BURE, CIGEO ET ENFOUISSEMENT DES DECHETS RADIOACTIFS: L’EMISSION SCANDALEUSE DE FRANCE INTER DU 15 MAI 2013 (Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr)

BURE, CIGEO

et

enfouissements des déchets radioactifs:

BURE, CIGEO ET ENFOUISSEMENT DES DECHETS RADIOACTIFS: L'EMISSION SCANDALEUSE DE FRANCE INTER DU 15 MAI 2013 (Thierry LAMIREAU / lesoufflecestmavie.unblog.fr) dans REFLEXIONS PERSONNELLES bbbbbbbbbb

L’émission scandaleuse

de FRANCE INTER du 15 mai 2013

invité(e)s de l’émission « Le téléphone sonne »:

dupuis ANDRA dans REFLEXIONS PERSONNELLES

Marie-Claude DUPUIS

Directrice générale de l’ANDRA, l’Agence Nationale pour la Gestion des Déchets Radioactifs

bataille AREVA

Christian BATAILLE

Député PS du Nord, rapporteur de la Loi sur la Gestion des Déchets Radioactifs

natahaliefontrel BURE
Nathalie FONTREL
Journaliste Radio France
L’on constatera que, comme à son habitude, FRANCE INTER n’invite que des pro-nucléaires pour parler du nucléaire !
Le débat contradictoire ne risque pas d’étouffer les journalistes sur cette chaîne de RADIO FRANCE…recevant pourtant son financement à travers la taxe sur l’audiovisuel prise à la source lors des déclarations d’impôt sur le revenu réalisées par chaque citoyen français !
HONTE à FRANCE INTER !
« Radio PARIS ment, radio PARIS ment…Radio PARIS est allemand »…entendait-on à une autre époque.
Oui, l’on sent parfois des odeurs de fascisme sur cette chaîne PUBLIQUE !
Thierry LAMIREAU
lesoufflecestmavie.unblog.fr

Commentaires des auditeurs à propos de l’émission:
avatar-default CENTRALES NUCLEAIRES
Edith M. (anonyme),
samedi 18 mai 2013 à 08:
Sans un travail sérieux de radios et des organes de la presse écrite, la DEMOCRATIE EST MORTE.
De France Inter, j’attendais beaucoup mieux
avatar-default CIGEO
Fab (anonyme) @ Edith M. (anonyme),
dimanche 19 mai 2013 à 08:
On peut aussi considérer que le travail des médias est suffisamment « sérieux »…pour réussir à cacher que la démocratie est morte…
avatar-default DECHETS RADIOACTIFS
Momo (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 23:
C’est pas bravo M weil . Non pas que je remette en cause le choix ce que vous appelez « des intervenants de qualité »; mais on est en droit en tant qu’auditeur d’une radio de service public d’avoir un panel d’intervenants aux opinions contradictoires .FI, la radio qui se targuait d’être la station de ceux « qui ont quelque-chose entres les oreilles; serait-elle devenue la station d’une forme de pensée unique ?
avatar-default DEMOCRATIE
Bertrand Lecardonnel (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 17:
Très mauvaise émission qui a enfoui le problème des déchets nucléaires en ne traitant pas de façon CONTRADICTOIRE une question pourtant essentielle.
En écoutant ce pseudo débat, l ‘ANDRA, qui est chargée de défendre le projet CIGEO, a monopolisé la parole. En clair, la messe était dite car  » tu écoutes ce que je dis parce que moi je sais… » Cet organisme , au discours rôdé, a usé de subterfuges sémantiques en nous faisant croire que les auditeurs sont des ânes qu’il faut convertir à leurs idées.
C’est tellement plus agréable de parler de « colis » – oh le joli cadeau ! quand il s’agit d’enterrer des fûts qui ressemblent davantage à des bombes à retardement ( cf le document remis par l’Andra au dossier du débat public ).
avatar-default DROITS DES GENERATIONS FUTURES
Tanguy Aubé (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 12:
Désolant de voir cette émission sur un sujet aussi important et complexe avec pour seuls invités deux défenseurs du projet et une journaliste, sans aucune opposition pour assurer un débat équilibré.

Déplorable aussi la réaction de Pierre Weill à la remarque d’un auditeur regrettant l’absence de la CRIIRAD sur le plateau de l’émission, l’attaquant presque pour avoir osé faire une simple remarque sur une inégalité remarquée par tous. Peut être que le manque de recul immédiat n’a pas amené Pierre Weill à adopter la bonne réaction, mais le recul pris à présent devrait l’amener à s’excuser pour ce soi disant débat tronqué dès le départ.
J’espère que ceci sera corrigé, notamment par une émission ou les opposants au projet auront l’occasion de s’exprimer. Sinon, quel triste constat…
Je rebondis aussi à une remarque de Mme Dupuis, insistant sur le fait de bien séparer la question du traitement des déchets de celle du choix du nucléaire. Car si les deux questions sont bien différentes, elles sont indubitablement liées, en particulier pour ceux souhaitant une sortie du nucléaire. En effet, pour un anti-nucléaire, comment lui demander de se contenter de la question du traitement des déchets et de se positionner la dessus sous le prétexte qu’il y a bien des déchets existants aujourd’hui, et qu’il faut s’en charger, et par la même reconnaitre implicitement qu’il y a une solution au stockage? Bien sûr qu’il n’y a pas de bonne solution à celui ci, et la solution avancée par les anti-nucléaires est bien sûr la sortie du nucléaire. Celle ci actée, alors oui, il faudra bien trouver une solution pour gérer les conséquences des erreurs passées. En attendant, nous pouvons seulement clamer haut et fort IL N’Y A PAS DE BONNE SOLUTION POUR LE TRAITEMENT ET LE STOCKAGE DES DECHETS!!! DONC SORTONS VITE DE CETTE INDUSTRIE MORTIFERE !

avatar-default EDF
Anonyme (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 11:
Merci France-Inter pour ce débat pro-nucléaire ! Mais cela a suffisamment été remarqué. Outre le problème environnemental et donc sanitaire engendré par la seule production d’énergie nucléaire qui a été bien abordé par tous ces messages…

Quand on sait que la cour des comptes a donné un coût du nucléaire autour de 45 ct d’euros/kWh et que ce coût ne tient pas compte de celui de la gestion des déchets nucléaires !!! C’est donc très probablement l’énergie la plus chère qu’on puisse avoir (même comparée à certaines énergies renouvelables récentes). Et alors, si l’on commence à comptabiliser ce que les générations futures auront à débourser sur les millénaires pour la gestion de déchets qu’ils n’ont pas produits !!! là, ça devient astronomique !
La transition énergétique paraît donc toute tracée sur le choix du devenir de notre production d’énergie nucléaire, non ?
Je pense que dans nos décideurs, il ne doit pas y avoir grand monde qui sait compter, ou alors, si, même très bien…

avatar-default ENVIRONNEMENT
CEDRA (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 11:
les pieds dans le plat
marre de ces médias là
« la voix de son maître »

‘‘LE TELEPHONE SONNE’’
France Inter
Mercredi 15 Mai
19H20-20H
Que faire des déchets radioactifs ?

invraisemblable !
2 INVITÉS, et quels invités : le promoteur du projet d’enfouissement des poisons nucléaires (ANDRA) et le premier fossoyeur de France (le député C.Bataille)
spécialistes du sujet, se défendra le journaliste ; ça, pour sûr

florilège d’échos reçus :
Ce soir est un sommet avec un choix d’invités partisans… campagne de désinformation flagrante ce soir sur France Inter… pire que jamais… c’était une émission de propagande… France inter a fait une parodie… véritable mascarade à vomir…
auxquels il faut ajouter des dizaines de commentaires sur le site même

Une DÉMOCRATIE
ne peut être qu’avec des médias honnêtes et compétents
Le sujet est trop grave,
le CEDRA mettra les pieds dans le plat et dénoncera chaque fois que nécessaire
pour une information JUSTE

Ne plus subir > AGIR, et fort !

avatar-default FRANCE
Maxime Beaulieu (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 10:
Déçu par France Inter ! Quel débat ?? La prochaine fois diversifiez les points de vue, en l’état ça ressemble à une vitrine de l’Andra… Enfouir ces déchets toxiques ne règle aucun problème, cela permet juste de les «oublier», de mettre la poussière sous le tapis. Contamination des eaux souterraines, migration de particules radioactives dans les sous-sols, sous-estimation du risque sismique, coût exorbitant : l’enfouissement de déchets radioactifs hautement dangereux est une option à éviter absolument! Toutes les poubelles du monde (us, allemagne,…) fuient !!! De plus, à très court terme on peut aussi sérieusement douter qu’une nouvelle poubelle nucléaire rende nos territoires très attrayants.
avatar-default FRANCE INTER
patricia andriot (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 09:
Je viens juste de pouvoir réécouter l’émission ; en effet, émission qui ne se caractérise pas par son impartialité, ce qui de la part d’une radio publique et de la qualité habituelle de France Inter est très décevant.

Pourquoi par exemple, ne pas avoir dit un mot sur les limites et réserves émises dans les derniers rapports de la CNE (Commission Nationale d’Evaluation) ou de l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté nucléaire ) ou du cabinet indépendant IEER ??? c’est bien dommage, car il y a sur ce dossier un problème de calendrier manifeste , encore beaucoup d’incertitudes et de question sans réponse, en particulier sur la réversibilité ….Une seconde émission s’imposerait donc.

avatar-default LE TELEPHONE SONNE FRANCE INTER
Anonyme (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 08:
J’ajoute simplement une pierre de + à cette avalanche d’indignations qui décrédibilisent totalement notre service public ; j’en ai honte !

Peut-être que sur Europe1 ou RTL, qui font de la radio pour faire du fric, j’aurai, en fin de compte, une info au moins plus objective (vous aurez remarqué que, personnellement, je ne demande pas à écarter du débat les défenseurs, de l’enfouissement …) !
Situation insoutenable …

avatar-default PLUTONIUM
patricia andriot (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 00:
Une émission bien décevante et qui ne se caractérise pas par une grande objectivité sur une station de radio publique qui nous habitue à faire bien mieux….

Au delà de la présentation quasi caricaturale des avantages de la solution enfouissement et des arguments des opposants, pourquoi n’y a t-il pas eu un mot sur les réserves et conditions émises dans les rapports d’institution aussi sérieuses que la Commission Nationale d’Evaluation, que l’IRSN, ou que le cabinet indépendant IEER , et qui pose un vrai problème autour du calendrier et de la réversibilité ??

avatar-default POLITIQUE
titou (anonyme) @ patricia andriot (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 09:
Et vous les avez lu ces rapports ???

Les rapports de la CNE renforcent complètement l’intérêt du stockage et indique que le projet a atteint un très haut niveau de maturité.
Les avis de l’IRSN/ASN n’ont jamais remis en cause le stockage mais se limite à demander des éléments de justification que l’Andra lui fournit régulièrement.
Le rapport IEER valide en très grande partie de l’Andra, les réserves émises ont fait l’objet d’une réponse qui a été actée. Ces réserves était basées sur des évaluations approximatives (dues au fait que l’IEER n’a pas poussé ses études aussi loin que l’a fait l’Andra).
Je passe sur le triple A obtenu auprès de l’AERES.
Je rappelle au passage que l’Andra est un établissement public avec en autre une mission de service public.

avatar-default RADIO FRANCE
Célia (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 23:
Un pseudo-débat radiophonique qui est la parfaite illustration du pseudo-débat public dénoncé par les associations: deux intervenants pro-nucléaires sans contradicteur, Nathalie Fontrel qui aurait peut-être pu jouer ce rôle s’étant bien gardée de faire entendre le son de sa voix. Pierre Weill assume ses choix… C’est de la propagande et c’est lamentable.
avatar-default SANTE PUBLIQUE
jean-pierre (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 21:
il faut refaire une émission avec 2 opposants seulement…
avatar-default SOCIETE
Melgrude,
jeudi 16 mai 2013 à 19:
Il est possible d’arrêter toutes les centrales nucléaires en France dès aujourd’hui en changeant un tout petit peu nos habitudes. Le Japon nous le prouve depuis 2 ans avec seulement 2 réacteurs en fonction sur les 54 existants.

