COREE DU NORD: WASHINGTON PRÊT A FAIRE FACE A TOUTE EVENTUALITE (AFP)

-ALERTE -

COREE DU NORD: WASHINGTON PRÊT A FAIRE FACE A TOUTE EVENTUALITE (AFP) dans REFLEXIONS PERSONNELLES b2

Corée du Nord:

Washington prêt à faire face à

toute éventualité

WASHINGTON – Les Etats-Unis sont prêts à faire face à toute éventualité en provenance de la Corée du Nord, qui est de plus en plus une source de danger, a affirmé, jeudi 28 mars 2013 le Secrétaire Américain à la Défense Chuck Hagel lors d’une conférence de presse.

Nous serons prêts –nous devons être prêts– à faire face à toute éventualité, a déclaré le chef du Pentagone, après que l’armée américaine eut annoncé que deux bombardiers furtifs B-2 américains à capacité nucléaire avaient effectué une mission d’entraînement jeudi 28 mars 2013 au-dessus de la Corée du Sud.

(©AFP / 28 mars 2013 20h12)

 La Russie redoute une

situation hors de contrôle

en Corée du Nord

 MOSCOU – La Russie a mis en garde vendredi 29 mars 2013 contre des actions unilatérales qui risquent de faire perdre le contrôle de la situation en Corée du Nord, où le régime prépare ses missiles pour d’éventuelles frappes contre les Etats-Unis.

Nous pouvons perdre le contrôle de la situation, elle s’engage dans la spirale d’un cercle vicieux, a déclaré le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, au cours d’une conférence de presse.

Nous sommes préoccupés par le fait que des actions unilatérales, consistant à intensifier les activités militaires, sont entreprises autour de la Corée du Nord parallèlement à la réaction appropriée du Conseil de Sécurité de l’ONU et à la réaction collective de la communauté internationale, a-t-il ajouté.

La Russie appelle tous les pays à s’abstenir de montrer leur force militaire et à ne pas utiliser la situation actuelle pour atteindre des objectifs géopolitiques dans la région par des moyens militaires, a-t-il encore dit.

Le dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong-Un, a ordonné vendredi des préparatifs en vue de frappes de missiles visant le continent américain et les bases des Etats-Unis dans l’océan Pacifique, en réponse à des vols d’entraînement de bombardiers furtifs B-2 américains, dans un contexte de tensions accrues sur la péninsule coréenne.

Les Etats-Unis avaient annoncé la veille que deux bombardiers furtifs B-2 avaient survolé la Corée du Sud au cours de sessions d’entraînement, soulignant ainsi l’engagement américain aux côtés de son allié sud-coréen en cette période de tensions.

Depuis début mars et l’adoption de nouvelles sanctions par l’ONU à l’égard de la Corée du Nord après son troisième test nucléaire, Pyongyang a haussé le ton, menaçant régulièrement Séoul et Washington de frappes stratégiques et de guerre totale.

Selon un expert militaire russe interrogé par l’agence de presse Interfax, la Corée du Nord multiplie les provocations sans avoir les moyens d’atteindre les Etats-Unis.

Pour le moment, la Corée de Nord ne dispose pas de lanceur qui pourrait atteindre les Etats-Unis ou leurs bases dans l’océan Pacifique, a déclaré l’expert sous couvert de l’anonymat.

Les Coréens du Nord sont aussi loin de fabriquer des têtes nucléaires qui pourraient équiper un missile intercontinental balistique, a-t-il ajouté.

L’expert a estimé que les photos publiées vendredi par les médias nord-coréens semblant témoigner de projets d’attaque des Etats-Unis étaient de nouveaux épouvantails agités par Pyongyang.

Je ne crois pas à la possibilité de telles frappes. Les Nord-Coréens ont eu recours périodiquement à telles menaces, déjà avant Kim Jong-Un, a-t-il souligné.

Les déclarations de la Corée du Nord, qui relèvent de la provocation, donnent en réalité un très bon prétexte à Washington pour étendre ses capacités de défense anti-missile dans la région Asie-Pacifique, a encore dit l’expert russe.

