ALTERNATIVES. RECONVERSION INDUSTRIELLE ET ECOLOGIQUE: QUE FABRIQUENT ARNAUD MONTEBOURG ET BENOÎT HAMON ? (Sophie CHAPELLE / BASTA)

ALTERNATIVES

Reconversion industrielle et écologique :

Que fabriquent Arnaud MONTEBOURG et

Benoît HAMON ?

ALTERNATIVES. RECONVERSION INDUSTRIELLE ET ECOLOGIQUE: QUE FABRIQUENT ARNAUD MONTEBOURG ET BENOÎT HAMON ? (Sophie CHAPELLE / BASTA) dans REFLEXIONS PERSONNELLES arcelorjpgPar Sophie CHAPELLE 

Gandrange, Fralib, Alizay, Petroplus… Ils sont de plus en plus nombreux, ces salariés et syndicalistes, à porter des alternatives aux fermetures d’usines. Grande nouveauté : elles consistent non seulement à sauver des emplois, mais répondent à des préoccupations écologiques. Que font Arnaud Montebourg, Ministre du « Redressement Productif » et Benoît Hamon, à l’Économie Sociale et Solidaire, pour les soutenir ? Alors que le Front de Gauche critique l’absence de vision du gouvernement, Basta ! dresse le bilan.

arton2705-01be2 ALIZAY dans REFLEXIONS PERSONNELLES

15 000 emplois préservés, 4 850 perdus. Tel serait le bilan du « redressement productif » annoncé par le ministre Arnaud Montebourg le 7 octobre 2012. Une façon de répondre aux critiques qualifiant son ministère d’ « improductif ». Depuis l’élection de François Hollande, 119 dossiers d’entreprises en difficulté auraient donc été « traités ». Parmi ces dossiers, quel effort a été accordé aux entreprises misant sur la participation des salariés et l’écologie pour préserver l’industrie ?

Six mois après avoir rencontré les métallos lorrains de Florange et Gandrange, les ouvriers provençaux de Fralib, les salariés normands de Petroplus et d’Alizay [1], que sont devenus leurs projets de reprise alternatifs ? Traînent-ils dans un tiroir poussiéreux d’un haut-fonctionnaire ou figurent-ils en haut de la pile sur le bureau du ministre ?

Gandrange, 350 emplois : réveil tardif du ministère

Le dossier de l’aciérie de Gandrange, en Moselle (350 emplois), semble dormir dans un placard. Sur place, nulle trace du passage de Montebourg dans l’usine, où deux ouvriers sous-traitants ont été tués, début septembre 2012, par l’effondrement d’un toit. Contacté le 2 octobre, le délégué CGT Jacky Mascelli tient toujours à disposition du gouvernement un projet porté par des sidérurgistes. Il prévoit de couler sur place l’acier issu de métaux récupérés dans la région, tout en étant approvisionné par une aciérie électrique. Bien que séduisant, le projet n’a pas, pour l’instant, suscité l’intérêt du nouveau gouvernement. ArcelorMittal, propriétaire du site, continue de démanteler ses installations.

Une rencontre avait bien eu lieu avec le candidat François Hollande, le 17 janvier 2012. « Nous lui avions présenté notre projet, et il avait eu cette phrase intéressante qu’il fallait penser maintenant aux investissements de demain dans l’industrie et la sidérurgie. Le problème c’est qu’une fois les élections passées, c’est le silence complet », regrette Jacky Mascelli. A force d’interpellations, la CGT d’ArcelorMittal Gandrange a fini par obtenir une entrevue à Bercy, prévue le 16 octobre 2012, avec un conseiller technique de Montebourg. Le ministère semble se réveiller (télécharger le courrier). « Les pouvoirs publics commencent à bouger », positive le syndicat CGT. Six mois plus tard, il était temps.

Florange, 2 500 salariés : pas d’avenir pour la métallurgie ?

Le 16 octobre 2012, c’est une réunion beaucoup moins réjouissante qui a eu lieu avec les métallos de Florange (Moselle). Après avoir annoncé la fermeture définitive des hauts-fourneaux, le groupe Arcelor Mittal  a souhaité négocier un « Plan de sauvegarde de l’emploi ». En clair, le n°1 de la métallurgie prépare le terrain pour des licenciements. L’affaire semble pliée, d’autant plus que la direction du site se laisse jusqu’à fin novembre 2012 pour trouver un repreneur. Les syndicats de l’usine ont exprimé leur refus de discuter d’un plan social tant que l’espoir de trouver une alternative n’était pas abandonné.

