EXCEPTIONNEL:RAPPORT SUR LES MALFORMATIONS CONGENITALES A FALLUJAH EN IRAK APRES L’UTILISATION DES ARMES A L’URANIUM « APPAUVRI »(Human Rights Now / JAPON / Azuko ITO))

Human Rights Now

(JAPON /Azuko ITO)

Immediate Release

EXCEPTIONNEL:RAPPORT SUR LES MALFORMATIONS CONGENITALES A FALLUJAH EN IRAK APRES L'UTILISATION DES ARMES A L'URANIUM

10 years after the war, Innocent New Lives are Still Dying and Suffering In Iraq.

Human Rights NGO publish the Report of a Fact Finding Mission on Congenital Birth Defects in Fallujah, Iraq in 2013

ATTENTION:

Les conséquences TERRIBLES de la guerre en IRAK après l’utilisation des armes au phosphore et à l’uranium « appauvri » !

De nombreuses photographies peuvent choquer.

This year marks the tenth anniversary of the Iraq War. After the war, particularly in the most recent few years, a deeply troubling rise in the numbers of birth defects has been reported by doctors in Iraq, leading to suspicions that environmental contamination from the war may be having a significant negative effect on the health of local people, and in particular infants and children. For instance in Fallujah, the city heavily attacked by the US twice in 2004, the data of Fallujah General Hospital shows that around 15% of babies of all births in Fallujah since 2003 have some congenital birth defect.

Human Rights Now (HRN), a Tokyo based international human rights NGO in consultative status with the UNEconomic and Social Council, conducted a fact-finding mission in Fallujah, Iraq in early 2013 to investigate thesituation of the reported increasing number of birth defects in Iraq.

Today, HRN published a report over 50 pages entitled  »Innocent New Lives are Still Dying and Suffering in Iraq » on this investigation.

This is the first investigation conducted by an international human rights NGO on the congenital birth defect issue in Iraq since 2003. Despite the gravity of the situation, there has not been a sufficient investigation of the health consequences associated with toxic munitions in Iraq by the US, UK or any independent international organization such as a UN body.

Through one month period’s extensive investigation, the fact finding team has found an extraordinary situation of congenital birth defects in both nature and quantity. The investigation suggested a significant rise in these health consequences in the period following the war, and HRN found that the rights to health and life of children have been seriously violated in Fallujah, Iraq, and that the epidemic of congenital birth defects in Iraq needs immediate international attention.

The report discloses documentation and photos of over 70 cases of recent birth defects in Fallujah, with the permission of the hospital and the families.   »Although the disclosure of such incidents is an extremely sensitive issue, the families and especially the mothers expressed a strong desire to share their cases in order to highlight the birth defect situation in Iraq. We sincerely hope many people in the world, especially the states concerned as well as relevant international institutions,  know the gravity of the victimization. », Kazuko Ito, Secretary General of Human Rights Now stated.

An overview of scientific literature relating to the effects of uranium and heavy metals associated with munitions used in the 2003 Iraq War and occupation, together with potential exposure pathways, strongly suggest that environmental contamination resulting from combat during the Iraq War may be playing a significant role in the observed rate of birth defects. However, without sufficient disclosure of information related to toxic weapons used during the conflict, the cause of problem has not yet been identified.

In order to prevent further victimization of the lives of innocent children, it is urgent that a comprehensiveinvestigation into the prevalence of birth defects and toxicity related illnesses in Iraq be conducted, including any correlation between such illnesses to scrap or munitions debris left by the Iraq conflict.  It is essential to investigatethe sources and spread of birth defects, identify causes, establish effective public health policies and medical care, and provide appropriate compensation for victims.

Human Rights Now therefore calls on the US and UK governments to disclose all information regarding the types of weapons used during the occupation, quantities fired, and exact firing points, and to take necessary measures to protect the right to health and life of the local people if a pollution problem is indicated.

Furthermore, HRN calls on the Iraqi government to establish an independent commission into investigating serious health problems reported after the war, and the UN Human Rights Council to establish measures for the investigation of all human rights abuses committed during the war, including the use of inhumane and toxic weapons. The outcomes of the WHO investigation into the birth defect issue in Iraq has yet to be publically released, but in the event of a public health issue being identified, HRN additionally urges the WHO to provide technical assistance and guidance in creating policies and measures to tackle the issue, as well as to consider conducting further investigations to try to better clarify the epidemiological nature of the phenomenon.

TRADUCTION APPROXIMATIVE:

Cette année marque le dixième anniversaire de la guerre en Irak. Après la guerre, en particulier au cours des dernières années, une augmentation très inquiétante du nombre de malformations congénitales a été rapportée par les médecins en Irak, ce qui conduit à des soupçons sur la contamination de l’environnement et que la guerre peut avoir un effet négatif significatif sur la santé des populations locales, et en particulier sur les nourrissons et les enfants. Par exemple, dans Fallujah, la ville fortement attaquée par les Etats-Unis à deux reprises en 2004, les données de l’Hôpital général de Falloujah montrent que près de 15% des bébés de toutes les naissances à Falloujah depuis 2003 ont certaines anomalies congénitales.