Alors pourquoi nos dirigeants ne prennent-ils pas la décision d’arrêter les centrales
nucléaires, au constat de l’importance du danger de la production, du danger de
l’enfouissement ou de toute autre gestion des déchets ? Pourquoi les déchets
continuent-il à être produits ?
Y aura-t-il d’autre débats pour les prochains centres d’enfouissement, qui
immanquablement ne sauraient tarder si ce climat d’irresponsabilité perdure, ou bien
le débat actuel fera-t-il office de jurisprudence ?
Pour ma part, j’accuse l’Andra, et nos dirigeants qui l’appuient, de crime contre l’humanité et crime contre la descendance de l’humanité.

avatar-default uranium
Fab (anonyme) @ Melgrude,
dimanche 19 mai 2013 à 08:
Bonjour,

Pas sûr qu’il suffise de changer « un tout petit peu nos habitudes » : http://www.arte.tv/guide/fr/046346-000/la-fausse-promesse-d-une-energie-propre

avatar-default
Fab (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 18:
mirabelle,

Vous dites que les déchets génèrent des déchets. D’accord. Pourquoi alors continuer à en produire ?

avatar-default
Fab (anonyme) @ Fab (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 16:
D’accord laurent, mais on voit bien que la diversion fonctionne : on ne parle toujours pas du fond !

Et, accessoirement, on doit pouvoir aussi trouver de très bonnes ONG et autres organisations agissant dans l’écologie ou le social, et sponsorisées par Total ou Areva.

avatar-default
laurent (anonyme) @ Fab (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 13:
Fab,

L’Andra est un organisme public à caractère industriel et commercial. L’Andra n’a pas d’actionnaire à rémunérer. L’Andra et son projet de stockage sont financés par le gouvernement via la taxe adressée aux producteurs (pollueur = payeur). Toute cela pour dire que l’Andra ne fait pas partie d’un lobby pro-nucléaire. C’est une mission de service publique qui n’a pas pour vocation à dégager du bénéfice.

cdlt

avatar-default
Fab (anonyme) @ Fab (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 12:
Bonjour laurent,

Il est évident que nous devons nous occuper de nos déchets. Il est évident que cette question doit être débattue. Comme il est évident que le nombre et la diversité des débatteurs ne peuvent qu’enrichir nos connaissances.

Mais je pointais simplement les techniques de diversion, que l’on retrouve à l’oeuvre pour tous les lobbies, et qui permet de ne pas débattre du fond que j’ai noté, jamais.

avatar-default
Fab (anonyme) @ Fab (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 12:
Bonjour hirondelle printemps,

Je ne parlais pas des emplois dans la filière nucléaire, mais des emplois en général qui, pour beaucoup, n’existeraient pas sans cette énergie, d’où : « mais « personne » qui s’interroge sur l’utilité de cette production et de ces emplois, ni sur les dégâts qu’ils génèrent au niveau environnemental et humain (physiquement et dans la tête…) ». Cette interrogation me semble aujourd’hui primordiale…

Au plaisir !

avatar-default
laurent (anonyme) @ Fab (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 10:
Bonjour,

En lisant tous les commentaires de ce forum, je remarque qu’il ne peut pas y a avoir de débat constructif si le grand public « ne fait pas l’effort » d’approfondir ses connaissances sur le projet de stockage.
Dans ce que j’ai pu lire, 99,9 % des arguments contre le stockage s’appuient sur des contre-vérités, des raccourcis sur des erreurs de compréhension sur ce qu’est un stockage, ses objectifs et les moyens qui sont mis en oeuvre pour y faire face.

Renseignez vous sur ce qu’est le projet de stockage et après seulement la discussion pourra avoir lieu.

avatar-default
hirondelle printemps (anonyme) @ Fab (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 10:
Bonjour Fab,

Vous parlez
d’une « une énergie facile qui permet une production facile et donc des emplois, »

Je me permettrais d’ajouter que nous savons maintenant depuis au moins 15 ans ce qu’il en est de ces emplois :
- une sous-traitance démultipliée,
- des emplois peu ou mal payés compte tenu des risques pris par ces travailleurs,
- des conditions de travail difficilles – par manque de temps – par manque de matériel,
un seul exemple : plusieurs équipes travaillent en même temps et ont toutes besoin de prises électriques, or , et c’est un comble dans une centrale, il en manque.
Les salariés doivent travailler avec des lampes de poche dans des endroits obscurs,
difficiles d’accés, trop rapidement (pour des questions de coûts et de délais à respecter) donc dans l’insécurité. Pour eux et pour la population……
- la grande majorité de ces employés sont des travailleurs itinérants, avec toutes les contraintes que celà suppose.
- etc… etc….

Il y a certainement autant d’emplois possibles, sinon plus, dans les filières de remplacement de l’énergie nucléaire.
Encore faudrait-il pouvoir en débattre sérieusement.

Bonne journée à vous. HP – V.17.05.2013 – 10H05 -

avatar-default
Fab (anonyme) @ Fab (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 06:
mirabelle,

Ce n’est pas un autre débat, mais une diversion. Parce que ce qui ressort de ce débat «  »"public »" », ce que le citoyen va retenir, c’est que les déchets nucléaires sont gérables. De même qu’il a entendu que le Mali a été débarrassé des terroristes/intégristes, mais pas qu’il existe dans cette région un autre prédateur, d’uranium notamment, et dont les dégâts sont beaucoup plus grands et sournois. Comme il a cru qu’un certain nuage s’était arrêté net quand il a vu le prédateur. Comme il peut croire que nous sommes à l’abri de catastrophes naturelles pouvant « perturber le fonctionnement » des centrales.

Ainsi, vu que tout est présenté comme étant pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, pourquoi le citoyen remettrait-il en cause cette énergie « facile » (pour nous) et surtout le mode de vie qu’elle permet ? C’est pourtant bien la situation dans laquelle nous nous trouvons : une énergie facile qui permet une production facile et donc des emplois, mais « personne » qui s’interroge sur l’utilité de cette production et de ces emplois, ni sur les dégâts qu’ils génèrent au niveau environnemental et humain (physiquement et dans la tête…).

La division des responsabilités comme des dégâts, si elle les rend moins visibles ne les fait pas disparaître.

avatar-default
Mirabelle (anonyme) @ Fab (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 20:00
 Ca c’est un autre débat qui peut en effet poser question : celui de la transition énergétique : tout nucléaire ? arrêt du nucléaire ? diversification des modes de production ?

La question posée ici, c’est celle des déchets nucléaire existant et ceux qui existeront lorsque les centrales actuellement en fonctionnement seront démantelées.

Pour l’instant, les déchets existant sont entreposés dans des installations en surface chez les producteurs. Quelle gestion pour ces déchets ? En 2005, l’Andra a démontré la faisabilité du stockage après 25 ans de recherches « synthétisés » dans un dossier de 10 000 pages.

Aujourd’hui, le projet est prêt à entrer en phase industrielle, mais avant, le calendrier imposé par la loi de 2006 prévoit un débat public pour que le projet puisse prendre en compte les préoccupations des populations.

avatar-default
JM Anonyme,
jeudi 16 mai 2013 à 14:
De mieux en mieux chez France Inter! Quel sens du débat, quelle idée de la démocratie: faire intervenir deux représentants des intérêts nucléaires français et ignorer ou priver de parole ceux qui pourraient apporter la contradiction!

J’espère qu’une seconde émission viendra remettre les choses en place, laisser parler ceux qui ont une autre vision de ce qui se prépare à Bure.
Sinon, c’est à désespérer de l’information « grand public », comme trop souvent d’ailleurs. Et France Inter en particulier est de plus en plus loin de l’information objective.

avatar-default
jeff (anonyme) @ JM Anonyme,
jeudi 16 mai 2013 à 22:
Ben oui c’est comme cela en France ;on se croirait du temps de De Gaulle quand les médias étaient verrouillés par le pouvoir politique,vive la Gauche molle !
avatar-default
JM Anonyme,
jeudi 16 mai 2013 à 14:
De mieux en mieux chez France Inter! Quel sens du débat, quelle idée de la démocratie: faire intervenir deux représentants des intérêts nucléaires français et ignorer ou priver de parole ceux qui pourraient apporter la contradiction!

J’espère qu’une seconde émission viendra remettre les choses en place, laisser parler ceux qui ont une autre vision de ce qui se prépare à Bure.
Sinon, c’est à désespérer de l’information « grand public », comme trop souvent d’ailleurs. Et France Inter en particulier est de plus en plus loin de l’information objective.

avatar-default
Pascaldes2 (anonyme) @ JM Anonyme,
jeudi 16 mai 2013 à 20:
Entièrement d’accord avec vous!

Et pour le fond: qui peut vouloir chez lui ou ailleurs pour des millénaires des déchets radioactifs dont l’enfouissement est irréversible?
Regardez ses enfants au fond des yeux et leur dire: « c’est pour ton bien, mon enfant » n’est-ce pas M. Bataille, n’est-ce pas l’ANDRA?

avatar-default
Michel2 (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 13:00
La qualité de l’argilite à 600m de profondeur permettra de n’atteindre après plusieurs centaines de milliers d’années (le conteneur tiend déjà lui-même plus de 4000ans!) qu’une dose en surface inférieure à la radioactiovité naturelle soit moins de 2mSv, inférieure à celle rejetée par les volcans actifs.
avatar-default
Michel,
jeudi 16 mai 2013 à 13:
Question:

Le stockage profond correspond-il à un enfouissement « définitif » ou à un stockage à long terme mais « réversible »?
Les produits Haute activité (1% de la masse totale des déchets radioactifs pour 95% de l’activité globale) pourraient être récupérés lorsque les générations futures trouveront une solution au traitement, comme pae exemple la « transmutation ».

avatar-default
mirabelle (anonyme) @ Michel,
jeudi 16 mai 2013 à 16:
Le stockage est réversible pendant son exploitation, soit 100 ans environ. Cela signifie qu’il est alors possible de retirer les déchets pour en faire autre chose.

Après les 100 ans d’exploitation, le stockage est fermé (galeries remblayées, mise en place de scellement) et le stockage est alors définitif. La fermeture du stockage est le moyen permettant d’assurer sa sureté. Le laisser ouvert ad vitam aeternam n’a pas de sens.

avatar-default
Fab (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 07:
Quelle page de commentaires ! (Sans compter ceux qui n’ont pas été publiés…)

Merci M. Weill, à vouloir trop bien faire (passer la pilule du nucléaire), vous avez ouvert une porte qui j’espère ne se refermera pas : « la voix de son maître » n’est pas que de satisfaire un lobby du nucléaire et un gouvernement, mais surtout une idéologie largement partagée par la droite et la gauche, la société basée sur la croissance pour laquelle le nucléaire est (aujourd’hui) indispensable.

Or il est évident que cette croissance ne reviendra pas, qu’elle ne doit pas revenir : augmentation du nombre de participants dans le Monde, avec des ressources finies, et donc croissance de la violence des impérialismes (nécessaires), contraintes environnementales, etc.

Il faut savoir ce qu’on veut, nous, citoyens, et le dire ! : le programme proposé par l’UMPS&Co qui consiste à prolonger la société de consommation qui va dans le mur (dégâts et inégalités), avec un nucléaire « filière d’avenir » (A. Montebourg), des menaces qui consistent par exemple à dire que sans croissance il n’y pas d’emplois possibles et que sans emplois c’est la guerre civile qui nous attend, etc. (la liste est longue, c’est une idéologie !),

ou d’autres voies, qu’il serait bon d’entendre aux heures de grande écoute, au moins sur le service public !

avatar-default
Régine (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 22:
Les riverains de Bure se mobilisent pour apporter une information indépendante et responsable.

Pour tout savoir sur cette folie:
Burestop 55 : 06 86 74 85 11 – www.burestop.eu
Bure Zone blog de la Maison de la résistance
Mirabel Lorraine Nature Environnement : 03 29 75 19 72 – 09 81 98 30 12 – http://pandor.at

avatar-default
Damien (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 22:
Pour savoir ou l’on va il faut savoir d’ou l’on vient. Regardons les 50 ans de nucléaire en arrière en sachant que l’on doit faire confiance pour des milliers d’années à venir.

L’un des premiers centres d’expérimentation nucléaire à été crée en Champagne, 22 km de Reims, 150 de Paris. Le taux de radioactivité de la nappe phréatique à augmenté de 3000 %, la santé des citoyens n’a jamais été pris en compte malgré un taux potentiellement de problème de thyroïde, les sous traitants travaillaient sans dosimètre … Allez voir le site internet de Pontfaverger-environnement vous en apprendrait plus que ce pseudo débat.
Allons nous faire confiance sur la transparence du nucléaire ? pour ma part NON

avatar-default
Yves (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 21:
Bure, Laboratoire Souterrain ?