Un projet de captage et de stockage de CO2 [2], baptisé Ulcos, devait être mis en œuvre sur les hauts-fourneaux de Florange. A condition que Bruxelles donne son aval pour un financement à hauteur de 250 millions d’euros, sur un investissement total de l’ordre de 650 millions. En lice pour un appel d’offres européen, Arcelor a décidé de se désengager en juillet alors même que la Commission Européenne devait donner le nom des projets retenus en novembre. « Ulcos ? Mittal s’en fout. Il n’attend même pas la décision de Bruxelles à ce sujet », s’emporte Edouard Martin de la CFDT dans les colonnes du Républicain Lorrain.

arton2102-ebbcf-1d83d ARCELOR MITTAL

Les cas de Florange et de Gandrange illustrent l’absence de vision à long terme du gouvernement. « Aucun lien n’est fait entre la crise de l’industrie automobile qui a besoin d’acier, et la stratégie de conserver les hauts-fourneaux », déplore de son côté Corinne Morel-Darleux, secrétaire nationale en charge de l’écologie au Parti de Gauche (PG). « Ce n’est justement pas le moment de fermer les unités de production. On sait que l’on peut reconvertir une partie de la chaîne de production vers les transports collectifs ». Pour le PG, le tournant écologique passe par la reconversion de ces moyens de production en s’appuyant sur les savoir-faire des salariés. Alors qu’une pénurie de métaux s’annonce dans les prochaines décennies (lire notre enquête : quand le monde manquera de métaux), disposer d’usines capables de recycler acier, nickel ou zinc ne sera pas un luxe.

Petroplus, 470 salariés : « Marre de se faire trimballer »

A la raffinerie de Petroplus (Seine-Maritime), Yvon Scornet, de la CGT, est convaincu que son activité peut devenir beaucoup moins polluante. « Nous avons la possibilité d’améliorer l’efficacité énergétique de notre système de production et de réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre avec la cogénération », plaide le délégué syndical. Problème : le prix à payer pour du pétrole raffiné dans ces conditions.

« On nous demande de mettre au point des méthodes pour émettre moins de CO2, de NOx (gaz à effet de serre issu de la combustion d’hydrocarbures, ndlr), mais ces normes environnementales et de sécurité ont un coût. » Au moins deux dollars par baril d’après son syndicat. Résultat : « On vit avec zéro marge. »Importer du pétrole issu de raffineries polluantes, notamment dans le Golfe, demeurera moins onéreux… Ce qui accélère leur délocalisation, comme pour Total à Dunkerque. Le syndicaliste demande donc une harmonisation des normes qui, pour le moment, ne concernent que les Européens.

Mais la préoccupation immédiate d’Yvon Scornet, c’est la reprise du site de Petroplus. Deux offres déposées le 24 août prévoient le maintien des 550 emplois que compte la raffinerie. Mais les dossiers présentés par les deux candidats, Alafandi Petroleum Group (APG), basé à Hong Kong, et NetOil, dont le siège est à Dubaï, ne semblent pas suffisamment solides au Tribunal de Commerce de Rouen qui ne cesse de réclamer des compléments d’information.

Une nouvelle audience était prévue le 16 octobre 2012. « Marre que l’on soit en train de nous trimballer avant de nous tuer. L’administration nous bloque, et à ce rythme-là, nos repreneurs vont s’en aller ailleurs », s’agace le cégétiste. L’urgence est donc à la reprise. La façon dont celle-ci sera menée, écologiquement ou non, ne viendra que dans un second temps, éventuellement.

Alizay, 330 salariés : sauvés par les énergies renouvelables ?

A trente kilomètres de là, l’interdyndicale CGT-CFE-CGC de la papeterie d’Alizay (Eure) continue de plancher sur le sauvetage de leur outil de production, lâché par le propriétaire, le groupe finlandais M-Real. C’est ici que le candidat François Hollande avait promis, le 15 février 2012, un dispositif législatif pour répondre au scandale des fermetures de sites industriels rentables qui disposent de repreneurs potentiels. Alors que le texte n’est toujours pas voté, les salariés d’Alizay sont prêts à tout pour sauver leur usine.