(©AFP / 29 mars 2013 15h26)

 La Chine appelle

à des efforts conjoints

pour

réduire

les tensions en Corée

 PEKIN – La Chine a appelé vendredi 29 mars 2013 à des efforts conjoints pour réduire les tensions dans la péninsule coréenne, suite aux préparatifs ordonnés par le numéro un du régime de Pyongyang Kim Jong-Un en vue de frappes de missiles vers le continent américain.

Nous appelons les parties concernées à faire des efforts conjoints pour détendre la situation, a déclaré le porte-parole du Ministère Chinois des Affaires Etrangères, Hong Lei, lors d’un point de presse régulier à Pékin.

La paix et la stabilité dans la péninsule coréenne servent l’intérêt commun, a ajouté M. Hong.

La Chine est le seul allié de la Corée du Nord et son premier partenaire commercial, qui fournit notamment à Pyongyang des ressources énergétiques indispensables à son économie.

Mais Pékin a voté au Conseil de Sécurité en faveur du renforcement des sanctions à l’égard de la Corée du Nord après le troisième essai nucléaire de ce pays le mois dernier.

Les tensions dans la péninsule se sont accrues ces derniers jours.

En réponse à des vols d’entraînement de bombardiers furtifs B-2 américains au-dessus de la Corée du Sud, Kin Jong-Un a ordonné ces préparatifs qui visent aussi les bases américaines dans le Pacifique.

En cas de provocation téméraire des Américains, les forces nord-coréennes devront frapper sans pitié le continent américain (…), les bases militaires du Pacifique, y compris Hawaï et Guam, et celles qui se trouvent en Corée du Sud, a déclaré Kim, selon des propos rapportés par l’agence officielle KCNA.

Les experts militaires américains ont toutefois noté que pour le moment, la montée en puissance de la rhétorique belliqueuse du Nord ne s’est pas accompagnée d’actions militaires.

(©AFP / 29 mars 2013 09h30) 

Corée du Nord:

Moscou appelle

à une retenue maximale

MOSCOU – La Russie a appelé samedi 30 mars 2013 les deux Corées et les Etats-Unis à faire preuve d’une responsabilité et d’une retenue maximales après que les Nord-Coréens ont annoncé qu’ils étaient en état de guerre avec Séoul.

Nous attendons des deux camps qu’ils exercent une responsabilité et une retenue maximales et que personne ne franchisse le point de non-retour, a dit à l’agence Interfax Grigori Logvinov, responsable russe chargé de la Corée au Ministère des Affaires Etrangères.

Nous ne pouvons naturellement pas rester indifférents au moment où une escalade de la tension a lieu à nos frontières orientales, a ajouté le diplomate. Nous ne pouvons que nous inquiéter.

La Russie, a-t-il dit, est en contact permanent avec ses partenaires engagés dans les négociations à six sur le nucléaire nord-coréen (les deux Corées, la Chine, les Etats-Unis et le Japon).

Par ailleurs, une source diplomatique citée par Interfax a fait l’éloge de la position de Washington et de Séoul dans la crise actuelle. La situation est bien sûr très tendue et dangereuse mais il y a des éléments encourageants: la réaction des Etats-Unis et de la Corée du Sud est mesurée et calme jusqu’à un certain point, selon cette source.

(©AFP / 30 mars 2013 10h38) 

 Corée du Nord: 

Les Etats-Unis déploient une plate-forme radar

antimissile

WASHINGTON – Les Etats-Unis déploient un radar de défense antimissile balistique pour détecter depuis le Pacifique d’éventuels lancements de missiles nord-coréens, a-t-on appris mardi auprès d’un responsable américain de la Défense.

Ce système –appelé SBX– est doté d’un radar en bande X, monté sur une plate-forme semi-submersible surmontée d’un énorme radôme. Il devrait se positionner à l’est du Japon et de là être en mesure de détecter tout lancement et de suivre la trajectoire de tout missile lancé depuis la Corée.

Ce déploiement a été qualifié de « routine » par ce responsable sous couvert d’anonymat. Selon le porte-parole du Pentagone George Little, le SBX effectue un essai semestriel de ses systèmes mais a jugé qu’il serait incorrect à ce stade de lier le (déploiement du) SBX à ce qui se passe sur la péninsule coréenne.

Outre le destroyer antimissile USS McCain, le destroyer antimissile USS Decatur a également été déployé dans le Pacifique occidental, a ajouté M. Little.

