DES ATTAQUES CONTRE LE BLOG « LE SOUFFLE C’EST MA VIE » PAR DES SITES A VOCATION MILITAIRE ! (LAMIREAU Thierry / lesoufflecestmavie.unblog.fr)

La France, l’uranium appauvri et le Mali :

Explications d’une intoxication

DES ATTAQUES CONTRE LE BLOG
(Publié par La Rédaction le 3 Avril 2013)

Depuis environ un mois se répand sur internet une rumeur affirmant que l’armée française utiliserait des armes à l’uranium appauvri (UA) au Mali. Nombre de sites, majoritairement de la mouvance altermondialiste et /ou écologiste, se sont saisis de l’occasion pour questionner l’intervention française dans le Sahel.

Obus-flêche américain M900 à l'UA

Obus-flêche américain M900 à l’UA
Les armes à l’uranium appauvri : qu’est ce que c’est ?
Certains sites, sur la base d’études a priori sérieuses, n’hésitent pas à parler d’armes « atomiques » en parlant des armes à l’uranium appauvri (1). Sauf que cela ne correspond en rien à l’usage qui est fait de ces armes. Une arme à l’uranium appauvri est en fait un projectile perforant, non explosif, dont une partie (généralement le noyau) est constitué de ce métal très dense appelé uranium appauvri. La perforation est le résultat de l’énergie cinétique d’un projectile très lourd (du fait de la densité de l’uranium appauvri) lancé à très grande vitesse (1800 m/s environ pour un obus flèche de char). L’appellation « obus-flèche » concerne uniquement les obus anti-char perforant, qui, une fois libéré du sabot nécessaire au tir, ont effectivement la forme d’une flèche de métal de quelques centimètres de diamètres pour cinquante centimètres de long environ (comme sur la photo ce-contre). Les obus flèches sont généralement composés d’un noyau très dense : en France on utilise le tungstène, aux USA, l’uranium appauvri ou le tungstène. Tous les obus flèches ne sont pas à l’uranium appauvri. Mais on trouve d’autres obus perforant avec de l’UA : certains obus de 30 mm de l’A-10 en contiennent parce que cet avion a une vocation de « tueur de chars ». L’UA est également utilisé parfois comme blindage, en raison de sa dureté. On le trouve par exemple dans les panneaux avant des tourelles de M1 Abrams américains, mais aussi dans la tête de certains types de missiles (Tomahawk) destinés à pénétrer profondément dans le sol : un « bouclier » à l’UA permet de protéger l’intégrité de l’électronique de mise à feu lors de la pénétration.

Il est vrai que l’usage de l’UA est soumis à controverse depuis la première guerre du Golfe. L’énergie dégagée à l’impact provoque une brutale hausse de pression et de température dans un véhicule clos, tel un char. Du fait de la brusque augmentation de température, les munitions du véhicule touché explosent la plupart du temps, provoquant la destruction du véhicule. En brûlant, les résidus de barreaux d’UA pourraient dégager de l’oxyde d’uranium, une poussière radioactive toxique si elle est respirée et qu’elle se dépose dans les poumons. Bien qu’aucune étude n’ait pu prouver de liens de cause à effet, l’uranium appauvri pourrait faire partie des causes du « syndrome de la guerre du Golfe », aux côtés de nombre d’autres substances. Quoiqu’il en soit, bien qu’étant d’une redoutable efficacité contre des véhicules, aucune de ces armes n’a la moindre utilité au Mali, étant donné que l’ennemi sur place n’a ni blindé, ni bunker (pour les grottes, d’autres armes sont plus efficaces).

La France a-t-elle des armes à l’uranium appauvri ?

La France en a possédé, mais ce n’est plus le cas. La France a produit des obus à l’UA pour ses chars AMX-30 en calibre 105mm. Ils sont aujourd’hui retirés du service opérationnel et leurs obus aussi. Nous avons certes déployé au Mali des AMX-10RC qui disposent eux aussi d’un canon de 105mm. Aurions-nous profité de l’occasion pour écouler de vieux stocks ? Non, car bien que de même calibre, les deux canons ne peuvent tirer les mêmes munitions. Le canon de l’AMX 10-RC est en quelque sorte une version « light » qui ne supporterait pas la charge des obus de l’AMX-30 (sans compter le fait qu’ils ne rentrent tout simplement pas dans la chambre de tir). L’hélicoptère Tigre aurait-il utilisé des munitions à l’UA ? Non plus, car les munitions du Tigre, spécifiques à son canon, sont fabriquées par Nexter, qui ne produit plus aucune munitions à l’UA depuis des années. Le Rafale utilise-t-il des munitions à l’UA ? Non, car les munitions purement perforantes n’ont que peu d’intérêt pour une arme destinée à l’auto-défense contre les autres avions : des obus explosifs-incendiaires sont beaucoup plus utiles. De plus, les Rafales ont été spécialement équipés de pods de désignation pour pouvoir tirer à distance de sécurité : une passe canon à basse altitude à Mach 1 ne sert à rien lorsque l’on dispose de bombes guidées laser. Que ce soit en Libye ou au Mali, aucun Rafale ne s’est servi de son canon pour neutraliser une cible au sol, contrairement aux Tigres.

