EXCEPTIONNEL: COMMENT LES SERVICES DE RENSEIGNEMENT FRANCAIS SURVEILLENT CE QUI SE DIT SUR LE NET ET AU TELEPHONE (Challenges / Vincent JAUVERT Diplomatie Française / Jean-Marc MANACH) dans REFLEXIONS PERSONNELLES aaaaaaaaa

Moins bien doté en personnel et en moyens que la NSA américaine, la DGSE n’en est pas moins très performante pour assurer une surveillance très fine des communications.

bigbrother1

 
 
 
 
 
 
 
 
« Les habitués l’appellent « le salon de lecture ». Une pièce sans âme au cœur de la Piscine, le siège de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE), boulevard Mortier, à Paris. C’est dans ce lieu secret que les représentants de grands groupes français peuvent accéder aux documents rassemblés par les services de renseignements sur leur secteur. « Ce sont des centaines de milliers de pages de documents internes de concurrents internationaux, offres commerciales, technologies, explique un familier de la DGSE. Les types envoyés par les boîtes, dont on ne sait pas trop quel est leur poste exact, passent des heures à potasser des piles de dossiers. La règle, c’est qu’aucun document ne sorte de la pièce. »
Bigre. La France se serait-elle convertie à l’espionnage à l’américaine, Big Brother dévoilé par l’ancien sous-traitant de la National Security Agency (NSA) Edward Snowden depuis juin 2013 ?
Quelques semaines après ses révélations, Le Monde assurait, le 5 juillet 2013, que la France disposait d’un outil de surveillance d’Internet similaire.
Un « supercalculateur », situé dans le sous-sol du siège de la DGSE, assurait le quotidien, « stocke les interceptions d’une grande part des communications, mails, SMS, fax, ainsi que toute activité Internet des Français, et les flux entre la France et l’étranger ».
La ROEM moins bien doté que la NSA
Où en est vraiment la France dans le renseignement technique, affublé du nom barbare de ROEM (Renseignement d’Origine Electromagnétique)?
« On a longtemps été à la traîne, car le renseignement humain était considéré comme plus noble dans la culture française », explique un ancien cadre de la DGSE. La France a désormais rattrapé une partie de son retard. « Elle est en première division sur ces technologies, dans le sens où nous maîtrisons tous les modes d’interception (mobiles, Internet, communications satellites…), assure Eric Denécé, directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R). Mais nous restons à des années-lumière des moyens de la NSA, ou même du Government Communications Headquarters britannique, le GCHQ. »
 
De fait, le GCHQ emploie 6.000 spécialistes des écoutes, quand la direction technique de la DGSE ne s’appuie que sur 1.100 employés, auxquels il faut ajouter les spécialistes de la Direction du Renseignement Militaire (DRM), soit environ 700 personnes. Quant à la NSA, c’est un monstre : elle disposerait de 55.000 employés, avec un budget annuel de 10,8 milliards de dollars, selon Edward Snowden, soit quatorze fois plus que le budget de la DGSE (600 millions d’euros), aux attributions pourtant beaucoup plus larges.
 
Des antennes satellites en Dordogne et dans les Pyrénées-Orientales
« Le renseignement français fait du bon boulot avec ses moyens », veut se rassurer Louis Caprioli, ancien patron de l’antiterrorisme à la Direction de la Surveillance du Territoire (DST), désormais conseiller au cabinet de Gestion des Risques GEOS.
« Le renseignement français a le meilleur rapport coût-efficacité du monde occidental », appuie Eric Denécé.
La France dispose notamment d’un large réseau de stations d’écoute dotées d’antennes satellites, parfois surnommé Frenchelon, en référence au réseau Echelon américain. Les sites les plus connus sont ceux de Domme (Dordogne) et Saint-Laurent-de-la-Salanque (Pyrénées-Orientales). Mais la DGSE profite aussi de stations à Kourou (idéalement placée pour écouter les Etats-Unis), en Nouvelle-Calédonie, à Mayotte et dans plusieurs bases à l’étranger (Abou Dhabi, Djibouti).
 
« Nous stockons bien évidemment tous les mots de passe »
Le renseignement français peut aussi compter sur les capacités d’écoute électronique des équipements militaires français, notamment les six sous-marins nucléaires d’attaque, le navire espion Dupuy-de-Lôme, ou les deux avions Transall Gabriel bardés d’électronique. La Direction Générale de l’Armement (DGA) dispose également de quatre microsatellites d’écoute lancés en 2011, la constellation Elisa, qui préfigurent le système d’écoute électromagnétique Ceres prévu vers 2020.
La France n’est pas dépourvue non plus dans la surveillance du Web
« A la suite des préconisations du Livre Blanc de 2008, nous avons pu développer un important dispositif d’interception des flux Internet », reconnaissait l’ancien patron de la DGSE Erard Corbin de Mangoux devant les députés de la Commission de la Défense, le 20 février 2013.
 
