POURQUOI ALAIN BADIOU NE VOTE PLUS

Sarkozy pire que prévu.
Les autres : prévoir le pire

Pourquoi Alain Badiou ne vote plus

POURQUOI ALAIN BADIOU NE VOTE PLUS dans REFLEXIONS PERSONNELLES MARTIN

Bernard GENSANE
Comme bien d’autres, en 1968, Alain Badiou se fait voler sa victoire. Le grand mouvement de Mai débouche sur l’élection d’une assemblée massivement de droite puis, en 1969, sur le second tour d’une élection présidentielle mettant en scène deux candidats de droite. Badiou pense alors que « si organiser des élections est un moyen essentiel de casser la puissance des révoltes, c’est que les élections sont un traquenard redoutable bien plus qu’un rite débonnaire. » Plus prosaïquement : « Élections, piège à cons ! »

Badiou a alors 31 ans. Il ne votera plus jamais.

Ce bref ouvrage, qui s’occupe assez peu de Sarkozy, analyse toutes les impasses du jeu parlementaire. Ses traquenards, ses faux-fuyants. Pour Badiou, les élections sont toujours biaisées parce qu’elles sont à l’image d’un paysage politique tout en illusions. Que fait la gauche, demande-t-il ? Dans le meilleur des cas, de Mauroy à Jospin, elle ne vient au pouvoir que pour « assumer les besognes qu’impose la crise de la propriété. » Dans le moyen-haut, elle réprime (Clemenceau casse un mouvement de mineurs, Jules Moch invente les CRS et les lance contre les ouvriers). Dans le pire des cas, elle est sanglante : Mollet, Lacoste, Mitterrand pendant la guerre d’Algérie. Avant eux, Gustav Noske s’était vanté du meurtre – par les corps francs – de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht : « Il faut que quelqu’un fasse le chien sanglant : je n’ai pas peur des responsabilités ».

Dans l’idéal, ce à quoi il faut parvenir, propose Badiou, c’est à une pensée de la politique dont le vote est purement et simplement absent. Pour ce qui concerne les pays occidentaux dans leur majorité, la démocratie électorale n’est rien d’autre que du capitalo-parlementarisme.

Les dernières élections dans les pays arabes ou en Europe ont raconté une autre histoire que celle de la rue, que celle du mouvement populaire, que celle de la libération. Elles ont raconté celle de l’hégémonie, soit de partis religieux conservateurs, soit de partis ultra-libéraux ou archi-réactionnaires, comme le PPD espagnol, avatar pur et simple de l’ordre franquiste. Badiou estime que les élections parlementaires n’existent que « comme la confirmation consensuelle du capitalisme libéral, consensus distribué entre deux factions qui s’échinent à présenter le Même sous le déguisement de la Différence. »

Pour Badiou, la quadrature du cercle est qu’un mouvement politique réel « ne doit pas se laisser interrompre par une procédure qui n’est pas interne à sa propre subjectivité active, qui prend la figure d’une consultation électorale organisée par l’autre camp, dans lequel les forces d’inertie, les forces conservatrices seront majoritaires. » Ce n’est pas parce que la rue égyptienne a dégagé Moubarak que l’armée égyptienne n’est plus là. Bref, les révolutionnaires ne doivent accepter des élections que si ce sont eux qui les organisent. Comme sous la Commune quand les élections furent un moment, une composante du mouvement lui-même.

Dans les démocraties occidentales, le pouvoir du peuple est très faible. Nul lorsqu’il s’agit de décisions concernant l’économie ou la politique étrangère. Nous vivons dans un régime oligarchique, composé d’un mélange de décideurs, les uns élus, d’autres autoproclamés, d’autres encore œuvrant dans des lieux déterminants comme les médias.

Les libertés consensuelles ne concernent que « la liberté d’entreprendre et de s’enrichir sans limites, le soutien militaire aux expéditions qui rapportent gros, la souveraineté des marchés. » Jospin avait prévenu : « Nous n’allons pas revenir à l’économie administrée. »

Il y a cinq ans, pour qualifier le sarkozysme, Badiou avait utilisé l’expression de « pétainisme transcendantal ». Il revient sur ce concept en expliquant que pour piller l’État, Sarkozy et les siens ont puisé leur rhétorique dans l’arsenal du pétainisme : mettre tous les problèmes sur le dos des « étrangers », de gens d’une civilisation « inférieure », des intellectuels « coupés des réalités », des malades mentaux, des enfants génétiquement délinquants, des nomades, des « mauvais » parents dans les milieux pauvres.

