LES « PLOMBIERS » DE LA NSA POSTES EN ALLEMAGNE (dedefensa.org / legrandsoir.info)

Les “plombiers” de la NSA
postés en Allemagne
AAAAAAAA
LES
dedefensa.org

La dernière “livraison” du fonds Snowden, le 29 décembre 2013 dans le Spiegel, devrait laisser des traces par son importance politique, encore plus que par ses aspects techniques ou son écho médiatique. Il s’agit de l’exposition en détails d’une unité spéciale de la NSA, désignée Office of Tailored Access Operations, ou TAO, et agissant comme des “plombiers” appelés à intervenir ponctuellement dans des actes de cyberguerre. (Le terme “plombiers” est effectivement employé, et il constitue une référence aux “plombiers” du Watergate, l’équipe spéciale mise sur pied par le président Nixon et dépendant directement de son cabinet pour effectuer diverses opérations “spéciales”, – dont le cambriolage dans l’immeuble du Watergate qui aboutit directement à la crise du même nom.)

Cette unité des TAO représente un bras opérationnel d’exception, une sorte de “commandos de cyberguerre”, qui a à son actif nombre d’activités mises à jour dans de précédentes livraisons, et qui ont soulevé beaucoup de remous. Par exemple, il semble bien les TAO aient la responsabilité opérationnelle de l’écoute et de la surveillance de dirigeants politiques de pays étrangers, y compris “les amis” (« Indeed, TAO specialists have directly accessed the protected networks of democratically elected leaders of countries »). Cela devrait sonner désagréablement aux oreilles d’une Merkel ou d’une Rousseff.

L’équipe de journalistes qui s’est chargée de rédiger le texte après examen minutieux du fonds Snowden mêle des gens du Spiegel et des personnalités du réseau Snowden-Greenwald (Jacob Appelbaum et Laura Poitras). Le fait confirme la place désormais prééminente prise par le Spiegel, dans un contexte qu’on connaît, où l’Allemagne a pris une position en flèche de contestatrice de la NSA. (Par contraste, on observera que le Guardian place l’information en cinquième ou sixième position dans la hiérarchie de ses nouvelles, que ni The Independent ni The Daily Telegraph par exemple n’en signale rien sur leurs pages d’accueil, tout cela confirmant la courbe rentrante, jusqu’à la négation même de cette sorte de nouvelles, de la presse britannique.) Nous donnons ici un extrait du texte publié par le Spiegel.

« One of the two main buildings at the former plant has since housed a sophisticated NSA unit, one that has benefited the most from this expansion and has grown the fastest in recent years – the Office of Tailored Access Operations, or TAO. This is the NSA’s top operative unit – something like a squad of plumbers that can be called in when normal access to a target is blocked.

»According to internal NSA documents viewed by Spiegel, these on-call digital plumbers are involved in many sensitive operations conducted by American intelligence agencies. TAO’s area of operations ranges from counterterrorism to cyber attacks to traditional espionage. The documents reveal just how diversified the tools at TAO’s disposal have become – and also how it exploits the technical weaknesses of the IT industry, from Microsoft to Cisco and Huawei, to carry out its discreet and efficient attacks.

»The unit is “akin to the wunderkind of the US intelligence community,” says Matthew Aid, a historian who specializes in the history of the NSA. “Getting the ungettable” is the NSA’s own description of its duties. “It is not about the quantity produced but the quality of intelligence that is important,” one former TAO chief wrote, describing her work in a document. The paper seen by Spiegel quotes the former unit head stating that TAO has contributed “some of the most significant intelligence our country has ever seen.” The unit, it goes on, has “access to our very hardest targets.” » [...]

»Defining the future of her unit at the time, she wrote that TAO “needs to continue to grow and must lay the foundation for integrated Computer Network Operations,” and that it must “support Computer Network Attacks as an integrated part of military operations.” To succeed in this, she wrote, TAO would have to acquire “pervasive, persistent access on the global network.” An internal description of TAO’s responsibilities makes clear that aggressive attacks are an explicit part of the unit’s tasks. In other words, the NSA’s hackers have been given a government mandate for their work. During the middle part of the last decade, the special unit succeeded in gaining access to 258 targets in 89 countries – nearly everywhere in the world. In 2010, it conducted 279 operations worldwide.