Le directeur technique de la DGSE, Bernard Barbier, est allé plus loin en septembre 2010, lors d’un colloque évoqué par le journaliste Jean-Marc Manach dans son blog : Il affirmait que la DGSE avait « la meilleure équipe de cryptomathématiciens » de France, qu’elle pouvait pénétrer sans problème les ordinateurs pas assez sécurisés. « Nous stockons bien évidemment tous les mots de passe, nous avons des dictionnaires de millions de mots de passe », assurait même Bernard Barbier.
Un « data-center » implanté dans les Yvelines
 
De quoi accréditer la surveillance généralisée d’Internet évoquée par Le Monde ?
La DGSE, selon la lettre Intelligence Online, dispose d’un nouveau data center « de 100 mètres de long sur 10 de large » dans les Yvelines, près des Alluets-le-Roi, sur le site d’un ancien bunker allemand. Mais les spécialistes sont sceptiques sur la possibilité d’interceptions systématiques.
« Le réseau téléphonique français est bien plus décentralisé qu’aux Etats-Unis, ce qui suppose des moyens énormes pour en surveiller l’intégralité, indique Kavé Salamatian, professeur d’informatique à l’Université de Savoie. Contrairement aux Etats-Unis, la France n’a pas les moyens d’une telle surveillance généralisée, en aveugle. En gros, on peut faire de la pêche à la ligne sur des sujets précis, mais pas au chalut. »
Le rôle stratégique d’Alcatel Submarine Networks
 
Pas si grave puisque la France dispose d’un moyen efficace de scanner le trafic Internet international à moindre coût : la surveillance des câbles sous-marins en fibre optique, par lesquels transite une bonne partie des données. Edward Snowden a ainsi dévoilé que les Américains et les Britanniques ne se privaient pas de se brancher sur ces câbles. Selon deux familiers de la DGSE, la France les « scanne » aussi allègrement. « On aurait tort de se priver, Alcatel est le leader mondial de la pose de câbles », s’amuse l’un d’eux.
 
Voilà qui explique peut-être pourquoi les rumeurs de cession de cette activité, Alcatel Submarine Networks, ont immédiatement mobilisé le gouvernement qui, par la voix de la ministre Fleur Pellerin, a insisté en janvier 2013 sur un nécessaire « ancrage national », avec une possible entrée au capital du Fonds Stratégique d’Investissement. Techniquement, la manœuvre est facile : « Il suffit de mettre un petit équipement, un splitter optique : c’est très peu cher, ça dure trente ans, et c’est totalement indiscernable », souligne Kavé Salamatian. Une telle opération est possible aux points d’ »atterrissage » des câbles, en Bretagne (Lannion, Penmarc’h) ou en Provence (Marseille). Face au monstre américain, la France a encore quelques arguments.
 
Source: Challenges

Le DGSE écoute le monde (et les Français)

depuis plus de trente ans

(Vincent JAUVERT / Diplomatie française / Avril 2001)

dommes2.jpg

Voici l’enquête que j’ai publiée à ce sujet en avril 2001, au moment de l’autre affaire d’espionnage américain, Echelon. 

A l’époque, l’article, dont l’essentiel demeure d’actualité, a fait pas mal de bruit.

Comment la France écoute le monde

C’est l’un des plus grands centres d’écoute du monde. Dans cette base secrète protégée par des miradors, des chiens policiers et des barbelés électrifiés, treize immenses antennes paraboliques espionnent, jour et nuit, toutes les communications internationales qui transitent par les satellites visés.

Où est cette base, dont «le Nouvel Observateur» publie ici la photo ? Aux Etats-Unis ? En Russie ? Non, dans le Périgord, sur le plateau de Domme, à côté de l’aéroport de Sarlat. Le lieu est officiellement (et pudiquement) appelé «centre radioélectrique».

Là, le service français d’espionnage, la DGSE, surveille quotidiennement des centaines de milliers (des millions ?) de discussions téléphoniques, d’e-mails, de fichiers ou de fax. C’est le site principal des «grandes oreilles» de la République.

Ce n’est pas le seul. A l’instar des Etats-Unis et des pays anglo-saxons liés à eux, la France a, ces dix dernières années, mis en place un réseau mondial d’interception. «Le Nouvel Observateur» peut confirmer l’existence et publier les photos de trois autres bases d’écoutes «satellitaires» de la DGSE. L’une dont le nom de code est «Frégate» est cachée dans la forêt guyanaise, au coeur du centre spatial de Kourou. L’autre, terminée en 1998, est accrochée au flanc du cratère Dziani Dzaha, sur l’île française de Mayotte, dans l’océan Indien. Toutes les deux sont gérées en commun avec le BND (Bundesnachichtendienst), le service secret allemand. Le troisième centre est dans la banlieue ouest de Paris, sur le plateau d’Orgeval, aux Alluets-le-Roi. Au total, une trentaine d’antennes «couvrent» la quasi-totalité du globe, à l’exception du Nord sibérien et d’une partie du Pacifique.