De plus l’UA n’entre dans la composition d’aucune bombe d’avions française. Les munitions à l’UA sont utilisées exclusivement comme armes anti-véhicules et très rarement en anti-bunker (au moins dans la doctrine française) : ces armes n’avaient aucun intérêt au Mali et il est très probable que même les obus flèches au Tungstène soient restés en France, car rien ne justifiait leur usage là où un obus explosif est beaucoup plus utile. De plus il n’est même pas certain que les chars aient effectué beaucoup de tirs dans ce qui ressemble surtout à un combat d’infanterie pur.

D’où vient cette rumeur ?

On touche là au cœur du problème de toute personne cherchant à informer : la fiabilité des sources. Sur internet rien n’est jamais garanti et même les sites les plus sérieux se font parfois intoxiqués. Il est par contre curieux de voir que la polémique sur l’UA provient de sites ouvertement qualifiés de « sites de propagande », et qu’elle est reprise sans la moindre mise en perspective.

La source de cette rumeur n’a jamais été cachée ou difficile à trouver : l’accusation vient de sites djihadistes liés à Ansar-Dine, qui, pour seule « preuve » de cet usage, parle de la « chaleur intense des explosions des bombes à l’uranium appauvri ». Comme expliqué plus haut, l’UA est un métal, choisi pour sa très grande densité. L’uranium n’explose pas et ne dégage pas de chaleur particulière, en dehors des frappes sur un véhicule hermétiquement clos. Mais le résultat n’est pas spécifique à l’UA et serait le même avec une charge creuse. Certains n’ont pas hésité malgré cela à qualifier ces frappes « d’explosions nucléaires ». Il est par contre assez regrettable de constater que ce genre d’informations est relayée très officiellement par des sites d’informations reconnus (2) et par certains de nos élus (3).


(3) http://noelmamere.eelv.fr/mali-la-france-utilise-des-armes-a-uranium-appauvri/Références autres :
http://www.legrandsoir.info/exclusif-utilisation-d-armes-a-l-uranium-appauvri-au-mali-les-choses-avancent-un-peu-question-du-depute-andre-chassaigne-et-de.html
http://www.centpourcentnaturel.fr/post/2013/02/10/La-France-utilise-t-elle-des-armes-a-uranium-appauvri-au-Mali
http://lessakele.over-blog.fr/article-ansar-dine-la-france-empoisonne-des-puits-et-utilise-des-armes-interdites-par-la-loi-internationale-116324949.html
http://patrickkaczmarek.over-blog.com/article-armes-a-uranium-appauvri-au-mali-116008591.html
http://blogs.mediapart.fr/blog/clement-dousset/060313/massacre-tranquille-au-mali
http://www.reporterre.net/spip.php?article3816
http://lesoufflecestmavie.unblog.fr/2013/01/16/mali-lomerta-sur-lutilisation-des-armes-a-luranium-appauvri-par-la-france-thierry-lamireau/
http://www.alwihdainfo.com/Mali-Les-islamistes-d-Ansar-Dine-accusent-la-France-d-empoisonner-des-puits_a7022.html
http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-9979.html

Remarques:

(Le Souffle c’est ma Vie / LAMIREAU Thierry)

Dire que « la FRANCE ne possède plus d’armes à l’uranium appauvri, que NEXTER ne vend plus d’armes à l’uranium appauvri, que les RAFALE n’utilisent pas d’armes à l’uranium appauvri est réellement MENSONGER et SCANDALEUX d’autant que le Ministère de la Défense dit lui-même « qu’ils sont obligés d’utiliser de telles armes faute de technologies nouvelles » ! (cf. réponse écrite de l’ancien Ministre de la Défense à une question écrite d’un député).

Dire que la « rumeur vient de sites djihadistes liés à Ansar-Dine » est tout à fait risible !…puisque l’info première vient de la parution de ma « lettre ouverte » au Président HOLLANDE !

Le site « Entreprise Défense et Relations Internationales » souhaite manipuler les consciences et utilise les techniques habituelles de déstabilisation des « lanceurs d’alerte »…

BRAVO LES P’TITS GARS, VOTRE ATTITUDE EST MAGISTRALE !

Ansar Dine accuse les Français de polluer les

puits du Nord Mali

(Romain Mielcarek)

Ansar Dine accuse l’armée française dans un communiqué d’utiliser des bombes à l’uranium appauvri et d’empoisonner des puits. Une démarche désespérée qui est relayée par les mouvements fondamentalistes de la région.

Le groupe islamiste touareg Ansar Dine est à la peine depuis le début de l’intervention française. Alors que deux de ses leaders, Mohamed Moussa Ag Mouhamed et Ahmadou Ag Abdallah, ont été arrêté, toute une partie de ce mouvement s’est éloignée avec l’espoir de participer à des négociations pacifistes. Les autres ont suivi leur grand chef, Iyad ag Ghali, recherché pour terrorisme, qui aurait rejoint les combattants d’AQMI.

Ansar Dine cherche un moyen de continuer le combat et vient de diffuser un étonnant communiqué de presse : le groupe accuse l’armée française d’utiliser des armes chargées d’uranium et d’empoisonner des puits. Cette fausse information a été reprise dans quelques médias du monde musulman mais fait surtout le tour des réseaux sociaux où plusieurs pages ont été consacrées au sujet. L’Institut de Recherche sur les Médias au Moyen-Orient (MEMRI) remarque ainsi un message relayé par un groupe Facebook ayant réunit 5000 « likes ».