Dotés du système Aegis, ces navires ont pour mission de protéger nos intérêts, nos propres troupes dans la région et nos alliés, dont le Japon, a-t-il précisé.

Des missiles ciblant la Corée du Sud seraient plutôt traités par des systèmes antimissile terrestres comme les Patriot ou les missiles Thaad.

Quelque 28.500 militaires américains sont basés en Corée du Sud, près de 50.000 au Japon et des milliers d’autres sur les bases américaines de Guam et d’Hawaï.

Dans ce qui s’apparente à une diplomatie de la canonnière, les Etats-Unis ont multiplié ces derniers jours les annonces concernant les mouvements d’équipements militaires.

Le Pentagone a ainsi rendu public le vol de bombardiers B-52 et surtout de bombardiers furtifs B-2 au-dessus du territoire sud-coréen ainsi que l’envoi sur la base d’Osan en Corée du Sud de deux F-22 Raptor, les chasseurs furtifs les plus avancés de l’arsenal américain.

Ces deux appareils ne devraient en revanche pas participer à l’exercice annuel Foal Eagle américano-sud-coréen, qui doit durer jusqu’au 30 avril 2013, mais être en simple présentation statique pour informer les responsables militaires sud-coréens sur ces capacités, selon un responsable de la Défense.

Washington prend toutefois soin de ne pas rajouter à la tension. Je peux vous dire que notre réponse et les moyens déployés sont des mesures de prudence, logiques et mesurées, a assuré le porte-parole du Pentagone.

Si la Corée du Nord multiplie chaque jour les déclarations belliqueuses, annonçant ainsi mardi 2 avril 2013 qu’elle redémarrait un réacteur nucléaire mis à l’arrêt en 2007, la Maison Blanche a fait savoir lundi que cette rhétorique n’était accompagnée d’aucun geste présageant d’une action militaire d’ampleur.

Le site internet des forces américaines en Corée était par ailleurs inaccessible mardi. A ce stade, il semble que cela soit une simple panne de matériel, selon M. Little.

(©AFP / 02 avril 2013 20h39)  

 -ALERTE -

L’armée nord-coréenne dit avoir le feu vert pour

des frappes nucléaires contre les Etats-Unis

SEOUL – L’armée nord-coréenne a annoncé jeudi 3 avril 2013 qu’elle avait reçu l’approbation finale pour déclencher des opérations militaires contre les Etats-Unis, y compris d’éventuelles frappes nucléaires.

Dans un communiqué cité par l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA, l’état-major général de l’armée déclare informer officiellement Washington que les menaces américaines seront écrasées par des moyens de frappe nucléaire. L’opération impitoyable des forces nord-coréennes a été définitivement examinée et ratifiée, affirme le communiqué.
(©AFP / 03 avril 2013 22h04)

 -ALERTE -

Corée: les Etats-Unis vont déployer une batterie

antimissile à Guam

WASHINGTON – Les Etats-Unis vont déployer dans les prochaines semaines une batterie antimissile THAAD sur l’île de Guam, où ils disposent d’une importante base militaire, face aux menaces nord-coréennes, a annoncé mercredi 3 avril 2013 le Pentagone.

Le système THAAD, capable d’intercepter un missile à haute altitude, s’ajoute aux déploiements de deux destroyers Aegis antimissile dans le Pacifique occidental pour faire face à un éventuel lancement de missile balistique par Pyongyang.

(©AFP / 03 avril 2013 20h41) 

 Un missile nord-coréen pointé sur l’île

américaine de Guam

La Corée du Nord a placé sur sa côte Est ce qui semble être un missile de moyenne portée, a rapporté jeudi 4 avril 2013 l’agence de presse Yonhap. Cette nouvelle provocation a suscité les réactions inquiètes de l’ONU et de nombreuses chancelleries à l’étranger.

On ignore si le missile de type Musudan positionné sur la côte Est est équipé d’une ogive et si la Corée du Nord a l’intention de le tirer ou de simplement d’effectuer une démonstration de force, a dit une source gouvernementale sud-coréenne citée par Yonhap.

Quoi qu’il en soit, il a un rayon d’action estimé à 3000 kilomètres au moins, ce qui placerait l’intégralité de la Corée du Sud et du Japon, voire l’île américaine de Guam dans le Pacifique, à sa portée.

