DEUX OPERATIONS DE « CONTRE-TERRORISME » MENEES PAR LA FRANCE AU MALI: LES ARMES A L’URANIUM « APPAUVRI » ONT ETE UTILISEES ( AFP / Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr)

Deux opérations de « contre-terrorisme »

menées par la France

dans la nuit de mercredi à jeudi au Mali:

profil_gbu

Les armes à

l’URANIUM « APPAUVRI »

ont été utilisées

(AFP / Titre changé par Thierry LAMIREAU)

PARIS – Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé jeudi 23 janvier 2014 que les forces françaises présentes au Mali avaient mené dans la nuit de mercredi à jeudi deux opérations de « contre-terrorisme » dans le nord du pays.

Interrogé par i>TELE sur un bilan de l’opération SERVAL lancée il y a un an, M. Le Drian a relevé que: « tout n’est pas fini, les risques « terroristes » dans cette partie de l’Afrique restent importants. »

« Nous allons garder un millier de soldats qui font du « contre-terrorisme », y compris cette nuit, a-t-il poursuivi. On intervient pour « cibler » des groupes en reconstitution sur deux théâtres, à la fois aux environs de Tombouctou (nord-ouest) et dans l’Adrar des Ifoghas (dans la région de Kidal, extrême nord-est).

Plus généralement, le bilan de l’opération SERVAL contre les groupes armés occupant le nord du Mali est extrêmement positif, a dit M. Le Drian.

Selon une source administrative malienne jointe depuis Bamako, plus d’une centaine de militaires français ont quitté Tombouctou par voie terrestre pour le nord de la ville, avec le matériel nécessaire.

Elle n’a pas fourni de détails, mais selon une source militaire africaine au sein de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma), « il y a des moyens aériens et terrestres. »

« Ce n’est pas la plus importante opération militaire depuis la reprise des villes, mais c’est une opération militaire nécessaire pour que les terroristes ne se reconstituent pas, a ajouté cette même source militaire. »

Une autre source militaire étrangère, qui a requis l’anonymat, a affirmé que les opérations se poursuivaient jeudi matin.

Nous n’avons pas encore de bilan. (…) Il est clair que les combattants du Mujao, les héritiers d’Abou Zeïd, et la katiba (unité combattante, NDLR) de Belmokhtar sont dans le viseur. Ils tentent de se reconstituer. Peut-être même qu’ils ont du matériel militaire venu de la Libye, a-t-elle ajouté.

Les Algériens Abdelhamid Abou Zeïd et Mokhtar Belmokhtar étaient des chefs d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui fait partie avec le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) des groupes armés ayant occupé pendant plusieurs mois en 2012 le nord du Mali.

Ecarté d’Aqmi, Mokhtar Belmokhtar a ensuite créé le groupe des Signataires par le sang, responsable en janvier 2013 d’une prise d’otages massive à In-Amenas, site gazier dans le sud de l’Algérie, qui fit près de 70 morts, ravisseurs compris.

Abou Zeïd a été tué fin février 2013 par l’armée française dans le cadre de l’opération SERVAL, lancée en janvier 2013 par la France pour aider Bamako à reprendre le contrôle du vaste nord du Mali, comprenant les régions de Tombouctou, Gao et Kidal.

Outre la France, qui poursuit son opération, le Tchad et d’autres pays africains se sont engagés militairement sur le terrain, leurs contingents ayant été intégrés au sein de la MINUSMA.

Les jihadistes ont été affaiblis mais ils demeurent actifs, commettant à intervalles réguliers des attaques meurtrières.

Dans un communiqué diffusé jeudi 23 janvier 2014, qui n’évoque pas les opérations militaires annoncées par la France, la MINUSMA a annoncé une visite à Gao mercredi de son commandant, le général Jean Bosco Kazura, et de plusieurs membres de son état-major.

Leur objectif était de s’enquérir de l’état d’avancement du déploiement des différents contingents dans la région et saluer et encourager ceux déjà en poste.

Le général Kazura a exhorté les troupes à la vigilance et à la prudence, tout en soulignant le devoir d’un comportement exemplaire vis-à-vis de leurs hôtes maliens, affirme la mission onusienne.

De même source, le commandant de la MINUSMA a notamment visité le quartier général de la mission et le contingent chinois actuellement fort de 395 éléments.

Il s’est également rendu à la base du contingent rwandais de 140 éléments déployé depuis novembre, ainsi qu’à celle du contingent néerlandais fraîchement arrivé à Gao, une équipe de 37 personnes devant être rejointe progressivement par 336 autres.

(©AFP / 23 janvier 2014 14h04)

COMMENTAIRE:

(Thierry LAMIREAU)

Des aéronefs ont été utilisés pour « toucher efficacement les cibles » (cf. mon informateur, militaire)

« Des armes à l’URANIUM « APPAUVRI » ont été larguées » pour mieux et rapidement détruire certains lieux. »

Rien d’étonnant à cela, on s’en doutait d’autant que le Ministère de la Défense se tait encore plus sur le sujet puisque l’utilisation a été classifiée « SECRET DEFENSE » !

Merci HOLLANDE !

Pour quelqu’un qui « ne voulait pas intervenir au Mali »…c’est TOP !

Publié dans : REFLEXIONS PERSONNELLES |le 23 janvier, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007