Human Rights Now (HRN), ONG de défense des Droits de l’Homme à Tokyo dotée du statut consultatif auprès du Conseil Antiéconomique et social, a mené une mission d’établissement des faits à Falloujah, en Irak au début de 2013 pour étudier la situation de l’augmentation du nombre signalé d’anomalies congénitales en Irak .

Aujourd’hui, HRN a publié un rapport de plus de 50 pages intitulé « Innocentes nouvelles vies continuant à mourir et souffrance en Irak ».

Il s’agit de la première enquête menée par une ONG internationale des Droits de l’Homme sur la question de l’anomalie congénitale en Irak depuis 2003. Malgré la gravité de la situation, il n’y a pas eu d’enquête suffisante sur les conséquences pour la santé liées à  l’utilisation des  munitions toxiques en Irak (phosphore, uranium « appauvri ») par les Etats-Unis, Royaume-Uni ou toute organisation internationale comme l’ONU.

Grâce à une vaste enquête menée sur une période d’un mois, l’équipe a trouvé une situation extraordinaire de malformations congénitales en nature et en quantité. L’enquête a suggéré une augmentation significative de ces conséquences sur la santé dans la période qui a suivi la guerre, et HRN a constaté que les droits à la santé et à la vie des enfants ont été sérieusement violés à Falloujah, en Irak. L’épidémie de malformations congénitales en Irak nécessite un besoin immédiat de l’attention internationale.

Le rapport apporte une documentation et des photos de plus de 70 cas d’anomalies congénitales récentes dans Fallujah, avec l’autorisation de l’hôpital et des familles. « Bien que la divulgation de ces incidents soit un sujet extrêmement sensible, les familles et surtout les mères ont exprimé un fort désir de partager leur cas afin de mettre en évidence la situation de malformations congénitales en Irak. Nous espérons sincèrement que beaucoup de personnes dans le monde, en particulier les Etats concernés ainsi que les institutions internationales concernées, découvriront la gravité de la situation. », Kazuko Ito, Secrétaire général de « Human Rights Now ».

Un survol de la littérature scientifique concernant les effets de l’uranium et des métaux lourds associés aux munitions utilisées lors de la guerre et de l’occupation en Irak de 2003, ainsi que les voies d’exposition potentielles, suggèrent fortement que la contamination de l’environnement résultant de combats pendant la guerre en Irak peut jouer un rôle important dans le taux observé de malformations congénitales. Cependant, sans une précision suffisante sur les informations relatives aux armes toxiques utilisées pendant le conflit, la cause du problème n’a pas encore été suffisamment identifiée.

Afin d’éviter une nouvelle victimisation de la vie des enfants innocents, il est urgent qu’une sérieuse investigation dans la prévalence des malformations congénitales et des maladies liées à la toxicité en Irak soit menée, y compris toute corrélation entre ces maladies et l’explosion ou les débris des munitions laissées après le conflit en Irak. Il est essentiel de rechercher les sources et la propagation de malformations congénitales, d’identifier les causes, d’établir des politiques de santé publique efficaces et des soins médicaux, et de fournir une indemnisation appropriée des victimes.

Human Rights Now invite donc les gouvernements américain et britannique à divulguer toutes les informations concernant les types d’armes utilisés pendant l’occupation, les quantités tirées, et les points de tir exacts, et à prendre les mesures nécessaires pour protéger le droit à la santé et la vie des populations locales si un problème de pollution est indiqué.

En outre, HRN appelle le gouvernement irakien à mettre en place une commission indépendante pour une enquête sur les graves problèmes de santé signalés après la guerre, et le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies d’établir des mesures pour enquêter sur toutes les violations des Droits Humains commises pendant la guerre, y compris l’utilisation inhumaine des armes toxiques. Les résultats de l’enquête de l’OMS sur la question des malformations congénitales en Irak n’ont pas encore été publiquement libérés.

Dans le cas d’un problème de santé publique identifié, HRN exhorte en outre l’OMS à fournir une assistance technique et des conseils dans la création de politiques et de mesures pour lutter contre la question, ainsi que mener d’autres investigations pour essayer de mieux préciser la nature épidémiologique du phénomène.

fichier pdf Iraq Report April 2013

fichier pdf Iraq Report April 2013 Appendix-1

fichier pdf Iraq Report April 2013 Appendix-2 

BONUS:

Un film de FEURAT ALANI

2ème BONUS:

« La guerre invisible »

Un film de Martin Meissonnier 

produit par Roger Trilling

 

URANIUM APPAUVRI EN IRAK:

DES GÉNÉRATIONS DÉTRUITES POUR DES

MILLIONS D’ANNÉES                                                                                                                   http://www.dailymotion.com/video/xz89ft

 

Publié dans : REFLEXIONS PERSONNELLES |le 20 avril, 2013 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007