Non, centre d’enfouissement (CIGEO) !!
Campagne de désinformation flagrante ce soir sur France Inter:
Les seuls invités sont radicalement pour ce centre, Marie Claude Dupuis, directrice de l’Andra, et Christian Bataille, initiateur de la loi fondatrice, et Super Commercial pour l’enfouissement…
Seule contradiction, Michel Marie, Président du CEDRA parvient à s’infiltrer, mais se fait rapidement museler… Pareil pour Philippe, à qui on lui répond qu’il n’a pas à critiquer l’organisation de l’émission !
Et vas y qu’on relance la soit disant réversibilité, et vas y qu’on assure que c’est sur que c’est sur !
Stupéfiant !
Ca c’est du débat public !!!

avatar-default
mirabelle (anonyme) @ Yves (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 16:
Ne pas confondre le laboratoire et CIGEO : le laboratoire n’accueillera pas de déchets car (i) la commune de BURE ne figure pas dans le périmètre a l’aplomb duquel est susceptible d’être implanté le stockage et (ii) la loi l’interdit et (iii) il n’a pas été concu pour cela. C’est un outil d’expérimentation à caractère scientifique et technologique
avatar-default
Régine (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 20:
C’est classique: c’est après l’accident qu’on se souvient que les associations vigilantes et autres lanceurs d’alerte avaient raison de réclamer la prudence.

Les élus politiques, à quelques exceptions près, inaudibles car mis sur la touche pour leur clairvoyance, sont responsables à tous les niveaux de cette situation. Ils sont les seuls à ne pas se préoccuper du bien public.
Il vaudrait mieux être pauvre mais écouté, que citoyen d’une société d’abondance mais citoyen méprisé.
Nos décideurs (une poignée dans l’hémicycle au moment de la 1ère Loi Bataille) sont menés par le bout du nez par le lobby nucléaire. Alors qu’on leur colle les déchets radioactifs à Matignon ou à L’Elysée!Les techniciens de l’ANDRA qui cherchent mais ne trouvent aucune solution fiable et réponses à nos inquiétudes trouveront bien les moyens de les bunkeriser!

avatar-default
mirabelle (anonyme) @ Régine (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 16:
sur quoi vous basez vous pour dire que les « techniciens de l’ANDRA cherchent mais ne trouvent aucune solution fiable » ?
avatar-default
Philippe L. (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 20:
Admettons la fiabilité totale de la technologie, admettons la stabilité géologique du site pendant 1 million d’années, qu’est ce qui nous garantit la stabilité politique sur une période aussi longue? qu’est ce qui nous assure qu’aucun fou ne s’emparera du pouvoir? que ce ne sera pas non plus un objectif militaire? Alors hypothéquer l’avenir de l’humanité, car il s’agit bien de cela, pour créer quelques milliers (centaines?)d’emplois locaux sur au mieux quelques décennies me laisse sans voix.
avatar-default
mirabelle (anonyme) @ Philippe L. (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 16:
Bonjour,

Vous mettez le doigt sur l’intérêt et la raison même du stockage géologique profond ! L’intérêt du stockage profond, c’est justement de s’affranchir des aléas de surface : aléas climatiques (tempètes, crus, glaciations, canicules,….), instabilités géopolitiques, érosion de surface, guerres, intrusion, attentats, guerre, séismes (les effets des seismes sont bien moindre en profondeur).

avatar-default
Chris (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 20:
Merci pour cette émission qui m’a permis de mieux cerner ce projet d’enfouissement. Hormis le « temps », quelles sont les autres solutions industrielles pour réduire la radioactivité des déchets ?
avatar-default
mirabelle (anonyme) @ Chris (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 16:
Le CEA travaille sur la transmutation (action de transformer la matière radioactive en matière inerte) mais il semblerait que ces travaux ne permettent pas d’envisager encore d’application industrielle à court ou moyen terme. Ceci dit, la recherche suit son court….
avatar-default
Régine (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 20:
A quand un Téléphone sonne avec les associations et scientifiques indépendants qui depuis près de 20 ans alertent sur la dangerosité de l’enfouissement des DR (la pire des solutions) ??

Si les médias suivent les officiels et eux uniquement, on n’entend plus que la voix de son maître. Vous avez dit débat démocratique??
Avertissement: on est tous dans le même bateau, alors, s’il coule…..vous en serez aussi! et il n’y a pas de gilets de sauvetage!

avatar-default
sustria (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 20:
20h00. Et hop, voilà une fois de plus aucun débat !

Aucun mot sur le fait que PERSONNE ne peut garantir une durabilité des matériaux qui seront utilisés pour créer les fosses de stockage.

100 000 ans ! 1 000 000 d’années ! Mais qui peut garantir une durabilité (étanchéité, etc.) des fosses de stockage ne serait-ce que pendant 2000 ans !

Merci France Inter pour faire l’impasse, comme d’habitude, sur les seules questions importantes. Mieux vaut parler des emplois que ça va créer n’est-ce-pas ?!

avatar-default
mirabelle (anonyme) @ sustria (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 16:
Vous mettez le doigt sur l’intérêt même du stockage et son principe de base : c’est justement parce que l’homme n’est pas capable de créer (de façon économiquement viable) des matériaux durable sur des échelles de temps de l’ordre du million d’année que la sureté du stockage repose sur une couche de roche homogène, stable, épaisse et surtout imperméable pour assurer le confinement des matières radioactive le temps que la radioactivité décroisse naturellement.
avatar-default
Anonyme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 20:
Emission finie, belle mascarade, déroulé d’éléments de langage sans contradicteur spécialisé et à la hauteur sur le plateau. Carton rouge.
avatar-default
Anonyme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
On croirait entendre des chats qui ne sauraient où enterrer leurs crottes. Ce serait risible, si ce n’était vertigineusement irresponsable !
avatar-default
Pascal (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Bravo à France-Inter pour ce débat contradictoire sans contradicteur puisqu’il n’y a en plateau aucun opposant sérieux au projet. Ils n’étaient pas libres ce soir ?

Monsieur Weill,
J’ai arrêté d’écouter votre émission, au moment où vous avez remballé l’auditeur qui déplorait l’absence de la CRIIRAD. Bravo pour votre manque d’objectivité ! Ce n’est pas la première fois que Fr-Inter se passe de l’avis de la CRIIRAD. On sent de plus en plus de quel côté viennent les pressions, hélas. Vous avez beau « assumer », comme vous le dites si bien, mais cela n’empêche pas que vos choix sont partiaux ! G.D.

avatar-default
jean (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Ben voilà tous les auditeurs sont contents maintenants, y compris le medef local qui se sent plus dès qu’il voit un dollar passé. Là il est d’accord pour que l’état dépense …

merci monsieur weill pour une si brillante émission !
Est-ce que le dev industriel c’est faire n’importe quoi pourvu que ça rapporte: couvrons la france d’une nappe de béton, cassons là et recommençons, ça fera du pib et des emplois

avatar-default
Lisztfr (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:55
 Vous vous fichez du monde ? il n’y a pas de contradicteur invité !

Je suis en colère !

Lisztfr

avatar-default
JOSEPH (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Un seul discours ? Tenu pas des PRO ENFOUISSEMENTS !

Je regrette cette information biaisée.
Dans notre région, nous avons lutté contre un autre projet de laboratoire en 2000.
Oui, la mission granite venait acheter les consciences et sonder la population !

NOUS AVONS EU LA CHANCE D AVOIR ETE ALERTES par ce sinistre projet.
Non, ce ne serait pas un site industriel comme un autre …
Ces 2 intervenants utilisent le futur et partent donc du principe que le site va être mis en service, anticipant donc la décision des élus. A quoi donc servent ils ces derniers? Qui est maitre chez qui?
Nous ne sommes pas dupes. Ni pour la réversibilité, ni sur le gâchis d’argent, ni sur la dangerosité.
Mr BATAILLE , Mme DUPUIS: donnez nous votre adresse à Bure et l’école de vos enfants et petits enfants !!

avatar-default
Anonyme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Drôle de conception du débat vu le panel d’invités.

@Jasmine il ne s’agit pas de se détourner mais de démonter ce discours qui prétend prédire la sûreté absolue, comme si l’on pouvait prédire l’évolution géologique. La modélisation a bon dos, on voit son succès quand personne ne peut dire où est le combustible de Fukushima ni sous quelle forme. Abattre ce genre de mensonge permettra justement d’envisager d’autres solutions en particulier s’agissant de l’avenir de la production énergétique.

avatar-default
AnonymeJ (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Le téléphone sonne se déshonore avec cette émission, En fait c’est une émission destinée à manipuler l’opinion avec vos deux apôtres du nucléaire amen la messe est dite ……Le nucléaire c’est toujours pareil, pas de débat, pas de contradiction…..je préfère zapper cette émission nulle. Le site de Bure a été choisi uniquement car le site de Neuvy Bouin en Deux Sévres a reçu l’opposition par la population.

Au revoir.

avatar-default
remifasol57 (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Tous les centres d’enfouissement FUIENT : Gorleben, Asse (Allemagne), Handford (USA) au bout de 50 ans, alors pour des millions d’années, laissez moi rire.
avatar-default
Deny (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
N’importe quoi …

les USA étudient justement l’entreposage sur la lune et en geo-stationnaire …
(espace)
Pourquoi les français s’acharne à garder sur leur merveilleux territoire , la merde …
ESA NASA etudie cette question depuis 15 ans …
Imaginer, un sac poubelle dans l’espace, récupérable … car je suis convaincu qu’on pourra dans l’avenir recycler les déchets nucléaires …

avatar-default
Fab (anonyme) @ Deny (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 21:
C’est un point de vue. J’ai fait allusion, plus haut, à notre merde également. Mais il faut aussi tenir compte des autres méfaits : de l’extraction – les dégâts de nos impérialismes sont terrifiants, sur le plan humain comme environnemental -, en passant par les mêmes questions appliquées aux produits de notre industrie de la production/consommation que cette énergie permet -, jusqu’à finalement la question de savoir quoi faire des déchets.

La conviction ne suffit pas. L’espace est-il si sûr que ça ? Et si la fusée pète, on prend une douche ?

avatar-default
Stéphane S. (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Pourquoi dépenser autant d’argent (des centaines de millions/ans) pour du nucléaire qui seront payés par les consommateurs via les fournisseurs d’énergie ! C’est cher, c’est polluant c’est anti démocratique !! On voit bien venir les déchets d’autres pays chez nous pour financer tout ça..

On a foutu le doigt dans un engrenage et c’est trop tard !
Stéphane S.

avatar-default
DanteAnonyme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Bonjour

C’est marrant comment Mr Weill s’énerve quand un auditeur regrette l’absence d’un membre de la Criirad !
Et alors, les auditeurs n’ont pas le droit de dire ce qu’ils pensent ?

Merci

avatar-default
Boris (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Près de 250 000 tonnes d’ordures radioactives pour 10 ou 100 000 ans. Leur volume, leur létalité et leur péril croissent chaque jour. Il faudrait au moins alerter nos éventuels descendants de l’effroyable héritage qui leur est légué sans possibilité de refus. Impossible aussi, comme l’explique Marion Lantoine dans « L’indicible éternité de la mort nucléaire » (lien ci-dessous). Les fossoyeurs qui nous enfouissent sous leurs montagnes de poison doivent s’avouer incapables de créer les signaux de danger adéquats, à l’usage des « générations futures ». A quoi bon, dira-t-on, ces constats catastrophistes : Le nucléaire ni la mort ne se peuvent regarder fixement. Sans doute, mais quand leur rayonnement nous éblouirait, nous garderions sur les regards fuyants des faux aveugles l’avantage des yeux ouverts. Travaillons-donc à bien regarder. Voilà le principe de la résistance.

« L’indicible éternité des déchets nucléaires » : à lire sur
http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=369

avatar-default
DanteAnonyme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Bonjour

C’est marrant comment Mr Weill s’énerve quand un auditeur regrette l’absence d’un membre de la Criirad !
Et alors, les auditeurs n’ont pas le droit de dire ce qu’ils pensent ?

Merci

avatar-default
sandrine, marseille (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
le choix des invités n’est pas neutre, et je le regrette sur une radio de service public. Evidemment, on entend des âneries qui frisent la grossièreté: garantir scientifiquement qq chose pendant 1 million d’années, « par des calculs »!!! Comment peut-on oser? Le nuage de tchernobyl, il est vrai, s’est arrêté à nos frontières….aucun progrès donc depuis….J’aurais beaucoup aimé entendre les gens de la Crirad.