 Il y aura bientôt d’autres stations

Elargir son réseau d’écoute «satellitaire» est «une priorité» de la DGSE, comme l’écrit le rapporteur du budget 2001 de la défense, Jean-Michel Boucheron. A cette fin, le service secret français dispose chaque année de moyens financiers accrus. Une nouvelle station est en construction sur le plateau d’Albion, là où étaient stockés les missiles nucléaires avant le démantèlement des silos; une cinquième est en projet sur la base aéronavale de Tontouta, en Nouvelle-Calédonie.

Bien entendu, cet ensemble est et restera beaucoup moins puissant et performant que son modèle anglo-saxon que l’on appelle communément «Echelon». La NSA américaine est trente fois plus riche que son homologue français, la direction technique de la DGSE. L’une emploie 38000 personnes, l’autre 1600. Plus petit, «Frenchelon», comme disent les Anglo-Saxons, n’en est pas moins menaçant pour la vie privée. Y compris celle des Français. Voici pourquoi: quand elles passent par l’un des satellites surveillés par les bases de Domme, de Kourou ou de Mayotte, nos communications avec l’étranger ou les Dom-Tom peuvent être interceptées, recopiées et diffusées par la DGSE, sans qu’aucune commission de contrôle ait son mot à dire. Aucune ! Une situation unique en Occident.

Tous les pays démocratiques qui se sont dotés de services d’écoute «satellitaire»ont mis en place des garde-fous, des lois et des instances de contrôle afin de protéger leurs citoyens contre la curiosité de ces «grandes oreilles». Tous, l’Allemagne et les Etats-Unis en tête. Pas la France.

Pourtant notre pays espionne les satellites de communication depuis près de trente ans. C’est en 1974 à Domme, à l’emplacement d’un petit centre d’interception radio, que le SDECE (l’ancêtre de la DGSE) installe sa première antenne parabolique. L’engin mesure 25 mètres de diamètre et existe toujours. Un autre suit rapidement. «Au début, il n’y avait que quelques satellites, les Intelsat, explique un vétéran de la direction technique. Nous pouvions « aspirer » une bonne partie du trafic international.» Mais, dès 1980, la téléphonie mondiale explose, les mises sur orbite se multiplient: Eutelsat, Molniya, Inmarsat, Panamsat, Arabsat. «Nous avons vite été débordés, raconte cet ancien haut responsable. Le centre de Domme s’est retrouvé sous-équipé, ridicule et nous, la DGSE, la risée de nos collègues américains et britanniques.»

En 1984, le patron du service secret, l’amiral Lacoste, exhorte François Mitterrand:

«Il nous faut une autre station d’interception.» La France, assure-t-il, dispose d’un site idéal pour ce genre d’opération: le centre spatial de Kourou. Idéal ? Il est situé tout près de l’équateur, c’est-à-dire au meilleur endroit pour écouter les satellites de communication, presque tous géostationnaires. La base sera à quelques kilomètres du pas de tir d’Ariane, ses antennes passeront donc inaperçues. Et puis, l’espionnage économique est la nouvelle priorité du service secret français et l’Amérique, la cible principale. Or, les satellites qui «arrosent» les Etats-Unis sont justement en orbite au-dessus de la Guyane.

Pour partager les frais, et ancrer l’alliance franco-allemande, Lacoste propose d’associer le BND à l’aventure. Le travail en commun sera d’autant plus facile, explique l’amiral, que les deux services collaborent déjà étroitement dans des stations d’interception à Berlin-Ouest et ailleurs en RFA. Le président de la République donne son feu vert fin 1984. Le scandale du «Rainbow Warrior», qui survient quelques mois plus tard, retarde l’opération. La base «Frégate» sera secrètement inaugurée en 1990 par Claude Silberzahn, le nouveau patron de la DGSE, et son homologue allemand.