Si le cœur de l’activité reste le papier, ils misent sur une filière locale de papier recyclé et la production d’électricité verte à base de déchets de bois inutilisés.« Le projet avance bien, confirme par téléphone le délégué CGT Jean-Yves Lemahieu à Basta !Nous avons deux repreneurs possibles et nous espérons que les négociations vont aboutir. L’État pousse à fond pour le projet d’électricité verte ». Il sera difficile d’en savoir plus, l’intersyndicale s’étant engagée à ne pas communiquer sur le sujet.

Des ouvriers plus visionnaires que l’État ?

Salariés de la raffinerie de Petroplus et de la papèterie Alizay discutent aussi d’un projet commun : utiliser la ouate de cellulose produite par les ateliers à Alizay pour fabriquer des agrocarburants à Petit-Couronne chez Petroplus. Dans l’indifférence du gouvernement… Jean-Yves Lemahieu regrette que le ministre Arnbaud Montebourg n’ait pas profité de son déplacement à Petroplus pour visiter la papeterie. « C’est vrai qu’il a plein de choses à traiter, on ne peut pas lui en vouloir. Mais nous avons mis la solution sur la table et elle est en voie d’aboutir, sans qu’il n’ait pas pris la peine de nous rencontrer. Nous n’avons pas l’impression d’être dans les priorités du gouvernement ».

Deux conseillers d’Arnaud Montebourg seraient cependant sur le dossier d’après Mediapart. Et si rien n’est encore signé pour le moment, un redémarrage de l’activité est espéré pour début 2013. Du côté du Front de Gauche, la critique est acerbe : « On se rend compte, via ces exemples d’entreprises que les salariés ont très bien saisi les enjeux écologiques, mieux que Montebourg ou Hollande », juge Corinne Morel-Darleux.

Fralib, 163 salariés : mobilisés pour une coopérative

Arnaud Montebourg a en revanche explicitement placé le dossier Fralib « en haut de la pile », à l’occasion d’une table ronde le 3 octobre 2012. Mais le dossier traîne en longueur. L’annonce de la fermeture de l’usine remonte à septembre 2010. Or la multinationale Unilever, propriétaire de l’usine de Gémenos (Bouches-du-Rhône) qui produit les thés Lipton et les infusions Éléphant, se montre inflexible depuis deux ans. Paul Polman, le directeur général du groupe, a fait savoir le 20 août qu’il refusait de céder la marque Éléphant et de faire travailler en sous-traitance la coopérative que les salariés souhaitent créer.

Fralib17-2-2aaec ARNAUD MONTEBOURG

La cession de la marque Éléphant est pourtant incontournable pour rendre viable la reprise en Société coopérative et participative (Scop) et du projet industriel alternatif, local et écologique porté par les salariés (lire notre reportage). « Unilever se moque du monde !

Après deux ans de lutte, il faut que l’État prenne ses responsabilités, interpelle le délégué CGT Gérard Cazorla. Qu’il leur fasse assumer leurs responsabilités, qu’il leur impose de discuter sérieusement avec les services de l’État, avec les collectivités territoriales, et avec nous ». Semi-victoire tout de même pour les « fralibiens » : la communauté urbaine de Marseille a finalisé début septembre l’acquisition des terrains et des bâtiments de l’usine. En contrepartie de la transaction d’une valeur de 5,3 millions d’euros, Unilever a accepté de laisser ses machines pour un euro symbolique.

Reconversion industrielle : un dossier crucial pour la gauche

Malgré quelques avancées, sur tous ces dossiers, le gouvernement semble à la peine. L’enjeu est pourtant de taille : préserver l’emploi, assurer la transformation écologique, faire confiance aux salariés plutôt qu’à des grands groupes ou à des repreneurs en quête de rentabilité immédiate. Le gouvernement se donnera-t-il également la marge de manœuvre nécessaire pour ne pas s’enfermer dans une course-poursuite contre les plans de licenciements ?

Problème de taille : « Il est impossible de concilier une vraie révolution écologique et des politiques d’austérité telles qu’elles sont fixées par Hollande », rétorque Corinne Morel-Darleux, pour le Front de Gauche« Le concept de planification écologique vise précisément à prévoir sur le long terme la reconversion industrielle, la relocalisation et la réindustrialisation sur des bases sociales et écologiques. Tout l’inverse des intérêts à court-terme des actionnaires qui nous ont menés dans le mur. »

Mais où est donc passé Benoît Hamon ?