En attendant, c’est bien à nous, citoyens, de s’emparer des débats, et de faire pression sur nos représentants élus, contre le lobby du nucléaire. Des alternatives sont possibles, il faut le dire et le répéter!!
A bientôt pour une nouvelle émission dans ce sens, c’est urgent!

avatar-default
Corto (anonyme) @ sandrine, marseille (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Je plussois !
avatar-default
mathieu (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
n’est il pas présomptueux d’envisager ce stockage sur des milliers d’années (je ne parle même pas des millions d’années évoquées) comme si notre histoire était arrivée à un idéal politique stable, irrémédiable qui permettrait de gérer ces déchets sereinement, éternellement.
avatar-default
mirabelle (anonyme) @ mathieu (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 16:
l’intérêt du stockage profond, s’est justement de découpler son évolution des aléas qui sont par définition non maitrisable et non prévisibles : aléas climatique, guerres, attentats, érosion de surface… Vous plaidez en faveur du stockage en pensant faire le contraire ;-)
avatar-default
remifasol57 (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
TOUS les sites d’enfouissement de déchets radioactifs FUIENT : Gorleben, Asse (Allemagne), Handford (USA). Pourquoi polluer encore un nouveau site ? les déchets nucléaires doivent rester sur place ou aller à Fukushima ou Tchernobyl. Le peuple n’a pas choisi le nucléaire.
avatar-default
katmandu (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
aucun opposant à ce projet n’est invité! débat? démocratie…vous avez dit démocratie?????????????On se moque de nous ….Ah le nucléaire en France!!!!!!!!!
avatar-default
Dominique (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Bonjour,

Les scientifiques ont-ils étudié l’interaction entre l’argile (Silicium, Alumine et Fer) et les éléments radioactifs ?

Pourquoi n’enfouisse-t-on pas ces éléments radioactifs dans les zones de subduction où les plaques tectoniques s’enfoncent dans les entrailles de la terre ?

Merci de vos réponses.

Dominique

avatar-default
geologue (anonyme) @ Dominique (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 20:
bonne question, que l’Andra s’est posée dès le début.

Des manips sont en cours, dans la roche, à 500m de profondeur, pour avoir des réponses. Ceci sans parler de ce qui a été fait dans les labos depuis 30 ans.
Il y a une nombreuse littérature sur le sujet, notamment sur le site andra.fr.
Pour ce qui est des zones de subduction, cela peut paraitre à première vue une solution, mais à court terme (la dizaine ou centaine de millier d’années, et encore plus pour le million) on n’est jamais trop sûr de ce qui peut se passer du point de vue de la tectonique : « écailles » chassées vers le haut, venue volcanique, … De plus les prismes d’accrétion sont le siège de circulation de fluides hydrothermaux qui peuvent être agressif et dont la migration est incontrôlable et rapide.
Il vaut mieux se mettre dans un lieu calme.

avatar-default
jean (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
ben oui, on est en démocratie parlementaire, on vote tous les 5 ans at après on laisse l’umps agir. Comme ils pensent la même chose …

1million d’année, ça ne tiendra jamais: 1million d’année du métal et du béton … franche rigolade, regardez la centrale au japon.
Est-ce une boite privée qui s’occupe de ça??????????

avatar-default
mirabelle (anonyme) @ jean (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 16:
Vous faites fausse route : on ne demande pas à l’acier et au béton de tenir 1 million d’année. C’est justement parce que l’homme n’est pas capable de faire/garantir la durabilité de matériaux sur ces échelles de temps que la sureté du stockage repose sur une couche géologique argileuse homogène, stable (depuis 65 millions d’années) et imperméable pour confiner la matière radioactive le temps qu’elle décroisse naturellement
avatar-default
Deny (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Bonsoir,

étant physicien nucléaire …
la sagesse de l’entreposage des déchets radioactifs & nucléairesv est évidemment l’espace en geo-stationnaire … les moyen financiers et technologique sont là …
Alors pourquoi créer un « stockage » de 25 milliards d’Euros … en comparaison d’envoyer un homme coûte 25 millions …
faudra m’expliquer …
La logique est évidente … l’espace est vaste … d’autant que notre technologie peut déjà faire ce qu’il faut …

avatar-default
Pascal (anonyme) @ Deny (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 23:
Ah ben bravo Monsieur le physicien nucléaire ! Empoisonner l’espace à jamais, il fallait y penser ! J’espère qu’on ne vous donne pas trop de responsabilités dans votre travail parce qu’avec une telle mentalité …
avatar-default
mirabelle (anonyme) @ Deny (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 16:
si envoyez 1 homme dans l’espace coute 25 millions, calculez combien va coûter l’envoi de 80 000 m3 de déchets,….vous obtiendez un chiffre 100 fois supérieur au cout du stockage.

La question d’envoyer les déchets dans l’espace a été étudiée en France et rapidement écartée dans la mesure où cette solution de gestion faisait peser un plus gros risque que l’absence même de gestion (imaginez une fusée qui explose et qui répand dans l’atmosphère des déchets de haute activité, toute la planète serait contaminée…)

avatar-default
Lonewolf (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Cette idée de créer un lieu de stockage durable sur est un MENSONGE intellectuel, et une pure UTOPIE.

Nous sommes incapables de déchiffrer correctement les messages que les civilisations anciennes nous ont laissé, selon les continents, au-delà de 5 ou 6 siècles, au mieux 50 siècles, pas plus. Les durées concernées ici sont largement supérieures….

De plus les durées concernées, de quelques milliers d’années à plus du million d’années, impliquent un risque de bouleversement géologique majeur et absolument imprévisible aujourd’hui, ce qui fera immanquablement disparaitre les indications indispensables à laisser sur les lieux d’entreposage.

Alors, il est clairement IMPOSSIBLE DE GARANTIR LA SECURITE DE NOS DESCENDANTS, car il n’est pas possible de leur transmettre de manière FIABLE LE LIEU ET LA NATURE EXACTS DU RISQUE concernant cette immense poubelle nucléaire dont nous ne savons que faire.

avatar-default
mirabelle (anonyme) @ Lonewolf (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 16:
quelques éléments de réponse :

- l’Andra travaille sur la mémoire du stockage. Celle ci ne pouvant être garantie au dela de 500 ans, l’Andra vérifie la surété du stockage en considérant une évolution normale, mais également en scénario accidentel. Le forage intrusif est l’un de ces scénarios. Lisez le Dossier 2005 de l’Andra, tout y est expliqué.
- le site préssenti à été sélectionné pour ses bonnes qualité géologoique et sa stabilité. Je cite l’Andra :
« La reconstitution des déplacements subis par le bâti géologique durant son histoire et des déformations qui en résultent permet de juger de la dynamique de la région et de suivre dans le temps les différents épisodes tectoniques ayant affecté la croûte continentale à l’échelle locale. On doit, sur de telles bases, s’assurer que le site étudié est éloigné des zones soumises à des déformations tectoniques (pour la France,
le rift « ouest européen » et les Alpes en particulier).
L’activité tectonique de la région du site de Meuse/Haute-Marne est très faible (activité sismique restreinte, faibles déplacements de la croûte, orientation pérenne des contraintes) et le bâti géologique est stable, comme l’atteste l’absence d’indices quaternaires d’activité tectonique sur les failles encadrant le secteur d’étude. Dans
ces conditions, les mouvements tectoniques possibles sont limités à de très faibles rejeux de failles préexistantes qui structurent le socle.
La topographie sera affectée sur le long terme (évolution géomorphologique) par des processus d’érosion ou de comblement selon des mouvements de soulèvement (surrection) ou d’affaissement. La reconstitution des paléosurfaces sur le bassin de Paris permet de préciser les vitesses d’érosion et de juger de la stabilité régionale et temporelle. Dans un contexte tectonique peu ou pas actif, la vitesse de surrection restera très faible et constante pendant les prochains millions d’années »

et :

« La France appartient au domaine dit « de la plaque ouest-européenne ». C’est la remontée de l’Afrique vers le nord, amorcée il y a près de 100 millions d’années, et sa collision avec l’Eurasie depuis 50 millions d’années qui a provoqué la formation des Alpes. La vitesse de convergence de ces plaques est très faible. Elle est
estimée inférieure à 1 cm par an. Ce mouvement est absorbé pour l’essentiel par les déformations qui se produisent dans les chaînes montagneuses. Le reste du mouvement est absorbé par des glissements le long des grandes failles qui découpent la plaque. En Europe de l’ouest, c’est le cas de la zone dite « du rift ouesteuropéen
» qui correspond à des fossés sédimentaires comme l’Alsace, caractérisée par une sismicité notable et par des déformations reconnues d’origine tectonique. Les glissements sur les failles les plus actives sont de l’ordre de 0,01 à 0,1 mm/an dans le fossé du Rhin. Hors de ces zones, les mouvements possibles sont encore plus faibles et se répartissent entre les failles régionales qui affectent le socle. Les valeurs possibles de glissement sont de l’ordre de 0,001 à 0,0001 mm/an.
Situé dans ce contexte intra-plaque, à l’écart des régions tectoniquement actives, le bassin de Paris est resté particulièrement peu affecté par la tectonique au cours des derniers 65 millions d’années. C’est une zone remarquable de la plaque ouest européenne, où la lithosphère présente une épaisseur uniforme stable et qui
se distingue par son caractère pratiquement asismique. Le site de Meuse/Haute-Marne a donc conservé un environnement géologique stable : le lent déplacement
des plaques qui constituent la croûte terrestre et la situation de cette partie du bassin de Paris à plus de 350 km du front de collision alpin expliquent qu’elle soit restée peu déformée.
Les données de sismicité disponibles confirment que la région est remarquablement peu sismogène. Un réseau de stations d’enregistrement des secousses sismiques a été installé dans un rayon de 30 km autour du laboratoire souterrain et complète les réseaux d’écoute nationaux déjà mis en place »

avatar-default
loic langloys (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Désolé, mais je coupe la radio qui, lors de cette émission, n’apportera effectivement ni débat, ni idée, mais le seul constat que le monde « des adultes » fait ici le contraire de ce qu’il explique chaque jour à ses enfants.

Quelle irresponsabilité, quelle immaturité, quel mépris du monde et des générations à venir, quel vulgarité dans ce comportement inique…
… Au fait, les 30 milliards à dépenser pour la construction de cette poubelle mortelle ne seraient-ils pas mieux dans la recherche pour savoir comment utiliser les déchets nucléaires ?
Allez, sans rancune pour la radio et cette émission qui sait si souvent être intelligente, mais là, trop de bêtise humaine…

avatar-default
Dominique (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Bonjour,

Les scientifiques ont-ils étudié l’interaction entre l’argile (Silicium, Alumine et Fer) et les éléments radioactifs ?

Pourquoi n’enfouisse-t-on pas ces éléments radioactifs dans les zones de subduction où les plaques tectoniques s’enfoncent dans les entrailles de la terre ?

Merci de vos réponses

Dominique

avatar-default
Anonyme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
LE BEAU DEBAT entre nucléocrates !

FAUT-IL une catastrophe française pour qu’on arrête cette horreur ?

avatar-default
Guillaume (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
NIMBY, comme d’hab, qupi.

Vive la France.

avatar-default
Corto (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Bonsoir,

Je me pose deux questions par rapport à l’élimination des déchets radioactifs :
1/ ne peut-on les enfouir au fond d’un volcan actif ?
2/ le soleil ayant un fonctionnement nucléaire, ne peut-on envoyer des fusées cargo chargées de déchets sur le soleil ?
Merci pour vos émissions, j’écoute !

avatar-default
stéphane 40 ans Bas rhin (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
La planète est déjà une poubelle, l’espace en est de même. A choisir, pourquoi ne pas expédier les déchets nucléaires dans l’espace?
avatar-default
Anonyme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Répandre du plutonium toujours mortifères par tonnes dans la biosphère, sachant q’un millionième de gramme TUE à coup sûr un humain, durant des MILLIERS d’années EST de l’ordre DU CRIME CONTRE L’HUMMANITE.

OBJECTIONS ?

avatar-default
mirabelle (anonyme) @ Anonyme (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 16:
L’intérêt du stockage profond c’est justement d’isoler la matière radioactive de la biosphère via une couche d’argile épaisse, imperméable et stable depuis 65 milliions d’années.
avatar-default
Régine (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Après 14/18, 2014…Eh bien non!

Nous ne voulons ni être achetés, ni être sacrifiés

Il faut aussi, à l’évidence aussi, revoir l’ensemble du processus décisionnel.

