JOURNEE DE SOLIDARITE: LES PARLEMENTAIRES NE PAIENT RIEN !…ET PUJADAS SUR FRANCE2 N’EN PARLE PAS ! (Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr)

Journée de solidarité:

Michèle DELAUNAY évoque une nouvelle

extension du dispositif

La Ministre déléguée aux personnes âgées, Michèle DELAUNAY a défendu, jeudi 16 mai 2013, l’utilisation des fonds provenant de la journée de solidarité, évoquant l’extension du dispositif à d’autres catégories que les salariés et retraités imposables.

Créée après la canicule de l’été 2003, cette journée de travail non rémunérée avait initialement été fixée au lundi de Pentecôte mais est depuis 2008 organisée «à la carte», certaines entreprises supprimant un jour de congés ou de RTT et d’autres l’offrant à leurs salariés.

Ses recettes, chiffrées jeudi par la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA) à 18,6 milliards d’euros depuis 2004 dont 2,39 milliards en 2012, sont destinées aux personnes âgées et handicapées.

Depuis le 1er avril 2013, cette Contribution Solidarité Autonomie (CSA) a été étendue aux retraités imposables, soumis à un prélèvement sur leurs pensions qui «contribuera au financement dès 2014 du projet de loi sur l’adaptation de la société au vieillissement et l’autonomie des personnes âgées», devant être «prêt avant la fin de l’année», selon elle.

Interrogée sur une éventuelle extension aux artisans et professions libérales, Mme DELAUNAY a répondu que cela était «effectivement envisagé».

«Le vieillissement et le risque d’autonomie me parait universel, la contribution me parait devoir l’être», a-t-elle dit, tout en précisant que ce n’était «aucunement décidé ni arbitré».

Alors que l’utilisation des fonds provenant de la journée de solidarité fait débat depuis sa création, Michèle DELAUNAY a assuré qu’ils étaient bien affectés «au bénéfice des personnes âgées et handicapées».

Certains crédits ne sont pas consommés chaque année, notamment en raison d’un «décalage entre les décisions et leur exécution», a-t-elle expliqué. Ces fonds sont initialement transférés dans les réserves de la CNSA avant d’être utilisés, a-t-elle expliqué.

«Nous avons réduit cette « sous-consommation », pour personnes âgées et handicapées confondues, de 100 millions» en 2012, avec «l’espoir de faire mieux» en 2013, a-t-elle dit.

Pour les seules personnes âgées, la «sous-consommation» est passée, selon elle, de 245 millions d’euros en 2011 à 189 millions en 2012.

(AFP)

COMMENTAIRE:

(Le Souffle c’est ma Vie / Thierry LAMIREAU)

Les parlementaires ne cotisent pas pour cette journée, car leur « gain est une indemnité et non un traitement !… »

Jolie petite astuce pour tricher, une fois de plus.

PUJADAS de FRANCE 2 ment par omission

Lundi 20 mai 2013 au 20h de FRANCE 2:

David PUJADAS nous offre un reportage parlant de la journée de la solidarité où il est indiqué que les artisans, commerçants, agriculteurs et professions libérales ne participent pas à cet effort de la Nation.

Chose étrange…il ne mentionne pas que les Députés sont dans ce cas là !

Oui, vraiment la sémantique rend bien service aux journalistes et aux Députés !

DECRYPTAGE

(rtl.fr)

Officiellement instaurée pour participer au financement de la dépendance, la « journée de solidarité » ne bénéficie pas uniquement aux personnes âgées.

Férié mais pas chômé. Depuis presque dix ans, le Lundi de Pentecôte n’est plus une journée de repos pour tous les Français mais une « journée de solidarité ». Remplit-elle ses objectifs ? 

A quoi sert-elle ?

Officiellement à « assurer le financement des actions en faveur de l’autonomie des personnes âgées ou handicapées », selon la loi du 30 juin 2004. Le Premier ministre de l’époque, Jean-Pierre RAFFARIN, avait décidé d’instituer cette journée à la suite de la canicule d’août 2003, au cours de laquelle près de 20.000 personnes âgées étaient décédées.

Comment cela se passe-t-il ?

Bilan comptable : 2,4 milliards d’euros de recettes chaque année. La loi prévoyait « une journée supplémentaire de travail non rémunéré pour les salariés ». Depuis 2008, cette journée de solidarité est à la carte : certaines entreprises demandent de prendre un jour de congé ou de RTT en moins, d’autres en font cadeau à leurs employés.

Tous les fonds sont-ils destinés aux personnes âgées ?

Non. Dès le départ, 40% des fonds récoltés sont dirigés vers les personnes handicapées, quel que soit leur âge. Sont censés revenir aux personnes âgées les 60% restants.

Est-ce véritablement le cas ?

Pascal CHAMPVERT, président de l’Association des Directeurs d’Hébergements pour les Personnes Âgées est plus que circonspect. Selon lui, depuis 2004, près de 3 milliards d’euros ne sont pas allés à l’aide aux personnes âgées.

« Ça représente 100.000 emplois qui n’ont pas été créés comme ils devaient l’être pour mieux accompagner les personnes âgées à domicile ou en établissement », explique-t-il.

Ainsi, selon Pascal CHAMPVERT, ces fonds auraient servi à financer des « climatiseurs » ou encore « des emplois d’animateurs sportifs auprès de la Fédération Handisport » alors que ces frais doivent normalement être pris en charge par l’Etat.

Publié dans : REFLEXIONS PERSONNELLES |le 21 mai, 2013 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007