Pyongyang avait auparavant entériné le principe d’une potentielle attaque nucléaire contre les Etats-Unis, considérant que l’actuelle démonstration de force de l’armée américaine autour de la péninsule coréenne dans le cadre de manoeuvres militaires conjointes avec la Corée du Sud constitue le prélude d’une éventuelle attaque nucléaire contre la Corée du Nord.

« Le moment approche »

En conséquence, le régime communiste nord-coréen a « ratifié » le principe d’une offensive contre les Etats-Unis, potentiellement à l’aide d’une frappe nucléaire. « L’opération impitoyable de ses forces révolutionnaires armées à ce sujet a été finalement étudiée et ratifiée », a déclaré un porte-parole de l’état-major de l’armée nord-coréenne.

« Le moment de l’explosion approche rapidement. Personne ne peut dire si une guerre va éclater ou non en Corée, ni si elle va éclater aujourd’hui ou demain », ajoute KCNA.

En réaction, Washington a décidé de déployer un système de défense antimissile sur l’île de Guam, dans le Pacifique, face à un risque jugé « clair et réel ». Ce système THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) comprend un lanceur de missiles mobile, des missiles intercepteurs, un radar et un système de mise à feu intégré.

Mercredi, la Corée du Nord a fermé l’accès à la zone industrielle de Kaesong exploitée conjointement avec la Corée du Sud à la frontière entre les deux pays, toujours techniquement en guerre depuis le cessez-le-feu conclu à l’issue du conflit de 1950-53.

(ats / 04.04.2013 17h36)

 Les forces militaires en présence dans la

péninsule coréenne

SEOUL – La Corée du Nord a annoncé jeudi 4 avril 2013 avoir approuvé un projet de frappes nucléaires contre les Etats-Unis, ultime menace d’une longue série qui a ravivé les tensions toujours latentes sur la péninsule coréenne depuis la fin de la guerre (1950-53).

Voici les forces en présence de part et d’autre de la frontière qui partage la péninsule aux alentours du 38e parallèle, une zone démilitarisée, figée dans la Guerre froide, qui est en fait la zone la plus militarisée du monde.

Les chiffres sont tirés du rapport annuel 2011 Equilibre Militaire de l’Institut International des Etudes Stratégiques, basé à Londres.

LES FORCES EN PRESENCE

Les forces armées coréennes mobilisent 1,2 million de personnes. Elles possèdent 4.100 chars, 2.500 blindés, 8.500 engins d’artillerie et 5.100 lance-roquettes multiples.

Le Nord possède également 620 avions de combat et 300 hélicoptères, 383 navires de guerre et de patrouille. On estime à 600 le nombre de missiles Scud capables d’atteindre la Corée du Sud, et entre 200 et 300 ceux à portée du Japon.

Le Nord dispose probablement de suffisamment de plutonium pour fabriquer entre 4 et 8 bombes nucléaires mais nul ne sait si, à l’issue de son troisième essai nucléaire en février, il est capable de miniaturiser les charges pour les expédier.

Les experts pensent qu’une grande partie de son équipement militaire est obsolète et souffre de pénuries de pièces et de carburant. Mais l’artillerie conventionnelle et les missiles pourraient occasionner d’importants dégâts, en particulier sur la capitale sud-coréenne Séoul qui se situe à 50 km de la frontière.

Le Nord aurait également jusqu’à 5.000 tonnes d’armes chimiques pouvant être emportées par artillerie ou missile.

L’armée sud-coréenne est forte de 655.000 hommes, appuyés par 28.000 soldats américains stationnés dans le pays depuis la guerre.

La Corée du Sud possède 2.400 chars, 2.600 blindés, 5.200 engins d’artillerie, 200 lanceurs de roquettes et 6.000 mortiers. Son armée de l’air est équipée de 460 avions de combat et 680 hélicoptères, sa marine compte 111 navires de guerre et de patrouille et 41 navires de débarquement.

Ces chiffres ne prennent pas en compte les vastes forces américaines susceptibles d’être déployées dans des délais très courts depuis le Pacifique ou le Japon.

