ENFOUISSEMENT DES DECHETS HAUTEMENT RADIOACTIFS; PROJET CIGEO: FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT REFUSE DE PARTICIPER A UN PSEUDO DEBAT PUBLIC TRONQUE PAR AVANCE (Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr)

Projet CIGEO:

ENFOUISSEMENT DES DECHETS HAUTEMENT RADIOACTIFS; PROJET CIGEO: FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT REFUSE DE PARTICIPER A UN PSEUDO DEBAT PUBLIC TRONQUE PAR AVANCE (Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr) dans REFLEXIONS PERSONNELLES aaaaaaaaaa9

(BURE: le puits d’accès)

Le débat public tronqué

dénoncé par

FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT

Mercredi 15 mai 2013, l’Association FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT (FNE) a déclaré refuser de participer au débat public lié au Centre Industriel de Stockage Géologique de déchets nucléaires (CIGEO) à BURE dans la MEUSE lancé le même jour.

« FNE ne souhaite pas perdre son temps dans un pseudo débat public et invite l’ensemble des participants à BOYCOTTER un débat tronqué par avance. »

Rien d’étonnant à cela car, en effet, de très nombreuses associations ont déjà dénoncé depuis très longtemps tout le système d’enfumage mis en place par l’Etat et tous les organismes liés à la préparation du stockage de déchets hautement radioactifs comme l’Agence Nationale des Déchets Radioactifs (ANDRA).

« La raison fondamentale, ou plutôt la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, est le refus de retarder de quelques mois ce débat. »

FNE estime que « le refus de repousser le débat de six mois pour un projet qui va s’étendre sur plus d’un siècle prouve à l’évidence que la qualité du débat n’est pas le souci premier lorsqu’il s’agit de parler du nucléaire. »

Une décision prise depuis 2006 !

« Les débats concernant l’énergie nucléaire ont un point commun: les décisions sont prises à l’avance et il n’est pas question de discuter de l’opportunité du projet d’autant que l’enfouissement des déchets nucléaires hautement radioactifs est décidé depuis 2006 ! » souligne la FNE.

« Contrairement aux indications de départ, les trois laboratoires de départ sont devenus un seul et unique site qui est donc parfait…puisqu’il n’y en a pas d’autres ! »

En outre, précise la FNE, « la liste des déchets destinés à CIGEO n’est pas arrêtée, ni en quantité, ni en qualité…je creuse, j’enfouis, je creuse, j’enfouis, telle sera la technique de l’ANDRA », ironise la FNE.

Réversibilité ?…

En outre, FNE (et bien d’autres Associations) doute du caractère réversible du stockage des déchets hautement radioactifs…parce que ce sont justement des déchets hautement radioactifs.

« Les tenant de l’enfouissement géologique ont fini par convaincre les parlementaires de voter ce projet d’enfouissement en le qualifiant de réversible. Un choix qui laisse un peu rêveur au regard de ce qui se passe dans la mine de sel de ASSE en ALLEMAGNE (des déchets nucléaires enfouis en 1967 et qui baignent dans l’eau !) ou à STOCAMINE en FRANCE (incendie à 500 mètres sous terre dans des déchets chimiques très toxiques). »

FNE regrette que « la notion de réversibilité ne soit pas validée par le Parlement avant deux ans. »

De toute façon, l’honnêteté intellectuelle et scientifique ne peut que nous pousser à dire que, une fois enfouis, les déchets très radioactifs ne pourront plus être ressortis !

La réversibilité est donc un LEURRE lancé en pâture aux élus et à la population.

Le mensonge et la manipulation sont des pratiques habituelles de communication dignes de celles usitées, à l’époque, par GOEBBELS…le petit copain de HITLER !

Oui, le fonctionnement  du nucléaire est modelé d’une empreinte indélébile: celle du MENSONGE !

Thierry LAMIREAU

lesoufflecestmavie.unblog.fr

BONUS:

Le 13 juin 2012 à Ligny-en-Barrois (55) en présence de Corinne LEPAGE, députée européenne, et devant 300 personnes dont beaucoup d’élus, Bertrand THUILLIER, docteur en sciences, est venu exposer avec beaucoup de pédagogie les considérables risques à court terme du projet CIGéo de l’ANDRA à BURE.

fichier pdf Conference débat Cigeo Bure_Ligny 13062012

Le débat sur l’enfouissement des déchets

nucléaires tourne au fiasco à BURE

BURE (France) – Fumigènes, boules puantes et slogans hostiles: des dizaines d’opposants au Centre Industriel de Stockage Géologique (CIGEO) ont empêché la tenue du premier débat censé informer le public sur ce projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse), contraignant les organisateurs à l’annuler au bout d’un quart d’heure jeudi soir 23 mai 2013.

La réunion devait se tenir dans la salle des fêtes du village, à deux kilomètres du laboratoire souterrain où se préfigure le futur CIGEO. Ce centre devrait servir à terme à confiner pour une très longue durée quelque 100.000 m3 de déchets nucléaires à haute et moyenne activité.

Le projet est entré en phase de conception industrielle, mais il reste plusieurs étapes décisives avant sa mise en service normalement prévue en 2025, s’il est autorisé par l’Autorité de Sûreté Nucléaire.

Dès l’ouverture du débat, à 19H00, des dizaines de militants hostiles ont interpellé le président de la Commission Particulière du Débat Public (CDDP), Claude Bernet, qui n’a pas pu s’exprimer plus de deux minutes.

On n’est pas venus ici pour vous entendre, mais pour vous empêcher de vous exprimer, lance un premier opposant, rejoint par des dizaines d’autres qui réclament un référendum et le départ des technocrates parisiens.