Que peut faire Hollande, sinon une politique conservatrice légèrement réformatrice ? Y a-t-il eu, demande Badiou, ces cent dernières années – à part l’abolition de la peine de mort – une seule mesure progressiste sur laquelle les socialistes ne sont pas revenus ? Les privatisations ont succédé aux nationalisations, et pas l’inverse. Pour la gauche parlementaire, la tremblote et le repentir semblent être la conduite de prédilection.

Il faut donc sortir de la représentation, investir les lieux de l’adversaire, contraindre le pouvoir d’État pour préparer son dépérissement.

Bernard GENSANE

Alain Badiou. Sarkozy pire que prévu. Les autres : prévoir le pire. Paris : Nouvelles Éditions Ligne, 2012. 93 pages.

PS : Il n’y a pas 2 millions d’Alain Badiou en France. Mais le fait est que lors du second tour de l’élection présidentielle de 2012, 2154956 Français ont voté blanc ou nul. Autrement dit : 4,68% des électeurs qui se sont rendus aux urnes. Ce chiffre important signifie quelque chose. Lors du référendum de 2005, les blancs ou nuls n’avaient été “ que ” 730000, c’est-à-dire 2,52% des suffrages exprimés.

 

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 18 mai, 2012 |Pas de commentaires »

LE BON, LA DETTE ET…LES TRUANDS ! (Charlotte GEHIN)

Le bon, la dette et… les truands !

LE BON, LA DETTE ET...LES TRUANDS ! (Charlotte GEHIN) dans REFLEXIONS PERSONNELLES BANQUE

arton16668-5e7cf BANQUES dans REFLEXIONS PERSONNELLES

Charlotte GEHIN
 
Que retenir de cette campagne sinon un silence commun sur la Dette. Chut ! Pas un mot sur les conséquences, en France, de la crise financière européenne. Et pourtant, concernant cette affaire, ce ne sont pas les questions qui manquent.

Quelle voie sera forcée d’emprunter le président et son gouvernement ? The economist, journal quasi officiel de la City, tout au long de la campagne, a martelé la même antienne : « Au lendemain du 6 Mai, le vainqueur, quel qu’il soit, devra s’attaquer brutalement aux déficits », attaque qui débouchera sur un « choc pour les français ».

La soupe à la rigueur

Difficile donc de satisfaire un électorat qui a soif de réformes sociales et qui a voté non à la montée du chômage en considérant comme principal coupable Nicolas Sarkozy.

 C’est pourtant bien d’un programme imposé à tous les pays appartenant à la zone euro dont il s’agit aussi pour la France et la recette est connue : Flexibilité du marché du travail, les « famous CDI », contrats uniques(1), démantèlement de l’assurance maladie, de l’assurance chômage, des retraites, des allocations familiales.

 Vrai ou faux ? Pour ceux qui en douteraient encore, la réponse réside en un mot : la Dette publique. Grande absente des débats électoraux, alors qu’elle était au faîte de l’actualité juste après le « nécessaire » renflouement des banques(2) ou de la réforme des retraites, la dette publique est pourtant le levier qui fera basculer les autorités politiques vers la rigueur ou non. « Pour plusieurs pays, le nœud coulant de la dette publique s’est serré et ils sont pris à la gorge par les marchés financiers » dénoncent Damien Millet et Eric Toussaint.

Les victimes font grise mine

Sous-couverts du remboursement de leurs créances, envers les organismes privés(3) que les citoyens renflouent chaque jour par le biais des hausses d’impôts et des coupes sociales, le FMI et la Banque Centrale Européenne imposent une gouvernance guidée par la rigueur à tous les membres de l’Europe. « Il n’y a pas de compromis possible » arguait Jacques Sapir(4) sur France Inter. Les premières victimes des plans d’austérité l’ont déjà bien compris. Grèce, Portugal, Irlande…. Ou on arrête de payer la dette, ou on enterre le pays sous la vague de la compression libérale. Dimitris Christoulas(5) portait le deuil de cette triste réalité quand il a appuyé sur la gâchette de son arme. Il criait « pas de dette à mes enfants » et laissait la trace des conséquences bien concrètes des plans de rigueur « Le gouvernement d’occupation a littéralement anéanti tous mes moyens de subsistance, qui consistaient en une retraite digne, pour laquelle j’ai cotisé pendant 35 ans. ». La Grèce, ce pays aujourd’hui incapable de gouverner. En Espagne, déjà, le slogan de l’audit pour la dette est clair « No debemos, no pagamos ! ». En France, ce ne sont pas les 27 milliards d’euros d’économie imposés à l’Espagne qui vont retentir dans le quotidien des citoyens, mais les 80 milliards d’euros intégrés dans le plan du TSCG(6) à son égard. Ce n’est pas non plus un protocole concernant la croissance(7) ajoutée au Traité qui libérera François Hollande des recommandations de la Troika(8). Surtout quand le remboursement du service de la dette dévore 65% des ressources de l’Etat.