LE PARAPLUIE NUCLEAIRE

Les Etats-Unis ont retiré toutes leurs armés nucléaires tactiques de Corée du Sud en 1991 et le Sud n’en possède pas. Mais les Etats-Unis lui garantissent un parapluie nucléaire. Washington a déployé en entraînement ces derniers jours dans le ciel sud-coréen des bombardiers B-52 et B-2, capables d’emporter des charges nucléaires, ainsi que des chasseurs F-22.

LES SCENARII

Les prophéties apocalyptiques de la Corée du Nord ne se réaliseront probablement pas, aucun des pays concernés n’ayant en réalité intérêt à un conflit ouvert, selon les analystes. Pyongyang pourrait en revanche provoquer un incident frontalier, comme le bombardement de l’île sud-coréenne de Yeonpyeong en 2010 qui avait fait 4 morts.

Mais le Sud, qui avait à l’époque mollement répondu, a cette fois promis une sévère riposte. Un traité américano-sud-coréen signé en mars prévoit une réponse conjointe dans cette hypothèse.

(©AFP / 04 avril 2013 16h23) 

 Corées:

Des ambassades réfléchissent à une

évacuation de Pyongyang

Les chefs de missions diplomatiques de l’Union Européenne présents en Corée du Nord devaient discuter samedi 6 avril 2013 d’une éventuelle évacuation en raison de l’aggravation des tensions dans la péninsule coréenne. Le site intercoréen de Kaesong restait fermé.

La Corée du Nord, qui a installé un deuxième missile de moyenne portée sur sa côte est, alimentant les craintes d’un tir imminent, a averti qu’elle ne pouvait plus garantir la sécurité des missions diplomatiques à Pyongyang à compter du 10 avril en cas de conflit.

Les chefs des missions diplomatiques de l’UE présents à Pyongyang devaient se réunir samedi « pour discuter d’une position commune et d’une action commune » concernant leur personnel diplomatique, a annoncé le ministère bulgare des Affaires étrangères.

Mais aucun pays ne semblait avoir de projet immédiat d’évacuation et certaines capitales estimaient qu’il ne s’agissait que d’une nouvelle manoeuvre nord-coréenne pour faire monter la pression.

Drone américain au Japon
L’armée américaine est de son côté sur le point de déployer un avion espion sans pilote sur une de ses bases au Japon, selon la presse nippone. Cette annonce intervient au moment où Pyongyang se montre de plus en plus menaçant à l’égard de ses pays voisins.

« Il a été confirmé que la Corée du Nord avait transporté en train, en début de semaine, deux missiles Musudan, de moyenne portée, vers la côte est, et les avait installés sur des véhicules équipés d’un dispositif de tir », a déclaré un haut responsable du gouvernement sud-coréen.

Le Musudan aurait une portée théorique de 3000 kilomètres, soit la capacité d’atteindre la Corée du Sud ou le Japon. L’engin pourrait toucher des cibles à 4000 km en cas de charge légère, et donc, en principe, frapper Guam, île du Pacifique située à 3380 km de la Corée du Nord et où se trouvent 6000 soldats américains.

L’accès au complexe industriel de Kaesong, devenu un pion stratégique dans cette guerre des nerfs, restait fermé samedi matin, la Corée du Nord refusant depuis mercredi l’entrée du site aux Sud-Coréens qui s’y rendent quotidiennement pour y travailler.

(ats / 06.04.2013 12h01) 

 Séoul et Washington

relèvent leur surveillance militaire

La Corée du Sud et les Etats-Unis ont relevé mercredi 10 avril 2013 d’un cran le niveau de surveillance militaire conjoint face aux menaces d’un tir de missile par la Corée du Nord, a rapporté l’agence sud-coréenne Yonhap. Le Japon est lui « en état d’alerte » pour intercepter si nécessaire un missile nord-coréen.

Le commandement intégré des forces américaines et sud-coréennes ont relevé au niveau 2 cette procédure, désormais synonyme de « menace vitale », selon un responsable militaire ayant requis l’anonymat. En temps de paix le niveau de surveillance est de 4 et de 1 en temps de guerre.

Furieux du train de sanctions adopté par l’ONU après l’essai nucléaire de février et des manoeuvres militaires conjointes en cours entre les Etats-Unis et la Corée du Sud, Pyongyang a multiplié ces dernières semaines les déclarations belliqueuses.