Le préfet Silberzahn veut aller plus loin. Selon lui, pour revenir dans le club des grands, la DGSE a besoin de nouvelles stations. La guerre du Golfe lui donne des arguments. En Irak, les prouesses techniques des espions américains sont époustouflantes. François Mitterrand et Michel Rocard, le Premier ministre, sont convaincus. Silberzahn peut lancer un vaste plan d’investissement sur dix ans. Il modernise le centre de Domme, achète un super-ordinateur Cray et fait installer les premières antennes paraboliques aux Alluets-le-Roi, dans une base jusque-là réservée à l’interception des ondes radio. Enfin, avec le BND, il lance le chantier de Mayotte. Ce territoire français de l’archipel des Comores est, lui aussi, proche de l’équateur. Le site choisi sera sur Petite-Terre, une minuscule île où la Légion étrangère dispose déjà d’une base. De Mayotte, la direction technique de la DGSE pourra mieux «couvrir» l’Afrique, le Moyen-Orient et le continent qui monte, l’Asie. Cinq ans seront nécessaires pour achever le projet. De sordides histoires de maris trompés ont, dit-on, ralenti les travaux.

Aujourd’hui, sur trois continents, les «grandes oreilles» de la République disposent donc, on l’a dit, d’une trentaine d’antennes. Mobiles, celles-ci peuvent changer d’orientation plusieurs fois par jour, selon les heures ou les objectifs du service. Tous les pays sont exposés, même les alliés. Les membres de l’Union européenne aussi? «Bien sûr, dit ce responsable. Grâce aux satellites, on peut espionner tout le monde de chez soi. Pas de coups tordus, pas de risque d’incidents diplomatiques. C’est pour cela qu’on a tant investi»

Les satellites visés en priorité ? 

«Ceux qui peuvent nous livrer le plus de renseignements politiques et économiques», dit un homme de l’art. Les Inmarsat, par exemple. Grâce à eux, n’importe qui peut téléphoner, envoyer un e-mail ou un fax, de n’importe quel endroit du globe (ou presque). Pour cela, il suffit d’une petite valise de 2 kilos. Au début, en 1982, les abonnés de ce service étaient essentiellement des marins de métier et des compagnies pétrolières. Puis la clientèle s’est élargie aux plaisanciers fortunés. «Une aubaine pour l’espionnage économique! Vous n’imaginez pas tout ce que ces hommes d’affaires disent en clair au téléphone depuis leur bateau, explique un spécialiste. Au milieu de l’Océan, ils se croient à l’abri. Ils parlent contrats, projets, découvertes»

Ce n’est pas tout. La société Inmarsat a passé des accords avec la plupart des grandes compagnies aériennes et 650 avions d’affaires. Lorsque, en vol, un passager téléphone, la communication transite par ces satellites à la satisfaction des «grandes oreilles». On utilise aussi Inmarsat sur terre, le plus souvent à partir des points chauds de la planète, mal équipés en téléphonie. Au total, la compagnie a 200000 abonnés: journalistes, diplomates, fonctionnaires internationaux, responsables d’ONG. «Pour espionner cette clientèle de choix, pas besoin d’ordinateur très puissant, dit un expert. Par un satellite Inmarsat passent au maximum 2000 communications simultanées. C’est dix à cinquante fois moins que les autres.»

Les autres, ce sont les poids lourds de la téléphonie mondiale: les Intelsat, Eutelsat et PanAmSat. Par eux transitent, chaque jour, plusieurs milliards de messages, venus de tous les continents. «Impossible de les ignorer, dit un homme de l’art, mais difficile de les traiter en entier. Dans leur faisceau, il faut choisir les segments qui nous intéressent.» Et notamment repérer les canaux loués par des militaires, des diplomates ou des entreprises. Certaines compagnies utilisent en particulier un nouveau service peu cher, le VSAT: ce réseau leur permet de connecter en permanence tous leurs établissements dans le monde. Ainsi, à Domme et à Kourou, la DGSE «aspire» le trafic de l’Intelsat 801, qui assure des milliers de liaisons VSAT entre l’Amérique et l’Europe.

Les gros satellites transmettent aussi internet. Ils sont devenus des autoroutes, des back bones pour la Toile. «10% du trafic passe par là, dit un spécialiste. C’est peu, mais ces 10%-là, on peut les intercepter: le reste, qui transite par les câbles en fibres optiques, c’est autre chose»

Dans le centre de Mayotte, on attend avec impatience le nouvel Intelsat 902, qui va dans quelques mois fournir des back bones en Afrique, en Asie et dans une partie de la Russie. Il sera positionné à 62° est, juste au-dessus de l’île française de l’océan Indien.

Autres types de satellites visés: les régionaux, qui n’«arrosent» qu’une partie de la planète. Ainsi, les Arabsat pour le Moyen-Orient et le Maghreb. «Ah, les Arabsat ! soupire un ancien des écoutes. Dans les années 80, ils nous en ont livré, des informations ! Sur Kadhafi pendant le conflit du Tchad ou sur Israël au moment de l’invasion du Sud-Liban.»