On est chez nous! C’est pas des Parisiens qui vont décider pour nous. Dehors les technocrates ! Les laquais de l’école Polytechnique, pas ici !, renchérit un autre, alors qu’une partie de la salle scande Halte au débat, Bure on n’en veut pas !

Plusieurs opposants lancent alors des boules puantes dans les rangs des quelque deux cents participants, tandis que d’autres, à l’extérieur, secouent les grilles des fenêtres, mais sont toutefois rapidement maîtrisés par un dispositif de gendarmerie conséquent.

Claude Bernet, entouré des intervenants qui devaient s’exprimer, a d’abord suspendu le débat, avant de l’annuler deux minutes plus tard, sous les huées d’une partie de la salle.

La sortie des organisateurs s’est finalement faite sous les fumigènes et la protection des gendarmes.

Pour le débat public, c’est un échec, a déploré le président de la CDDP, qui avait lancé sa consultation populaire dès le 15 mai 2013 sur Internet. Il n’a pas voulu se prononcer sur le maintien des débats futurs programmés dans d’autres villes.

Pour la Directrice Générale de l’Agence Nationale de Gestion des Déchets Radioactifs (ANDRA), Marie-Claude Dupuis, une vingtaine de militants ont pris en otage toute une salle, c’est regrettable.

Nous voulions présenter le projet industriel qui répond à la loi qui a acté l’enfouissement des déchets radioactifs comme la meilleure solution. Mais on ne considère pas que tout est acquis. Tous les sujets sont discutables, a-t-elle assuré à l’AFP, après le fiasco de la réunion.

Plus d’une quarantaine d’associations opposées au projet avaient annoncé ces derniers jours leur intention de boycotter le débat public, considérant qu’il s’agissait d’une mascarade.

Le débat public c’est juste, +Venez voir comment on va enfouir ces déchets nucléaires chez vous, et non pas +Faut-il les enfouir ou non?+, avait ainsi déploré un collectif d’écologistes.

Ces opposants dénoncent ce qu’ils considèrent comme une gigantesque poubelle atomique de 300 ha en surface et 15 km2 de galeries souterraines, et pointent l’obsolescence des matériaux devant servir à contenir les déchets nucléaires enfouis.

(©AFP / 23 mai 2013 20h50) 

 

Publié dans : REFLEXIONS PERSONNELLES |le 19 mai, 2013 |4 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

4 Commentaires Commenter.

  1. le 20 mai 2013 à 12 h 50 min GUERITTE écrit:

    Vous avez tord de faire la promotion de ce boycott…

    Voir : http://www.cigeout.com/

    Répondre

    • le 20 mai 2013 à 14 h 40 min lesoufflecestmavie écrit:

      Cher ami,
      Ayant, à une autre époque, participé aux Commissions Locales d’Information en LIMOUSIN, mes conclusions ont toujours été les mêmes:
      Les dés sont toujours pipés d’avance et la caution des Associations est toujours une fausse bonne idée car l’Etat, les industriels et les divers autres organismes pro-nucléaires « récupèrent » toujours ces participations du milieu associatif en insérant dans leurs documents institutionnels l’idée que les Associations ont CAUTIONNE les projets !
      Pour ce projet CIGEO, une fois de plus, tout est joué d’avance et ce depuis bien longtemps.
      En effet, je me souviens de débats très lointains (j’ai encore les enregistrements faits avec mon NAGRA), à NEUVY BOUIN, où quelques uns (dont moi) précisaient déjà ces éléments et où l’on recevait en retour la critique de la majorité des associations !
      Merci pour votre message,
      Thierry LAMIREAU
      lesoufflecestmavie.unblog.fr

      Répondre

      • le 20 mai 2013 à 14 h 46 min GUERITTE écrit:

        Lisez bien cigeout.com
        et vous comprendrez la stratégie.
        A moins que vous ne soyez incapable de comprendre…. tellement aveuglé par vos certitudes.
        C’est le processus décisionnel qu’il faut combattre, pas le débat public…

        Répondre

        • le 20 mai 2013 à 15 h 07 min lesoufflecestmavie écrit:

          Non, je ne suis pas « aveugle » !
          Il faut combattre le processus décisionnel, bien sûr, ET le débat public.
          Petit rappel en bonus:
          Qui s’est grillé la santé pendant 25 années pour essayer de parler, dès 1992, des pollutions majeures liées à l’exploitation des mines d’uranium ?…Ces personnes se comptent sur les doigts d’une main (je fais partie de ces 5 personnes). A l’époque, lors de réunions, il n’y avait pratiquement AUCUNE écoute du milieu associatif et dit « anti-nucléaire » trop occupé à parler d’autres sujets. A part deux ou trois associations du LIMOUSIN, la pollution et le stockage des déchets radioactifs (dont des déchets militaires) sur et dans les mines d’uranium n’intéressaient PERSONNE !
          Qui a déclenché, avec un article, l’émission « Pièces à conviction » de FRANCE 3 sur les mines d’uranium, il y a de cela trois ans ?…une seule personne !
          Qui enchaîne depuis 2001 des pathologies graves à cause de très nombreuses irradiations pour les beaux yeux d’élus verts en col blanc, pour le milieu associatif, pour la presse ?…une seule personne.
          Qui souligne l’utilisation d’armes à l’uranium « appauvri » par l’armée française au MALI ?…une seule personne.
          Je crois que je n’ai pas vraiment besoin de recevoir de leçon à propos de tout cela.
          Le NUCLEAIRE doit se traiter DANS SON ENSEMBLE et ceux qui ne le traitent que d’une manière morselée font une ERREUR MAGISTRALE et jouent, en fait, le jeu de l’Etat, des industriels et des institutions pro-nucléaires.

          Répondre

Laisser un commentaire

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007