L’acceptabilité sociale des solutions de gestion pour les différents types de déchets radioactifs doit reposer sur l’efficacité et la fiabilité des procédés quant à la sécurité et la protection de la santé des populations.
En aucun cas sur l’achat des consciences. Localement, les prises de position et les décisions sont polluées par l’argent qui coule à flot mais bien souvent retourne aux opérateurs du nucléaire (Syndièse – CEA, archives EDF et ANDRA, plate-forme de pièces de rechange pour les réacteurs nucléaires…) Rien ne se perd…

Nous exigeons que tous les fonds d’accompagnement cessent immédiatement pour permettre une réflexion et un débat serein. Si des projets économiques doivent voir le jour en Meuse Haute Marne, ce sera par l’imagination et l’énergie des élus locaux, joints à la solidarité nationale envers les départements moins favorisés. Nous ne sommes pas des citoyens de seconde zone et gardons la tête haute.

avatar-default
Anonyme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
LES invités ne vont pas être trop dérangeants.

je n écouterai pas …

le bisounours ça suffit comme ça.

On aimerait entendre des propos de
Michel Guerite, Stéphane Lhomme …

des gens qui ne sont pas embrigadés dans un processus de subordination .

On a déjà vu des émissions où les contradicteurs d’EDF étaient tels que EDF n’est simplement pas venue !!

Le NUCLEAIRE comme la MORT EST INDEFENDABLE.

avatar-default
Régine (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Et si on parlait d’accident à moins 500m sous terre?

La question de l’accident nucléaire à CIGEO est une question centrale dans ce débat et le public est en droit de pouvoir l’appréhender correctement pour se faire un avis:

- Quelle pourrait être la mesure et l’étendue d’un accident nucléaire à CIGEO ?
- Quelles seraient les procédures d’intervention et de gestion d’explosion et d’incendie(8) au sein des galeries à 500 mètres sous terre ?
- Quelles sont, à l’échelle des bassins de la Seine et de la Meuse, les ressources en eau susceptibles d’être impactées par un tel accident(9) ?

De toute évidence, les concepteurs de CIGEO sont confrontés à l’irréversibilité de leur projet malgré les promesses qui parlent de réversibilité pour rassurer.

Les dépôts de déchets en grande profondeur sont ingérables en cas d’accident comme en témoigne la mine d’Asse en Allemagne ou le site de Stocamine(10) en France.

avatar-default
Régine (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Enfouir quoi, en quelle quantité, comment??

CIGEO se présente comme un projet ‘flexible’ et ‘évolutif’. C’est avant tout un projet très flou.

Les combustibles usés considérés comme valorisables ne sont pas comptabilisés dans l’inventaire de ce centre(1). Pourtant, la cour des comptes demande d’y envisager l’enfouissement de 24 000 tonnes d’uranium de retraitement et de 1 700 tonnes de MOX usé qui sont une grosse partie de ces matières dites ‘valorisables’(2).
De plus, la directive européenne du 19 Juillet 2011 qui doit être transposée dans le droit français avant le 23 août 2013 rend possible le stockage à CIGEO de déchets en provenance d’autres pays d’Europe(3). La position de la France à ce sujet est toujours inconnue.

De gigantesques incertitudes pèsent donc sur l’inventaire des matières françaises et européennes qui seraient destinées à cet enfouissement et donc sur la dimension réelle et le coût du projet de CIGEO.

avatar-default
Régine (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Accepter l’enfouissement des DR,c’est donner le feu vert à la poursuite du nucléaire

Notre Pays est face à une situation extrêmement délicate.

Force est de constater que l’industrie nucléaire n’est pas en mesure de proposer de solution durable pour les matières résiduelles extrêmement dangereuses pour l’homme et son environnement qu’elle ne cesse de produire depuis des décennies.
Afin de limiter dès à présent la charge de la gestion de ces matières sur les générations futures, il est de première urgence d’arrêter d’en produire.
Une sortie volontaire, responsable et rapide du nucléaire s’impose donc.
Le projet CIGEO est absolument contraire à cette logique puisqu’il vise à enfouir les déchets nucléaires actuels et futurs en hypothéquant sur une prolongation de la durée de vie de nos centrales bien au delà de ce que leurs concepteurs avaient envisagé(1).

CIGEO cautionne donc une fuite en avant vers l’augmentation dangereuse de la probabilité d’une catastrophe nucléaire majeure dans notre pays et une accumulation progressive totalement ingérable des matières résiduelles ainsi générées.

avatar-default
Anonyme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Bonjour

Étonnant de demander leur avis aux gens après que l’irréversible est passé !
En effet JAMAIS les décisions sur l’électro-nucléaire n’ont été prises après la MOINDRE consultation de la population QUI EN SUBIT LES RISQUES (des risques très très importants)!

C’est d’un hypocrisie, une lâcheté un arbitraire qui remette en cause la notion même de démocratie. Car enfin, engager un pays et sa population POUR DES SIECLES sans la consulter c’est quoi ?

SAUF à nier les dangers du nucléaire donc à mentir, NOS dirigeants ( et autres acteurs) se comportent toujours et encore comme des dictateurs en cette matière.

avatar-default
Régine (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 18:
Communiqué de presse commun du Réseau « Sortir du nucléaire » et des associations BureStop55, MIRABEL Lorraine Nature Environnement, Les Habitants Vigilants du canton de Gondrecourt-le-Château, CEDRA52 et ASODEDRA- 30 avril 2013

Potentiel géothermique occulté de Bure : les associations assignent l’Andra en responsabilité pour faute

Le Réseau « Sortir du nucléaire » et les associations BureStop55 (Meuse), MIRABEL Lorraine Nature Environnement (Mouvement InterAssociatif pour les besoins de l’Environnement en Lorraine), Les Habitants Vigilants du canton de Gondrecourt-le-Château (Meuse), CEDRA52 (Haute-Marne) et l’ASODEDRA (Vosges) assignent l’Andra en responsabilité pour faute. L’Andra a délibérément dissimulé l’intérêt de la ressource géothermique à Bure afin de favoriser l’implantation de CIGÉO, le site national prévu pour l’enfouissement des déchets radioactifs en profondeur.

L’Andra annonce un potentiel géothermique médiocre à Bure…
Depuis 1994, l’Andra cherche à implanter à Bure (Meuse) un site d’enfouissement de déchets en profondeur. En 2008, elle fait effectuer un forage profond pour vérifier le potentiel géothermique de la région. En effet, le Guide de sûreté relatif au stockage définitif de 2008 énonce qu’on ne doit pas enfouir des déchets radioactifs à l’aplomb d’une ressource géothermique. L’Andra annonce alors un débit de 5m3/h. Comparant ce débit aux « 150 à 400 m3/h » des exploitations géothermiques, elle martèle que le potentiel géothermique est « faible », « médiocre », sans intérêt.

… mais a délibérément faussé le forage !
Ce que l’Andra s’est bien gardée de dire, c’est qu’elle avait fait prévoir une pompe dont le débit maximal était de 6 m3/h.
Ce que l’Andra s’est bien gardée de dire, c’est que l’appareillage était obstrué par des boues.
Ce que l’Andra s’est bien gardée de dire, c’est qu’elle a imposé de laisser à nu 90 mètres de roche argileuse friable juste au-dessus des mesures. Les débris d’argile tombés dans le forage ou arrachés par le passage des outils ont été à l’origine de dysfonctionnements fatals (tests inexploitables, perte d’une coûteuse sonde CNRS, etc.).
Ce que l’Andra s’est bien gardée de dire, c’est qu’elle n’a pas respecté son propre cahier des charges pour les tests.
Ce que l’Andra s’est bien gardée de dire, c’est qu’il existe un potentiel géothermique plus profond donc plus chaud (100°C et plus), d’une épaisseur exceptionnelle à l’aplomb de Bure. L’Andra a trompé tout le monde, y compris les scientifiques, et en particulier la communauté des géologues.

Face aux manipulations de l’Andra, les associations saisissent la justice.
Mise en demeure pour faute le 19 décembre 2012 par les associations, l’Andra, par réponse du 18 janvier 2013, a reconnu que la ressource géothermique à l’aplomb du site de Bure était « bonne ». Mais elle refuse d’en tirer les conséquences et cherche à tromper une nouvelle fois, en utilisant à mauvais escient des cartes qui répertorient le potentiel géothermique à très faible profondeur. Destinées à l’installation de pompes à chaleur, ces cartes n’ont strictement rien à voir avec la géothermie profonde.

Les associations se tournent aujourd’hui vers la justice afin que la faute de l’Andra soit reconnue. Alors que la France doit changer d’urgence de modèle énergétique, l’Andra a choisi de dissimuler une ressource en énergie renouvelable pour imposer une installation nucléaire qui risque de contaminer toute une région !

avatar-default
jean (anonyme) @ Régine (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
Certain qu’avec l’honnêteté qui le caractérise M. Weill va rappeler tous ces points.

Mais l’andra ça fonctionne comment c’est public ou privé ou public avec 90% de sous traitance?
Informez nous puisque la radio public ne sait pas le faire

avatar-default
Fab (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 18:
Pour compléter ma réponse à Stéphane Lhomme de l’observatoire du nucléaire plus bas, sortir du nucléaire signifie (aujourd’hui en tout cas) sortir du système actuel de la croissance, ce système qui est en crise depuis un moment et qui est dans une impasse : la croissance ne reviendra pas, du fait de l’augmentation du nombre de participants dans le Monde et des ressources limitées (et donc de la croissance des impérialismes nécessaires), des contraintes environnementales, etc.

L’union fait la force paraît-il… Pourquoi les associations antinucléaire ne s’uniraient-elles pas entre-elles et avec ceux qui dans la société refusent de poursuivre dans cette voie et proposent des solutions, d’autres vivre-ensemble ? Le poids sera tout autre…

avatar-default
melimelo38,
mercredi 15 mai 2013 à 17:
Bonjour,

Comme beaucoup déjà, je regrette que ce ne soit pas un débat. Les déchets sont un problème plus que colossal, évidemment il faut trouver quoi en faire mais pendant ce temps il faudrait voir pour arrêter d’en créer (nous autre citoyens pouvons : diminuer notre consommation d’électricité, passer chez enercoop http://www.enercoop.fr/, entre autres).

avatar-default
Claire (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 17:
Cela fait des decennies que les activistes anti-nucléaires nous alertent sur les dangers des centrales et des déchets…. s’ils étaient écoutés, nous en aurions sans doute un peu moins à stocker aujourd’hui… j’utilise l’électricité, mais j’ai choisi celle d’ENERCOOP qui vise à développer les alternatives au nucléaire. Du coup, je paie mon éléctricité plus chère que les autres (celle d’EDF). Cela vous paraît normal pour aller vers la sortie du nucléaire ??? Car pas de centrale = pas de déchets !! c’est mathématique, non ?
avatar-default
Anonyme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 17:
quelques infos utiles http://www.dechets-radioactifs.com/index.html

http://energie.edf.com/nucleaire/dechets-radioactifs/4-principes-de-gestion-d-edf-45726.html

avatar-default
Christian Anonyme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 17:
Les déchets nucléaires qui ont une durée de vie limitée semblent poser à nos contemporains beaucoup plus de questions que des déchets et poisons à durée de vie illimitée et à effet mortel immédiat. En effet ces derniers sont enfouis sans les précautions extraordinaires requises pour le nucléaire alors leur enfouissement n’est toujours qu’un moyen dilatoire où l’homme ne les voit plus et espère qu’ils vont se disséminer suffisamment pour ne plus être dangereux sans autre contrôle. C’est comme toujours avec le nucléaire deux pouds deux mesures avec d’un coté les risques réels négligés et de l’autre les risques potentiels surestimés.

Pourquoi n’y a t’on pas penser plus tot, dès les premiers déchets,et ne pas faire du nucleaire à tout va
et Mr sarkozy lui qui était favorable ,il en pense quoi des déchets.
Ce n’est pas tolérable de vivre à crédit sur les futures générations qui vont devoir gérer nos conneries! ce n’est pas aimer la vie*

avatar-default
CEDRA (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 17:
CEDRA

Collectif Stop déchets nucléaires

Le premier « Fût de la HONTE »
… est décerné à …

Ce mercredi 15 mai s’ouvre un dit « débat public » sur le projet d’enfouir les pires déchets radioactifs
qui, d’ailleurs, suscite de vives polémiques (calendrier, contenu, utilité)

Sous les feux de l’actualité comme jamais, les déchets du nucléaire concentrent des questions sociétales capitales sur la prétendue « solution ». Quid de l’environnement, de la santé, de l’économie, de l’éthique que pose ce cadeau empoisonné envers des milliers de générations qui vont nous succéder ?