Pyongyang a déployé sur sa côte orientale deux missiles Musudan, d’une portée théorique pouvant atteindre 4000 kilomètres, soit la capacité théorique de toucher la Corée du Sud, le Japon ou encore l’île américaine de Guam, selon Séoul.

« La Corée du Nord joue avec le feu et n’aide pas à désamorcer une situation instable », a dit le Secrétaire Américain à la Défense, Chuck Hagel.

Japon en alerte

Dans ce contexte, le Premier Ministre nippon Shinzo Abe a répété que son gouvernement prenait « toutes les mesures possibles pour protéger la vie des Japonais et assurer leur sécurité ».

« Nous sommes en état d’alerte depuis que nous avons déployé nos unités militaires. Nous alllons rester prêts et vigilants », a renchéri le Ministre de la Défense Itsunori Onodera.

L’armée japonaise a installé mardi des missiles Patriot dans le centre de Tokyo et autour de la capitale pour faire face à tout tir de la Corée du Nord qui menacerait l’archipel. Des batteries d’intercepteurs devaient aussi être mises en place sur l’île méridionale d’Okinawa. Tokyo a également déployé des destroyers équipés du système d’interception Aegis en mer du Japon.

Poste-frontière chinois fermé

Et mercredi, le plus important poste-frontière chinois avec la Corée du Nord, à Dandong (nord-est), était fermé pour les groupes de touristes, a indiqué un responsable des douanes de cette ville, qui a ajouté que la frontière restait ouverte pour les affaires.

Le renseignement militaire sud-coréen affirme que le Nord est désormais prêt à effectuer un tir de missile. Celui-ci pourrait intervenir autour du 15 avril, date-anniversaire de la naissance du fondateur de la Corée du Nord communiste, Kim Il-Sung, décédé en 1994.

(ats / 10.04.2013 21h40)

 Rampes de lancement de missile dressées en

Corée du Nord

Une ou deux rampes de lancement de missile de moyenne-portée Musudan sont orientées vers le ciel en Corée du Nord, ont indiqué des médias japonais, citant un responsable du ministère nippon de la Défense. Séoul redoute que Pyongyang ne procède à un essai dans les heures ou jours à venir.

Les chaînes de télévision nippone ont évoqué des observations par satellite. Contacté par l’AFP, le Ministère Japonais de la Défense a refusé de commenter ces informations.

Mouvements

A Séoul, une source du renseignement militaire sud-coréen a expliqué à l’agence Yonhap que deux missiles Musudan avaient été régulièrement sortis de leur hangar sur la côte est, puis rentrés. Au même moment, au moins cinq véhicules lanceurs mobiles étaient eux aussi déplacés.

« Il y a des signes indiquant que le Nord pourrait tirer les missiles Musudan à tout moment dans un avenir proche », a précisé cette source à l’agence de presse sud-coréenne. « Mais le Nord n’a cessé de déplacer ses missiles », a-t-elle ajouté.

La Corée du Nord cherche à « lasser » les agents américains et sud-coréens chargés de surveiller les rampes, selon une autre source du renseignement sud-coréen. Les Etats-Unis et la Corée du Sud ont relevé d’un cran, mercredi 10 avril 2013, leur niveau de vigilance.

Date anniversaire

La Corée du Nord a transporté en train, en début de semaine dernière, deux missiles Musudan et les a installés sur des véhicules équipés d’un dispositif de tir, selon Séoul.

Le Musudan aurait une portée théorique de 3000 kilomètres, soit la capacité d’atteindre la Corée du Sud ou le Japon. L’engin pourrait même toucher des cibles à 4000 kilomètres en n’emportant qu’une charge légère, et donc théoriquement frapper Guam, île du Pacifique située à 3380 kilomètres de la Corée du Nord et où se trouvent 6000 soldats américains.

L’éventuel tir de missile pourrait survenir d’ici au 15 avril 2013, jour de naissance du fondateur de la République Démocratique Populaire de Corée (nom officiel de la Corée du Nord), Kim Il-sung, décédé en 1994.

(ats / 11.04.2013 15h01)   

Publié dans : REFLEXIONS PERSONNELLES |le 28 mars, 2013 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007