Le communiqué a été largement distribué dans la ville de Gossi, sur la route de Gao. Il explique que les Français et les Maliens utilisent dans les Ifoghas des bombes à l’uranium appauvri. Le document complète en expliquant que « les troupes françaises et maliennes ont empoisonné un certain nombre de puits dans des zones proches des montagnes Ifoghas et Azwagh ».

Une tentative désespérée de retourner la population, majoritairement hostile à la présence djihadiste ? Le message trouve en tous les cas des relais au sein des mouvements islamistes de la région. Le groupe « La loi salafiste au Maroc » relaie et dénonce ainsi un « crime immoral » de la France, dont il remarque qu’elle est le « parfait exemple de la culture progressiste occidentale« .

La question de l’uranium appauvri, utilisé dans certains obus perforants notamment lors des guerres du Golfe et du Kosovo a également fait le tour de certains sites, y compris en français. La France y est accusée d’utiliser ces armes dans le nord Mali. Sans être interdites, faute d’un accord international- Paris fait partie des pays opposés aux différents textes évoqués jusqu’ici -, ces munitions ont été abandonnées à l’usage par les forces tricolores.

A propos de l’auteur:

Romain Mielcarek

Journaliste indépendant, Romain Mielcarek s’est spécialisé sur les thématiques liées à la défense et à la diplomatie. Il travaille régulièrement pour Atlantico, Slate, Défense et Sécurité Internationale et Pays Emergents. Doctorant en sciences sociales, il mène une thèse sur l’influence de l’armée française sur le récit médiatique de la guerre en Afghanistan. Membre de l’Alliance Géostratégique, il a participé à la rédaction des ouvrages « Les guerres low-cost » (Esprit du Livre / 2011) et « Stratégies dans le cyberespace » (Esprit du Livre / 2011).

Commentaires:

(Le Souffle c’est ma Vie / LAMIREAU Thierry)

On constate donc le même type de baratin utilisé par le premier article !

On verra dans les échanges ci-dessous que ce « journaliste indépendant » a seulement donné quelques coups de fil pour écrire son article…auprès de qui ?…nul ne le sait…un peu léger pour affirmer être un « journaliste indépendant » ! Et puis, enfin, vouloir sortir une Thèse sur « L’influence de l’armée française sur le récit médiatique de la guerre en Afghanistan » serait assez marrant si le sujet n’était pas aussi grave ! Bref, une thèse d’avance « viciée » et noyautée par l’Armée française à mettre directement dans la rubrique « promotion, désinformation et valorisation de nos glorieux combattants » alors que certains (les soldats malades encore vivants) luttent contre le Ministère de la Défense pour une reconnaissance de leurs graves pathologies!

G.

19 mars 2013 à 20 h 10 min

Jolie propagande. Ils ont toutefois oublié la baguette magique de Harry Potter et le bâton de Gandalf…

Alors, les bombes/armes à l’uranium appauvri. La première fois que j’en ai entendu parler c’était pendant le premier Guerre du Golfe – la première revue militaire venait d’apparaitre dans mon petit pays de l’Est (il s’appelait « Top Gun », et traitait surtout de l’aviation) et moi, gamin de dix ans, rêvant de devenir un jour pilote de chasse, dévorait littéralement chaque numéro… Je me rappelle très bien de la photo impressionnante montrant côte-à-côte un VW Coccinelle et le fameux canon Gatling GAU-8 Avenger qui équipe les A-10 Warthog… et qui utilisait ce fameux obus de 30 à l’uranium appauvri (même si cela ne me disait pas grand-chose à l’époque).
Si j’ai bien compris la raison d’être de l’uranium dans les obus perforants (beh je signale que je ne suis pas ingénieur de l’armement), c’est leur poids. Ils peuvent traverser un char de bataille (de l’époque). Le radioactivité n’est qu’une conséquence de leur « désintégration » sur le cible et n’est pas du tout l’effet recherché.
Donc, de l’uranium appauvri dans des munitions perforants, oui. Dans de bombes ??? Quel intérêt ??? Et surtout, si Monsieur Ansar Dine et Co. avait des T-55, OK, on pourrait éventuellement les canarder aux perfo-incendiaire à la sauce uranium PGU-14. Des BTR et pick-ups pourris ? Je me permets de penser très fort que de l’explo est mieux adapté.

Ensuite, « empoisonner les puits ».
Quand on sait que l’Armée Française, ou qu’elle aille, a des règles d’engagement plutôt strictes et très compatibles avec les droits, conventions et autres mascarades qui donnent bonne conscience (à la guerre on tue mais que si on ne peut pas faire autrement et toujours gentiment, hein) et limitent fortement l’efficacité militaire des troupes (on a l’habitude, on fait avec), j’aurais encore une fois beaucoup de mal à croire cet affirmation. Au même titre, on n’utilise pas de lance flammes pour nettoyer des grottes… même s’il serait plutôt efficace (encore une fois, corrigez-moi si je me trompe, mais je crois comprendre que le lance-flammes n’est pas interdit par les Conventions de Genève de 1980, seulement limité à l’usage loin des populations civiles).