Ce choix, cette décision d’enfouir est issue d’un processus, d’une « gouvernance » amplement pipée et largement méconnue

la sinistre plaisanterie ayant assez duré
le CEDRA décerne ce jour

le premier « Fût de la HONTE »
… à…
Bruno Sido
éminence grise

 « Fût de la HONTE » ! Le sénateur B.SIDO, à travers la loi, fait octroyer des sommes folles (30 millions d’euros annuellement) à un GIP en Haute-Marne (groupement d’intérêt public), lui-même présidé par…B.SIDO. Et, parmi les destinataires de ses largesses, ce GIP octroie des fonds conséquents au Conseil Général de Haute-Marne, présidé par…. B.SIDO ! Vous avez dit conflit d’intérêt majeur ?

 « Fût de la HONTE » ! Ce GIP (qui a un clone en Meuse), piloté par B.SIDO donc, a été inventé pour faire accepter localement une méga décharge nucléaire souterraine. Cette idée lumineuse (se débarrasser des poisons nucléaires en les enfouissant) a été votée par les parlementaires, députés et sénateurs. Ceux-ci et celles-ci n’étant pas des spécialistes de la question, et on ne peut leur en vouloir là-dessus, ils s’en remettent aux éclairages et aux avis d’une commission dénommée OPECST (Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques). Qui est le président de l’OPECST ?… si, B.SIDO (curiosité : élu de droite mais nommé par une Assemblée Nationale de gauche et un Sénat de gauche)

 « Fût de la HONTE » ! La France, dans le domaine nucléaire, n’étant pas réputée comme modèle démocratique, elle s’est sentie obligée de créer un HCTISN, Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire. Et qui y retrouve-t-on comme membre éminent ? B.SIDO… auteur d’ailleurs d’une superbe attestation

 « Fût de la HONTE » ! Le projet d’enfouissement des déchets du nucléaire étant ‘surveillé’ par un CLIS (Comité local d’information et de suivi), celui-ci a été très longtemps présidé par le préfet local, représentant de l’Etat ; cet Etat qui programme l’enfouissement. Depuis, par souci démocratique, les choses ont changé et c’est à présent un élu qui pilote le Clis (loi de 2006), désigné par les présidents des Conseils généraux de Haute-Marne et de Meuse. Et qui B.SIDO et C.Namy (étiquetés à droite) ont-ils choisi comme premier président de ce CLIS nouvelle version ? le député Christian Bataille, idolâtre notoire de l’enfouissement des poisons nucléaires (étiqueté de gauche). Bêtise profonde ou cynisme sans limite ?

 « Fût de la HONTE » ! Cumulard, on retrouve encore B.SIDO comme n°2 de l’ADF (Assemblée des départements de France), mais à trop charger la barque voilà l’élu au centre de vives interrogations levées par un journaliste, tandis que son interpellation en tant que « misogyne beauf » a suscité un portrait décapant. La démocratie est rongée, et le virus y prend sa part, active

Déchets nucléaires > monstrueux, plusieurs centaines de milliers de fûts de la HONTE
autant dire qu’il y en a encore à distribuer
… à moins qu’ON revienne à de bonnes pratiques
car, n’oublions pas, on a le choix : SUBIR ou AGIR !

avatar-default
Anonyme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 16:
De multiples exemples démontrent l’absolue nécessité de maintenir un accès aux déchets nucléaires entreposés. En Allemagne, le site de stockage en profondeur d’Asse II (Basse-Saxe) renferme des déchets HAVL (Haute Activité Vie Longue) depuis 1967. Or, il s’avère que les galeries abritant les déchets nucléaires souffrent d’instabilité et d’infiltrations de saumure. En mars 2009, il a été décidé d’évacuer les déchets nucléaires afin de trouver une solution de stockage alternative .

Les problèmes d’un confinement insuffisant du site de stockage souterrain (177 citernes en sub-surface, renfermant 204 000 m3 de déchets HAVL) de Hanford (État de Washington, Etats-Unis) nécessitent le recours à un retraitement à l’échéance de 2045 .
De ces expériences à l’échelle d’une seule génération, il en résulte qu’un accès régulier pour un contrôle périodique rigoureux est une condition essentielle de la gestion durable des déchets nucléaires.

avatar-default
Anonyme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 16:
Pour inscrire la portée du projet de « laboratoire » dans ces temps longs, pensez aux témoignages de civilisations disparues. Les peintures rupestres des grottes de Lascaux, de l’époque paléolithique, ont 20 000 ans d’âge (soit à peu près la période du Plutonium). La pyramide de Gizeh, emblématique de la civilisation de l’Égypte des Pharaons, n’a « que » 4660 ans d’âge (soit 0,000198975234842 % de la période de l’isotope U-236). Allons-nous léguer, comme prix des quelques dizaines d’années de confort électrique dont nous jouissons, des déchets toxiques à la charge de nos descendants pendant des milliards d’années ?

Au titre de cette charge difficile à assumer, il convient de refuser le concept de l’enfouissement (ou « stockage irréversible », contradictio in terminis technocratique), afin de permettre un accès permanent aux déchets, afin d’en assurer le confinement (par la maintenance périodique des barrières technologiques) ou un retraitement (grâce à de nouvelles technologies qui verraient le jour).

avatar-default
Fab (anonyme) @ Anonyme (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 17:
mirabelle,

Vous dites que les déchets génèrent des déchets. D’accord. Pourquoi alors continuer à en produire ?

avatar-default
mirabelle (anonyme) @ Anonyme (anonyme),
jeudi 16 mai 2013 à 16:
les déchets génère des déchets ! En assurant la maintenance régulière d’installation d’entreposage en surface, vous créez toujours plus de déchets (les installations démantelées étant contaminées). Du coup, on reporte sur les génération future une charge encore plus forte (sans comptez celle qu’il vont se créer eux même).

Cette solution a été étudiée par le CEA entre 1991 et 2005 et a conclu à une non faisabilité.

avatar-default
LAMIREAU Thierry (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 16:
La Directrice de l’ANDRA et M.BATAILLE: oui, vraiment, pour être informé il n’y a pas mieux !

Reportez-vous à l’émission « pièces à conviction » de FRANCE 3 d’il y a trois ans et vous verrez les « connaissances » du sieur BATAILLE: le néant total !
FRANCE INTER participe scandaleusement à la désinformation orchestrée par le milieu pro-nucléaire…mais c’est habituel !
Voici des informations importantes que FRANCE INTER REFUSE de communiquer à travers ces diverses émissions:
NUCLEAIRE:
L’Autorité de Sûreté Nucléaire
recommande à l’Etat d’améliorer
la « réponse post-accidentelle » !
En clair:
Comment confirmer
que tout est nul !
Le 21 novembre 2012, L’Autorité de Sûreté Nucléaire a publié ses premiers documents de la « Doctrine Nationale pour la Gestion Post-Accidentelle ».
L’objectif est de permettre aux pouvoirs publics de construire une stratégie de prise en charge des conséquences sanitaires, sociales et économiques d’un accident nucléaire.

Le problème est que ces éléments ne visent qu’un « accident limité avec des rejets radioactifs sur moins de 24h » !
L’ASN compte sur les Plans Particuliers d’Intervention (PPI) et sur les Plans ORSEC-RAD pour améliorer la chose !
Elément pour le moins étrange, la doctrine n’aborde pas les catastrophes de TCHERNOBYL et de FUKUSHIMA !…même si elles sont rapidement mentionnées.
On ne va pas s’embarrasser de problèmes supplémentaires !
On s’intéresse à « un accident d’ampleur modérée entraînant des rejets de courte durée avec un retour rapide dans un état sûr de l’installation ».
La catastrophe majeure, désormais prise en considération dans les documents internes de EDF, est donc écartée !
L’ASN indique que: « Les accidents de grande ampleur entraînant des rejets sur plusieurs jours feront l’objet d’une prochaine étape » annonce le Comité Directeur pour la Gestion de la Phase Post-Accidentelle (CODIRPA)…
Puisque l’on vous dit qu’il n’y a pas d’urgence en FRANCE…Ben oui, quoi, on est les meilleurs et on a les meilleures centrales nucléaires au Monde !
L’ASN souligne que: « Si les principes directeurs sont globalement identiques pour les accidents majeurs, la chronologie et la faisabilité des actions pourraient en revanche différer, compte tenu de l’éventualité de devoir engager simultanément, mais sur des territoires différents, des actions de protection de la population directement exposée aux rejets de substances radioactives dans l’atmosphère et d’autres destinées à protéger la population exposée aux dépôts de ces substances dans l’environnement ».
En clair, ce serait le bordel, la panique et la population serait « maîtrisée » avec l’action de l’armée. C’est d’ailleurs ainsi que cela s’est déroulé après TCHERNOBYL et FUKUSHIMA !
Car n’oublions pas qu’en cas de catastrophe nucléaire, nous passerions d’un régime démocratique à un régime proche de la dictature…qui plus est…militaire !
Le collège de l’ASN considère que: « Le Gouvernement devrait améliorer son dispositif actuel car, même après un accident modéré, les dépôts radioactifs pourraient s’étendre sur des distances significativement plus importantes que les rayons indiqués dans les PPI, pouvant aller d’une dizaine à plusieurs dizaines de kilomètres ».
A nouveau, c’est ce que l’on constate après TCHERNOBYL et FUKUSHIMA: les éléments radioactifs se dispersent sur de très grandes distances et d’une manière inégale…en « taches de léopards » comme on l’a remarqué…y compris en FRANCE après les dépôts de TCHERNOBYL.
Donc, l’ASN dit, d’une manière édulcorée: les plans PPI prévus par l’administration dans les préfectures sont NULS et ne correspondent absolument pas à la réalité !
L’ASN « recommande de poursuivre et d’intensifier le processus de préparation » !…une véritable HYPOCRISIE de la part de l’ASN et des services de l’Etat qui pourtant devraient protéger la population.
Les cinq membres du collège de l’ASN « estiment qu’il conviendrait de compléter les plans d’organisation de la réponse de la Sécurité Civile (ORSEC-RAD) et les Plans Particuliers d’Intervention (PPI)…
Dit autrement: c’est la panique comme à chaque essai de simulation pour tester la réaction des différents organismes concernés !
D’ailleurs, si une catastrophe majeure se produit sur un site civil ou militaire en FRANCE…ce sera de toute façon le chaos !
L’ASN souligne ensuite la mise en place de l’évacuation de la population par l’armée et la gestion « par la dose » des personnes et des produits de consommation courante pour l’alimentation:
« Il faudra intégrer des travaux de planification pour organiser rapidement, en cas d’accident, le maintien sur place ou l’éloignement de longue durée des populations vivant à proximité de l’installation accidentée, l’ouverture de centres d’accueil et d’information, l’interdiction de consommation et de mise sur le marché des denrées alimentaires produites localement et les premièrers opérations de nettoyage du milieu bâti ».
Ce qu’oublie de dire l’ASN, c’est que s’il y a une catastrophe majeure en FRANCE…c’est TOUTE LA FRANCE qui sera polluée et contaminée par tous les composés radioactifs ET chimiques.
Donc, de toute façon, les niveaux d’intervention par rapport aux doses seront revus à la HAUSSE alors qu’en temps normal (sans catastrophe) ces niveaux d’intervention seraient beaucoup plus bas.
On constate d’ailleurs cela après TCHERNOBYL et FUKUSHIMA !
Le collège d’experts recommande aussi de: « préparer le premier programme NATIONAL susceptible d’être porté, en situation de crise, par le Gouvernement.
Ce programme prendrait en compte par anticipation les éléments d’ordre sanitaire, social et économique ».
Il y a donc, à mots couverts, confirmation d’une DESTRUCTION de l’équilibre NATIONAL de la Santé de la population, de la vie Sociale et Economique du pays !
L’ASN aborde également la « phase post-accidentelle » qui débute par une période de « transition (quelques semaines ?…quelques mois ?) marquée par une connaissance encore IMPRECISE de l’état réel de la contamination et des risques d’exposition CHRONIQUES des personnes. Vient ensuite la « période de long terme (plusieurs années ?…plusieurs décennies ?) caractérisée par une contamination DURABLE DES TERRITOIRES et un risque d’EXPOSITIONS CHRONIQUES DES PERSONNES ».
L’ASN retient « trois objectifs fondamentaux: la protection des populations contre les dangers des rayonnements ionisants, l’appui aux populations victimes des conséquences de l’accident et la reconquête des territoires affectés sur le plan économique et social ».
L’ASN ment ! La population ne sera pas protégée contre les radiations. Elle sera, au contraire journellement contaminée notamment par l’ingestion et l’inhalation des différents produits contenus dans l’alimentation et dans les eaux et les sols.
La gestion de la population se fera par la DOSE. On laissera mourir les gens les plus atteints; on s’occupera un temps des moins irradiés et on ne s’occupera pas des faiblement irradiés et contaminés.
Donc, de toute façon, à part les très malades qui mourront rapidement, l’ETAT et les INDUSTRIELS ne prendront pas la responsabilité des DECES FUTURS !
Or, l’on sait que, même à faibles doses, les effets à terme sont dévastateurs sur la santé de la population avec une augmentation de la MORBIDITE (maladies diverses) et de la MORTALITE.
La « reconquête des territoires affectés sur le plan économique et social »: cela signifie simplement que la FRANCE fera comme le JAPON: la population sera à nouveau autorisée à consommer des denrées CONTAMINEES…pour le bien-être de l’ECONOMIE !
D’ailleurs, l’ASN indique quatre « principes de gestion:
1 / L’ANTICIPATION qui impose de prendre en compte dès la fin de la phase d’urgence les enjeux à moyen et long termes.
2 / La JUSTIFICATION: les bénéfices attendus, notamment en termes de détriments radiologiques évités, doivent être supérieurs aux risques et inconvénients inhérents à leur mise en oeuvre. Il faut proportionner les actions et les moyens mis en oeuvre aux enjeux des territoires concernés et à la gravité de la situation.
3 / L’OPTIMISATION qui doit réduire l’exposition de la population à un niveau aussi bas que RAISONNABLEMENT possible compte tenu des facteurs ECONOMIQUES et SOCIETAUX.
4 / CONSTRUCTION PARTAGEE et TRANSPARENCE. La gestion post-accidentelle doit impliquer les acteurs locaux de façon transparente en amont de l’accident, dès le stade de la préparation, dans les réflexions sur les stratégies de gestion des conséquences d’un accident ».
Il est donc écrit très clairement ce que je disais ci-dessus !
Problème: « Réduire l’exposition de la population à un niveau aussi bas que RAISONNABLEMENT possible » n’est pas un raisonnement scientifique mais ECONOMIQUE ! La RAISON n’est pas une référence scientifique, sérieuse et honnête pour justifier de l’irradiation constante de la population !
On demande à la population de bien vouloir accepter d’être irradiée…et pire…de l’accepter AVANT TOUT ACCIDENT !…ce qui franchement est dégueulasse et machiavélique.
La population n’est pas responsable de la mise en place de ces lieux générateurs de catastrophes nucléaires et pourtant on lui demande d’en assumer les conséquences !
Pour être encore plus clair, le CODIRPA:
« Propose aux populations de rester vivre dans un territoire contaminé sur le long terme, ou de revenir s’y réinstaller, ce qui n’est pas ANODIN.
Cela suppose que les acteurs locaux soient impliqués dans cette décision et en capacité d’agir pour améliorer l’état radiologique de leur environnement, pour assurer leur protection et le maintien, voire le développement d’activités économiques et sociales au sein du territoire. Il s’agit là de la responsabilité des pouvoirs publics même si la décision est prise après un débat approfondi avec l’ensemble des parties prenantes concernées, aux niveau national et local ».
C’est donc ce que je soulignais auparavant.
La différence désormais est qu’un organisme d’Etat l’écrit clairement !
Dans la situation d’une catastrophe nucléaire majeure en FRANCE, les responsables de ce désastre ne seraient pas « meilleurs » que ceux de TCHERNOBYL et de FUKUSHIMA !
Le document de l’ASN est une véritable BOMBE car il confirme que:
1 / Ce serait le bordel et la panique aussi bien chez les habitants que chez les décideurs.
2 / La population serait maîtrisée par l’armée et manipulée par certains « censeurs de l’Etat » notamment par rapport aux résultats des mesures donnés et des effets non reconnus.
3 / La population vivrait de toute façon dans des lieux contaminés pour très longtemps et donc, elle resterait sur place…puisque l’ASN avoue que TOUTE LA FRANCE SERAIT CONTAMINEE !

