grande partie sur le «tueur de tank» A-10, qui utilise des munitions à uranium appauvri de 30 mm. Ces deux systèmes d’armes contribuent à la trame quotidienne de la misère du peuple.

Ce désastre va hanter les enfants, les femmes et les hommes afghans pour les générations à venir. Le Dr Michael H. Repacholi, de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), témoigne :

«L’uranium appauvri est diffusé par les armes à feu sous la forme de petites particules qui peuvent être inhalées, ingérées ou qui demeurent dans l’environnement.»

Il ajoute aussi :

«Les enfants, plutôt que les adultes, doivent être considérés comme courant le plus de risques d’exposition à l’uranium appauvri au moment du retour à la vie normale à l’intérieur d’une zone de conflit par la contamination de la nourriture et de l’eau, puisque les activités typiques de cet âge pendant lequel l’enfant porte la main à la bouche par curiosité peuvent mener à une forte ingestion d’uranium appauvri à partir du sol contaminé.»
Le Laissez Faire City Times, vol. 5, n° 44, 29 octobre 2001
.

Au briefing du Département de la Défense, le Dr Ross Anthoni a tenu les propos suivants à propos de l’uranium appauvri :

«Le rein est la partie la plus sensible. »
Le Laissez Faire City Times, vol. 5, n° 44, 29 octobre 2001.

Steve Fetter et Frank von Hippel ont écrit dans le Bulletin of the Atomic Scientists (1999) :

« Les doses de radiation pour les soldats ayant incorporé des fragments d’uranium appauvri peuvent être gênantes. Le sol au-dessus duquel les fumées d’incendie contaminées par l’uranium appauvri ont passé sera recouvert d’une fine couche de poussière d’uranium appauvri, dont une partie sera ensuite soulevée par le vent ou l’activité humaine… Les munitions peuvent déposer une couche de poussière [d'uranium appauvri] sur des récoltes qui pourront être mangées directement par les humains ou par des animaux ensuite mangés par les humains. Cependant, des estimations approximatives suggèrent que le risque de cancer dû à la consommation de produit contaminé est moindre que celui du cancer dû à l’inhalation.»

Ce qui se traduit par plus de malformations, de maladies et de morts pour les Afghans. Ainsi que je l’ai également affirmé dans mon rapport précédent (http://rense.com/general35/perp.htm), cela a mis à peu près 5 ans pour que différentes malformations apparaissent après la première guerre du Golfe; en Afghanistan, cependant, les gens ont commencé à se plaindre de différents problèmes de santé dans les semaines qui ont suivi le bombardement initial. Ce qui signifie une seule chose : la quantité d’armes à uranium utilisée en Afghanistan est beaucoup plus grande qu’en Irak durant la première guerre du Golfe. Ce fait est renforcé par les informations selon lesquelles, dans les premiers mois du bombardement, plus de 6 000 JDAM – bombes intelligentes – ont été déversées sur l’Afghanistan,l’ampleur de la contamination à l’uranium atteignant ainsi un niveau beaucoup plus haut qu’en Irak durant la première guerre du Golfe.

L’apparition d’un très grand nombre de problèmes de santé a suscité la curiosité et l’inquiétude à propos de l’usage de l’uranium appauvri parmi les scientifiques du monde entier. La première enquête scientifique a été menée par l’Uranium Medical Research Center (UMRC); elle a consisté en deux voyages consécutifs à Jalal Abad et à Kaboul. Les conclusions préliminaires des équipes de recherche de l’UMRC disaient :

« Les mesures radiologiques des concentrations d’uranium dans les échantillons d’urines de civils afghans indiquent des niveaux anormalement hauts d’uranium appauvri. Les mesures radiologiques de civils afghans indiquent des concentrations d’uranium (en nanogrammes par litre d’urine en 24 heures) de quatre à vingt fois supérieures à celles des populations normales.

Les taux isotopiques d’uranium contaminant mesurés chez les civils afghans [étudiés] montrent que ce n’est pas de l’uranium appauvri. Les isotopes d’uranium trouvés dans l’urine des civils afghans sont ceux de l’uranium non appauvri (UNA).

L’UMRC recherchait les origines possibles de cette contamination. Les résultats préliminaires de l’analyse radiologique de l’urine sont corroborés par les mesures radiologiques des débris et des échantillons de fragments d’armes des sites cibles et des cratères de bombes de l’OEF [Operation Enduring Freedom].

L’équipe de terrain de l’Uranium Medical Research Center a trouvé plusieurs centaines de civils ayant des symptômes aigus et d’autres développant apparemment des symptômes chroniques de contamination interne à l’uranium (incluant des problèmes congénitaux chez les nouveau-nés). Il a été établi que le début des symptômes chez tous les sujets coïncide avec les dates du bombardement et que ces symptômes n’étaient pas présents avant le bombardement.