Bref, ils font leur Psy-Ops. Ce qui peut être ridicule pour nous – peut être crédible pour les moins bien renseignés. A nous de leur répondre.

LAMIREAU Thierry

23 mars 2013 à 16 h 01 min

Messieurs,
Votre ignorance sur le sujet me sidère !
Regardez les documents du Ministère de la Défense, observez, à travers les (rares) images données en pâture par le Ministère de la Défense, les munitions diverses mises sous les carlingues des aéronefs et notamment des MIRAGE 2000 et des RAFALE et vous constaterez que la FRANCE utilise des armes à l’uranium « appauvri ». Relisez les réponses du Ministère de la Défense aux questions de députés, etc.
A ce jour, deux questions écrites ont été envoyées par un député et une sénatrice au Ministre de la Défense quant à l’utilisation des armes à l’uranium « appauvri » par la FRANCE au MALI…pas de réponse…et pas de démenti.
Soit le Ministre répond qu’il n’y a pas d’utilisation de ces armes (et donc il ment puisque l’on voit les armes sous les carlingues avant l’envol des aéronefs) soit il indique que ces armes sont utilisées mais sans conséquence pour l’environnement et les populations autochtones !
Avant d’écrire n’importe quoi et de participer à la désinformation et à l’OMERTA, lisez ! …renseignez-vous !
A ce jour, toujours pas de réponse du Président HOLLANDE quant à l’envoi (recommandé avec accusé de réception) de ma « lettre ouverte » quant à l’utilisation de ces armes par la FRANCE au MALI !
Je vous renvoie à mon blog…pour parfaire votre information.
Pour rappel, voici la copie de ma « lettre ouverte »:

LAMIREAU Thierry RUMILLY, le 24 Janvier 2013
6 bis, route de la FULY
74150 RUMILLY
Réalisateur du film “URANIUM EN LIMOUSIN”

LETTRE OUVERTE
Envoi : recommandé avec accusé de réception

M.François HOLLANDE
Président de la République française
Palais de l’Elysée
55-57, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 PARIS

Objet: non utilisation, destruction et interdiction des armes à l’uranium « appauvri »
par l’Etat français

Monsieur,

Vous avez choisi, récemment, de faire intervenir les différents corps de l’armée française sur le territoire du MALI.
A cette occasion, permettez-moi de vous envoyer cette LETTRE OUVERTE.

Réalisateur du film « URANIUM EN LIMOUSIN » et également enseignant en Haute-Savoie auprès d’enfants de la maternelle, permettez-moi de vous indiquer que je reste très sensible à tout ce qui touche aux Droits de l’Homme et plus généralement à l’intégrité humaine.
En effet, la France, les Etats-Unis et quelques autres utilisent, lors de conflits (à travers par exemple les interventions de l’OTAN, les mandats de l’ONU ou en nom propre des pays) divers, des armes dites « munitions flèches » à l’uranium « appauvri ».
Certains aéronefs (avions de chasse, hélicoptères d’attaque, certains blindés) ont ainsi envoyé ces armes sur les sols de l’ex-Yougoslavie, en Bosnie, en Serbie, au Kosovo, en Afghanistan, en Irak, en Libye, au Liban, etc.
Au Mali, en votre nom, la France a décidé d’envoyer, entre autres, des MIRAGE 2000, des RAFALE, des hélicoptères TIGRE et certains blindés.
Pour une destruction plus rapide et « efficace », ces appareils utilisent les « munitions flèches » à l’uranium « appauvri ».
Bizarrement, les médias ne peuvent témoigner des actions de l’armée française notamment dans le nord du Mali.
L’une des raisons de cette « omerta » est très certainement l’utilisation des armes à l’uranium « appauvri » par les aéronefs français.
Mon expérience de l’analyse des rares images présentées ici ou là m’amène justement à aller vers cette affirmation.
Ainsi, cette utilisation d’armes nucléaires s’est banalisée dans l’indifférence générale.
L’uranium métal inclus dans le pénétrateur de ces armes est, si l’on peut dire, l’arbalète des temps modernes.
L’uranium « appauvri » est plus dense que le plomb et, de ce fait, au lieu de traverser un char en traverse deux ou pénètre dans des bâtiments en béton à des profondeurs encore plus importantes.
Après le lancement de l’obus, le sabot s’ouvre en libérant le pénétrateur à une vitesse supersonique de 1700 mètres par seconde.
A cette vitesse, l’impact est celui d’un caillou dans l’eau, le blindage de l’objectif visé jouant le rôle de l’eau et la flèche de l’arme celui du caillou.

Environ 50 pays (dont la France) détiennent ou fabriquent (et peuvent donc utiliser) des munitions contenant de l’uranium « appauvri ».
Ces pays affirment que « l’utilisation de ces munitions se justifie sur un plan militaire car elles sont plus « efficaces » que celles au tungstène (l’autre option principale) pour pénétrer dans les blindages ou le béton » (Ministère de la Défense 2001, Memorandum : Gulf War Illnesses, présenté au Defence Select Committee de la Chambre des Communes, le 26 avril 2001, Londres, HMSO, P.37. Department of the Air Force, Headquarters United States Air Force).
Ajoutons que l’uranium “appauvri” coûte moins cher que le tungstène et qu’il est plus largement disponible.
En outre, la densité et la vitesse de ces armes permettent aux pilotes qui les lancent de se trouver plus loin de la cible lorsqu’ils tirent, ce qui accroît leur sécurité (Pour une étude de l’intérêt militaire de l’uranium appauvri, voir Carnaham, 2008).