Quelle issue ?

La France de François Hollande, « le bon », peut-elle ouvrir ses portes aux émissaires de la Troika « les truands » ? C’est ce que stipulent les forces européennes armées d’un nouveau traité et d’un programme clé en main. Le TSCG porte en lui les germes de la catastrophe : il rend obligatoire le paiement de la dette. L’alternative est donc claire : ou le paiement de la dette est assuré et la protection sociale est disloquée, les besoins sociaux et les services publics sacrifiés(9), ou il y a arrêt du paiement de la dette et droit du travail, droits sociaux et services publics sont préservés. Qui pour porter ces exigences ? Quel front du refus ?

Charlotte Géhin.

Vice -présidente du CADTM France.

http://www.cadtm.org/

(1) Projet de forme unique du contrat du travail qui allégerait notamment les exigences juridiques de licenciement à l’égard de l’entreprise. Projet déjà mis en place en Italie, en Espagne…

(2) La Banque centrale européenne (BCE), financée par les pays membres, accorde des prêts des aux banques, elles-mêmes détentrices des créances des Etats. Rien qu’en Décembre 2011, 523 banques ont emprunté à la BCE près de 500 milliards d’euros pour 3 ans à un taux voisin de 1% lorsqu’elles prêtent aux Etats à des taux variant de 7% pour l’Espagne, jusqu’à 18% pour la Grèce…

(3) Les investisseurs institutionnels : banques, fonds de pension, compagnies d’assurance et autres organismes de placements collectifs.

(4) Economiste à l’école des Hautes Etudes. Il dirige depuis 1996 le Centre d’études des modes d’industrialisation (CEMI-EHESS). Emission Là-Bas si j’y suis, « Les financiers au coin du feu ».

(5) Le 4 Avril 2012, Dimitris Christoulas, pharmacien retraité de 77 ans, s’est suicidé à Syntagma, place principale d’Athènes.

 (6) Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance. Il inscrit dans la Constitution des pays la « Règles d’Or », donc un déficit proche de 0 qui oblige à l’austérité, il donne le pouvoir aux autorités européennes non démocratiquement élues, il inclut des clauses de sanctions en cas de déficits. Il prévoit des projets de réforme pour chacun des pays membres et l’envoi d’émissaires pour assurer son bon fonctionnement.

(7) François Hollande a annoncé la renégociation du TSCG. Il la fera avaliser auprès du Conseil Européen. Un compromis entre Hollande et Merkel fait part d’une annexe ajoutée au Traité concernant la croissance.

(8) FMI, Banque Centrale Européenne, Commission Européenne.

(9) Le chantier est déjà en œuvre : RGPP, flexibilité du marché du travail, durée légale, retraites… La révision générale des politiques publiques entamée en 2007consiste en une restructuration des missions et actions de l’État, avec de la mise en œuvre de réformes structurelles (non-remplacement de postes de départ à la retraite etc.). Les mesures de défiscalisation des heures supplémentaires prises par le gouvernement de François Fillon en 2007 avantagent le patronat français.

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 14 mai, 2012 |Pas de commentaires »

LE PLAN DE BATAILLE DES FINANCIERS…APRES LA VICTOIRE DE François HOLLANDE

LE PLAN DE BATAILLE DES FINANCIERS...APRES LA VICTOIRE DE François HOLLANDE dans REFLEXIONS PERSONNELLES BOURSE5-300x238

APRES LAVICTOIRE

DE FRANCOIS HOLLANDE

LE PLAN DE BATAILLE DES FINANCIERS… 

Nicolas Doisy, chief  economist à Chevreux (Crédit Agricole), nous fait part du plan de bataille des financiers après la victoire de François Hollande aux présidentielles… Et de l’angoisse en cas de montée excessive du Front de Gauche et de lendemains d’élections suivis de mouvements de masse, de manifestations, de grèves….

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 9 mai, 2012 |Pas de commentaires »

SANS NOUVELLES DE L’ISLANDE: POURQUOI ?

Sans nouvelles de l’Islande :

Pourquoi ?