Les mesures radiologiques des échantillons d’urine de n’importe quelle population identifient – c’est une pratique standard – la quantité de chacun des trois isotopes se trouvant dans la nature (U234, 235, 238). Les quantités de ces isotopes sont mesurées comme une fraction de l’uranium relâché dans un échantillon de 24 heures d’urine. Les taux isotopiques d’uranium de l’urine prélevée en Afghanistan portent la marque infaillible de l’uranium non appauvri. Il ne révèle pas le taux isotopique de l’uranium appauvri. L’uranium appauvri et l’uranium non appauvri sont deux sortes d’uranium. L’Uranium Medical Research Center signale les signatures isotopiques de l’uranium trouvées dans l’urine des civils afghans.»
Données préliminaires de l’UMRC sur l’Afghanistan et l’Operation Enduring Freedom (http://www.umrc.net).

L’équipe de l’Uranium Medical Research Center rapporte la chose suivante sur l’uranium non appauvri :

« En fait, l’uranium non appauvri, si ce n’est pas de l’uranium naturel, est de l’uranium pur prélevé du stock lors de la phase de pré-enrichissement soit du combustible, soit des cycles de développement des armes; il est beaucoup moins cher par tonne que l’uranium appauvri. La diffusion gazeuse et la centrifugation de l’uranium pour l’enrichir exigent tant de puissance électrique qu’il a fallu construire des réacteurs d’énergie rien que pour permettre le processus d’enrichissement. Ce sont des technologies coûteuses à mettre en œuvre et à amortir. L’uranium appauvri étant le sous-produit de l’enrichissement, il est, par définition, beaucoup plus cher par tonne puisqu’il est élaboré lors de la phase d’enrichissement.»
___________________________________________

Note d’ACDN :
une fois extrait du minerai d’uranium – seul uranium naturel – l’uranium traité industriellement dès son extraction et abusivement qualifié encore de «naturel» est devenu de l’uranium métal, qui comprend trois isotopes : U238 (présent à 97,3%), U235 (présent à 0,7%) et des traces d’U234 (0,005%). L’U235 est le seul isotope de l’uranium à être fissile. Il intéresse pour cette raison l’industrie nucléaire, qui l’utilise comme «combustible» dans le cœur des centrales, à un taux de concentration habituel de 3,5%. Cela nécessite donc d’«enrichir» en U235 le métal uranium initial, c’est-à-dire d’en augmenter la proportion dans la seule partie qui sera exploitée. Ce procédé d’«enrichissement» a d’abord été mis au point par les militaires pour fabriquer des bombes à uranium, dont l’U235 est d’ordinaire concentré à 90% ou plus (uranium dit «de qualité militaire»). Le processus dit d’«enrichissement» (en U235) est techniquement le même pour un usage militaire que pour un usage civil (d’où la possibilité pour un pays de détourner à des fins militaires une usine d’enrichissement acquise pour un usage industriel); il consomme énormément d’énergie et coûte fort cher. C’est ce qui fait dire à l’UMRC que l’uranium avant d’être enrichi «coûte beaucoup moins cher par tonne que l’uranium appauvri». Mais le Département de l’Énergie américain, aujourd’hui chargé de gérer les stocks d’uranium dit «appauvri», disposerait de quelque 700 000 tonnes d’UA dont il ne sait que faire. N’ayant pas d’emploi industriel, cet UA est un déchet sans valeur commerciale. Son «recyclage» dans les têtes de missiles et autres munitions représente donc «une bonne affaire». C’est ce que dit le Pentagone lui-même. Ajoutons qu’une deuxième sorte d’UA peut être (et a été) utilisée dans ces armes : l’UA résultant de l’enrichissement des combustibles usés des centrales, préalablement « retraités »; elle est d’autant plus dangereuse pour la santé et l’environnement qu’elle contient d’autres nucléides que l’U238, parmi lesquels le plutonium.

___________________________________________

Après avoir prélevé des échantillons d’urine et des échantillons de sol sur des sites d’explosions dans les environs de Kaboul, de Jala Abad et ailleurs, l’Uranium Medical Research Center a mené à bien les analyses scientifiques de ces échantillons et a publié ses conclusions le 21 mai 2003 (http://www.umrc.net/abstracts.aspx).

Celles-ci révèlent l’ampleur de la contamination humaine et environnementale parmi les civils afghans, corroborant les découvertes de novembre 2002 à Jala Abad.

« Région de Jala Abad : de nouveaux taux de référence fondés sur une série récente de prélèvements et de contrôles a revu à la hausse les résultats de Jala Abad pour atteindre des valeurs d’uranium jusqu’à 45 fois la normale.