Mais ces armes possèdent d’autres effets, ceux-là, plus dévastateurs et à très longs termes.
L’entrée brutale dans la cible entraîne une surpression terrible capable de faire sauter une tourelle de char comme un bouchon de champagne. De plus, la vitesse et le contact entre les deux matériaux (celui de l’arme et de la cible) dégagent une énorme chaleur de rayonnement dont l’effet destructeur s’ajoute aux précédents. Enfin, l’uranium est un matériau pyrophorique, c’est-à-dire qu’il prend feu dans l’air. L’uranium s’oxyde si vite qu’il prend feu en libérant IN SITU différentes particules radioactives ET chimiques.
Je tire ces informations d’un document de l’OTAN en date du 25 août 1992 (Document AC/258-D/425).
L’on peut lire dans ce même document :
« Un dépôt important de poussière d’uranium, de l’ordre de quelques g/m2, peut avoir un effet toxique sur les plantes et sur le bétail en pâture. Le dépôt d’uranium « appauvri » pourrait alors finir par être ingéré par l’homme, si la contamination se met dans la chaîne alimentaire.
Le taux de conversion de l’uranium « appauvri » métallique en oxyde, sous la forme de particules d’un format potentiellement respirable (très petites), est bien plus important (de 10 à 1000 fois) en cas d’explosion qu’en cas d’incendie. En outre, des éclats d’uranium « appauvri » en feu peuvent être projetés à des distances considérables, créant des sources secondaires de fumée d’uranium « appauvri » et de contamination de la surface. »
Les pays voisins des régions bombardées n’ont pas été épargnés par les retombées de particules radioactives et chimiques…comme le Koweït, l’Arabie Saoudite, l’Iran, des régions d’Albanie, de Macédoine, de Grèce, du Pakistan, pour ne citer qu’eux.
Il y a donc une pollution des sols, des eaux et de l’air pour plusieurs milliards d’années et cela provoque des problèmes importants de morbidité (nombreuses maladies induites), de mortalité et d’apparition de malformations congénitales monstrueuses puisque l’ADN est touché…il y a, de ce fait, une transmission aux générations suivantes.

L’uranium « appauvri » est un déchet nucléaire « recyclé » par les pays utilisateurs comme une munition classique.
C’est un déchet radioactif issu de l’enrichissement de l’uranium destiné aux réacteurs nucléaires civils et militaires.
Il contient environ 0,2% d’uranium 235 et 99,75% d’uranium 238 dont la demie vie (période) est de 4,5 milliards d’années (l’âge de la terre !). On l’appelle « appauvri » parce que son activité est de 40% inférieure à celle de l’uranium naturel…ce qui ne signifie nullement qu’il est moins dangereux !
Il faut, en effet, rappeler que l’uranium « appauvri » utilisé dans l’armement est mélangé à de l’uranium issu des usines de retraitement qui contient des produits de fission hautement radioactifs comme l’uranium 236, le plutonium 238 et 239, le technétium 99 ou le ruthénium 106 qui potentialisent de fait sa nocivité.

Le mythe de la « guerre propre » a fait long feu…si je puis dire !…pour les peuples autochtones comme pour les militaires et journalistes ayant approché de trop près les pollutions de ces armes.

L’Agence Internationale de l’Energie Atomique prévoit d’ailleurs un excès d’un demi million de morts rien que pour l’Irak !

Il y a une violation des règles internationales de radioprotection.
Selon le Droit International sur le contrôle des armements, les armes à l’uranium « appauvri » sont illégales (Convention de LA HAYE de 1899 et 1907, de GENEVE de 1925 et 1949, Charte de NUREMBERG de 1945, Convention des Nations Unies du 10 octobre 1980 dite « Convention des armes inhumaines ») pour les raisons citées précédemment.
« Dans la plupart des rapports officiels, la question du respect de la réglementation et des normes de radioprotection est totalement éludée. Pareillement, le terme de « déchets radioactifs » et les prescriptions qui s’y rapportent sont tabous. C’est pourtant la terminologie appropriée pour décrire les obus et munitions à l’uranium appauvri dispersés dans l’environnement. » (Document CRIIRAD Corinne Castanier et Bruno Chareyron).

La désinformation, qui présente l’uranium « appauvri » comme un produit anodin, permet aux pays comme la France de se défausser de la prise en charge des coûts de décontamination mais surtout de banaliser dans l’indifférence générale l’usage de telles armes dans les conflits en condamnant pour « l’éternité » des populations civiles innocentes.

Arrêtons ce massacre sous couvert de l’OMS et de l’ONU !
L’utilisation de ces armes à l’uranium « appauvri » est un CRIME CONTRE L’HUMANITE !

Il y a, malheureusement, pire que la folie fanatique d’un individu comme celle, par exemple, de Mohamed MERAH…il y a la folie meurtrière des Etats comme la France et bien d’autres.