Sur le cas Fralib, le tout nouveau Ministère de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS), qui devrait pourtant être en pointe, reste discret. « Nous n’avons pas le leadership sur ce dossier, confie un membre du cabinet du ministre Benoît Hamon, chef de file de la gauche du PS. Nous intervenons en tant qu’experts sur la viabilité du projet en coopérative, mais pour la problématique industrielle, il faut voir avec le cabinet de Montebourg. »

Pour le moment, le ministère travaille à la création d’un nouveau statut intermédiaire de type société coopérative. Le projet prévoit, sur une période transitoire, que les salariés soient majoritaires en votes mais minoritaires en capital [3] . « Selon les chiffres de l’INSEE, entre 40 000 et 200 000 emplois sont perdus chaque année faute de repreneurs, explique t-on. L’enjeu est de favoriser le nombre de reprises souvent freinées par un problème de financement ». Sur ce sujet, le Front de Gauche est partisan d’un secteur bancaire public favorisant les reprises sous forme de coopératives.

Un dispositif permettant aux salariés d’être immédiatement informés que l’entreprise est en vente est aussi à l’étude. « La façon dont la Scop réinvestit ses excédents dans l’outil de production plutôt que dans la rémunération des actionnaires contribue à solidifier la structure face à la crise », analyse le Ministère. Le projet de loi sur l’Economie Sociale et Solidaire devrait être présenté à l’Assemblée Nationale en avril 2013.

Reste la dimension écologique du redressement productif : à l’occasion de son discours en juillet 2012 pour la Conférence Nationale de l’Industrie, Arnaud Montebourg a présenté sa vision d’un redressement productif empreinte de « compétitivité », de « croissance » et de « patriotisme économique » sur une période de cinq ans… Sans citer une seule fois le mot « écologie ».

Sophie CHAPELLE

@Sophie_Chapelle sur twitter

- Photo de une : © Julien Brygo 
- Photo d’un ouvrier métallurgiste : © Laurent Guizard 
- Photo d’une salariée de Fralib : © Jean-Paul Duarte / Collectif à vif(s)

Notes:

[1] Début avril, le candidat du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon avait reçu à son QG de campagne des salariés d’usine porteurs de projets alternatifs. Lire à ce sujet Ces ouvriers qui misent sur l’écologie pour préserver leur industrie

[2] Lire notre enquête sur cette technique controversée : Après les gaz de schiste, Total expérimente l’enfouissement industriel de CO2…

[3] Lire nos reportages sur une aciérie et un centre d’appels en coopérative.

Nos dossiers :

Lire aussi :

  • Bonjour Sophie, que penser d’un avenir verdi mais toujours productiviste après lecture de la présentation d’une parution dans « Nature » d’un collectif de scientifiques sur la désormais certitude de bascule de l’équilibre de la planète en 2025, soit lorsque l’humanité aura atteint le seuil fatidique des 8.2 Milliards de personnes ayant notre mode de vie ???

    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/…

    La question est sérieuse et ne pensez-vous pas qu’il est grand temps de changer notre fusil d’épaule et d’admettre que notre vision de l’avenir industriel est à remettre en cause en profondeur ? 
    Maintenant ou jamais et je pense que vous faites partie des gens aptes à la pensée critique, la seule qui vaille !

    http://www.legrandsoir.info/eloge-d…

    Vous êtes bien placée pour admettre que trop peu de gens sont acquis à ces idées de danger imminent et de fait la responsabilité de nos rôles respectifs ( vous journaliste, moi paysan ! ) s’en trouve décuplée ! 
    Merci pour votre honnêteté…

    • De Sophie Chapelle  |

      @Lionel 
      Je partage le constat que tous les clignotants sont au rouge en matière de biodiversité ou de ressources naturelles, lesquelles sont allègrement ponctionnées par le système économique actuel. On peut faire le choix de tomber dans un pessimisme mortifère, ou tourner le regard vers les initiatives citoyennes locales ou régionales donnant à voir une ligne d’horizon émancipatrice. Les projets portés par ces salariés et syndicalistes émergent en parallèle d’expériences dans le domaine de l’agriculture urbaine, de l’aménagement du territoire (villes lentes et en transition), de l’économie (revenu garanti pour tous, zones de gratuité), de l’énergie écologique et collective, de l’habitat coopératif, et j’en oublie. Nous tâchons au quotidien, au-travers du site Basta !, de relayer ces expériences qui, chacune à leur niveau, contribuent à changer le monde dès maintenant. Loin d’être en concurrence, ces expérimentations citoyennes sont complémentaires et plus nombreuses qu’on ne le pense de prime abord. 
      Cdlt, Sophie Ch.