De nouvelles études de bio-essais identifient la contamination interne à l’uranium autour de Spin Gar et dans la ville de Kaboul jusqu’à 200 fois leniveau de référence d’une population non exposée.

L’eau en surface, dans les champs de riz et les bassins hydrographiques à côté et autour des sites bombardés, révèle de fortes concentrations en uranium, jusqu’à 27 fois la normale.

Des mesures basses mais cependant peu concluantes d’U236 ont été identifiées par le laboratoire dans certains échantillons d’urine; une recherche plus approfondie est en cours pour déterminer les origines métallurgiques de l’uranium en prenant en considération l’ »uranium naturel commercial » [les guillemets sont de l'auteur, NDT] contenant des produits recyclés du combustible consommé par les réacteurs.

Les analyses des sols et des débris prélevés à l’intérieur des cratères de bombes de l’Operation Enduring Freedom et des sites ciblés ont des valeurs d’uranium allant de 3 à 6 fois la normale.

Les surfaces des sols autour des sites d’explosion et sous le vent à partir des points d’impact atteignent près de 3 fois les niveaux de référence.

Les données de terrain et de laboratoire montrent que les échantillons avec des niveaux élevés d’uranium, les problèmes de santé pour les civils et les cas connus d’expositions aux radiations coïncident dans le temps et l’espace avec le déploiement de l’Operation Enduring Freedom

Conformément aux découvertes de l’Uranium Medical Research Center, j’ai [Daud Miraki, l'auteur de cet article, NDT] envoyé deux groupes d’enquêteurs de terrain pour passer au peigne fin l’est, le sud-est de l’Afghanistan et Kaboul afin d’observer les effets de l’uranium sur les populations locales; ils ont constaté un grand nombre de situations terrifiantes.

Ils ont examiné de larges parties de l’Afghanistan mais la plus grande ampleur de la contamination se situe dans les régions dominées par les Pashtuns, à l’est, au sud-est, au sud et au sud-ouest de l’Afghanistan. Plusieurs milliers de tonnes d’uranium non appauvri et d’uranium appauvri (essentiellement à partir des bombes A-10 et AC-130 Gatling) ont été utilisées par les Américains et leurs alliés contre le peuple sans défense de l’Afghanistan.

Le gros de la contamination se situe à Tora Bora, Bagram, la ligne de front au nord de Kaboul, Shaikoot, Paktia, Paktika, Mazar-e-Sharif, et le front de Kundoz (d’après les enquêteurs de terrain).

Données récoltées par les enquêteurs de terrain :

« Suite à la contamination, les enfants nouveau-nés ont des malformations physiques et ceux qui n’ont pas de malformation physique souffrent de retard mental. Ces situations ont été relevées à Paktia, Nanagrhar, Bagram, Mazar-e-Sharif et Kundoz.

Comme dans mon rapport précédent, l’équipe d’enquête a relevé à nouveau que, lors des bombardements sur les fronts de Tora-Bora, Shaikoot et Bagram, un grand nombre d’armes et de fusils de défense aérienne avaient fondu.

Pendant les bombardements sur les fronts de Tora-Bora, Bagram, Kundoz et Mazar-e-Sharif, de nombreux soldats talibans ont été vus saignant de la bouche et des oreilles. Les soldats talibans qui sont revenus entre-temps dans leurs villages respectifs ont commencé à vomir du sang et avaient du sang dans les selles. Beaucoup sont morts à la suite de cela.

Pendant les bombardements du village de Kuram, dans le district de Surkhrod de Nangarhar, le village a été complètement détruit et beaucoup de gens ont été tués sans avoir de blessures physiques.

Après le bombardement dans le Khost, les agents de santé publique ont relevé des lésions à la peau. Ceux qui ont développé ces lésions de la peau sont morts après avoir vu leur état se dégrader.

Dans le district de Pachir Wa Agam, près de la région visée de Tora Bora, les femmes ont commencé à souffrir d’une maladie mortelle. Plusieurs mois après le bombardement, les femmes de la région se mettaient en colère pour rien et leur colère tournait en rage, ce qui avait pour conséquence de les faire s’évanouir, puis de les faire mourir. »
Enquêteurs de terrain du Afghan Depleted Uranium and Recovery Fund.

Mon équipe a également relevé que de nombreux enfants sont nés sans bras, sans yeux ou avec des tumeurs protubérantes sortant de leur bouche ou de leurs yeux. Les témoignages et les photos qui suivent – prises en Irak – sont utilisées ici pour montrer les conditions identiques dont souffrent les victimes afghanes, elles montrent les conditions horribles dont souffrent les enfants en Afghanistan, comme ceux d’Irak.