Quelques petits commentaires enfin sur ce qui pourrait se passer en FRANCE si l’on analyse la situation actuelle à FUKUSHIMA et si l’on se penche sur quelques problèmes:
1 / Le milieu du nucléaire est trop sûr de lui.
2 /Après THREE MILE ISLAND, TCHERNOBYL ET FUKUSHIMA, la doctrine probabiliste du risque a montré ses limites.
3 / Séismes et inondations: le parc français est très exposé.
Avec 58 réacteurs nucléaires répartis sur 19 sites, la FRANCE est l’un des pays les plus nucléarisés au Monde.
Certains réacteurs sont installés en zone sismique et d’autres sont installés en zone inondable car construits à l’époque sous le niveau des crues extrêmes.
4 /Dans la même situation que TCHERNOBYL et FUKUSHIMA, EDF ne ferait pas mieux !…et ni les organismes d’ETAT et les différentes administrations.
La mesure des risques naturels n’est pas suffisamment prise en compte.
Il y a toujours un aléa sismique et un risque important d’inondations.
5 / Les modèles statistiques et mathématiques considérés par les « experts » sont insuffisants et inaptes à prévoir le pire.
6 / Dans la situation d’une montée en chaleur du combustible non maîtrisée, EDF se retrouverait aussi désemparée qu’à FUKUSHIMA.
7 / Les défauts génériques très nombreux sur les centrales françaises ainsi qu’une situation non prévue se rajoutant comme co-facteur lors d’une catastrophe induisent une augmentation très importante des risques sur TOUTES LES CENTRALES NUCLEAIRES françaises.
8 / La situation des piscines de combustible usé est une véritable BOMBE à retardement !
Ce sont elles qui contiennent le plus de combustible. Même s’il est moins « chaud » que dans le coeur il est plus RADIOACTIF !
En FRANCE, les piscines du parc français sont situées à l’extérieur des réacteurs et ne bénéficient pas d’une ENCEINTE DE CONFINEMENT.
En cas d’accident sur ces piscines, les conséquences seraient TRES GRAVES car les panaches radioactifs pourraient tout simplement s’échapper de SIMPLES HANGARS industriels qui les couvrent !
9 / Le confinement des réacteurs français n’existe pas dans les faits.
Pour refroidir le coeur nucléaire, il faut injecter en continu de l’eau qui…accélère la production d’hydrogène. Or, une augmentation non maîtrisée d’hydrogène dans l’enceinte ferait qu’à un moment donné…l’industriel serait OBLIGE DE RELACHER cette radioactivité hors du site nucléaire !…Un beau petit cadeau pour la population !
10 /EDF a un sérieux problème: l’exploitant ne sait pas bien filtrer les radioéléments qui pourraient s’échapper de l’enceinte si un réacteur était en fusion !
A l’intérieur de l’enceinte chaude et radioactive, l’iode subit de nombreuses modifications et réagit même avec la peinture des murs de la centrale pour former un composé organique redoutable ! Pas de solutions non plus par rapport aux particules de ruthénium très radiotoxiques: EDF ne sait pas faire !…alors qu’autour de la centrale de FUKUSHIMA des taux très importants de ruthénium ont été repérés.
11 / EDF ne peut garantir l’étanchéité des enceintes. Les stuctures ne peuvent résister à plus de 8 bars…
12 / EDF ne sait pas contrôler la fusion d’un coeur radioactif.
13 / Le zirconium est le problème majeur dans la situation d’une explosion des enceintes ou dans la fonte des barres de combustible à une vitesse incontrôlable.
Si la température monte, le zirconium interagit avec le combustible et abaisse le point de fusion à 600°C !
Le tungstène n’a pas été installé dans les centrales françaises…pour des raisons ECONOMIQUES ! Même pour les EPR, rien n’a été changé !
14 / L’organisation des secours sera un ECHEC de toute façon. Tout sera réalisé dans l’urgence et l’improvisation. Il y a un excès de confiance parmi les « décideurs » même si l’on note, à travers le document de l’ASN, une certaine conscience de ce que sera l’après catastrophe…
15 / Parmi les « liquidateurs » français…qui acceptera de faire partie du lot ?…et combien ?…
16 / Il n’y aura, à terme, aucune maîtrise des zones contaminées puisque l’ASN note que l’on pourra, de toute façon, réintégrer les lieux…et puisque la FRANCE ENTIERE sera concernée !
17 / Enfin les conséquences sanitaires seront impossibles à prévoir…donc, l’ETAT minimisera les effets (voire les censurera) et mentira à la population.

LE NUCLEAIRE EST UN PIEGE.
LE NUCLEAIRE, CIVIL COMME MILITAIRE,
EST LE TOMBEAU FUTUR
DE NOTRE CIVILISATION.
Thierry LAMIREAU
Réalisateur du film »URANIUM EN LIMOUSIN « lesoufflecestmavie.unblog.fr

Thierry LAMIREAU
Réalisateur du film « URANIUM EN LIMOUSIN »

avatar-default
Anonyme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 16:
Comme le conclut une étude du Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA), « au terme de son évolution, un stockage profond aura bien un certain impact radiologique sur l’environnement, puisque la quantité de radionucléides qui rejoindront la biosphère n’est pas nulle ». [Bernard Bonin, « Les déchets nucléaires : quel impact sur l’environnement », in : Clefs CEA, n° 46, printemps 2002, p 90.]

La contamination, qui ne manquera pas d’intervenir (mais quand ?, vaste pari à supporter par les civilisations futures), se propagera vers des lieux actuellement très peuplés (le site de Bure est implanté en bordure orientale du bassin hydrologique de Paris). On ignore tout de l’occupation future de la vaste zone concernée, mais l’augmentation continuelle de la population mondiale laisse supposer une forte présence humaine (pour faire abstraction de notre responsabilité de l’environnement naturel, cf. fig. 3).

Il en résulte une responsabilité éthique de notre génération et de notre civilisation vis-à-vis des générations et civilisations futures. Par conséquent, la question posée par l’enquête publique n’est pas superficielle (la prolongation des autorisations pour quelques années d’un « laboratoire »), mais fondamentale : l’engagement par notre civilisation de responsabilités qui concernent non seulement les générations futures (durée de quelques siècles), mais des civilisations futures (durée de millénaires), et même, au-delà, l’humanité (durée de millions d’années).

avatar-default
Anonyme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 16:
les déchets nucléaires ont une durée de « vie », ou plutôt de nocivité, très longue. La variété des matériaux concernés et la nature multiple de leur dangerosité posent un premier problème. La radioactivité, les qualités chimiques (température initiale élevée, pyrophorisme, solubilité) et la toxicité (radiologique et chimique ) de ces métaux lourds demandent d’infinies précautions.

En outre, la nocivité des déchets nucléaires persiste pendant des durées qui surpassent celles de toute organisation sociale ou civilisation connue dans l’Histoire. Les périodes des radionucléides, comprises entre 24 200 ans pour le Pu-239 et 2 342 000 000 (sic) ans pour l’isotope U-236, excèdent toute capacité de prévision humaine.
Le traitement de ces déchets nucléaires engage par conséquent des responsabilités qui concernent les générations, voire les civilisations futures. Des considérations éthiques à propos du futur « stockage » dans les profondeurs géologiques de déchets nucléaires s’imposent donc de manière prégnante, bien davantage que les questions, somme toute superficielles, liées au « laboratoire » actuel.

avatar-default
alain (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 16:
bonjour,

Je voudrai savoir en combien de temps ces déchets ne sont plus nocifs? et que faire des déchets que l’on fabrique….
Cordialement
Alain

avatar-default
Anonyme (anonyme) @ alain (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 16:
La nocivité des déchets nucléaires persiste pendant des durées qui surpassent celles de toute organisation sociale ou civilisation connue dans l’Histoire. Les périodes des radionucléides, comprises entre 24 200 ans pour le Pu-239 et 2 342 000 000 (sic) ans pour l’isotope U-236, excèdent toute capacité de prévision humaine.
avatar-default
Olivier (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 14:
Un débat sur les déchets nucléaires avec pour seuls intervenants des personnes travaillant dans le domaine du nucléaire et un élu rapporteur d’un projet de loi allant dans le sens des intérêts du nucléaire… Bravo, belle affiche! France Inter touche le fond par moment.
avatar-default
Olivier (anonyme) @ Olivier (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 18:
Cher Alain, ce n’est pas le fait qu’ils connaissent le sujet qui me dérange, mais votre ironie ne m’a pas échappée. Vous vous doutez bien que ce qui pose problème c’est le manque d’objectivité des intervenants.

