USA: LE VEAU D’OR EN RAQUETTES ASSERMENTEES (Gaëtan PELLETIER / la vidure / legrandsoir.info)

U.S.A. :

USA: LE VEAU D'OR EN RAQUETTES ASSERMENTEES (Gaëtan PELLETIER / la vidure / legrandsoir.info) dans REFLEXIONS PERSONNELLES sourire-600x400

Le veau d’or en raquettes assermentées

arton19061-10efd BIBLE dans REFLEXIONS PERSONNELLES
Gaëtan PELLETIER

« Personne n’a plus intérêt à un monde en paix que le pays le plus puissant » - Barack Obama

Citant le texte de la déclaration d’indépendance face à plusieurs centaines de milliers de personnes rassemblées devant le Capitole, le 44e président américain a affirmé à ses compatriotes : « Notre voyage ne sera pas terminé » tant que ces questions ne seront pas réglées. « Maintenant, plus encore que jamais, nous devons faire tout cela ensemble, comme un seul pays et un seul peuple », a-t-il lancé sous les acclamations de la foule. Le monde

Il y a des animaux qui se fondent dans la nature, au point où on ne les voit pas…

Il doit exister, ou il faudrait l’inventer, une loi de la gravité qui stipule que plus la cérémonie est féérique et gonflée comme les muscles d’Arnold – jadis -, plus il y’a des anguilles qui s’agitent sous roche.

Dommage que l’on ait pu créer et entretenir un monde où la jeunesse s’est fait Alzheimerisée au grand total par des systèmes « d’éducations » dans lesquels l’étudiant est une marchandise à vendre à l’État. Si la vie n’était pas une série d’échecs et d’expériences, nous ne pourrions rien apprendre de nos erreurs. C’est comme ça, qu’à la « fin », on devient un peu plus savants et sage. C’est une loi qui égale celle de la gravité… On tombe de haut, alors que jeune, on pensait voler…

Mais…

Voilà le mais… L’Histoire, et ses tricotés du grandiose, a fait en sorte que se perpétue cette saleté d’ignorance. Car l’ignorance, c’est l’oubli. Ne pas trop se gaufrer de savoirs comme le Big Mac ou le poulet « triché » à la Kentucky… On meure tous d’une indigestion de la vie… Alors, pour les amateurs de « règne de mille ans », comme je le disais, il faudrait des psys pour les peuples. Le gras et le sel servent d’appât pour les amateurs de fast food. C’est une partie du cerveau qui, jadis, avait besoin de faire des réserves pour survivre. Mais de quoi donc se nourrissent les peuples ?

De cette délectation enrobée d’une couche de « dieux »… Le veau d’or ? Ça ne vous dit rien ?

Le symbole de l’idolâtrie…

« Pendant l’ascension du mont Sinaï par Moïse, pour recevoir les tables de la Loi, les Hébreux, nouvellement libérés du joug du Pharaon, pressèrent Aaron de leur construire une idole d’or, en fondant les bracelets et colliers qu’ils avaient réussi à prendre avec eux. Il construisit un veau d’or qu’ils adorèrent à l’imitation du taureau Apis qui était adoré en Égypte. »

Nous vivons maintenant dans un monde dans lequel nous nous fondons tous pour satisfaire l’appétit des dieux qui passent et repassent dans l’Histoire. À la queue leu leu…

À la queue leu leu.. (Vieilli) Jeu d’enfants [1] [2], ainsi appelé parce qu’à ce jeu on marche à la suite les uns des autres, comme marchent les loups, qu’on appelait autrefois leux dans certaines régions du nord de la France.

Qui donc peut « croire » aux vertus de ce nazisme rose ?

Obama discours

Des mots, des signes, des croyants…

Face au président de la Cour Suprême, John Roberts, Barack Obama a ensuite levé la main droite et posé la gauche sur deux Bibles, tenues par son épouse Michelle : celle d’Abraham Lincoln, sauveur de l’Union et émancipateur des esclaves, et celle de Martin Luther King dont, coïncidence, la mémoire est honorée lundi aux Etats-Unis. Le monde

Deux bibles ?

Pourquoi pas quatre ? Pourquoi pas dix ?

L’authenticité et l’ouverture sur le reste de la planète, de la simplicité et de la beauté de l’unicité de chaque être humain ne fait pas partie du « plan » des États-Unis. Les États-Unis ont un « plan » pour le monde…

Tous les mots, toutes les bibles, toutes les religions n’amélioreront en rien ce monde si nous ne pratiquons pas ce que nous lisons et si nous n’avons pas un esprit critique sur les veaux qui nous mènent à l’abattoir.

Billy Pèlerin avait le pouvoir de voyager dans le temps et de mener plusieurs existences à la fois. Il se trouvait, dans une bulle de verre, sur la planète Tralfamadore auprès de la belle Montana Patachon. Mais il est, en même temps, en février 1945, au fond d’un abattoir de Dresde sous le plus terrible bombardement aérien de la Seconde Guerre Mondiale. Pendant que les savants de Tralfamadore observaient son accouplement avec Montana, Billy se trouvait également dans son magasin d’optique d’une petite ville des États-Unis et, toujours au même instant, dans une colonne de prisonniers américains en Allemagne. Le futur de Billy Pèlerin faisait partie de son passé et il lui restait encore à vivre les événements dont il gardait déjà le souvenir. Abattoir 5, ou la croisade des enfants

De la science fiction…

Qui nous apprend une chose : si nous ne savons pas voyager dans le temps de par nos connaissances, notre savoir, notre attention, nous allons faire en sorte que se reproduisent les veaux d’or.

On s’arrachera la peau comme des grands brûlés…

À queue l’eau l’eau… Pour s’éteindre quand il sera trop tard.

Depuis la mort de « Dieu », il n’y a plus personne de méchant : il n’y a que des grandes causes qui, elles, persistent.

Nous sommes tous des dommages collatéraux d’une guerre de croyants et de fanatiques, nourris par une sorte de nourriture hypocrite intraveineuse, ou intra-cervicale.

Peu importe… Nous vivons le résultat.

L’autruche a un gros derrière mais la tête dans le sable…

Cultivons nos gros derrières. On est dans le sable. Mais on est beaux à en pleurer. Sang et eau pour Wall-Street et les Compagnies à numéros.

Vous valez plus que ça… C’est juste qu’on vous a fait croire que vous ne valez rien sans l’État-Dieu et son veau brûlé que vous élisez.

Vous avez échangé votre être pour un autre « monté pièce par pièce », irréel, en imagerie concoctée savamment (sic).

Jésus a multiplié les poissons et le vin… Aux noces de Cana.Da.

Donnez votre vieillesse à l’État, vos reins, votre sueur, votre bravoure, vos nerfs, votre tranquillité, votre bonheur.

Les cordes de l’État, c’est l’argent. Il a les moyens de se sculpter un Pinocchio qui parle.

Ou une bonne raquette…

La raquette à neige, appelée plus communément raquette, est un instrument qui permet de marcher sur des couches épaisses de neige molle.

C’est comme un amas de moutons, mais congelés…

Gaëtan PELLETIER

La Vidure

URL de cet article 19061
http://www.legrandsoir.info/u-s-a-le-veau-d-or-en-raquettes-assermentees.html
Publié dans : REFLEXIONS PERSONNELLES |le 23 janvier, 2013 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007