Un homme de Tora Bora a perdu le contrôle de ses émotions en parlant avec un de nos volontaires de terrain, il a hurlé, posé une question et continué :

____________________________________________

«Que veulent de plus les Américains? Ils nous ont tués, ils ont transformé nos nouveau-nés en d’horribles monstres, ils ont transformé nos terres en cimetières et ont détruit nos maisons. En plus de tout cela, leurs avions volent au-dessus de nous en déversant leurs balles. Nous n’avons rien à perdre; nous les combattrons de la même façon que nous avons combattu le monstre précédent [l'ex-URSS].» Sa’yed Gharib, avril 2003.
____________________________________________

La plupart des personnes qui ont développé différents problèmes de santé sont mortes; d’autres souffrent de maladies telles que maladies de reins, insuffisance rénale, troubles mentaux, perte d’immunité et articulations douloureuses.

Je veux conclure cet article avec la citation suivante d’une des victimes du bombardement américain :

____________________________________________

« Dites à l’Amérique que nous ne sommes pas des idiots. Vos paroles et vos actions sont celles du diable. Nous n’avons pas des avions comme les vôtres, mais nous avons une chose que vous n’avez pas : des principes et de la moralité. Nous ne ferons jamais à des enfants américains quelque chose qui soit similaire, même de loin, à ce que les Américains ont fait à nos enfants et à nos familles. Ils peuvent gagner certains combats, mais nous avons déjà gagné la grande bataille, celle sur le terrain moral.»
Nurullah Omar-Khai, mars 2003.
____________________________________________

MOHAMMED DAUD MIRAKI, MA, MA, PhD

Mohammed Daud Miraki
est directeur de l’Afghan DU and Recovery Fund
courriel : mdmiraki@ameritech.net

Afghan Depleted Uranium and Recovery Fund :
adresse : 5347 North Ravenswood Avenue, Chicago, IL USA
site Internet: http://www.afghandufund.org
soutien financier à : TCF Bank – 5516 N. Clark Street,
Chicago, IL 60640 – (773) 506-4301 – account n°: 4867309419

Note des traductrices :
Cette traduction n’est pas le fait de professionnelles, ni en traduction, ni – encore moins ! – en armement, certaines expressions concernant l’armement ont d’ailleurs été laissées « telles quelles » en anglais, faute de pouvoir proposer l’équivalent français. L’essentiel est que les informations contenues dans cet article soient le plus largement diffusées.

explosion-avec-des-armes-a-luranium-appauvri AFGHANISTAN dans REFLEXIONS PERSONNELLES

The Eos life~work resource centre
Links updated 7 February 2003

Uranium weapons in 2001-2003
Occupational, public and environmental health issues

Hazards of suspected Uranium weapons in the proposed war on Iraq (summary)

Updated analysis of collected studies and public domain sources
compiled by Dai Williams, 24 September 2002
See also Full report (updated 27 Oct), US Patents confirm Uranium warheads (new 13 Oct 02), PDF Summary (26 Jan 03)
New briefing: Last chance to question US Dirty Bombs for Iraq (7 Feb 03)

On 24 September Prime Minister Tony Blair presented a dossier of evidence about weapons of mass destruction in Iraq to the UK Parliament to support military action proposed by the US Government. This is a summary of a new analysis that questions the weapons that may be used by US and allied forces in the proposed war on Iraq and issues for international decision makers and media. The use of these weapons may create serious and permanent health hazards for troops, expatriate civilians and the Iraqi population.

In January 2002 Depleted Uranium weapons 2001-2002: Mystery Metal Nightmare in Afghanistan? ( http://www.eoslifework.co.uk/du2012.htm ) investigated the suspected use of Uranium warheads in a new generation of hard target guided weapons. It questioned their use in Iraq and the Balkans since 1991 and immediate health and safety issues for civilians and troops from their use in Afghanistan. It was sent to the UK Government and UN agencies. The new analysis Hazards of suspected Uranium weapons in the proposed war on Iraq was written on 22 September, available at http://www.eoslifework.co.uk/u231.htm. [Update: In October 2002 the Iraq analysis was published with US Patent Office data and another warning letter to the UK Government in Uranium weapons 2001-2003: Hazards of Uranium weapons for Afghanistan and Iraq – http://www.eoslifework.co.uk/u232.htm ].


Summary

Most public debate about US war plans for Iraq has been led by US allegations about Iraqi weapons of mass destruction justifying « regime change » by military action. UK and other governments appear caught up in the group think of the Bush Administration’s « War on Terrorism ». Group think involves self-justifying logic that generates an illusion of morality, demands unquestioning conformity, accepts dangerously high risk strategies and demonises enemies and dissenters (1). It explained strategic errors that led to the Bay of Pigs fiasco.