Enfin il y a les nationaux. Certains pays sont trop pauvres et trop vastes pour installer un réseau de câbles téléphoniques sur l’ensemble de leur territoire. Pour relayer leurs communications internes, ils utilisent des satellites: les Raduga en Russie, les Mabuhay aux Philippines ou les Dong Fang Hong en Chine. Mais la multiplication des opérateurs satellites (ils sont plus de cent aujourd’hui !) pose un problème à la DGSE. «Chacun code son faisceau et ne rend pas publique la clé de déchiffrement», dit un ancien responsable. Pour obtenir le précieux sésame, il faut mobiliser toutes les ressources du service secret. «Il y a plusieurs méthodes, pas toujours propres, continue l’homme de l’art. On peut négocier avec l’opérateur. On lui dit: la France vous confie une partie de son trafic international, en échange vous nous donnez ce protocole confidentiel.» Autre technique: «Soudoyer un cadre de l’entreprise ou lui promettre une médaille.» Ou encore: «Si l’on apprend qu’un service secret étranger a ce logiciel, le négocier contre autre chose.» On peut aussi s’introduire discrètement dans les locaux de l’opérateur et voler la précieuse disquette. «A la DGSE, il y a un service très compétent pour ce genre de cambriolage», dit l’expert. Reste la méthode maison: découvrir soi-même le code. «Mais cela peut prendre beaucoup de temps. Entre-temps, on rate beaucoup de choses»

Ainsi, depuis quelques mois, un satellite tourmente particulièrement les ingénieurs du service secret français. Il s’agit de Thuraya, lancé en octobre dernier par une compagnie d’Abu Dhabi. La firme émirati propose à ses abonnés une couverture totale du monde arabe en téléphonie mobile. Son service sera opérationnel courant avril. Ses clients: des hauts fonctionnaires syriens, des hommes d’affaires libyens, des militaires égyptiens; autant de cibles pour la DGSE. «Il y a un hic, dit cet expert. Les Emirats financent l’opération, mais c’est la firme Hugues, le géant de l’aéronautique américaine, qui gère le système. Et en matière de codage de faisceau, Hugues en connaît un rayon. Pour l’instant, nous n’avons pas trouvé la solution.»

Avec plus ou moins de difficultés, des dizaines de faisceaux sont donc, chaque jour, aspirés par les paraboles de la DGSE. Que se passe-t-il après? Au pied des antennes, en sous-sol, des techniciens et des opérateurs habilités «secret défense» travaillent dans des salles informatiques climatisées. Regroupés en équipes de jour et de nuit, ils sont environ deux cents à Domme et aux Alluets-le-Roi, une quarantaine à Mayotte et à Kourou.

Les techniciens s’activent devant des armoires électroniques. Ils contrôlent les puissants matériels (amplificateurs, démodulateurs, analyseurs, déchiffreurs) qui transforment les faisceaux des satellites en fax, e-mails, fichiers ou voix. Leur premier souci: déchiffrer les communications cryptées, ce qui est de plus en plus ardu.

Les opérateurs, eux, sont assis devant des consoles d’ordinateurs. Ils vérifient le tri automatique du trafic. Seulement quelques milliers de communications interceptées remontent, chaque jour, au QG du service secret, boulevard Mortier à Paris. Elles sont envoyées par fibres optiques ou liaisons radio protégées. Les autres, la grande majorité, sont jetées dans une poubelle informatique. La sélection s’effectue grâce à un dictionnaire d’«adresses» et de mots-clés.

«Adresses»? Il s’agit de la liste des numéros de téléphone et des e-mails que la DGSE entend surveiller en permanence. Ambassades, ministères, organisations internationales, ONG, multinationales; il y en a plusieurs milliers, de tout pays, dans les ordinateurs des «grandes oreilles». Quand cette adresse apparaît dans le faisceau d’un satellite espionné, la communication est automatiquement enregistrée et envoyée à Paris. Dans le jargon des écoutes, ce type de surveillance a un nom: la «routine».

 Mots-clés ? C’est une autre manière de filtrer le flux de données

«Ce peut être un nom propre, un surnom, une formule chimique, de l’argot, un acronyme, dit un expert. On les saisit dans un fichier et on attend» Dès que l’un de ces mots apparaît, l’ordinateur revient en arrière et enregistre la communication depuis le début. A la DGSE, on appelle cela la «veille» ou «la pêche au chalut».

«Pour les e-mails, ces tris informatiques sont très efficaces», dit un autre spécialiste. Il ajoute: «Etant donné les capacités des ordinateurs, on peut, de la sorte, filtrer plusieurs millions de messages électroniques par minute. Un bon moteur de recherche suffit. Il faut simplement l’adapter à nos besoins.» Selon toute vraisemblance, la DGSE utilise l’outil de recherche développé par la société française Lexiquest.