Je pense que des partisans de l’abandon progressif du nucléaire, comme le réseau Sortir du Nucléaire par exemple, connaissent au moins autant le sujet. Vous me direz qu’eux non plus ne sont pas objectifs puisqu’ils défendent un point de vue opposé, mais au moins cela aurait équilibré le débat.
Ou alors il ne s’agit pas d’un débat mais d’une discussion radiodiffusée entre bons amis…

avatar-default
Fab (anonyme) @ Olivier (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 18:
Alain,

Stéphane Lhomme de l’observatoire du nucléaire (voir son com plus bas), Fabrice Nicolino*, etc. etc. etc. connaissent au moins aussi bien le sujet…

* http://fabrice-nicolino.com/index.php/?cat=26

avatar-default
Alain (anonyme) @ Olivier (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 16:
C’est sûr que c’est bizarre d’inviter des gens qui connaissent le sujet sur lequel ils vont être interrogés !
avatar-default
Alain (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 13:
Bonjour,

Il semble que EDF a défini un concept de stockage géologique des déchets nucléaires qui serait 2 à 3 fois moins cher que celui proposé par l’ANDRA. Qu’en pensez-vous ? N’y a-t-il pas eu de la part de l’ANDRA une tendance à choisir les solutions les plus luxueuses sans se soucier réllement des coûts ?

avatar-default
Fab (anonyme) @ Alain (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 18:
Anonyme,

Soit. Donc, une réponse : on ne les produit plus. Et je vous assure qu’avec ce préalable on pourra gérer avec plus de sérénité et d’efficacité ceux qui sont déjà produits.

avatar-default
Anonyme (anonyme) @ Alain (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 17:
Ce n’est pas un débat pour ou contre le nucléaire mais un débat pour savoir ce que l’on fait des déchets actuels !
avatar-default
Josette (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 12:
Accessoirement, pourrions-nous savoir quelle est la position du FN sur le nucléaire ? Est-il vrai qu’ils ambitionnent de privatiser le nucléaire ? Un ami m’a dit cela et j’ai du mal à y croire. Est-ce vrai ?

Quelle est leur position actuellement sur le stockage des déchets ?

avatar-default
Pierre CLAUZON (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 11:
Le sabordage de Superphénix a été une catastrophe économique , stratégique…et écologique ! les surgénérateurs, énergie quasi-renouvelable, permettent la destruction du plus important des déchets à longue durée de vie : le plutonium, mais également de la plupart des transuraniens à très longue durée de vie…

Il faut absolument maintenir le projet du surgénérateur ASTRID à Marcoule…

avatar-default
Antoine Jouan (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 11:
Je suis satisfait de voir que l’ANDRA avance , avec le soutien du gouvernement sur ce sujet du stockage des déchets

Et je pose 2 questions :
Y a-t-il une autre alternative à ce stockage des déchets que ce type de stockage profond ?
La réversibilité n’induit-elle pas un surcoût, et que ferait-on des déchets réversibles ?

avatar-default
Stéphane Lhomme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 10:
Le 17 avril, le Téléphone sonne sur la prétendue « sûreté nucléaire » avait pour seuls invités des représentants… d’organismes officiels (pronucléaires), IRSN et ASN !

Aujourd’hui, concernant les déchets radioactifs, rebelote ! Et le tout mis en musique par une journaliste pronucléaire alors qu’elle est en charge… de l’écologie !

Le Téléphone sonne a remis en vigueur l’ORTF, la radio publique est donc « la voix de son maître », l’Etat pronucléaire et le lobby de l’atome.

Voir plutôt l’Observatoire du nucléaire :

http://www.observatoire-du-nucleaire.org

avatar-default
Laurent (anonyme) @ Stéphane Lhomme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 15:
Entièrement d’accord avec Stéphane Lomme, ça fait 2 fois que les invités sont des pro nucléaires, je déconseille cette émission aux anti nucléaires, risque d’hypertension assurée. Merci France Inter pour votre intégrité, votre sens du débat, Alain Pierrefite et autres Mesmer doivent applaudir dans leur tombe. Allez plutôt faire un tour sur le site de l’observatoire du nucléaire.
avatar-default
Fab (anonyme) @ Stéphane Lhomme (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 12:
Bonjour,

Il n’y a malheureusement pas que le Téléphone sonne : un « combat » que je mène sur la page du 7/9 est que le service public donne la parole au public, à la société civile, et non comme c’est le cas dans cette émission aux seuls économistes et politiciens professionnels qui font le tour des médias pour propager la voix de leur maître, l’idéologie productiviste/consumériste/croissantiste (pourtant à bout de souffle et provoquant toujours plus de dégâts !) pour laquelle le nucléaire (qui d’ailleurs nécessite un impérialisme mortifère, un vol aux citoyens propriétaires légitimes de l’uranium…) est aujourd’hui irremplaçable.

Bravo pour votre combat, et au plaisir !

avatar-default
hirondelle printemps (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 09:
Mme DUPUIS et Mr BATAILLE……… celà ne peut-être un débat.

HP – M.15.05.2013 – 9H45 -

avatar-default
Gildas (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 08:
bonjour,

je voulais simplement demander pardon à mes deux enfants, aux enfants de ma soeur et ceux de la famille de ma femme. Pardon à mes futures probables petits enfants, et petits petits enfants…..Pardon aux génération futures et aux autres êtres vivants. Pardon pour avoir participé d’une certaine manière, du moins d’avoir cautionner la production et le stockage de déchets radioactifs dangereux, que nous sommes incapables de contrôler et qui pourraient avoir des conséquences graves et irréversibles ; faire l’objet de convoitises malsaines et dont la sureté semble quand même douteuse et hasardeuse. D’avoir été de ceux qui auront été les apprentis sorciers de la nature. ceux qui auront laissé faire… Pardon d’avoir risqué leur vie, au nom de la dite croissance, du profit et de la consommation.

Je suis pourtant de ceux qui milite pour les alternatives. Je ne suis pourtant pas un extrémiste. Optimiste activiste, j’essai à mon humble niveau, de contribuer à réduire mon impact sur mon environnement. Je ne prétends pas sauver la planète. Je sais seulement que dès mon arrivée sur cette terre, j’ai d’une façon ou d’une autre contribué à sa pollution. Alors autant polluer le moins possible. Pour nos futures générations, mais aussi pour le mieux être de l’ensemble des être vivants de cette terre.
Je me suis engagé vers une consommation « différente », consciente et soucieuse du respect de l’environnement naturel ou social. Je ne suis pour autant pas « extrémiste ».
Si je me suis engager dans cette voie, c’est d’abord parce qu’un jour je me suis posé cette question :  » si je deviens Papa, que mon enfant devenu grand, vit dans un monde qui ne ressemble plus à celui que j’ai connu petit et que je connais encore aujourd’hui. Qu’il soit obligé de vivre dans un milieu confiné, à l’abri de pollutions… Enfin un scénario un peu catastrophe en somme. Un jour, il viendrait me voir et me poser cette question « Papa, pourquoi le monde est il comme ça aujourd’hui ? Qu’a tu fais Toi pour que le monde dans lequel je vis ne soit pas celui là ? »

Alors aujourd’hui j’essaie, à mon niveau de faire en sorte que mes enfants puissent être heureux à leur tour.

Bien à vous

Gildas

avatar-default
laurent (anonyme) @ Gildas (anonyme),
vendredi 17 mai 2013 à 13:
Tout le monde s’allarme en disant que c’est terrible de transmettre un sol pollué à nos enfants.

Ce type de reflexion est un contre-sens total dans la mesure ou le stockage est pensé, concu et dimensionné pour que cela ne soit justement pas le cas ! la couche d’argile se situe à -500 m environ de profondeur. A cette profondeur il n’y a pas de vie, pas de racine, pas de faune, pas de flore, pas de bactéries. il n’y a pas découlement d’eau (pas de nappes, pas d’aquifère) et il n’y a pas de ressources exploitables (pas de minerais, pas de gisements, pas de gaz, pas de pétrole etc….).

Le stockage a pour objet d’isoler les déchets de la biosphère et donc du monde du vivant. D’où le choix de la profondeur. C’est également pour isoler les déchets des aléas climatiques, guerres, érosion, attentats….dans la mesure où il est impossible de prévoir ces facteurs humains.

Une fois qu’on a compris que l’intéret du stockage c’est cela, on peut se poser la question « comment on fait ? ». La réponse repose sur un constat très modeste : l’homme n’est pas capable de créer des matériaux capable deconfiner la matière radioactive pendant des millions d’années. C’est pour cela que la sureté du stockage repose sur les propriétés d’une couche d’argile : epaisseur, stabilité, IMPERMEABILITE, absence d’écoulements souterrains, absences de failles, région quasiment asismique, terrain stable et quasiment pas sousmis a des mouvements de plaque etc…..

La radioactivité remontera à la surface un jour (seuls 2 ou 3 radioéléments sont mobiles, touts les autres ne remonteront jamais), c’est sur (dans quelques centaines de milliers d’années). A cette date, la radioactivité aura naturellement décru. Cela signifie que vous serez 1000 fois plus contaminé en prenant l’avion (rayonnement cosmique) en faisant une radio à l’hopital (choses que vous faites sans vous poser de question et sans vous alarmer) ou en passant vos vacances en bretagne qu’en vivant au dessus du stockage, en y buvant de l’eau de la rivière et en mangeant les légumes de votre jardin.

Bien sur, le site va évoluer (érosion en surface, cycle de glaciation tous les 50 000 ans, surrection lié à la poussée alpine, modification des écoulements hydrogéologique à faible profondeur,etc….Tout ceci est étudié depuis plus de 25 ans par les scientifiques. Cet état des connaissances à permet de selectionner un site qui répondait aux exigences de sureté.
En ce qui concerne les installations, leur conception est simple, modulable, adaptable, évolutive et elles sont concues pour gérer tous les risques identifiés (risque incendie, risque explosion, chute de colis, risque innondation,….). Elle utilise des matériaux durables (au sens de la periode d’explotation d’ordre séculaire), compatibles avec les conditions d’environnement et robustes.

Pour résumé, un stockage, ce n’est pas un simple trou dans lequel on met de la merde. C’est un ouvrage qui a été pensé, concu et dimensionner pour remplir sa fonction première qui est la sureté. Tous les travaux associés sont examinés à la loupe par des tas d’organismes publics et privés : ASN, IRSN, CNE, IEER, AERES…. La faisabilité du stockage est un consensus international : tous les pays concernés par ce problème son sur la même voie et la france (et les suédois) sont en pointe sur le sujet. Les efforts investis depuis plus de 30 ans sont considérables et il est inexact de dire qu’il n’existe pas de solution. Aujourd’hui il existe un projet qui est prêt à passer en phase industrielle. Avant cela, la loi de 2006 prévoit de permettre aux public de s’exprimer sur le sujet (débat public) pour justement que leur préoccupation, leur craintes et leurs exigences puissent être intégrés au projet.

avatar-default
sustria (anonyme) @ Gildas (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 19:
A Jasmine qui dit : « Moi je préfère que l’état s’en occupe plutôt que de balancer la patate chaude à nos enfants et ceux d’après ».

Tu ne t’es pas dit que la pire patate brûlante c’est l’enfouissement sous-terrain ?

avatar-default
Anonyme (anonyme) @ Gildas (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 17:
Comment imaginez- vous des enfants et des petits, petits petits enfants … si en arrivant sur terre vous la polluez ?
avatar-default
Gildas (anonyme) @ Gildas (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 13:
merci pour votre réponse…. et je sais bien qu’il faut faire avec ce qui existe déjà. Et si nous pouvons faire en sorte de nous protéger et de détruire à terme ces déchets, alors je suis pour que la recherche avance. Ce qui me désole, c’est d’accuser le coup de politique antérieure et le pire, c’est de vouloir continuer…. persévérer…. alors d’autres alternatives sont possibles, créatices d’emplois et protectrice de notre environnement;

Merci

avatar-default
Jasmine (anonyme) @ Gildas (anonyme),
mercredi 15 mai 2013 à 10:
Bonjour,

C’est beau, ce que vous dites… mais concrètement, que répondez-vous à la question posée : que faire des déchets radioactifs ? on ne les a certes pas choisis, mais malheureusement ils sont là…Un peu facile de de dire ‘Bouh, c’est vilain’, et de détourner le regard. Moi je préfère que l’état s’en occupe plutôt que de balancer la patate chaude à nos enfants et ceux d’après.

Publié dans : REFLEXIONS PERSONNELLES |le 19 mai, 2013 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007