SANS NOUVELLES DE L'ISLANDE: POURQUOI ? dans REFLEXIONS PERSONNELLES pt885391

Si quelqu’un croit qu’il n’y a pas de censure actuellement, qu’il nous dise pourquoi on a tout su au sujet de ce qui se passe en Egypte, en Syrie ou en Libye et pourquoi les journaux n’ont absolument rien dit sur ce qui se passe en Islande :

      En Islande,
      -    le peuple a fait démissionner un gouvernement au complet,
      -    les principales banques ont été nationalisées et il a été décidé de ne pas payer la dette qu’elles avaient contractée auprès de banques de Grande Bretagne et de Hollande, dette générée par leur mauvaise politique financière
      -    une assemblée populaire vient d’être créée pour réécrire la Constitution.
      Et tout cela, pacifiquement.
      Toute une révolution contre le pouvoir qui a conduit à cette crise.
      Voilà pourquoi rien n’a été publié pendant deux ans.
      Que se passerait-il si les citoyens européens en prenaient exemple ?
      
      Brièvement, voici l’histoire des faits :
      -    2008 : La principale banque du pays est nationalisée. La monnaie s’effondre, la bourse suspend son activité. Le pays est en banqueroute.
      -    2009 : Les protestations citoyennes contre le Parlement font que des élections anticipées sont convoquées et qu’elles provoquent la démission du Premier Ministre et, en bloc, de tout le gouvernement.
      La situation économique désastreuse du pays persiste. Par le biais d’une loi, il est proposé à la Grande Bretagne et à la Hollande le remboursement de la dette par le paiement de 3.500 millions d’euros, montant que paieront mensuellement toutes les familles islandaises pendant les 15 prochaines années à un taux d’intérêt de 5%.
      -    2010 : le peuple descend à nouveau dans la rue et demande que la loi soit soumise à référendum.
      En janvier 2010, le Président refuse de ratifier cette loi et annonce qu’il y aura une consultation populaire.
      En mars, le référendum a lieu et le NON au paiement de la dette remporte 93% des voix.
      Pendant ce temps, le gouvernement a entamé une investigation pour régler juridiquement les responsabilités de la crise.
      Les détentions de plusieurs banquiers et cadres supérieurs commencent.
      Interpol lance une enquête et tous les banquiers impliqués quittent le pays.
      Dans ce contexte de crise, une assemblée est élue pour rédiger une nouvelle Constitution qui reprend les leçons apprises de la crise et qui se substitue à l’actuelle qui est une copie de la constitution danoise.
      Pour ce faire, on a recours directement au peuple souverain.
      On élit 25 citoyens sans filiation politique parmi les 522 qui se sont présentés aux candidatures. Pour cela, il faut être majeur et recueillir le soutien de 30 personnes.
      -    L’assemblée constituante commence ses travaux en février 2011 afin de présenter, en partant des avis collectés dans les diverses assemblées qui ont eu lieu dans tout le pays, un projet de Grande Charte.
      Elle doit être approuvée par l’actuel parlement ainsi que par celui qui sera constitué après les prochaines élections législatives.
      
      Voici, en bref, l’histoire de la Révolution Islandaise :
      -    Démission en bloc de tout un gouvernement
      -    Nationalisation de la banque
      -    Référendum pour que le peuple puisse se prononcer sur les décisions économiques fondamentales
      -    emprisonnement des responsables de la crise et
      -    réécriture de la constitution par les citoyens
      
      Nous a-t-on parlé de cela dans les médias européens ?
      En a-t-on parlé dans les débats politiques radiophoniques ?
      A-t-on vu des images de ces faits à la TV ?
      Bien sûr que non !
      Le peuple islandais a su donner une leçon à toute l’Europe en affrontant le système et en donnant une leçon de démocratie au reste du monde.

SI CE MESSAGE VOUS PARAIT INTÉRESSANT, DIFFUSEZ-LE A BEAUCOUP DE GENS QUI NE LE SAVENT PAS !

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 28 avril, 2012 |1 Commentaire »

MEFIONS-NOUS DE CEUX QUI…

MEFIONS-NOUS DE CEUX QUI... dans REFLEXIONS PERSONNELLES 20070403-151331.BMP

« Méfions-nous de ceux qui AUJOURD’HUI

se présentent en gestionnaires rigoureux pour DEMAIN

alors que nous devons faire face à leur catastrophique imprévoyance d’HIER. »

Thierry LAMIREAU

Réalisateur du film « URANIUM EN LIMOUSIN »

Publié dans:REFLEXIONS PERSONNELLES |on 25 avril, 2012 |Pas de commentaires »
1...2627282930

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007