Pour les fax, le tri est moins performant. Les experts estiment que le taux de succès ne dépasse pas 60%. Pourquoi un tel déchet? Parce que la télécopie n’est pas «lue» directement par l’ordinateur. Elle doit d’abord être convertie en bits par un logiciel de reconnaissance de caractères. Or si cette phase est perturbée par une mauvaise émission ou une écriture illisible, le fax retranscrit n’a plus de sens. Il est perdu pour les «grandes oreilles». Malgré ces difficultés, la DGSE est, depuis toujours, l’un des meilleurs services d’espionnage pour le traitement automatique des fax, d’où ses succès dans l’espionnage économique.

Pour la parole, il en va tout autrement

La DGSE n’a pas développé des techniques aussi performantes que celles de la NSA ou du Mossad israélien. Confidence d’un expert: «Malgré ce que l’on croit généralement, il est très difficile d’apprendre à l’ordinateur à attraper au vol des mots-clés prononcés au cours d’une conversation téléphonique.» Explications: «Certaines personnes parlent vite, d’autres lentement, les unes bafouillent, les autres ont un accent. Résultat: le taux d’échec est très élevé.» Le service français étudie une autre méthode de tri qu’Américains et Israéliens ont, semble-t-il, déjà développée: la transcription automatique. L’ordinateur transcrit toute la conversation téléphonique, puis un moteur de recherche trouve les mots-clés dans le fichier ainsi constitué. «Aussi bizarre que cela puisse paraître, c’est plus simple de procéder comme cela» Le Ministère de la Défense vient de demander au meilleur laboratoire français sur le traitement de la parole, le Limsi à Orsay, de mettre au point un tel logiciel.

Après le tri, l’écoute. A la DGSE, quelques centaines de personnes (300, 500?) passent leurs journées casque sur la tête. «Sachant qu’un bon professionnel peut traiter quotidiennement 50 à 100 conversations, faites le calcul !», dit un vétéran. Cela fait plus de 15000 par jour, soit au moins 5 millions par an.

Le jeu en vaut-il la chandelle ? 

Cette masse d’informations, ces millions de conversations, d’e-mails ou de fax détournés est-elle vraiment utile? De l’avis unanime, les «perles», les informations secrètes dignes de remonter jusqu’au président de la République, sont très rares. «Quelques dizaines en vingt ans, dit cet ancien haut responsable. Et encore» Il y a eu les cas déjà évoqués de Kadhafi et d’Israël dans les années 80. Plus tard, on a intercepté des consignes de vote au Conseil de Sécurité de l’ONU. Récemment, des écoutes de hauts dignitaires serbes ont été transmises à l’Elysée.

En fait, les vrais «joyaux» ont d’autres clients: plusieurs grands groupes industriels français. Depuis deux décennies, la DGSE travaille en symbiose avec une quinzaine de firmes privées ou publiques. Entre espions et patrons, c’est donnant donnant. Les uns font du renseignement économique et technologique (le service de recherche spécialisé à la DGSE emploie une cinquantaine de personnes). Les autres fournissent des couvertures aux agents en mission à l’étranger.

Des anciens de la DGSE, recrutés par les firmes, assurent la liaison

Au QG de leur ex-employeur, boulevard Mortier, ils prennent régulièrement livraison de copies de fax, d’e-mails ou de projets de contrats que les stations d’écoute ont interceptés. La moisson est parfois excellente. «Nous recevons souvent des remerciements de patrons», dit ce haut responsable. Ainsi, en 1998, les «grandes oreilles» ont permis aux industriels français concernés de suivre l’évolution d’une négociation cruciale: la fusion (finalement avortée) entre le constructeur aéronautique allemand Dasa et son homologue britannique, British Aerospace.

Mais il n’y a pas que des «perles», loin s’en faut. Il y a le reste, le quotidien, ces milliers de comptes rendus d’interception, des «bruts» comme on dit à la DGSE, qui s’empilent dans les services d’analyse, et qui ne sont pas toujours lus.

«Pour une bonne info, il y a tellement de bla-bla inutiles, dit ce cadre du service secret. Je me demande si tout cela vaut la peine.» Beaucoup préféreraient que la DGSE investisse dans le renseignement humain plutôt que dans la technique. «Avec ces fortunes dépensées, chaque année, nous pourrions installer tellement d’agents à l’étranger. Après tout, c’est cela notre vrai boulot»

Menace sur la vie privée ? Sans aucun doute

Parmi les millions de communications écoutées, il peut y avoir l’une des vôtres. Le risque sera d’autant plus fort que vous téléphonerez vers une zone peu câblée, comme l’Afrique, la Russie ou les Dom-Tom. Rien n’interdit à la DGSE d’intercepter vos conversations ou vos e-mails, pour peu que ceux-ci passent par un satellite. Pire, cet espionnage est implicitement autorisé par la loi de 1991 qui institue la Commission de Contrôle des Ecoutes. Son article 20 dispose, en effet, qu’il n’est pas dans le pouvoir de cette nouvelle commission de contrôler les «mesures prises par les pouvoirs publics pour assurer la surveillance des transmissions empruntant la voie hertzienne [ndlr: c'est-à-dire les airs].» En d’autres termes, l’instance pourra tout surveiller, sauf les écoutes «satellitaires».