      • De Lionel  |

        Eh bien je pense que Latouche et Ariès seraient heureux d’apprendre que leurs discours sont mortifères… 
        Le propos n’était vraiment pas là ! 
        Il s’agit de choisir entre une décroissance heureuse ou une fin définitive, c’est maintenant chose reconnue, la bascule est dans 12 ans, date buttoir de l’irréversibilité. 
        Les initiatives citoyennes sont nombreuse et je fais partie des initiateurs mais je n’en soutiendrai aucune qui aille dans le sens de la mort contrairement à ce que vous dites et le maintien des emplois à tout prix est un des choix mortifères dont vous parlez. 
        Seule la fin de la croissance productiviste et de l’accumulation des richesses matérielles peut apporter une ou des solutions, alors certes ça rassure d’avoir des exemples de personnes actives qui tentent de résister mais leur lutte est perdue parce qu’elle ne change rien au fonctionnement de notre société qui elle aussi est mortifère !

  • 2 – De tykern  |

    Il est aussi peut-être temps de décloisonner l’ensemble des disciplines, afin de donner du sens à tout cela :

    - D’un côté un extraordinaire lobbying international qui freine des quatre fers pour développer des techniques durables en matières de fabrication de produits industriels , d’électroniques, de pratiques agricoles sans intrants, de développer le secteur des énergies renouvelables etc…alors que paradoxalement développer ces secteurs dans toute leur dimension serait générateur d’emploi et probablement à même de « conjurer » la crise, d’assurer un bien être à l’abri de la pénurie et de mettre à l’abri des aléas spéculatifs les « produits de consommation courante »…

    - Le corollaire de ce développement qui de l’avis de nombreux spécialistes est indispensable pour se conformer à une capacité de charge terrestre et une résilience planétaire à bout de souffle, est qu’à l’heure actuelle, toutes ces nouvelles techniques dans le domaine énergétique, agricoles, industriels font appel à des « services » gratuits fournit par la nature… : le vent, les courants, le soleil, la pollinisation naturelle, les spécificités du monde animal et végétal qui sont valorisés dans les nouvelles pratiques agricoles… 
    Leur développement, dans notre modèle actuel atténuerait considérablement notre dépendance à l’oligarchie des transnationales. Ce qui n’arrange pas leurs affaires…. On comprend dès lors, que ce qui pourrait être une voie royale pour faire un pied de nez à la crise est pour l’heure superbement ignoré par nos élites….

    Mais plus pour longtemps…

    Parallèlement à ça, nos élites sont intelligentes. Des électrons libres ont depuis plusieurs années envahis la haute sphère des instances internationales bienveillantes sur l’environnement et ont savamment distillé l’idée que peut-être…pour mieux la prendre en compte et la « protéger » il était peut-être temps de donner un prix à la nature, de chiffrer les services qu’elle nous rend, et de mieux intégrer son action dans notre modèle économique dominant ( qui rappelons le, a pour finalité la spéculation et le profit individuel) 
    A l’état brut, l’idée est séduisante…et elle a d’ailleurs séduit, puisque « l’économie verte »… le nom séduisant donné à ce courant de pensée, séduit jusque dans les rangs des militants les plus engagés et a été l’un des thèmes majeurs du dernier sommet de Rio…….

    Ce faisant… nous préparons effectivement le terrain juridique et fiscal qui permettra à toutes ces nouvelles technologies empruntant à la nature d’être absorbé par « le marché », financé par les banques, breveté par les transnationales… qui pourront continuer leur petit business comme avant sans remettre en cause leur hégémonie….

    Pour l’heure le terrain législatif n’est pas prêt…. donc impossible de donner le feu vert à toutes ces technologies prometteuses et pourtant déjà si efficientes pour l’environnement, la planète, nos territoires et le bien être spirituel du plus grand nombre….

    • De Eric  | 20:46 | 15 octobre 2012 |

      Dans un monde débarrassé du système monétaire il y aurait zéro chômeur et uniquement des entreprises soucieuses de préserver l’environnement.

      Mais étant donné que 99,9 % des habitants de notre planète sont des adolescents attardés et non des adultes responsables, le fléau monétaire va continuer à faire des ravages pendant encore de nombreuses années.

      Pauvre France, pauvre monde !

Publié dans : REFLEXIONS PERSONNELLES |le 18 octobre, 2012 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

consultationjuridique |
mediatorspot |
femmebattueencolere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tribulationsdepsys
| Bonjour d'Algérie Sou...
| kabylia2007