»Indeed, TAO specialists have directly accessed the protected networks of democratically elected leaders of countries. They infiltrated networks of European telecommunications companies and gained access to and read mails sent over Blackberry’s BES email servers, which until then were believed to be securely encrypted. Achieving this last goal required a “sustained TAO operation,“ one document states.

»This TAO unit is born of the Internet – created in 1997, a time when not even 2 percent of the world’s population had Internet access and no one had yet thought of Facebook, YouTube or Twitter. From the time the first TAO employees moved into offices at NSA headquarters in Fort Meade, Maryland, the unit was housed in a separate wing, set apart from the rest of the agency. Their task was clear from the beginning – to work around the clock to find ways to hack into global communications traffic. [...]

»To do this, the NSA needed a new kind of employee. The TAO workers authorized to access the special, secure floor on which the unit is located are for the most part considerably younger than the average NSA staff. Their job is breaking into, manipulating and exploiting computer networks, making them hackers and civil servants in one. Many resemble geeks – and act the part too.

»Indeed, it is from these very circles that the NSA recruits new hires for its Tailored Access Operations unit. In recent years, NSA Director Keith Alexander has made several appearances at major hacker conferences in the United States. Sometimes, Alexander wears his military uniform, but at others, he even dons jeans and a t-shirt in his effort to court trust and a new generation of employees. The recruitment strategy seems to have borne fruit. Certainly, few if any other divisions within the agency are growing as quickly as TAO. There are now TAO units in Wahiawa, Hawaii ; Fort Gordon, Georgia ; at the NSA’s outpost at Buckley Air Force Base, near Denver, Colorado ; at its headquarters in Fort Meade ; and, of course, in San Antonio.

»One trail also leads to Germany. According to a document dating from 2010 that lists the “Lead TAO Liaisons” domestically and abroad as well as names, email addresses and the number for their “Secure Phone,” a liaison office is located near Frankfurt – the European Security Operations Center (ESOC) at the so-called “Dagger Complex” at a US military compound in the Griesheim suburb of Darmstadt.

»But it is the growth of the unit’s Texas branch that has been uniquely impressive, the top secret documents reviewed by Spiegel show. These documents reveal that in 2008, the Texas Cryptologic Center employed fewer than 60 TAO specialists. By 2015, the number is projected to grow to 270 employees. In addition, there are another 85 specialists in the “Requirements & Targeting” division (up from 13 specialists in 2008). The number of software developers is expected to increase from the 2008 level of three to 38 in 2015. The San Antonio office handles attacks against targets in the Middle East, Cuba, Venezuela and Colombia, not to mention Mexico, just 200 kilometers (124 miles) away, where the government has fallen into the NSA’s crosshairs. »

Bien entendu, ces différentes révélations doivent conduire au constat, une fois de plus, de la puissance de la NSA, et de la puissance du Système par conséquent, et d’une puissance supposée toujours en expansion.

Cela n’a rien de nouveau pour nous, puisque nous parlons de façon encore plus généreuse de la surpuissance du Système, et d’ailleurs sans cacher que c’est justement cette “surpuissance” qui conduit paradoxalement à son impuissance grandissante. Pour le cas présent, il y a des remarques beaucoup plus intéressantes à faire que de s’exclamer sur la puissance de la NSA, notamment sur le point du constat que ces révélations sur la puissance de la NSA contribuent effectivement à accentuer divers facteurs contribuant à cette impuissance grandissante du Système dont nous parlons, en réunissant des éléments pour des effets potentiels extrêmement négatifs.

