SECURITE NUCLEAIRE: JUSQU’À MAINTENANT, LE FACTEUR CHANCE A ETE FAVORABLE ! (Bernard LAPONCHE)

Sécurité nucléaire :

Jusqu’à maintenant, le facteur chance a été

favorable !

SECURITE NUCLEAIRE: JUSQU'À MAINTENANT, LE FACTEUR CHANCE A ETE FAVORABLE ! (Bernard LAPONCHE) dans REFLEXIONS PERSONNELLES centrale

LE CERCLE. par Bernard LAPONCHE -

« Les jeux de l’atome et du hasard » de Jean-Pierre Pharabod et Jean-Paul Schapira, publié en 1988 par Calmann-Levy, est le meilleur livre français que je connaisse sur la description et l’analyse des grands accidents nucléaires, avant celui de Fukushima.

« Rouge ! cria le croupier » (Dostoïevsky, Le Joueur).

Déjà les auteurs posaient la question suivante en sous-titre :

« De tels accidents peuvent-ils survenir en France » ? Ils écrivaient dans leur introduction : « l’analyse de la succession des incidents qui jalonnent notre histoire nucléaire semble indiquer que nous avons eu de la chance – peut-être beaucoup de chance ».

Three Mile Island (TMI) :

« S’il n’y a pas eu fusion totale et « syndrome chinois »(1), c’est essentiellement grâce au chef de quart de TMI-1(2) venu, deux heures après le début de l’accident, assister ses collègues en difficulté, et qui a compris (en soulevant une étiquette qui masquait un voyant) que la vanne de décharge du pressuriseur ne s’était pas refermée …on peut dire sans trop s’avancer qu’en Pennsylvanie, le 28 mars 1979 au matin, on a eu de la chance… ».

Et de citer le rapport de l’IPSN (aujourd’hui IRSN) relatif à l’accident survenu sur le réacteur français Bugey 5 le 14 avril 1984 :

« L’incident est d’une gravité, en ce qui concerne les sources électriques de puissance de la tranche, encore jamais rencontrée jusqu’ici sur les réacteurs français à eau pressurisée… Une défaillance supplémentaire sur cette voie (refus de démarrage du diesel, refus de couplage sur le tableau LHB(3), etc.) aurait donc conduit à une perte complète des alimentations électriques de puissance, situation hors dimensionnement. » 

Après avoir rappelé que la filière RBMK des réacteurs de Tchernobyl, développée en URSS depuis le début des années 1950, était « une filière rodée, performante et jugée très sûre », les auteurs présentent et analysent de la même façon la catastrophe du 26 avril 1986. Le cœur étant détruit, la masse radioactive risquerait de contaminer la nappe phréatique : « Une équipe de mineurs, que l’on fait venir spécialement, entreprend finalement la construction sous le réacteur d’un tunnel, véritable cocon que l’on remplit de béton pour l’isoler de la nappe phréatique ».

Dans son ouvrage récent « Maîtriser le nucléaire – Sortir du nucléaire après Fukushima », le professeur Jean-Louis Basdevant cite le professeur biélorusse Vassili Nesterenko : « Mon opinion est que nous avons frisé à Tchernobyl une explosion nucléaire. Si elle avait eu lieu, l’Europe serait devenue inhabitable ». Et Basdevant de conclure : « C’est pour cela que l’on peut avancer que si l’accident de Tchernobyl n’a pas été dramatiquement plus grave, c’est grâce au courage de quelques-uns, mais surtout grâce à la chance ».

L’accident de Fukushima, qui est loin d’être terminé, est lui aussi causé par la perte totale du refroidissement des réacteurs. C’est, au même titre que Tchernobyl, une catastrophe dont les effets se feront sentir longtemps et loin. Mais les habitants de Tokyo ont « eu de la chance » car, lors de l’explosion et de l’envoi massif de matières radioactives dans l’atmosphère, le vent soufflait vers l’ouest et l’océan Pacifique. S’il avait soufflé vers le sud, le « Japon était coupé en deux »(4) et il aurait fallu évacuer Tokyo. Jusqu’ici la chance, il n’y a pas d’autre mot, a permis que la piscine remplie de combustibles irradiés très radioactifs du réacteur 4, endommagée et située en hauteur, ne soit pas détruite par une secousse sismique ou un typhon.

Et la France ? Pharabod et Schapira concluaient le chapitre sur Tchernobyl par un avertissement : « Il faudra bien, nous semble-t-il, revoir les décisions (et la politique qui les sous-tend) qui ont conduit à implanter un nombre de plus en plus grand de centrales nucléaires sur l’ensemble de l’Europe et tout particulièrement en France, notamment près de zones à très fortes densités de population ».

Centrale du Blayais, 27 décembre 1999 : tempête et inondation, perte du réseau, dix heures pour récupérer le refroidissement normal du réacteur n°1. Le GSIEN écrit :

« La crainte du bogue de l’an 2000 a heureusement aidé : les équipes avaient été entraînées et ont travaillé comme des chefs » (Monique Sené), et la marée était loin du niveau maximal (Bella Belbéoch). On a failli évacuer Bordeaux…

Qu’il s’agisse de l’occurrence d’un accident grave ou de l’ampleur de ses conséquences qui le transforme en catastrophe, le hasard apparaît toujours dans l’accumulation de défaillances ou d’agressions dans ces systèmes complexes que sont la machine elle-même et son environnement, humain et naturel.