In time of war vital combat and aftermath data that may alter public perception, government decisions or arms procurement is classified, concealed or distorted on the pretext of state security. It is vital to separate facts from propaganda about terrorist threats and Iraqi or allied weapons. Since September 11th US and UK Government agendas have excluded any debate about the weapon systems used by US and allied forces (2). Their potentially devastating effects on the Iraqi population and allied ground forces may far exceed hazards from weapons that Iraq may have developed.

Most of the guided weapons that will be used in new air attacks on Iraq – smart bombs and cruise missiles – will be the same as those used in Afghanistan (3). No independent assessment has been made of post-war health & environmental conditions there. It is feared that these weapons have already started widespread and irreversible health problems for civilians and troops – a potential Afghan War Syndrome.

Most of these « hard target » guided weapons contain a mystery and highly secret « dense metal »- over twice the density of steel and pyrophoric, creating intense heat inside their targets (see Figure 1). The only metal that meets both requirements is Uranium, depleted or non-depleted.

If Uranium is used in large, explosive « hard target » warheads (up to 1500 kg) it will create levels of radioactive contamination 100 times higher and more widespread than the depleted uranium anti-tank « penetrators » used in the Gulf War. After bomb attacks in the Balkans in 1999 increased levels of airborne Uranium dust were detected in Greece and Hungary. Any warheads containing Uranium will cause permanent Alpha, Beta and Gamma radiation hazards in target areas. They are radiological bombs – weapons of indiscriminate effect in terms of the 1st Protocol additional to the Geneva Conventions. 23 weapon systems are questioned see Figure 1 (warhead size) and Table 1 (combat use since 1991) in Appendix 1 and sections 4-5 in the full report.

All Parliaments that have been asked to support a new war on Iraq are strongly advised to ask these two basic questions:

A. What is the secret, high density metal used in the new generation of hard target guided bombs and cruise missiles produced in US and other countries?

B. If this mystery metal is Uranium how will national leaders and parliaments justify attacking unconfirmed weapons of mass destruction with weapons of indiscriminate effect ?

Weapons of mass destruction cause sudden death or destruction in target areas, some with long term or widespread effects. Weapons of indiscriminate effect cause widespread or long lasting contamination liable to cause injury, chronic illness, slow death or severe birth defects. Both are outlawed in the 1st Protocol of the Geneva Conventions.

Action needed by Parliaments and media

The « heavy metals » used in hard target guided weapons have been a closely guarded military secret since 1990. They can only be Tungsten or Uranium. Why classify the use of Tungsten?

To establish the truth about suspected « conventional » Uranium weapons and their effects Parliaments and media across the world are urged to demand the following actions before sanctioning any new military action by the USA in Iraq or other countries:

1. Immediate, independent investigations by UN inspectors and Parliamentary representatives to verify the materials used in all the suspected Uranium weapons identified in this analysis (Table 1). These to include current weapon stocks and manufacturing facilities in all countries, and full disclosure of combat use since 1990.

2. Rigorous environmental monitoring for Uranium contamination in Afghanistan and re-survey of other recent combat zones. Both UNEP studies (2001, 2002) of Depleted Uranium in the Balkans excluded guided bomb, missile and cluster bomb targets. And see (4) re Afghanistan.

3. Independent and ongoing health monitoring of troops and civilians (local residents, refugees and expatriates) exposed to suspected Uranium weapons in Afghanistan, the Balkans and Iraq.

4. Medical aid and environmental protection for all civilian communities at risk of Uranium contamination.

5. Review of past medical research, hazard assessments and policy advice concerning Depleted Uranium (DU) weapons based on Uranium exposure from small penetrator warheads (less than 6 kg), or overlooking widely varying levels of U235 (undepleted U), U 236 and Plutonium contamination (Dirty DU).

Urgent need for public debate about Uranium weapons likely to be used against Iraq

There has been very little media coverage except Le Monde Diplomatique in March (5), ABC Australia in July (6), Guardian in September (7), and no public debate in the US or UK about the new generation of hard target guided weapons used in the Afghan war. Over 2,000 were used. If the secret metal they use is Uranium then 1000+ tons of fine oxide dust will have contaminated many areas. Thousands of Afghans, and many expatriates, may have been exposed to moderate or severe levels of uranium contamination with grave implications for their long term health, similar to those in Iraq since the Gulf War.

Hundreds or thousands of civilians in Afghanistan may already have died from acute Uranium exposure, their symptoms compounded by, or misdiagnosed as, common causes of death during the Afghan winter e.g. pneumonia, acute gastric infections and malnutrition. There are very few independent laboratory facilities for medical or environmental analysis of Uranium contamination in the world and none in Afghanistan.