• La première remarque concerne l’Allemagne. Le Spiegel est allemand et ses révélations du fonds Snowden affectent directement l’opinion publique comme la direction politique du pays. On sait qu’à cet égard, l’Allemagne est le pays qui a réagi le plus vivement aux révélations-Snowden, jusqu’à un point très critique de ses relations avec les USA (voir le 12 décembre 2013 et le 20 décembre 2013). Le point opérationnel essentiel de ces révélations sur les TAO est que cette unité a des postes à l’étranger, et que l’un des principaux d’entre eux se trouve en Allemagne…

« One trail also leads to Germany. According to a document dating from 2010 that lists the “Lead TAO Liaisons” domestically and abroad as well as names, email addresses and the number for their “Secure Phone,” a liaison office is located near Frankfurt – the European Security Operations Center (ESOC) at the so-called “Dagger Complex” at a US military compound in the Griesheim suburb of Darmstadt. »

Cette “révélation” en est-elle une pour les SR allemands ?

Plusieurs réponses sont possibles (oui, c’est une “révélation”, non ils savaient en gros mais ignoraient les détails-TAO, oui ils savaient mais n’ont rien dit au pouvoir politique, oui ils savaient et Merkel aussi)… Quoi qu’il en soit, l’important est la publicité de cette “révélation”, qui pourrait placer l’Allemagne et Merkel face à un choix bien difficile. Après la fureur dénonciatrice des activités de la NSA, voilà le gouvernement allemand placé devant le cas qui semblerait celui de la présence d’une antenne hyperactive de la NSA sur le sol allemand lui-même, coordonnant sans doute les écoutes les plus intrusives (à l’encontre de Merkel).

L’Allemagne, truffée de bases US au nom des contraintes structurelles de l’OTAN héritées de la période de l’occupation, va-t-elle suivre sa logique de réaffirmation souverainiste et exiger, au moins, le départ de la station de la NSA du Dagger Complex ?

Se contentera-t-elle de garanties verbales ou exigera-t-elle des preuves concrètes, voir plus ? On commence à frôler le cas intéressant des structures militaires hégémoniques du Système qui pourraient devenir l’enjeu d’un affrontement à l’intérieur du Système. L’OTAN tremblerait sur ses bases. C’est une opportunité intéressante, – à suivre avec attention…

• La description de l’unité TAO est du plus grand intérêt, notamment avec les détails du recrutement de hackers civils, sans doute souvent jeunes, sans doute souvent avec un fond anarcho-contestataire qu’on met de côté puisque la NSA paye bien. Nous avons même le détail goûteux d’un Alexander sémillant, enfilant blue jeans et t-shirt, pour séduire les jeunes gens chevelus, barbus et éventuellement boutonneux, un détail qui touche simplement au sublime du grotesque (« In recent years, NSA Director Keith Alexander has made several appearances at major hacker conferences in the United States. Sometimes, Alexander wears his military uniform, but at others, he even dons jeans and a t-shirt in his effort to court trust and a new generation of employees »)… Le problème étant de savoir si, aujourd’hui, le pseudo-néo-beatnik Alexander recevrait le même accueil qu’il semblerait avoir reçu ces dernières années. Par exemple, on se rappelle ce compte-rendu de Russia Today le 1er août 2013, sur la conférence Black Hat de Las Vegas, dans le Nevada, où Alexander, hors-jeans et hors-t-shirt, se fit sévèrement chahuter par divers interrupteurs soutenus par les applaudissements de l’auditoire. (Depuis, Alexander-jeans ne s’est plus aventuré dans un de ces congrès de jeunes hackers dont les TAO ont tant besoin.)

Le problème du fonds Snowden, c’est qu’il nous donne une image de la puissance de la NSA avant la défection, avant l’ère-Snowden, et que cette défection bouleverse tout. Aujourd’hui, on peut entendre un Michael Hayden, général de l’USAF à la retraite, ex-directeur de la NSA et de la CIA, déclarer (voir Antiwar.com le 29 décembre 2013) :

« [Snowden leakings] is the “most serious hemorrhaging of American secrets in the history of American espionage.” Hayden went on to claim that the NSA was “infinitely weaker” now that everyone knows about what it is doing, insisting it would take “decades” for the NSA to return to the pre-Snowden era of unchecked power. »

URL de cet article 23892
http://www.legrandsoir.info/les-plombiers-de-la-nsa-postes-en-allemagne.html
Publié dans : REFLEXIONS PERSONNELLES |le 22 janvier, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007