NOUVEAU CRI D’ALERTE A PROPOS DU CLIMAT, A LA VEILLE DE LA CONFERENCE DE DOHA

Nouveau cri d’alerte à propos du climat,

à la veille de la conférence de DOHA

NOUVEAU CRI D'ALERTE A PROPOS DU CLIMAT, A LA VEILLE DE LA CONFERENCE DE DOHA dans REFLEXIONS PERSONNELLES climatf

PARIS – A quelques jours de la Grande Conférence Climat de l’ONU à DOHA, un nouveau rapport sonne l’alerte: les efforts de la communauté internationale sont encore plus loin du compte qu’on ne le pensait pour contenir le réchauffement à 2°C et éviter un scénario catastrophe.

C’est un message de grande inquiétude que nous lançons, a déclaré le secrétaire exécutif du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) Achim STEINER, lors d’une conférence de presse à Londres pour la présentation du rapport 2012.

Un message relayé immédiatement par la Commissaire Européenne chargée du climat, Connie HEDEGAARD. Il est simplement incroyable de voir les risques que trop de gens sont prêts à faire peser sur les futures générations, a-t-elle souligné dans un communiqué.

Selon le PNUE, si aucune mesure d’urgence n’est prise, la hausse de la température moyenne de la planète au cours du siècle sera de 3 à 5°C.

L’objectif de 2° que s’est fixé la communauté internationale est le seuil au-delà duquel, selon les scientifiques, le système climatique risquerait de s’emballer avec des effets qui accélèreraient encore fortement le réchauffement.

Il faudrait n’émettre plus que 44 gigatonnes (Gt) équivalent CO2 en 2020 dans l’atmosphère, contre environ 50 Gt par an aujourd’hui, pour espérer parvenir à cet objectif, rappelle le Pnue.

Or même si les promesses les plus ambitieuses formulées par les différents Etats sont tenues, il y aura 8 Gt de trop, soit deux Gt de plus qu’estimé dans le précédent rapport du Pnue en 2011.

La nouvelle évaluation s’explique en partie par le fait que les pays ont apporté des clarifications sur leurs promesses, comment elles doivent être interprétées en pratique, ce qui a permis d’actualiser notre évaluation, a expliqué à l’AFP Joeri ROGELJ, l’un des auteurs du rapport.

Par ailleurs, pour la première fois, le PNUE a vraiment pris en compte le problème de la double comptabilité des réductions de GES, c’est-à-dire quand deux pays incluent dans leur calcul une seule et même réduction d’émissions, par le biais de mécanismes complexes.

En début de semaine, c’est la Banque Mondiale qui a commencé à sonner le tocsin, en mettant en garde contre le scénario noir d’un réchauffement de 4°C dès 2060 et la cascade de cataclysmes qui frapperaient alors les pays pauvres.

Mardi, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) annonçait que la teneur de l’atmosphère en GES avait atteint un nouveau pic en 2011.

De combien d’avertissements, verbaux et concrets, aurons-nous besoin avant d’agir ?, demandait mercredi GREENPEACE.

Le PNUE a tenu à souligner que l’objectif de 2°C restait atteignable, à condition de prendre des mesures rapides.

Alors que les gouvernements débutent des négociations devant déboucher sur un nouvel accord international entrant en vigueur en 2020, ils doivent urgemment appuyer sur la pédale d’accélérateur, a estimé M. STEINER.

Le grand rendez-vous climat annuel doit s’ouvrir le 26 novembre 2012, et durer jusqu’au 7 décembre, à DOHA. Quelque 190 pays vont reprendre leurs laborieuses négociations sur la lutte contre le changement climatique qui doit déboucher en 2015 sur un accord global entrant en vigueur en 2020.

Pour l’heure, le seul accord légalement contraignant est le Protocole de KYOTO, traité qui n’engage que les pays industrialisés à réduire leurs émissions de GES et dont l’acte II, devant s’appliquer dès 2013, doit être finalisé à DOHA.

Or ce traité ne concerne qu’un tiers des émissions globales de GES: les Etats-Unis ne l’ont jamais ratifié, des pays comme le Japon et le Canada ont décidé de pas s’engager pour une seconde période, et enfin, il ne s’applique pas aux grands émergents dont la Chine qui est devenue le premier émetteur de CO2 au monde.

(©AFP / 21 novembre 2012 13h58)                                                                                              

Les records de chaleur en Europe risquent d’aggraver les inégalités

COPENHAGUE – Le réchauffement climatique a fait battre des records de chaleur en Europe lors des dix dernières années, et risque d’aggraver les inégalités au sein du continent, a affirmé mercredi l’Union Européenne.

La température moyenne dans les terres en Europe ces dix dernières années a été de 1,3 degré Celsius plus élevée que lors de l’ère pré-industrielle, ce qui en fait la période la plus chaude jamais enregistrée, a indiqué l’Agence Européenne pour l’Environnement (AAE) dans un rapport.

Lors de la même période, les précipitations se sont accrues dans le Nord et le Nord-Ouest de l’Europe, mais ont diminué dans le Sud, touché par des sécheresses, des canicules et des feux de forêt sans précédent.

L’AAE s’inquiète de la fonte des glaces du Groenland, exceptionnelle par son ampleur à l’été 2012.