«Cette dérogation a été exigée par les plus hautes autorités de l’Etat, confie un ancien conseiller du Ministre de la Défense de l’époque, Pierre Joxe. Pourquoi ? Souvenez-vous, à cette époque, la DGSE lançait un vaste plan de modernisation de ses « grandes oreilles ». Il était hors de question de le compromettre.» Un ancien de l’Elysée dit: «Nous voulions laisser les coudées franches au service secret, ne pas l’enfermer dans son quota d’écoutes autorisées».

Les parlementaires n’y ont vu que du feu 

Ils auraient dû être plus curieux. Ils auraient appris que beaucoup de pays démocratiques avaient déjà sévèrement réglementé l’action de leurs «grandes oreilles». Depuis 1968, en Allemagne, huit experts indépendants nommés par le Parlement contrôlent les écoutes du BND: ils forment la commission dite «G 10». Leur pouvoir est considérable. Ils peuvent interroger tous les personnels du BND et voir l’ensemble de la production des écoutes. «Le but: protéger la vie privée des Allemands», dit le professeur Claus Arndt, qui a siégé à cette commission de 1968 à 1999. Ainsi, lorsqu’au cours d’un tri aléatoire, le nom d’un citoyen ou d’une firme allemands apparaît, le BND doit l’effacer, sauf autorisation expresse de la commission. «De même, dit le professeur Arndt, le service secret doit soumettre la liste de tous les mots-clés qu’il entend utiliser. Il n’a pas le droit d’y inclure le nom d’un Allemand.» En juin prochain, une loi devrait autoriser les super-contrôleurs à visiter n’importe quel site du service secret allemand, y compris la station de Kourou. Si la France refuse, le président de la commission pourrait demander le retrait du BND de la base guyanaise.

En Australie, les «grandes oreilles» sont contrôlées par un inspecteur général désigné par le gouvernement. Il a tout pouvoir pour vérifier que le DSD, le service d’espionnage, applique des lois très restrictives. Par exemple, toute information sur un Australien recueillie par les stations d’écoute doit être détruite. Un rapport de destruction doit même être remis à l’inspecteur général. Au Canada, c’est un commissaire désigné par le Parlement qui assure cette mission de contrôle. Chaque année, il rédige un rapport public. Aux Etats-Unis, un inspecteur général et le ministre de la Justice surveillent l’action de la NSA.

A quand la France ? 

Ces derniers mois, les parlementaires se sont intéressé aux «grandes oreilles» américaines. La commission de la Défense a rendu récemment un rapport vindicatif sur «Echelon» et la NSA. Il est temps qu’elle étudie aussi les pratiques de la DGSE et propose des moyens de les contrôler. Le moment serait bien choisi. Une révolution des «écoutes» se prépare. Le service secret envisage d’investir massivement dans l’interception des câbles sous-marins. Avant qu’il ne se lance dans l’aventure, ne pourrait-on lui imposer quelques règles démocratiques ?

Vincent Jauvert

Publié dans diplomatie française

Frenchelon:

La carte des stations espion

du renseignement français

bbbbbbbb DGSE dans REFLEXIONS PERSONNELLES

(Jean-Marc MANACH / 16 juin 2009)

Frenchelon, vous connaissez ? C’est le réseau espion d’écoute des télécommunications déployé par les services de renseignement militaires français, créé sur le modèle d’Echelon, son précurseur anglo-saxon, et dont j’avais parlé dans mon article sur la guerre de l’information paru dans l’Atlas 2009 du Monde Diplomatique (voir aussi « Echelon/Frenchelon : mythes et réalités).

Terrain militaire - défense d'entrerL’existence de Frenchelon n’a jamais été officiellement reconnue par les autorités françaises, et l’on n’en connaît pas le nom véritable -s’il en a un. Un certain nombre d’articles de presse lui ont néanmoins été consacrés, qui listaient plusieurs de ses stations d’écoute satellites ou radioélectriques.

Le système français est bien moins connu que ne l’est Echelon, ce qui explique aussi qu’aucune carte des stations de Frenchelon n’avait encore à ce jour, et à ma connaissance, été réalisée. Alors j’en ai profité pour, non seulement en dresser la carte, mais aussi en prendre certaines en photo, ou plutôt faire des copies d’écran des photos satellites disponibles en ligne.