Les efforts de désarmement ont enregistré, au fil des années, des succès remarquables…même si toutes les armes devraient être interdites !
Ces initiatives n’étaient pas complètement aléatoires ; elles visaient généralement à neutraliser et à retirer de la circulation des armes pouvant enfreindre le droit des conflits armés.

Les Etats ont interdit les armes chimiques en 1993, puis les armes à laser aveuglantes en 1995 et les mines antipersonnel en 1997.
La campagne de désarmement la plus récente a conduit à l’interdiction des armes à sous-munitions (pour les pays qui adhèrent à la Convention sur les armes à sous-munitions de 2008).
Quelles armes « nouvelles » devraient faire l’objet d’un prochain traité d’interdiction ?
Nombre de personnes pensent que ce devrait être les armes à l’uranium « appauvri » !

Vous êtes le Président de la République française.
Vous avez décidé d’engager les forces françaises dans un conflit au Mali en utilisant des aéronefs qui « consomment » des munitions flèches à l’uranium « appauvri ».
Je souhaiterais donc connaître votre engagement concernant ce grave problème…bien plus important que celui d’un individu fanatique puisqu’il concerne l’engagement moral de notre Nation vis-à-vis du peuple français et des Nations de la planète comme au Mali.

Vous engagez-vous à arrêter, détruire et interdire l’usage des armes à l’uranium « appauvri » et à œuvrer sans relâche auprès des instances internationales comme l’ONU pour que ces munitions soient définitivement interdites dans tous les conflits sur la planète ?

Vous exprimant par avance ma très vive gratitude, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’hommage de mon profond respect.

Thierry LAMIREAU

Blog: lesoufflecestmavie.unblog.fr

G.

24 mars 2013 à 2 h 47 min

Monsieur,
Votre assurance sur le sujet me sidère !

Puis-je donc vous prier de nous éclairer dans notre ignorance crasse et nous donner les références de ces (rares) images ou « les munitions diverses mises sous les carlingues des aéronefs et notamment des MIRAGE 2000 et des RAFALE » apparaissent pour qu’on puisse constater  » que la FRANCE utilise des armes à l’uranium « appauvri » » ? Genre « www.defense.gouv.fr/photos-de-mali » ou « magasine DSI/RAIDS/Paris Match/Hot Video numéro 58 page 23″.

En attendant le plaisir de vous lire,

G.

LAMIREAU Thierry

24 mars 2013 à 12 h 10 min

Monsieur,
Très simple.
Vous revisionnez toutes les vidéos que l’on trouve sur le site du Ministère de la défense depuis le début de l’opération SERVAL. Vous regardez ce qui a été tourné par les équipes de télé françaises notamment sur le tarmac des lieux autorisés et vous essayez de visualiser ce qui a été tourné par des télés étrangères.
Vous regardez toutes les photos proposées par le même ministère et vous cherchez sur les blogs de militaires français.
Vous lisez tous les communiqués du Ministre depuis le début de l’intervention au MALI.
Nous en reparlerons également lorsqu’il y aura (s’il y en a) des réponses aux questions écrites du député et de la sénatrice.
Bref, vous faîtes un VRAI travail d’investigation digne d’un journaliste intègre…journaliste que je ne suis pas même si j’ai parfois la même recherche.
En bref, soit vous savez et vous ne dîtes rien, soit vous êtes dans l’ignorance.
Cordialement,
Thierry LAMIREAU

LAMIREAU Thierry

24 mars 2013 à 12 h 13 min

PS:
Cherchez sur mon blog et vous aurez déjà certaines vidéos et images.

G.

24 mars 2013 à 15 h 36 min

Monsieur,

Sur ces images et vidéos, on peut effectivement voir, montés sous ces avions, outre que les pods de désignation et réservoirs de kérosène, un certain nombre de bombes, configuration AASM (rare – http://www.ecpad.fr/wp-content/gallery/operation_serval_depart_mission/20130114_Tchad_14_OPJanvier_0048.jpg) ou GBU (le plus souvent – http://www.ecpad.fr/wp-content/gallery/operation_serval_operation_aerienne/20130203_Tchad_44_OPFevrier_0065.jpg).

Je vous repose la question puisque le sujet n’est pas « nos avions sont-ils armés » mais « utilisent-ils des bombes à l’uranium appauvri ». Ou voyez-vous un seul corps de bombe « Bunker-buster » contenant ce fameux UA ? A ma connaissance (limité je le répète) ces derniers sont légèrement plus grands (restons à l’identification visuelle, plus facile) que les Mk82 que je crois déceler sur ces images.

Vous nous traitez d’ignorante et déroulez une jolie lettre plein de bonnes intentions au Monsieur le Président de la République. Vous donnez de vagues affirmations basés sur certains images. Vous affirmez que les armes contenant de l’uranium appauvri sont illégales, citant les conventions internationales – relisez mon com’ précédent sur ce fameux lance-flamme cité à titre d’exemple : les armes incendiaires ne sont pas interdits d’emploi – « Le Protocole III n’interdit pas absolument l’usage des armes incendiaires mais il le limite, excluant un tel usage sur des objectifs militaires situés dans des zones à haute densité de population, du fait du risque qu’un tel usage ferait courir à la population si le feu venait à se répandre. » (http://untreaty.un.org/cod/avl/ha/cprccc/cprccc.html).