International proliferation of known and suspected Uranium weapons – to over 20 countries since 1991 – is a major arms control problem. The 5 action points identified above indicate the complexity and scale of responding to Uranium weapons contamination and the public health disasters they may cause. These effects can be seen already in Iraq and for Gulf War veterans since 1991. They represent a grave risk not yet assessed in Afghanistan.

To launch another military campaign in Iraq on the scale of the Afghan war – with the same suspected armada of Uranium weapons – and without attempting to evaluate their health and environmental impacts in Afghanistan and on allied troops and expatriates seems irresponsible beyond belief, verging on genocide.

Until these questions are raised in the national and international media, most politicians will be unaware of the hazards and scale of problems of Uranium contamination that may now exist in Afghanistan caused by allied bombs and missiles. If politicians and governments have been deceived about these hazards they may inadvertently support US action in Iraq with the same Uranium weapon systems – a grim responsibility.

The military are employed to conduct wars effectively by any means authorised by their governments. The legal, moral and ethical consequences of war are the ultimate responsibility of governments, not the military. If the perceived threat from Iraq is considered serious enough to justify using weapons of indiscriminate effect – nuclear, chemical or radiological – this should be a decision for parliaments and the UN General Assembly, not the Pentagon or heads of state that rely totally on military briefings.

In the absence of public questions and debate about Uranium weapons political representatives have had to rely on cumulative pro-Uranium propaganda since 1991. This includes statements from government, military and commercial sources (arms and nuclear industry) and several compromised scientific reports, even by UN agencies, that have relied on government or military funding and co-operation. Refer Part 4 of Depleted Uranium weapons 2001-2002.

Is Uranium the mystery metal in any hard target guided weapons? If so there may only be a few weeks left to prevent a new public health disaster in Iraq, larger than the one that already exists due to 300 tons of Uranium weapons and the effects of sanctions.

This briefing was originally prepared for the UK Government, MPs and media contacts for consideration in the Iraq War debate in Westminster on Tuesday, 24th September.

These questions and actions need to be raised in all countries that are expected to support a US led attack on Iraq, whether with troops, logistic facilities or by voting in the UN General Assembly. The USA, UK, France, Israel, Russia, Pakistan and any other country manufacturing suspected Uranium weapons must be called to account for their weapon systems by the UN General Assembly before their use is sanctioned in future military action. This includes weapons now being used by the US and UK in the Iraq no-fly zones. To widen this debate this updated analysis will be offered in the public domain via the Internet.

Any politician, leader or government that supports a new military offensive against Iraq before the identity and effects of suspected Uranium weapons used in Afghanistan are fully investigated would be wise to read Articles 35 and 55 of the First Protocol additional to the Geneva Conventions of 1949 very carefully.

Dai Williams, MSc C.Psychol, independent researcher
Eos, Woking, Surrey, UK
eosuk@btinternet.com
http://www.eoslifework.co.uk


APPENDIX 1

Figure 1 and Table 1 below were first published in DU weapons 2001-2002 pages 89 and 131. They have been updated for the two new US hard target weapons – the Thermobaric bomb GBU-118/B first used in February and the 20,000 lb Big BLU (8) reported to be under development in March 2002 (planned since 1997 and probably operational now). Both use « dense metal » Advanced Unitary Penetrators, suspected to be uranium.

Table 1: Combat use of known and suspected conventional Uranium weapon systems with dense metal penetrators or shaped charge warhead technology (updated September 2002)


Weapon

Gulf War
1991

Bosnia

1995

Desert Fox
1998

Balkans War
1999

Iraq no-fly zone
1992>

Afghan
istan
2001-2

Iraq 2002
/2003

Guided Bombs (AUP upgradedversions) Big BLU
GBU-15

e

P

?

Y

?

Y

?

GBU-24

e

P

?

Y

?

Y

?

GBU-27

e

P

?

?

?

Y

?

GBU-28 B/B

P

P

Y

Y

?

Y

?

GBU-31 JDAM

e

e

P

Y

?

Y

?

GBU-32 JDAM

e

e

P

Y

?

Y

?

GBU-37 B/B

?

Y

?

Y

?

GBU-118/B Thermobaric

Y

?

SSB

P

P

D

Guided missiles
TOW 2 A/B A/tank

Y

?

?

AGM-65 G Maverick

Y

?

?

?

?

?

?

Hellfire II / Brimstone

e

e

e

?

?

?

?

AGM-84 SLAM-ER

?

?

?

?

?

AGM-86D CALCM

P

P

Y

?

AGM-130C

?

?

Y

?

AGM-142 Hav Nap

?

?

Y

?