J’ai réussi à en localiser une vingtaine; si Google Maps en a flouté certaines (à commencer par celle de Domme, la plus importante, près de Sarlat, en Dordogne), d’autres révèlent, en clair, la présence d’antennes satellites, quand bien même, et comme le soulignait le reportage de France 2 consacré à la station de Domme, il est bien évidemment interdit de photographier ces installations militaires.

Little Brother Frenchelon ou Big Brother Echelon

Le « petit frère » français du réseau anglo-saxon est réputé bien moins puissant que son « grand frère » Echelon -la National Security Agency (NSA) dispose, à elle seule, de plus 35 000 employés, contre 4500 pour la DGSE, dont les missions, en outre, sont bien plus vastes-, mais « Frenchelon » a le mérite de couvrir la quasi-totalité de la planète Terre.

Car si la majeure partie des stations recensées sont localisées sur la métropole, la France, ancienne puissance coloniale, a l’insigne avantage de disposer d’un grand nombre de bases militaires, et pays amis, et départements d’outre-mer, un peu partout dans le monde, ce qui lui a permis de déployer ce réseau quasi-unique dans le monde.

A noter que cette carte ne répertorie que les stations au sol (et encore, pas toutes), pas les satellites Essaim, Cerise, Clémentine et consorts, qui sont les « grandes oreilles » de la France, mais dans l’espace, cette fois.

La consultation de cette carte sera bien évidemment plus « agréable » (si j’ose dire) sur Google Earth que sur Google Maps. Pour cela, téléchargez ce fichier et ouvrez-le avec Google Earth (notez que vous pouvez aussi le télécharger directement sur la carte Frenchelon de Google Maps). Vous pouvez aussi, et enfin, zoomer sur cette petite carte-là :

En l’état, sont donc répertoriées les stations (présumées, on n’est jamais à l’abri d’une intoxication ;-) de (en métropole) :

la Presqu’île de Giens, Domme, Les Alluets le Roi – Feucherolles, Solenzara (Corse), Saint Laurent de la Salanque, Dieuze, Nice, Mutzig, Fort du Mont Valérien, Hotel des Invalides, Plateau d’Albion, Le Cap d’Agde, Creil, plus celle de Boullay les Troux (la station de l’ex-DST, qui ne dépend donc pas des services de renseignement militaires français, mais qui n’en reste pas moins une station d’espionnage des télécommunications), plus, hors métropole :

La Tontouta (Nouvelle Calédonie), Saint Barthélemy, Kourou, Mayotte, l’Ile de la Réunion, Papeete, Djibouti, Bouar (Centrafrique).

Vous avez eu vent d’autres stations, ou pouvez m’aider à plus et mieux les localiser -pour celles qui sont encore un peu dans le flou ? Ne vous gênez pas, que ce soit en commentaire, ou par e-mail.

Vous pouvez également faire oeuvre de salubrité publique en relayant l’info sur vos blogs et réseaux sociaux, d’autant que la galerie photo, tout comme la Google Map, peuvent être « embeddées » d’un simple copier/coller. Pourquoi se priver…

Engin, il serait également intéressant de pouvoir mettre à jour la liste des stations d’écoutes d’Echelon, dont les cartes n’ont pas été mises à jour depuis bien longtemps maintenant. Les Français n’ont, après tout, fait que copier les anglo-saxons. On aurait tort de ne pas le rappeler…

La carte des stations d'écoute d'Echelon

NB: merci à ceux qui me contactent pour rajouter des stations, ou rectifier certaines informations. Ainsi…:

« On » m’informe que la station de Saint Barthélémy a définitivement été fermée, et réaffectée à la gendarmerie, j’ai d’ailleurs modifié la carte en conséquence.

En commentaire, Bill, qui travaille à Bouar, souligne qu’ »il n’y a plus un seul militaire français à Bouar depuis 1998, quand les « Barracudas » se sont retirés », que depuis la ville est en ruine et qu’il n’y a même plus d’électricité…

Par ailleurs, le champ d’antenne situé près de Mondésir, sur la N20, ne relèverait pas de Frenchelon : il s’agirait du Centre Radio Hautes Fréquences d’Etampes, « intégré dans l’Organisation Mondiale Interarmée des Transmissions, (et) chargé de la mise en œuvre de transmissions radioélectriques au profit des états-major et grands commandements de l’Armée de l’Air ».

Quant au radôme sur le Mont Tagel, près de Nice, il s’agit du Centre de Détection et de Contrôle 05.943, « responsable de la surveillance de l’espace aérien situé dans la partie sud-est du territoire national et de ses approches » (l’armée française en dénombre -au moins- 5).

jean.marc.manach (sur Facebook & Google+@manhack (sur Twitter)

Et pour me contacter, de façon anonyme & sécurisée (#oupas /-), c’est par là.