Voyons. Soyez à la hauteur de vos ambitions. Montrez-vous sérieux et donnez nous vos sources, informatiques ou sur papier.

Cordialement

G.

P.S.: Vous êtes bien la premier personne me « traitant » de journaliste…

LAMIREAU Thierry

24 mars 2013 à 19 h 35 min

Monsieur,
Vous commencez à trouver l’existence de certaines armes à l’uranium « appauvri ».
Vous êtes journalistes, pas moi.
Pourtant j’ai fait le travail des journalistes !
Cherchez encore et vous trouverez toutes les réponses dans d’autres articles qui sont sur mon site.
Cela fait des jours que je suis sur le sujet. Je ne vous fournirai pas tout alors que vous n’avez pas fait mes recherches.
Exemple FAUX de votre part:
« Paris fait parti des pays opposés aux différents textes évoqués jusqu’ici -, ces munitions ont été abandonné à l’usage par les forces tricolores. »
Relisez les réponses du Ministère de la Défense à ce sujet: c’est le contraire qui est indiqué !
La France fait partie des Etats qui ont refusé de déclarer les armes à l’uranium « appauvri » illégales. Pire, le Ministère de la Défense répond que ce sont les seules armes actuelles aptes à avoir une telle efficacité d’autant qu’elles permettent un tir plus éloigné des cibles (meilleure sécurité pour les aéronefs et les pilotes)…donc, le Ministère de la Défense indique qu’en conséquence ces armes sont utilisées.
Je vous invite aussi à aller sur le site de DASSAULT et à chercher l’armement des MIRAGE 2000 et des RAFALE. Toutes les armes à l’uranium « appauvri » y sont présentées avec une petite nuance tout de même…Comme avec l’entreprise NEXTER, pour être plus discret, il est indiqué dans les notices « tungstène »…vous remplacez tungstène par « uranium appauvri » et vous trouverez les armes en question !
Vous aurez aussi les indications: « armes semi-pénétrantes » ou « pénétrantes. Vous lirez également: certifié OTAN…et avec tout cela vous aurez trouvé presque toutes les armes à l’uranium « appauvri » !
Les GBU et les AASM sont à l’uranium « appauvri » (cf. notice DASSAULT) !
Je n’ai aucune « ambition » et je suis sérieux…d’autant que je prends de gros risques avec tout cela et vous…AUCUN !
Je cherche à ALERTER, c’est tout.
Ah, j’oubliais, je suis un ancien irradié et, depuis 2001, j’enchaîne de graves pathologies liées à mes irradiations passées sur des sites nucléaires français pour réaliser un documentaire et…pour apporter des infos pendant 25 années à des écologistes en col blanc et à des journalistes paresseux intellectuellement…
Pour le « journaliste », c’est vous-même qui indiquez: « journaliste indépendant » !
Thierry LAMIREAU

Romain Mielcarek

25 mars 2013 à 15 h 28 min

Cher Monsieur,

Navré de ne répondre qu’aujourd’hui, faute de temps.

J’admire votre incroyable travail de recherche et d’investigation, dont nous ne voyons malheureusement que peu de résultat ici, en dehors d’une flopée de réflexions à la limite de l’insulte. Mais passons.

Je ne suis effectivement pas un expert de la balistique, de ce type d’armements ou de la problématique de l’uranium appauvri. J’ai passé quelques coups de fil en rédigeant ce billet pour confirmer ce que je croyais savoir. Toutes m’ont confirmée notre compétence à utiliser de telles armes et le fait que nous l’ayons fait par le passé, notamment lors de la guerre du Golfe. Toutes m’ont aussi assuré que nous ne le faisions plus aujourd’hui, ayant remplacé au maximum ce type de charges par d’autres technologiques (G. a d’ores et déjà évoqué le tungstene).

Je ne dis pas que les Français n’utiliserons jamais d’armes utilisant de l’uranium appauvri. Je n’en ai pas l’assurance. Je ne peux d’ailleurs pas assurer que mes différentes sources ne puissent pas se tromper ou avoir été mal informées. Le fait est que j’ai pour l’instant cette version de manière récurrente.

De l’autre, j’ai des gens comme vous qui fabriquent d’étonnant puzzle de « preuves irréfutables », curieux mélange d’opinion, d’improvisations techniques et de sites aussi sérieux que les différentes plateformes du Réseau Voltaire ou de Grand Soir.

Je suis parfaitement conscient de la capacité des grandes institutions et industries à enfumer le public, étant donné que c’est mon sujet de thèse. Je suis aussi tout à fait conscient des limites du travail des shérifs de la vérité dans votre genre, qui croient être capable à grands renforts d’exposés farfelus et d’agressivité, de nous imposer ce qu’ils croient être la vérité.

Sur ce, je vous remercie tout de même de vos commentaires, tout en espérant que nous puissions continuer le débat sur un ton plus serein, et m’en retourne à ma très modeste pratique de mon métier.

Bien à vous,

Romain Mielcarek

G.

24 mars 2013 à 22 h 50 min

Monsieur,

ce sera la dernière réponse de ma part sur ce sujet.