Lorsque l’on sait que, pour les réacteurs nucléaires équipant toutes les centrales nucléaires françaises, les accidents graves n’ont pas été considérés lors de leur conception(5), on peut se convaincre de la nécessité et de l’urgence « d’aider la chance » en fermant le plus rapidement possible les réacteurs nucléaires (qui arrivent pour la plupart à la fin de la durée de fonctionnement initialement prévue) sur la base d’une analyse de risques multicritère, tenant compte notamment de la densité de la population environnante.

NOTES : (1) Percement de la cuve et du béton du radier par le combustible fondu (corium) qui s’enfonce dans la terre. 

(2) Le réacteur accidenté est TMI-2. 

(3) Un des deux tableaux d’alimentation électrique de la centrale. 

(4)Témoignage d’un représentant de l’IRSN. 

(5) R&D relative aux accidents graves dans les réacteurs à eau pressurisée : bilan et perspectives, La Documentation Française, janvier 2007. Rapport rédigé conjointement par l’IRSN et le CEA (Commissariat à l’Energie Atomique).                      

De la responsabilité politique de la sûreté

nucléaire

LE CERCLE. (par Bernard LAPONCHE) -

A entendre ou lire certaines déclarations, on a le sentiment que le Gouvernement n’a pas vraiment pris la mesure de son rôle et de ses responsabilités dans le domaine du risque nucléaire.

L’existence depuis 2006 (loi relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire, dite Loi TSN(1)) de l’ASN, autorité administrative « indépendante », n’a fait que renforcer dans les esprits et dans les faits la démission (volontaire ou non) du pouvoir politique sur la question de la sûreté nucléaire : les politiques s’accommodent tout à fait d’une ASN « indépendante » et se réfèrent à ses avis ou prescriptions pour ne pas prendre de décisions dans ces domaines.

Etant précisé dans son article 28-I que « L’exploitant d’une installation nucléaire de base est responsable de la sûreté de son installation », la loi définit les responsabilités en matière de contrôle de la sûreté. On constate que les responsabilités de l’ASN ne sont pas aussi étendues qu’on le croit.
Qu’on en juge :
- Toutes les décisions réglementaires relatives à l’autorisation d’une installation nucléaire ou à son arrêt ou à la suspension de son fonctionnement sont de la responsabilité du Gouvernement (décrets et arrêtés des ministres responsables de la sûreté nucléaire ou décrets en Conseil d’Etat). Dans la plupart des cas, « après avis » ou « en concertation » avec l’ASN (article 3).
- « L’ASN, autorité administrative indépendante, participe au contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection et à l’information du public dans ces domaines » (article 4).
- L’ASN « peut prendre des décisions réglementaires à caractère technique pour compléter les modalités d’application des décrets et arrêtés pris en matière de sûreté nucléaire ou de radioprotection… Ces décisions sont soumises à l’homologation des ministres chargés de la sûreté nucléaire… ou des ministres chargés de la radioprotection… » (article 4-1).

La responsabilité directe du gouvernement est en particulier soulignée dans le cas d’une situation d’urgence : « L’ASN est associée à la gestion des situations d’urgence radiologique résultant d’évènements de nature à porter atteinte à la santé des personnes et à l’environnement par exposition aux rayonnements ionisants… », et, « Lorsque survient une telle situation d’urgence, elle (ASN) assiste le Gouvernement pour toutes les questions de sa compétence ».

La responsabilité du Gouvernement vis-à-vis des citoyens est bien confirmée par la loi:
« S’il apparaît qu’une installation nucléaire de base présente des risques graves pour les intérêts mentionnés au I de l’article 28(2), les ministres chargés de la sûreté nucléaire peuvent, par arrêté, prononcer la suspension de son fonctionnement pendant le délai nécessaire à la mise en œuvre des mesures propres à faire disparaître ces risques graves. Sauf cas d’urgence, l’exploitant est mis à même de présenter ses observations sur le projet de suspension et l’avis préalable de l’Autorité de sûreté nucléaire est recueilli » (article 29-IV).

La situation exceptionnelle de la France avec environ 75% de sa production d’électricité d’origine nucléaire(3) par 58 réacteurs de la même famille rend la responsabilité gouvernementale encore plus lourde, comme l’illustre la déclaration du président de l’ASN lors de son allocution du 3 avril 2003 devant l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Techniques (OPECST) :
« Pour illustrer mon propos, en cas de problème générique et grave, je serais conduit à aller voir le Premier Ministre et à lui dire : « Monsieur le Premier Ministre, vous avez le choix entre deux décisions possibles : première version, on coupe l’électricité ; deuxième version, on continue à faire fonctionner le parc nucléaire d’EDF dans un mode dégradé ».

La loi confirme bien que la responsabilité du Gouvernement est entière (ministre responsable de la sûreté nucléaire, Premier Ministre, Président de la République). Chacun doit en être parfaitement conscient.

NOTES : (1) Loi n° 2006-686 du 13 juin 2006. 

(2) Loi TSN, Article 28-I : « Sont soumis aux dispositions du présent titre les installations nucléaires de base et les transports de matières radioactives en raison des risques ou inconvénients qu’ils peuvent présenter pour la sécurité, la santé et la salubrité publiques ou la protection de la nature et de l’environnement ». 

(3) Cette proportion est beaucoup plus élevée que dans les grands pays industrialisés utilisant cette énergie. En 2009 : 19% aux Etats-Unis, 28% au Japon, 16% en Russie, 30% en Corée du Sud, 22% en Allemagne, 16% au Royaume-Uni (et 2% en Chine et en Inde). Cette production, en France, est entièrement assurée par le même type de réacteur de la filière à uranium légèrement enrichi et eau sous pression.

Publié dans : REFLEXIONS PERSONNELLES |le 28 novembre, 2012 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007