Y

?

AGM-154C JSOW

154 A

P

D

AGM-158 JASSM

P

D

BGM-109 Tactical Tomahawk e

e

E

P

D

Storm Shadow / SCALP ER

P

D

Sub-munitions
BLU-108/B A/Tank cb

?

?

?

BLU-97B cluster bomb

Y

Y

?

Armor-piercing ammunition (DU confirmed)
20mm Phalanx sea-to air
25mm M791

?

?

30mm PGU-14/B

Y

Y

Y

?

?

120mm-US & Charm-UK

Y

?

?

Key: Y = reported use. ? = operational, not reported. P = prototype testing expected. D = due delivery
Blank = not operational, not appropriate to combat situation. e = earlier versions not suspected of DU
Note: Data on warhead technology, operational status and combat use taken from:

Federation of American Scientists; Jane’s Defence; Center for Defense Information; Hansard.

References:

(1) Janis, I. L. & Mann, L. (1977). Decision making: A psychological analysis of conflict, choice,
and commitment. New York: Free Press at http://www.cedu.niu.edu/~fulmer/groupthink.htm

(2) Written questions and answers in the UK Parliament are available in Hansard online.
The only debating question in any parliament about DU in Afghanistan this year that I have
found was asked by MEP P. Lannoye in the European Parliament, Strasbourg, 9 April 2002
http://www.xs4all.nl/~stgvisie/VISIE/europ-parliament-afghanDU.html

(3) Williams, D (January 2002) Depleted Uranium weapons 2001-2002, Mystery metal nightmare in Afghanistan?
at http://www.eoslifework.co.uk/du2012.htm and from Politicos bookshop, London (http://www.politicos.co.uk)

(4) The new UNEP PCAU study for Afghanistan contains no reference to uranium or depleted uranium monitoring see http://www.postconflict.unep.ch/actafghassessment.htm

(5) Parsons R.J. (March 2002) America’s Big Dirty Secret, Le Monde Diplomatique in English at: http://mondediplo.com/2002/03/03uranium

(6) Barraud, A (1 July 2002) Was depleted uranium used in Afghanistan? ABC Asia Pacific radio (Australia)
http://www.abc.net.au/ra/asiapac/features/AsiaPacFeatures_595813.htm

(7) Hambling, D. (5 Sept 2002) The heavy metal logic bomb, Guardian (UK)
http://www.guardian.co.uk/science/story/0,3605,785897,00.html

(8) Big BLU Direct Strike Hard Target Weapon (DSHTW). USAF Concept 1997. Development reported March 2002 at http://www.globalsecurity.org/military/systems/munitions/dshtw.htm 20,000 lb. penetrator with dense metal ballast.

Other references are provided by Internet links to sources in the full analysis.

Summary copyright© Eos 2002


Full report (HTML)
is available at http://www.eoslifework.co.uk/u231.htm

Full report (PDF)
Click file name below for full report in PDF format. (For help see Tips for using PDF files)

Hazards of Uranium weapons
in the proposed war on Iraq

Complete report, 18 pages
File size 856 kb, updated 10 Nov 2002

Published in hard copy in:
Uranium weapons 2001-2003: Hazards of Uranium weapons for Afghanistan and Iraq.
ISBN 0-9532083-8-9 and online at http://www.eoslifework.co.uk/u232.htm


APPENDIX 2: Added 13 October 2002

US Patents confirm Uranium warheads (summary plus report link)

On 8th October another weapons researcher located US Patent application 6,389,977 submitted by Lockheed Martin Corporation on December 11, 1997 for a « Shrouded Aerial Bomb ». This defined the upgrading of the 2000 lb BLU-109/B warhead with the Advanced Unitary Penetrator (now known as AUP or BLU-116). This provides an outer shell or « shroud » that looks like the earlier warhead to maintain similar aerodynamic characteristics and to use the same range of guidance and delivery options (see Figure 1). The upgraded warhead is used in the GBU-15, GBU-24, GBU-27 and GBU-31 guided bombs and in the rocket boosted AGM-130C version of the GBU-15. The patent also provides for adaption to similar weapons of different sizes e.g. the GBU-32 1000 lb guided bomb.
« A target penetrating aerial bomb including a penetrating body shaped for improved target penetration, having a narrower impact profile at approximately the same weight as an existing bomb.The Patent clearly provides design concepts for both Tungsten AND Depleted Uranium « penetrating bodies » (advanced penetrators) shown in Figure 2 of the patent application above. See extracts from the Patent record below:

An aerodynamic shroud encases the penetrating body and emulates the aerodynamic shape of the existing bomb, and the weight, center of gravity, and moments of inertia of the bomb closely approximate those properties of the existing bomb. The bomb constructed according to the present invention may be qualified by similarity to the existing bomb, thus avoiding lengthy and costly qualification procedures.