Elle a prévenu que ces changements climatiques devraient creuser les écarts socio-économiques entre les pays les plus riches et les plus pauvres du continent, avec la hausse du coût des catastrophes naturelles (inondations, tempêtes, vagues de chaleur, etc.).

Selon l’Agence, la capacité économique, technique et institutionnelle à affronter ces catastrophes et à s’adapter au réchauffement est très inégale en Europe. Et quand les répercussions du changement climatique touchent des régions à faible capacité d’adaptation, les conséquences peuvent être graves.

Une évaluation intégrée de la vulnérabilité des régions européennes au changement climatique montre qu’il pourrait avoir des effets négatifs sur la cohésion territoriales, lit-on dans ce rapport intitulé Changement Climatique, Répercussions et Vulnérabilité en Europe en 2012.

Les pays du Sud devraient voir leur consommation d’énergie fortement augmenter face aux canicules, tandis que l’Ouest et le Nord de l’Europe vont devoir s’habituer à une chaleur inhabituelle. En Europe du Nord, les tempêtes hivernales devraient être plus violentes, et en Europe de l’Est les sécheresses plus graves.

Partout, les inondations vont devenir de plus en plus fréquentes. Et tous les littoraux devront faire face à la montée du niveau des eaux.

(©AFP / 21 novembre 2012 13h35)   

 Climat:

Une équipe russe a trouvé des oiseaux

inhabituels dans l’Arctique

MOSCOU – Une expédition de scientifiques russes qui a passé trois mois à explorer les îles de l’archipel François-Joseph dans l’Arctique, a constaté que le réchauffement climatique amenait, outre la réduction de la banquise, l’apparition d’espèces d’oiseaux inhabituelles.

Nous avons exploré 42 des 191 îles de l’archipel et avons constaté une réduction de la banquise par rapport aux dernières explorations soviétiques datant de 1957, a déclaré le chef de l’expédition, la scientifique Maria Gavrilo, lors d’une conférence de presse à Moscou.

Le groupe de huit scientifiques russes, dont des experts de paléographie et de géomorphologie, ainsi que des zoologues et des botanistes, ont dressé de nouvelles cartes de l’archipel, tout en répertoriant des espèces rares dans ce territoire.

Sur une vingtaine d’espèces d’oiseaux que nous avons répertoriées, quatre sont inhabituelles pour l’archipel, a indiqué Mme Gavrilo, citant en exemple les mouettes à queue fourchue (Creagrus furcatus) et les canards plongeurs marin (Clangula hyemalis).

Les colonies de ces oiseaux sont généralement rencontrées plus au sud et c’est sans doute le réchauffement climatique qui les a emmenés jusqu’en Arctique, a-t-elle déclaré.

Les scientifiques ont également ramené des espèces rares de moustiques, dont une peut-être inconnue. Elle n’a pas exclu qu’il puisse s’agir simplement d’une lacune dans l’exploration de ce territoire.

Fin août, l’Institut Russe de Recherche Scientifique pour l’Arctique et l’Antarctique avait déjà annoncé suivre attentivement la réduction anormalement rapide de la surface des glaces maritimes dans l’Arctique.

La Russie a fait du développement de l’Arctique, qui regorge de ressources en hydrocarbures encore inexploitées, une priorité stratégique.

(©AFP / 21 novembre 2012 16h53)                                                                                              

Le changement climatique est déjà visible dans

toute l’Europe (AEE)

PARIS (Sipa) – Le changement climatique est déjà visible dans toute l’Europe et pourrait y renforcer les inégalités économiques, prévient mercredi l’Agence Européenne de l’Environnement (AEE).

Citant le rapport intitulé « Climate change, impacts and vulnerability in Europe 2012″ (Changement climatique, impacts et vulnérabilité en Europe), l’AEE observe « en Europe des températures moyennes plus élevées, ainsi qu’une diminution des précipitations dans les régions méridionales et une augmentation de ces dernières en Europe du Nord ». Dans un communiqué, l’Agence de l’Union Européenne note également que « la calotte glaciaire du Groenland fond, de même que les glaces de l’Océan Arctique et de nombreux glaciers en Europe » et que « le manteau neigeux a diminué et une grande partie du permafrost s’est réchauffée. »

« Ces dernières années, des événements climatiques extrêmes tels que vagues de chaleur, inondations et sécheresses ont entraîné des dommages de plus en plus coûteux en Europe. Il convient certes de disposer de davantage de preuves pour déterminer la part du changement climatique dans cette tendance, mais l’augmentation des activités humaines dans les zones à risque a été un facteur clé », explique ce communiqué, qui prévient que « l’évolution future du climat devrait augmenter cette vulnérabilité, car les événements extrêmes devraient devenir plus intenses et plus fréquents. »

Le rapport de l’AEE prévoit « que certaines régions seront moins à même de pouvoir s’adapter au changement climatique que d’autres, en partie à cause des disparités économiques en Europe ». Ainsi, « les effets du changement climatique pourraient renforcer ces inégalités. »

Ce rapport doit « fournir également des informations pour la stratégie d’adaptation européenne de la Commission Européenne qui sera publiée en mars 2013″, précise le communiqué.

(Sipa / 21.11.2012 21h41)  

 

Publié dans : REFLEXIONS PERSONNELLES |le 21 novembre, 2012 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007