Primo, vous avez bien remarqué dans votre dernier commentaire que je ne suis pas Mr Mielcarek.
Secundo, je ne « commence pas » de découvrir que de telles armes existent. Relisez mon tout premier post ou j’ai parlé du PGU-14. Je n’ai pas affirmé que de bombes ou obus à l’uranium appauvri n’existaient pas, ni qu’ils ne puissent être en possession de l’Armée Française. Ce que je conteste est la pertinence de leur utilisation au Mali.
Tertio, le fait que la France renonce à l’utilisation ne rende pas ces armes illégales selon les conventions que vous avez cité.
Quarto, les bombes, donc les pilotes d’avion, n’ont aucun avantage de portée du fait du poids de l’UA (selon les lois du physique c’est plutôt un handicap), c’est au pénétration que ça joue. Vous avez du mal comprendre la réponse du MinDef (et encore, manque de référence).
Quinto, le tungstène est même plus efficace que l’UA puisque plus dense (http://environmentalchemistry.com/yogi/periodic/density.html ). En tout cas « remplacer tungstène par UA » pour trouver ces armes est quand même léger comme méthode.
Sexto, qu’est-ce-que déjà un GBU ou un AASM ? GBU est pour Guided Bomb Unit, en français bombe guidé. AASM : Armement Air-Sol Modulable. Il s’agit dans les deux cas d’ajouter sur un « corps de bombe » un système de guidage, que ce soit inertielle, GPS, laser ou infrarouge et « des ailes » pour l’augmentation du portée et le manœuvre – il s’agit donc d’un vecteur. Le corps de bombe, la munition proprement dite peut varier d’une petite enveloppe Mk82 rempli de béton (frappe cinétique en zone urbaine) jusqu’au votre bien-aimé BLU-116 ou autre Bunker-Buster. Donc, pour résumer/simplifier, prenez une bombe, rajoutez un système de guidage et vous obtenez un AASM/GBU/JDAM.
Liens :
AASM http://www.safran-group.com/site-safran/defense/defense-aeronautique/systemes-d-armes/aasm/
GBU : http://www.fas.org/man/dod-101/sys/smart/index.html
Sinon regardez au moins Wikipédia for god’s sake…
Vous aurez été très aimable quand même de nous donner la référence de cette notice Dassault qui affirme que tous contiennent de l’UA…

Quand à traiter de gens d’ignorant – à manipuler avec précaution quand vous ne maitrisez le sujet à cent-pour-cent non plus… Je suis toujours preneur pour des corrections ou critiques mais le moindre des choses est qu’ils soient argumentés/solides.

Pour terminer, je suis sincèrement désolé que vous avez été irradié. Mais comme vous l’écrivez vous l’avez été sur des sites nucléaires (civiles je suppose) et non suite à un manipulation ou exposition à ces munitions. Portez donc la guerre aux inspecteurs des centres et non contre nous.

Cordialement

G.

LAMIREAU Thierry

25 mars 2013 à 19 h 43 min

Chers amis,
Nous en resterons donc là.
Je vois qu’il vous manque beaucoup d’infos pour être capables d’écrire de telles erreurs et contre-vérités (à nouveau dans votre dernier message)…sur un site intitulé « actu défense, c’est le comble.
Ce sera aussi ma dernière intervention.
Quant à Monsieur Romain MIELCAREK, je vous remercie pour votre réponse.
Cependant, je « vous laisse à votre métier » et aussi à votre « ignorance » concernant l’utilisation des armes à l’uranium « appauvri » par la FRANCE au MALI.
Vous avez raison: gardez votre « sérénité »…pendant que des populations autochtones sont touchées dans leur intégrité: l’ADN !
La gravité du sujet ne peut être abordé « sereinement » car il induit une augmentation de la morbidité et de la mortalité.
BRAVES GENS, DORMEZ TRANQUILLES…IL N’Y A RIEN A VOIR !
Thierry LAMIREAU

Romain Mielcarek

25 mars 2013 à 20 h 38 min

Oui, oui, nous n’avons malheureusement pas tous le talent pour découvrir ces terribles secrets concernant des tirs d’obus flèche sur des cailloux et des chameaux )

G.

25 mars 2013 à 20 h 53 min

Pas grave, Romain.

Citation :
« Pour un Zoo « agréable à vivre, agréable
à voir », nous vous remercions de respecter
certaines règles de sécurité :
– Ne pas donner à manger aux animaux
-… »

Do not feed the troll.

Publié dans : REFLEXIONS PERSONNELLES |le 21 avril, 2013 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 3 juin 2015 à 7 h 01 min Frédéric écrit:

    Merci de ce petit rappel à l’ordre qui n’a semble t’il pas était lu jusqu’au par certains intervenant. C’est du même style que la rumeurs disant que les Tomahawks emportaient des dizaines de kg d’UA dans les empennages. Que certains on en dans leur charge militaire, entendu, mais surement pas dans cette partie :)

    Concernant les AMX-30 français, on à était en retard au niveau des obus flèches (au tungstène) et les cavaliers en Arabie au sein de la division daguet n’en ont essayé qu’a partir de cette date alors qu’ils étaient être en stock depuis environ 1982. Je sais qu’ils coûtent cher, mais niveau entrainement, c’est plus que limite.

    Répondre

Laisser un commentaire

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007