Claims:
1. a penetrating body having a nose section shaped with an ogive and having a hollow bore with an opening at a tail end and extending toward the nose section; and an aerodynamic shroud mounted to an outer surface of the penetrating body, the shroud including means for securing the shroud to the penetrating body, wherein an aerodynamic shape of the shroud is substantially identical to an aerodynamic shape of a selected, qualified aerial bomb and the penetrating body and shroud have a weight, center of gravity, and moments of inertia substantially similar to a weight, center of gravity, and moments of inertia of said selected, qualified aerial bomb …

4. The shrouded aerial bomb as claimed in claim 1, wherein the penetrating body is formed from tungsten.

5. The shrouded aerial bomb as claimed in claim 1, wherein the penetrating body is formed of depleted uranium.

The present invention relates to aerial bombs, that is, bombs dropped from aircraft, and more particularly, to aerial bombs for penetrating hard targets.

More particularly, the present invention provides a bomb having an improved penetrating warhead, that is, a warhead that more deeply penetrates a protected target, however, the bomb is substantially identical in aerodynamic and mass properties to a qualified [already patented] bomb.

The bomb (20) includes a penetrating body (24) or warhead (shown in FIG. 2) and a shroud (40) shaped to emulate the aerodynamic shape of an existing, qualified bomb. In the exemplary embodiment, the bomb (20) is shaped to emulate the BLU-109/B bomb, that is, the outer shape of the shroud (40) is substantially identical to the outer shape of the hard case of the BLU-109/B. In addition, the weight, center of gravity, and moments of inertia of the bomb (20) are substantially identical to those physical characteristics of the BLU-109/B.

It is understood that the invention is not limited to a particular diameter or weight ratio as compared to an emulated bomb. The diameter and weight of the warhead are to be selected, for example, for the penetrating and explosive functions desired, within the constraint of the total weight of the warhead and shroud being approximately equal to that of the emulated weapon. »
(Extracts from US Patent 6,389,977)

A further search of the US Patent database revealed 6 other warhead designs that specifically include the use of Uranium as an alternative to Tungsten. These include the patent for the new Tactical Tomahawk Penetrator Version warhead (US Patent 5,939,662 of December 3, 1997) and for the Explosively Formed Penetrator (EFP) used in the CBU-97 Cluster Bomb (US Patent 6,308,634). The suspected use of Uranium warhead components in these systems was indicated in Part 3 of Depleted Uranium Weapons 2001-2002 (January 2002) available at http://www.eoslifework.co.uk/du2012.htm

Extracts from these patents, plus links to the US Patent Office database, are contained in:
United States Patent Office references to conventional guided weapons with suspected Uranium components, 12 October, 2002. (PDF format, see below).

These Patent records verify that at least 8 of the guided weapon systems suspected of using uranium warheads in my January report were specifically designed to include Uranium warhead options (GBU-15,24,27,31,32 plus AGM-130C, BGM-109, BLU-108/B). The identification of Depleted Uranium as a direct option for Advanced Unitary Penetrators reasonably implies that it is also a design option in the larger GBU-28, GBU-37 and Big BLU Bunker Buster guided bombs.

This verification raises serious and immediate issues for troops and civilians in several countries, and for all governments that currently support the use of the same weapon systems in the proposed war on Iraq. It adds great urgency to the actions required of governments proposed on 24 September.

13 October, 2002

To download the US Patents report (PDF)
Click file name below for full report in PDF format. (For help see Tips for using PDF files)
These papers are available in Uranium weapons 2001-2003: Hazards of Uranium weapons in Afghanistan and Iraq (23 October 2002) available in hard copy or CD-ROM format from Politicos Bookshop, London http://www.politicos.co.uk


- Hard copy (41 pages) ISBN 0-9532083-8-9
– CD-ROM (including both the first and latest reports) ISBN 0-9532083-9-7.


Copyright These reports contains extracts from public domain sources on the Internet. They are offered on the Internet for humanitarian, educational and research purposes. These sources (including Raytheon and the US Patent Office) and their copyright are acknowledged. This summary and the full report are copyright © Eos 2002-2003. They are available as public domain resources in digital format on the Internet provided that copyrights are acknowledged and the website link to this page http://www.eoslifework.co.uk/u23.htm is included. The report may not be reproduced for commercial purposes without the author’s prior agreement.

19 ARMES A L'URANIUM APPAUVRI

18 CANCERS

171 CONTAMINATIONS RADIOACTIVES

13 CRIMES CONTRE L'HUMANITE

 

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 7 octobre, 2013 |Pas de commentaires »
1...34567...13